DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

novembre 2019
D L Ma Me J V S
« oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

J.Marc Pujol

FÊTE DE LA MUSIQUE : PERPIGNAN CONNAÎT SA PARTITION !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Mardi 21 juin 2016, Perpignan célèbrera comme partout ailleurs en France la 35ème édition de la Fête de la Musique. Désormais, c’est une centaine de pays qui, chaque année à pareille époque, « accordent leurs violons » pour se mettre au diapason.
Parce que Perpignan a toujours été en haut de l’affiche dans ce credo, cette année encore l’originalité sera réglée comme du papier à musique : avec une centaine de concerts programmés dans toute la ville – sur les places, aux terrasses de cafés, au pied de monuments, dans les jardins, les rues, les ruelles… et même, me dit-on, sur le toit aménagé d’un immeuble pour accueillir deux violonistes et un flûtiste ! – notre cité fêtera toutes les musiques, célèbrera la pratique musicale sous toutes ses formes. Musiques traditionnelles, sacrées ou électroniques, variétés ou folkloriques, rock ou disco, rap ou pop, il y en aura pour tous les goûts.
Quel que soit votre tempo préféré, je suis convaincu que ce soir, à Perpignan, il y aura quelque part un rythme pour vous plaire, pour vous donner l’envie de « swinguer ». Je sais que ce rendez-vous festif et convivial est traditionnellement très prisé, très couru des Perpignanaises et des Perpignanais. Il annonce certes l’arrivée des beaux jours et le temps des festivals, notamment avec des artistes, des groupes locaux, qui dévoilent leurs talents.
Et maintenant, que la Fête commence !

DESTINATION PERPIGNAN

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Après la venue de la célèbre chroniqueuse du Guide Rough, Victoria Troot, après le reportage d’une équipe de télévision chinoise débarquée dans la ville et ses environs immédiats pour filmer le quotidien des Perpignanaises et des Perpignanais, dénicher les bons plans et mettre en lumière un certain art de vivre local – au travers de la gastronomie, des vins, du patrimoine architectural… – c’est TF1 qui s’installe à Perpignan, à partir de demain et jusqu’au jeudi 23 juin 2016, pour l’émission intitulée « 7 jours, 7 nuits », diffusée tous les dimanches à 13h 30 (dans le cadre de « Grands Reportages ») et présentée par la journaliste Anne-Claire Coudray.
01L’équipe municipale – élus et agents de la Ville – qui s’active depuis plusieurs mois pour rendre Perpignan toujours plus attractive, en partenariat avec le tissu associatif et/ ou artisans-commerçants motivés, récolte là les fruits d’une politique dynamique à destination de tous les médias pour une (re)découverte unique et émouvante de la vie de la cité.
Je souhaite que Perpignan soit présente partout où les acteurs du tourisme s’affairent. Nous pouvons, et nous le devons, nous appuyer sur un caractère identitaire fort qui doit être notre marqueur, comme le sont les nombreux bâtiments de nos quartiers anciens, dont certains ont traversé les siècles et forment aujourd’hui le patrimoine exceptionnel de la ville. Perpignan, c’est une identité, c’est une Histoire, c’est quelque part une œuvre artistique, c’est évidemment une qualité de vie entre mer Méditerranée et chaîne des Pyrénées, c’est une population fière de ses racines et attachée à son territoire, c’est un savoir-faire original dans de nombreux secteurs d’activité… Partageons ce « climat » exceptionnel – et pas uniquement à l’heure des bulletins météorologiques sur petits-écrans et sur les ondes ! – pour faire de Perpignan « LA » destination ! Dans le tourisme d’affaires comme dans celui des vacances.

POLITIQUE : JUSQU’OÙ LA SOCIÉTÉ CIVILE ACCEPTERA-T-ELLE LES VIOLENCES DONT ELLE EST VICTIME ?

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Mardi encore à Paris à l’issue d’une manifestation contre la loi Travail (dite « Loi El Khomri ») où côte à côte se sont retrouvés les leaders syndicaux qui, pourtant, par leur engagement en 2012, ont permis l’élection du Président de la République actuel, de violents incidents ont éclaté.
N’ont-ils pas une responsabilité écrasante en permettant lors de ces manifestations l’émergence de groupes qui se servent d’eux pour transporter la violence contre la République ? Car enfin, ce que défendent les policiers ce sont les libertés individuelles et c’est la République.
Le saccage de l’hôpital Necker, spécialisé dans les soins aux enfants malades, est caractéristique d’une dérive fascisante de groupes se prétendant intellectuellement hors de cette mouvance. Or, qu’est-ce que le fascisme sinon la contestation et l’atteinte violente aux lois de la République ?
Ces dérives peuvent provoquer dans notre pays une spirale de violence dont nul ne sait comment elle se terminera. Le Gouvernement légitime et le Président de la République ne peuvent plus impunément laisser se développer ces violences, car ils ont la responsabilité de la sécurité des biens et des personnes.
J’étais présent mardi soir place Catalogne avec d’autres élus du conseil municipal de la Ville de Perpignan, répondant ainsi à l’appel de l’association LGBT’66, en hommage aux nombreuses victimes de la tuerie d’Orlando, en Floride (Etats-Unis). Je serai naturellement présent, ce mercredi 15 juin 2016 à midi, au commissariat de police de Perpignan, pour observer une minute de silence en hommage au couple de policiers assassinés en région parisienne dans la soirée du lundi 13 juin 2016.

COLÈRE, TRISTESSE…

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
A dire vrai, je ne trouve plus les mots pour décrire mon ressentiment, en apprenant ce matin les meurtres, dans la région parisienne, d’un policier et de sa compagne (également employée dans les forces de l’ordre), par un « fou allié » (à DAESCH en l’occurrence qui a revendiqué les deux crimes) dont on apprend qu’il avait déjà été condamné dans une affaire de terrorisme…
Colère et tristesse m’envahissent, mais j’ai conscience qu’il ne faut surtout pas baisser les bras, ne pas s’isoler, garder sa rancœur et s’indigner dans son coin. Non, bien au contraire, nous devons résister, nous devons nous lever, nous devons nous montrer soudés pour faire front, nous devons exprimer notre force et notre immense envie de vivre en toute(s) liberté(s), bien plus compacte et solide que le chemin de la haine sur lequel ces « pseudo-pèlerins » voudraient nous entraîner.
Je pense d’abord au jeune orphelin que cet acte de terrorisme laisse. J’adresse mes plus sincères condoléances à la famille, aux proches. Je renouvelle toute ma confiance aux policiers et je les assure de mon total soutien.

L’HORREUR !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Dans la nuit de samedi à dimanche à Orlando, en Floride (USA), un individu a commis un massacre en exécutant 50 personnes (et en faisant autant de blessés) dans une discothèque fréquentée par la communauté « gay ».
Peu importe les raisons – religieuses, politiques, homophobes… – de cet acte de terrorisme, en pleine campagne présidentielle aux États-Unis. C’est là un acte de terreur contre les libertés individuelles.
En attendant les résultats de l’enquête, il ne s’agit pas d’accuser, de stigmatiser ou d’amalgamer, mais simplement de dénoncer un acte effroyable.

Je le condamne avec la plus grande fermeté.
Je tiens à apporter ici un témoignage de soutien et de solidarité avec le peuple américain. En premier lieu, mes pensées vont vers les victimes, leurs familles et leurs proches.

MÉTROPOLE URBAINE : POUR ÊTRE ENCORE PLUS ATTRACTIFS…

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Lieu de vie de Perpignan Méditerranée Métropole – qui abrite ses services administratifs, des réunions communautaires, son amphithéâtre où se déroulent débats, conférences, séminaires et bien sûr nos conseils de communauté – le siège (anciennement Hôtel de l’Agglo PMCA, boulevard Saint-Assiscle à Perpignan) de notre collectivité territoriale, par lequel transitent quotidiennement des dizaines d’élus locaux et de décideurs, doit être plus attrayant pour être encore plus attractif.
C’est pour cela qu’il a été décidé de réaménager entièrement le hall d’accueil qui se situe au rez-de-chaussée du bâtiment, face à la gare TGV / Centre del Mon. Il ne s’agit pas d’une simple opération de « relooking », mais bien d’une restructuration totale de l’espace avec des interventions pour améliorer le confort, l’accessibilité, la visibilité et la sécurité des lieux.
Chaque habitant du territoire, chaque investisseur, chaque aménageur, chaque visiteur, chaque agent, chaque élu, doit y trouver son équilibre et, surtout, doit accéder facilement aux réponses qu’il vient y chercher.
Les travaux en cours devraient être terminés dans le courant du mois de juillet.

PERPIGNAN : ANCIEN PRESBYTÈRE, LES PERPIGNANAIS ONT TRANCHÉ !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Vendredi 3 juin 2016 à 11h avait lieu –en présence d’un huissier– le dépouillement des bulletins suite à la consultation des Perpignanais « Votre avis nous intéresse » relative à l’aménagement de l’espace anciennement occupé par le presbytère attenant à la cathédrale.
La participation à ce vote s’est élevée à 3 819 bulletins. Les Perpignanaises et les Perpignanais ont plébiscité massivement, à plus de 90% !, l’aménagement d’une place méditerranéenne in situ, soit plus précisément 3 438 bulletins « pour » ; tandis que 320 bulletins (8,37% des exprimés) se sont prononcés en faveur d’une reconstruction du bâtiment… et 61 bulletins nuls (soit 1,59%).
Puisque tel est le choix des perpignanais, l’équipe municipale va maintenant s’attacher et s’activer à réhabiliter cet espace, désormais libéré de toute construction. Particulièrement stratégiques, car ils ouvrent une nouvelle voie dégagée sur le Campo Santo, avec une visibilité spectaculaire par endroit –en tout cas originale– les lieux doivent permettre enfin une meilleure accessibilité pour pénétrer dans l’un des secteurs historiques de la ville.

CONGRÈS ANNUEL DES MAIRES

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Mardi 31 mai et jusqu’au jeudi 2 juin, se tient Porte de Versailles à Paris le 99ème congrès de l’association des maires de France. Je m’y rendrai dès mardi soir.
Il s’agira de notre dernier congrès avant les prochaines élections (présidentielle, législatives et sénatoriales). Au-delà des grands sujets d’actualité qui y sont traditionnellement abordés, c’est surtout un temps fort pour établir le dialogue entre élus de la République et représentants de l’Etat, l’occasion bien sûr de faire entendre la voix des maires.
Personnellement, j’attache beaucoup d’importance à ce rendez-vous car il permet de rencontrer et d’apprécier des solutions innovantes en matière d’équipement public. Il permet aussi de se familiariser avec de nouvelles technologies, de comparer des modes de gestion, d’organisation municipale, lors de débats avec d’autres maires…

POLITIQUE : HALTE AUX VIOLENCES D’OÙ QU’ELLES VIENNENT !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Après avoir dénoncé la violence des casseurs qui se sont attaqués à coups de barre de fer aux représentants des forces de l’ordre et qui ont incendié leur véhicule, nous devons subir des contraintes et des violences d’une organisation syndicale qui ne respecte en aucun cas la Démocratie et le Parlement.
Si le droit de grève et de manifester est un droit imprescriptible, et que je n’ai jamais eu un mot pour contester ce droit, j’observe que dans tous les pays communistes dont la CGT s’inspire ce droit n’existe pas.
Nous sommes là bien sûr dans une totale contradiction, mais l’absence du respect du droit du travail de ceux qui veulent travailler constitue une dérive inquiétante de la part d’un syndicat qui prétend représenter les salariés.

POLITIQUE : « POURQUOI NOUS DÉFENDRONS LE PROJET DU PATIO COMTEROUX JUSQU’AU BOUT »

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Le projet de 13 000 m² de surfaces non alimentaires est exemplaire en matière de stationnement, de développement durable et d’architecture. Il s’implante sur un terrain déjà occupé par une activité commerciale et économique, les établissements COMTEROUX, fermés depuis plusieurs années.
02Cette friche économique doit être restructurée car elle risque d’être squattée et occupée par les gens du voyage comme cela s’est produit il y a deux mois. Rappelons d’ailleurs qu’à quelques dizaines de mètre de là, le magasin LIDL a dû fermer et qu’il a été squatté par des caravanes pendant plus d’un an.
Le projet présenté porte sur un ensemble appartenant à des commerçants perpignanais depuis plusieurs générations, la famille QUINTA, qui exploitent un magasin en centre-ville et ont développé la création des Toiles du Soleil dans le monde entier. Ils sont les mieux placés pour juger de leurs intérêts économiques et commerciaux et la Ville les aidera.
La zone concernée n’est pas en périphérie de Perpignan mais au cœur de l’unité commerciale la plus importante du département. Le projet n’est pas concurrent des commerces du cœur de ville car les surfaces proposées n’existent pas en centre-ville. Il concerne uniquement l’implantation de commerçants et la création de plus de 100 emplois.
Les opposants à ce projet le font uniquement pour des raisons politiques car ils ne veulent pas que la ville réussisse, enfermés qu’ils sont dans des modèles économiques révolus.
Il est amusant d’observer que le maire de Claira et Madame la Conseillère Départementale de Cabestany s’opposent à ce projet alors qu’ils votent les yeux fermés, quand il s’agit de ces deux communes, à toutes les extensions qui ne dépendent que de l’attractivité de la population perpignanaise. Que dire des soi-disant représentants des commerçants du centre-ville à la tête d’associations sans adhérents, ou presque, n’ayant pas présenté leurs comptes à la préfecture et dont l’intervenant principal exploite un magasin…tenez-vous bien, dans le centre commercial de Claira.
Pour le reste, je dirai simplement que leur attitude est simple quand il s’agit de la municipalité de Perpignan « contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre ». Ils poursuivent là depuis plus de vingt ans leurs échecs politiques car ils n’ont pas le sens de l’intérêt général. Ils continuent à exploiter leurs petites boutiques politicardes remplis de rancœur, de haine et d’envie.
Nous soutiendrons ce dossier exemplaire dans l’intérêt de notre ville et des Perpignanais au cœur d’un site apprécié par tous qui doit nécessairement se restructurer.

PERPIGNAN – LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE : UN ACTE CITOYEN AVANT TOUT !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
01Avec une dizaine de réunions publiques programmées jusqu’au 1er juin dans tous les quartiers de la ville, avec l’édition d’un guide tiré à plus de 9 000 exemplaires, avec des interventions dans les écoles, avec un plan de formation original pour le personnel communal qui opère dans les jardins publics, sur les toits de bâtiments communaux, etc., etc., avec une aide financière de 50 000 €/ an attribuée à l’EID-Méditerranée, seul organisme compétent à intervenir sur le terrain (placé sous l’égide du Département) : Perpignan, par le biais de sa Direction municipale Hygiène & Santé, est sans aucun doute, proportionnellement à sa population, l’une des villes d’Europe à agir et à s’investir le plus dans la lutte contre le moustique tigre. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si l’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS) l’a choisie comme exemple en la définissant comme « ville pilote » dans ce domaine.
L’ensemble de notre territoire régional a été placé en « vigilance rouge » sur la carte annuelle qui mesure la prolifération de cet insecte qui, au-delà de sa piqûre douloureuse et des démangeaisons qui s’en suivent peut être vecteur de maladies tropicales (dengue, chikungunya et zika). Les dernières pluies ayant mis en eau les sites de pontes, le moustique tigre sera malheureusement à nouveau présent dans la commune et risque de nous gâcher l’été 2016.
Très impliquée sur cette problématique à l’échelle départementale et régionale, la Ville de Perpignan se mobilise dans de nombreuses actions de sensibilisation. Je voudrais en profiter pour féliciter les maires de quartier qui s’impliquent collectivement dans ce qui, jour après jour, se présente comme un défi au quotidien. Il en est de même pour l’élue déléguée à l’hygiène et la Santé publique, Christelle Poloni, aux côtés de M. Palau, chef d’agence EID-Canet, qui ont même mis au point des opérations porte à porte dans les secteurs de la commune les plus touchés par le phénomène.
A chaque réunion, le public se présente de plus en plus nombreux : 30 à 80 personnes, me dit-on, pour venir se renseigner, se motiver. Car il faut insister là-dessus : la lutte contre le moustique tigre passe aussi par un acte citoyen. Chacun(e) doit se sentir concerné, interpellé. Il y a des gestes simples et efficaces pour éviter que l’eau stagnante ne se transforme en nurserie pour l’insecte : couvrir d’une moustiquaire les réservoirs d’eau de pluie, éliminer les endroits où l’eau peut stagner (seaux, bidons, pots, arrosoirs, jouets d’enfants…), supprimer les soucoupes des pots de fleurs si possible, vérifier le bon écoulement des eaux pluviales, etc.,etc.
Si vous avez un doute, des questions, une inquiétude, appelez la Direction perpignanaise Hygiène& Santé publique : 04 68 62 35 01.
Les prochaines réunions d’information dans les quartiers sont prévues : ce mardi 24 mai 2016, à 18h 30 (mairie de quartier Nord) ; le mercredi 25 mai, à 18h 30 (annexe mairie Porte d’Espagne) ; le jeudi 26 mai, à 18h30 (annexe mairie La Lunette) ; le mercredi 1er juin, à 18h30 (salle Bartissol du Centre-Ville).

POLITIQUE : Y A-T-IL UN PILOTE DANS L’AVION FRANCE ?

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Rien ne va plus : pénurie d’essence qui menace de paralyser l’économie entière du pays, crise agricole, grèves à répétition dans les transports, dans les services publics, agitation sociale avec notamment le mouvement « Nuit Debout ! » qui occupe la rue depuis bientôt deux mois et, à la marge, des casseurs qui en ont fait leur terrain de jeu favori… la colère gronde mais, visiblement, elle n’atteint toujours pas les oreilles de l’élite socialiste qui nous dirige. Y’a le feu – socialement s’entend – dans toutes les pièces de la Maison, mais cela ne semble pas être une préoccupation prioritaire pour le gouvernement de gauche. Pire : par ses absences sur tous les fronts, ce gouvernement donne l’impression d’avoir démissionné de la mission que lui ont confié les Françaises et les Français en 2012 (et jusqu’en 2017 !), de ne pas vouloir sortir le pays de l’ornière dans laquelle il l’a plombé, et de se ficher de la contestation ambiante comme de l’an 40 !
Nous avons le triste sentiment que M. Valls et consort attendent le pourrissement de la situation : ça passe… Ou ça casse. Hélas, en attendant, l’équilibre social fondamental est en train de se fissurer dangereusement. La confiance est perdue. Tout va à vau-l’eau ! Hélas.

PERPIGNAN : AVANCER EN TOUTE TRANSPARENCE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
C’était l’une de mes promesses de campagne : rencontrer les Perpignanaises et les Perpignanais le plus souvent possible, à l’occasion de réunions publiques de proximité, afin de développer ensemble les projets portés par l’équipe municipale et qui les concernent directement.
Réunion conservatoireDeux ans plus tard, je constate avec satisfaction que, s’agissant de la mise en place d’un dialogue permanent, quartier par quartier, avec les habitants, nous avons rempli les objectifs que nous nous étions fixés en impulsant cette initiative.
Récemment encore, Caroline Ferrière-Sirère, adjointe déléguée au Quartier « Perpignan Centre », accompagnée d’élus de la Ville, a animé une réunion d’information concernant l’avenir du secteur géographique urbain autour de la rue des Jotglars, artère historique riveraine du Conservatoire de musique à Rayonnement Régional (CRR).
Il s’agissait d’informer les habitants sur les travaux attenants aux trois voies qui entourent justement le CRR et qui sont : rues des Jotglars, du Puits des Chaînes et de la Caserne Saint-Martin. Caroline Ferrière-Sirère, également conseillère communautaire de Perpignan Méditerranée Métropole, est d’abord intervenue à propos de l’entretien des réseaux dont la compétence incombe à la Communauté urbaine, et ce en prévision du début du chantier ciblant des résidences étudiantes. Dans un second temps, les élus épaulés par les données fournies par les services techniques de la Ville ont fait le point sur des projets de voirie en cours de réalisation : création de deux arrêts minutes, éclairage public, facilité de stationnement en préservant l’existant… et, éventuellement, piétonisation de la rue Caserne Saint-Martin qui, actuellement, ne bénéficie pas de trottoirs praticables, alors que plusieurs sorties du CRR débouchent sur cette voie. L’étude finale qui me sera présentée et qui sera soumise à l’équipe municipale, devra tenir compte évidemment des facteurs « sécurité » et « accessibilité ».
Lors de cette rencontre avec les riverains, a également été évoqué le « passage » situé sous la résidence Le Palace et dont nombre d’habitants souhaiteraient voir la fermeture. Je rappelle que ce « passage », ouvert au public et à tous les vents, qui dessert un commerce, est situé sur le domaine privé. La Ville va se rapprocher du propriétaire de ce supermarché ainsi que du syndic de copropriété afin de voir comment nous pouvons débloquer cette situation, et répondre ainsi favorablement au souhait exprimé par, il semblerait, une majorité de résidents.
Parmi les nombreux sujets abordés, il y a eu également la présentation de la traverse paysagère entre la rue des Maçons et la rue du Puits des Chaînes ; travaux de confortement dans un premier temps, prévus en septembre 2016, puis dans la foulée plantation. Concernant plus particulièrement la placette, près de la rue des Sureaux, un réaménagement urbain va permettre de relooker l’endroit : fleurissement, mise en place de conteneurs enterrés…
Le débat a eu lieu. Le dialogue reste ouvert. Le travail de l’équipe municipale, appuyée par les techniciens, va devoir tenir compte de toutes les réactions. Je constate que vous êtes nombreux à vous intéresser à l’évolution de notre cité, à nous interpeller pour mieux comprendre notre action. Je vous en remercie. 

PERPIGNAN : JE SUIS POUR LA DÉMOCRATIE, JE SOUTIENS LA POLICE !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
La violence, le harcèlement et les insultes envers les forces de l’ordre, qu’il s’agisse des policiers ou des gendarmes, sont inacceptables.
Ces derniers temps, chose impensable, chose inimaginable, on a même vu certains casseurs s’en prendre délibérément aux services d’ordre des syndicats dans le cadre de manifestations sociales… Ces « casseurs » essaient de s’imposer par la violence, par des agressions physiques, par l’utilisation de projectiles destinés à blesser, voire à tuer, les représentants de notre démocratie que sont les forces de l’ordre. Ce mercredi matin encore, en marge du rassemblement des policiers, à Paris, contre la « haine anti-flics » qui se développe lors de manifestations contre la loi Travail du gouvernement socialiste Valls, on a vu un groupe de contre-manifestants incendier une voiture de police avec deux fonctionnaires à bord. Fort heureusement, les deux policiers, blessés, ont pu s’extirper à temps du véhicule. Celui-ci a d’abord été saccagé à coups de barres de fer, avant qu’un cocktail Molotov ne viennent y mettre le feu et le détruire entièrement. Je condamne avec la plus grande fermeté cette agression odieuse et lâche qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.
Je veux assurer les forces de Police et de Gendarmerie de tout mon respect et de tout mon soutien. Dans un contexte social particulièrement tendu, les forces de l’ordre assurent l’indispensable sécurité des biens et des personnes, elles le font avec beaucoup de sang-froid. Elles assurent la protection de tous ! N’oublions pas les leçons de l’Histoire ; les pratiques fascistes ont toujours commencé par l’utilisation de la violence envers les biens et les personnes. Et contre les démocraties ! La République Française se doit de résister à cette violence inadmissible.

MÉTROPOLE : CONSTRUIRE DES LOGEMENTS ADAPTÉS

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Vendredi 13 mai 2016 en matinée, Perpignan Méditerranée Métropole a tenu sa conférence hebdomadaire qui rassemble les 36 maires du territoire. Parmi les sujets abordés, il a été question de la « Gestion déléguée des aides à la pierre » ; il faut savoir que notre communauté urbaine est délégataire des aides à la pierre et des aides à l’habitat privé, avec mise à disposition des services de l’État.
L’ordre du jour mentionnait d’ailleurs le renouvellement de la Convention sur la période 2016-2021, sur la base justement du bilan positif de la gestion déléguée sur l’exercice 2009-2015 et du projet de convention négocié avec l’Etat.
Le bilan de cette gestion déléguée s’élève à très exactement à 6 252 logements financés, plus précisément au sein du parc public : 3 884 logements locatifs sociaux (SRU/ Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains), dont 3 610 en PLUS-PLAI… soit encore une moyenne de 516 logements PLUS-PLAI/ an (contre 334/ an lors de la période précédente). Pour ce qui concerne le parc privé : 462 logements comptabilisés comme locatifs sociaux (SRU) ; soit une moyenne de 273 logements par an (contre 256/ an sur la période précédente).
Sans trop rentrer dans le détail des chiffres, il est quand même bon de rappeler que le coût total des travaux générés par ces autorisations de financement s’est élevé à 372 millions d’€uros – dont 320 millions d’€uros pour le « parc public » et 52 millions d’€uros pour le « parc privé ». Cela représente en emplois générés l’équivalent dans le secteur économique du Bâtiment de 4 666 postes, dont 3 716 emplois pour le « parc public » et 950 pour le « parc privé ».
Pour la nouvelle Convention présentée ce matin en conférence des maires hebdomadaire de Perpignan Méditerranée Métropole, c’est-à-dire pour couvrir la période 2016-2021, l’objectif visé est de 7 262 logements, dont 1 267 pour la seule année en cours. L’estimation des travaux générés s’élève à 467 millions d’€uros et pourrait concerner l’équivalent de 5 855 emplois !
Construire des logements adaptés, développer des services de proximité, etc., etc., « l’aide à la pierre » constitue un levier de développement essentiel pour notre territoire en façade méditerranéenne. C’est là une filière qu’il ne faut surtout pas sous-estimer, d’autant qu’elle remplit une mission sociale et solidaire. Il faut savoir l’ajuster par rapport à la demande et, surtout, anticiper.

PERPIGNAN : PASSIONNÉS PAR NATURE !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Innover, c’est aussi préserver, protéger, respecter, sauvegarder, dans le but évidemment de valoriser. Vous l’avez compris, je veux parler ici de notre cadre environnemental, de l’entretien de notre espace public, de nos espaces verts.
Affiche fête nature 650Nous sommes-là au cœur de la politique municipale qui concerne la qualité de vie de chacun(e) d’entre nous. C’est en prêtant une attention toute particulière à ces lieux de vie en plein air, qui assurent notre respiration quotidienne, que nous apporterons aussi un soin essentiel à  nos quartiers, à notre centre-ville. Le souci environnemental est autant vital que les objectifs d’amélioration de l’offre commerciale et des services de proximité, d’animation et de dynamisation. Pour rétablir le lien social entre le plaisir de vivre dans son quartier, dans sa ville, et, par exemple, l’activité commerciale de proximité, il est évident que la nature peut constituer une passerelle pour un confort affirmé des usagers dans leurs déplacements.
En ce sens, la Fête de la Nature est l’un des événements phare annuel organisé par la municipalité, pour sensibiliser de manière ludique petits et grands au respect de l’environnement de la cité, et encourager dans la mesure des possibles à des changements de pratiques et de comportements. Cette manifestation, gratuite et ouverte à tous, dont ce sera cette année la 7ème édition, se tiendra au Parc Sant Vicens, le dimanche 22 mai ; elle sera associée et intégrée à la Semaine Nationale de la Fête de la Nature. Son thème : « Passionnés par nature ».
Ce jour-là, des visites animées du Parc Sant Vicens seront proposées, ainsi que des ateliers de jardinage, de recyclage d’objets, d’observation de la biodiversité… Il y aura même un spectacle vivant pour rythmer ce rendez-vous, un marché de produits bio et une foire aux plantes méditerranéennes !
Le Parc Sant Vicens est un site pilote et un modèle de réussite en matière de Développement Durable de par sa conception et sa gestion de l’eau… Comme dans tous les espaces publics de Perpignan, l’utilisation des produits phytosanitaires et désherbants a été remplacée par des pratiques plus écologiques : 0 produit phytosanitaire sur le Parc !

PERPIGNAN : MÉDITERRANEÉ AUX CÔTÉS DES VILLES ET VILLAGES

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Notre passage en Communauté Urbaine nous permettra de poursuivre plusieurs opérations d’aménagement d’envergure. Nous pourrons plus facilement accompagner des projets et, surtout, nouer des partenariats originaux avec les 36 communes qui composent le territoire Perpignan Méditerranée Métropole.
J’ai souhaité par exemple que dans toutes ces villes et dans tous ces villages, la Communauté Urbaine, au-delà de ses soutiens traditionnels, puissent être présente de manière plus visible, plus lisible, en investissant équitablement dans une opération communale chaque année.
Nous avons commencé ce partenariat avec des manifestations municipales à Villeneuve-de-la-Rivière (Fête de l’orange), à Perpignan (Concours de sardanes), à Sainte-Marie-la-Mer (Fête de l’artichaut), nous le poursuivrons à Calce et à Canet-en-Roussillon, ce dimanche 15 mai 2016, avec respectivement « Les Dionysades » et « Bouteilles à la mer ». Du 26 au 28 mai, notre collectivité territoriale s’affichera au Soler, pour les Journées de sensibilisation aux risques d’inondation. En suivant, nous participerons à la Fête de l’étang de Saint-Nazaire, les 4 et 5 juin ; le samedi 11 juin la Communauté Urbaine sera présente à Torreilles, pour le « Ride & Soul ». Perpignan Méditerranée Métropole ira pendant le mois de juillet à Cases-de-Pène soutenir « Fiesta i Sol », puis en août : Cassagnes, Estagel et Montner (Festival de théâtre), Rivesaltes (Fête du Babou) où nous reviendrons en octobre dans le cadre des Vendanges Littéraires…
La liste est loin d’être bouclée puisque Perpignan Méditerranée Métropole est réellement animée par l’ambition de se déployer partout sur le territoire. Car investir dans chacune de nos communes, c’est préparer l’avenir, c’est anticiper les grandes mutations du territoire, en le dotant d’infrastructures, d’équipements, d’animations, en l’accompagnant avec des initiatives, de l’audace, en maintenant son accessibilité par tous les temps et par tous les moyens.

PERPIGNAN : CULTURE ET TOURISME AU CŒUR DES GRANDES ORIENTATIONS DU PROCHAIN CONSEIL MUNICIPAL

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
CP CMMardi avec d’autres élus de l’équipe municipale, j’ai animé une conférence de presse pour présenter en détails les grandes orientations du prochain conseil municipal qui se tiendra en séance publique, demain jeudi 12 mai 2016, à partir de 17h, salle Arago de l’Hôtel-de-Ville. Une quarantaine de dossiers est inscrite à l’ordre du jour de ce Conseil, ils illustrent parfaitement la diversité de l’action municipale dans tous les domaines du quotidien : Aménagements urbains, Culture, Enfance & éducation, Environnement, Finances, Foncier, Patrimoine, Politique de la ville, Sports, Tourisme…
Parmi tous ces dossiers, j’ai choisi de développer en avant-première, devant les médias de proximité, les thématiques de la Culture et du Tourisme autour du formidable patrimoine architectural de notre centre historique :
– L’Appel à projet en vue de l’obtention du label « Exposition d’Intérêt National » pour l’exposition événementielle « Picasso et Perpignan » qui se tiendra du 15 juillet au 30 octobre 2017, au Musée d’Art Hyacinthe Rigaud ; la convention entre la Ville et le Musée Aristide Maillol de Paris pour le dépôt de 5 œuvres d’Aristide Maillol (prêt pour 5 ans renouvelables) au Musée d’Art Hyacinthe Rigaud
– La Politique de la Ville, avec nos interventions dans le centre historique qui permettent, entre autre, la création de logements locatifs sociaux, la « dédensification » de certains périmètres, la mise en place de la concertation et d’une réflexion d’ensemble au travers de principes d’aménagement innovants, l’accompagnement de mutations
– La Nouvelle signalétique patrimoniale en cœur de ville, destinée à faciliter la découverte touristique de notre patrimoine exceptionnel et d’en accroître son attractivité ; elle sera complétée par un volet numérique qui s’attachera à la conception d’une application mobile de visites guidées thématiques…
Tout cela, je le répète, concourt à l’attractivité de notre territoire. C’est en aidant, en soutenant l’activité économique sur tous les fronts, en soulevant des idées, en faisant de chacun d’entre nous au sein de l’équipe municipale un acteur socio-culturel, un ambassadeur socio-économique de sa propre ville, que nous contribuerons à donner à Perpignan toute la place qu’elle mérite au niveau régional, national et européen. C’est cette réflexion collective qui doit nous stimuler, nous organiser, afin que, par exemple, des lieux historiques deviennent, ou redeviennent, des lieux de vie, des lieux de passage et d’échange tout simplement. C’est en tout cas ce regard que je souhaite apporter à la discussion.

PERPIGNAN : ANCIEN PRESBYTÈRE ET CONSULTATION POPULAIRE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Deux sites – l’un de la Ville de Perpignan, l’autre de la rédaction du journal L’Indépendant – sont en ligne sur le web afin de permettre à chacun de s’exprimer sur les deux projets qui concernent l’aménagement de l’ancien presbytère de la cathédrale de Perpignan. Depuis le lancement de l’opération, la semaine dernière, un gros millier d’internautes ont affiché leur préférence en se prononçant par un simple clic sur l’une des deux propositions. L’article de L’Indépendant concernant cette consultation inédite a été vu plus de 5 000 fois par autant de visiteurs uniques. Et les six urnes mises à disposition du grand public, dans des lieux stratégiques, pour recevoir les avis de la population, se remplissent jour après jour. C’est notamment le cas pour l’urne disposée en mairie qui connaît un grand succès si l’on en juge par le nombre de bulletins qui y sont quotidiennement déposés.
Je tiens à féliciter toutes celles et tous ceux qui sont à l’origine de cette mobilisation. Refaire la ville sur elle-même, enrichir l’existant, constitue un défi de tous les instants. Cette nouvelle démarche doit favoriser l’implication de tous, dans la vie de tous les jours, surtout parmi celles et ceux qui jusqu’ici n’osaient peut-être pas s’impliquer !
http://www.mairie-perpignan.fr/fr/votre-avis-nous-interesse

PERPIGNAN : RÉAMÉNAGEMENT DE LA RUE DES JOTGLARS

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Mardi 10 mai 2016 à partir de 18h30 à la Maison des Associations située rue de La Lanterne, l’équipe municipale animera une réunion publique pour présenter son projet concernant le réaménagement de la rue des Jotglars, une artère du cœur historique de Perpignan, délimitée par le Conservatoire de musique à rayonnement régional Perpignan Méditerranée Métropole et la résidence Le Palace.
Je souhaite, comme à chacun de nos rendez-vous avec les habitants des secteurs concernés par l’intervention de la Municipalité, que les riverains viennent en nombre s’exprimer. Car tout le monde a son mot à dire, a sa pierre à apporter à l’édifice. L’avenir, notre avenir, doit se construire ensemble, en commun. Le réaménagement d’un site urbain, qu’il soit programmé dans le cadre d’une extension, d’une réhabilitation ou d’une reconversion, constitue toujours un défi. Afin que l’opération projetée soit exemplaire, chacun d’entre nous doit y contribuer en participant à la concertation, en s’investissant. Si l’équipe municipale  – C’est Caroline Ferrière-Sirere, adjointe déléguée au quartier « secteur Perpignan historique », qui animera les débats – conserve, étudie, anime et valorise le patrimoine de la cité, ses habitants doivent en être le moteur pour déclencher des suggestions, c’est bien là le moindre retour que nous en attendons lors des rencontres sur le terrain.
Comme pour tous nos projets, il s’agit de conjuguer les potentialités de notre territoire, de mettre l’accent sur nos atouts, et cela doit nous permettre de se mobiliser encore davantage !

PERPIGNAN : EXPRIMEZ-VOUS !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Aménagement dune place méditerranéenneLors d’une conférence de presse, hier j’ai lancé la consultation concernant le site de l’ancien presbytère mitoyen de la cathédrale Saint-Jean. Sous le slogan « Votre avis nous intéresse », j’ai souhaité avec l’équipe municipale associer les perpignanaises et les perpignanais à une démarche originale dans laquelle je crois beaucoup.
Au même titre que la qualité de nos paysages, de l’air ou la mobilité, l’éducation à l’environnement, notre rapport à l’alimentation et au rôle de la biodiversité, les citadins réclament avec raison plus de transparence sur tout ce qui les concerne directement. La gestion de notre espace en fait naturellement partie.
C’est pour cette raison que j’invite tous les Perpignanais à s’exprimer, à s’emparer du débat pour construire un pan de l’avenir du centre-ville. Deux options, qui ne sont pas fermées, s’offrent à eux : une reconstruction in situ, ou l’ouverture d’un nouvel espace public à ciel ouvert.
En ce qui me concerne, je n’ai jamais caché ma préférence pour une ouverture afin d’aérer et d’oxygéner ce secteur historique de la ville. Je préfèrerai donc ne rien reconstruire car, à cet endroit, libérer un tel espace offrira un point de vue exceptionnel sur le Campo Santo et le funeraria. Ce point de vue n’engage que moi, même si dans l’équipe municipale il est partagé et soutenu.
Cette réhabilitation de l’espace s’inscrit bien sûr dans notre reconquête du centre-ville, pour faire place à des déplacements apaisés, à un cœur de ville agréable à vivre, accessible à tous, contribuant de fait à un partage équitable de l’espace public, tout en redynamisant le commerce de proximité, via justement la création de tels espaces ouverts. C’est le centre-ville auquel nous aspirons tous. Vous me le répétez à chacune de nos rencontres.
Maintenant, il ne vous reste plus qu’à (nous) le dire, qu’à vous exprimer. Pour ce faire, plusieurs possibilités s’offrent à vous, dont les sites de la mairie et du journal L’Indépendant avec lequel nous avons établi un partenariat sur ce sujet : www.mairie-perpignan.fr.
Espace touristique

PERPIGNAN : UNE REGRETTABLE MALADRESSE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Lors d’une réunion publique que je présidais dans la soirée du mercredi 27 avril à la brasserie de la Gare « Paris-Barcelone », je me suis effectivement emporté face à une question concernant l’installation programmée du nouveau compteur électrique « Linky ». Personnellement, je trouvais que le sujet, qui en plus ne relève pas de la compétence d’un maire, était très éloigné des préoccupations quotidiennes des Perpignanais. Du moins, je le pensais ainsi. L’insistance de cette intervention, alors qu’au même moment me revenaient en mémoire des difficultés locales et la montée en flèche de la précarité que j’avais évoquées l’après-midi même avec des proches collaborateurs, m’a soudainement mis hors de moi, selon la formule consacrée. J’ai voulu balayer d’un revers de manche une discussion qui me paraissait dérisoire. Et dans le feu de l’action j’ai prononcé cette phrase : « L’Allemagne a peut-être refusé l’installation des compteurs Linky, mais à côté de ça, ils envoyaient des gens dans les chambres à gaz ; les Allemands sont excessifs en tout ».
Je reconnais, c’est une bourde. Oui, je sais, un homme politique doit être irréprochable. Il y a eu une bourde de ma part, ne rien dire serait en commettre une seconde. Cette sortie de langage est inappropriée, ce sont-là des propos tenus dont je ne suis pas fier. C’est maladroit, c’est une sottise sans nom car en plus cela ne veut rien dire, quand on y réfléchit. Je ne vais pas m’abriter derrière « la phrase sortie de son contexte », ou tenter de produire de laborieuses explications « les yeux dans les yeux »… J’assume cette maladresse et je veux surtout présenter mes excuses à des personnes qui auraient pu être choquées par mon parler excessif ; je pense-là plus particulièrement à nos amis allemands de Hanovre avec lesquels le 12 juin prochain, nous scellerons 56 ans d’un jumelage exceptionnel.
Le passionné que je suis doit aussi savoir se contrôler. Je souhaite n’avoir froissé aucune sensibilité. Je n’ai rien à ajouter ou à rajouter. La polémique est désormais close pour moi.

PERPIGNAN : UNE SEMAINE ET DEMI

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

C’est le temps qu’il aura fallu pour boucler en moins de deux une affaire de violence physique sur la voie publique  et conduire à l’arrestation de deux jeunes mineures :  le 18 avril entre 8h et 8h30, celles-ci avaient agressé une quadragénaire dans un quartier perpignanais,alors que cette dernière marchait sur le trottoir. Arrivées par-derrière leur victime, les deux adolescentes lui avaient arraché son sac en la bousculant violemment pour la faire tomber à terre.
Aussitôt la plainte déposée par la victime, une enquête a été déclenchée par la Police Nationale qui a pu s’appuyer sur les caméras de vidéo-protection de la Police Municipale qui irriguent la ville ; plus de 200 caméras sont en action aujourd’hui ! C’est d’ailleurs le visionnage des caméras de surveillance depuis le commissariat qui a permis ces interpellations dans un laps de temps aussi réduit.
A Perpignan, Police Nationale et Police Municipale travaillent main dans la main sur le terrain, elles interviennent d’ailleurs souvent ensemble dans ce cas de figure. Cet apport mutuel est indispensable pour mener à bien les missions des deux polices. Par exemple, à tous moments la Police Nationale peut entrer en communication avec le centre de vidéo-surveillance de la Police Municipale, puisque une liaison filaire permanente relie la première aux caméras de la seconde, la Police Nationale pouvant prendre la main à tout moment sur le système de la Police Municipale après en avoir fait la demande. J’ajoute qu’un policier municipal est mis à disposition de la Police Nationale justement pour l’exploitation des images issues du réseau des caméras installées sur le domaine public par la Municipalité.
Cette politique harmonieuse de la sécurité entre évidemment dans la panoplie des actions que l’équipe municipale n’a de cesse de développer pour assurer la proximité de l’action publique, au même titre que l’aménagement urbain, au plan social et économique, les renouvellements et les extensions des réseaux pour l’eau et l’assainissement…
Avec l’installation de nouvelles caméras, notre seul objectif est la prévention des risques de délinquance et la protection des personnes dans des lieux publics particulièrement exposés. C’est là notre seul souci.

PERPIGNAN : SOLIDAIRES ET INNOVANTS SOUS LE SOLEIL DE LA MÉDITERRANÉE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Depuis deux jours et jusqu’au jeudi 28 avril 2016, se tient au Parc des expositions de Perpignan la 8ème édition du Salon international des fruits et légumes de en Méditerranée, le désormais célèbre Medfel.
J’étais hier sur ce salon, aux côtés de nombreux acteurs institutionnels et décideurs économiques, en compagnie d’élus de la Ville de Perpignan et, bien sûr, de conseillers communautaires de Perpignan Méditerranée Métropole. J’ai tenu à féliciter les organisateurs d’un rendez-vous international qui s’enracine durablement dans notre territoire,  et dont les éditions qui se succèdent attirent de plus en plus de maraîchers, d’exposants. Plus de 300 aujourd’hui m’a-t-on confirmé… et plus de 6 000 acheteurs venus de nombreux pays d’Afrique et d’Europe, essentiellement naturellement du pourtour méditerranéen.  Autre signe qui témoigne de la vitalité du Medfel : le nombre d’accréditations pour participer à ce salon aurait littéralement explosé ; les médias – et pas uniquement la presse spécialisée – s’y bousculent. Le Medfel est l’un de nos plus précieux atouts pour faire rayonner notre territoire sur le bassin méditerranéen. Il nous donne l’élan qu’il faut pour avancer dans une économie où la mondialisation ne nous fait pas de cadeau, faut-il le rappeler. La tenue de ce salon du Medfel constitue également un bel hommage à la dynamique portée par la plateforme Saint Charles. Il se veut aussi  fédérateur de tout un secteur agricole, hors les frontières, hors les conflits, grâce à la présence d’exposants venus de France, d’Italie et d’Espagne, de Grèce notamment, mais également du Maroc, d’Algérie… de Libye et de Syrie !

PERPIGNAN : AU TABLEAU DES COMMUNES OÙ LES TAUX D’IMPOSITION SONT LES MOINS ÉLEVÉS !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Alors que depuis le début du mois d’avril j’ai entrepris une série de réunions publiques – la prochaine est programmée pour le jeudi 28 avril 2016, à 18h30, dans la mairie du Quartier Est 1 rue des Calanques – consacrées à l’explication du budget de la Ville et aux actions qui en découlent (investissements et fonctionnement), le site Le Figaro.fr a publié un tableau sur la fiscalité locale à partir d’une liste des communes françaises peuplées de plus de 10 000 habitants : dans quelles communes les taux d’imposition locaux sont-ils les plus ou les moins élevés ? Où paye-t-on le plus, ou le moins ? Qu’il s’agisse de la taxe d’habitation ou de la taxe foncière sur les propriétés bâties, la rédaction du quotidien national a passé les grandes villes à la loupe et, selon elle, « les habitants de certaines communes s’acquitteront d’une addition particulièrement élevée », en publiant une carte interactive à l’appui de ces dires.
Je suis fier de constater – et avec moi l’équipe municipale qui m’entoure – que Perpignan fait partie des communes où la taxe d’habitation est parmi les moins élevées de France, avec un taux d’imposition de 18,73, alors que dans les autres grandes villes du Languedoc-Roussillon ce taux est de 19,53 à Béziers ; 21,06 à Alès ; 22,49 à Montpellier ; 28,74 à Sète ; 29,33 à Nîmes… Seules Carcassonne (avec 15,94) et Narbonne (11,33) font mieux que Perpignan.
Si l’on considère les grandes villes ancrées sur la façade méditerranéenne, Perpignan reste, dans ce créneau, la plus compétitive, puisque comparativement Arles affiche un taux d’imposition de la taxe d’habitation de 25,06 ; Cannes 27,88 ; Marseille 28,56 ; Nice 21,31…
Je saisis cette occasion pour rappeler que pour la 5ème année consécutive la fiscalité locale à Perpignan a connu 0% d’augmentation !

PERPIGNAN : PIQÛRE DE PAPPEL

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
La politique ambitieuse de la Ville depuis 2013 a permis de positionner Perpignan comme « commune pilote » en matière de santé sur le réseau des villes OMS (Organisation Mondiale de la Santé) au sud de l’Hexagone.
Depuis lundi 25 avril et jusqu’au samedi 30 avril 2016, se déroule la semaine européenne de la vaccination, événement qui est organisé par l’OMS et qui ne couvre pas uniquement notre continent puisqu’il concerne 200 pays ! Cette année donc, le thème de la Semaine est « la mise à jour des vaccins ». Cette édition 2016 est l’occasion de rappeler à chacun l’importance de faire un point sur ses vaccins pour savoir si des mises à jour sont nécessaires.
En ce qui concerne plus particulièrement Perpignan, plusieurs actions sont mises en place gratuitement, dans le patio de l’Hôtel-de-Ville du 28 au 30 avril. De 10h à 16h, des professionnels de santé recevront les Perpignanaises et les Perpignanais afin de les renseigner et répondre à leurs questions. Par ailleurs, une équipe médicale proposera des séances de vaccination, de dépistage du diabète et de la tension artérielle. Je souhaite que notre ville soit un véritable acteur de prévention dans le domaine de la santé, partie intégrante d’une solidarité d’autant plus nécessaire en période de crise et de paupérisation lorsque, par des sondages récurrents, on apprend que plus d’un tiers des Français ont dû renoncer à se soigner ou reporter des soins faute de moyens ces derniers mois (ils étaient « à peine » 10% dans ce cas de figure au début des années 2010 !).
Je rappelle à ce propos que la Direction Hygiène et Santé de la Ville de Perpignan dispose d’un centre de vaccination qui accueille le public tout au long de l’année, tout comme l’équipe du Centre d’Orientation et d’Accompagnement en Santé (COAS).

PERPIGNAN : VIVR(E) LA DYNAMIQUE CULTURELLE !

L’autre midi dans un établissement de Perpignan, un habitant est venu me féliciter pour, je le cite, « la dynamique culturelle de la ville ». Il m’a expliqué que les derniers temps il s’était rendu au théâtre de l’Archipel et, ce sont ces termes, qu’il avait été « bluffé par la qualité des spectacles » auxquels il avait assisté.
Ce vendredi matin, en page 10 du journal L’Indépendant, je relève six colonnes de rédactionnels justement consacrées à l’annonce de concerts, de pièces de théâtre, d’expositions diverses… Toute une page, toute une littérature, qui vient nous rappeler cette dynamique culturelle dont me parlait ce Perpignanais. Je sais bien que rien est parfait, qu’il y a toujours quelque chose à améliorer – et c’est heureux qu’il en soit ainsi – mais je sais aussi que certaines manifestations locales sont extraordinairement populaires par leur fréquentation. Qu’elles font écho bien au-delà des frontières de notre territoire.
Je saisis cette occasion pour, encore une fois, féliciter tous les acteurs culturels qui se mobilisent afin de valoriser notre ville. Car là où il y a de l’animation, tous les urbanistes vous le confirmeront, la vi(ll)e reprend ! C’est aussi un challenge que l’équipe municipale et moi-même nous nous sommes fixés : une politique culturelle ambitieuse, créative, pour soutenir le commerce de proximité, l’emploi, agir pour améliorer le quotidien de chacune et de chacun !

PERPIGNAN : ILS SONT AUSSI LE VISAGE DE LA VILLE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Dernièrement, l’Amicale de l’Ordre des commissaires de quartier a tenu son assemblée générale annuelle, sous la présidence de Félix Maroselli (que je félicite d’ailleurs pour son remarquable travail, sa disponibilité… et pour avoir été reconduit dans ses fonctions, ainsi que la dynamique équipe qui l’entoure).
Chacun connaît l’attention toute particulière que je porte à la proximité, car celle-ci est indispensable pour un élu local dans l’exercice complet et serein de son mandat, pour être le plus efficace possible. Pour cela, il faut être proche de tous les citoyens, en permanence.
Cette « proximité permanente », les commissaires de quartier la vivent au quotidien, constamment, au service des habitants et de leur cadre de vie. Ils aident les Perpignanaises et les Perpignanais, selon un secteur géographique délimité et, contrairement aux apparences, ils ne sont pas une simple boîte-aux-lettres. Loin s’en faut ! Au cœur de l’action municipale, des solidarités, ils constituent un maillon vital pour valoriser nos quartiers, pour engager la concertation, et cela dans tous les domaines : sécurité routière, aménagement d’espaces publics, transports, chantiers d’entrée d’agglomération…
A chaque fois leurs analyses, leurs commentaires, leur travail de recensement et de diagnostic sont précieux. Qu’ils soient commissaires de quartier à Perpignan, au Soler, au Barcarès ou ailleurs dans l’une des 36 communes qui composent notre communauté urbaine :  ils sont « le » relais pour maintenir la proximité sur un territoire étendu, vaste, en favorisant le lien social, parce qu’ils vivent la ville, la métropole, jour après jour.

PERPIGNAN : RETOUR SUR LE WEEK-END SARDANISTE… ET CAP SUR LA SANT JORDI

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
La 2ème édition du Concours de sardanes de Perpignan, qui s’est déroulée le dimanche 17 avril 2016, a encore remporté un grand succès populaire, et ce malgré les caprices d’une météo peu clémente qui a obligé les organisateurs de cette belle manifestation – la Ville, Perpignan Méditerranée Métropole, la Fédération sardaniste du Roussillon et l’Unió de colles gironines -, à se rabattre dans le Satellite du Parc des Expositions.
01Cela n’a pas dissuadé la majorité des très nombreux accompagnants de rejoindre les quelque 400 danseurs présents  (issus des 39 « colles » qui participaient à ce festival unique en son genre de ce côté-ci des Pyrénées). La veille, déjà, le concert de l’Orchestre symphonique du Vallès au Palais des congrès Georges-Pompidou de Perpignan, avait rassemblé près de 700 spectateurs, venus littéralement acclamer une interprétation magistrale de La Santa Espina, dans sa version intégrale originale. D’un avis unanime, ce 2ème Concours de sardanes s’est affiché à un très haut niveau qualitatif dans toute la rigueur de son expression… et au sommet de cet art qui exige une maîtrise parfaite.
Du 22 au 24 avril prochains, la « primavera » se poursuivra avec la Sant Jordi, la plus belle et la plus généreuse des fêtes portées par les Catalans. Ce rendez-vous autour du Livre et de la Rose, qui tombe traditionnellement le jour de la Sant Jordi (Saint Georges) a inspiré le monde entier puisqu’il a donné naissance à la Fête mondiale du Livre. Cette année, aux manifestations habituelles que sont les « villages » des éditeurs, des libraires, des auteurs, des bouquinistes, des associations et de la presse, viendront s’ajouter un grand marché aux fleurs ainsi qu’un vide-livres le dimanche, sur la place Gambetta, de même que nombre de fontaines et de patios du centre-ville seront fleuris.  C’est sous le signe d’un printemps « rassembleur » que l’équipe municipale a conçu cette « primavera ».
L’agenda culturel de cette fin de semaine, au cœur des vacances scolaires de printemps, est donc particulièrement chargé, embelli par des initiatives originales « à ciel ouvert » pour célébrer l’empreinte catalane et méditerranéenne de Perpignan. L’action culturelle fait partie intégrante de notre identité et, naturellement, de la politique culturelle de la municipalité. Renforcer l’attractivité de notre territoire, améliorer la qualité de vie de ses habitants, c’est aussi le rôle de l’action culturelle. Des temps forts comme celui de la « primavera » permettent de pérenniser et développer l’offre culturelle existante, de rappeler notre vocation touristique et d’accueil « entre mer et montagne »… et ils contribuent à affirmer toute la diversité des manifestations culturelles présentes sur notre territoire.

POLITIQUE : PROSÉLYTISME ANTI FRONT-NATIONAL À LA SALLE DES LIBERTÉS

Communiqué de Claudine Fuentes, Conseillère Municipale et Communautaire de Perpignan Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » 
Mardi 12 avril à la Salle des Libertés de Perpignan se tenait une conférence sur la laïcité, organisée par le Centre Méditerranéen de Littérature, ouverte par M. Jean-Marc Pujol et animée par Gérard Delfau, ancien maire, sénateur et président du Parti Radical de Gauche.
Claudine FuentèsAu cours de son intervention, M. Delfau fait preuve d’un optimisme béat, affirmant ne pas douter un seul instant de la conquête de la laïcité sur le fait religieux, il s’est ensuite enflammé comparant la laïcité à un combat multiforme, inachevé, de dimension planétaire.
Il était alors temps de ramener M. Delfau sur terre, en lui rappelant que le combat n’était peut-être pas gagné d’avance avec ce triste constat : alors que le prédicateur salafiste bruxellois, M. Haddach, faisait salle comble il y a quelques semaines à cette même place, M. Delfau n’a réuni que trente personnes ce soir, et encore… beaucoup d’amis, a-t-il déclaré ! On était loin du combat planétaire ce soir-là…
M. Delfau n’a pas trouvé mieux que de poursuivre sa conférence par une violente diatribe contre le Front National, propos relevant de la diffamation.
Après « Eloge de la laïcité », « la laïcité ciment de la République », « Laïcité défi du 21ème siècle », je propose à M. Delfau le titre de son prochain ouvrage « Je n’ai pas le monopole de la laïcité », Marine Le Pen étant la seule à proposer la création d’un Ministère de l’Intérieur, de l’Immigration et de la Laïcité.
Quant à M. Jean-Marc Pujol, je l’invite à veiller à ce que la « Salle des Libertés » ne devienne pas un lieu de prosélytisme, tantôt religieux, avec la venue de M. Haddach, tantôt anti-Front National, avec M. Delfau.

PERPIGNAN : IL N’Y AURA PAS DE GUINGUETTES SUR LES BERGES DE LA TÊT, MAIS…

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur le sujet : l’aménagement des berges de la Têt, dans le cadre du Projet de territoire Terra Nostra, vise naturellement à améliorer la qualité de vie et à faciliter les échanges, en favorisant un partage équitable de l’espace public pour tous les modes de déplacements (à pieds, à vélo, en transports en commun, en voiture), en créant certes des espaces de vie agréables, accessibles « à tous »» et « pour tous », tout en redynamisant le commerce de proximité.
Justement, si le projet a volontairement écarté toute construction de « kiosques », toute implantation de commerces – une municipalité peut organiser l’activité commerciale sur le domaine public, et ce n’est pas son rôle d’en édifier – c’est justement pour à contrario favoriser l’ouverture d’activités commerciales au rez-de-chaussée d’immeubles, pour y réintroduire du lien social que le « passeig déambulatoire » a été imaginé.
Ce projet d’envergure va offrir un nouveau visage à un quartier urbain que l’on peut qualifier « d’historique », même s’il n’est pas situé directement dans le cœur de ville. C’est un axe majeur qui va être revisité, transformé, avec notamment une piétonnisation à grande échelle des berges de la Têt, le long de l’avenue Torcatis… Au total, ce sont 20 à 25 000 m² qui sont concernés pour répondre aux besoins des habitants. Comme l’ont souligné Annabelle Brunet et Virginie Barre, particulièrement sollicitées pour aider à la valorisation dudit projet « la circulation des piétons et des cycles sera sécurisée, privilégiée, ainsi que l’animation, mais au pied des façades d’immeubles il a été prévu un trottoir large d’au moins cinq mètres pour permettre le maintien ou le développement de commerces de proximité existants… Et pourquoi pas permettre la revitalisation des rez-de-chaussée de ces immeubles qui parfois ont été laissés à l’abandon.
L’objectif est de recréer du lien, comme la passerelle nous l’a démontré, et alors le quartier du Vernet deviendra un authentique « balcon » au Sud, retrouvant ainsi toute son identité dans le fonctionnement de la ville.

MÉTROPOLE : LA VOIRIE COMMUNAUTAIRE MULTIPLIÉE PAR 8 !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Tout le réseau de voiries situé sur le territoire de la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole relève désormais de sa responsabilité, tant en création qu’en entretien, et ce dans le cadre de l’attribution de nouvelles compétences.
Soit un réseau qui est passé de 180 kilomètres, en 2015, à 1 470 km aujourd’hui ! Il en est de même pour les voies cyclables, ou encore les zones d’activités économiques. Au total, il est bon de le rappeler, lors du vote du budget primitif de Perpignan Méditerranée Métropole, ce sont 30 millions d’€uros pour la voirie et 30 millions d’€uros supplémentaires pour les canalisations d’eau qui ont été réservés.
Voiries, eau-assainissement : c’est encore investir pour l’avenir. Emprunter une route pour circuler, se déplacer, ouvrir son robinet pour avoir de l’eau, rien de plus simple ! Et pourtant, pour que ces gestes restent une évidence, Perpignan Méditerranée Métropole investit en permanence, procède régulièrement à de nombreux contrôles, travaux. N’oublions jamais que si la facture d’eau que nous payons chacun sert à financer la collecte de l’eau, son traitement, son transport jusqu’à nos habitations, elle permet aussi le financement de nouveaux systèmes de traitement, de transformation, encore plus performants, elle permet la sécurisation de la distribution, l’entretien des canalisations, leur remplacement pour les plus anciennes, etc.-etc.
Ensemble, soyons cette énergie citoyenne indispensable justement au « vivre-ensemble » qui me tient à coeur !

DÉPARTEMENT : LE DÉPARTEMENT SE DÉSENGAGE DE LA VALLÉE DE L’AGLY « JE NE LAISSERAI PAS TOMBER L’APVA ! »

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Il semblerait que le Conseil Départemental a décidé de ne plus apporter son aide financière aux « Pays ». L’association « Pays de la Vallée de l’Agly » (l’APVA) en fait les frais ! Le Département vient de l’informer du non-renouvellement de sa subvention annuelle.
Ce désengagement plonge l’APVA dans une situation financière des plus délicates, puisqu’elle oblige les collectivités locales, les communes en l’occurrence, à prendre le relais alors même que celles-ci voient les dotations de l’État qui leur sont destinées fondre comme neige au soleil.
Au travers de cette décision incohérente et incompréhensible du Département, c’est l’enjeu des territoires, ce sont les schémas de coopération, ce sont des projets concrets qui doivent faire évoluer notre quotidien, qui sont attaqués, remis en cause. Faut-il rappeler que toutes les aides – d’où qu’elles viennent – surtout par les temps de crise qui courent, sont essentielles pour mettre en valeur notre patrimoine, pour parfaire l’équilibre entre villes et campagnes, entre monde urbain et monde rural. Nos villages, nos terroirs, notre territoire ont de beaux projets, encore faut-il les aider pour qu’ils les réalisent. Sans ce soutien, de nombreux projets ne pourront pas voir le jour et des inégalités risquent de s’accentuer. Ce soutien financier est indispensable, qu’il s’agisse du réaménagement d’un quartier, de développer l’attractivité économique d’un secteur, de faciliter l’accès des habitants aux innovations numériques, de créer des ateliers d’initiation, de formation, bref tout ce qui peut améliorer la qualité de vie et la confiance en l’avenir des populations qui font la fierté de notre territoire.
Pour toutes ces raisons, je ne laisserai pas tomber l’APVA. Avec le sénateur François Calvet, la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole continuera d’agir, d’être présente, de s’engager aux côtés des acteurs du Pays de la Vallée de l’Agly.

PERPIGNAN : LE PARLEMENT DES TERRITOIRES VEUT GAGNER LE TOUR DE FRANCE !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Récemment, avec une centaine d’élus – maires et présidents d’intercommunalités – issus de huit départements ancrés dans la nouvelle Grande Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, nous nous sommes réunis près de Montpellier afin de confirmer notre engagement à poursuivre une démarche commune de coopération territoriale solidaire et inédite, au service de la solidarité entre monde rural, urbain et péri-urbain.
C’était là le sens de la 3ème session du Parlement des territoires, impulsé entre autre personnalités régionales par Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole, et moi-même à la tête de Perpignan Méditerranée Métropole.
A l’issue de nos travaux, un texte important a été voté à l’unanimité pour faire pression sur les organisateurs du Tour de France « afin de valoriser l’attractivité de notre grand territoire où le poids économique de l’agriculture est déterminant (…) ». Dans la conjoncture complexe que connait le secteur, l’ensemble des élus a décidé conjointement de saisir Christian Prudhomme, Directeur du Tour de France, sur ce sujet « pour que la production viti-vinicole prenne toute sa place au sein de l’organisation d’un événement à dimension internationale tel que le Tour de France (…) ». Nous avons souhaité lui faire part de notre détermination à rassembler nos efforts et nos énergies dans la promotion des produits locaux de nos terroirs.
Copies de cette motion ont été adressées au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, au ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner, au secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard, ainsi qu’aux fédérations nationale, régionale et départementales des exploitants agricoles concernées.
Les villes et intercommunalités qui forment ce Parlement des territoires sont situées dans : l’Hérault, le Gard, les Pyrénées-Orientales, l’Aude, la Lozère, l’Aveyron, le Gers et le Tarn.

PERPIGNAN : À LA RENCONTRE DES PERPIGNANAIS

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Lundi soir dans l’amphithéâtre de la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, boulevard Saint-Assiscle à Perpignan j’ai entamé une série de quatre réunions publiques intitulée « Un budget, des actions ».
Pendant près de deux heures, entouré d’une partie de l’équipe municipale qui m’entoure – dont Virginie BARRE, Michèle FABRE, Alain GHEBART, la maire du Quartier-Ouest Chantal GOMBERT, Danièle PAGES, Pierre PARRAT, Christelle POLONI… – ainsi que les Directeurs des services de la Ville concernés, j’ai pu détailler la gestion de la commune, à partir de ses investissements et de son fonctionnement.
Naturellement, et en marge de cette thématique, lors d’échanges très intéressants les participants n’ont pas manqué de (me) faire part de leur quotidien, de leur « vécu », d’exprimer craintes et souhaits sur divers sujets, qu’il s’agisse de la voirie urbaine, des transports en commun, de la vie bien sûr dans leur quartier. C’est aussi le but de ces rencontres : écouter, dialoguer, dans une transparence absolue, pour faire émerger des idées, des projets, des solutions.
’avoue que c’est là un exercice de style que j’apprécie beaucoup, car il permet des échanges, parfois vifs certes, mais toujours constructifs. C’est pour moi le premier levier d’action pour un élu de proximité.  A nous ensuite, Majorité municipale, de prolonger, de développer, d’amplifier les suggestions intéressantes – Qui peuvent quelquefois nous avoir échappé – pour améliorer nos performances dans quelque domaine que ce soit. Car ce n’est que dans l’adhésion, dans la mobilisation de toutes et de tous que nous pourrons avancer. Je me permets d’insister sur ces rendez-vous ouverts à tous car ils sont essentiels pour nous aider à préserver, équilibrer, organiser, pour nous aider à répondre à des questions telles que : « Sur quel territoire voulons-nous vivre ? », « Quel développement urbain – et de la Métropole – souhaitons-nous ? »…
Prochaines réunions publiques :
– Mercredi 6 avril 2016, 18h30, salle Al Sol, rue des Jardins Saint Louis (Quartier-Nord)
– Mercredi 13 avril 2016, 18h30, salle du Vilar au Moulin-à-Vent (Quartier-Sud)
– Jeudi 28 avril 2016, à 18h30, mairie Quartier-Est rue des Calanques, à Las Cobas.
Photo Agglo rencontre perpignanais

POLITIQUE : EN RENONÇANT À LA RÉVISION CONSTITUTIONNELLE, FRANÇOIS HOLLANDE ENTERRE LE TEMPS DES RÉFORMES !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Farce tragique, fiasco, cagade, débâcle, bérézina, revers, désastre, échec, flop… : les éditorialistes, toutes tendances confondues, s’en donnent à cœur joie, ce jeudi matin – veille d’un 1er avril ! – à longueur de colonnes de journaux et d’antennes de télévision, sans oublier les micros des radios, pour dénoncer, voire ridiculiser, les propos du Président de la République qui a enterré hier à la mi-journée la révision constitutionnelle… sa propre réforme !, faut-il le rappeler ?
Quatre mois après le fameux Congrès de Versailles, où il avait été pourtant applaudi par la quasi-totalité des parlementaires pour son discours soi-disant « historique », François Hollande s’abandonne en rase campagne. Quatre mois aussi de débats agités, enflammés, controversés par de violentes passe d’armes verbales dans son propre camp politique. Quatre mois qui ont vu les « frondeurs » se renforcer sur son aile gauche, qui ont mené au sacrifice d’une ministre – et non la moindre, puisqu’il s’agit de la Garde des Sceaux Christiane Taubira, l’amie – qui ont « franchouillardiser » la société française dans des polémiques inouïes, à partir de déclarations étonnantes venues de tous bords…  Et pendant ce temps : le chômage de masse, la décroissance économique, la précarité, divers dysfonctionnements ont continué leur chemin, paisiblement, tranquillement.
Et le pays attend toujours les réformes promises ! Redouter le pire ne sert qu’à attirer son attention.  « La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie » (Sénèque).

PERPIGNAN : PAS DE HAUSSE DES IMPÔTS EN 2016 !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Les taux des trois taxes locales seront les mêmes que celles de 2015. Je m’y étais engagé pendant la campagne des élections municipales de 2014 : promesse tenue !
Impôts 0 350Je suis conscient que ce choix, assumé par l’ensemble de la Majorité municipale, exige de notre part un gros effort de maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, je m’y attellerai personnellement, et ce tout en maintenant l’action de la Ville dans les divers secteurs d’investissement qui composent le quotidien des Perpignanaises et des Perpignanais , à savoir : le développement de l’économie locale, l’embellissement et l’animation de la cité, la réalisation de travaux.
Cette non-augmentation de la fiscalité locale se poursuit depuis plusieurs années, certes, mais elle intervient dans un moment crucial puisque nous subissons en parallèle le contre coup des baisses des dotations de l’Etat : -26 millions d’€uros sur 4 ans, comme l’a rappelé hier l’adjoint aux Finances de la Ville, Romain Grau, lors de la présentation aux médias des grandes lignes budgétaires municipales pour l’année en cours. Je le répète, cela ne doit pas nous empêcher de maintenir le rythme pour accélérer l’innovation et la compétitivité de notre territoire. En faisant « avec », ou plutôt « sans », je m’engage à poursuivre dans notre rôle « d’activateur ». Il faudra améliorer les recettes qui fonctionnent, être créatif dans des projets d’aménagement majeurs qui vont conditionner notre avenir, garder le cap que nous avons fixé jusqu’en 2020, tout en tenant compte de la réalité financière que nous impose l’Etat par son désengagement.

POLITIQUE – ÉGYPTE, IRAK, KENYA, OUGANDA, YÉMEN… PAKISTAN : LE CALVAIRE DES CHRÉTIENS SE POURSUIT !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Au moins 72 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide qui a touché la ville de Lahore, dans l’Est du Pakistan, près de 340 autres ont été blessées… L’attentat a eu lieu dimanche 27 mars 2016, dans un parc très fréquenté, Gulshan-e-Iqbal, où des chrétiens célébraient la Pâques.
Entre enlèvements et assassinats, entre terrorisme et attentats à la voiture piégée : la situation des chrétiens s’est fortement dégradée dans certains pays musulmans au cours de la décennie. Chaque jour davantage, l’Etat Islamique, qui voudrait nous entraîner dans une guerre des religions, montre un visage effroyable, terrifiant, monstrueux, accumulant les scènes d’horreur, d’exactions : des chrétiens empoisonnés, égorgés, poignardés, massacrés…  en Syrie, en Irak, au Yémen, certes, mais pas uniquement dans des pays en guerre, puisque le même constat concerne l’Egypte, le Kenya, ou encore l’Ouganda…
Dans ces pays-là, et ce n’est pas peu dire, l’avenir des chrétiens est en sursis. Pourtant, pendant des siècles et des siècles, chrétiens et musulmans y ont vécu côte-à-côte, solidaires et en famille, dans le credo de la cohabitation, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. C’est ce chemin du cœur que Daesh espère définitivement détruire, enterrer, en (nous) dressant les uns contre les autres, en (nous) imposant un sentiment viscéral d’aliénation, de haine et de peur. Nous devons résister en continuant de nous indigner, en dénonçant haut et fort ces crimes contre des territoires et leurs populations, ces oppressions contre une religion, une façon de penser et une manière de « vivre-ensemble ». Nous sommes la Vie, Daesh est la mort !

MÉTROPOLE : EN DIRECT DE NOS « PÉPINIÈRES »

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Cinq nouveaux dossiers seront examinés le 15 avril prochain lors de la réunion mensuelle du Comité de sélection des « pépinières » de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM). Il s’agit d’entreprises qui ont candidaté pour s’installer dans l’une des Zones d’Activités Economiques (ZAE) de PMM.
Entre entreprises qui s’enracinent, entreprises qui s’agrandissent et entreprises qui s’installent, l’attractivité de notre collectivité territoriale au plan de l’action et du développement économiques ne cesse de croître. Dans une période compliquée et complexe où la concurrence est particulièrement âpre, il est bon de l’affirmer, car derrière chaque nouvelle implantation il y a de l’emploi qui sort aussi de terre. PMM dispose actuellement de 36 hectares entièrement viabilisés disponibles immédiatement et faciles d’accès pour l’installation d’entreprises. C’est là un atout supplémentaire pour accélérer l’innovation et la compétitivité de notre territoire.

MÉTROPOLE : LE COÛT POUR LA COLLECTIVITÉ DES CAILLASSAGES DE BUS

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

BUSEn 2015, à partir de 165 constats dressés, nous avons relevé sur le réseau de la CTPM (Compagnie des Transports Perpignan Méditerranée) une augmentation, par rapport à l’année précédente (2014), de 70% des « faits d’incivilité » (insultes et menaces, jet de projectiles, dégradation matérielle volontaire, violences physiques, crachat, ébriété, animaux ou bagages non tolérés, comportements divers, décompression des portes, verbalisation de véhicules gênants…). Concernant plus particulièrement les jets de projectiles sur les véhicules – plus communément appelés « caillassages » – il faut savoir que bon an mal ils coûtent à notre collectivité territoriale quelque 20 000€ (2 500€ en moyenne par vitre brisée)… Les seuls incidents du mois de novembre dernier, dont la presse s’est largement fait l’écho, ont pesé pour 6 000€ dans cette facture.
Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) a mis en œuvre de nombreuses actions pour tenter d’enrayer ce phénomène. Je félicite d’ailleurs le vice-président en charge des Mobilités au sein de la Communauté Urbaine, Daniel Mach, ainsi que tous les agents concernés par cette compétence communautaire, pour leur mobilisation quotidienne. Je salue leur travail, complexe et difficile, car je sais qu’ils mettent tout en œuvre pour resituer les quartiers victimes de ces agressions contre des chauffeurs et leur matériel professionnel, dans le territoire de vie de PMM. Ils sont sur le terrain en permanence pour garder le lien social, dont les transports en commun constituent un équipement majeur.
Il faut aussi savoir se projeter pour apporter des réponses adaptées. C’est ce qui se fait avec la signature d’une Convention Locale de Sécurité (CLS) entre PMM (via notre délégataire Vectalia) et Madame la Préfète, M. le Procureur de la République, M. le Colonel Commandant du Groupement de Gendarmerie des P.-O., M. le directeur départemental de la Sécurité publique des P.-O. et la Ville de Perpignan. Cette convention donne lieu à des réunions mensuelles entre services, elle a déjà permis de mettre en place des actions coordonnées entre les forces de police et le transporteur. Désormais, à chaque incident, PMM dépose plainte et se constitue partie civile à chaque fois qu’un caillasseur est identifié. L’ensemble des véhicules affectés aux lignes régulières ainsi qu’une dizaine de services scolaires ont été équipés de caméras de vidéo-surveillance (soit près de 250 équipements déployés). Des opérations « coup de poing » sont régulièrement menées sur le réseau en partenariat avec les forces de l’ordre… PMM vient de déposer un dossier auprès de la Préfecture pour obtenir la mise à disposition « d’adultes relais » dans les bus. Il s’agit de médiateurs issus des quartiers dont le rôle principal est de prévenir et d’aider à la résolution des conflits par la médiation et le dialogue, notamment vis-à-vis des publics jeunes, mineurs ou majeurs, qui perturbent le bon fonctionnement des services… Enfin, s’agissant plus spécifiquement du transport scolaire, deux élèves ont été exclus définitivement en raison de faits graves (deux autres le seront également probablement dans les prochains jours).
Chacun pourra le constater, c’est là un sujet qui nous tient particulièrement à cœur. Nous ne baisserons jamais ni les bras ni la garde, car c’est là un terrain prioritaire dans une phase protocolaire qui doit nous permettre en effet d’approfondir la connaissance territoriale, nécessaire à la détermination des grandes orientations stratégiques, qu’elles soient sociales, économiques, culturelles ou urbaines. Mais je le répète, comme Daniel Mach et ses équipes ne cessent de le marteler sur le terrain : rien ne pourra aboutir, rien ne pourra réussir, sans l’accompagnement des familles qui ont là un rôle primordial à jouer dans l’éducation de leurs enfants. Elles sont l’une des clés du succès de nos initiatives pour améliorer le « Vivre Ensemble » !

RÉGION : POUR MOI AUSSI C’EST « PYRÉNÉES MÉDITERRANÉE »

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Il y a plusieurs mois, j’annonçais déjà la couleur : « Pyrénées Méditerranée », comme nom à la nouvelle Grande Région née de la fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi Pyrénées. Merveilleusement et stratégiquement bien situés entre Mer (Méditerranée) et Montagne (des Pyrénées), nous avons la chance de vivre sur un territoire bordé et auréolé par des sites naturels connus dans (presque) le monde entier. A l’évidence, au cœur des turbulences causées par la mondialisation, le nom de notre nouvelle Grande Région doit être beaucoup plus porteur qu’une simple appellation : il doit être un passeport.
« Pyrénées Méditerranée » crée les conditions et les process pour optimiser nos synergies culturelles, environnementales, socio-économiques, au plan terrestre comme au plan maritime. Au moment où tirer parti des nouvelles technologies et du numérique pour optimiser la communication du territoire est essentiel, lui trouver un nom qui claque comme un drapeau, qui brille comme un phare, est un acte majeur. Car c’est aussi de ce nom que dépendra à l’avenir l’importance de l’organisation et de l’aménagement du territoire. Il doit être un atout incontestable pour notre visibilité.
Je suis heureux de constater qu’une belle unanimité émerge dans les terroirs qui composent notre département, qui irriguent notre Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, surtout dans les milieux économiques ; je pense là à de nombreux chefs d’entreprise qui jour après jour nous apportent leur soutien, à la CCI de Perpignan, à l’UPE’66, à l’Agence de développement économique PMI, à des collectivités locales, à des structures professionnelles…  C’est un bel  élan qui est en train de se dégager pour affirmer « Pyrénées Méditerranée ». Tous les habitants doivent se retrouver avec fierté derrière ce qui demain peut être une « marque » de confiance, un point de repère, un slogan ambitieux, un territoire certainement créatif et solidaire.
Je remercie André Joffre et Jean Bécat, personnalités de renom, qui ont accepté de rejoindre le « Comité du nom » pour nous aider à fédérer notre ambition. Ils donneront encore plus de force à nos convictions, j’en suis convaincu.

PERPIGNAN : L’HISTOIRE, L’UNIVERSITÉ, LA VILLE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

C’est dans son Histoire, dans son passé glorieux, que Perpignan retrouvera son identité, puisera la force et les énergies nécessaires pour combler son énorme soif de changement. Oui, nous sommes une ville pleine de paradoxes, une ville qui cumule les particularismes et les particularités, une ville où foisonne la vie, où fourmillent les envies et la fierté pour produire des choses différentes et forcément innovantes. En réinstallant l’Université dans le cœur historique de la ville, c’est comme le souligne Annabelle Brunet, en charge de l’Université au sein de l’équipe municipale : « la réappropriation par Perpignan de son Histoire, puis l’appropriation de la Ville par son Université ». Ainsi la boucle est bouclée !
Le Pôle universitaire que nous recréons en centre-ville, c’est un investissement de 10 millions d’euros – on ne le répètera jamais assez – c’est 500 étudiants qui reviennent au cœur de la cité pour redonner à Perpignan une véritable visibilité universitaire, pour diffuser un esprit d’ouverture. Ce Pôle ouvrira ses portes à la rentrée 2017, sauf contretemps majeur, mais je peux affirmer aujourd’hui que nous ne sommes pas en retard en ce qui concerne la mise en place du calendrier des travaux et de leur financement, ainsi que du respect de son fonctionnement.
C’est là un pari, peut-être même un défi, que toute l’équipe municipale à mes côtés assume, car l’enjeu est de taille : la reconnaissance de notre potentiel commun. Il s’agit de rendre Perpignan Méditerranée Métropole encore plus audible au sud de la France et en Catalogne. N’oublions pas que Perpignan avait son université dès 1350, dans l’ancien Hôtel de La Monnaie, l’une des plus anciennes universités d’Europe. C’est donc là un investissement dans l’intelligence et dans l’avenir, c’est un investissement essentiel sur la frange urbaine d’un quartier qui a besoin qu’on mette en œuvre une solution radicale, douce et intelligente : l’Université est celle-là avec son savoir et ses compétences interculturelles !
Université

POLITIQUE : SEULE LA VÉRITÉ PEUT AFFRONTER L’INJUSTICE…

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République Française

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Monsieur le Président de la République Française,
En choisissant de commémorer le 19 mars 1962, vous commettez une double forfaiture.
Morale d’abord, car vous oubliez les victimes civiles et militaires de « l’après 19-mars » : les assassinats perpétrés par les combattants du FLN contre les harkis, les enlèvements d’innocents… et les massacres du 5 juillet 1962 à Oran.
Pensant, ce 19 mars, immortaliser le début du processus de « paix », marquer la fin officielle du conflit, en vérité votre geste vient cautionner les couteaux des bourreaux, vous érigez en date historique un grand moment de trahison..
Ainsi, vous insultez tous ceux, militaires et civils, qui sont tombés pour que vive la France dans ce qui était alors un département de la République Française : l’Algérie.
Votre démarche vient surtout mépriser le million de Français d’Algérie qui a dû quitter son pays dans un exode sans retour et des blessures irréversibles  issues de cette injustice d’Etat.
Historique ensuite, car vous savez pertinemment que la Guerre d’Algérie ne s’est pas arrêtée le 19 mars 1962, qu’à partir de ce jour-là le cessez-le-feu n’a jamais été respecté par le FLN et ses complices qui ont continué leur folie meurtrière bien après cette date, rompant ouvertement le cessez-le-feu.
Vous savez également que de nombreuses études d’Historiens – dont l’objectivité ne peut pas être mise en doute – démontrent que des dizaines de milliers de personnes ont été les premières victimes, dont les harkis (entre 50 000 et 60 000 morts).
Enfin, vous n’êtes pas sans ignorer le rôle joué, à cette époque, par les socialistes et les gaullistes, dans cet abandon de populations fidèles à la France, de « L’Algérie c’est la France » (de François Mitterrand) au fameux « Je vous ai compris » (du Général De Gaulle), sacrifiées littéralement d’un trait de plume.
Mais tout cela – la morale, la vérité – il y a longtemps que vous semblez vous en être éloigné… pour essayer d’en tirer des arrangements politiciens du 1er secrétaire fédéral du Parti Socialiste que vous êtes resté, en pensant par votre participation à cette honteuse date du 19 mars élargir votre base électorale ?
Alors, Monsieur le Président de la République Française, s’il vous reste un minimum de conscience morale, refusez de participer à cette commémoration, ou plutôt à cette « mascarade », car si vous le faites les mémoires des victimes assassinées, celles des nombreux disparus, celles des harkis massacrés, vous poursuivront à jamais.
Rappelez-vous ces mots d’Albert Camus : « Je veux combattre pour la justice non pour la pénitence des uns et la vengeance des autres ».
Alors, Monsieur le Président de la République Francaise, rendez justice aux victimes, aux harkis, aux pieds noirs, qui sont tombés après le 19 mars 1962…

MÉTROPOLE : CALCE, CASES, ESTAGEL, MONTNER

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Le 24 mars prochain, à l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, la ministre de l’Environnement remettra le label « Terre Saine Communes sans pesticides » aux 110 premières communes françaises engagées dans ce label : 35 communes du Languedoc-Roussillon en font partie, 4 sont situées sur le territoire de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole : Calce, Cases-de-Pène, Estagel et Montner.
Je tiens à féliciter les élus, les populations et les personnels engagés dans ce combat environnemental essentiel. Sensibiliser producteurs, prescripteurs et consommateurs pour juguler les actions conduites « à la source » est un défi permanent. Parmi les 36 communes de notre espace territorial, je sais que d’autres viendront allonger cette liste, parce que je connais leur degré d’implication afin de développer une vraie démarche préventive, pour à l’avenir améliorer conséquemment la situation. Cette démarche relève de la responsabilité de tous, nous devons tous être mobilisés, engagés, pour dans ce domaine en particulier améliorer les performances des services urbains et la qualité de vie sur Perpignan Méditerranée Métropole.

PERPIGNAN : ÉCHANGER POUR MIEUX SE COMPRENDRE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
01Mercredi en fin d’après-midi, avec une partie de l’équipe municipale – dont Isabelle De Noëll-Marchesan, maire du Quartier Sud, conseillère départementale – j’avais organisé un « café citoyen » dans les salons du restaurant Le Casablanca de M. El Kokouchi, situé sur le boulevard Kennedy. Le but d’une telle rencontre est d’échanger dans les deux sens – des élus vers les habitants et vice-versa – afin d’instaurer certes un dialogue constructif, mais surtout pour prioriser les ambitions d’un quartier dans quelque domaine que ce soit : voirie, espaces publics, solidarité, eau et assainissement, sécurité routière, mobilité, urbanisme, etc., etc.
Je n’oublie jamais dans mes décisions que tout se construit avec les habitants, de la Ville, de la Métropole.
Que ce soit par le biais d’associations, d’organisations professionnelles, de clubs, de commerces, d’entreprises (…), les habitants doivent être directement et régulièrement consultés. Je constate que, « café citoyen » après « café citoyen », les Perpignanaises et les Perpignanais sont de plus en plus nombreux à adhérer à ce concept. Mercredi soir, nous étions une grosse soixantaine à échanger, c’est là une dimension idéale pour établir un dialogue, pour « s’impliquer », pour que chacun s’approprie les projets et les faire coller au plus près des besoins et de la réalité.
C’est pour cela que j’avais demandé à nombre d’élus de la Ville, en fonction de leurs délégations, de m’accompagner pour cette « immersion citoyenne », parmi lesquels : Joëlle Anglade, Pierre Barbé, Alain Gebhart, Brice Lafontaine, Pierre Parrat, Richard Puly-Belli, Stéphane Ruel et Suzy Simon-Nicaise.
02

RÉGION : PARLEMENT DES TERRITOIRES

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Samedi 12 mars 2016, au Château de Castries près de Montpellier, je serai présent à la 3ème session du Parlement des territoires. A l’ordre du jour : un tour de table sur le positionnement du Parlement des territoires dans un contexte territorial renouvelé, un débat sur les chantiers concrets à engager. Une synthèse appellera la conclusion des travaux à la mi-journée.
Au-delà des questions légitimes que l’on peut se poser sur le périmètre de la nouvelle Grande Région, née de la fusion entre le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, la question centrale reste celle de notre développement : avec quels moyens, quels outils, quelles ambitions ? Quel modèle voulons-nous ?… Nous avons la chance d’avoir trois métropoles qui quadrillent la Grande Région : Toulouse à l’Ouest, Montpellier à l’Est et Perpignan Méditerranée au Sud. Nous avons plusieurs particularités : à la fois limitrophes de super-régions, mais aussi « porte d’entrée » incontournable au Sud de la France. Particularités, particularismes, spécificités, identités, originalités… tous ces traits distinctifs, ces signes particuliers, toutes ces caractéristiques originales font de nous un territoire à part, une terre pour se lancer dans les défis les plus audacieux, dans les domaines les plus divers : les énergies renouvelables, l’industrie aéronautique, la télémédecine, le nautisme, l’oenotourisme, etc, etc. Nous pouvons, nous devons être la terre des territoires pilotes pour assurer l’avenir de nos emplois, de nos services, de nos entreprises, de nos collectivités. C’est cette mobilisation, cette modernisation, que j’appelle de tous mes vœux, en restant naturellement à l’écoute des citoyens, c’est ce message que je souhaite faire passer en participant à cette 3ème édition du Parlement des territoires. Ce Parlement peut tenir un premier rôle en étant le chef d’orchestre, une nouvelle voix, en ouvrant des perspectives et en cherchant des solutions accessibles à tous, attractives pour tous, pour imaginer demain.

PERPIGNAN – ENTRÉE DE VILLE : LA VITRINE DE NOTRE QUALITÉ DE VIE

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Prochainement vont débuter d’importants travaux de rénovation pour « relooker » le haut de l’avenue Victor-Dalbiez.
Coût de l’investissement : 2,5 millions d’€uros. Il s’agit de rendre plus attrayante cette entrée de ville qui, comme chaque accès qui mène à un village, à une commune quelle que soit sa taille, ou encore à une station balnéaire, constitue une vitrine essentielle et une attractivité qui doit être incontournable. C’est l’objectif de cette rénovation impulsée par Chantal Gombert, maire du quartier Ouest. A partir de cette requalification urbaine, c’est tout le pari de la transformation pour la revitalisation d’un secteur urbain qui est engagé avec : des trottoirs élargis, la replantation d’arbres, la création de pistes cyclables, un éclairage public adapté, etc.-etc.
Trop souvent, j’ai entendu certains de nos visiteurs venus de « pays du nord » se plaindre, à juste titre, de venir chez nous chercher le soleil, une certaine qualité de vie « méditerranéenne », avec ses vignes, ses oliviers, bref un environnement qui soit le reflet de notre identité géographique et économique, et de n’y trouver en entrant que des zones d’activités – commerciales ou industrielles – des passages obligés par des pénétrantes loin d’inviter aux vacances…
C’est un constant que nous faisons tous. Et auquel nous devons remédier. Entre rêve de campagne et satisfaction de vivre en ville, les Perpignanaises et les Perpignanais aimeraient, dans l’idéal, pouvoir rapprocher les deux modes de vie. Ils se prennent à rêver d’une ville en harmonie avec la nature, d’un développement également de biodiversité urbaine et des moyens de transports doux (comme le vélo). C’est exactement ce que le projet « Terra Nostra » porté par mon ami le sénateur François Calvet projette dans ce mandat qui court jusqu’en 2020.
De mon côté, en tant que maire de Perpignan, avec l’équipe municipale qui m’entoure, nous allons accélérer le mouvement d’un projet d’investigation inédit pour agréger les données existantes, élargir la réflexion pour répondre aux préoccupations de tout un chacun, conscients que nous sommes qu’à partir de l’urbanisme et du cadre environnemental qui en découle nous pouvons aussi évoluer « culturellement », rendre la ville plus accessible, et donc forcément plus attractive.

MÉTROPOLE : LA FACE CACHEÉ DE L’ICEBERG

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM

Comme toute collectivité locale ou territoriale, la Communauté Urbaine (CU) Perpignan Méditerranée Métropole est une structure, une institution, où nombre de décisions essentielles sont prises engageant le territoire sur la voie de l’avenir, de la solidarité et de l’innovation.
Entre une séance publique du Conseil communautaire, pour fixer les objectifs et entériner les budgets, et des rencontres citoyennes sur le terrain, pour mieux comprendre le rôle de la métropole dans le quotidien de chacune et de chacun, chaque semaine c’est une vingtaine de réunions dans les étages, en commissions, qui rythme le fonctionnement de la CU. Gérer au présent les solidarités, les mobilités, l’urbanisme, les énergies, l’environnement – pour ne citer que ces compétences communautaires – mais également les relations de proximité avec les 36 communes qui composent la métropole, est un défi de tous les jours. Rendre compte de façon concrète des changements, échanger entre élus, se renseigner, monter des dossiers, évaluer des risques divers (naturels, météorologiques ou démographiques), étudier le peuplement intercommunal, élaborer des stratégies, missionner : les groupes de travail ne manquent pas d’initiatives et de logistiques pour activer l’intercommunalité. C’est ce « Pôle » là qui nourrit nos ambitions, qui motive notre action, pour ouvrir les portes de la réussite économique, sociale et culturelle, entre autres, pour créer un outil d’émancipation à la disposition de tous les habitants du territoire.

DÉPARTEMENT : MERCI ET BRAVO À NOS VIGNERONS !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Nous apprenons ce matin que 98 médailles ont été attribuées pour notre département lors du Concours Général Agricole qui se déroule traditionnellement lors du Salon de l’Agriculture. A cette occasion, les meilleurs produits des régions françaises sont mis à l’honneur et, en 2016 le palmarès distingue 98 de nos vins (contre 88 l’an passé). Ce sont près de 6 000 jurés indépendants qui ont dégusté et partagé parmi plusieurs centaines d’échantillons des P.-O. présentés dans le cadre de la compétition.
C’est ainsi que nombre de terroirs qui enchantent la diversité du territoire de notre Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole se voient récompensés d’une médaille d’Or, d’Argent ou de Bronze. Je pense là plus particulièrement aux communes de Tautavel, Montner, Vingrau, Rivesaltes, Baixas, Canet-en-Roussillon…
Ne perdons jamais de vue que l’Agriculture est l’une des forces vives de notre territoire, comme l’industrie touristique et ses multiples activités (nautisme, hôtellerie, restauration…). Nos clients, nos touristes, veulent voir du pays, profiter de nos plages… et arpenter les vignobles. Les vignerons font l’excellence de Perpignan Méditerranée Métropole, ils contribuent certes à entretenir notre espace identitaire mais ils sont surtout un fer de lance incomparable pour promouvoir nos savoir-faire vini-viticoles, pour investir de nouveaux marchés et, ainsi, assurer un pan de notre développement. Dans notre cadre environnemental, ils constituent un défi de tous les jours, porteurs de projets ambitieux (je pense par exemple à l’oenotourisme) ou de labels de Qualité inestimables. Sous le ciel du Roussillon, nos vignerons sont aussi précieux que le soleil !
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
novembre 2019
D L Ma Me J V S
« oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930