DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
LOGO IFA 2016 190 jpg
Affiche A3-16-Semaine Bleue ok
PUB JPA
JPA 2
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

septembre 2017
D L Ma Me J V S
« août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Louis Aliot

PERPIGNAN : « COLLÈGES, LIEUX DE SÉGRÉGATION » : À QUI LA FAUTE ?

Communiqué du Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »Logo RBM-FN
Selon les déclarations d’un responsable syndical de l’Enseignement Public, les collèges et lycées de Perpignan seraient devenus de véritables lieux de « ségrégation »!
Outre le terme employé, qui n’est pas sans rappeler une vieille dialectique, on est en droit de se demander si ces déclarations ne reflètent, au final, les conséquences de la gestion des collèges et des lycées depuis plusieurs décennies sur le département, par des exécutifs de Gauche et d’Extrême-Gauche…
En effet, s’il y a bien un domaine dans lequel les partis et les syndicats de Gauche ont la mainmise, c’est l’Enseignement Public ! Il est facile d’accuser systématiquement l’Enseignement Privé ou Libre de tous les maux, comme sous l’ère Mitterrand…
Si les parents se détournent des établissements publics, cela n’a rien à voir avec une quelconque « phobie », c’est avant tout de la faute de leurs gestionnaires que sont le Conseil Départemental, le Conseil Régional et les Syndicats, incapables de s’adapter à un monde qui n’est plus celui du bloc soviétique !
Au-delà des grandes déclarations et des débats stériles visant à opposer les parents d’élèves les uns contre les autres dans leurs choix éducatifs pour leurs enfants, c’est à l’administration et ses courroies de transmission syndicales de sortir de leur sectarisme, et ce, afin d’assurer les grands équilibres sociaux dans les collèges et lycées de la République !

RÉGION : UNE RENTRÉE SCOLAIRE SUR LES CHAPEAUX DE ROUES !

LIRE :
RENTRÉE SCOLAIRE
Seule une école efficace assurera l’avenir de nos enfants

France Jamet
France Jamet
Communiqué de France Jamet, Députée française au Parlement européen, Membre du Bureau Politique du Front National, Présidente du Groupe des Élus Front National-RBM, au Conseil Régional d’Occitanie.
À l’occasion de la rentrée scolaire, je présentais vendredi les actions de nos élus régionaux, notamment en matière d’Education et de Jeunesse.
Chaque année, les chiffres du chômage augmentent un peu plus chez les jeunes, et avec lui les perspectives d’un avenir serein s’amoindrissent. L’apprentissage est marginalisé et les savoirs fondamentaux sont relégués au second plan. Autant de sujets sur lesquels nos représentants se sont battus.
Tout au long de l’année dernière, notre groupe a travaillé sans relâche afin d’apporter des solutions aux problématiques rencontrées quotidiennement par les Occitans. Avec 93 amendements, 113 interventions et 104 communiqués, nous nous sommes attachés à défendre leurs intérêts, à brandir l’étendard du patriotisme économique, à protéger l’emploi local, à dénoncer les pratiques de nos adversaires politiques…
Passionnément attachée à Montpellier et sa métropole, je suis heureuse que Audrey Lledo et Robert Beaufils, élus intègres et exemplaires, perpétuent mes actions au sein de la Métropole 3M et du Conseil Municipal de la ville.
Élue Députée Française au Parlement Européen à la suite de Louis Aliot, j’ai choisi de siéger au sein de deux commissions qui me permettront de traiter des sujets directement en lien avec nos problématiques régionales :
– L’INTA, s’occupant de la régulation du commerce international, en prise directe avec les problématiques de protection de nos produits, de nos producteurs, de notre savoir-faire, de notre excellence mais aussi de notre santé et de notre économie.
– Je serai également suppléante au sein de la commission Pêche. Nous mettrons en exergue les difficultés des pêcheurs français face à l’abandon de l’Etat et à la concurrence déloyale.
Avec ce nouveau mandat, je souhaite défendre la France et ses intérêts, tout en restant une élue locale, ancrée dans le territoire occitan. Ma pugnacité et mon travail de fond au sein du Conseil Régional resteront donc une priorité.
010204

PERPIGNAN – « GRÈVE À LA CTM : SORTONS DE CETTE IMPASSE ! »

Communiqué du Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot.
Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » dénonce l’impasse totale dans laquelle le conflit social à la CTPM s’est enlisé ! Les élus communautaires FN/RBM soutiennent les salariés de la compagnie de bus de Perpignan dans leurs revendications, notamment sur les questions de sécurité.
Il est intolérable que chaque semaine, dans le plus grand silence politique et médiatique, des bus subissent encore régulièrement des caillassages, non seulement certains quartiers « dits sensibles », mais aussi comme la semaine dernière, au Moulin à Vent !
Quant aux revendications salariales des machinistes, celles-ci apparaissent légitimes au regard des conditions de travail, qui se sont fortement dégradées ces dernières années, notamment par la vétusté du parc des véhicules roulant.
Au delà de la gêne importante que provoque l’arrêt complet du trafic pour les usagers, c’est notre commerce du Centre-Ville, déjà en difficulté, qui subit de plein fouet l’absence de volonté de dialogue social des élus de l’Agglomération de Perpignan, en charge des Transports, avec l’Intersyndicale.
Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » réclame en urgence qu’une réunion sous l’égide de la Préfecture soit organisée, afin que cette situation cesse rapidement, et que les perpignanaises et les perpignanais puissent à nouveau bénéficier de ce service public indispensable à leur vie quotidienne !

NOUVELLE-CALÉDONIE : SITUATION ALARMANTE ! MAIS QUE FAIT L’ÉTAT SOCIALISTE ?

Louis Aliot
Louis Aliot
Communiqué de Louis Aliot, Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan, Député Français au Parlement Européen, Vice-Président du FN
Une nouvelle fois les populations du Mont-Dore, une commune de la Calédonie française, se sont retrouvées prises en otages par des apprentis terroristes.
Suite à des tirs sur des automobilistes et sur les gendarmes, les autorités ont décidé de stopper la circulation sur un axe empêchant des centaines de personnes de regagner leur domicile.
Pour la première fois, les munitions utilisées ont été trafiquées pour transpercer le blindage des véhicules de gendarmerie. Ce qui représente une violence inadmissible qui doit être combattue avec détermination et autorité.
L’identité des délinquants étant bien connue, la population a de plus en plus de mal à comprendre la lenteur avec laquelle les ordres d’intervention sont donnés par Paris.
Le Front National demande à l’Etat de prendre enfin ses responsabilités en donnant les ordres proportionnés nécessaires à la fin de ces agressions et de ce désordre.
Assez de palabres, des actes ! La Calédonie Française n’est pas une zone de non droit, mais un territoire 

POLITIQUE : « PRENEZ DES CLANDESTINS ET À VOS FRAIS ! »

Réponse de Louis Aliot Député Européen Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan au Maire de Montner Didier Barbaro : Lire « MONSIEUR ALIOT, VOUS DEVRIEZ AVOIR HONTE »
Monsieur le Maire,
louis-aliotJ’ai bien lu votre « lettre ouverte » ou devrais-je dire votre succession d’amalgames douteux, symboles d’une idéologie sectaire d’un autre âge, auxquels les Françaises et les Français ne croient plus, y compris dans votre propre village !
J’en profite pour saluer vos administrés qui m’ont placé largement en tête lors du dernier scrutin régional : 43% au premier tour ; 48% au second devant la socialo-communiste-verdâtre Delga.
Vous savez très bien que ce ne sont pas les individus en tant que tels que nous visions dans cette motion, car ils sont les victimes de la politique absurde menée par la droite et la gauche depuis 30 ans et qui a été aggravée par ce gouvernement socialiste.
Je suis un républicain et un démocrate et la Loi doit s’appliquer de la même manière sur l’ensemble du territoire pour tous les individus.
Rien n’est au-dessus de la Loi, rien n’est au-dessus de la souveraineté du peuple.
De plus, vous vous permettez de comparer odieusement la submersion migratoire actuelle avec les différentes vagues de populations arrivées dans notre pays depuis 50 ans, ce qui est scandaleux. Pour la plupart d’entre-deux et ce sont les statistiques européennes officielles qui le disent, une extrême minorité fuit la guerre. La grande majorité sont des clandestins qui migrent pour des raisons purement économiques.
Je suis moi-même fils de rapatriée et n’ai pas de leçon à recevoir d’un écolo-communiste, héritier idéologique de ceux qui pendant près de 70 ans ont déporté des millions de personnes et exterminé tant d’autres à travers le monde… Voulez-vous que nous vous rappelions l’accueil subi par les pieds-noirs et harkis dans notre département alors qu’ils n’étaient pas des migrants, mais des Français ? Voulez-vous que nous rappelions les manifestations d’insultes devant le camp de Rivesaltes par les communistes qui avaient choisi le FLN et qui menaçaient les harkis et leurs familles de représailles ! Une honte soigneusement dissimulée dans les livres d’histoire.
Alors que nos territoires sont confrontés à un taux de chômage et de pauvreté élevés dans notre département qui est l’un des plus pauvres de France, que nos concitoyens font face à des problèmes de logement, à des difficultés pour boucler leur fin de mois, vous souhaitez, vous, trouver les moyens de loger les immigrés clandestins ?
Mais prenez-en chez vous ! A votre charge et non à celle de la collectivité ! Que vos amis de gauche en fassent de même et qu’ils mettent à disposition leurs résidences secondaires pour les accueillir !
C’est trop facile de jouer les humanistes avec l’argent des autres !
Et puis quand même monsieur le maire, avez-vous songé qu’ils sont des milliers, peut-être des millions, à envisager de migrer chez nous ? Le réservoir de l’immigration est inépuisable. Allez-vous tous les recevoir ? C’est démagogique et potentiellement explosif pour notre équilibre économique et la paix civile.
Vous n’êtes pas sans ignorer que l’arrivée massive de « migrants » engendre des tensions graves dans de nombreuses communes d’Europe, en vous rappelant également que des terroristes ont profité ou profitent clairement de ces flux pour pénétrer sur le territoire de la République dans le but d’y perpétrer des attentats…
C’est appliquer le principe de précaution que de ne pas les recevoir et notre responsabilité est d’aller tenter de régler les problèmes dans leurs pays d’origine, non pas en déversant des bombes mais en favorisant un développement équilibré.
Non Monsieur, les Françaises et les Français, quelles que soient leurs origines ou leurs conditions, n’ont pas à subir les conséquences de la politique étrangère des irresponsables Sarkozy et Hollande, ou de technocrates de Bruxelles qui ont vendu notre souveraineté et nos libertés. Ceux-là même que vous défendez !
En conclusion, balayez devant votre porte et procédez à votre examen de conscience sur la situation actuelle qui est la conséquence de la folle politique menée par vos amis depuis plus de 30 ans. La situation explosive que nous connaissons est un peu la vôtre ; elle est liée à votre aveuglement et à votre sectarisme.
Notre premier devoir d’élus locaux c’est de défendre les nôtres.
Louis Aliot
motion-fn-du-ca-17-10-16-page-01motion-fn-du-ca-17-10-16-page-02

MIGRANTS : « MONSIEUR ALIOT, VOUS DEVRIEZ AVOIR HONTE »

Lettre ouverte de Didier Barbaro (1), maire de Montner, à Louis Aliot, député européen
Monsieur Aliot, vous avez proposé à Perpignan Méditerranée Métropole une motion intitulée : « Ma communauté urbaine sans Migrant »...
Monsieur le « gendre parfait » j’aurais envie de vous demander pourquoi tant de haine (?), sur le ton de la plaisanterie si le sujet n’était pas aussi grave. Quand des enfants, des vieillards, des femmes et des hommes de tous âges périssent tous les jours sous les bombes à Alep et ailleurs, quand des familles traversent la Méditerranée au péril de leurs vies, avec un  manque d’humanité total vous essayez de vous en servir pour faire peur aux gens. Vous parlez d’invasion, de corridor de migrants (référence au corridor humanitaire qui sont parfois mis en place pour l’évacuation des civils en zone de guerre mais le mot humanitaire doit vous irriter) que de mensonges !
On parle de quoi ?
Pour l’instant 13 300 réfugiés ont été accueillis  en France (sur 30 000 prévus) et quatre familles accueillies dans le département des Pyrénées-Orientales. Dans un souci de respectabilité de façade, votre parti cache ses skinheads et ses vieux nostalgiques, mais ce sont vos idées dangereuses, pour ne pas dire nauséabondes, que vous devriez abandonner et dont vous devriez avoir honte ! Ici, en Catalogne, nous avons accueilli  réfugiés Républicains, pieds noirs, harkis… et c’est notre fierté.
Non monsieur, vous ne nous dicterez pas votre loi, ne vous en déplaise !, dans nos villages nous continuerons à être accueillant avec tous et à aider les associations qu’il nous semblera utile : que ce soit les Restos du coeur, la Croix Rouge, le Planning familial, le Secours catholique ou toutes autres associations à but humanitaire.
(1) Daniel BARBARO,  maire de Montner, conseiller communautaire Perpignan Méditerranée Métropole (PMM). 
Et si ce Monsieur accueillait lui-même dans sa propre maison des migrants, souvent des hommes, qui fuient une zone de guerre comme ne le firent pas les Français lors des deux guerres mondiales au sacrifice de leurs vies. Ce monsieur parle vraiment à tort et à travers… (NDLR)
motion-fn-du-ca-17-10-16-page-01motion-fn-du-ca-17-10-16-page-02

MÉTROPOLE – MIGRANTS : LE FN DÉPOSE UNE MOTION DEVANT LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE

Communiqué des élus Communautaires du groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »
fn-aggloPlusieurs communes des Pyrénées-Orientales étant confrontées à l’arrivée sur leurs territoires de plusieurs dizaines de migrants, en provenance de la jungle de Calais, sans que les populations et les élus aient été préalablement consultés, les élus du Groupe Perpignan Ensemble (FN/RBM), présidé par Louis Aliot, déposeront une motion intitulée « Ma Communauté Urbaine sans Migrants », lors du prochain conseil d’agglomération du lundi 17 octobre 2016.
Cette motion fait suite à l’annonce par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, d’un plan de dissémination de 12 000 migrants dans les villages et villes de France, consécutif au démantèlement de la « jungle » de calais. Les élus du Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot », considèrent que ce passage en force du gouvernement socialiste est tout simplement inacceptable car il menace gravement l’ordre public et la sécurité de nos administrés. Cette politique folle aura pour conséquence de multiplier les « mini » Calais sur l’ensemble du territoire national, sans consulter préalablement les populations et les élus locaux. Les élus du Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » exigent que les habitants et habitantes des communes retenues par les services de la Préfecture pour accueillir des clandestins soient au préalable consultés par la voie de référendums locaux.

MATCH ALIOT vs « OUI AU PAYS CATALAN – RÉPONSE AUX USURPATEURS ET ‘NÉO-CONSERVATEURS’ DU PAYS CATALAN : « JE SUIS TOUT AUSSI CATALAN QUE VOUS ! »

Par Louis Aliot
Louis Aliot
Louis Aliot
Le « pays catalan » n’appartient pas à celles et ceux qui se prévalent de ce nom sans jamais avoir mené une politique susceptible de défendre et de faire vivre l’identité catalane dans toutes ses composantes artistiques, culturelles, linguistiques et historiques.
Les mêmes qui s’agitent comme des petits diables en tentant de me diaboliser sur le sujet sont ceux qui depuis des décennies ont tout accepté en matière d’immigration et de renoncements en tout genre. Ils ont livré nos terroirs et notre territoire à une immigration extra-européenne sans limite qui menace notre identité et ils ont participé à des majorités qui ont conduit notre département et notre belle ville de Perpignan à être les plus pauvres et les plus en difficulté de France. 
Chômage, ruine de notre agriculture, dette abyssale, gaspillage de l’argent public, artisanat et commerce en berne, entreprises en difficultés, services publics défaillants… voilà le bilan de ces catalanistes qui osent donner des leçons ! 
Balayez devant votre porte et sachez que je suis tout autant que vous, et sûrement plus, un défenseur de l’authentique pays Catalan, enraciné, fier et Français par dessus tout !

POLITIQUE – ALIOT ET LE FN : ÇA CONTINUE !

Communiqué de « Oui au Pays Catalan » 
Une force politique nouvelle, large et de rassemblement, naîtra lors du Congrès de fondation de « OUI AU PAYS CATALAN ». Cet événement ouvert à tous se déroulera le 15 octobre à 15 heures au Mégacastillet, à Perpignan.
Louis Aliot
Louis Aliot
Ce parti politique sera issu de la volonté de centaines de Catalans ayant la ferme intention de résister à l’écrasement de notre territoire par l’Occitanie. Il s’agit de se battre politiquement pour défendre notre espace géographique et proposer une alternative à l’abandon que proposent les partis du système en place. Cet élan populaire, constructif et rassembleur, fait grincer des dents le vice-président du Front National, Louis Aliot. L’Ariégois traite d’ »d’indépendantistes » les personnes mobilisées par le devenir de notre territoire.
Depuis son parachutage chez nous, M. Aliot a multiplié les agressions contre notre culture et notre identité, par ses déclarations et ses votes en assemblée. Monsieur Aliot, être catalan ne relève pas du folklore, barretina incluse, pour amuser vos amis jacobins de Paris. Vous ne nous comprenez pas, vous voulez nous faire disparaître, mais les Catalans ne l’accepteront jamais. Uni à l’immobilisme aux forces immobilistes des Pyrénées-Orientales, vous faites pression et tentez nous confondre. C’est peine perdue : dans notre Pays Catalan, l’envie de construire, l’envie d’avenir et de changement sont plus forts que le mépris, l’abandon et le centralisme dont vous êtes le porte-parole.

POLITIQUE : « LA LGV MONTPELLIER-PERPIGNAN REPOUSSÉE AUX CALENDES GRECQUES ! »

Communiqué des élus FN/RBM des Pyrénées Orientales 
Dans le cadre d’un rapport du groupe de travail des sénateurs sur l’avenir des lignes TGV, il est préconisé le gel de la ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan pendant 15 ans !!!
Faisant fi de l’impérieuse nécessité du développement de l’économie locale pour lutter contre le chômage de masse sur notre territoire, les parlementaires de droite et de gauche proposent l’abandon de notre avenir.
Alors que le gouvernement espagnol et la Generalitat de Barcelone ont tenu leurs engagements, la France, par l’intermédiaire de ces parlementaires, décident de ne plus respecter les engagements internationaux de notre pays.
L’avenir économique de notre territoire est en danger. Notons le silence assourdissant de Madame Delga et des six parlementaires de droite et de gauche de notre département. « Qui ne dit mot consent ».
Louis Aliot et l’ensemble des élus FN/RBM des Pyrénées Orientales continueront le combat pour relier Perpignan au réseau du TGV entre Barcelone et Paris.

DÉPARTEMENT : « OUI AU PAYS CATALAN » : LES MASQUES TOMBENT !

Communiqué Louis ALIOT, député européen (FN-RBM), conseiller municipal et communautaire de Perpignan
« La presse nous apprend ce jour la création d’un nouveau parti politique qui détourne à des fins politiciennes la préoccupation populaire et légitime de défense de la culture catalane française.
Voilà le vrai visage des pseudo-défenseurs de la catalanité en Roussillon. La manipulation organisée par ces « indépendantistes » est aujourd’hui avérée. Une élue de la fausse droite de Perpignan, adjointe et conseillère départementale UDI, alliée à un ancien élu socialiste (dont il faudra bien un jour parler de son passé) appartenant à une formation catalane espagnole et à un autre élu centriste. Sous couvert de la protection de l’identité catalane, ils ne développaient qu’une stratégie partisane et personnelle et ont profité de la trahison socialo-écolo-communiste de l’équipe DELGA, pour mobiliser des centaines de personnes aujourd’hui trahies par la création d’un parti politique autonomiste. 
La France est une et indivisible ce qui permet à chacune des cultures enracinées de trouver leur place dans notre beau pays, ouvert et rassemblé.
La création de ce parti, en catimini et sans concertation, aura eu le mérite d’ouvrir les yeux à toutes celles et ceux qui ont participé à cette manifestation identitaire et culturelle sans esprit partisan et qui se retrouvent aujourd’hui otages de cette folle ambition.
Cette énième manipulation politicienne sur le sujet démontre que nous sommes le dernier rempart de la République Française sur ce territoire, les seuls à défendre l’enracinement, les traditions, la culture au sein d’une Nation fière de son héritage et de ses diversités locales.
Ces « séparatistes », « nationalistes », « autonomistes » ou « indépendantistes » servent consciemment ou inconsciemment le projet de destruction des nations porté par les tenants d’un mondialisme marchand et financier prédateur de tout ce qui enracine l’être humain. Et l’immigration qu’on nous impose fait partie de cette stratégie.
Que ces gens-là se présentent aux élections sous leur bannière et que les partis LRPS – Les Républicains (LR) et Parti Socialiste (PS) – arrêtent de leur donner une tribune comme à Perpignan alors qu’ils représentent peu et contribuent à l’esprit de division qui affaiblit la France. Le peuple verra alors s’ils ont le courage d’affronter la démocratie en défendant leurs positions antirépublicaines.
Nos compatriotes du Roussillon peuvent compter sur nous pour défendre notre identité et nos racines, dans une France forte, face aux agents locaux de la soumission et de la division nationale ».

POLITIQUE : LE FRONT NATIONAL MENT AU PAYS CATALAN !

Communiqué du Parti Démocrate de Catalogne
Cet été, plusieurs milliers de Catalans anonymes se sont fédérés dans toutes nos communes pour s’opposer à l’annexion occitane. La Résistance catalane s’est organisée  sur Internet, sur les marchés, dans les commerces et les familles. Une pétition a recueilli 30 000 signatures. Le 10 septembre, à Perpignan, 10 000 personnes prenaient la rue et bousculaient des élus jusque-là bien silencieux, dont la Présidente du Conseil Départemental et le Maire de Perpignan.
Parmi les rares qui sont restés insensibles à cet élan populaire figure Louis Aliot, étranger au cri du peuple catalan, absent des prises de position et de l’action. Cette désertion démasque le Front national, faux protecteur des gens et des terroirs ! L’extrême droite jacobine, hors-sol, éloignée des réalités, ne prospère qu’au travers des chaînes de TV parisiennes. Son relais faussement enraciné, parachuté en 2002 par Jean-Marie Le Pen à Perpignan, ne comprend pas notre Pays Catalan car il attaque ses symboles fédérateurs : une langue et une culture en partage, des liens séculaires avec la Catalogne.

Une vérité simple se fait jour : qui défend les intérêts de notre territoire ? Qui ignore le peuple et tente de l’endormir ? Seuls les Catalanes et les Catalans honnêtes bâtiront l’alternative nécessaire pour que notre territoire aborde l’avenir sereinement.

PERPIGNAN – FOIRE DES CAMELOTS ANNULÉE : LE TERRIBLE SYMBOLE DU RECUL DE L’ÉTAT !

Communiqué des élus municipaux du groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » 
L’annulation de la traditionnelle « Foire des Camelots » qui se tient tous les 11 novembre à Perpignan, vient d’être confirmée, laissant un goût amer à tous les Perpignanais et Perpignanaises ! Mais il ne faut pas s’y tromper, cette décision est aussi le symbole d’un gouvernement socialiste incapable d’assurer la sécurité sur notre territoire.

Face à la menace terroriste, alors que des milliers de fichés « s » sont laissés en liberté, que les mosquées prêchant le salafisme ne sont pas dissoutes et que nos gouvernants sont incapables de maîtriser les flux de migrants (dont on sait que les terroristes profitent pour pénétrer en Europe), cette annulation apparaît comme une punition collective !

Devant ce terrible recul, il apparaît que non seulement nos coutumes sont menacées, mais aussi le fondement même de notre État de Droit : la Liberté ! Qu’en sera-t-il alors pour Perpignan, des futures manifestations traditionnelles : procession de la Sanch, fête de la Saint-Jean, foire Saint Martin ?

Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » demande aux services de l’État de tout mettre en œuvre pour que nos évènements traditionnels puissent avoir lieu, par la mise à disposition d’unités mobiles (CRS ou Gendarmes Mobiles), et la mise hors d’état de nuire des individus dangereux ou fichés comme tels !

POLITIQUE – VIOLENTE ATTEINTE À LA LÄICITÉ PAR UN MIGRANT : QUESTION ÉCRITE À LA COMMISSION EUROPÉENNE

Louis Aliot interroge la commission européenne suite à l’agression du 6 juin 2016 à Nice
À l’occasion du premier jour du ramadan, fête traditionnelle musulmane durant laquelle doivent jeûner les fidèles en journée pendant un mois, une jeune serveuse a été violemment agressée sur une terrasse de café à Nice (Côte d’Azur).
Cette inacceptable agression perpétrée par un migrant, au prétexte que la jeune femme « devrait avoir honte de servir de l’alcool en période de ramadan » avant d’ajouter « Si j’étais Dieu, je t’aurais pendu », n’est pas anodine et porte un coup sévère aux valeurs républicaines dans un contexte de progression du fondamentalisme religieux et de la montée du communautarisme.
Alors que l’Union européenne promeut les « bienfaits » de l’immigration et contraint les Etats membres à des quotas de réfugiés sur leur sol, que propose la commission pour palier au décalage culturel entre des autochtones laïques ou exerçant leur foi en toute discrétion et des populations fraîchement débarquées, imprégnées par une religion faisant foi de loi suprême sur toute autre règle, alors que ces mêmes États n’y sont pas parvenus avec les précédentes vagues migratoires ?
Réponse donnée par M. Avramopoulos, au nom de la Commission (15.9.2016)
L’Union européenne (UE) se fonde sur des valeurs fondamentales parmi lesquelles figurent la démocratie, la primauté du droit et le respect des droits fondamentaux. La Charte des droits fondamentaux de l’UE consacre de nombreux droits revêtant une importance déterminante pour le processus d’intégration, dont les libertés d’expression et de religion, ainsi que les droits à l’égalité et à la non-discrimination. L’intégration des ressortissants des pays tiers ne se fait pas (et ne se fera pas) au détriment de ces valeurs. Au contraire, apprendre à connaître les lois, la culture et les valeurs de la société d’accueil est essentiel pour les ressortissants de pays tiers, afin de comprendre les responsabilités liées à leur nouvelle existence dans la société d’accueil et de jouer un rôle actif au sein de celle-ci.
Cependant, développer des sociétés accueillantes, plurielles et inclusives est un processus qui passe par l’engagement à la fois des ressortissants de pays tiers, mais aussi de la société d’accueil. Cela a été réaffirmé dans la communication du 7 juin 2016 prévoyant un « Plan d’action pour l’intégration des ressortissants de pays tiers », dans lequel la Commission a défini les principales priorités politiques et proposé des instruments pour les actions concrètes à entreprendre à l’échelon de l’UE pour soutenir les mesures prises au niveau des États membres en matière d’intégration, dont, par exemple, des programmes d’éducation à la citoyenneté pour tous les ressortissants de pays tiers, afin d’encourager l’intégration dans la société d’accueil et de favoriser la compréhension et le respect des valeurs de l’Union.
La Commission s’est engagée à promouvoir le respect des valeurs européennes et à favoriser le dialogue et la compréhension mutuelle entre les communautés, y compris les communautés religieuses, et un meilleur «vivre ensemble». À cette fin, la Commission fournit des aides financières, en particulier au titre du programme « Droits, égalité et citoyenneté », en faveur des actions des parties prenantes qui visent à promouvoir une meilleure compréhension interconfessionnelle et interculturelle ainsi qu’une tolérance accrue dans l’UE.

POLITIQUE : LA DROITE ET LA GAUCHE PLANIFIENT UNE IMMIGRATION DE PEUPLEMENT EN EUROPE !

Louis Aliot
Louis Aliot
Communiqué de Louis Aliot, Député français au Parlement européen, Vice-Président du Front National
Dans le cadre d’un débat sur la gestion des réfugiés et des migrants, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et de sécurité s’est exprimée devant l’hémicycle en des termes explicites et révélateurs, considérant que la crise migratoire n’est pas une crise « mais un phénomène qu’il ne faut pas entraver ».
Pour Federica Mogherini, soutenue par la droite et par la gauche, l’immigration est un « phénomène qui va subsister », et même si « les citoyens n’aiment pas entendre cela, ces migrations sont la norme, elles peuvent apporter des chances incroyables pour ceux qui quittent leur pays et ceux qui les accueillent ».

PERPIGNAN – ÉCOLE DES PLATANES : NON À LA FERMETURE DE LA CLASSE !

Communiqué des élus municipaux du groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » 
Depuis le 5 septembre, l’Inspection d’Académie a pris la décision de fermer une classe de maternelle à l’Ecole des Platanes en cœur de ville. Selon l’Académie, il y a un manque d’effectif pour maintenir cette classe.
Or, plus de huit enfants sont inscrits sur la liste d’attente et ne sont pas pris en compte pour évaluer le maintien de cette classe de maternelle.
Nous considérons que la classe de maternelle est la première étape indispensable à une scolarité de qualité pour nos enfants. Or, avec des classes de plus de 30, tel ne sera pas le cas.
Face au silence de la ville et à l’obstination des services de l’État, nous appelons l’ensemble des citoyens de la ville à signer la pétition et à participer à toutes les actions pour la préservation de cette classe de maternelle, symbole de la désertification croissant de notre cœur de ville.

POLITIQUE : LES JEUNES PATRIOTES DE LA RÉGION VOTENT CONTRE L’ACCUEIL DES MIGRANTS EN EUROPE

Communiqué de Bruno Lervoire, Coordinateur-adjoint du FNJ LRMP
Invités par Louis Aliot, vice-président du Front National et député européen, 10 représentants du Front National de la Jeunesse (FNJ) de la nouvelle grande région se sont rendus les 21 et 22 mai derniers au Parlement Européen de Strasbourg pour l’ »European Youth Event ».
Au centre, Nicolas Brunet, coordinateur régional du FNJ LRMP, entouré des cadres régionaux, devant le Parlement Européen
Au centre, Nicolas Brunet, coordinateur régional du FNJ LRMP, entouré des cadres régionaux, devant le Parlement Européen
Venus de l’Ariège, du Lot, du Tarn, des Pyrénées-Orientales, de l’Hérault, de la Haute-Garonne et du Gard, ils ont participé aux débats avec plus de 7 000 jeunes européens. Premier mouvement jeune de France, le FNJ était particulièrement représenté à Strasbourg. Pendant deux jours, il a fait entendre la voix des patriotes en dénonçant la propagande ultra-libérale et mondialiste vendue par les organisateurs de l’événement.
Aidé par ses alliés de Belgique, d’Italie et Bulgarie, le FNJ a même fait trembler les murs de la salle d’Assemblée lors du débat sur l’accueil des migrants en Europe. Un débat qui s’est soldé par un vote révélateur : 619 jeunes européens représentants du système se sont prononcés pour l’accueil des migrants tandis que les 184 représentants du FNJ et de ses alliés ont voté contre.
Il y a donc deux jeunesses qui se font face en Europe : une jeunesse aveuglée, manipulée par la caste oligarchique au pouvoir à laquelle s’oppose une jeunesse engagée, pragmatique et éclairée. Cette jeunesse éclairée a compris les dangers du mondialisme et s’engage de plus en plus massivement au FNJ !

MÉTROPOLE : LA PROPAGANDE DES ÉLUS DE LA MAJORITÉ LR / UDI ASSUMÉE PAR LE CONTRIBUABLE !

Communiqué des élus du Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot

Chaque Perpignanais ou habitant des 36 communes de l’Agglomération de Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) a pu recevoir dans sa boîte aux lettres un véritable tract de propagande mettant en avant un pseudo « 0% d’augmentation des taux d’imposition depuis 5 ans »…
Voir une majorité faire une campagne avec les deniers publics, qui plus est en dehors de toute élection nationale, pour contre-carrer le mécontentement grandissant de la population envers une « Majorité » LR/UDI gouvernant l’agglomération et la ville de Perpignan, c’est tout simplement déloyal et anti-démocratique… Mais mettre en avant la « Non augmentation des impôts » comme argument d’auto-satisfaction (alors que moins d’un Perpignanais sur deux est assujetti à l’impôt !) c’est profondément malhonnête…
Car c’est oublier qu’il s’agit d’un signe de l’augmentation galopante de la Pauvreté sur nos territoires !
Le Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot dénonce ce type de propagande, symbole d’un régime à bout de souffle. Plutôt qu’une distribution publicitaire, digne des démarcheurs à domicile,
les élus FN/RBM demandent aux élus de l’exécutif LR/UDI des actes courageux et visibles par tous
un véritable plan de soutien à l’économie locale, créateur de richesse et par là-même de ressources fiscales.

PERPIGNAN : RÉUNIONS DE QUARTIERS DES ÉLUS DE LA MAJORITÉ MUNICIPALE… AMBIANCE SURÉALISTE GARANTIE !

Communiqué du Groupe FN/RBM Perpignan Ensemble avec Louis Aliot

Les élus de l’opposition membres groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot se sont invités sans y avoir été conviés, dans les dernières réunions de quartiers convoquées par les services de la Mairie de Perpignan…
Celles-ci ayant pour but d’évoquer avec les habitant(e)s les problématiques liées aux aménagements urbains, et plus particulièrement les travaux programmés dans certaines zones en cours de réhabilitation.
Quelle ne fût pas notre surprise lors de ces réunions de constater une ambiance globalement houleuse, où des perpignanaises et des perpignanais, laissent souvent exprimer leur exaspération d’une politique urbaine menée par la majorité municipale UMP/UDi depuis plus de 30 ans…
Sans parler des dérapages verbaux, où les intervenants ne se gênent pas pour évoquer déplacement et gestion de « certaines populations » (sic) au sein des quartiers ! Que n’aurait-on entendu si ces termes avaient été prononcés par un élu Front National !
Ces réunions ont au moins un mérite, l’occasion pour les plus naïfs d’ouvrir les yeux sur ce triste constat d’échec : la rénovation urbaine, la construction d’espaces sportifs ou d’infrastructures de loisirs ne règlent pas les problèmes de délinquance et encore moins d’intégration !
La majorité municipale repartirait-elle campagne électorale ? Tournée des Bars, des quartiers, des écoles… les élus LR/UDI ne ménagent pas leur peine pour tenter de sauver ce qui peut l’être encore, d’une politique de la Ville Pujol/Alduy vouée à l’échec !

PERPIGNAN : LIGNE 3 DE LA CTPM SUSPENDUE… SYMBOLE DE 30 ANS D’ÉCHEC DE LA POLITIQUE DE LA VILLE !

Communiqué des élus d’opposition FN/RBM à la Mairie de Perpignan et à la Communauté Urbaine.

Malgré les propos rassurants tenus par Daniel Mach, Vice-président en charge des transports à la Communauté Urbaine de Perpignan, les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour que les conducteurs de bus reprennent sereinement les dessertes sur la ligne 3, après les nombreux faits de caillassages.
Malgré les différents plans d’action annoncés par les services de la Préfecture, malgré les politiques de prévention, la distribution d’argent public sous toutes ses formes auprès de la délinquance des quartiers traversés par la ligne 3, l’Etat républicain recule une fois de plus ! Les premières victimes de ce laxisme à l’égard de la délinquance sont les usagers, salariés, retraités, scolaires, mères de famille, pour qui le bus est leur moyen de transport quotidien et vital. 
Les élus du Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot dénoncent cet état de fait intolérable, résultat d’une politique de la Ville menée par la Droite et le Centre depuis près de 30 ans dans notre Ville :
– Ils exigent sans grand espoir, la mise en place d’un dispositif policier dissuasif et répressif, suivi de condamnations judiciaires exemplaires envers les fauteurs de troubles
– Ils réclament la fin des politiques de connivence et de clientélisme envers les groupes de délinquants identifiés dans ces quartiers
– Ils demandent à la Municipalité de trouver dans cette attente des moyens de substitution pour les usagers les plus fragiles (handicapés, personnes âgées…)
– Ils apportent leur entier soutien aux personnels de la CTPM dans le Droit de retrait, tant que les conditions de sécurité ne sont pas rétablies.

POLITIQUE : INDÉPENDANCE DE LA CATALOGNE ESPAGNOLE

Le Député européen Louis Aliot répond à la commission

J’avais récemment interrogé la Commission sur deux points important concernant la catalogne espagnole :
La Commission compte-t-elle soutenir le gouvernement espagnol dans sa volonté de maintenir l’unité de l’Espagne ou bien entend-elle ouvrir un dialogue avec le nouveau chef du gouvernement indépendantiste catalan ?
L’accession unilatérale de la Catalogne à l’indépendance signifierait-elle pour le nouvel État une sortie immédiate de l’Union européenne ?
La commission vient de me repondre en me renvoyant à la déclaration de l’ancien Président de la ommision Romano Prodi en 2004 à savoir :
« Les Communautés européennes et l’Union européenne ont été instituées par les traités conclus entre les États membres. Ces traités s’appliquent aux États membres (article 299 du traité CE). Lorsqu’une partie du territoire d’un État membre cesse de faire partie dudit État, au motif, par exemple, qu’il devient un État indépendant, les traités cessent de s’appliquer à ce territoire. Autrement dit, une région nouvellement indépendante, deviendrait, du fait de son indépendance, un pays tiers par rapport à l’Union et les traités ne s’appliqueraient plus sur son territoire à compter du jour de son indépendance.
En application de l’article 49 Traité sur l’Union européenne, tout État européen qui respecte les principes énoncés à l’article 6, paragraphe 1 dudit Traité peut demander à devenir membre de l’Union. Une demande de ce type exige, si elle est acceptée par le Conseil se prononçant à l’unanimité, la négociation d’un accord entre l’État demandeur et les États membres sur les conditions de l’admission et les adaptations que cette admission entraîne en ce qui concerne les traités. Cet accord est soumis à la ratification par tous les États membres et l’État demandeur. »
En conclusion : une Catalogne indépendante serait exclue de l’UE et des traités de l’Union. Celle-ci pourrait demander son adhésion à l’UE mais l’unanimité des pays est requise.

PERPIGNAN : LE FONDAMENTALISME SÉVIT JUSQUE DANS LES ÉCOLES PRIMAIRES !

Par Louis Aliot, Député Européen et Conseiller Municipal de Perpignan

Lors du Conseil Municipal du jeudi 4 février dernier, j’ai dénoncé avec mon groupe d’élus « la montée de l’Islam radical dans les quartiers et rappelé que le rôle du Maire était d’apporter des réponses fortes et de dénoncer les faiblesses de l’Etat en la matière »…
Or, j’apprends par la Presse qu’un « enseignant fondamentaliste (de nationalité algérienne) chargé de cours de langue arabe et de culture aurait utilisé ses séances pour tenter d’influencer » doctrinalement les enfants dans les écoles primaires municipales, « respectivement situées dans les quartiers du Bas-Vernet, de Saint-Martin et dans la cité Clodion »!
Alors que ces quartiers sont malheureusement connus pour être le symbole de l’échec de la Politique de la Ville voulue par messieurs Alduy et Pujol, et que l’école devrait y être comme partout en France le socle du pacte républicain, le laxisme et le manque de contrôle à tous les niveaux ont livré nos enfants à un professeur sympathisant de l’islamisme radical !
Le Front National dénonce depuis des années ces cours de « culture d’origine » dispensés dans les écoles primaires de la République aux enfants issus de l’immigration ou non… Cours dispensés sans aucun contrôle, sans aucune preuve d’une quelconque efficacité, alors que les niveaux d’orthographe et des matières fondamentales sont nivelés systématiquement par le bas, par les ministres de l’Education Nationale successifs.
Je tiens à dénoncer avec force, la lâcheté des politiques qui ne pouvaient pas « ne pas savoir » ou tout du moins qui ont créé les conditions de ce communautarisme exacerbé, visible jusque dans nos établissements scolaires !
Je rappelle que les djihadistes récemment mis en cause dans les attentats sortent pour la plupart des écoles de la République… Ce qui devrait forcer certains élus à un « examen de conscience » et une remise en cause totale de leur Politique, tant sur le plan local que national.

POLITIQUE : LOUIS ALIOT REÇOIT UNE DÉLÉGATION D’AGRICULTEURS À BRUXELLES ET PRÉSENTE SES PROPOSITIONS

C’est en compagnie de Philippe Loiseau et Edouard Ferrand, Députés du Groupe Europe des nations et des Libertés, membres du groupe Europe des nations et des libertés au Parlement européen, que Louis Aliot a reçu une délégation d’agriculteurs de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées. À cette occasion, les élus ont pu leur présenter les dix mesures phares pour sortir de la crise agricole que la France connaît actuellement.
1/ Mettre en place l’étiquetage obligatoire de l’origine de tous les produits alimentaires afin de favoriser le patriotisme économique. Promis par le Ministre de l’Agriculture après le scandale des lasagnes à la viande de cheval pour toutes les viandes, mais refusé par Bruxelles au nom du libre-échange et donc enterré par le gouvernement.
2/ Imposer la consommation de produits français et régionaux dans les collectivités : c’est aujourd’hui pratiquement impossible du fait de la législation européenne en matière de marchés publics. Avec un cadre étudié, cela est pourtant réalisable. Défendue par le FN lors des élections départementales et régionales, cette mesure, qui permettrait d’améliorer rapidement la situation n’a été retenue par aucun président de conseil régional ou départemental.
3/ Mettre fin aux sanctions contre la Russie qui ont engendré en retour l’embargo russe. Cet embargo n’est payé que par les agriculteurs et l’agroalimentaire puisque la Commission européenne refuse de leur apporter un soutien efficace : les 500 millions d’€uros promis aux pays membres sont dérisoires eu égard aux pertes causées. A titre d’exemple, la seule crise du concombre en 2011 avait été indemnisée par la Commission européenne à hauteur de 220 millions d’€uros….
4/ Mettre fin aux négociations du TTIP qui, en imposant sur nos marchés des produits de mauvaise qualité à très bas prix, achèverait de détruire nos filières d’élevage tout en abaissant davantage le niveau de sécurité alimentaire.
5/ Faire respecter la loi à une grande distribution surpuissante (80% de l’alimentaire en France, avec trois centrales d’achat géantes) et toujours opaque, qu’il s’agisse des délais de paiement et des pratiques interdites. Restriction (voir interdiction) des promotions chocs dans le frais qui déstabilisent les liens entre distributeurs et producteurs au détriment de ces derniers.
6/ Mener une politique de structuration des filières axée sur la qualité (comme cela a été fait avec succès dans le vin) tant sur le marché intérieur qu’à l’export. En matière de productions agricoles et agroalimentaires, la France doit rester synonyme de qualité et de savoir-faire.
7/ Mobiliser des fonds pour réinvestir massivement dans l’agriculture et l’agroalimentaire. L’État le fait pour sauver Areva et Vallourec, mais laisse sombrer un autre secteur majeur de notre économie.
8/ Remise à plat de l’ensemble du système social de l’agriculture qui est à bout de souffle, de manière à faire baisser les cotisations des actifs sans pour autant revenir sur les pensions (souvent très faibles) des retraités.
01

PERPIGNAN – CONSEIL MUNICIPAL : SCANDALE AVEC LES INDÉMNITÉS D’ÉLUS

Communiqué des élus d’opposition (FN/RBM) « Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

Avec Louis Aliot, signez la pétition contre la scandaleuse augmentation des indemnités
voulue par le Maire Jean-Marc Pujol, pour les élus de sa Majorité Les Républicains-UDI !

La seule véritable Opposition à Perpignan, c’est le Rassemblement Bleu Marine !
C’est le Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot! 

Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot
19, Espace Méditerranée 66000 Perpignan perpignanensemble.mairie@gmail.com
Sur RDV au 09.83.60.72.12
Pétition SCANDALE PERPIGNAN FN 66 650

DÉPARTEMENT : LES CHIFFRES INQUIÉTANTS DE LA DÉLINQUANCE DANS NOTRE RÉGION

Communiqué de Louis Aliot, Député Européen, Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan

Alors que nous venons de vivre une année de terrorisme et de violences d’une rare barbarie, alors que nous vivons depuis déjà longtemps encadrés par les contraintes du plan Vigipirate + et que nous sommes désormais en Etat d’Urgence permanent face aux risques toujours présents d’attentats terroristes islamistes, les chiffres de la délinquance en Languedoc-Roussillon et à Perpignan ne sont pas bons ! Ils sont même très inquiétants.
Dans l’ensemble de la grande région, le nombre d’infractions en 2015 est en très légère hausse (316 735) par rapport à 2014 (316 616), mais personne ne nous fera croire que l’insécurité est globalement maitrisée. Explosion des violences sexuelles et progression des cambriolages meublent dramatiquement les rubriques des faits divers en région.
Dans les Pyrénées-Orientales, les chiffres sont catastrophiques : augmentation des actes d’atteintes aux personnes, des violences sexuelles, des viols, des cambriolages, des agressions sexuelles contre les mineurs, du trafic de stupéfiants, des vols à main armée…
C’est un échec complet pour le Gouvernement et la majorité permissive et laxiste de la gauche plurielle. Un camouflet aussi pour Perpignan et son agglomération qui s’installent dangereusement et durablement dans une insécurité quotidienne.
Seule une politique de tolérance 0 et d’intransigeance à l’égard des voyous permettra à notre pays et à notre région de retrouver la sérénité et la tranquillité publique.

DÉPARTEMENT – GRIPPE AVIAIRE « NOS ELEVEURS D’OIES ET DE CANARDS EN PERIL »

Le Front National interpelle le Ministre de l’agriculture et Carole Delga

Communiqué de Louis Aliot, Député Européen et Conseiller Municipal de Perpignan

Louis PESuite à l’épidémie de grippe aviaire qui sévit dans notre région, le gouvernement vient d’annoncer le gel de la production des élevages d’oie et de canard du Sud Ouest, afin d’éviter les abattages préventifs massifs pratiqués par le passé et de permettre aux équipes sanitaires de procéder à la désinfection complète des installations. Les élevages ne pourront donc plus accueillir de nouveaux canetons pendant plusieurs mois, pour permettre l’assainissement de l’environnement en créant un vide sanitaire.
Nous tenons à alerter le gouvernement sur les effets pernicieux possibles de la mesure proposée. S’il est louable de vouloir éviter les abattages massifs d’animaux, les éleveurs ne pourront pas continuer leur activité et continuer à acheter des animaux jeunes à engraisser, ce qui conduira à une perte de chiffre d’affaire considérable. Il serait aussi proposé de réduire le nombre de bandes d’élevage par exploitant de façon permanente ce qui aurait un effet majeur sur leur résultat d’exploitation. Il n’existe pas d’assurance pour couvrir ces risques : c’est donc tous les producteurs qui en pâtiront sans compensation financière.
Nombre d’éleveurs sont déjà très affectés par le climat économique, les charges élevées et les dettes. Sans aide beaucoup ne survivront pas. C’est donc toute une filière qui risque d’en pâtir, car au-delà des éleveurs, c’est toute la chaine de production qui risque d’être affectée : de l’engraissage au produit fini en passant par le gavage.
En plus des mesures proposées dans le plan qui doit être proposé par le gouvernement Français à l’Union Européenne la semaine prochaine, il nous parait donc important de mettre en place un système d’aide financière d’urgence pour éviter la disparition de nos producteurs tenant compte de la perte d’exploitation avec un système de paiement rapide, de geler le paiement des cotisations MSA et d’imposer aux banques finançant les exploitations un gel intégral des intérêts et des remboursements qui leur sont dus. Les éleveurs affectés par l’abattage de leurs animaux en Novembre n’ont toujours pas été indemnisés et certains sont au bord de la faillite. L’élevage d’oie et de canard est une composante essentielle à l’identité du Sud Ouest et il est donc urgent qu’un mécanisme de compensation financière efficace soit mis en place afin de la défendre.
Une question sera posée à l’assemblée plénière du Conseil régional du 18 janvier par le groupe FN/RBM sur l’action qu’entend mener la région face à cette crise.

DÉPARTEMENT – BTP DANS LES P.-O. : « MARCHÉS PUBLICS RAFLÉS À LA DÉLOYALE »

Communiqué de Louis Aliot, Député Européen et Conseiller Municipal de Perpignan

Louis PEJ’apporte mon  entier soutien à la fédération BTP66.
Je voudrais également dénoncer par là même, le laxisme et le manque de rigueur des administrations publiques dans l’attribution des Marchés, notamment le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales.
Voir des entreprises hors département ou étrangères remporter des appels d’offres,
alors que chacun sait, qu’elles mettent dans la balance, le dumping social ou l’emploi
de clandestins non déclarés, au détriment de nos PME Locales, est proprement scandaleux !
Si certains élus ont une responsabilité très claire dans l’attribution de ces chantiers d’infrastructures publiques, il serait utile également que lumière soit faite sur les mécanismes de financements et les organismes financiers qui les cautionnent…
Le Front National, dénonce depuis des années ces pratiques destructrices de notre emploi local,
elles-mêmes encouragées par une réglementation européenne nuisible au développement économique de nos départements.

CATALOGNE DU SUD : INDÉPENDANCE DE LA CATALOGNE OU UNITÉ DE L’ESPAGNE ?

Louis Aliot, Député européen, interroge la Commission Européenne

Question écrite de Louis Aliot :
L’investiture d’un Président indépendantiste à la tête de la province autonome de Catalogne ouvre une période de grande instabilité en Espagne, déjà très affaiblie par une crise économique importante et une instabilité politique et gouvernementale naissante. Alors que le sentiment indépendantiste est clairement minoritaire en voix en Catalogne et que les forces politiques démocratiques respectueuses de la Constitution de l’Etat espagnol et de son unité, s’opposent à ces véléités séparatistes et extrémistes, nous souhaiterions connaître la position de la Commision, sachant que l’Etat espagnol est une nation souveraine et que celle-ci bénéficie d’une aide européenne financièrement substantielle.
– La Commission compte-elle soutenir le Gouvernement espagnol dans sa volonté de maintenir l’unité de l’Espagne ou bien entend-elle ouvrir un dialogue avec le nouveau chef du Gouvernement indépendantiste catalan ?
– L’accession unilatérale de la Catalogne à l’indépendance signifierait-elle pour le nouvel Etat une sortie immédiate de l’UE ?

PROFANATION DE LA GRANDE MOSQUÉE : UN ACTE INQUALIFIABLE, LÂCHE ET IMBÉCILE

Par Louis Aliot, Député au Parlement européen, Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan

J’apprends que la grande Mosquée de Perpignan a été victime, aujourd’hui-même d’un acte de profanation.
Comme pour tous les actes profanatoires qui touchent tous les cultes chrétiens ou juifs, où des lieux de mémoire,  je tiens à condamner avec la plus grande fermeté ces actes inqualifiables, lâches et imbéciles.
J’espère que ces voyous seront retrouvés et punis, et que cet acte odieux ne servira pas de prétexte aux politicards locaux pour une récupération politique qui serait indécente.

POLITIQUE – ISLAM À PERPIGNAN : MAIS DE QUOI PARLE-T-ON ?

Par Louis Aliot, Député au Parlement européen

Depuis fin décembre et dans une période de tension palpable concernant l’Islam radical, le terrorisme et la déchéance de nationalité, le quotidien local publie deux « enquêtes » assez révélatrices et inquiétantes.
Révélatrice d’abord car nos concitoyens peuvent s’apercevoir que l’Islam de Perpignan peut aussi être radical et qu’il est dans de nombreux cas aux mains de puissances étrangères, et financé depuis l’étranger. Tous les beaux discours de nos politiques locaux de gauche comme de droite sur un prétendu Islam de France sont contestés par des faits incontestables. Or nous avons toujours dit que dans notre république laïque, une et indivisible, l’organisation de l’Islam ne pouvait échapper aux lois de la république et à l’interdiction stricte de tout financement par l’étranger ! Le sociologue interrogé fait mention d’un imam fonctionnaire de l’État turc, de l’influence de l’Algérie et d’un accord avec le Gouvernement algérien, et même une mosquée « relais de la chancellerie saoudienne à Perpignan sur le plan politique et religieux », ce qui est parfaitement inadmissible !
Si nous avions donné après 1962 l’organisation du culte musulman au sein de la république aux anciens combattants français et à leurs descendants, fidèles à la France, par le sang risqué et par le sang versé, nous n’en serions pas là et ne devrions pas négocier avec des pays étrangers, revanchards ou dangereux.
Si nous avions contrôlé et limité notre immigration d’une manière draconienne et cohérente, nous ne subirions pas cette pression communautariste. Que font les pouvoirs publics ? Que fait le maire face à ces détournements avérés de la Loi républicaine ?
Inquiétante ensuite, car il est tressé des couronnes de lauriers au salafisme, c’est à dire à la pratique d’un islam rigoriste, mis en cause dans les actes odieux que la France a subis, pointé du doigt par le Gouvernement et les pouvoirs publics à l’instar d’un manuel Valls qui n’hésite pas à déclarer : « Le salafisme, vision extrêmement conservatrice de l’islam, est souvent l’antichambre de la radicalisation, et la radicalisation, elle peut conduire au terrorisme ». Et encore récemment concernant le débat sur la fermeture des mosquées salafistes où le ministre de l’intérieur évoquait le salafisme comme un retour à un islam des origines et qui est une des matrices idéologiques des jihadistes, même si tous les salafistes ne sont pas des jihadistes en puissance.
Les deux tribunes offertes aux mouvements les plus radicaux de l’islam implantés à Perpignan ont un curieux penchant pour nous faire comprendre que plus l’islam est radical et meilleur il est ! Cette publicité, n’hésitons pas à le dire, de l’intégrisme, va même jusqu’à nous rappeler que l’islam le plus rigoriste permet de ramener la paix dans des quartiers violents ! Nous qui pensions naïvement, que la sécurité publique relevait des pouvoirs régaliens de l’Etat, Police et Justice. Acheter la paix sociale ou civile en utilisant le religieux ne fera, à terme, qu’aggraver la situation. En conclusion, nous ne pouvons que constater les dégâts pour la république, pour la France et pour Perpignan. Trente ans de laxisme, d’électoralisme et de clientélisme ont conduit à des situations inextricables et dangereuses à la fois pour la société mais aussi pour les français musulmans qui ne demandent qu’à vivre paisiblement leur foi sans subir la pression de groupes extrémistes. Et ils sont nombreux aujourd’hui à vouloir que l’ordre dans ce culte soit établi. L’assimilation est à ce prix.
Les discours ne suffisent plus ! En matière de laïcité et de religion, la Loi, dans son autorité comme dans sa reconnaissance, doit s’imposer aujourd’hui à l’Islam comme elle s’est imposée hier à d’autres cultes.
La complaisance ne réglera rien et ne fera qu’amplifier les dérives. Appliquons la Loi, rien que la Loi, mais toute la Loi sans faille ou compromission. Et si certains considèrent que leur foi est incompatible avec la laïcité républicaine et nos valeurs fondamentales, alors qu’ils en tirent toutes les conclusions !

RÉGIONALES LA COTE VERMEILLE EN BLEU, BLANC , ROUGE AVEC LOUIS ALIOT !

Par Philippe GROSBOIS, délégué FN/RBM pour la Côte Vermeille

Dimanche 13 décembre, les électeurs de la nouvelle région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon ont décidé d’élire madame Carole DELGA à la tête de l’exécutif, donnant ainsi la possibilité aux écologistes, au communistes et au mélanchonistes la possibilité de peser très lourdement sur la politique régionale !
Le Front National et Louis ALIOT tiennent à remercier tous nos concitoyens de la Côte Vermeille qui ont choisi, pour leur part, de placer le Front National et Louis ALIOT en première position au second tour de ce scrutin.
Sur la Côte Vermeille, avec 41,2%, Louis ALIOT sort très largement vainqueur sur l’union de la gauche à 37% et l’union de la droite qui terminent loin derrière avec 21% des suffrages !
Quatre communes sur les sept que compte la Côte Vermeille ont donc basculé ce dimanche dans le camp des patriotes, sanctionnant de fait les politiques menées aussi bien par la gauche que par la droite.
Dans ce canton, deux villes ont particulièrement exprimé leur désaccord avec ces politiques locales, il s’agit des communes d’Argelès-sur-Mer et de Port-Vendres.
Concernant Argelès, il s’agit d’une sanction exemplaire contre le Député-Maire Pierre AYLAGAS, son équipe municipale (dont deux membres étaient présents sur les listes de Carole DELGA), la majorité gouvernementale qu’il soutien et un rejet total de sa politique d’accueil de migrants sur la commune, démontrant ainsi que la volonté du peuple peut aussi s’exprimer en dehors du conseil municipal où il l’oublie trop souvent !
Pour la commune de Port-Vendres, où le Front National arrive de loin en tête avec 47,41% des voix, il s’agit là d’un brutal désaveu de l’union LR/UDI à laquelle appartient Jean-Pierre ROMERO (Maire de Port-Vendres) et de son premier adjoint Lionel NADAL dont le nom figurait sur la liste de Dominique REYNIÉ !
Le résultat de ce scrutin démontre l’implantation locale du Front National/Rassemblement Bleu Marine qui gagne plus de 1700 voix entre les élections départementales et régionales sur la Côte Vermeille, devenant ainsi le premier parti de la Côte Vermeille et obtenant la majorité dans quatre communes !
Nous invitons donc tous nos concitoyen(es) à nous rejoindre dès aujourd’hui afin de préparer l’avenir de nos communes et de la Côte Vermeille, pour exprimer leur souhait d’une politique différente et pour se rassembler au sein du grand mouvement patriote et républicain représenté par Louis ALIOT et le Front National/Rassemblement Bleu Marine !

RÉGIONALES : POUR BATTRE LES VERTS, LES CHASSEURS VOTENT LOUIS ALIOT !

Communiqué la liste FN / RBM

Avec la fusion des listes « Delga » et « Onesta » dans la grande région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées, les Socialistes sont devenus, de fait, les otages des Verts. Pour Louis Aliot, c’est une alliance à haut risque pour les 150 000 chasseurs de la région. Elire Delga, ça revient à donner la gestion de l’environnement aux écologistes, véritables intégristes anti-chasse. 
La chasse est un art populaire que Louis Aliot entend défendre car il permet de faire vivre, dans la nature, les valeurs de la tradition, du patrimoine, de la liberté, de la responsabilité. En campagne, c’est un lien convivial qui unit les générations comme les catégories sociales. 
Pour Louis Aliot qui entend rééquilibrer le territoire régional et apporter un soutien massif à la ruralité, la chasse est aussi une activité essentielle de l’aménagement du territoire reconnue comme un instrument efficace de la biodiversité.
Sous sa présidence, les chasseurs seront associés pleinement à l’élaboration du nouveau Schéma Régional d’Aménagement du Territoire et de Développement Durable du Territoire (SRADDT) ainsi qu’au nouveau Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE).
Les acteurs du monde cynégétique pourront également compter sur la Région pour les aider à assurer leur mission en matière de biodiversité.
Enfin, la Région s’investira, à leur côté, pour la formation, la sécurité, les évènements… 
Avec Louis Aliot, les chasseurs auront un interlocuteur unique à la Région chargé des questions cynégétiques et halieutiques. Ce partenaire ne sera pas « tenu en laisse » par les Verts. Chasseur et pêcheur, fils et petit-fils d’armuriers héraultais, Guillaume Vouzellaud sera le représentant de l’exécutif régional avec les associations, les dianes et les fédérations. 

Dimanche prochain, pour faire barrage aux Verts, les chasseurs et leur famille doivent se mobiliser et voter pour Louis Aliot !

POLITIQUE : ARRETONS LE SCANDALE D’AIR MIGRANTS !

Communiqué de Louis Aliot tête de liste régionale en LRMP pour le FN-RBM

Par Air Migrants, il faut comprendre le transfert en avion privé organisé par le gouvernement socialiste des clandestins de Calais en région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, et en particulier en direction de Toulouse, Nîmes et Perpignan. La destination choisie montre tout d’abord le mépris qu’a le gouvernement socialiste, dont Madame Delga est la représentante pour notre région, bonne seulement à devenir le déversoir du trop-plein de migrants de Calais.
Il montre aussi l’impuissance de nos gouvernants et en particulier du Ministère de l’Intérieur à faire face à l’invasion migratoire que connaît notre pays, dont témoigne le doublement du nombre de clandestins présents sur la jungle de Calais. 
En effet, en toute logique, s’il restait une once d’autorité à Monsieur Cazeneuve, ce n’est pas vers Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, mais vers leur pays d’origine que devraient être renvoyés les clandestins, seul véritable moyen de vider Calais.
D’autant plus que sitôt arrivés chez nous, et rapidement libérés comme il se doit, la plupart remontent rapidement vers Calais.
Il témoigne également du profond mépris qu’a notre gouvernement pour nos concitoyens qui préfère « les autres plutôt que les nôtres ». Alors même qu’il considère que les français sont bons à prendre davantage le car, avec la suppression de lignes de train prévus, pour les migrants c’est l’avion privé qu’il faut utiliser au prix de 1,5 millions d’€ par an.
Il est temps de revenir à la raison, de réaffirmer l’autorité de l’Etat, de redevenir maître de notre politique migratoire, de préférer « les nôtre avant les autres ».
Pour y arriver, un seul vote aux élections régionales, le vote pour les candidats du Rassemblement Bleu Marine !

POLITIQUE : CESSION DE L’AÉROPORT DE TOULOUSE-BLAGNAC, LA RÉGION EST COMPLICE !

Communiqué de Louis Aliot tête de liste régionale en LRMP pour le FN-RBM

Carole Delga ne veut pas en parler, pas plus que Dominique Reynié, mais l’aéroport stratégique de Toulouse-Blagnac a bien été cédé à un consortium sino-canadien au pedigree douteux.
L’État s’est en partie désengagé de l’aéroport de Toulouse-Blagnac en cédant 49,99 % du capital, sur les 60 % qu’il détenait, à une entreprise privée.

La dette colossale contractée par l’État français l’oblige aux pires braderies et aux pires bassesses, car cette privatisation ne profitera pas à une entreprise ou à un investisseur français, faute d’une offre suffisante.

Le gouvernement socialiste s’est abaissé à vendre un aéroport de premier plan à un consortium sino-canadien adossé à un groupe public chinois !

Ce groupe représentant l’État chinois se trouve désormais en position stratégique, juste à côté des activités sensibles d’Airbus, fleuron de notre industrie déjà victime de l’espionnage industriel du pays de Confucius.

La SNC Lavalin, et toutes ses filiales, ont été radiés de toute participation aux projets de la banque mondiale pour une durée de 10 ans, créant un précédent historique car jamais une sanction aussi dure n’avait été prononcée.

Les partenaires chinois de la SNC-Lavalin sont aussi très suspects. Aux côtés du susnommé Shandong High Speed Group se trouve Friedmann Pacific Investment Group, créé et installé à Hong Kong, mais disposant d’une holding Capella Capital Ltd., immatriculée aux îles Vierges, un paradis fiscal. Tout cela fait désordre pour une majorité qui souhaitait « combattre » la finance de toutes ses forces !

Le contrat de vente aux chinois donne la possibilité à l’Etat de vendre ses 10,01 % restants dans les 3 ans. Si l’État opte pour la vente de ses 10,01 % restants, le groupe chinois  deviendrait majoritaire, et l’aéroport de Toulouse-Blagnac passerait sous gestion privée.

La région Midi-Pyrénées, actionnaire minoritaire à hauteur de 5 %, n’a rien fait pour s’opposer à la cession, pas plus que la Communauté Urbaine du Grand Toulouse, elle aussi actionnaire minoritaire à hauteur de 5 %.

La politique menée de concert par les socialistes et « Les Républicains » est celle du désengagement de l’État dans les secteurs stratégiques. Nous y sommes farouchement opposés !

ÉLECTIONS RÉGIONALES : LOUIS ALIOT LANCE OFFICIELLEMENT SA CAMPAGNE

Louis ALIOT, tête de liste régionale pour le FN-RBM dans la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, lancera officiellement « La Caravane des Oubliés de la Ruralité » samedi 17 octobre à 15h Place Jean Jaurès à CARMAUX (81), sous la statut de Jaurès.
Cette caravane, animée par des militants, sillonnera pendant 15 jours les 13 départements de la nouvelle région et ira au contact des populations oubliées et sacrifiées.
Elle sera le 17 dans la Tarn (81), le 18 dans l’Aveyron (12), le 19 dans le Lot (46), le 20 dans le Tarn-et-Garonne (82), le 21 dans le Gers (32), le 23 dans les Hautes-Pyrénées (65), le 24 en Haute-Garonne (31), le 25 en Ariège (09), le 26 dans les Pyrénées-Orientales (66), le 27 dans l’Aude (11), le 29 dans l’Hérault (34), le 30 en Lozère (48) et le 31 dans le Gard (30).
Elle finira sa route dans la ville de Beaucaire (30) le 31 octobre en fin de journée.

POLITIQUE : JAUME ROURE REPOND A LOUIS ALIOT

C’est à la suite de notre article du 27 septembre (Lire « LE TRANSFUGE J.FRANCOIS FONS TETE DE LISTE FN / RMB AUX RÉGIONALES«  portant sur la Conférence de Presse présentant la tête de liste FN / RBM au cours de laquelle Louis Aliot évoquait l’Indépendance possible de la Catalogne Sud et Jaume Roure que celui-ci nous adresse le texte suivant avec demande d’insertion :
« Un grand merci à Louis ALIOT qui me fait l’honneur de me citer  et de me référencer comme indépendantiste, dans sa réflexion sur le vote plébiscitaire du 27 septembre en Catalogne. Juste lui faire remarquer que ce vote est celui d’un peuple qui s’exprime à 78%, pacifiquement mais fermement.
Qu’il soit contre… c’est son problème et cela ne me surprend pas du tout, le droit à décider des peuples ne fait pas parti de son répertoire.
La Catalogne-nord dont il se sert de base d’envol, va être certainement impactée par les résultats de dimanche dernier et les partis « catalanistes » vont pouvoir expliquer une fois encore que le bassin d’emploi est au Sud, que la modernité, que la technologie viennent du Sud et que l’Europe est à Barcelona ville Monde, pour nous qui sommes désormais à 1h15 du centre d’une capitale européenne.
Je reconnais par ailleurs à Monsieur ALIOT son habileté politique et je regrette vivement  qu’il ait réussi à s’attacher les services de Jean François FONS avec qui j’ai eu de nombreuses occasions justement de parler de la Catalogne. Il sera probablement élu et appelé à siéger au sein du conseil de la future Méga-région… J’espère simplement que j’ai su lui faire aimer sa terre et en bon cerdan qu’il est, il ne l’oubliera pas ! »

POLITIQUE : LE TRANSFUGE UMP J.FRANCOIS FONS TETE DE LISTE FN / RBM AUX RÉGIONALES

Transfuge et non des moindres puisqu’il a été Conseiller délégué aux finances du Maire de Perpignan J.Paul Alduy lors des mandatures précédentes, Jean-François FONS, qui n’est adhérent ni Au Front National ni au Rassemblement Bleu Marine, a été choisi par Louis Aliot au titre des « indépendants » pour conduire la liste frontiste aux régionales de décembre prochain qui sera quant à lui en 5ème position.
J.François FONS
J.François FONS
On devrait trouver à la 2ème place Marie-Thérèse Fesenbeck (sortante), à la 3ème Xavier Baudry et la 4ème devrait se jouer entre Irina Kortanek (sortante), Catherine Pujol et Claudine Fuentès. Toujours les mêmes entendra-t-on ? On ne change pas une équipe qui gagne et surtout qui laboure le terrain depuis de longues années… Quant au reste de la liste aux positions à priori non éligibles, elle devrait compter plusieurs UMP partis en claquant la porte, avec de probable surprises… Une absence attendue, ou alors en bas de liste, celle de Clotilde Font–Gavalda, elle aussi transfuge de l’UMP qui affiche ces derniers temps une mine des plus mauvais jours et une colère persistante. L’élue perpignanaise qui « préside » le RBM des P.-O. ne semble pas trouver sa place et son caractère revendicatif ne plaide pas pour elle. Fin du suspens dans une dizaine de jours une fois que la commission nationale d’investiture aura rendu sa décision.
En cas de victoire, pas de cumul pour Louis Aliot
S’il gagne la région, le N°5 est élu, s’il a perd même avec un score important, la liste ne comptera que 4 élus sur les 13 (en plus des 2 suppléants), évitant à Louis Aliot de perdre son mandat de Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan auquel il est très attaché, le laissant dans les starting-blocks pour la prochaine élection Municipale parfaitement gagnable pour lui… Mais en cas de victoire, opposé au cumul, Président de Région il abandonnerait ces deux mandats ainsi que celui de Député européen. 
Un signe d’ouverture
Ami de longue date du Vice-président, l’arrivée de J.François Fons est un incontestable signe d’ouverture, avec une OPA sur l’UMP et un gage de sincérité lorsque le mouvement Le Peniste affirme avoir évolué. D’extrême-droite il ne semble pas rester grand chose, au pire faut-il à présent parler de droite radicale ou « Droite forte » si le label n’était pas déjà pris par l’UMP, avec quelques orientations revendiquées par la gauche qui n’en détient pas l’exclusivité. Pourquoi d’ailleurs s’obstiner à mettre les partis dans des cases, alors que « Les Républicains » ont comme tête de liste Régionales un homme qui s’affiche avec des positions idéologiques en tous points identiques à celles du PS, confortant Marine Le Pen et Florian Philippot dans l’utilisation de l’acronyme d’RPèS ! A en donner le tournis à la tête de liste Bernard Dupont qui ne doit plus comprendre grand chose, même si l’homme excelle plus dans l’art de gérer sa ville que dans la politique ! Peu importe puisque son directeur de campagne affirme ici ou là que c’est perdu pour eux, avec un curieux sens de la communication dont il a le secret… Effectivement, s’il ne parvient pas à inverser la tendance, le Maire-subalterne de Canet ne peut guère espérer plus de 2 sièges, les vents étant plus favorables au FN en Languedoc-Roussillon et au PS en Midi-Pyrénées.
Pool of tears for Bernard Dupont
Pool of tears for Bernard Dupont ?
Le Maire-subalterne de Canet devrait quitter ses fonctions dès son arrivée à la Région
Un Bernard Dupont qui devrait d’ailleurs quitter ses fonctions de maire-subalterne (à J.Marc Pujol Président de PMCU) dès la fin de l’année, pour redevenir simple Conseiller Municipal et Communautaire. En effet, même si l’UMP dite « Les Républicains » se prend le nouveau gadin annoncé, il ne fait aucun doute que sa tête de liste sera élue. Certes, rien n’interdit le cumul des mandats de Maire-subalterne et de Conseiller régional, mais Bernard Dupont s’y est formellement engagé pendant les deux dernières campagnes Municipales : « Je serai au service des canétois à plein temps », et de marteler la promesse à l’envie au point d’en avoir fait un fil rouge de campagnes au cours desquelles la promesse a été réitérée à plusieurs reprises. Chacun le sait, le « Capitaine » Dupont est un homme d’honneur, transformé en grade honorifique de « colonel » sous le lobbying appuyé de son entourage, d’ailleurs fraîchement accueilli par ses pairs en rien justifié par des faits d’armes récents. « Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis » se plaît-il à répéter à chaque occasion ! Il ne fait aucun doute que le maire-subalterne se fera un devoir de respecter sa parole…? (Lire également NAISSANCE DE L’AIRE DE GRILLADE…ET FIN DE L’ERE DUPONT ?). Mais il paraît qu’en disant cela on « ne comprend rien à la politique », lui seul sait… Si justement tout le monde comprend les objectifs des politicards avides d’avantages divers et variés, d’honneurs, de décorations injustifiées et de pouvoir ! Voilà précisément où se situe le point de rupture avec les électeurs.
« L’immobilisme de ma famille politique m’a déçu »
J.François Fons qui a passé près de 40 ans dans le monde économique, il est encore à ce jour Directeur Régional d’une grande banque, explique ce choix avec un discours porté sur l’entreprise et donc l’emploi. « L’essentiel est la bonne connaissance du terrain et des PME et apporter les financements pour leur permettre de se développer et de résister ». Pour ce qui de l’engagement politique, « je n’ai jamais été prétendant et j’en suis fier. A perpignan j’étais très heureux de participer, j’ai appris vu et beaucoup de choses, avec le recul cette famille politique (l’UMP – NDR) qui était la mienne ne l’est plus. Elle m’a déçu sur l’immobilisme et je dirais la facilité et le copinage, et ça m’insupporte. Au fil des années j’ai appris à connaître Louis, et là je me dis que je suis en phase avec lui. J’aime sa manière de faire, j’aime son calme, j’aime sa détermination, il a une culture générale qui n’est pas la mienne et qui me surprend. Je n’ai jamais eu trop peur de m’engager, aujourd’hui ce n’est pas une preuve de courage, ce n’est pas la guère, quoi que… Il faut essayer de construire ensemble quelque chose de nouveau pour préserver nos progénitures et aujourd’hui c’est le moment rêvé pour faire que ce monde change. Je me sens vrai aujourd’hui et pas en train de jouer un jeu, par le passé j’étais Adjoint au Maire, je ne servais à rien, on me portait des piles de parapheurs, je disais souvent à J.Marc Pujol « mais qu’est-ce que je signe ? ». Ne t’occupes pas tu signes… Aujourd’hui j’ai passé l’âge ! ». L’homme parle de lui, évoque ses activités de banquier, peu le connaissent et c’est normal, mais le candidat devra à présent livrer sa vision du combat à mener pour sortir la Région de l’ornière dans laquelle on semble se satisfaire de la laisser, son rayonnement, son développement économique, son taux de chômage record, le 2ème de France, voilà qui ce qui devrait être le thème des débats de fond à venir.
Louis Aliot et J.François FONS
Louis Aliot et J.François FONS
« Mon adversaire c’est la gauche, la droite je ne m’en occupe pas, elle est de gauche »
Tel est l’objectif politique de Louis Aliot qui présentait le candidat samedi dernier à la presse, avec à ses côtés France Jamet qui est la Présidente de groupe au Conseil Régional. « La gauche ne partage pratiquement rien sauf sur les migrants, là ils sont d’accord mais ça ne fait pas une politique. La division de la gauche va peser lourd, les électeurs ne sont pas des débiles, rassemblons-nous mais pour quoi faire ? Ils dirigent les régions depuis 12 ans en Midi-Pyrénées et 10 ans en Languedoc-Roussillon. On va parler du bilan, le chômage, les jeunes s’en vont pour trouver du travail, des entreprises ferment, chez les électeurs il va y avoir une notion d’utilité. Mon adversaire c’est la gauche, la droite je ne m’en occupe pas, elle est de gauche et n’a plus ni valeurs ni idées. Madame Delga et Monsieur Reynié, que l’on mette l’un ou l’autre à la tête de la Région, il y aura la même politique ! Le ralliement de J.François Fons « est important pour nous » déclare Louis Aliot, « il rejoint les élus de Toulouse de l’UMP et de l’UDI, ceux de Monsieur Dupont-Aignan dans l’Hérault avec un Maire UMP dans le Gard, des syndicalistes agricoles dans le Gers, un ancien Maire UMP de St Giron dans l’Ariège. Aujourd’hui le Front National a ouvert ses listes » c’est d’ailleurs probablement la seule planche de salut pour accéder à la première marche du podium. 
Entre le PS il n’y a plus de frontières
Le bilan des socialistes est qualifié de « cataclysmique » dans les deux régions, tant par « les chiffres du chômage, une situation d’explosion communautaire » avec à leurs côtés « des alliés politiques qui n’en sont plus, divisés sur l’essentiel » en particulier sur l’État-Nation. Quant au candidat UMP, « il aurait pu être candidat du Parti Socialiste » affirme la tête de liste. « Monsieur Reynié défend tout ce que l’UMP n’a pas défendu : l’entrée de la Turquie dans l’Europe, le mariage pour tous, la GPA, l’accueil de centaines de millions d’immigrés supplémentaires dans l’Europe pour pallier à la dénatalité de notre continent… Entre le PS il n’y a plus aucune frontière, les uns peuvent très bien soutenir les autres » ajoute-t-il. Avec un petit rappel dans les P.-O., l’appel de l’UMP à voter pour le Maire Communiste Jean Vila contre le candidat frontiste et ancien UMP Alexandre Bolo. 
Louis Aliot présente un ouvrage écrit par des auteurs de gauche traitant en autre des Harkis
Louis Aliot présente un ouvrage écrit par des auteurs de gauche traitant en autre des Harkis
« Ce serait une aventure pour toute Nation européenne si la Catalogne obtenait l’indépendance ! »
Pour ce qui est du référendum catalan devant statuer sur une revendication d’autonomie, Louis Aliot est très clair. « On ne peut pas avoir de double langage. Moi je ne me mêle pas de ce qui est en train de se passer en Catalogne, c’est une affaire intra-nationale, c’est l’affaire des Espagnols ». Avec un tacle pour Nicolas Sarkozy qui est allé apporter son soutien au Parti Popular qualifié « d’ingérence d’un parti politique français dans les affaires d’un pays étranger. En Espagne ils sont allés très loin dans l’autonomie, la seule chose où Madrid aurait pu être plus souple, c’est en matière de fiscalité. C’est leur tradition, la France est un État unitaire, l’Espagne s’est construite sur plusieurs régions et je suis pour que l’on respecte ça. Mais je pense que ce serait une aventure pour toute Nation européenne si la Catalogne obtenait l’indépendance totale, car ça ouvrirait le chantier des autres particularismes locaux, ce serait le détricotage de tout ce qui a fait l’Europe et ça ouvrirait des conflits qui n’ont pas lieu d’être. Je ne suis pas comme les indépendantistes de Catalogne Nord tel Monsieur Jaume Roure, je n’ai pas de ressentiment à l’égard de mon pays, nous défendons l’identité, les racines, mais nous ne sommes pas favorables dans cette partie des Pyrénées à l’indépendance. En Espagne il y a une constitution et je ne vais pas m’immiscer dans les affaires espagnoles parce que je ne souhaite pas que les Espagnols viennent s’immiscer dans les miennes ». Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées plaisante Louis Aliot.
Les « oubliés » à l’honneur pendant cette campagne
La ruralité en premier lieu, « les campagnes de France qui sont en train de mourir », les quartiers des villes de France « abandonnés aux mains d’extrémistes religieux ».
Et puis les Harkis, « les oubliés de l’histoire, totalement intégrés de la Nation française, qui ont été parqués, méprisés et abandonnés. 80% des enfants de Harkis sont au chômage, personne ne s’en occupe alors qu’ils ont été fidèles à la France. Ils sont oubliés au moment où nous recevons par milliers des migrants, dont il faut certes humanitairement se préoccuper, mais il va falloir aussi se préoccuper des causes qui poussent ces gens là à venir sur notre continent. Occupons-nous d’abord des nôtres, pour les intégrer, les assimiler et leur donner toute la place qu’ils méritent. Occupons-nous des autres ensuite, dans la mesure des moyens que nous avons ». Migrants à ne pas confondre, selon Louis Aliot, avec « les Pieds-noirs qui étaient des Français abandonnés par le pouvoir en place ou les émigrés espagnols qui étaient sur notre continent ».
Cette mise en concurrence à l’intérieur de l’Europe est une honte
Sur les projets concernant la Région transfrontalière, comment relancer l’économie, les routes, les infrastructures, la défense des emplois, celle du bâtiment, Louis Aliot s’explique : « l’Union Européenne est en train de se suicider et en se suicidant elle pousse les gens à s’affronter. C’est comme ça que vous avez des entrepreneurs qui regardent d’un très mauvais œil les Espagnols qui viennent travailler ici. Aujourd’hui les affrontements ont lieu, les agriculteurs sont poussés à brûler des camions d’agriculteurs espagnols qui n’y sont pour rien. Cette mise en concurrence à l’intérieur de l’Europe est une honte, contraire aux principes européens définis lors du traité de Rome. L’Europe n’a pas été faite pour mettre en concurrence les pays d’Europe mais pour donner une force européenne pour aller à la conquête du monde, pas pour se faire la guerre avec l’Allemagne ou avec l’Espagne ! Ces régionales vont être aussi l’occasion de rétablir un certain nombre de choses » estime Louis Aliot qui entend visiblement les transformer en partie en débat d’enjeux nationaux.
Préférences régionales et production locales
Les circuits courts et les élevages locaux doivent selon lui être la règle « et là les collectivités doivent jouer un rôle majeur ». Préférences régionales et production locales, avec comme avantage de donner un revenu dans la région et d’insister sur l’aspect écologique : « Il est bien évident que de faire manger des pêches du Roussillon à l’ensemble de la Région, c’est quand même plus écologique que de les faire venir du fin fond de l’Espagne par camions entiers ».
Relancer le train jaune qu’il est prévu de n’ouvrir que pendant les périodes scolaires en faisant des économies sur les « Millions d’€uros jetés par les fenêtres » et relancer l’emploi des jeunes, une ambition à laquelle devra s’atteler J.François Fons qui dit affirme connaître bien le tissu commercial, industriel et l’économie locale, « quelqu’un qui apporte un plus à cette campagne électorale » conclut Louis Aliot.
Après les constats et l’incantation, reste à entrer dans le dur et à faire des propositions concrètes, qui seront développées tout au long de la campagne affirme-t-on.
A noter qu’à cette conférence de presse, aucun des leaders n’est arrivé avec un casque à pointes et que le Panzer n’était pas stationné devant la porte. Décidément, tout se perd…
Louis ALIOT, J.François FONS, France JAMET et Marie-Thérèse FESENBECK
Louis ALIOT, J.François FONS, France JAMET et Marie-Thérèse FESENBECK

POLITIQUE – RÉFORME TERRITORIALE : LE GRAND N’IMPORTE QUOI !

Par Louis Aliot, Vice-Président du Front National, Député européen, Conseiller Municipal et Communautaire Perpignan-PMCA et Chef de file du FN/RBM pour les élections régionales de décembre 2015 – Région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées.

Encore une fois le Gouvernement et les élus socialistes de nos régions agissent sans concertation, répartissant les compétences en fonction d’intérêts purement politiciens loins de l’intérêt général et des économies vitales à réaliser.
Cette réforme éloignera les citoyens des centres de décision et ne réglera aucun des problèmes en matière d’emploi et de dynamisme économique. Elle aggravera les fractures territoriales et compliquera les relations entre pouvoirs.
Élu Président de région, je rééquilibrerai les pouvoirs au sein de cette grande région en octroyant des compétences à des bassins de vie importants totalement absents de ces négociations de marchands de tapis, à l’exemple du Roussillon/Pays Catalan grand perdant de cette réforme et pourtant en grande difficulté économique et sociale.

Le Roussillon grand perdant de la réforme : réagissons !

Toulouse et Montpellier se sont partagés les compétences sans souci de l’équilibre territorial et sans respect des identités locales.
C’est pour ces raisons que je demande à ce que les compétences maritimes et viticoles soient octroyées à Perpignan-Roussillon, troisième bassin de vie de cette grande Région ainsi que celles des énergies renouvelables.
Elu Président de l’Assemblée régionale, je favoriserai la création d’une grande direction « des politiques méditerranéennes » destinée à pérenniser une meilleure relation Nord/Sud.
Le « Centre du monde », structure neuve mais sans affectation,  pourra accueillir avec profit ces nouveaux services !

INTEMPERIES : LOUIS ALIOT SOLLICITE UNE AIDE FINANCIERE D’URGENCE AUPRES DE LA COMMISSION EUROPEENNE

Communiqué de Louis ALIOT, Député français au Parlement européen
Conseiller Municipal et d’Agglomération de Perpignan

LASuite aux incidents climatiques dans les P.O, le député européen Louis Aliot sollicite une aide financière d’urgence auprès de la commission européenne.

« Face aux dégâts considérables que les crues hors normes liées aux intempéries de cette fin de semaine ont provoqué sur le pourtour des différents cours d’eau du département, et avant même qu’un premier bilan provisoire ne soit dressé par la préfecture pour la déclaration de l’état de catastrophe naturelle, j’ai sollicité une aide financière d’urgence auprès de la commissaire européenne en charge du développement régional dans le cadre du fond de solidarité de l’union européenne (FSUE).

Je m’associe à la peine de la famille du défunt Rivesaltais, ainsi qu’à celle des familles, entrepreneurs et agriculteurs victimes – tant sur le plan moral que matériel – de cet épisode d’une extrême violence qui a pris par surpris l’ensemble des habitants des P.-O. mais également de l’Aude ».

Pour dire NON à Bruxelles, OUI à la France

Communiqué Du Front National
Bandeau meeting

Dans le cadre de la campagne des élections européennes qui se dérouleront ce 25 mai 2014, Marine Le Pen, vient soutenir Louis Aliot, tête de liste de la Circonscription Sud-Ouest, dans le cadre d’un grand meeting qui se déroulera :

Vendredi 9 mai 2014 à 19 heures
Salle Zinga-Zanga, Traverse de Colombiers, Montfloures à Béziers
Affiche

Elu !

Jean-Marc Pujol accède à la présidence

L'ampithéâtre est plein. Mais ça ne durera pas. Hélas !

L’ampithéâtre est plein. Mais ça ne durera pas. Hélas !

Ce n’était un secret pour personne chez les initiés, mais cette fois c’est officiel : J.Marc PUJOL a été élu Président de L’Agglo. PMCA, qui gère les 36 communes de l’Archipel. Sur les 88 conseillers, ils sont 63 à lui avoir apporté leurs voix, contre 12 pour J.VILA et 11 pour Louis ALIOT.
C'est au tour de celui qui n'est encore que le Maire de Perpignan et candidat à la Présidence.

C’est au tour de celui qui n’est encore que le Maire de Perpignan et candidat à la Présidence.

Un succès donc pour le Maire de Perpignan qui n’avait selon lui rien demandé et surtout jamais promis de ne pas prendre la direction de l’Agglo. J.Marc Pujol avait effectivement déclaré en conférence de presse que « je ne briguerai pas la présidence de l’Agglo., les mots ont un sens, c’est clair ». Subtilité de la sémantique qui avait échappé à tous, y compris dans son propre camp, « briguer » n’étant pas synonyme d’« accepter »… Le Président sortant J.Paul Alduy a vivement réagi en qualifiant cette décision de « premier reniement » et en affirmant que « le mandat commence mal », arguant du fait que tant « la Ville de Perpignan que l’Agglo. méritent tous deux mieux qu’un mi-temps ». Oubliant lui-même qu’il fut lui-même de longues années les deux et au surplus… sénateur ! Il est vrai que PMCA, créée avec Arlette Franco, ne pesait pas cette taille et n’était pas en charge d’autant de compétences déléguées par les communes adhérentes, et que les circonstances économiques étaient meilleures, ou plus exactement un peu moins mauvaises.
Reste que le nouveau Maire-Président ne pourra pas se couper en deux et qu’il va devoir déléguer. Aux élus et c’est légitime, mais aussi aux administratifs fonctionnaires, et là c’est plus contestable.

A lire :
Discours investiture J.Marc PUJOL 

Le discours de Jean Vila

Le discours de Jean Vila

Jean Villa réalise quant à lui un excellent score puisqu’il totalise 12 voix, alors qu’il ne dispose que 3 conseillers communautaires. A l’évidence, le Maire de Cabestany rayonne bien au-delà de son territoire et il se félicite d’avoir dépassé d’une voix son compagnon d’infortune Louis Aliot !

A lire le discours prononcé par le 1er Magistrat, calme et posé, mais du Vila dans le texte ! On n’aime ou on n’aime pas mais bon nombre de conseillers, y compris au FN, reconnaissent qu’il n’a pas tout à fait tort :

DISCOURS Jean VILA

Vote de Louis Aliot. On pense savoir pour qui...

Vote de Louis Aliot. On pense savoir pour qui…

Louis Aliot recueille 11 voix pour 8 conseillers, tous élus à Perpignan. Là encore, le leader de la liste FN / RBM a séduit des élus d’autres communes, qui valident les propos et orientations qui semblent leur apparaître comme mesurés. Le FN a mué et semble avoir enterré ses vieux démons en adoptant de plus en plus les positions gaullistes teintées de pragmatisme, axe de pensée de plus en plus déserté par une partie de l’UMP et qui cherche désespérément sa voie idéologique…
Dépouillement sous le regard attentif des plus jeunes de l'assemblée : Brice LAFONTAINE, nouvellement élu Adjoint à Perpignan et Président de Raume Joure et Alexandra MALLOCHAUD, conseillère Municipale à Canet

Dépouillement sous le regard attentif des plus jeunes de l’assemblée : Brice LAFONTAINE, nouvellement élu Adjoint à Perpignan et Président d’Unitat Catalana succédant à Raume Joure et Alexandra MALLOCHAUD, conseillère Municipale à Canet

 A lire l’article consacré à Louis ALIOT avec l’intégralité de son discours

« Ce ne sera pas une opposition de connivence mais une opposition pragmatique et réaliste. Je ne suis pas socialiste, je ne suis pas sectaire »

DSC01572Brève conférence de presse vendredi une heure avant l’installation du Conseil Municipal de Louis ALIOT, tête de liste malheureuse aux dernières Municipales de Perpignan. Enfin, pas aussi malheureuse que cela puisque le leader FN /RBM a bien failli détrôner le Maire UMP sortant J.Marc PUJOL (55,11 % et 43 sièges contre 44,89 % et 12 sièges) qui n’a semble-t-il dû son salut qu’à un vote massif des français d’origine maghrébine avec qui le Maire de Perpignan entretient les meilleures relations du monde, dans une ville qu’il veut pacifiée entre les différentes communautés.

« Je présenterai ma candidature pour la forme au poste de Maire pour défendre l’opposition, puisque nous représenterons seuls l’opposition de Perpignan, que nous en avons conscience » déclare Louis Aliot en  préambule. « Ce ne sera pas une opposition de connivence, mais une opposition pragmatique et réaliste qui se déterminera en fonction des intérêts de Perpignan et de ses habitants, et non pas en fonction de considérations purement politiciennes, comme malheureusement j’ai l’impression que nos concurrents sont en train de vouloir régler leur majorité en face » ajoute-t-il.

Et pourquoi pas Dominique SCHEMLA ?
Et de s’en prendre à ce qui restera l’événement majeur de la semaine, à savoir la candidature de J.Marc PUJOL à la Présidence de l’Agglo. PMC en remplacement de J.Paul ALDUY, dont la retraite sera effective le 14 avril, à la grande fureur de ce dernier qui considère que ce premier reniement est le signe d’un mandat qui commence mal. De fait, même si le Maire de Perpignan n’a jamais dit qu’il n’accepterait pas cette présidence si on la lui proposait mais qu’il ne la « briguerait pas », il y a là une subtile nuance sémantique qui avait échappé à la plupart des observateurs politiques, pour ne pas dire à tous et qui passe mal chez  les électeurs. Selon le maire et pour se défendre de l’accusation, il n’y a pas là cumul de mandats puisque la Présidence n’est pas selon lui un « mandat ». Même s’il s’agit bel et bien d’un mandat voté par les grands électeurs qui représentent le peuple qui les ont élus, il y a bien là cumul de fonctions, avec le risque de ne pas consacrer tout le temps voulu à la fois à la Ville de Perpignan et à l’Agglo. PMCA. Il y avait pourtant bien d’autres candidats acceptables par l’UMP, qui a finalement décidé seul en conclave, mais sans fumée, enfermé dans un bureau de l’Agglo. dans une forme de déni de la démocratie directe et en excluant l’UDI. Bernard Dupont, Romain Grau ou François Calvet sont des noms qui revenaient le plus sur les lèvres des observateurs ou des maires des communes adhérentes : trop administratif et pas assez politique pour l’un, trop à gauche ou trop politique pour les deux autres, aucun des trois ne faisaient l’unanimité. 

Reste un outsider : Dominique Schemla qui n’est rien de tout ça et qui pourrait et saurait sans doute rassembler autour de lui, avec en prime une fibre écologique marquée indispensable pour arbitrer les grandes orientations du territoire.

Le FN au secours de J.Paul ALDUY et haro sur Alain FERRAND
Pour Louis Aliot, « Je pense, comme J.Paul Alduy, que c’est une mandature qui commence très mal, puisqu’ayant fait toute sa campagne sur le non cumul, la fonction unique de maire, toute l’attention qu’un maire devait donner à sa commune, qu’il laisserait l’Agglo. à d’autres, ça a été son premier reniement de campagne et ce ne sera pas le dernier. Je ne parlerai pas de la charte ANTICOR parce que nous n’en sommes pas là, on verra bien si Monsieur Alain Ferrand sera Vice-Président de l’Agglomération, c’est un peu prématuré, d’ici le 14 avril il peut se passer beaucoup de choses. J’ajoute que dans cette charte ANTICOR, je crois qu’il y a aussi de donner la Présidence de la commission des finances à l’opposition… Je doute, même si je le souhaite, que le Maire de Perpignan donne cette présidence à notre ami le Professeur Bruno LEMAIRE… Très honnêtement, on se tient loin de ces débats qui sont entre l’UMP et l’UDI, manifestement ici on a un gouvernement totalement UMP qui est en train d’assécher le petit ruisseau UDI pour tenter de s’en approprier les bénéfices.

Nous avons 17000 voix sur Perpignan, le maire 21000 mais il y a eu 3800 blancs et nuls ce qui veut dire que la ville est coupée en deux, presqu’à l’équilibre, ce qui montre la fragilité du système politique à Perpignan, donc il faut être raisonnables et prudents, c’est en tout cas le message que j’ai adressé à mes colistiers, nous serons sans concession mais l’opposition ne sera pas fanatique. Je ne suis pas socialiste, je ne suis pas sectaire à priori et je veux voir dans les dossiers ce qu’il y a, ce qui est bon pour Perpignan, c’est la ligne générale que nous nous sommes fixée.

Pour l’Agglo., je suis inquiet. Parce quoi qu’on puisse reprocher à J.Paul Alduy, il était allé pêcher des maires en fonction d’un équilibre entre les communes, s’il y avait 41 vice-présidences, c’était aussi pour maintenir l’équilibre entre différentes sensibilités. Là, avec l’élection au suffrage universel direct, ça repolitise complètement l’Agglomération et c’est un mini Conseil Régional et ça va se faire par affinités politiques ».

COUVUne alliance avec la droite ? « Je suis prêt à une alliance technique. S’il s’agit de faire venir des entreprises ou de faire des routes, les routes elles ne sont pas de droite ou de gauche, ce sont des routes et on peut trouver des terrains d’entente. Nous, on y est prêts, mais je n’ai pas l’impression que le Maire de Perpignan soit farouchement favorable à ça. Il est un peu prisonnier de son entourage technique qui prend un peu trop d’importance part rapport à l’expression politique des citoyens de Perpignan. Rappelons que ce sont les élus qui ont la responsabilité du suffrage et pas les équipes techniques autour d’un Maire !

LE FN REMET L’ECHARPE DE MAIRE A J.MARC PUJOL

Election du Maire de Perpignan et de ses Adjoints

C'est Anne-Marie RAPPELIN, élue FN / RBM qui préside à l'ouverture de ce 1er Conseil Municipal, celui de l'installation. Comme un clin d'oeil...

C’est Anne-Marie RAPPELIN, élue FN / RBM qui préside à l’ouverture de ce 1er Conseil Municipal, celui de l’installation. Comme un clin d’oeil…

L’aboutissement d’une longue histoire d’amitié ? Un ralliement soudain de l’une vers l’autre ? L’impossible réconciliation, comme ça en public ? Que nenni… tout juste la stricte application du code des collectivités territoriales qui prévoit que ce soit la doyenne ou le doyen du Conseil élu qui soit en charge de procéder à l’élection du Maire et lui remette son écharpe, responsabilité confiée samedi dernier à Anne-Marie RAPPELIN, 9ème de liste FN / RBM et qui faisait sa 1ère entrée à la Loge. Pas de bises ni d’effusion de joie de la part de l’une ou de l’autre, faut pas pousser, et c’est bien J.Marc PUJOL qui se passera l’écharpe lui-même. Certainement pas facile à vivre pour l’une comme pour l’autre mais ils devront cohabiter pendant six ans… Au mieux ?

Un Conseil ouvert par deux brèves déclarations des têtes de listes :

Le leader RBM Louis Aliot prend la parole en premier, parole qui lui a été donnée par la Présidente de séance.

Le leader RBM Louis Aliot prend la parole en premier, parole qui lui a été donnée par la Présidente de séance.

Louis Aliot qui présentait sa candidature, qualifiée de témoignage : « Fidèle à nos engagements et aux électeurs qui se sont portés sur notre liste, en espérant que Perpignan continuera à sauvegarder un certain nombre de valeurs traditionnelles, fondatrices de notre civilisation et à défendre un idéal républicain fait d’unité et de laïcité. Je souhaite bonne chance à la mairie de  Perpignan et aux perpignanais bon courage en leur disant que nous mènerons un combat de défense des intérêts des perpignanais au plus près de leurs préoccupations dans le respect de tous et le respect du suffrage universel, c’est en tout cas la ligne que je me suis fixée et c’est la ligne que respecteront à la lettre mes colistiers au sein de cette assemblée ». Sobre et court avec, on le voit, la ferme intention de renforcer l’image démocratique d’un FN pastellisé de RBM, longtemps diabolisé.

Sans surprise et grâce à ce Front dit "républicain", J.Marc PUJOL est élu avec 43 voix contre 12 pour Louis Aliot. Contrairement à Canet, il ne manque pas une voix au candidat RBM...

Sans surprise et grâce à ce Front dit « républicain », J.Marc PUJOL est élu avec 43 voix contre 12 pour Louis Aliot. Contrairement à Canet, il ne manque pas une voix au candidat RBM…

Quant à J.Marc Pujol« Je serai le maire de tous les perpignanais. Merci à mon équipe, c’est grâce à leur implication, leur abnégation, leur travail, les milliers de portes ouvertes, les refus, les agressivités que nous sommes là. Ils ont fait preuve de dignité, de courage et ils seront un exemple pour leur ville. Merci aux perpignanais qui nous ont conduit sur le chemin de la victoire, en nous faisant part de leurs difficultés, de leurs craintes, de leurs espoirs. Ils ont tracé le chemin de l’avenir qui passe par une ville pour tous. Une ville où il faut se parler, se comprendre plutôt que de se replier sur soi. Nous avons la chance de vivre dans un beau pays la France, dans une belle ville, Perpignan, sachant les aimer comme nos prédécesseurs l’ont fait avant nous, et pour beaucoup faisant sacrifice de leurs jeunes vies. Le temps du débat municipal est clos, les perpignanais ont tranché. Il faut trouver en nous les ressources pour combattre le déclin et nous réunir, pour inscrire Perpignan dans la modernité d’une ville fière et conquérante ».

Ma plus belle histoire d'amour c'est vous ? Anne-Marie RAPPELIN tente de passer l'écharpe de Maire à J.Marc PUJOL. Que nenni, il le fera lui-même et ne serre la main de son adversaire que du bout des doigts...

Ma plus belle histoire d’amour c’est vous ? Anne-Marie RAPPELIN tente de passer l’écharpe de Maire à J.Marc PUJOL. Que nenni, il le fera lui-même et ne serre la main de son adversaire que du bout des doigts…

LES ADJOINTS ELUS :
Romain GRAU, Chantal BRUZI, Pierre PARRAT, Nathalie BEAUFILS, Olivier AMIEL, Fatima DAHINE, Michel PINELL, Danièle PAGES, Richard PULY-BELLI, Isabelle DE NOELL-MARCHESAN, Mohamed IAOUADAN, Chantal GOMBERT, Alain GEBHART, Suzy SIMONNICAISE, Pierre-Olivier BARBE, Joëlle ANGLADE, Stéphane RUEL, Caroline FERRIERE-SIRERE, Brice LAFONTAINE, Christine GAVALDA-MOULENAT, tous élus Conseillers Communautaires à l’Agglo. PMCA.

LES ADJOINTS DE QUARTIERS :
NORD : Richard PULY-BELLI SUD : Isabelle DE NOELL-MARCHESAN – OUEST : Chantal GOMBERT – EST : Joëlle ANGLADE CENTRE : Caroline FERRIERE-SIRERE

Le Maire de Canet et son 1er Adjoint, Bernard DUPONT et Francois CLIQUE, ont tenu à assister à l'élection de celui qu'ils appellent leur ami.

Le Maire de Canet et son 1er Adjoint, Bernard DUPONT et Francis CLIQUE, ont tenu à assister à l’élection de celui qu’ils appellent leur ami.

LES CONSEILERS D’OPPOSITION (FN / RBM) :
Louis ALIOT, Clotilde FONT-GAVALDA, Bruno LEMAIRE, Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK, Xavier BAUDRY, Catherine PUJOL, Mohamed BELLEBOU, Claudine MIZERA-FUENTES, Jean-Claude PINGET, Anne-Marie RAPPELIN, Alexandre BOLO, Bénédicte MARCHAND, les huit premiers étant également élus Conseillers Communautaires à l’Agglo. PMCA.

Jaume ROURE qui ne se représentait pas passe la main à Brice LAFONTAINE pour représenter Unitat Catalana.

Jaume ROURE qui ne se représentait pas passe la main à Brice LAFONTAINE pour représenter Unitat Catalana.

A noter l’absence très remarquée de J.Paul ALDUY à cette séance d’installation du nouveau Conseil Municipal et dont la place avait pourtant été réservée au premier rang du public. En cause la candidature de J.Marc PUJOL à la présidence de l’Agglo., un premier reniement du Maire pour J.Paul Alduy qui considère que, tant la ville de Perpignan que la communauté d’agglomération, valent mieux qu’un mi-temps passé de chaque côté.

J.Paul Alduy oublie toutefois un peu vite qu’il fut lui-même pendant de nombreuses années le Maire de Perpignan, le Président de l’Agglo., mais aussi… Sénateur à près de 1000 km… Comprenne qui pourra !

La photo de famille : les Adjoints autour du Maire dans le patio de la loge.

La photo de famille : les Adjoints autour du Maire dans le patio de la loge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Une manipulation à destination de tous ceux qui ont fait confiance au Parti Socialiste »

Réaction de Louis Aliot au retrait de Jacques CRESTA

Louis Aliot en conférence de presse réagit au retrait de Jacques Cresta de la compétition.

Louis Aliot en conférence de presse réagit au retrait de Jacques Cresta de la compétition.

Jour d’affluence au siège de campagne du Rassemblement Bleu Marine, la foule de journalistes et de photographes se presse pour écouter la parole de celui qui fait la course en tête pour remporter le fauteuil de Maire et qui a totalisé au soir du 1er tour pas moins de 34,20 % des suffrages des perpignanais, à quelques encablures de J.Marc Pujol, le représentant de l’UMP, premier parti de France, qui n’a recueilli « que » 30,57 % des suffrages exprimés. Pour Jacques Cresta, qui représente le parti au pouvoir, c’est la gifle : 11,92 %. Quant à Clotilde Ripoull avec un petit 9,65 %, elle est éliminée et disparaît du paysage politique de Perpignan pour au moins six ans, alors qu’elle espérait entre 15 et 20 %.

Louis ALIOT montre à tous une affiche qui selon lui circule sur Internet à la gloire de J.Marc PUJOL.

Louis ALIOT montre à tous une affiche qui selon lui circule sur Internet à la gloire de J.Marc PUJOL.

Un Louis Aliot qui vient tout juste d’apprendre que Jacques Cresta a finalement cédé aux injonctions de Solférino de retirer sa candidature afin de faire barrage au candidat FN en espérant – ou pas d’ailleurs ? – un report sur la liste Pujol. Un retrait qui a, selon lui, « des conséquences sur la vie politique locale puisque la gauche institutionnelle n’aura plus d’élus, ni à la mairie de Perpignan, ni à l’Agglo. pour 6 ans. C’est aussi une manipulation à destination de tous ceux qui ont fait confiance au parti Socialiste et qui se retrouvent avec un candidat qui aura passé tout le 1er tour à parler de Monsieur Pujol en des termes infamants, des magouilles, une ville en faillite et apocalyptique, une situation générale absolument abominable et qui se retrouve en situation de se désister en faveur du candidat UMP, classé à tort d’ailleurs droite Populaire ». Pour autant, rien n’est clair, le désistement est annoncé, selon Louis Aliot « à la demande de l’UMP« , mais Jacques Cresta affirme que « le Front républicain ne marchera plus ». « Je suis persuadé que les électeurs vont leur faire payer. A la fois à la gauche mais aussi à Monsieur Pujol, qui d’ailleurs a sur sa liste des candidats de gauche, Olivier Amiel et Romain Grau. Clairement à Perpignan, il y aura un duel UMPS et le Rassemblement Bleu Marine ». Un appel est fait, aux électeurs de l’UMP dont les amis auraient contraint le PS de s’exécuter et aux abstentionnistes qui détiennent à l’évidence les clés de ce scrutin. Un appel qualifié « d’effet Brignoles » qui ne sont pas allés voter au 1er tour pensant que les jeux étaient faits. « Au second tour, des gens vont sortir de leur réserve pour voter pour ma candidature et mon projet affirme » le Vice-Président du FN. « Je pense que nous serons en tête au soir du second tour ». Quant à l’appel au vote de Jacques Cresta en faveur de J.Marc Pujol « qu’il a agoni d’injures tout le 1er tour », pour Louis Aliot les choses sont claires. « De ce côté Madame Ripoull a été beaucoup plus claire, elle n’aime pas beaucoup les gens du Rassemblement Bleu Marine mais en aucun cas elle ne prend ses électeurs pour des imbéciles, elle ne peut pas avoir passé son temps au 1er tour en disant tout le mal qu’elle pensait de la gestion de Monsieur Pujol et appeler à voter pour lui. C’est honnête et ça prouve que sa candidature l’était ». Cette situation d’affrontement entre les deux projets semble convenir au leader frontiste « C’est projet contre projet, J.Marc Pujol est l’homme du passif et du passé, et clairement il y a une liste d’avenir avec un candidat de 44 ans avec un projet et une liste d’ouverture, les perpignanais sauront faire le choix ». Quant à la chance de victoire, Louis Aliot reste confiant. « Je pense que les cartes sont redistribuées, je ne pense pas que les gens de gauche aillent voler au secours de la victoire de Monsieur Pujol, pour des raisons évidentes, de chômage, de précarité, d’injustices, de communautarisme, d’atteintes à la laïcité, de clientélisme éhonté notamment avec les employés municipaux, je pense que nous allons capter une part significative de l’électorat de gauche. »

Pour les deux adversaires, tout est à faire et rien n’est gagné. Les abstentionnistes pourraient bien être les arbitres de ce duel dont le résultat final pourrait bien est plus que serré…
DSC01419

Perpignan : dernier meeting avant le 1er tour de Jean-Marc PUJOL

« Dans une élection à fort enjeu, il faut être capable d’assumer et d’affronter. On peut mener le combat jusqu’au bout pour aller à la victoire »

VignetteLa salle n’était certes pas pleine vendredi soir pour le dernier meeting animé par J.Marc Pujol, mais c’est tout de même un peu plus de 1500 sympathisants revendiqués par les organisateurs qui ont accueilli le Maire sortant, avec des applaudissements plus que nourris. François Calvet, le Sénateur-Maire du Soler, a fait le déplacement ainsi que J.Paul Alduy qui doit quitter son fauteuil de Président PMCA dans une petite quinzaine de jours. Mais pas seulement, Daniel Mach, Gilles Foxonet, Thierry Del Poso, Robert Vila, Jean Castex et Bernard Dupont, respectivement maires de Pollestres, Baixas, St Cyprien, St Estève, Prades et Canet sont au premier rang pour soutenir le candidat de la 1ère ville du département, cette « Ville-Centre » dont les voix pèseront lourdement dans l’élection du tout nouveau Président de l’Agglo. juste après le second tour. Sans oublier François Lietta, le Président des jeunes Pops UMP66, lui-même candidat sur la liste de Fernand Siré à St Laurent.

Parmi les Maires présents, au 1er rang Thierry Del POso, Daniel Mach, François Calvet, Bernard Dupont et Robert Vila

Parmi les Maires présents, au 1er rang Thierry Del POso, Daniel Mach, François Calvet, Bernard Dupont et Robert Vila

Un enjeu de taille pour les 36 communes satellisées, d’autant que, proportionnelle oblige, la configuration politique de l’Agglo. sera bien différente de ce qu’elle est actuellement, avec l’entrée plus que probable du Front National, du Front de gauche et de quelques opposants historiques et hargneux, telle Clotilde Ripoull, pasionaria locale dont on ne sait plus trop quelle est la ligne politique, mais qui a surtout fait de la lutte contre J.Paul Alduy et tous ceux qui l’approchent de près le combat de sa vie. Avec en sus pour l’Agglo. la réduction du quantum de ses Vice-Présidents qui passent de 42 à 36.

Le Président de l'Agglo. J.Paul Alduy et Bernard Dupont le Maire de Canet et 1er Vice-Président de l'Agglo.

Le Président de l’Agglo. J.Paul Alduy et Bernard Dupont le Maire de Canet et 1er Vice-Président de l’Agglo.

Un discours de J.Marc Pujol calme et posé mais également incisif et argumenté, avec plusieurs salves assassines contre les socialistes qui, selon lui, « mènent la France à la ruine« , mais aussi et surtout contre le Font National et son leader Louis Aliot, qui reste le véritable challenger de cette élection. Le Maire sortant a bien évalué le risque et a vidé son chargeur contre les leaders FN locaux ou nationaux, mais également, comme pour étayer l’argument, contre tous ceux qui ont par le passé géré les villes du Sud-Est, « tous condamnés et même pour l’un d’eux assassiné » selon lui.

Environ 800 sympathisants se sont déplacés pour assister au dernier meeting d'avant 1er tour de J.Marc Pujol

Environ 800 sympathisants se sont déplacés pour assister au dernier meeting d’avant 1er tour de J.Marc Pujol

L’insécurité à Perpignan ? Il n’y en a pas. Tout juste « quelques incivilités, Perpignan n’est ni Marseille ni Toulouse ni Grenoble où il y a des morts tous les jours » affirme le candidat.

Perpignan c’est surtout pour J.Marc Pujol une ville pleine d’avenir qui continue à croître en terme démographique et qui est surtout tournée vers les 7 millions de sud catalans et de sa capitale Barcelone appelée « Ville-Monde ». « Perpignan est la seule ville française à être située à une heure du monde entier », grâce rappelle-t-il à l’aéroport international de Barcelone.

Une entrée d'artiste pour J.Marc Pujol avec caresses aux enfants

Une entrée d’artiste pour J.Marc Pujol avec caresses aux enfants

Et puis de faire l’éloge de ce « Centre du monde », que le Maire de Cabestany Jean Vila appelle « tendrement » « La fin du Monde » et à cette gare TGV à laquelle personne ne croyait et qui relie désormais Perpignan à Barcelone en moins d’une heure. « Avant, qui allait à Barcelone en train ? Il ne doit pas y en avoir beaucoup, avec un arrêt d’une heure à Cerbère, sans doute pour admirer la mer. Avec J.Paul, nous pensions que ce serait les perpignanais qui iraient à Barcelone. Nous avons les chiffres, c’est l’inverse, ce sont les Catalans du sud qui viennent à Perpignan. Nous avons cru à cette zone de commerces et ses 2000 parkings. Certes, les commerces sont en difficulté mais ça ne nous a rien coûté, ne VOUS a rien coûté sur VOS impôts » insiste-t-il. « Nous avons fait le choix du partenariat avec un investisseur espagnol et ce sont eux qui ont pris les risques. En France, quand on fait quelque-chose, au début tout le monde est contre. Regardez le 4ème pont, qui voudrait s’en passer ? Partout dans le monde quand on construit un pont les gens sont contents, pas en France ! ».

Acolade avec Romain Grau, le futatif futur Président de l'Agglo. PMCA

Acolade avec Romain Grau, le futatif futur Président de l’Agglo. PMCA

Quant à la passerelle qui va bientôt enjamber la têt et dont la « 1ère pierre » a été posée tout récemment, elle aussi très décriée. Elle est jugée par le Maire comme « le symbole du lien social entre le nord et le sud de la Ville. Ca ne coûte pas plus cher qu’une piscine et quand elle est terminée il n’y a plus de frais » défend J.Marc Pujol.

Des maisons qui s’effondrent ? Une récemment « mais la Ville avait pris un arrêté de péril et il n’y avait personne dedans. On ne voit que ce qui va mal, jamais ce qui va bien. Regardez « Vernet Salanque » réhabilité, la maison pour tous est pleine et le stade est neuf ».

Un discours posé sur la forme mais bien loin d'être creux sur le fond

Un discours posé sur la forme mais bien loin d’être creux sur le fond

Selon J.Marc Pujol « Perpignan est une ville magnifique, avec des joyaux architecturaux » et dans 30 ans on rendra hommage à ceux qui l’ont dynamisée.

Un discours qui s’achève sur une Marseillaise mais surtout en haranguant la foule « Non au Front National, ne votez pas Front National ! »

A l’évidence, l’adversaire est pris très au sérieux, de quoi mettre du baume au cœur de Louis Aliot qui a désormais beaucoup d’importance sur la ville…

Une partie de l'équipe...

Une partie de l’équipe…

...l'autre partie de l'équipe, avec au fond à droite Maxime Martinaggi, très élégant ce soir et qui représente les jeunes Pops UMP66

…l’autre partie de l’équipe, avec au fond à droite Maxime Martinaggi, très élégant ce soir et qui représente les jeunes Pops UMP66

Comme à chaue fin de match, une Marseillaise !

Comme à chaue fin de match, une Marseillaise !

COUV

 

 

 

Intervention de Louis Aliot en introduction au meeting de Marine Le Pen

CA COGNE FORT !
« Pour changer la Ville, il faut changer de Maire »

Ils étaient environ 1800 militants ou sympathisants à assister à cette grand'messe pré-électorale

Ils étaient environ 1800 militants ou sympathisants à assister à cette grand’messe pré-électorale

Même si sur la forme la rhétorique n’est pas violente, sur le fond ça cogne fort ! Le bourreau ? Louis Aliot, le Vice-Président du Front National et candidat aux Municipales de Perpignan. La victime ? Le candidat à sa propre succession J.Marc Pujol, le Maire de Perpignan, et sa politique jugée inadéquat. Le lieu du délit présumé ? Le Palais des expositions, à l’occasion du grand meeting donné par Marine Le Pen samedi dernier. Les témoins ? Quelques-uns… 1500 chaises et entre 2 et 300 debout. Voilà pour le décor.

Une « plaidoirie » soigneusement préparée et découpée en plusieurs thèmes et dont nous avons choisi de citer de très larges extraits : de la fiscalité à la sécurité en passant par le logement, et même une évocation subliminale de la vie privée…« Bravo d’être venu braver les coups bas, les clichés partisans, les diffamations de nos adversaires, les discours d’exclusion de tous ceux qui auraient bien voulu que vous ne puissiez venir aussi nombreux. Notre seul tort est d’exister, il va falloir qu’ils s’habituent à nous parce que ça ne fait que commencer ! A Perpignan nous les connaissons bien ces professionnels du mensonge, du clientélisme, du communautarisme, soit-disant défenseurs d’une République utilisée à des fins partisanes ». Le ton est donné ! Et un ton qui soulève des torrents d’applaudissements d’une salle chauffée à blanc. « En démarrant la campagne très tardivement, le candidat-Maire UMP-UDI Pujol a tenté de s’affranchir du débat sur son bilan, pour ne se concentrer sur des promesses dont on sait déjà, au cas où il serait élu, qu’elles ne seront jamais tenues ! J.Marc Pujol est élu à Perpignan depuis 1989, 25 ans de mandat où il aura cumulé toutes les fonctions. En 2009, après l’invalidation due à la triste affaire des chaussettes, ils ont trompé les perpignanais, J.Paul Alduy s’est démené pour être réélu et sans prévenir personne, il a abandonné son poste de Maire pour nommer son 1er Adjoint alors que les gens n’avaient pas voté pour lui ». Tromperie, vol de leur vote, un Maire pas choisi, l’argument est récurrent mais pas seulement au sein du Front National. Certains sympathisants de l’UMP avaient également mal vécus la manœuvre.

Louis Aliot qui se présente à la Magistrature Municipale a cogné pendant plus de 30 minutes

Louis Aliot qui se présente à la Magistrature Municipale a cogné pendant plus de 30 minutes

LA FISCALITE ET LA GESTION de la Ville est également pointée du doigt, l’une des dix grandes villes les plus endettées de France selon Louis Aliot, celles où les impôts locaux ont le plus augmenté. Et puis l’Agglo. PMCA qui en prend pour son grade, qualifiée « pour une bonne part responsable de cette dérive financière ». La dette de Perpignan, selon le leader frontiste, qui reprend un récent article du Figaro en théorie favorable à l’actuelle Municipalité, serait le double de la moyenne nationale, avec un montant cumulé entre la Ville et l’Agglo. qui s’élèverait à 4000 €uros par perpignanais.

LES INVESTISSEMENTS sont également qualifiés de « hasardeux », le théâtre de l’Archipel avec son coût de 42 M€, sans demander l’aval de la population par référendum. Le personnel Municipal ? Mal géré, démotivé et surtout sujets à « d’ignobles pressions pour le seul fait de soutenir notre équipe » s’insurge le candidat, une Mairie UMP qui utilise la même méthode que les mairies socialistes ou communistes selon lui. « Lorsque nous arriverons à la Mairie, il n’y aura pas de chasse aux sorcières » promet-il formellement. « Nous redonnerons une chance à tous ceux qui travaillent honnêtement qui ne servent pas les causes d’un clan quelques-fois inavouables ».

A gauche, le candidat Julien Sanchez à Beaucaire dans le Gard, venu soutenir "la Patronne"

A gauche, le candidat Julien Sanchez à Beaucaire dans le Gard, venu soutenir « la Patronne »

LE TGV : Quant au « CENTRE DU MONDE » moqué par toute l’opposition et que le Maire de Cabestany Jean Vila appelle tendrement « LA FIN DU MONDE », Louis Aliot n’est pas en reste : « La fameuse gare où le TGV français n’arrive toujours pas et qui aura coûté à la ville en aménagements 30 M€, et au promoteur catalan 115 M€, est en proie à un désastre commercial. Ce n’est plus un CENTRE, c’est un TROU ! Et l’on sait par la bouche du Ministre des transports que la véritable gare TGV ne pas être au Centre du Monde mais construite à l’extérieur de la ville… Un TGV ça va vite, certains s’arrêteront mais d’autres passeront à côté en direction de Barcelone. Nous verrons bien que cet investissement hasardeux n’a été fait que pour flatter l’ego de celui qui se voulait un bâtisseur et qui vient de prendre sa retraite politique ». Ca c’est pour J.Paul Alduy.

LE LOGEMENT : les 330 M€ d’investissements, en particulier dans les quartiers dits difficiles, provoquent le courroux de Louis Aliot « Selon un rapport tenu secret du Préfet, cet argent a été mal investi au point qu’on se demande où a-t-il été investi ! Des exemples ? Des maisons qui s’effondrent, mis à part Perpignan, connaissez-vous une seule ville en France où ce genre d’accident arrive ? A partir de combien de maisons tombées va-t-on commencer à s’occuper de ces problèmes ? Rien ne sert jamais de leçon à ce petit monde de la Loge ! Entre les émeutes, l’insalubrité, les trafics, les populations qui souffrent, il serait temps de s’en préoccuper un peu ! La réhabilitation de St Jacques sera une priorité de notre politique, tant il est vrai qu’il cumule en son sein tout ce que les perpignanais ne veulent plus voir. On ne peut plus se taire, il faut évoquer la situation désastreuse de certains quartiers ». Et de prendre pour exemple la cité Transit et celle des Pins, récemment visitées par le candidat : « Je n’en suis toujours pas revenu de ce que nous avons vu et entendu dans une cité délabrée, avec une jeunesse livrée à elle-même en manque de tout, d’équipements sportifs ou simplement de toute association. Ces jeunes et ces anciens abandonnés par les collectivités, et, tenez-vous bien, encerclés par des tranchées et des talus de 3 mètres de haut afin que les beaux quartiers d’à côté ne les voient pas ! Ce n’est pas des favelas de Colombie, ce sont des quartiers de Perpignan ! Cachez donc cette misère que je ne saurais voir, telle est donc la politique Municipale… J’exagère ? Les habitants vous montreront l’état de ces quartiers ! Il y a pourtant des gens qui veulent s’en sortir et qui savent ce que c’est que le travail et la dignité et qui refusent cette lente descente aux enfers. Ils sont français, comme nous, ils nous interpellent sur leurs problèmes et sur les petites magouilles entre initiés des pouvoirs politiques locaux, pour obtenir du travail ou simplement un logement. Nous voulons mettre fin aux trafics, encadrer l’activité professionnelle, créer des chantiers d’insertion qui permettront de rendre leur dignité à ces gens. Si j’étais Maire de Perpignan, je ne fanfa            ronnerais pas dans les médias, j’aurais honte ! »

Point commun entre le FN et l'UMP : la Marseilleise en fin de meeting

Point commun entre le FN et l’UMP : la Marseilleise en fin de meeting

LE CENTRE VILLE, » jamais celui-ci ne s’est aussi mal porté, plus de  100 commerces ont baissé leurs rideaux, aucun projet, aucune dynamique, la Ville est sourde aux attentes des commerçants ! » Quant au Tribunal, le candidat s’engage à le maintenir au centre, prenant la direction opposée à celle de J.Paul Alduy qui voudrait le déplacer près de la gare TGV.

UN BILAN DE LA MUNICIPALITE jugé « accablant, le Maire tente de faire peur aux gens en nous pointant comme l’ennemi N°1. C’est vrai Monsieur le Maire, nous sommes l’ennemi N°1 pour vos places, pour vos privilèges et tout ce que vous avez mis en place depuis 30 ans, car nous voulons créer du neuf avec des gens honnêtes, des gens droits. Mais qui fait peur ? Une équipe que vous avez là ouverte, plurielle, renouvelée, ou une équipe qui accumule les échecs et qui a donné une image catastrophique de notre ville, d’affrontements communautaires liés à une politique clientéliste éhontée ? ».

L’INSECURITE : « Le Maire est en train d’en nier l’existence, il n’y a pas d’insécurité à Perpignan, tout au plus dit-il quelques incivilité : le bruit des scooters, le tapage nocturne et un problème très grave… ceux qui grillent les feux rouges ! Des policiers qui font leur travail dans des conditions difficiles, des centres sociaux qui brûlent, des gens qui se font tirer dessus, des gendarmes qui se battent la nuit avec des employés communaux qui ont des casiers judiciaires longs comme le bras. Des chiffres donnés par le Procureur qui sont à la hausse, des cambriolages, des violences à personnes, mais le Maire, lui, est à la Loge et on se demande s’il vit encore dans la ville qu’il croit encore diriger !

LE JUMELAGE avec la ville FLN de Mostaganem en Algérie suscite la désapprobation de Louis Aliot, qui croit y voir une manœuvre opaque, « discrète et presque secrète, avec des photos du Maire et des ministres de l’Algérie qui nous crachent dessus en permanence. Pour des gens qui ont fait profession de défendre la mémoire du pays où ils sont nés et de gérer les pieds-noirs ou les harkis comme de la clientèle électorale, là aussi j’aurais honte ! »

LA LISTE de J.Marc Pujol, de large ouverture vers la gauche avec la présence du neveu de Jacqueline Amiel-Donat est largement prise à partie, qui déclarait récemment selon Louis Aliot « avoir le même objectif : porter une parole de gauche ». « Tout est dit » conclut-il : « La liste de J.Marc Pujol est une liste UMPS, elle n’est pas une liste de droite ! La responsable Centriste (Chistine Espert du MoDem – NDR) l’a brocardé et qualifié de « marchand de chameaux » ! Personne se sait pourquoi cette dame a dit cela, moi j’émets une hypothèse, serait-ce que parce que Monsieur Pujol, en dehors des périodes électorales passe le plus clair de son temps dans son Ryad au Maroc… ?

"280.000 €uros pour ce cadran solaire planté au milieu d'un rond-point !"

« 280.000 €uros pour ce cadran solaire planté au milieu d’un rond-point ! »

DES GASPILLAGES dénoncés par le candidat qualifiés de scandaleux, avec en exemple ce projet de futur rond-point au Nord de la Ville voté à l’unanimité par le dernier Conseil d’Agglo. « Une œuvre d’art, un cadran solaire de 30 mètres de long et qui coûterait qui va nous coûter quand même 280.000 €uros au bas mot ! » avec quelques huées désapprobatrices de l’assistance, il est vrai toute acquise au leader frontiste. « Dites-moi s’il n’y avait pas d’autres secteurs à privilégier plutôt que de se faire plaisir ou de faire plaisir à un ami ? » ajoute-t-il.

L’EMPLOI « Nous donnerons la priorité à l’emploi local et réserverons les marchés publics aux entreprises du département qui souffrent d’une concurrence déloyale liée à une politique européenne suicidaire ». Pas faux mais une mesure inapplicable et illégale tant que la France ne sortira pas du carcan européen dans lequel elle s’est enfermée. « Nous relancerons la construction à l’échelle de l’Agglo. et libèrerons des terrains constructibles et choisirons des entreprises qui embauchent de la main-d’œuvre locale » ajoute-t-il. Et d’évoquer ce grand projet qui est le sien de « quartier des arts du savoir-faire du terroir pour relancer le cœur de ville de Perpignan qui est aujourd’hui un désert et nous soutiendrons les projets d’insertion des handicapés trop souvent oubliés dans notre cité ».

Petit instant de complicité avec "la Patronne"...

Petit instant de complicité avec « la Patronne »…

LA JEUNESSE  n’est pas oubliée, avec le projet de créations « de terrains de sports qui manquent, une patinoire à étudier ou une salle de sports urbains alternatifs, parce qu’il est vrai qu’à Perpignan on manque un peu d’équipements ».

LA DEMOCRATIE MUNICIPALE « Enfin, nous redonnerons à Perpignan un visage Démocratique. Nous intègrerons l’opposition aux commissions Municipales, comme celles de l’attribution des logements sociaux qui navigue dans une opacité totale ou celles des marché publics où on voit des choses extravagantes et des priorités données à des entreprises extérieures alors que nos entreprises sont en train de licencier et de crever la bouche ouverte ».

« Nous changerons l’image de Perpignan, plus la ville sera sûre, dynamique et innovante, plus les investisseurs seront rassurés pour développer leurs activités ».

Trente-cinq minutes d’intervention très « punchie », on le voit n’épargnant personne parmi le personnel politique local !

Communiqué de Louis Aliot (FN)

Ralliement d’une personnalité de gauche au maire de Perpignan :

Jean-Marc Pujol (UMP) est bien l’enfant politique adoptif de Jean-Paul Alduy (UDI) ! 

A Perpignan alors que nos compatriotes souffrent d’une politique socialiste arrogante, sectaire et sans direction claire si ce n’est l’Europe ultralibérale de Bruxelles, l’UMP fait son ouverture à gauche.
 Jamais dans les enquêtes d’opinion un président de la république, un gouvernement et une majorité n’ont été à ce point impopulaires, et pourtant le maire UMP ouvre à gauche !

 Comme au bon vieux temps d’Alduy qui se disait être l’homme le plus à gauche du département et vantant son éducation politique dans les rangs totalitaires et antidémocratiques du trotskysme.

 Comme au bon vieux temps du Sarkozysme triomphant, qui en oubliant ses soutiens populaires et ceux qui l’avaient porté au pouvoir, nommait au gouvernement les PS Kouchner, Besson, Mitterrand, Hirch, Fadela Amara, Jouyet et confiait des missions aux éléphants socialistes Lang, Attali, Rocard et consorts….

 Comme nous le pressentions et comme nous le mesurons tous les jours sur le terrain, le décalage entre « l’élite dirigeante municipale UMP-UDI » et le peuple perpignanais est énorme et ce coup politicien qui met en scène un opposant de gauche farouchement critique du bilan Pujol et un maire non-élu nommé par Alduy est très révélateur d’un système qui tente de se sauver par tous les moyens. Surtout lorsqu’on connaît l’opposition de monsieur Amiel au transfrontalier, à la mémoire rapatriée/Harkis, à l’Europe mondialiste adulée par Alduy-Pujol, et sa critique acerbe du manque de sérieux de la gestion communale.

 Le Figaro aura eu tort de s’agiter pour tenter de faire croire à l’électorat de droite, qu’il y aurait un danger de gauche à Perpignan : le danger de gauche, c’est désormais la liste PUJOL qui sera à la fois une liste de centre-droit et désormais de gauche sans compter la présence du MODEM qui avait appelé à voter Hollande aux dernières présidentielles. Voter Pujol sera renouveler le système Alduy et ses soutiens socialistes !

 Je présenterai mes vœux le mercredi 8 janvier 2014 et aurai l’occasion de revenir sur ces sujets là, mais surtout sur les sujets qui occupent nos concitoyens loin des petits calculs des uns et des autres !

 

LES ARTICLES ARCHIVES