DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
LOGO IFA 2016 190 jpg
Affiche A3-16-Semaine Bleue ok
PUB JPA
JPA 2
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

septembre 2017
D L Ma Me J V S
« août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Louis Aliot ; J.Marc Pujol

PERPIGNAN : « L’IMMOBILIER REFLÈTE LA POLITIQUE DE LA VILLE, PERPIGNAN CONFIRME SON MANQUE D’ATTRACTIVITÉ ! »

Communiqué de Louis ALIOT, Député, Conseiller Municipal
Le quotidien local dans un article du 28 juin se fait l’écho d’une étude du spécialiste de l’immobilier SeLoger.com dans laquelle Perpignan connaît en 2017 la baisse la plus importante de prix de l’immobilier sur un palmarès de 34 villes de plus de 100.000 habitants. Ce « thermomètre » met en évidence le manque d’attractivité de Perpignan que l’on constate déjà depuis un certain temps, tant pour les particuliers que pour les commerces et les entreprises.
Comment ne pas y voir la marque d’une politique municipale qui depuis près de 30 ans organise la mort du commerce en centre-ville, une municipalité impuissante à lutter contre une insécurité grandissante, une municipalité responsable d’une politique de stationnement ubuesque et enfin une municipalité qui sciemment maintien des quartiers dans la paupérisation et le communautarisme. Comment ne pas s’interroger sur l’avenir d’une ville sans vision, sans politique volontariste et sans ambition pour ses habitants.

PERPIGNAN – UNIVERSITÉ EN CENTRE VILLE : ABSENCE DE RESTAURATION COLLECTIVE ET DE PLACES DE STATIONNEMENT !

Communiqué des élus municipaux du groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »
Lors du Conseil Municipal du jeudi 9 février 2017, le « Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » a porté devant l’assemblée municipale deux éléments préoccupants signalés par des professeurs et des collectifs d’étudiants, dans le projet de l’Université du centre-ville, sensée accueillir 600 étudiants en septembre 2017.
En effet, alors que selon l’étude de faisabilité du parking de la Place Jean Moulin (projet aujourd’hui abandonné), le quartier de la Réal laissait déjà apparaître un déficit de 600 à 800 places de stationnement, les étudiants et professeurs ne disposeront en tout et pour tout, eux, que de 30 places de parking…
Même si on sait que tous les étudiants ne se déplacent pas en voiture, il est facile de constater, à la vue des parkings de l’U.P.V.D. que bon nombre d’entre eux utilisent ce moyen de transport (notamment ceux résidant à l’extérieur de Perpignan) et que l’enclavement de la nouvelle université du Centre-Ville, sans places suffisantes pour les véhicules, sans ligne de bus dédiée, apparaît comme une gêne évidente à la mobilité des élèves.
Autre élément important, dans le projet de ce nouveau pôle universitaire, on constate que le CROUS n’a prévu aucun système de restauration collective, ni même individuel ! Dans le but, nous dit-on, de favoriser les commerçants du Centre-Ville… Quand on connaît le prix d’un repas complet au Resto U, soit 4.50 €, on voit mal comment nos commerces déjà en difficulté pourraient s’aligner sur ce système de restauration, qui plus est largement subventionné !
Le Groupe Perpignan Ensemble demande instamment aux élus en charge de ce dossier, de revoir leur copie, et ce malgré une volonté politique insistante, afin de répondre à ces deux préoccupations essentielles pour la vie étudiante et le bon fonctionnement de la nouvelle université en centre-ville de Perpignan.

POLITIQUE : « LES INDÉPENDANTISTES N’IRONT PAS À L’UNIVERSITÉ ! »

Louis Aliot
Louis Aliot
Communiqué Louis ALIOT, député européen (FN-RBM), conseiller municipal et communautaire de Perpignan
J’ai envoyé ce jour à madame le Ministre de l’Éducation Nationale, de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur ainsi qu’à monsieur le Maire de Perpignan, Président de la Communauté Urbaine, des courriers m’étonnant de la tenue dans l’enceinte de l’université de Perpignan d’une manifestation visant à la constitution d’un parti politique autonomiste prônant des idées contraires à des principes républicains tels que l’unité ou l’indivisibilité de la république : courier-a-nvb
J’ai pris connaissance avec satisfaction de la réponse du Président de l’Université qui m’a informé du caractère erroné des informations publiées sur le sujet et précise qu’il a refusé la demande de cette association en raison « du respect du principe de neutralité qui s’impose à un établissement public ».
Donc Acte.

PERPIGNAN – COMMERCE DU CENTRE-VILLE : LE GROUPE FN DÉPOSE UNE MOTION

Communiqué du Groupe « Perpignan Ensemble »
Le point 2.09 de l’ordre du jour étant lié à l’opération « tickets parking » qui consiste à permettre aux commerçants d’offrir des heures de parking gratuites à leurs clients, le groupe Perpignan Ensemble entend que soit évoqué le sort des commerçants puisque le manque de stationnement et le prix prohibitif sont aussi des causes de la situation actuelle. Le groupe Perpignan Ensemble propose l’adoption au Conseil Municipal d’une motion de soutien au commerce de proximité du centre-ville.
Le but de cette motion est de clarifier la position du Conseil Municipal en matière d’implantation commerciale en périphérie de la ville et au sein de l’ensemble de l’agglomération de Perpignan.
Le Conseil Municipal ne peut être une simple chambre d’enregistrement, mais un lieu de débat démocratique pour permettre aux citoyens de notre ville d’avoir une véritable information, loin du filtre de la presse locale, et à l’ensemble des élus de voter en conscience.
Le 17 mars 2014, pendant la campagne électorale, Stéphane RUEL, devenu depuis lors Adjoint au Commerce, a signé, en votre nom et en celui de l’ensemble de votre liste, la charte de l’association l’Olivier. Cette charte indique en son troisième point : « Gel des autorisations de grandes et moyennes surfaces pour 3 ans ».
Depuis 2012, l’usine COMTEROUX est fermée. Cette friche qui vous fait si peur existe donc depuis 4 ans. Vos représentants, Monsieur BARBE et Monsieur FLORIDO, ont voté pour ce projet lors de la réunion de la CDAC du lundi 23 mai 2016. Or, le projet que vous avez soutenu est une violation de vos engagements de campagne.
La situation économique du commerce en centre-ville est évidente. Sans même évoquer le sort de la rue des Augustins et de la Fusterie (44 commerces fermés au total de ces deux rues), la place des Poilus, haut lieu de vie du cœur de ville, a perdu 5 commerces, et la rue de l’Argenterie plus de 11 ! La friche se généralise en cœur de ville.
Après avoir soutenu, lorsque Monsieur le Maire était l’adjoint de Monsieur Alduy, la création du centre commercial du Centre du Monde, puis celui du Carré d’Or, puis celui de l’extension de Décathlon et de Leclerc Nord, voilà un nouveau projet de création de surfaces commerciales hors du centre-ville pour 25 000 M².
Aujourd’hui plus de 30 000 M² de surfaces commerciales sont vacantes et 30 % ont été construites depuis moins de 2 ans c’est-à-dire depuis votre réélection.
Vous avez indiqué lors de votre intervention télévisée que la RD 900 est un axe fondamental pour la ville. Nous pensons que la priorité est de rendre attractif le cœur de ville.
Sans commerce, il est peu probable, que les touristes que vous espérez pour la réalisation de Perpignan Destination,   restent plus que le temps d’une visite des monuments. Le cœur de ville ne peut être un musée à ciel ouvert.
Comme l’indique Michel Pazounian, délégué général du PROCOS, « il faut que le Maire soit très impliqué personnellement et qu’il ne confie pas la dynamisation du centre-ville à un collaborateur lambda ».
Il est temps d’arrêter le soutien aux extensions ou aux créations de centres commerciaux et de se concentrer dans le soutien aux commerces du centre-ville.

Motion

Attendu que la situation économique des commerces du centre-ville de Perpignan est inquiétante.
Attendu que le nombre de surface commerciale inoccupée sur l’ensemble de la commune est important.
Attendu que le centre-ville et son attractivité économique doivent être les priorités.
Le Conseil Municipal invite Monsieur le Maire et ses représentants, lors des réunions de la CDAC, à ne voter aucune autorisation d’implantation ou de modification des autorisations existantes et cela pendant une période de 3 ans.

PERPIGNAN : « LE MAIRE DOIT PRENDRE SES RESPONSABILITÉS SUR LES VELLÉITÉS DE CERTAINS DE SES ÉLUS ! »

Communiqué de Louis Aliot, Conseiller Municipal et Communautaire FN
« Je demande à Monsieur le Maire de Perpignan de condamner les propos de son adjoint aux affaires catalanes et à la coopération transfrontalière. 
En effet celui-ci dans le quotidien local expose sa stratégie de rupture dans ces termes : « maintenant, il va falloir convaincre la population, nos députés et les institutions qu’il faut pour notre département une collectivité territoriale unique avec un statut particulier, comme c’est le cas en Corse ». Rien que ça. 
Si nous n’avons rien contre la personne incriminée, nous considérons que cette vision culturellement séparatiste et légalement douteuse, n’a jamais été que je sache la position de l’institution municipale perpignanaise et que dans tous les cas, elle ne représente qu’une infime minorité de la population de notre département. 
Que ces organisations politiques microscopiques se présentent aux élections pour défendre ces idées-là et elles constateront la popularité de leur projet ! 
Défendre notre identité locale, nos traditions, notre patrimoine, notre culture face à une immigration toujours plus dynamique et à l’installation d’un communautarisme religieux est une chose. Promouvoir des idées de division nationale en est une autre ! La France n’est pas l’Espagne ! Le combat culturel renforcera l’unité du pays ; les revendications institutionnelles autonomistes fragiliseront la France et la république. 
Dans une situation d’extrême fragilité pour notre pays, c’est vers l’unité et l’indivisibilité de la République française et la sécurité de son peuple qu’il faut se concentrer. 
Le nom de la nouvelle région décidé par les socialistes, les communistes, les écologistes et leurs alliés régionalistes, après une consultation douteuse, coûteuse et critiquable, ne va faire qu’accentuer les dissensions entre territoires, élus et professionnels. 
Catalans d’accord mais Français d’abord ».

PERPIGNAN – ESPACE TOURISTIQUE CATHÉDRALE : OUI À L’ABANDON DU PROJET !

Communiqué des élus du Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot.
Le Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot a été le premier à dénoncer le projet de « l’Espace Touristique » prévu en lieu et place de l’ancien presbytère de la cathédrale.
Avec le pseudo-sondage en ligne sur le site Internet de la mairie et du quotidien l’Indépendant, il apparaît très clairement que le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, effectue ce que l’on peut qualifier de reculade.
Cette marche arrière ne fait simplement suite qu’aux différentes interventions des élus FN/RBM qui ont trouvé beaucoup d’échos auprès de la population perpignanaise.
Les élus du Groupe d’Opposition « Perpignan Ensemble » dénoncent cependant une consultation sans contrôle démocratique où les élus de la majorité PS/LR aux commandes de la Mairie de Perpignan ne proposent pas d’alternative à ce projet de près de 4 millions d’€uros.
Les élus FN/RBM demandent tout simplement au maire de Perpignan d’intervenir auprès des services compétents de la Préfecture pour obtenir une dérogation qui permettrait de laisser l’espace du presbytère démoli, libre de toute construction. Ce type de réclamation aurait deux avantages : une économie non négligeable pour les finances publiques et une mise en valeur du Campo Santo.

MÉTROPOLE – BUDGET 2016 : « ILS ENDOSSERONT ENSEMBLE LES PIÈTRES RÉSULTATS »

Réaction de Louis Aliot, Député européen et Vice-Président du Front National
C’est à la suite de l’article publié par J.Marc PUJOL au lendemain du vote du budget de la Communauté Urbaine PERPIGNAN MÉDITERRANÉE MÉTROPOLE que Louis Aliot nous fait parvenir une réaction à chaud, tat sur le vote lui-même que sur l’article publié par J.Marc Pujol, Président de PMM (Lire : « JE REMERCIE LES 35 MAIRES DU TERRITOIRE »)
« Ils endosseront ensemble les piètres résultats de cette politique qui pénalisent l’économie locale et les entreprises. Ce vote droite et gauche à l’Agglo. scelle l’alliance entre la gauche et la droite pour sauver les privilèges des uns et les subventions des autres… Les citoyens ne sont plus dupes de ce système de connivences… »
Bref et concis, voilà qui a au moins le mérite d’être clair !

PERPIGNAN : PUJOL, LE HOLLANDE PERPIGNANAIS !

Louis PEPar Louis Aliot, Député européen et Vice-Président du Front National

Désormais, et à chaque séance du conseil municipal, le maire UMP-UDI de Perpignan tente de faire la leçon aux élus de l’opposition en brandissant le contre-exemple de Béziers pour tenter de glorifier sa gestion désastreuse.
Monsieur PUJOL, biterrois d’origine, n’hésite pas à mentir pour salir son ancien ami ! Il compare l’incomparable mais rêve en secret de ressembler à Robert MENARD et d’être médiatiquement reconnu. C’est tellement vrai qu’il multiplie les postures provocatrices, comme par exemple demander des fusils d’assaut (et pourquoi pas des chars d’assaut ?) pour la police municipale, alors qu’il n’est même pas capable de mettre fin aux caillassages de bus dans certains quartiers de Perpignan et que les chiffres de l’insécurité sont mauvais. Pujol cache le fait que Ménard a hérité de la gestion minable de l’ancien sénateur maire UMP Couderc…
Il est dans la Com., comme pour ses tracts ridicules sur l’augmentation 0 des impôts, alors que les contribuables savent bien qu’ils paient plus que l’année dernière. Certes, la mairie ne vote pas d’augmentation des taux (elle pourrait aller plus loin en baissant les impôts et en faisant des économies sur le clientélisme), mais par le truchement de la révision des bases, les impôts augmentent. En parlant de 0, c’est un 0 pointé à la gestion municipale qu’il faut adresser au maire, tant il perpétue un système que les perpignanais ne veulent plus ! Pas plus que les employés de la ville d’ailleurs qui subissent en permanence brimades et pressions. Il faut dire que le cabinet du maire a pris le pouvoir à la Loge, et que même les élus sont anesthésiés par un fonctionnement rigide et autoritaire qui empêche le moindre débat.
Mais qu’attendre d’une majorité UMP-UDI qui aux départementales a appelé à voter PS ou communiste, contre les candidats du FN-RBM ? L’emblème de cette courte-échelle permanente restera le soutien aux dernières municipales de l’ensemble de la gauche au candidat UMP-UDI en grande difficulté ! Il se dit même que les discussions sont engagées entre les socialistes et l’équipe Pujol pour tenter de sauver le « système » pour les prochaines élections… À suivre !
Et puisque Pujol parle de Ménard, il y a une différence majeure entre les deux. Aux élections régionales le candidat que soutenait Ménard, en l’occurrence votre serviteur, a obtenu à perpignan 42% et à Béziers 48% alors le candidat soutenu par Pujol obtenait 21% à Perpignan et 16% à Béziers. Les électeurs ont tranché, et ce pour longtemps.
En fait, le système politique dans les P.-O. est un système qui se tient et qui se prolonge dans une connivence évidente. C’est le règne du « je te tiens, tu me tiens ».
Les seuls projets mis en place sont ceux que nous avions proposés lors de la campagne électorale municipale : l’université du centre-ville (que le maire voulait sur la place Arago) et le quartier des arts, de l’artisanat et des traditions de la rue des augustins que Monsieur Pujol tente de réaliser en piochant dans notre boite à idées.
A l’image de François Hollande, l’impopularité grandissante de Pujol et de sa majorité, l’immobilisme de sa politique et sa soudaine agitation communicative démontrent le désarroi d’une mairie sans boussole et sans projet.
Contre ce système LRPS finissant, préparons l’avenir !
LES ARTICLES ARCHIVES