DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
LOGO IFA 2016 190 jpg
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
PUB JPA
JPA 2
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

juillet 2017
D L Ma Me J V S
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Francis DASPE

POLITIQUE NOMINATION DU 1er MINISTRE : L’EXTRÊME FINANCE EST BIEN DE DROITE…

LOGO L'AVENIR EN COMMUNPar Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 n’est pas réellement surpris par la nomination d’Édouard Philippe comme Premier ministre. Un Président de la République continuellement au service de la finance choisissant un Premier ministre de droite, quoi de plus normal ? Il s’agit même une heureuse clarification, de nature à dissiper les illusions que certains « naïfs intéressés » se sont ingéniés à entretenir.
Le PG 66 dénonce les alliances « tuyaux de poêle », pour reprendre la formule employée par Jean-Luc Mélenchon ce samedi à la Convention nationale pour les Législatives de La France Insoumise : « à la fin de la chaîne d’alliance on rencontre toujours un camarade qui tient la main d’un macroniste ». Pour l’adapter aux Pyrénées-Orientales, on pourrait terminer par « un vallsiste »… Au bout de la chaîne d’alliance du Président Macron, plus de doute possible : il y a la droite et son cortège d’austérité, de pauvreté et de précarité !
La priorité est à la reconstruction d’une alternative politique dans le prolongement de la dynamique du candidat de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, et de son programme, « L’avenir en commun ». C’est la stratégie de La France Insoumise pour les Législatives : obtenir une majorité parlementaire qui empêchera la mise en place du programme destructeur du duo Macron / Philippe, refus des alliances à géométrie variable relevant de la carambouille, construction d’un large rassemblement citoyen.
Il y a urgence à opérer à la recomposition du camp du progrès démocratique, social, économique et écologique. Cette recomposition ne pourra pas se faire ni dans les vieilles marmites, ni avec les vieilles méthodes éculées, ni avec les politiques qui ont échoué.
Logo France insoumise

ÉDUCATION : DES PROPOSITIONS DÉCEVANTES POUR LE LYCÉE MAILLOL EN DEÇA DES REVENDICATIONS ET DES BESOINS

Par Francis DASPE, pour l’Intersyndicale du Lycée Maillol
Francis Daspe
Francis Daspe
Suite à l’action de débrayage des personnels du vendredi 24 mars 2017, l’intersyndicale du Lycée Maillol de Perpignan (FO, Solidaires, CGT, SNETAA, SNES, CNT) a été reçue en audience par le DASEN jeudi 20 avril 2017.
Si les revendications portant sur la vie scolaire, les agents administratifs, les ATOSS et la cellule Informatique ont été reconnues comme pleinement légitimes et fondées, si le lycée Maillol a été jugé prioritaire en vue d’une future allocation de moyens, les propositions faites par le DASEN de moyens précaires ne répondent ni à l’urgence de la situation ni à la nécessité de moyens pérennes et de postes statutaires.
C’est donc une déception pour la délégation intersyndicale. En effet, le fonctionnement du lycée Maillol a depuis longtemps dépassé le seuil critique. En l’absence d’une perspective de moyens pérennes et de postes statutaires, les personnels considèrerons que les conditions de la rentrée 2017 ne laissent pas d’autre choix que de refuser de faire fonctionner l’établissement.
Les personnels se réuniront dans les prochains jours pour déterminer les suites à donner à l’action revendicative en cours et pour en préciser les modalités pratiques. Aucune éventualité n’est exclue pour l’heure.

PRÉSIDENTIELLE : DÉCEPTION ET ESPOIRS POUR « LA FRANCE INSOUMISE »

Logo France insoumise
Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Francis Daspe
Francis Daspe
À la suite du 1er tour de la présidentielle, La France Insoumise dans les Pyrénées-Orientales est partagée entre déception et espérance.
Déception en raison de la non qualification de Jean-Luc Mélenchon pour le second tour de la présidentielle. La posture du témoignage est étrangère à la France Insoumise : elle a engagé la campagne depuis février 2016 pour gagner et renverser la table. Elle n’y est pas parvenue, bien que l’objectif n’ait pas été loin d’être atteint.
Espérance car la campagne de la France Insoumise a été particulièrement enthousiasmante et propulsive. La France Insoumise est désormais la principale force politique du camp de la transformation sociale, démocratique et géopolitique. C’est autour d’elle que recomposition et reconstruction se feront.
Elle se félicite du très bon score obtenu par Jean-Luc Mélenchon dans les Pyrénées-Orientales qui le place en seconde position. C’est aussi le résultat de la campagne dynamique menée depuis plus d’un an, qui a articulé initiatives locales des groupes d’appui et organisation départementale, qui a conjugué militantisme traditionnel et pratiques novatrices.
La France Insoumise dans les Pyrénées-Orientales illustre plus que jamais la formule de Victor Hugo : « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu ».
LOGO L'AVENIR EN COMMUN

PERPIGNAN : SOUTIEN AUX CHAUFFEURS DE SANKÉO

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66  
Francis Daspe
Francis Daspe
Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien le plus résolu aux 31 chauffeurs de la compagnie de bus Sankéo (ex CTPM) convoqués ce mardi 25 avril devant le tribunal de grande instance de Perpignan au motif fallacieux « d’entrave à la liberté de travailler ».
Une fois de plus l’exercice du droit de grève est motif à criminalisation de l’action revendicative. Le quinquennat de François Hollande se finit bien tristement, découlant du refus de l’amnistie sociale pourtant promise en 2012 qui a conduit à l’opposé à l’intensification des intimidations ou des sanctions à l’encontre des syndicalistes.
Les perspectives offertes par les candidats qualifiés au second de la Présidentielle sont inquiétantes. Le Front National n’éprouve que de la haine à l’égard des syndicats et du mouvement social, fidèle en cela à sa fonction de gardien de l’ordre capitaliste et du système qu’il prétend mensongèrement pourfendre. Emmanuel Macron a déjà prouvé son peu d’accointances avec le mouvement ouvrier (c’est peu dire !) entre propos / dérapages et lois de régression.
Pour le Parti de Gauche 66, le mot d’ordre est plus que jamais à la résistance sociale et démocratique au service du progrès humain. Elle s’inscrit dans la logique du mouvement de La France Insoumise et du programme porté par Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle, « L’avenir en commun ». C’est un point d’appui pour toutes les luttes.

PARTI DE GAUCHE : « JEAN-LUC MÉLENCHON, LE VOTE NÉCESSAIRE », L’ÉVIDENCE SE DÉVOILE

Logo Parti de gauche
Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Francis Daspe
Francis Daspe
Le Parti de Gauche 66 se félicite de la clairvoyance et de la pertinence de la campagne nationale lancée il y a plusieurs mois sur le thème « Jean-Luc Mélenchon, le vote nécessaire« . Cette formule prend toute sa signification en étant validée par les faits politiques.
Le succès du défilé de La France Insoumise de samedi 18 mars à Paris entre Bastille et République et le débat télévisé de lundi 20 mars au cours duquel Jean-Luc Mélenchon a montré sa stature d’homme d’État ont contribué à impulser une dynamique en faveur du candidat de La France Insoumise. Le rétrécissement spectaculaire de la candidature de Benoît Hamon et le ralliement de nombreux hollando-vallsistes à Emmanuel Macron confirment que la centralité politique de la gauche appartient bien à Jean-Luc Mélenchon.
La stratégie de La France Insoumise porte désormais ses fruits, ayant échappé à deux pièges mortels. D’abord celui des primaires qui ont conduit au rabougrissement des candidats qui en sont sortis vainqueurs (que deviennent les belles âmes qui ne juraient que par la soi-disante modernité des primaires ?). Ensuite celui des carambouilles d’appareil : l’accord Hamon / Jadot a fini par retrancher des voix au candidat socialiste, le ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron finira par porter préjudice au prétendu « candidat anti-système qui casse le codes »…
Le vote nécessaire est celui en faveur du candidat de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, et du programme « L’avenir en commun ». La constance et la sincérité des convictions garantissent que la politique de transformation sera bien menée. Tout cela autorise à pouvoir parler de vote nécessaire !

ÉDUCATION : EXIGEONS DES MOYENS NÉCESSAIRES POUR LE LYCÉE MAILLOL !

Communiqué de l’intersyndicale du Lycée Maillol de Perpignan (FO, CGT, Sud, Snetaa, CNT) 
Le Comité Technique Académique du 16 mars a acté la suppression d’un ½ poste de CPE au Lycée Maillol pour la rentrée 2017. 
Francis Daspe
Francis Daspe
Nous, personnels du Lycée Maillol de Perpignan, dénonçons déjà depuis des années la sous-dotation de la vie scolaire, le sous-effectif du personnel administratif (besoin : 12 postes, dotation : 8,5 postes) et ATOSS (besoin : 35 postes, dotation : 28 postes), le manque de personnel à la cellule informatique (2 mi-temps précaires pour environ 800 ordinateurs).
Il n’est plus possible de faire fonctionner correctement un lycée qui accueille un public marqué par la difficulté sociale, avec un personnel fatigué, excessivement sollicité, et la perspective d’une nouvelle augmentation du nombre d’élèves à la rentrée 2017 (environ 2100  élèves annoncés).
La spécificité de nos élèves justifie le besoin impérieux de disposer de moyens humains suffisants et en particulier à la Vie Scolaire. Au total, entre 2015 et 2017 c’est un poste complet de CPE qui est supprimé, c’est inacceptable !!!
Cette suppression est interprétée comme un mépris à l’égard des élèves, des familles, et des personnels. 
C’est pourquoi nous, personnels du Lycée Maillol de Perpignan, exigeons la restitution du demi-poste de CPE et des moyens humains suffisants et pérennes pour assurer un fonctionnement normal de l’établissement et répondre à nos missions de service public.
Pour obtenir satisfaction, l’intersyndicale et les personnels du Lycée Maillol de Perpignan se mobilisent. Des actions seront entreprises à cet effet. Nous en informerons les représentants des fédérations de parents d’élèves afin de créer les conditions du succès des actions et des revendications. 

Pour l’intersyndicale du Lycée Maillol de Perpignan
Francis DASPE
Tél : 06 07 34 33 81

DÉPARTEMENT : POUR « UN AVENIR EN COMMUN », LE « TRAIN JAUNE » A BESOIN DE CONSTANCE ET DE COHÉRENCE !

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 dénonce avec vigueur le démantèlement programmé du « Train jaune ». Il n’est, hélas, pas surpris.
Francis Daspe
Francis Daspe
Comment peut-il en être autrement dès lors que l’austérité reste le cadre indépassable des politiques publiques, nationale comme régionale ou départementale ? Comment pouvait-on croire que le fait de posséder des vice-présidences d’un Conseil régional à majorité socialiste dirigé par une ancienne ministre du gouvernement Valls protégerait le « Train jaune » ?
Le scénario, pourtant écrit à l’avance, se réalise  avec tous les subterfuges cousus de fil blanc conduisant in fine à la privatisation : fragilisation d’un service public, filialisation, externalisation etc.
Dans ce contexte, le PG 66 dénonce donc aussi cette extraordinaire duplicité de certaines belles âmes. Les appels incantatoires à une pseudo unité de l’ensemble de la gauche, terme fourre-tout vide de sens politique après un quinquennat de reniements et de renoncements, apparaissent cruellement dérisoires.
Le PG 66 pense plus que jamais que le « Train jaune » a besoin d’une politique radicalement différente. Celle contenue dans « L’avenir en commun », programme de La France Insoumise, mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles et celles de ses candidats aux Législatives, constitue une garantie pour le Train jaune ».   Car Jean-Luc Mélenchon et les candidats de La France Insoumise aux Législatives ne seront pas des grands naïfs mais des élus du peuple au service de l’intérêt général dans lequel s’intègre pleinement le « Train Jaune ». Il a besoin de constance et de cohérence pour espérer un « avenir en commun ».

PERPIGNAN : LE PG66 S’ASSOCIE À LA SAUVEGARDE DU CENTRE HISTORIQUE

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien à la pétition « Stop à la destruction du centre historique de Perpignan » lancée par Philippe ASSENS et le « Collectif pour la sauvegarde du centre historique de Perpignan ».
Les projets de la municipalité de Perpignan vont à l’encontre de l’urgente construction d’un « bien-vivre ensemble » qui soit inclusif. Ils ne correspondent pas à l’intérêt général, donnant, en dépit des déclarations de bonnes intentions, clairement la priorité à des intérêts financiers particuliers au détriment de l’impératif d’une réelle mixité sociale. Fracturation patrimoniale et fracturation sociale iront de pair. Le respect du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) contribue à nous en protéger.
Le succès de cette pétition d’initiative citoyenne conforte le projet d’une 6ème République valorisant l’implication populaire porté dans le cadre de La France Insoumise, mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. N’ajoutons pas à Perpignan une fracturation démocratique par des projets décidés unilatéralement !

Le PG 66 incite les citoyennes et les citoyens à signer et à faire signer cette pétition :
https://www.change.org/p/monsieur-le-maire-stop-%C3%A0-la-destruction-du-centre-historique-de-perpignan

POLITIQUE : PAS DE RÉPUBLIQUE SANS SERVICES PUBLICS !

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 lance dans les prochains jours une campagne d’action en faveur des Services Publics. Les Services Publics sont l’unique patrimoine de nature collective de tous ceux qui n’en possèdent pas à titre privé. Ils ont servi de bouclier et d’amortisseurs sociaux en cette période de crise économique. Pourtant ils subissent des attaques convergentes : privatisations, réduction du périmètre, gestion managériale, suppressions d’emplois etc.
Cette campagne d’action se traduira par des distributions de tracts à Perpignan, Prades ou Céret, et des collages d’affiches. Des réunions publiques sont d’ores et déjà programmées, avec une conférence / débat à Angoustrine-Villeneuve-les-Escaldes, mercredi 1er février 2017, salle municipale, à partir de 19 heures. Le thème sera « Pas de République sans Services Publics ». Nicolas SANCHIS, délégué du PG Cerdagne/Capcir introduira la discussion par un état des lieux et des enjeux.
Francis DASPE, responsable départemental du PG 66, présentera son nouveau livre, « Le vol des mots. Le voile des mots » (éditions du Croquant, novembre 2016) dont un chapitre intitulé « Service Public ou services au public » est consacré au thème. Ce sera également le cas dans le cadre d’une réunion organisée par l’AGAUREPS-Prométhée ou d’une présentation/dédicace du livre à la librairie Le cheval dans l’arbre à Céret samedi 4 février à 10 heures. Des tribunes seront diffusées dans les médias nationaux et locaux.
Pour le Parti de Gauche 66, l’idéal de la République ne peut se réaliser sans une défense, une extension et une démocratisation des Services Publics. Il se félicite que « La France Insoumise » mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux Présidentielles, accorde aux Services Publics une place fondamentale dans son programme « L’avenir en commun ».

POLITIQUE CONTRE L’INUTILITÉ D’UN CANDIDAT SOCIALISTE : LE VOTE NÉCESSAIRE JEAN-LUC MÉLANCHON !

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Francis Daspe
Francis Daspe
Le 1er tour des Primaires organisées par le Parti de Socialiste se sont soldées par un échec en terme de participation. La compétition surannée entre anciens ministres de François Hollande n’a visiblement pas suscité l’intérêt au sein de la population.
Dans les Pyrénées-Orientales, c’est le candidat dépositaire d’un bilan pourtant indéfendable qui est arrivé en tête, Manuel Valls. Décidément, les socialistes du département n’ont jamais envisagé un seul instant de fronder ou de remettre en cause les mesures les plus anti-sociales du gouvernement.
Ces Primaires ont confirmé qu’aucun candidat socialiste ne pouvait espérer accéder au second tour des présidentielles, et encore moins l’emporter. Contre l’inutilité avérée d’un candidat socialiste, le vote nécessaire pour que le drapeau de lutte soit à nouveau fièrement brandi est celui en faveur de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise dont le programme « L’avenir en commun » est en capacité de répondre à l’amplification des crises qui menacent l’avenir en commun de nos concitoyens.

POLITIQUE : PÉTITION POUR GARDER L’ENVOI DU MATÉRIEL ÉLECTORAL PAR COURRIER

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Francis Daspe
Francis Daspe
Le PG 66 dénonce le projet du gouvernement de supprimer l’envoi par courrier aux électeurs des professions de foi et des bulletins de vote des candidats aux élections législatives et présidentielles (article 52 du projet de loi de finance pour 2017). Cet envoi papier serait remplacé par une mise en ligne sur Internet des documents et par leur dépôt en mairie pour consultation.
Un quart des électeurs n’ont pour seule information électorale que ce matériel reçu à domicile, qui permet de comparer les propositions des divers candidats afin de choisir en connaissance de cause. Les Français qui n’ont pas d’accès internet à domicile se trouvent parmi les milieux à faible revenu et chez les personnes âgées.
Une telle mesure de restriction de l’information électorale aura pour effet d’augmenter encore plus le taux d’abstention, d’instaurer de fait un suffrage censitaire au détriment des électeurs des classes populaires et de pénaliser les candidats extérieurs au système PS-LR-FN.
Le Parti de Gauche 66 invite à signer la pétition pour le maintien de l’envoi du matériel électoral par courrier pour l’égalité des Français devant l’information électorale.

https://www.change.org/p/claude-bartolone-le-mat%C3%A9riel-%C3%A9lectoral-doit-%C3%AAtre-envoy%C3%A9-par-courrier-aux-%C3%A9lecteurs?recruiter=57086150&utm_source=share_for_starters&utm_medium=copyLink

Manuel Valls avait déjà essayé d’imposer cette régression anti-démocratique pour les européennes de 2014. Il avait dû ajourner cette mesure. La démocratie n’est ni un luxe ni une valeur réservée à ceux qui ont les moyens. 

Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Tél : 06 07 34 33 81

POLITIQUE : « LA FRANCE INSOUMISE JLM 2017″ PRÉPARE LES LÉGISLATIVES DANS LES P.-O.

Par Francis Daspe
« La France insoumise – JLM 2017« , mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles de 2017, organise une réunion mercredi 30 novembre à partir de 19h30 en vue de la préparation des Législatives.
Tenant compte des réalités géographiques et militantes du département des Pyrénées-Orientales, deux réunions se dérouleront dans le département :
– À Elne, salle Bolte, rue Bolte, pour la 4ème circonscription
– À Perpignan, annexe Mairie La Gare Perpignan, 4 rue Béranger, les 1ère, 2ème et 3ème circonscriptions 
Cette réunion préparatoire s’adresse aux citoyennes et citoyens qui soutiennent la candidature de Jean-Luc Mélenchon et le mouvement de La France Insoumise. 

Pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″
Francis DASPE
Contact : JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 33 81
http://www.jlm2017.fr/

Francis Daspe
Francis Daspe

POLITIQUE : LE MONDE DE FILLON EST CELUI DÉCRIT PAR KEN LOACH

Par Francis Daspe, Co-Secrétaire Départemental du Parti de Gauche
Dimanche soir, je n’ai pas suivi les résultats de la primaire de la droite. J’ai fait mieux : j’ai anticipé sur ce qui pourrait être le monde de Fillon en allant voir le film de Ken Loach, « Moi Daniel Blake ». Un monde de brutalité, de cynisme, de mépris et d’humiliations. Un monde dont la finalité est de broyer l’humain.
Un monde que les autres compétiteurs de la primaire de la droite auraient, chacun à leur manière, avec leur sensibilité et à leur rythme, pareillement contribué à mettre en place. 
Un monde que les politiques d’austérité de Hollande, Valls et Macron ont commencé à faire émerger. Un monde contre lequel Montebourg pris dans les filets de la primaire socialiste ne pourra pas s’opposer. 
Le rempart le plus crédible contre ce monde là, c’est La France Insoumise et Jean-Luc Mélenchon. Avec plus de 160 000 soutiens déjà sur le site de La France Insoumise. Et sans aucun doute avec d’autres dizaines de milliers d’ici peu…

POLITIQUE : SOUTIEN DU PG 66 À LA WALLONIE QUI REFUSE LE CETA

Par Francis DASPE, secrétaire départemental du PG 66
Francis Daspe

Francis Daspe

Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien à la région belge de Wallonie qui a décidé de ne pas signer l’accord entre le Canada et l’Union Européenne, le CETA. Plus largement, il appelle à se mobiliser contre tous les accords internationaux ultralibéraux actuellement en négociation ou en projet.
Si à ce jour les négociations entre l’Union européenne et les Etats-Unis sur le TAFTA ont été repoussées devant les mobilisations populaires, elles reprendront sans aucun doute en 2017 une fois passées les élections aux Etats-Unis, en France et en Allemagne.
Témoignage de cette hypocrisie, l’Union Européenne était en train d’adopter le CETA qui procède de la même logique que le TAFTA : celle des multinationales qui veulent s’affranchir de toute règle fixée par les Etats pour maximiser leurs profits, au mépris des écosystèmes, de la justice sociale et de la souveraineté des peuples.
Dans ce contexte, le « grain de sable wallon » est bienvenu. La France doit refuser cet accord et tous ses cousins germains qui vont à l’encontre de sa souveraineté populaire et nationale : elle se grandirait en emboîtant le pas à la Wallonie. La région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées devenue Occitanie a voté sa mise hors-TAFTA à la suite d’un vœu présenté par l’élu régional du Parti de Gauche de l’Aveyron, Guilhem SERIEYS.
Le Parti de Gauche 66 refuse le TAFTA, le CETA et tous les traités de libre-échange de ce genre. Il appelle à amplifier les mobilisations. Il prendra des initiatives dans les Pyrénées-Orientales pour populariser sa proposition de » protectionnisme solidaire »

POLITIQUE : LE PG 66 CONTRE LES TRAITÉS DE LIBRE-ÉCHANGE ET POUR LE PROTECTIONNISME SOLIDAIRE

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 appelle à se mobiliser contre tous les accords internationaux ultralibéraux actuellement en négociation ou en projet. Si à ce jour les négociations entre l’Union européenne et les Etats-Unis sur le TAFTA ont été repoussées devant les mobilisations populaires, elles reprendront sans aucun doute en 2017 une fois passées les élections aux États-Unis, en France et en Allemagne. Témoignage de cette hypocrisie, l’Union Européenne est en train d’adopter le CETA, traité de libre échange avec le Canada.
Le CETA procède pourtant exactement de la même logique que le TAFTA : celle des multinationales qui veulent s’affranchir de toute règle fixée par les Etats pour maximiser leurs profits, au mépris des écosystèmes, de la justice sociale et de la souveraineté des peuples. Il ne tient aucun compte du principe de précaution, met gravement en danger l’agriculture et le climat, ne protège pas les services publics de la mise en concurrence, porte atteinte à la souveraineté des Etats à travers le pouvoir dévolu au système d’arbitrage fonctionnant toujours en faveur des multinationales.
Ce traité sera soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain : la France doit refuser cet accord qui va à l’encontre de sa souveraineté populaire et nationale.
Le Parti de Gauche 66 refuse le TAFTA, le CETA et tous les traités de libre-échange de ce genre. Il appelle à participer à la journée de mobilisation nationale contre le TAFTA et le CETA ce samedi 15 octobre 2016.
Au-delà, il prendra des initiatives dans les Pyrénées-Orientales pour populariser sa proposition de « protectionnisme solidaire ».

POLITIQUE : L’EXEMPLE DES LUTTES SOCIALES LOCALES AUX VENDÉMIAIRES DE LA FRANCE INSOUMISE

Par Francis DASPE, pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″
Un des moments forts des Vendémiaires citoyennes de La France Insoumise des Pyrénées-Orientales de samedi 8 octobre à Camélas fut en début d’après-midi la séquence témoignages d’acteurs de luttes sociales dans le département animée par Dominique Guérin.
dominique-guerin-ls-vendemiairesEn effet, l’articulation des luttes sociales et des débouchés politiques est une condition nécessaire à la réussite d’une véritable alternative politique. Cette dernière est la raison d’être de la candidature de Jean-Luc Mélenchon et de l’activité militante de La France Insoumise.
Face à l’aggravation des crises économiques, sociales, écologiques et démocratiques, la lutte des classes reste à l’ordre du jour dans les Pyrénées-Orientales. Le rabot de l’austérité fait sentir ses effets. C’est dans cet esprit et cette logique que les Vendémiaires Citoyennes ont mis en exergue les luttes sociales du département.
Les Postiers de Thuir et Rivesaltes ont dû affronter des conflits sociaux extrêmement durs et longs. Les représentants de Sud Solidaires, Sylvie Humbert, Augustin Fons, Ludovic Jeanneau et Pierre Raymond, ont tour à tour montré la logique managériale et marchande qui rétrécit le service public postal.
Une même logique managériale et marchande à l’œuvre à l’hôpital Thuir fut décrite par Jeanne Rousseau de la CGT. Elle créée des situations intenables aussi bien pour les patients que les personnels. Jérôme Pous au nom de Solidaires complétait le tableau pour la santé en dénonçant les situations que l’on peut assimiler à de la « maltraitance institutionnelle » qui découlent de ces politiques à courte vue.
L’intersyndicale des Impôts avec Henri Vilaro (FO), Josy Pages  et Hélène Rieubernet (Solidaires) ont évoqué la lutte qui s’est caractérisé notamment par le blocage pendant 6 semaines du centre des impôts Côte vermeille de Perpignan. Le recul du service public, avec la réduction de l’accueil des usagers ou la fermeture de trésoreries dans les zones rurales, se double d’une accentuation de la souffrance au travail avec la suppression de postes par l’application de l’austérité.
Le Collectif des Jeunes Révoltés (CJR) s’est constitué dans la mobilisation contre la loi El Khomri. Ses représentants, Kevin Courtois, Vincent Orhon et Bruno Mazel ont démontré la capacité des jeunes à se mobiliser pour des questions politiques dès lors que l’intérêt général est en jeu. La loi El Khomri correspond à un projet de société que la jeunesse ne peut pas accepter.
La ville de Perpignan a été marquée par le combat des animateurs du périscolaire pour réduire la précarité dont ils sont victimes. Cette précarité s’inscrit dans la logique de la réforme des rythmes scolaires. Sylvain Quinta, animateur du périscolaire CGT et Ghislaine Zaparty, responsable départementale de la CGT Education, qui a accompagné la lutte, ont expliqué la prise de conscience des personnels qui a conduit à la mobilisation et permis à la lutte de se développer.
Jean-Pierre Lecar pour la CGT et le collectif des chômeurs a illustré d’autres facettes de la précarité. Une autre politique fondée sur un partage des richesses différent est nécessaire.
L’urgence des luttes locales ne sauraient faire oublier d’autres urgences de dimension géopolitique. Une note internationale et internationaliste a été donnée à la séquence. José Pérez a dénoncé le scandale de la situation des territoires occupés palestiniens soumis à un blocus inhumain. Jérôme Pous, dans un même registre, a fourni des informations sur le Rojava kurde et annoncé des initiatives de soutien dans les Pyrénées-Orientales.
Des Pyrénées-Orientales décidément bien combatives, à l’image de La France Insoumise…

Contact :
JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 33 81
http://www.jlm2017.fr/

POLITIQUE : AUX VENDÉMIAIRES CITOYENNES, UNE TABLE-RONDE SUR L’AVENIR DU DÉPARTEMENT STIMULANTE

Par Francis DASPE, pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″
Cinq intervenants avaient été conviés pour les Vendémiaires citoyennes de samedi 8 octobre à Camélas à participer à la table-ronde départementale du matin. Elle était en effet intitulée « Quel avenir pour les Pyrénées-Orientales ? ». 
table-ronde-departementale-tribune-les-5Rappelons que cette première édition des Vendémiaires citoyennes était organisée en partenariat par les groupes d’appui de La France Insoumise, le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) et le Parti de Gauche 66. Tous les intervenants ont traité brillamment la question mise en débat, chacun dans leur registre et avec une très grande complémentarité.
La proposition de la 6ème République fut incarnée par l’exemple de l’action par des élus, anciens et actuels. Par Christian Blanc d’abord, ancien conseiller général et ancien maire des Angles, sans aucun doute un élu Insoumis avant l’heure, qui expliqua avec conviction la manière dont il parvint à développer les régies publiques sur son territoire. Par Muriel Ressiguier ensuite, actuelle conseillère régionale de Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées. Voilà une élue qui rend compte de son activité de présidente de la Commission « Économie de proximité » : une action qui illustre par l’exemple ses choix de radicalités concrètes portées par le PG.  
La situation des Pyrénées-Orientales exige plus que jamais la mise en place d’une alternative. Comment mettre fin à ce paradoxe d’un département cumulant les difficultés mais possédant un potentiel de développement écosocialiste considérable ? 
Pas d’alternative politique possible sans une réflexion approfondie sur les idées et les valeurs, autrement dit la « superstructure ». L’universitaire Christophe Euzet nous a puissamment invités à cette réflexion stimulante et indispensable. Pas d’alternative politique possible non plus sans luttes sociales qui renforcent tout projet de transformation sociale radicale. Le syndicaliste CGT du secteur Santé Yves Bénassis nous a montré la réalité de la lutte des classes et le processus de marchandisation qui réduit le périmètre d’une protection sociale républicaine. Enfin, pas d’alternative politique possible sans connaissance solide des dossiers thématiques. L’économiste et agronome Philippe Assens a exposé de manière claire et documentée la situation de l’agriculture dans le département, en faisant des propositions pour l’émergence d’un modèle d’agriculture paysanne. Sans aucun doute, le thème d’une prochaine conférence/débat à venir du RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales)… 
La France Insoumise, mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux Présidentielles de 2017, est bien en ordre de marche dans les Pyrénées-Orientales pour élaborer une alternative aux politiques menées localement par les représentants de l’ancien monde de l’entre soi.

Contact :
JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 33 81
http://www.jlm2017.fr/

POLITIQUE : LES VENDÉMIAIRES CITOYENNES ACCUEILLENT ÉRIC COQUEREL ET LIEM HOANG NGOC

Par Francis DASPE, pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″ 
Les Vendémiaires Citoyennes de samedi 8 octobre 2016 à Camélas (domaine de Bellavista, entre Thuir et Corbère), co-organisées en partenariat par les groupes d’appui de La France Insoumise, le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) et le Parti de Gauche 66, accueilleront Éric COQUEREL. Eric COQUEREL est co-coordinateur national du Parti de Gauche et conseiller régional d’Ile-de-France.
Il participera à la table ronde de l’après-midi à partir de 16 heures portant sur les enjeux nationaux et intitulée : « Ensemble nous pouvons tout « ! Dans ces débats, il sera question de Constituante et de 6ème République, d’Europe insoumise et de plan B, de partage des richesses, d’écosocialisme, de nouvel indépendantisme.
Entrée libre.
Les Vendémiaires Citoyennes de samedi 8 octobre 2016 à Camélas (domaine de Bellavista, entre Thuir et Corbère), co-organisées en partenariat par les groupes d’appui de La France Insoumise, le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) et le Parti de Gauche 66, accueilleront Liem HOANG NGOC.
Liem HOANG NGOC fondateur de la Nouvelle Gauche Socialiste (NGS), formation politique qui a quitté le Parti socialiste pour rejoindre La France Insoumise, mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles.
Il participera à la table ronde de l’après-midi à partir de 16 heures portant sur les enjeux nationaux et intitulée : « Ensemble nous pouvons tout ! ». Dans ces débats, il sera question de Constituante et de 6ème République, d’Europe insoumise et de plan B, de partage des richesses, d’écosocialisme, de nouvel indépendantisme.
Entrée libre.

Contact :
JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 33 81
http://www.jlm2017.fr/

POLITIQUE : LES ENSEIGNEMENTS DE LA CAMPAGNE D’ACTION DU RCP 66 ET DU M6R 66 POUR LA RETRAITE À 60 ANS À TAUX PLEIN

Par Francis DASPE, pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″
À Elne
À Elne
La campagne d’action menée par le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) et le M6R 66 (Mouvement pour la 6èmeRépublique des Pyrénées-Orientales) s’est révélée riche d’enseignements.
Il s’agissait de réclamer un référendum sur la question des retraites avant les élections présidentielles de 2017. RCP 66 et M6R 66 militent pour le retour de la retraite à 60 ans à taux plein. Ils faisaient signer une pétition sur une dizaine de marchés du département entre les 14 et 20 septembre, de Céret à Saint-Laurent de la Salanque en passant par Perpignan, Elne ou Prades pour ne citer que quelques exemples.
Les principales réactions étaient extrêmement positives. Elles prouvent qu’il existe en France une majorité politique et sociale pour une telle mesure. Beaucoup de reconnaissance s’exprimait pour poursuivre le combat en faveur des retraites. Il est vrai que les graves manquements aux promesses électorales n’ont pas été oubliés. Ils sont douloureusement ressentis. Ils incarnent les travers de la monarchie présidentielle qu’est la 5ème République. Ces travers sont en effet exacerbés au moment de l’élection présidentielle.
À ST Laurent de la Salanque
À ST Laurent de la Salanque
Nicolas Sarkozy avait dit en 2007 qu’il ne serait pas été élu Président de la République pour réformer les retraites. Par la loi du 10 novembre 2010, il a fait une réforme injuste repoussant l’âge de départ à la retraite et allongeant la durée de cotisation. François Hollande avait dit que lui Président de la République il reviendrait sur la réforme précédente et en abrogerait les dispositions les plus contestées. Par la loi du 20 janvier 2014, il a aggravé les conditions de départ à la retraite pour la majorité des Français. Les gouvernements des trois derniers quinquennats (rappelons-nous de la loi Fillon de 20003 sous la présidence de Jacques Chirac et des propos du Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin indiquant que la rue ne commande pas…) ont donc tous opté pour des mesures rétrogrades : allongement de la durée de cotisation, recul de l’âge de départ légal à la retraite, baisse des pensions par le système de la décote.
C’est que la question des retraites croise les urgences politiques du moment présent. D’une part, procéder à un autre partage des richesses, d’autre part changer les règles du jeu. Avec une VIème République, de tels mensonges et reniements de la parole publique ne pourraient se faire sans révocation des dirigeants concernés. Ceux-ci se croient à l’abri de toute sanction populaire dans cette monarchie présidentielle qu’est réellement la Vème République.
RCP 66 et M6R 66 estiment que seul le peuple souverain peut trancher directement cette question par référendum. A l’occasion des élections présidentielles, la souveraineté populaire a été à chaque fois bafouée malgré les promesses des différents candidats devenus présidents et les immenses mobilisations populaires. Les réformes des retraites se sont donc toutes traduites par des régressions sociales de grande ampleur et ont été imposées contre la volonté du peuple français.
Le RCP 66 et le M6R 66 proposent que d’autres choix soient faits. Ils estiment que les leviers du niveau d’activité, du niveau des salaires, de l’élargissement de l’assiette des cotisations, du taux des cotisations, de la révision des nombreuses exonérations constituent des solutions porteuses de davantage de justice.
Pour le RCP 66 et le M6R 66, trop c’est trop ! Il faut redonner la parole au peuple !

RCP 66 :
appelcitoyen66regionales@laposte.net 
(06 43 29 57 70)     /     M6R 66 :
m6republique66@gmail.com
(06 07 34 33 81)

POLITIQUE – 1ère TABLE RONDE DES VENDÉMIAIRES CITOYENNES : « QUEL AVENIR POUR LES P.-O. » ?

Par Francis DASPE, pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″
Les Vendémiaires Citoyennes de samedi 8 octobre 2016 à Camélas (domaine de Bellavista, entre Thuir et Corbère), co-organisées en partenariat par les groupes d’appui de La France Insoumise, le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) et le Parti de Gauche 66, débuteront par une table ronde sur la situation du département. Elle durera de 10h30 à 12h30.
Elle est intitulée « Quel avenir pour les Pyrénées-Orientales ? » Elle sera animée par plusieurs intervenants : Christian BLANC ancien conseiller général des Pyrénées-Orientales et ancien maire des Angles, Christophe EUZET universitaire à l’Université de Perpignan Via-Domitia, Yves BENASSIS syndicaliste CGT dans le secteur de la santé, Muriel RESSEGUIER conseillère régionale du Parti de Gauche de Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées.
Les questions de l’emploi, de l’environnement, du tourisme, de l’agriculture, de la solidarité seront entre autres abordées. Les Pyrénées-Orientales cumulent les difficultés avec plus de 36 000 chômeurs de catégorie A (ils étaient 19 000 il y a 10 ans, un quasi doublement !). Soit un taux de chômeurs de 16%, le pire de la France métropolitaine ! La mal est véritablement structurel avec la progression continue du chômage des jeunes de moins de 25 ans et l’enracinement du chômage dans la durée avec plus de 29 000 chômeurs inscrits depuis plus d’un an.
Comment mettre fin à ce paradoxe d’un département cumulant les difficultés mais possédant un potentiel de développement écosocialiste considérable ? Ce sera l’objet de cette table ronde des Vendémiaires citoyennes consacrées à La France Insoumise, mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles de 2017. Il s’agit de construire une alternative aux politiques libérales, qu’elles soient locales ou nationales.
Dans les Pyrénées-Orientales, comme partout en France, la France Insoumise pour le peuple souverain !
Entrée libre. 

Contact :
JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 33 81
http://www.jlm2017.fr/

ÉDUCATION : APRÈS DEUX QUINQUENNATS DE CASSE, QUELLE ÉCOLE POUR LA 6ème RÉPUBLIQUE ?

Par Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée 
Le cercle du Conflent du Parti de Gauche organise une conférence / débat sur l’éducation à Prades, mercredi 5 octobre 2016, salle Eyt (rue San Juan de Porto Rico), à partir de 19 heures. Le thème sera « Après deux quinquennats de casse, quelle école pour la 6ème République ? ».
Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche et co-secrétaire départemental du Parti de Gauche 66, présentera son nouveau livre, « Manifeste pour l’école de la 6ème °République » (éditions du Croquant, avril 2016).
Cinq ans après l’engagement du candidat Hollande à consacrer à l’école les moyens qui lui avaient été retirés par Nicolas Sarkozy, cet ouvrage établit un inventaire de la continuité entre la politique éducative de la droite et de l’actuel gouvernement : mise en place des rythmes scolaires, contre-réforme du collège, remises en cause de la gratuité, de l’égalité et de la laïcité.
À un an de l’élection présidentielle, c’est l’occasion de la formulation d’un autre projet pour l’école dans une autre République.

Entrée libre.

POLITIQUE : LES VENDÉMIAIRES CITOYENNES DES P.-O. METTENT À L’HONNEUR « LA FRANCE INSOUMISE »

Par Francis DASPE, pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″
Les groupes d’appui de La France Insoumise, le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) et le Parti de Gauche 66 co-organisent en partenariat les Vendémiaires Citoyennes. Cette première édition se déroulera samedi 8 octobre 2016 à Camélas (domaine de Bellavista, entre Thuir et Corbère), à partir de 9h30.
La première édition de ces Vendémiaires citoyennes sera consacrée à La France Insoumise, mouvement qui accompagne la candidature aux Présidentielles de 2017 de Jean-Luc Mélenchon. La journée alliera débats politiques, moments conviviaux et animations musicales.
Elles seront marquées par la tenue de deux tables rondes. Celle du matin sera consacrée aux questions locales : « Quel avenir pour les Pyrénées-Orientales ? » (10 heures 30 à 12 heures 30). Celle de l’après-midi, intitulée « Ensemble nous pouvons tout ! », abordera les enjeux nationaux.
Dans les Pyrénées-Orientales, comme partout en France, la France Insoumise pour le peuple souverain !
Entrée libre
Contact : JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 33 81
http://www.jlm2017.fr/

ÉDUCATION : APRÈS DEUX QUINQUENNATS DE CASSE, QUELLE ÉCOLE POUR LA 6ème RÉPUBLIQUE ?

Par Francis DASPE, Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée 
L’AGAUREPS-Prométhée organise une conférence / débat sur l’éducation à Thuir, mardi 27 septembre 2016, salle Anis, Maison des Jeunes et de la Culture (2ème étage), à partir de 19 heures. Le thème sera « Après deux quinquennats de casse, quelle école pour la 6ème République ? ».
Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche et secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée, présentera son nouveau livre, « Manifeste pour l’école de la 6ème République » (éditions du Croquant, avril 2016).
Cinq ans après l’engagement du candidat Hollande à consacrer à l’école les moyens qui lui avaient été retirés par Nicolas Sarkozy, cet ouvrage établit un inventaire de la continuité entre la politique éducative de la droite et de l’actuel gouvernement : mise en place des rythmes scolaires, contre-réforme du collège, remises en cause de la gratuité, de l’égalité et de la laïcité.
À un an de l’élection présidentielle, c’est l’occasion de la formulation d’un autre projet pour l’école dans une autre République.
Entrée libre.
4eme-couv 1ere-couv-650

ÉDUCATION : CAMPAGNE D’ACTION DU PG 66

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66 et président de la Commission nationale Education du PG
Le Parti de Gauche engage une campagne d’action sur l’éducation en s’appuyant sur la parution aux éditions du Croquant d’un livre sur l’école de Francis Daspe, président de la Commission nationale éducation du PG et responsable département du PG 66,   co-écrit avec Paul Vannier, Secrétaire national l’éducation du PG. Il est intitulé « Manifeste pour l’école de la Sixième République« .  
Cet ouvrage établit un inventaire des renoncements d’un quinquennat se caractérisant par une continuité avec les politiques mises en œuvre par la droite : mise en place des rythmes scolaires, contre-réforme du collège, remises en cause de la gratuité, de l’égalité et de la laïcité. À un an de l’élection présidentielle, la formulation d’un autre projet pour l’école est faite : une école républicaine et laïque, des savoirs et des qualifications, de l’égalité loin des déterminismes scolaires et sociaux, de la citoyenneté.
Plusieurs réunions publiques sont prévues : mardi 27 septembre à Thuir (MJC, 19 heures), mercredi 5 octobre à Prades (salle Eyt, 19 heures), mercredi 12 octobre à la librairie Torcatis à Perpignan (rue Mailly, 18 heures), mercredi 16 novembre à Angoustrine (salle municipale, 19 heures).
Cette campagne d’action associe actions de terrain (diffusion de tracts, collage d’affiche) et réflexions de fond (communiqués d’actualité, tribunes dans les médias nationaux comme Marianne http://www.marianne.net/agora-loi-el-khomri-se-decline-education-nationale-ppcr-100245722.html ou Politis http://www.politis.fr/articles/2016/08/linvestissement-educatif-au-coeur-des-contre-reformes-liberales-35250/).

POLITIQUE : LE PARTI DE GAUCHE PÉPARE LA PRÉSIDENTIELLE ET LES LÉGISLATIVES DANS UN MÊME ÉLAN

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66 
Le Parti de Gauche 66 participe pleinement à la dynamique de ‘La France Insoumise’, mouvement citoyen et politique qui accompagne la candidature à la Présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. La création de groupes d’appui permet à ‘La France Insoumise’ de se déployer sur l’ensemble des espaces militants du département.
Présidentielle d’avril/mai 2017 et Législatives de juin 2017 relèvent d’une même logique, éminemment nationale ; elles ne peuvent donc être disjointes. L’amplification des crises, économique, sociale, écologique ou démocratique, impose la nécessité d’une véritable alternative aux politiques menées lors deux derniers quinquennats.
La France Insoumise présentera des candidats aux Législatives. Pour celles-ci, le PG 66 met à disposition des propositions de candidatures pour les 4 circonscriptions des Pyrénées-Orientales. Validées par les instances départementales du PG 66, elles respectent strictement la parité.

1ère circonscription : Francis DASPE, Carole GOHIER
2èmecirconscription : Armelle GUILLEMOT, Jérôme POUS
3ème circonscription : Nicolas SANCHIS, Lucie CHILLON
4ème circonscription : Catherine DAVID, Dominique GUERIN

POLITIQUE : LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE SOCIALISTE SERA-T-ELLE DANS LA RUE CONTRE LA LOII EL KHOMRI ?

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien le plus résolu au mouvement interprofessionnel de grève contre la loi Travail El Khomri de jeudi 15 septembre 2016.
La loi El Khomri constitue une arme redoutable contre le pacte social et républicain issu de la charte du Conseil National de la Résistance et des conquêtes du combat ouvrier, notamment par l’inversion de la hiérarchie des normes et le modèle de précarité généralisé en découlant. L’heure est plus que jamais à la résistance et à la fronde.
Le PG 66 se demande s’il y aura jeudi 15 septembre des socialistes de la majorité départementale des Pyrénées-Orientales dans la rue pour demander le retrait de la loi Travail El Khomri. Après tout, leur « initiation et leur échauffement à la fronde » contre la majorité socialiste régionale de Carole Delga à l’occasion de la manifestation de samedi dernier sur le nom de la nouvelle région ne sont-ils pas susceptibles de donner des espoirs, même les plus insensés ?
Le PG 66 ne se pose cependant pas la question de la présence d’élus de droite : la loi Travail El Khomri est de droite. Clairement et sans ambiguïté…
Alors camarades socialistes, être frondeur ou ne pas être (socialiste…) ? Telle est la question fondamentale ! Rendez-vous jeudi 15 septembre à 10 heures 30 place de Catalogne à Perpignan ? Chiche !

POLITIQUE : LE NOM DE LA NOUVELLE RÉGION OU LA STRATÉGIE DE L’ÉCRAN DE FUMÉE

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le nom de la nouvelle grande région est un os à ronger. Sous l’écume identitaire, le vieux monde politique local, celui des connivences et des zigzags, se délecte des postures.   Sans doute pour mieux occulter les urgences économiques, sociales et politiques de la région et du département ? Plus sûrement pour tenter de se persuader de son importance pourtant bien érodée. 
Francis DASPE
Francis DASPE
À la source de la polémique, la réforme territoriale
Les évidences doivent être inlassablement répétées, tant certains seraient devenus amnésiques. Il n’est pas possible de ne pas réaffirmer en préalable son opposition à la réforme territoriale qui a conduit à la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Cette nouvelle région est un objet politique sans unité et sans cohérence. Même les partisans affichés de la réforme, une fois élus ou réélus, conviennent du caractère surdimensionné et factice de cette nouvelle région.
Un double objectif a présidé à cette réforme territoriale. Il y avait la volonté d’instaurer une vision technocratique visant à éloigner le citoyen des décisions politiques, en rétrécissant la démocratie de proximité et en réduisant à la portion congrue les communes et les départements. L’autre objectif était d’imposer une cure d’austérité aux collectivités locales. Ces deux objectifs correspondent aux recommandations de l’Union européenne. Une réforme territoriale qui avait été engagée par Nicolas Sarkozy avant d’être portée par François Hollande… 
Les pompiers pyromanes
Les dirigeants socialistes du département soutiennent le mouvement de contestation contre le nom d’Occitanie. Ils veulent certainement faire oublier que leurs parlementaires se sont empressés de voter la réforme territoriale. Trahissant de la sorte le dernier combat politique de Christian Bourquin qui avait fait de la fusion un casus belli.
Il y a sans aucun doute la volonté de redorer quelque peu leur blason pour faire oublier l’acceptation de mesures impopulaires. Les parlementaires socialistes des Pyrénées-Orientales n’ont jamais eu la velléité d’être des frondeurs.
On doit aussi prendre en compte l’existence de règlements de comptes internes au niveau régional au sein Parti socialiste : la fédération départementale des Pyrénées-Orientales a gardé une dent contre Carole Delga en raison des conditions de constitution de la liste entre les deux tours. Ils ont servi de variable d’ajustement, avec 2 élus PS pour 4 élus Nouveau Monde !
Dans ces conditions, les pyromanes de la réforme territoriale et de la fusion ne sont pas habilités à se transformer par magie en pompiers du nom de la nouvelle grande région.   
Reniements, alliances contre-nature, hypocrisies
D’autres ont oublié leurs engagements et leurs convictions. Ce fut le cas par exemple du subterfuge politicien du nom du département utilisé comme contrefeu par les écologistes. Après avoir continument flatté au cours de la campagne des Régionales tous les relents identitaires régionalistes, voilà qu’une fois élus ils en viennent à déclarer que le nom de la région ne constitue pas l’enjeu essentiel : ce serait le nom du département qu’il faudrait changer. Sur lequel ils n’ont, bien évidemment, pas prise. Ou comment refiler la patate chaude aux autres, tout cela pour éviter de cliver avec Carole Delga. Que ne ferait-on pas pour des vice-présidences et une participation à l’exécutif régional ! Alors qu’ils n’ont pas été élus pour ça… Je pense au désarroi de catalanistes sincères avec des préoccupations sociales réelles… Ou comment retourner dans l’ancien monde politique des combinaisons et des opportunismes !
D’autres ont sauté sur l’occasion pour instrumentaliser la question non sans arrière-pensées. C’est le cas par exemple des appels incantatoires à l’union la plus large. Ce qui revient à verser dans des alliances contre-nature, incarnées par des collectifs qui amalgament joyeusement incompatibilités et antagonismes notoires. Une forme d’union sacrée, alors qu’on se réclame de Jaurès ? Ou comment se faire une place dans l’ancien monde politique des notabilités et des connivents…
Les pompiers sans eau
Une autre catégorie s’est emparée du sujet : celle des pompiers sans eau. Ces personnes comptent pour peu dans le débat public. Elles ont trouvé opportunément un moyen d’exister dans le débat public local, faute de propositions structurantes sur les questions essentielles : pauvreté, précarité, chômage, insuffisante diversification de l’économie départementale, non valorisation des atouts écologiques etc.
Il s’agit des partis catalanistes sans guère de ressort, ou des franc-tireurs isolés sans ancrage, souvent hors-sol.
La droite
La droite, à l’origine de la réforme territoriale lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, s’est jetée dans l’arène. Une double logique l’a mise en mouvement : des arrière-pensées politiciennes classiquement évidentes, la nécessité d’entretenir le clientélisme local en préservant par tous les moyens les rentes de situation. C’est bien la marque de fabrique de la droite des Pyrénées-Orientales, que l’extrême-droite voudrait supplanter dans ces travers.
L’ancien Monde à bout de souffle
Ce tableau de l’échiquier politique local n’est guère réjouissant. La polémique du nom de la nouvelle région aura eu au moins le mérite de révéler une fois de plus cette réalité peu reluisante.
Comment en effet ne pas mettre en évidence l’inconstance ou/et l’inconsistance d’une grande partie des représentants politiques des Pyrénées-Orientales ? Ils multiplient les postures bassement politiciennes. De la poste à l’imposture, le fossé est vite franchi. Les chemins empruntés sont souvent incompréhensibles et impénétrables.
Jouer avec le feu n’est pas très honorable. Face à l’incendie, la stratégie des écrans de fumée s’avère dérisoire. Et jamais à la hauteur des enjeux et des responsabilités.

POLITIQUE : DERNIÈRE RENTRÉE DU QUIQUENNAT, PROMESSES DÉFINITIVEMENT NON TENUES !

Par Francis DASPE co-secrétaire départemental, président de la Commission nationale Education du PG 
Francis DASPE
Francis DASPE
Cette rentrée est la dernière du quinquennat qui s’achève. Le constat est sans appel, très loin des promesses de la campagne de 2012.
À l’égalité républicaine du service public d’éducation, s’est substituée l’école territoriale de Hollande. La balkanisation du système éducatif, aggravée par les contre-réformes des rythmes scolaires et du collège, est source d’inégalités pour les élèves et leurs familles.
La gratuité, principe fondateur, est gravement mise en cause. Trois ans après leur mise en œuvre, plus de 40 % des familles paient pour accéder aux temps périscolaires. La diminution de près de 10 milliards d’€uros de dotations aux collectivités territoriales s’accompagne de la fermeture d’écoles en particulier en zone rurale.
Avec la logique du socle commun introduit par la droite, le quinquennat socialiste est celui d’une école au rabais et d’une conception minimaliste et utilitariste des savoirs (perte de centaines d’heures d’enseignement disciplinaires au collège, suppression entérinée d’une année d’étude dans la voie professionnelle et de filières dans la voie technologique). L’idéal émancipateur est mis au placard au profit d’une soumission de l’école aux intérêts patronaux.
Aux « 60 000 postes » promis et non créés s’oppose la réalité de classes surchargées où le nombre moyen d’élèves en primaire, au collège et au lycée est aujourd’hui plus important que sous le quinquennat précédent.
Le Parti de Gauche propose, dans le cadre de la campagne de la France insoumise, un programme d’urgence pour tourner la page d’une décennie de politique régressive dans le domaine éducatif. Allongement de la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, plan de pré-recrutement à la hauteur des besoins éducatifs, refonte d’une formation initiale, extension de la gratuité à un périscolaire organisé nationalement, abrogation des contre-réformes du collège et du bac-pro, hausse du point d’indice sont autant de mesures qu’il faudrait mettre en œuvre pour renouer avec le projet d’une école de l’égalité et de l’émancipation.

POLITIQUE / LE NOM DE LA NOUVELLE RÉGION OU L’OS À RONGER

Par Francis DASPE, Co-Secrétaire Départemental du Parti de Gauche
La débauche d’énergie orchestrée autour de la recherche d’un nouveau nom pour la région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées a de quoi laisser circonspect. Cela semble être devenu le sujet central dans les Pyrénées-Orientales tant les prises de position parfois à l’emporte-pièce se multiplient. Dans ce contexte d’emballement, des clarifications sur le fond s’imposent. 
Occitanie est une très mauvaise appellation
C’est évident, mais cela va mieux en le disant une fois de plus. Le nom d’Occitanie qui a été retenu est très mauvais. Et ce pour de nombreuses raisons, qui ne sont que rarement mentionnées par la majorité des opposants s’efforçant de se tenir en première ligne.
L’origine prétendant se fonder sur des critères historiques se révèle en fait très approximative. L’Occitanie déborde très largement le cadre des anciennes régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Le président de la région Nouvelle Aquitaine ne s’est d’ailleurs pas privé de le rappeler vertement. De surcroît, Occitanie n’est pas uniquement composée de terres occitanes : c’est donner des arguments recevables aux partisans de l’ajout « pays catalan » qui peuvent se sentir exclus d’une telle dénomination.
Occitanie renvoie donc à une réalité ethnico-linguistique. Ces appellations ethnico-linguistiques alimentent trop souvent réflexes et replis identitaires. Elles ne sont pas tournées vers l’avenir.
La question est en définitive fondamentalement politique. Le choix d’Occitanie signe le retour aux féodalités d’Ancien Régime. Pas étonnant, puisque c’est la logique de la réforme territoriale qui a conduit à cette fusion, rétrécissant la démocratie de proximité, dévitalisant les communes et les départements au profit des métropoles et des régions.
Réaffirmer les principes de la République
Le choix du nom d’une région doit être guidé par des principes. Rien ne doit être de nature à remettre en cause la République une et indivisible. Rien ne doit être dérogatoire au principe d’égalité des territoires et des personnes. Pour qui l’ignore, les valeurs républicaines constituent un programme global à réaliser pleinement.
Notre préférence va pour les termes reposant sur des bases géographiques, comme ce fut le cas lors de la Révolution française au moment de la création des départements.  Contre les provinces d’Ancien Régime dont les nouvelles grandes régions ne sont que la resucée, les révolutionnaires de 1789 avaient fait le choix de noms géographiques. 
Des propositions qui font davantage sens
Nous avions fait au cours des derniers mois trois propositions de nom à la nouvelle région. Chacune possède sa propre logique.
La première était de garder en les additionnant les noms des deux anciennes régions, Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées. Elle possédait l’avantage de montrer précisément le non sens de la fusion opérée. La critique d’un nom à rallonge aurait pu être compensée par le choix d’un acronyme propulsif à partir des quatre termes.
La seconde proposition était de nommer la région constituée de 13 départements OPNI : objet politique non identifié… Sans aucun doute l’appellation la plus juste sur le fond !
La troisième proposition était 3Terres et Mer du Midi3. Car nous constatons que la nouvelle région se partage entre plaines, montagnes et mer. Car nous considérons que la valorisation d’une économie de la mer constitue une solution aux difficultés de la région. Car nous estimons que Midi est le terme géographique le plus rassembleur de l’ensemble des territoires concernés.
Chacune de ces propositions, dans son domaine et à sa manière, donne bien plus de sens que le choix qui a été fait. Le nom de la nouvelle région doit contribuer à créer une identité commune, fusse-t-elle artificielle. Pas à conforter des repliements, identitaires ou pas. C’est hélas raté ! À moins que tout cela ne soit qu’un os à ronger dans l’entre soi…

POLITIQUE : « JE M’INSCRIS, JE VOTE, ILS DÉGAGENT ! »

La « France insoumise JLM 2017″ invite à l’inscription sur les listes électorales

Par Francis DASPE 
« La France insoumise – JLM 2017« , mouvement qui accompagne la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles de 2017, lance cet été et jusqu’au 31 décembre une grande campagne d’inscription sur les listes électorales. Il s’agit de donner la possibilité à chacun et à chacune de reconquérir sa voix politique, d’être à nouveau souverains. Autrement dit, de pouvoir changer radicalement l’avenir du pays et sa propre vie.
Une occasion historique se présente en effet en 2017. On votera pour remplacer le président de la République et tous les députés, c’est-à-dire tous ceux qui exercent les principaux pouvoirs en notre nom.
En France, 3 millions de personnes, soit l’équivalent du nombre d’inscrits cumulés de Paris, Lyon et Marseille, ne sont pas inscrites sur les listes électorales. Pire, plus du double sont mal-inscrites (souvent pour cause de déménagement) et qui ne peuvent pas toujours voter.
C’est en premier lieu les jeunes, les personnes les moins diplômées et celles ayant acquis la nationalité française qui sont le plus exclues ou éloignées de la citoyenneté. Plus nous serons nombreux à investir les listes électorales, plus nous aurons de forces pour balayer le petit nombre de puissants qui gouvernent sans le peuple et contre ses intérêts. L’oligarchie qui règne sous la 5ème République s’accommode très bien de cette dissolution du peuple qui n’a plus de souveraineté.  
Avec « La France Insoumise – JLM 2017″, je m’inscris, je vote, ils dégagent !

POLITIQUE : EXPRIMER SA DÉSAPPROBATION CONTRE LA DOUBLE RUPTURE DE LA LOI EL KHOMRI

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
La loi Travail dite loi El Khomri constitue une double rupture d’envergure pour le quinquennat du Président de la République François Hollande.
Une rupture sociale d’abord avec la poursuite du démantèlement du droit du travail dans la droite ligne des préconisations du Medef et de l’Union européenne. Une rupture démocratique ensuite avec l’utilisation répétée et brutale par le gouvernement Valls de l’article 49.3 pour faire passer en force un texte rejeté par la majorité des Français et des syndicats.
Le temps du discours du Bourget qui désignait la finance comme l’ennemie est décidément très loin…
La venue du Président de la République François Hollande à Perpignan jeudi 28 juillet pour l’inauguration de la 2 fois 3 voies de l’A9 entre Perpignan et le Boulou est l’occasion d’exprimer sa profonde désapprobation à l’égard de ces ruptures.
En conséquence, le PG 66 appelle à participer au rassemblement lancé à l’initiative de l’intersyndicale jeudi 28 juillet devant la Préfecture de Perpignan à partir de 12 heures.

SOLIDARITÉ AVEC NICE

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 exprime sa plus profonde indignation devant l’horreur de la tuerie perpétrée jeudi 14 juillet à Nice. Il exprime son soutien et sa solidarité aux familles des victimes et aux victimes blessées dans ce lâche attentat.
Le choix de tuer lors des fêtes du 14 juillet n’est pas anodin. Ces terroristes nous signifient qu’ils attaquent aussi des principes qu’ils haïssent. Ceux, universels, de notre Révolution et de notre République : liberté, égalité, fraternité, laïcité.
Ce sont ces principes qu’il faut conforter dans ces moments terribles. Refusons toute stigmatisation et division : ces terroristes ne font pas le tri dans leurs victimes, ici ou au Proche-Orient.
Le Parti de Gauche propose plusieurs pistes pour lutter contre cette barbarie : renforcer le renseignement humain intérieur et extérieur en contradiction avec les politiques d’austérité budgétaires, frapper Daesh économiquement, accentuer la pression diplomatique contre les inspirateurs wahhabites des terroristes, Arabie Saoudite et Qatar en tête, imposer au président turc Erdogan de mettre un terme définitif aux relations secrètes qu’il a trop longtemps maintenues avec Daesh, donner un autre cours aux orientations géopolitiques de la politique étrangère menée dans cette région du monde depuis les deux derniers quinquennats.
Soyons solidaires, conscients et déterminés en ces heures tragiques contre cette abomination du terrorisme aveugle.

ÉDUCATION ÉCOLE : LA REFONDATION FUT AUSSI DESTUCTION

02Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 s’interroge sur le bilan négatif de la loi Peillon dite de refondation votée en 2013. Le ministère de l’éducation nationale vient d’organiser les  « journées de la refondation de l’école ». La loi   reposait sur 4 piliers.
Elle devait garantir « la réussite scolaire pour tous ». Trois ans plus tard, avec la réforme des rythmes scolaires, elle aura installé une école à géométrie variable, dans laquelle l’égalité de traitement des élèves n’est plus.
Elle devait conduire à la mise en place « d’un système juste et efficace ». Or jamais les inégalités socio-scolaires n’auront été aussi grandes. Dans un tout récent rapport, l’Unicef classe la France 35e sur 37 pays de l’OCDE pour les performances des élèves en fonction de leur milieu social.
Elle devait placer « les élèves au cœur de la refondation ». Ces derniers doivent depuis se satisfaire d’un « socle commun » introduit par la droite, véritable SMIC éducatif, porteur d’une vision minimaliste et utilitariste des savoirs.
Elle devait enfin s’appuyer sur des « personnels formés et reconnus ». Trois ans plus tard, la promesse des « 60 000 postes » s’est perdue dans les limbes de l’austérité. Si le retour de la formation initiale est à mettre au crédit de ce gouvernement, la paupérisation de la condition enseignante a conduit à la perte d’attractivité du métier.
La loi Peillon a engagé la territorialisation de l’école et organisé sa soumission aux impératifs de l’austérité. Elle a accompagné les renoncements à revenir sur les contre-réformes de la droite dès les premiers mois du quinquennat : lycée, bac pro, loi Carle etc.
Contraire à l’intérêt général et à l’idéal émancipateur que nous associons à toute politique éducative, la refondation fut destruction. C’est donc sur des bases idéologiques opposées à celles qui ont prévalues sous Hollande qu’il faudra reconstruire l’école de la République.

FRANCE INSOUMISE JLM 2017 : SUR LE TERRAIN EN JUILLET

Par Francis Daspe
« La France insoumise – JLM 2017 » des Pyrénées-Orientales a planifié plusieurs initiatives militantes de terrain au cours de la première quinzaine du mois de juillet. Les différents groupes d’appui seront présents sur plusieurs marchés. Ces initiatives s’inscrivent dans le prolongement de l’organisation de « La France Insoumise » avec la mise en place au niveau départemental d’un comité de liaison de « La France Insoumise – JLM 2017″. 
– Vendredi 1er juillet : Toulouges (marché 10h30)
– Samedi 2 juillet : Thuir (marché 10h30), Perpignan (place de la République 10 heures 30)
– Dimanche 3 juillet : Canet-en-Roussillon (Plage centrale, place de la Méditerranée 10h30)
– Mardi 5 juillet : Prades (marché 10h30)
– Mardi 5 juillet : Saint-Jean Pla de Corts (porte-à-porte, 18h30, rendez-vous parking de la mairie)
– Mercredi 6 juillet : Ille-sur-Têt (marché 10h30)
– Lundi 11 juillet : Rivesaltes (marché 10h30)
Pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″, Francis DASPE
Contact : JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 33 81 – http://www.jlm2017.fr/

POLITIQUE : SOUS L’ÉCUME IDENTITAIRE, DES RÉALITÉS POLTIQUES OCCULTÉES

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
La région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées issue de la réforme territoriale devrait désormais s’appeler Occitanie. Le Parti de Gauche 66 n’approuve pas ce choix qui évoque, sous couvert d’une très approximative origine historique, une réalité ethnico-linguistique. Le PG 66 ne soutient pas des appellations ethnico-linguistiques qui alimentent trop souvent réflexes et replis identitaires.
De plus, ce choix exclut une partie de la population de la région, celle des Pyrénées-Orientales se revendiquant catalane comme d’autres se disent occitans. Soucieux de l’unité de la République et du respect des cultures régionales, le PG 66 considère aussi que les citoyens des Pyrénées-Orientales n’ont pas moins droit d’être représentés que nos concitoyens des autres départements. Ce choix d’Occitanie renforce au final les arguments des revendications identitaires de certains Catalanistes.
C’était pour éviter cette situation que le Parti de Gauche 66 avait privilégié le choix de critères géographiques pour nommer cette nouvelle région. Les citoyens français ne devraient  pas avoir besoin d’être ni occitans, ni catalans, pour se voir respectés par la collectivité.
Le PG 66 remarque l’inconstance ou/et l’inconsistance de certains élus des Pyrénées-Orientales. Certains oublient leurs engagements et leurs convictions, tandis que d’autres instrumentalisent avec conviction la question sans grande sincérité…  
La question est fondamentalement politique. Le choix d’Occitanie signe le retour aux féodalités d’Ancien Régime. C’est la logique de la réforme territoriale qui rétrécit la démocratie de proximité et impose une cure d’austérité aux collectivités locales. Sous l’écume identitaire, bien peu en parlent…

EUROPE BREXIT : LE PLAN B POSSIBLE

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Francis DASPE
Francis DASPE
Le résultat du référendum en Grande-Bretagne montre une fois de plus le rejet des peuples à l’encontre de l’Union Européenne. Les Britanniques se sont en effet prononcés en faveur du Brexit, c’est-à-dire pour la sortie de l’Union Européenne, à 52 %.
Chaque fois que les peuples européens sont sollicités démocratiquement, ils manifestent leur opposition à une construction européenne fondamentalement libérale, technocratique et oligarchique. Ce fut le cas en 2005 par le peuple français à l’occasion du référendum sur le projet de traité constitutionnel européen. Les Pays-Bas, l’Irlande et la Grèce ont ensuite exprimé au cours des années suivantes une opinion identique.
Le « Non » britannique répond évidemment à plusieurs motivations. Plusieurs d’entre elles ne sont clairement pas les nôtres. Pour autant, c’est bien l’Europe des traités de libre-échange, du contournement permanent de la souveraineté populaire au service du dumping social, de la finance et d’une politique d’austérité qui est rejetée.
Les Britanniques ont en tous les cas ouvert un chemin. Contrairement à ce qui était répété, il est possible de sortir de la logique de la construction européenne. La souveraineté populaire est plus forte que l’arrogance d’un petit groupe de nantis.
À défaut de se retrouver en totalité sur le contenu, la méthode choisie par les Britanniques est celle que nous proposons. Il est possible d’établir un rapport de force avec Bruxelles et Berlin, afin de modifier radicalement les traités européens. C’est notre plan A. En cas d’obstination de la caste au pouvoir dans les sphères européennes, il est nécessaire de prévoir un plan B conduisant à des ruptures unilatérales avec les traités. En toutes circonstances, il reviendra toujours au peuple de décider par référendum. Pas comme lors de cette forfaiture démocratique que fut le traité de Lisbonne imposé en 2007 de force aux Français et qui invalidait le vote négatif du 29 mai 2005 !
L’urgence est bien de sortir des traités. Il s’agit aussi de dénoncer celui qui se prépare en secret pour 2017 ; il aggravera les orientations politiques et économiques pourtant systématiquement condamnées par les peuples. S’émanciper du carcan des traités européens est la seule solution pour lutter contre les vents mauvais de la xénophobie des extrême-droites qui se nourrissent des dégâts sociaux des politiques d’austérité et de l’arrogance de gouvernants déconnectés des aspirations des peuples.
Gardons présent à l’esprit ce que disait Pierre Mendès-France devant l’Assemblée Nationale à l’occasion du débat du 18 janvier 1957  relatif à la ratification du traité de Rome (texte auquel il s’était opposé) :
« Le projet du marché commun, tel qu’il nous est présenté, est basé sur le libéralisme classique du XIX° siècle, selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes. […] L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique, au sens le plus large du mot, nationale et internationale ».

ÉDUCATION : SOUTIEN AUX PERSONNELS DU PÉRISCOLAIRE DE PERPIGNAN

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66, responsable de la Commission nationale Education
Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien à la lutte des personnels animateurs des ALAE (accueil de loisirs associés à l’école) de Perpignan. Le projet municipal prévoit de réduire leur temps d’intervention, en le compensant par une intensification et une dégradation des conditions de travail des ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles).
La réforme des rythmes scolaires et des activités périscolaires constitue un levier visant au démantèlement du système éducatif par sa territorialisation et par remise en cause de principes républicains comme l’égalité ou la gratuité. Mais elle est aussi un véritable outil de dégradation des conditions de travail des personnels.
Le PG avait alerté sur ces dangers il y a plus de deux ans en dénonçant les conséquences au quotidien dans une tribune parue sur Marianne le 7 mai 2014 et intitulée « Rythmes scolaires : n’oublions pas les enjeux idéologiques » (http://www.marianne.net/Rythmes-scolaires-n-oublions-pas-les-enjeux-ideologiques_a238624.html, le texte complet étant consultable à ce lien https://agaurepspromethee.wordpress.com/2014/05/07/rythmes-scolaires-noublions-pas-les-enjeux-ideologiques/ ). Il avait également relevé les choix faits par la municipalité de Perpignan, qui aggravaient la situation, dans une tribune sur Mediapart parue le 30 mai 2014 au titre évocateur de « Rythmes scolaires à Perpignan : l’addition des pires » (https://blogs.mediapart.fr/francis-daspe/blog/300514/rythmes-scolaires-perpignan-l-addition-des-pires ).

Le Parti de Gauche défend la mise en place d’un service public national du temps périscolaire respectueux des rythmes des élèves, des temps sociaux des familles, des statuts et de la formation des personnels, des conditions de travail, des partenariats avec l’éducation populaire garantissant la mise en pratique des valeurs républicaines. 

Contact : 06 07 34 33 81

ARLES-SUR-TECH : RÉUNION DE « LA FRANCE INSOUMISE JLM 2017″

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Les groupes d’appui du Vallespir à la proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon organisent une réunion publique salle Magnard à Arles-sur-Tech mercredi 8 juin à 18h30.
Elle permettra à « La France Insoumise – JLM 2017″ de débattre de quelques thèmes intéressant les citoyens de notre vallée.
La loi El Khomri et ses répercussions, la pose des nouveaux compteurs dits communicants d’EDF (Gaz et Eau) et les états-généraux du train qui pourraient envisager une ligne jusqu’à Arles (?) seront proposés dans ce débat public ouvert à tous.
Cette réunion s’achèvera par le pot de l’amitié et de l’humain d’abord.
Contact : JLM-2017-66@laposte.net

POLITIQUE : RÉUNION À PERPIGNAN DE « LA FRANCE INSOUMISE JLM 2017″

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Les groupes d’appui à la candidature de Jean-Luc Mélenchon de Perpignan se réuniront mardi 31 mai à 19 heures au Grand Café de La Poste (place du Castillet).
La proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon aux prochaines présidentielles répond à des urgences démocratiques, sociales et écologiques. Elle articule contenu de rupture et stratégie cohérente avec la mise en mouvement de « La France insoumise – JLM 2017 ».
Des premières initiatives de « La France insoumise – JLM 2017 » ont déjà eu lieu dans les Pyrénées-Orientales. Elles ont reçu un écho favorable. Elles s’inscrivent également dans le cadre de la mobilisation en vue du défilé de « La France Insoumise » à Paris dimanche 5 juin.
Les liens des groupes d’appui à « La France Insoumise – JLM 2017 » à Perpignan :
– Université de Perpignan :
http://www.jlm2017.fr/brunomazel/facult_perpignan_insoumise
– Quartier Centre ancien Perpignan Insoumis : http://www.jlm2017.fr/karimbio/quartier_centre_ancien_perpignan_insoumis
– Agaureps-Prométhée Insoumise : http://www.jlm2017.fr/agaurepspromthe/agaureps_prom_th_e_66_insoumise
– M6R 66 avec JLM 2017 :
http://www.jlm2017.fr/m6r/m6r_66_avec_jlm
– Perpignan :
http://www.jlm2017.fr/francisdaspe/jlm_perpignan_insoumise

SAINT-LAURENT DE LA SALANQUE : UNE PISCINE POUR LES ÉLÈVES DU COLLÈGE

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 dénonce la situation dans laquelle se trouve le collège de Saint-Laurent de la Salanque en termes d’équipements sportifs.
Il ne peut bénéficier d’aucune piscine publique dans une des communes de son secteur de recrutement, et en premier lieu dans la commune de Saint-Laurent de la Salanque. C’est une entorse au principe d’égalité territoriale pour l’éducation des enfants que doit garantir une République une et indivisible. Cette carence d’équipements est d’autant plus préjudiciable qu’il s’agit d’un collège de plus de 900 élèves et que la situation impacte également les écoles primaires alentours.
Le PG 66 réaffirme son attachement indéfectible au principe d’égalité territoriale en matière d’éducation. Les élèves du collège de Saint-Laurent de la Salanque et des écoles primaires des communes environnantes ne doivent pas en être exclus. Tout doit être fait pour que cesse cette anomalie inacceptable.

POLITIQUE : RÉUNION À THUIR DE « LA FRANCE INSOUMISE JLM 2017″

Par Francis DASPE
La proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon aux prochaines présidentielles répond à des urgences démocratiques, sociales et écologiques.
Elle articule contenu de rupture et stratégie cohérente avec la mise en mouvement de « La France insoumise – JLM 2017 ».
Le groupe d’appui de Thuir à la candidature de Jean-Luc Mélenchon se réunira jeudi 26 mai à 19 heures à la Maison des Jeunes et de la Culture de Thuir.
Ces premières initiatives s’inscrivent dans le cadre de la mobilisation en vue du défilé de « La France Insoumise » à Paris dimanche 5 juin.

Pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″ : Francis DASPE
Contact : JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 333 81
http://www.jlm2017.fr/

POLITIQUE : CONTRE LE 49.33 ET LA LOI EL KHOMRI, MOBILISATION, RÉSISTANCE ET INSOUMISSION

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Face au mépris des mobilisations sociales et à cette forfaiture démocratique qu’a été le choix d’utiliser l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour faire passer la loi Travail El Khomri, le Parti de Gauche appelle à une réaction populaire massive.
Il appelle à participer aux initiatives de l’intersyndicale prévues dans les Pyrénées-Orientales, avec le rassemblement mardi 17 mai devant le siège de l’UPE à 11h et à la manifestation jeudi 19 mai place de Catalogne à 10h30.
Le PG 66 invite également à participer également aux réunions publiques portant sur la loi Travail El Khomri qui auront lieu dans les prochaines semaines, mercredi 18 avril à Céret (cinéma Le Cérétan à 20h) à l’initiative de « La France insoumise – JLM 2017″, mardi 24 mai à Saint-Paul de Fenouillet (Foyer rural à 19 heures) et mardi 14 juin à Argelès-sur-Mer (Foyer rural à 19h) à l’initiative du RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique), mercredi 25 mai à Angoustrine (salle municipale à 19h) à l’initiative du Parti de Gauche Cerdagne/Capcir, jeudi 16 juin à Thuir (MJ à 19h) à l’initiative de l’AGAUREPS-Prométhée.
Pour le PG 66, résistance et insoumission sont à l’ordre du jour !

POLITIQUE : Le RCP 66 lance une structure de débat dans la vallée de la Têt et le Conflent

La situation politique se caractérise par une multiplication des crises et par leur approfondissement. La crise démocratique bat son plein avec l’abstention croissante et la méfiance envers l’action politique. La crise sociale l’alimente, la loi travail El Kkomri ne parviendra pas à inverser la courbe du chômage, à défaut de généraliser flexibilité et précarité. La multiplication des saccages de l’environnement témoignent de la crise écologique. La crise internationale se traduit par l’accentuation des désordres géopolitiques. S’y ajoute désormais avec une actualité pressante une crise morale majeure des valeurs républicaines.
Face à ce tableau peu reluisant, le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales) estime qu’il y a urgence à réagir. Il y a nécessité à proposer une véritable alternative politique qui renverse résolument la table sur laquelle repose un système dépassé. Cela ne pourra se faire que par une implication citoyenne renforcée, seule à même de créer mobilisation et ré-enchantement. C’est la raison d’être du RCP 66. Le combat des idées doit être engagé au plus vite pour un autre projet de civilisation que celui dessiné en creux par l’accumulation des crises.
En conséquence, le RCP 66 a décidé la mise en place d’une structure de débat et d’éducation populaire dans la vallée de la Têt et le Conflent. Les dossiers en cours sur le territoire témoignent de la nécessité de cette initiative : menace sur l’accès aux services publics, menace sur le maintien des petites communes rurales, urbanisation des terres agricoles, transports ferroviaires et mobilités, grand domaine skiable etc. Les initiateurs de cet appel, par la diversité de leurs engagements militants, qu’ils soient citoyens, associatifs, syndicaux ou politiques, par la diversité de leurs implantations territoriales, entendent garantir la pérennité de cette structure de débat au service de l’intérêt général et de l’alternative politique.
Les initiateurs :
Philippe ASSENS, adjoint au maire et militant associatif (Nohèdes)
Jean-Jacques CADEAC, maire et militant Front de Gauche (Montalba-le-Château)
Lucie CHILLON, artiste (Le Soler)
Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée (Perpignan)
Alain MIH, animateur du RCP 66 (Thuir)
Alain PRAT DE RIU, délégué du PG 66 dans le Conflent (Prades)
Michel VERDAGUER, syndicaliste (Néfiach)

Contacts :
Mel : appelcitoyen66regionales@laposte.net
Site de l’appel : http://mplr.rassemblementcitoyen.fr/

POLITIQUE « LA FRANCE INSOUMISE JLM 2017″ : LES 1ères INITIATIVES PUBLIQUES

Par Francis DASPE pour l’équipe d’animation de « La France Insoumise – JLM 2017″
« La France insoumise – JLM 2017 » des Pyrénées-Orientales a planifié plusieurs initiatives militantes au cours des prochains jours.
Une réunion publique des groupes d’appui du Vallespir aura lieu mercredi 18 mai à Céret (20 heures, cinéma Le Cérétan). Elle portera sur la loi Travail El Khomri.
« La France Insoumise – JLM 2017″ sera présente sur le marché de Rivesaltes lundi 16 février à partir de 10 heures 30.
Les groupes d’appui de Perpignan seront présents dans le centre-ville de Perpignan mercredi 18 mai à 15 heures.
Ces premières initiatives s’inscrivent dans le cadre de la mobilisation en vue du défilé de « La France Insoumise » à Paris dimanche 5 juin. Pour toutes précisions quant à l’organisation et déplacement, contacter Dany Benquet (06 09 18 13 19). 

Contact : JLM-2017-66@laposte.net
Tél: 06 07 34 333 81 – http://www.jlm2017.fr/

POLITIQUE – UTILISATION DU 49.3 : LA FORFAITURE DÉMOCRATIQUE DU 10 MAI

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 et le Mouvement pour la 6ème République 66 s’indignent du recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution, annoncé par Manuel Valls, pour faire passer la loi Travail El Khomri.
Il s’agit d’une véritable forfaiture démocratique : le 49-3 permet le contournement brutal des élus du peuple, ceci après que le gouvernement ait cherché à délégitimer les mobilisations de rue. Ce gouvernement n’a plus de légitimité politique pour faire passer ses lois de casse sociale.
Trente cinq ans jour pour jour après l’élection d’un premier président de gauche au sommet de l’Etat, c’est une dérive supplémentaire de la monarchie présidentielle de plus en plus autoritaire qu’est la 5° République. L’urgence est d’en finir avec ce vestige anachronique d’un ancien monde politique pour lui substituer une 6ème République s’appuyant sur une véritable implication populaire. Il n’y a rien à faire non plus avec cette pseudo gauche, ni nationalement ni localement !
Le PG 66 et le M6R 66 appellent à la censure de ce gouvernement, et localement à celle des parlementaires socialistes du département qui soutiennent le gouvernement Valls sans penser un seul instant à fronder ou à rompre les rangs.

POLITIQUE : PORTER DES ORIENTATIONS ÉCOSOCIALISTES AUX ÉTATS GÉNÉRAUX DU RAIL

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Le Parti de Gauche 66 souhaite que les états généraux du rail et de l’intermodalité à l’initiative du Conseil régional qui se déroulent jusqu’au mois de juillet soient l’occasion de choix politiques clairs. Ces choix doivent être guidés par un triple objectif : satisfaire l’intérêt général, répondre aux besoins des gens, garantir l’égalité des territoires.
Parce que le PG 66 fait le choix de l’intérêt général, il s’oppose aux projets inutiles et coûteux comme la LGV Montpellier-Perpignan qui, dans le scénario initial, coûte plus de 5 milliards d’euros pour un gain de temps dérisoire, sans garantir la continuité du fret jusqu’en Espagne et la desserte régulière de la gare de Perpignan.
Parce que le PG 66 fait le choix de satisfaire les besoin quotidiens des populations, il demande que la priorité soit donnée aux lignes secondaires TER Rivesaltes / Axat / Quillan, Elne / Céret, Perpignan / Villefranche-de-Conflent, Latour de Carol / Toulouse.      
Parce que le PG 66 défend l’aspect patrimonial du Train jaune, il demande qu’il soit intégré à la convention TER pour lui garantir une mission de service public d’avenir.
Parce que le PG 66 porte un projet écosocialiste, il fait du fret sa priorité  sur toute la ligne Nîmes-Perpignan, en particulier sur le tronçon Béziers-Perpignan, pour achever la connexion avec l’Espagne. Cela permettra de désengorger le réseau autoroutier des poids lourds, pour une meilleure sécurité et moins de pollution et de faire décroître notre dette écologique et en énergie carbonée.
Parce que le PG 66 défend une modèle de développement des territoires ruraux équilibré à l’opposé de la métropolisation favorisée par la loi NOTRe et fondée sur l’étalement urbain, il s’oppose à la construction de gares à l’extérieur des villes de Montpellier et Nîmes prévues à La Mogère et à Manduel, se félicitant que le projet d’une gare TGV à Rivesaltes semble définitivement abandonné.
Parce que le PG 66 est viscéralement attaché à la notion de service public, il attend des mesures concrètes pour conforter le transport ferroviaire : en terme de fréquence, de cadencement et de régularité, en terme de sécurité et de fiabilité, en terme de correspondances et d’intermodalité, en terme de tarification incitative, en terme de présence humaine par l’ouverture de gares et de guichets etc.
Parce que le PG 66 est lucide, il craint cependant que ces états généraux ne conduisent au final, à rebours des intentions affichées, à accompagner les politiques nationales d’austérité et de transferts de compétences, à accentuer le désengagement des pouvoirs publics, à en gager la privatisation progressive du transport ferroviaire de voyageurs (en commençant par les trains de nuit comme celui de Cerbère), à ouvrir encore davantage la voie à des financements par partenariat public privé, à accélérer la mise en concurrence avec les compagnies aériennes à bas coût, les bus Macron ou les transporteurs routiers.
Pour que ces états généraux du rail et de l’intermodalité ne soient pas un simple écran de fumée et donnent un sens à la politique régionale des transports, nous nous engageons à porter ces orientations lors des prochaines réunions qui auront lieu dans les Pyrénées-Orientales, à Prades (lycée Renouvier) le mardi 10 mai, à Perpignan (lycée Picasso) le jeudi 2 juin, à Céret (cinéma Le Cérétan) le lundi 4 juillet. Le PG 66 y défendra un service public ferroviaire centré sur la densité du maillage territorial, le développement du fret rail national et international et le maintien d’une présence humaine dans les gares.

AUGMENTATION DANS L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE : GARE AUX EFFETS D’ANNONCE !

Communiqué de Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du PG 
Le Parti de Gauche 66 s’interroge sur l’annonce faite par la ministre de l’Education nationale d’une hausse d’une indemnité pour les professeurs du primaire. Si cette hausse permet pour les professeurs du primaire un rattrapage par rapport à leurs collègues du secondaire, il n’est cependant pas possible de parler de véritable revalorisation.
En effet, cette augmentation ne saurait faire oublier la rigueur de la politique salariale de ce gouvernement vis-à-vis des enseignants : gel du point d’indice jusqu’en 2015, hausse dérisoire en 2016. Le pouvoir d’achat des enseignants a continué de s’effondrer sous Hollande conduisant à la perte d’attractivité du métier.
Toute revalorisation salariale du métier d’enseignant par une augmentation significative du point d’indice. Les enseignants ne réclament pas un « cadeau » dispensé … un an avant les élections présidentielles… Ce cache-misère résume bien une politique d’affichage et de coups de communication alors même que l’objectif principal du quinquennat, celui de la création de 60 000 postes, ne sera pas atteint.
Le PG 66, comme les enseignants, n’est pas dupe de la manœuvre qui remet pas en cause les fondements de la politique d’austérité.

POLITIQUE : DÉVOILER L’IMPOSTURE DU FRONT NATIONAL

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du Front de Gauche
Le Parti de Gauche 66 se félicite que les masques tombent avec le scandale « Panama Papers ». La mise en cause de proches du Front National dévoile le double jeu de ce parti se disant anti-système alors qu’il est impliqué dans des procédures visant à détourner l’argent dans les paradis fiscaux et à frauder le fisc.
La justice doit pouvoir faire toute la lumière sur ces affaires troubles afin que les condamnations qui s’imposent puissent s’effectuer au nom de l’intérêt général.
Le Front National appartient bien à l’ancien monde vermoulu. Comme les grandes firmes transnationales (FTN), le FN cherche à contourner le fisc. En fidèle gardien de l’oligarchie dont il partage les pratiques, le FN est impliqué dans toutes les collusions entre pouvoir politique et monde financier.
Le PG 66 lance campagne d’action en collant des affiches sur tous les panneaux d’expression libre de la ville de Perpignan. Les deux slogans de ces affiches résument bien la situation : « Front National : l’imposture ! » et « Stop à l’arnaque ! ». En effet, dans ces conditions, la posture du FN « Tête haute mains propres » éclate au grand jour comme une imposture !
FN Imposture

POLITIQUE : L’ÉCOSOCIALISME POUR SORTIR DES IMPASSES IDÉOLOGIQUES AVEC LE PARTI DE GAUCHE !

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du Front de Gauche

Le Parti de Gauche organisait une réunion publique ce jeudi 14 avril 2016 à Saint-Estève pour présenter l’écosocialisme. Denis Arcas avait convié le co-secrétaire départemental du Parti de Gauche 66, Francis Daspe, pour en exposer les fondements. « L’approfondissement des crises multiformes qui frappent la France s’explique par de fausses solutions qui sont des impasses idéologiques. L’écosocialisme s’inscrit en faux contre ces impasses », expliquait en préalable Francis Daspe. Ces impasses idéologiques sont au nombre de trois : le capitalisme vert, l’environnementalisme, la social-démocratie.
Pour l’orateur, l’écologie n’est pas compatible avec le capitalisme qui favorise la recherche du profit maximal dans une logique de court-terme. « Le concept de capitalisme vert est un mensonge car il s’abstient de remettre en cause le système productiviste et les modes de consommation consuméristes pour se contenter de culpabiliser les individus ». L’écologie ne peut pas être coupée des classes populaires. Elle doit au contraire s’engager dans une critique radicale de l’économie mondialisée sur des bases libérales.
De la même manière, une conception environnementaliste de l’écologie conduit au risque de déconnecter les besoins sociaux des sociétés de la nécessité de préserver l’écosystème. « L’être humain est trop souvent considéré comme un corps étranger par les environnementalistes : ainsi se créent des oppositions artificielles ».
Dernière impasse, la croyance que les difficultés finiront pas se résoudre avec plus de croissance. « C’est le contresens social-démocrate qui oublie cette réalité tenace : nous ne vivons pas dans un monde infini. De plus, il ne s’attaque pas à l’accumulation de richesses déjà acquise et ne fait qu’une distribution de ces richesses à la marge ».
Denis Arcas concluait en montrant à quel point l’écosocialisme constitue une solution nouvelle et radicale à la crise globale qui nous touche. « C’est pour cela qu’il se situe au cœur du programme du Parti de Gauche et de la candidature pour les présidentielles de 2017 de Jean-Luc Mélenchon ». Denis Arcas présentait le groupe d’appui à la candidature de Jean-Luc Mélenchon qu’il anime dans le territoire, « Les Insoumis du Ribéral et de Saint-Estève ». (http://www.jlm2017.fr/lesinsoumisduriberaletsaintesteve66jlm2017/les_insoumis_du_riberal_et_de_saint_esteve_66 ) Et incitait tous ceux qui considèrent l’écosocialisme comme la solution aux blocages de rejoindre ce groupe d’appui pour contribuer à la dynamique d’ici le défilé de la France Insoumise qui aura lieu à Paris dimanche 5 juin prochain.
Ecosocialisme
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
juillet 2017
D L Ma Me J V S
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031