DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
LOGO IFA 2016 190 jpg
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
PUB JPA
JPA 2
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

juillet 2017
D L Ma Me J V S
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Claudine Fuentès

SOCIÉTÉ À CHACUN SON EVEREST !

Par Claudine FUENTES, Conseillère municipale et communautaire, Responsable FN du canton 8 Perpignan 3
Claudine Fuentès
Claudine Fuentès
Nous avons tous vibré lors de l’arrivée de Thomas Coville, puis d’Armel Le Cléac’h après un tour du monde en solitaire risqué, héros de temps modernes, ayant franchi le Cap Horn, dit « l’Everest maritime ». Exploit physique, psychique et sportif mis en lumière par les caméras du monde entier.
 Bravo Messieurs !
Pour autant, ce sont d’autres héros que j’ai envie de saluer et de mettre en lumière aujourd’hui. Des hommes et des femmes que j’ai pu rencontrer dernièrement, salariés ou bénévoles des refuges de la SPA, pour qui leur Everest à eux est de sauver, de protéger et de soigner des centaines d’animaux, chiens, chats, animaux de ferme, abandonnés, parfois maltraités.
Nettoyer les boxes, soigner, rééduquer, apporter de l’affection à des animaux traumatisés, sont autant de petits exploits au quotidien réalisés, loin des crépitements des flashes, des micros et des caméras, par des personnes bien souvent bénévoles qui n’hésitent pas à donner de leur temps et de leur énergie pour la cause et le bien-être animal, depuis des années parfois.
Que leur engagement et leur dévouement soient ici salués.
À d’éventuels détracteurs qui indiqueraient que la souffrance humaine existe aussi, je citerais Alphonse de Lamartine : « On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas ».
Il ne s’agit pas de s’occuper exclusivement des animaux, mais de s’occuper des animaux aussi.
Ourca de la Kamada
Ourca de la Kamada

POLITIQUE : « LE MONDE A CHANGÉ MESDAMES ET MESSIEURS LES COMMUNISTES ! »

Communiqué de Claudine FUENTES, Conseillère municipale et communautaire, Responsable FN du canton 8 Perpignan 3
Dans votre dernier communiqué publié en réaction à notre motion « Ma commune sans migrants » vous citez pour justifier la vague migratoire actuelle, Marie Curie, Picasso et Pablo Casals. Soyez en remerciés.
Claudine Fuentès
Claudine Fuentès
Ces personnages historiques sont trois beaux exemples d’intégration réussie comme les millions d’autres polonais et espagnols qui sont venus en France pour travailler dur tout en respectant les règles et les valeurs françaises. Leurs enfants et petits-enfants sont aujourd’hui totalement assimilés, ce sont de vrais patriotes viscéralement attachés à la France.
Mais vous et votre idéologie d’un autre âge, toujours englués dans vos références passéistes, vous vous engagez dans une vaste opération de manipulation et de culpabilisation des français en osant comparer l’immigration du début de 20ième siècle avec la vague migratoire d’aujourd’hui ! Et de citer les symboles intellectuels de l’immigration réussie que sont Marie Curie (née en 1867), Picasso (né en 1881), et Pablo Casals (né en 1876), certes intégration réussie, mais au 19ème siècle !
À cette époque, les enfants d’immigrés polonais et espagnols faisaient l’objet d’un suivi scolaire visant à s’assurer qu’ils assimilaient bien la langue française, c’était un temps où les minutes de silence et la Marseillaise n’étaient pas boycottées, un temps où le monde était prospère.
De nos jours, les symboles de l’immigration ont plutôt le visage de monstres décérébrés tels Abdelhamid Abaaoud (2015, tuerie du Bataclan, 130 morts, principalement des jeunes), Mohamed Laouaiej Bouhlel (2016, massacre de Nice, 85 morts dont de nombreux enfants, des centaines de blessés), Ayoub El Khazzani (2015, ouvre le feu à la Kalachnikov dans le Thalys…). Votre aveuglement, votre déni de la réalité socio-économique contemporaine sont très dangereux pour l’avenir de la France.
Enfin, quand on connaît le sort que les communistes ont réservé à l’élite polonaise au printemps 1940 dans la forêt de Katyn, j’aurais au moins la décence, à votre place, de ne pas utiliser l’image d’une brillante intellectuelle et scientifique polonaise pour justifier votre idéologie.

PERPIGNAN : « AU FRONT NATIONAL ON NE S’HABITUE PAS ! »

Communiqué de Claudine FUENTES, Conseillère municipale et communautaire, Responsable FN du canton 8 Perpignan 3 
Claudine Fuentès
Claudine Fuentès
Nous apprenons que mercredi vers 18h30, un SDF qui faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français, faisait au centre-ville de Perpignan, dans la période particulièrement sensible du déroulement du Festival VISA pour l’Image, l’apologie du terrorisme.
Inquiétante illustration de la mollesse et de la faiblesse dans la mise en oeuvre de l’arsenal répressif laissant place à un sentiment général d’impunité et laissant les mains libres aux terroristes. Mais il faut s’habituer nous a-t-on dit…
S’habituer à voir les délinquants ne pas être condamnés, s’habituer à voir les récidivistes récidiver, les « fichés S » aller faire librement le djihad puis revenir pour assassiner lâchement nos enfants, nos policiers, s’habituer à voir les délinquants sous contrôle judiciaire munis d’un bracelet électronique égorger un prêtre, s’habituer à vivre, un soir de feu d’artifice, une tuerie de masse perpétrée par un étranger titulaire d’un simple titre de séjour qui compte tenu de son passé aurait dû faire l’objet d’une mesure d’expulsion. 
Au Front National, on ne s’habitue pas, on ne s’accommode pas de cet état de fait qui met en danger la vie de nos enfants et de notre Nation. Il est temps de réagir et de se lever !

POLITIQUE : UN ÉTAT FORT N’EST PAS L’ENNEMI DES LIBERTÉS INDIVIDUELLES, IL EST L’ENNEMI DES TERRORISTES

Par Claudine FUENTES, conseillère communautaire et municipale FN

Les associations anti-racistes et les partis de gauche ont une nouvelle fois manifesté à Perpignan pour dénoncer « l’état d’urgence, les lois sécuritaires, l’état policier et l’édification de murs aux frontières », clamant qu’ils ne voulaient pas de cette société là.
Il faut se rendre à l’évidence, le faible nombre de participants à cette manifestation est révélateur du fait que les citoyens, eux, ne veulent pas d’une société où les terroristes se déplacent comme des poissons dans l’eau au sein d’une Europe passoire, les citoyens ne veulent pas d’une société où des barbares sanguinaires, qui au moment où ils perpétraient leurs crimes, auraient du se trouver derrière les barreaux, les citoyens ne veulent pas d’une société où des mosquées, clairement identifiées comme salafistes, ne sont pas fermées.
Au moment où la France a été touchée dans son cœur et dans sa chair, l’urgence est à la sécurisation maximale du territoire.
Les propositions du Front National induisent une rupture claire avec les politiques laxistes qui ont été menées jusqu’à présent, elles sont essentielles et légitimes pour assurer la sécurité de tous les citoyens en insistant particulièrement sur :
– Le rétablissement permanent des contrôles à nos frontières nationales
– Le réarmement humain, matériel et financier de nos forces de police et de gendarmerie, de la douane, de l’armée et des services de renseignement
– La fermeture immédiate des mosquées radicales identifiées par le Ministère de l’Intérieur.
Le Front National est pour un Etat fort garant de la liberté et de l’égalité de chacun !

CABESTANY : DROIT DE RÉPONSE AUX MEMBRES DU COLLECTIF DE RÉDACTION DU BLOG-CABESTANY La belle… rebelle ?

Par Claudine FUENTES, conseillère municipale et communautaire FN à Perpignan, ex-candidate aux départementales  sur le canton Perpignan/Cabestany.

Claudine Fuentès
Claudine Fuentès
Mesdames et Messieurs les membres du collectif de rédaction du Blog-Cabestany,
Dans une lettre que vous m’avez adressée le 11 mars 2016, vous évoquez deux points sur lesquels je souhaite exercer mon droit de réponse :
Tout d’abord, permettez-moi de vous remercier d’avoir reconnu qu’il vous semblait que j’étais une personne de « bon sens », le bon sens étant au cœur de la politique du Front National.
Au cours de la réunion publique organisée par le maire de Cabestany pour annoncer triomphalement, avant les résultats officiels, que 70 % des Cabestanyencs étaient favorables à une augmentation d’impôts, j’ai interpellé le maire en tant que simple habitante de Cabestany faisant partie des 30 % d’habitants qui n’étaient pas d’accord.
Ce dernier m’a répondu en faisant référence à mon mandat d’élue FN, égrainant alors les mesures appliquées dans les mairies gérées par le Front National. Pourquoi le contredire ? Oui, les maires FN ont eu le courage de ne  pas augmenter la fiscalité dans leur commune, Oui, les subventions à certaines  associations  communautaristes ont été supprimées. Dont acte.
De votre côté, aucun d’entre vous n’a pris la parole pour vous opposer à l’augmentation d’impôts annoncée, et sur ce point, vous m’avez déçue également.
Sur le deuxième point, puisque vous déclarez me connaître très peu, je vous invite à prendre connaissance de mes prises de position bien tranchées,  notamment sur les atteintes à la laïcité, sur l’islamisme radical, la nationalité française, le soutien aux agriculteurs, sur le fait religieux en milieu professionnel, sur l’abattage rituel, le matraquage fiscal et  sur le rétablissement des frontières.
Je suis fière de représenter un parti de résistance, un parti qui dit non à l’implosion de notre pays, un parti qui dit non au remplacement de nos valeurs par des valeurs qui ne sont pas les nôtres, un parti qui demande aux français de ne plus courber l’échine mais de relever la tête, un parti qui veut remettre la France à l’endroit !
Je  peux toutefois admettre que  pour les victimes de l’enfumage politico-médiatique visant à stigmatiser le Front National au point de le comparer à une organisation terroriste,  un élu du Front qui affirme haut et clair que le Front National n’est pas un parti racialiste mais le parti des patriotes où tous les français,  quelle que soit leur couleur de peau, quelle que soit leur religion  sont les bienvenus, est un élu qui déroute. Et vraisemblablement, je vous déroute.
Avec mes respectueuses salutations,
Claudine FUENTES.

CABESTANY : LETTRE OUVERTE À CLAUDINE FUENTES DU FRONT NATIONAL

En réponse à un article paru dans DirectSud.eu et intitulé « Coup dur pour la Démocratie » dans lequel il nous a semblé – peut être à tort – que l’on nous mettait en cause !
Madame,
Nous avons du respect pour vous. Comme nous avons du respect pour nos adversaires de tous bords, considérant qu’on ne peut pas appartenir à la Droite Républicaine, dans un état de droit, en ne respectant pas les valeurs de la démocratie auxquelles nous sommes tant attachés. Mais ce qui nous distingue de bien d’autres est que nous considérons que nous n’avons aucune couleuvre à avaler contre notre gré, et nous sommes mithridatisés contre les venins de toutes sortes.
Nous avons également un petit capital sympathie pour vous, car si nous vous connaissons bien peu, nous avons des amis communs qui nous disent que vous êtes, du moins dans la vie de tous les jours, une personne de bon sens.
Votre intervention, à une récente réunion municipale, nous laissait espérer un débat contradictoire, avec Monsieur Vila, plein de promesses. Vous avez préféré le laisser se lancer dans un monologue décousu et rétrograde que n’auraient pas renié Jacques Duclos, Maurice Thorez ou Georges Marchais. Cela nous a quelque peu déçu sur votre pugnacité. C’était votre choix. Et nous ne sommes pas des donneurs de leçons. Surtout qu’en d’autres lieux nous avions apprécié vos talents d’oratrice, à défaut de pouvoir acquiescer à une seule de vos idées que nous combattons farouchement.
D’ailleurs, certains d’entre nous se demandent si vous croyez sincèrement aux idées que vous semblez défendre, mais nous ne sommes pas là pour vous égratigner de façon gratuite. Quoique… !
Lorsque vous nous accusez, nous la Droite Républicaine, ni plus ni moins que de collusion avec les communistes qui dirigent de façon aussi exécrable Cabestany depuis tant d’années, cela nous attriste.
Mais il est vrai que c’est aussi parce que nous n’étions pas satisfait de la manière dont les gens se réclamant de la Droite s’opposaient de manière pas assez véhémente aux communistes, que nous sommes entrés dans la danse en 2008. Une appréciation toute subjective, certes. Nous sommes partis à la bataille sans beaucoup d’espoirs. En faisant parfois des erreurs. Mais avec une ardeur et une rage que vous ne paraissez pas mesurer. Quand on défend des idées on le fait jusqu’au bout sans se lamenter si on ne décroche pas à l’arrivée de beaux sièges confortables. Le dernier de nos soucis ! Nous ne renoncerons jamais.
A ce sujet, on ne vous a pas vu entrer en lice contre Monsieur Vila ou contre nous en 2008, ou en 2014. Vous avez préféré le confort politique perpignanais. A Cabestany, lors des municipales, c’est bien nous qui sommes allés au charbon et pas vous !
Vous nous direz que lors d’une triangulaire cantonale, vous nous avez devancés. Mais reconnaissez que jamais nous n’avons refusé l’obstacle, et que jamais nous n’avons considéré que la partie était trop inégale ou désespérée. Lorsque l’on croit en des idées, on va jusqu’au bout. La garde meurt mais ne se rend pas !
Soyez donc assurés d’une chose. Nous continuerons de nous opposer à toute la gauche, et aux communistes comme au FN avec la même ardeur dans les années à venir. Nous savons pouvoir compter sur Colette Appert qui est « inoxydable ».  Sur Patrick, sur Phil, sur Lydie, efficaces et talentueux pour défendre notre cause sans jamais faiblir. Sur ses autres co-listiers qui sont toujours à la manœuvre même si c’est long : six ans. Tant qu’il y a de la vie.  Les honneurs, les récompenses, voire les prébendes… plusieurs d’entre nous les ont déjà eues en d’autres temps et d’autre lieux. Aujourd’hui la seule chose qui nous importe est Cabestany et la défense de ses citoyens et plus rien d’autre n’a de valeur à nos yeux.
Nous n’avons aucune intention de prendre position dans la primaire à venir dans notre camp car notre combat ne se situe pas au niveau national. Le vainqueur de cette primaire quel qu’il soit, sera toutefois notre seul et unique champion pour la Présidentielle. Nous le soutiendrons de façon incontestable et sans réserves. Et en 2020, quels que soient nos soutiens politiques, dans l’éventualité où les temps à venir ne seraient pas un long fleuve tranquille –  même si ce n’est pas l’option que nous retenons – nous serons présents aux municipales, et nous défendrons nos idéaux de la Droite Républicaine à Cabestany. Et il faudra que, tous, vous comptiez avec nous. Il est parmi nous certains Gaullistes pour lesquels l’esprit de Bir Hakeim est éternel. Quand bien même nous serions seuls contre tous mais nous avons beaucoup de citoyens derrière nous et vis à vis desquels nous avons des devoirs et pas des droits. Mais, vous le savez bien, il n’y aura jamais de connivence politique entre nous, pas plus qu’il ne pourrait y en avoir avec les communistes.
Et si avec le FN, la Droite Républicaine fait souvent le même diagnostic, ce qui nous différencie est avant tout le choix de la potion à administrer au malade. Pour nous une potion est faite pour le soigner et pas pour l’achever.
Avec nos respectueuses salutations. 
Ecrit à chaud, sans brouillon, sans relecture, par le collectif de rédaction de Blog-Cabestany réuni en video-conférence, ce soir jeudi 10 mars.
Signé : POSTMASTER (le nom de notre collectif)
AVIS : les propos de la rédaction de Blog-Cabestany n’engagent aucunement nos conseillers municipaux.
Réponse de la Droite Républicaine de Cabestany à : http://www.directsud.eu/?p=27804

POLITIQUE UNE PEUR PEUT EN CACHER UNE AUTRE !

Par Claudine  FUENTES, conseillère municipale et communautaire Front National

Tandis que l’extrême gauche écolo-bobo, apeurée, effarouchée  par la prolongation de l’état d’urgence et par  le projet de déchéance de nationalité défile dans les rues de Perpignan pour dénoncer leur « dangerosité » (crainte de mettre le feu à certains quartiers peut-être ?), le Front National dénonce la dangerosité,  belle et bien réelle celle-ci,  des barbares djihadistes dont l’idéologie meurtrière a déjà emporté trop de nos compatriotes, proches, amis et collègues.
A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, avec l’état d’urgence, n’ayons pas peur de faciliter le travail des forces de l’ordre,  et pas celui des fanatiques.
N’ayons pas peur d’empêcher la diffusion de la pensée djihadiste, N’ayons pas peur  de déchoir de la nationalité  les binationaux condamnés pour actes terroristes  et manque de loyauté envers l’Etat français.
N’ayons pas peur d’élargir cette déchéance  aux binationaux coupables de crimes de sang ou impliqués dans des entreprises djihadistes avant attentats.
N’ayons pas peur de supprimer le droit du sol qui permet à m’importe quelle personne née en France de bénéficier automatiquement de la nationalité française. N’ayons pas peur de revendiquer haut et fort que la nationalité française se  mérite !

CABESTANY : SOUTIEN AUX GRÉVISTES

Communiqué Claudine FUENTES, élue FN de Perpignan et de PMM

« J’apporte mon total soutien aux facteurs grévistes de Cabestany en grève depuis maintenant plus d’un mois. Cette situation n’est que la conséquence néfaste du désengagement de l’Etat,  de la privatisation, qui a désorganisé et affaibli les services déconcentrés de l’Etat.
Suppressions de postes, fermetures de bureaux, augmentation des tarifs et retards dans l’acheminement des courriers  ne sont que les produits de cette privatisation à outrance pointée du doigt depuis toujours par le Front National.
Les Services Publics doivent être considérés comme un Trésor National qu’il convient de préserver par l’instauration d un Etat fort, présent sur tout le territoire national. Le démantèlement de ce Trésor National a pour conséquence de créer une inégalité entre les citoyens, surtout en zone rurale où le Service Public n’est plus assuré au nom de la rentabilité.
Le Front National défend un Etat fort, garant des Services Publics et de l’égalité de tous les citoyens devant ces Services Publics ».

POLITIQUE : LE SUICIDE NE DOIT PLUS ÊTRE UNE ALTERNATIVE À LA DÉTRESSE AGRICOLE !

Par Claudine FUENTES, conseillère municipale et communautaire FN.

600 agriculteurs, en particulier, les éleveurs bovins, se suicident chaque année dans la plus grande indifférence générale. En dix ans, ils ont subi une baisse vertigineuse de leurs revenus, de 20 à 50 %.
Etouffés par les charges sociales, en grande difficulté financière, certains éleveurs sont contraints de laisser partir, malgré eux, leur troupeau à l’abattoir et de mettre la clé sous la porte. Il ne leur reste plus alors que les yeux pour pleurer et la corde pour se pendre. Ceux qui osent témoigner évoquent le suicide comme la seule alternative à leur détresse.
Nos dirigeants ont pourtant pris le problème à bras le corps, ils ont réagi avec force, en mettant en place le « Plan national de lutte contre le suicide dans l’agriculture » qui, comme en matière de lutte contre le terrorisme, met en service un numéro d’appel payant cette fois-ci, mais non surtaxé, pour les agriculteurs en situation de détresse !
Ce plan de lutte prévoit aussi un décompte du nombre de suicides parmi les exploitants agricoles pour que « le fléau soit évalué officiellement depuis 2007″. Voilà les mesures concrètes qui ont été prises par nos dirigeants pour aider l’agriculture française. Une honte !
L’agriculture est pourtant un secteur stratégique vital pour notre indépendance nationale, et c’est pour cette raison que Louis Aliot a placé la ruralité au cœur de son programme pour les régionales. Les solutions existent, lui seul a la volonté politique de les mettre en œuvre, lui seul apportera de la reconnaissance financière et morale à nos agriculteurs.
J’exprime en son nom ma solidarité avec les éleveurs et les agriculteurs de la région.

POLITIQUE : DU FAIT RELIGIEUX EN MILIEU PROFESSIONNEL

Par Claudine FUENTES, conseillère municipale et communautaire FN

Depuis quelques années, les problèmes liés aux revendications religieuses en milieu professionnel explosent. Dans la Fonction Publique, la liberté de conscience (y compris religieuse), est limitée par l’obligation de neutralité particulièrement stricte qui s’impose à tout agent public.
Ce principe de neutralité ne s’impose malheureusement pas aux entreprises privées où  prime au contraire  la liberté de conviction religieuse, source de tensions entre collègues, laissant les managers bien seuls face à ce problème.
Bien souvent, pour protéger la paix sociale au sein de l’entreprise ou pour ne pas être accusés de discrimination, les cadres d’entreprise cèdent aux revendications religieuses qui prennent différentes formes :
– Demande d’aménagement d’horaires et de lieux de prière
– Port ostensible d’un signe religieux
– Refus de travailler avec  des collègues de sexe féminin
– Refus d’être placé sous l’autorité hiérarchique d’une femme
– Refus  de saluer une femme à la prise de service
– Tenue vestimentaire à caractère religieux
– Demande de priorité de congés pour fêtes religieuses
– Période de jeûne pendant le travail
– Refus d’exécuter certaines tâches
– Refus de participer aux repas de cohésion d’équipe ou d’affaires
Manifester ostensiblement son appartenance religieuse au travail n’est pas propice au « travailler ensemble ».
Dans ce domaine, le Front National considère qu’il convient d’aider les cadres d’entreprise par une extension du principe de neutralité, qui s’impose déjà dans la Fonction Publique, aux entreprises privées.
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
juillet 2017
D L Ma Me J V S
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031