DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
LOGO IFA 2016 190 jpg
Affiche A3-16-Semaine Bleue ok
PUB JPA
JPA 2
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

septembre 2017
D L Ma Me J V S
« août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Bernard Dupont

CANET PRUDENCE… LE GRAND ARGENTIER REDUIT LA VOILURE !

Au programme du dernier Conseil Municipal de l’année, un Budget Primitif sous haute surveillance

Bernard Dupont est un Maire souriant et détendu avant d'affronter la redoutable Nadine Pons du Front de gauche !

Bernard Dupont est un Maire souriant et détendu avant d’affronter la redoutée Nadine Pons du Front de gauche !

DES ECONOMIES A TOUS LES ETAGES
Comme un peu partout en France, au moins dans les communes responsables, à Canet le Budget Primitif 2015 (BP) est placé sous le régime, sinon de l’austérité du moins sous celui de la garde à vue… Tout est passé au crible, la moindre dépense jugée inutile, à tort ou à raison, est traquée comme un voleur de poules, tous les services municipaux sont concernés et ont reçu des consignes strictes du 1er Adjoint délégué aux finances Francis Clique, le bras armé du Maire Bernard Dupont. Même les cartes de vœux adressées aux forces vives sont impactées, fini le froufrou du passé et bienvenue en ex-Allemagne de l’Est… Terminée également la soirée offerte début janvier aux quelques 600 agents municipaux : 15.000 €uros d’économisés ! Terminée enfin celle offerte à la population, remplacée par des vœux aux forces vives avec quelques « cahouètes » en guise d’amuse pique-assiette. Simple sémantique ou opération de communication ? Peut-être mais pas bien grave, personne ne comprendrait en effet que les finances municipales soient jetées par les fenêtres alors que des efforts importants sont exigés à tous. Pourvu que cette vertueuse orientation mène à la réduction des ces trop nombreux, inutiles et coûteux feux d’artifice… 
DES RECETTES EN BERNE
La cause de ces restrictions budgétaires est plus cette réduction du train de vie de l’État qui diminue fortement la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) qu’une crise économique, hélas plus structurelle que conjoncturelle et donc durable, diminution qui a réussi à faire l’unanimité des élus locaux contre elle, même si certains pensent encore que les économies c’est pour les autres mais surtout pas pour la collectivité qu’ils dirigent… « Diminutions extrêmement significatives, l’État ayant choisi de faire des économies sur les dos des autres plutôt que sur lui-même en nous imposant des dépenses supplémentaires » (entre autres la réforme des rythmes scolaires ou les pénalités de la loi SRU…) commente Bernard Dupont. De fait, dès lors que ces économies conduisent ces dernières à geler, voire annuler des investissements prévus de longue date, cela s’appelle l’austérité. Il faut en effet  savoir que les investissements publics sont réalisés à 70% par les collectivités territoriales que les abaissements de recettes conduiront à réduire, avec de graves conséquences sur l’activité économique locale et donc l’emploi ! C’est le cas à Canet, avec pour seul exemple les importants travaux de Canet-Sud initialement prévus pour octobre 2014 reportés à octobre 2015, et plus probablement aux calendes grecques, la situation ne promettant pas de s’arranger à court terme ! On ne peut que donner raison à la gauche de la gauche qui combat cette austérité contre-productive. Les seuls à le dire ouvertement ! 
Le grand argentier Francis Clique a la charge de présenter un Budget 2015... en berne !

Le grand argentier Francis Clique a la charge de présenter un Budget 2015… en berne !

QUATRE ANNEES D’ECONOMIES DE GESTION
Un Budget Primitif conforme au Débat d’Orientation Budgétaire à l’€uro près, (Lire : UN BUDGET 2015 SOUS TRES HAUTE TENSION) mené lors du dernier Conseil du 1er décembre. Un budget construit, faut-il le rappeler, sans augmentation des taux communaux des impôts locaux depuis 25 ans, malgré une moindre progression des recettes de la ville (un manque à gagner de près d’1M€), nécessitant selon Francis Clique « une très grande vigilance de l’évolution des dépenses de fonctionnement (+0,7% contre 3% ces 10 dernières années) sans diminuer le niveau de qualité du service public municipal ». Avec précise-t-il la poursuite de la politique de solidarité envers les aînés par une augmentation de l’aide octroyée en 2013 au CCAS. Sans oublier les aides au milieu associatif, tant au plan logistique que sur celui des subventions qui leurs sont versées.
Un budget de 25 854 843 M€ contre 25 724 510 M€, avec un bon niveau d’autofinancement et de ressources propres (2,77 M€), permettant un investissement d’équipement de 3.477.190 M€ et un recours très limité à l’emprunt (700.000 €), inférieur à celui de l’exercice antérieur (annuité de remboursement de la dette de 1 520 000 €). A signaler une économie de dépenses de fonctionnement de 170.000 €uros, d’autant plus remarquable que cela fait quatre années consécutives que la Municipalité réalise de telles économies de gestion.
La dette s’établit au 1er janvier 2015 à 15.700.000 M€, avec un prévisionnel au 31 décembre 2015 à 14.889.996 M€. Malgré les vents contraires, la commune continue donc à se désendetter. A noter que le ratio de la dette comparé aux recettes de fonctionnement s’établit à 8%, 33% étant le seuil de surendettement d’un ménage lambda. La ville de Canet en est donc très loin et c’est un réel motif de satisfaction pour le grand argentier ! 
Les Conseils Municipaux canétois font toujours recette !

Les Conseils Municipaux canétois font toujours recette !

LE FRONT NATIONAL C’EST « OUI », LE FRONT DE GAUCHE C’EST « NON »
La majorité vote évidemment « pour » ce budget, ainsi d’ailleurs que « l’opposition » FN / RBM représentée par Dominique Gazeau en l’absence de J.Pierre Cevaer-Visonneau, ce qui est plus surprenant, la règle dans ce cas aurait plutôt été de s’abstenir. Faut-il que ce BP soit bon et incontestable à leurs yeux… ou que les troupes ne soient guère disciplinées !
Le Front de gauche vote sans surprise « contre », même si Nadine Pons qui le représente peine à argumenter pour le combattre. Il n’y a pas consensus de toute l’opposition tient-elle à préciser, contrairement dit-elle à ce qu’avait conclu la correspondante de « l’Indépendant » au terme du DOB de début décembre. Dans les vœux de la leader communiste clairement exprimés, il y a un centre culturel qui comprenne une médiathèque et un cinéma, pour cette ville qui est la 2ème ville du département et qui va vers les 18.000 habitants, objectif d’ailleurs que se fixe Bernard Dupont à brève échéance. « Enfin » doit penser Margueritte Arenas qui a fait naufrage politique au début de la mandature et qui sèche à présent tous les conseils ! C’est son cheval de bataille depuis le sièce dernier… Le désaccord avec la gauche porte sur le fait que le Maire attend que cette compétence soit transférée à l’Agglo. PMCA, alors que l’opposante souhaiterait que la Ville soit seule porteuse de ce projet.
Autre demande de Nadine Pons, la construction d’un centre aéré qui s’impose selon elle, ainsi que celle d’une nouvelle crèche. 
UN SERIEUX DE GESTION RECONNU PAR NADINE PONS
Malgré tout et c’est Nadine Pons qui l’affirme : « On a bien compris le sérieux apporté à la gestion comptable et administrative. Mais on votera contre ce budget ». Une logique qui en vaut une autre… « Quand je vous écoute, je comprends ce qui nous sépare politiquement » répond Bernard Dupont. « Vous voulez tout faire faire par la collectivité et l’État, et nous on veut faire faire par la collectivité ce qu’est incapable de faire l’entreprise. C’est la différence qu’il y a entre une gestion collective et une gestion libérale. Vos propositions représentent 50 M€, c’est simple, vous avez vu les masses budgétaires, ça consiste à augmenter les impôts de 50%, pas d’autre choix possible, c’est le résultat mathématique de votre proposition ! 
A trois jours de Noël... la Divine Enfant dans la crèche ?

A trois jours de Noël… la Divine Enfant est déjà dans la crèche ?

BERNARD DUPONT REJOINT JEAN VILA (PC)
Quant à la mutualisation des services dont bon nombre est désormais de la compétence de l’AGGLO. PMCA et que Nadine Pons pointe du doigt, « cela coûte toujours plus cher » dit-elle, ce qui est hélas parfaitement exact, Bernard Dupont est plus nuancé. « Nous n’avons pas de position doctrinaire par rapport à ça. Nous estimons que la mutualisation est utile lorsqu’elle apporte un « plus ». Ca veut dire qu’il faut qu’elle amène à des économies d’échelle et croyez-moi vos représentants à la Communauté d’Agglomération y sont particulièrement attentifs. C’est un sujet sur lequel j’ai souvent rejoint Jean Vila (Maire communiste de Cabestany – NDR), je ne suis pas partisan du désossement des communes au profit des établissements publics ». Ce sont les caciques de l’UMP qui vont blêmir… Même s’ils connaissent déjà la position à ce sujet du Vice-Président délégué aux finances de PMCA Bernard Dupont, de là à le dire publiquement il faut un certain courage politique… « J’estime que la croissance des établissements publics, ça n’est ni plus ni moins que ce que l’on constate dans l’économie, l’accumulation du capital, ne doit pas être prise en compte systématiquement ». Bigre ! « On doit le faire quand c’est utile. Il faut être extrêmement vigilants, car ces organisations qui prennent du volume les éloignent du citoyens. Il faut être attentifs à maintenir une Démocratie de proximité. La Communauté d’Agglomération, c’est 36 communes et 260.000 habitants avec un budget de 500 M€, ça donne une puissance financière différente que notre budget à 25 M€, donc c’est un atout à mettre en œuvre sans s’éloigner de nos communes de base ». Sauf qu’à très court terme, les communes vont de facto disparaître pour s’effacer derrière ces mastodontes et transformer les maires des communes en 1er adjoints, la transformation prochaine de PMCA en communauté urbaine en sera une étape significative. 
LES DSP POINTEES DU DOIGT PAR NADINE PONS
Dernier point défendu par Nadine Pons, l’abandon systématique de la « Délégation de Service Public » (c’est le privé qui gère) au profit de la « Régie » (c’est la collectivité qui gère), Bernard Dupont considère cette position comme doctrinale. « Nous avons une pratique pragmatique. Dans certains cas la DSP est utile et dans d’autres cas c’est la Régie qui est utile. Un exemple, j’ai transformé le service des espaces verts en Régie. On avait des marchés passés avec des entreprises de Narbonne et que la création d’emplois profitait à Narbonne plutôt qu’à Canet. Il y avait une raison forte de passer en Régie et on a créé 20 emplois. J’ai démontré que j’étais un pragmatique ! Il y a une appréciation en fonction de la réalité du terrain ». A l’inverse, la collecte des ordures ménagères est confiée au privé pour ne pas « se mettre à la botte des organisations du personnel. Imaginez une grève en juillet, qu’est-ce qu’on fait ? On ne peut pas faire venir l’armée, il va falloir qu’on se débrouille. Si elle a une grève, elle fait appel à une main-d’œuvre momentanée ». Evidemment, l’idée de « casser une grève » ne passe pas avec Nadine Pons qui ne voit seulement que la situation des salariés tandis que le maire voit aussi le confort des habitants… Des propos cyniques de Bernard Dupont selon elle.
Conflit doctrinaire entre un maire pragmato-libéral et une opposante collectiviste !

CANET : « Il y a des gens qui ne sont pas raisonnables, on croit rêver quand on voit ça ! »

Bilan sur les conséquences des intempéries des 26-27-28 novembre 2014 à Canet

Dernier conseil Municipal, le Maire Bernard Dupont ne pouvait manquer de revenir sur les récentes intempéries qui ont gravement affecté le Département, avec des conséquences plutôt limitées à Canet, en raison il faut bien le dire, des efforts de mise hors d’eau d’une partie du territoire faits par la Municipalité sous la conduite à la fois de feue Arlette Franco et de l’actuelle Maire de la station. Un bon point pour eux, puisque ces efforts ont protégé la population qui n’ont pas eu à subir les effets de potentielles catastrophiques inondations.
_LM_1308« Nous avons été face à un événement météorologique comme on n’en avait pas connu depuis un certain temps » et de se féliciter de la mobilisation des services municipaux, de la Gendarmerie et des pompiers pour le travail accompli « on s’en sort pas trop mal, ce qui montre que notre degré d’équipement est assez élevé ».
Une occasion également pour le maire de se féliciter du bon fonctionnement du plan de sauvegarde communal, « on n’est pas allés jusqu’aux ultimes dispositions de protection de la Têt, grâce aussi des barrages en amont, celui de Vinca avec 25 Millions de M3 stockés et celui de Caramany avec 28 Millions de M3.
Avec toutefois un  gros bémol qu’est l’indiscipline de certains qui ont failli coûter la vie à une jeune fille de 20 ans qui a bravé l’interdiction d’accès à la digue du port et retrouvée projetée par un paquet de mer, s’est blessée sur rochers puis est tombée dans le port inconsciente. Une chance inouïe que quelqu’un ait plongé, bilan un traumatisme rachidien ! « Un événement que je redoute depuis longtemps » commente Bernard Dupont. « J’ai même dû faire intervenir la Police Municipale qui a dû verbaliser un monsieur qui n’a pas voulu obtempérer, verbaliser quelqu’un parce qu’il est en danger, on croit rêver quand on voit ça ! La jetée est fermée avec une grille et une pancarte, bien-sûr on peut la contourner et il y a des gens qui ne sont pas raisonnables « !

LIRE EGALEMENT

UN BUDGET 2015 SOUS TRES HAUTE TENSION
– UN ORGASME PENDANT LE CONSEIL MUNICIPAL !
– CONSEIL MUNICIPAL OU SPECTACLE DE CABARET ?

DSC02933

« Ce ne sera pas une opposition de connivence mais une opposition pragmatique et réaliste. Je ne suis pas socialiste, je ne suis pas sectaire »

DSC01572Brève conférence de presse vendredi une heure avant l’installation du Conseil Municipal de Louis ALIOT, tête de liste malheureuse aux dernières Municipales de Perpignan. Enfin, pas aussi malheureuse que cela puisque le leader FN /RBM a bien failli détrôner le Maire UMP sortant J.Marc PUJOL (55,11 % et 43 sièges contre 44,89 % et 12 sièges) qui n’a semble-t-il dû son salut qu’à un vote massif des français d’origine maghrébine avec qui le Maire de Perpignan entretient les meilleures relations du monde, dans une ville qu’il veut pacifiée entre les différentes communautés.

« Je présenterai ma candidature pour la forme au poste de Maire pour défendre l’opposition, puisque nous représenterons seuls l’opposition de Perpignan, que nous en avons conscience » déclare Louis Aliot en  préambule. « Ce ne sera pas une opposition de connivence, mais une opposition pragmatique et réaliste qui se déterminera en fonction des intérêts de Perpignan et de ses habitants, et non pas en fonction de considérations purement politiciennes, comme malheureusement j’ai l’impression que nos concurrents sont en train de vouloir régler leur majorité en face » ajoute-t-il.

Et pourquoi pas Dominique SCHEMLA ?
Et de s’en prendre à ce qui restera l’événement majeur de la semaine, à savoir la candidature de J.Marc PUJOL à la Présidence de l’Agglo. PMC en remplacement de J.Paul ALDUY, dont la retraite sera effective le 14 avril, à la grande fureur de ce dernier qui considère que ce premier reniement est le signe d’un mandat qui commence mal. De fait, même si le Maire de Perpignan n’a jamais dit qu’il n’accepterait pas cette présidence si on la lui proposait mais qu’il ne la « briguerait pas », il y a là une subtile nuance sémantique qui avait échappé à la plupart des observateurs politiques, pour ne pas dire à tous et qui passe mal chez  les électeurs. Selon le maire et pour se défendre de l’accusation, il n’y a pas là cumul de mandats puisque la Présidence n’est pas selon lui un « mandat ». Même s’il s’agit bel et bien d’un mandat voté par les grands électeurs qui représentent le peuple qui les ont élus, il y a bien là cumul de fonctions, avec le risque de ne pas consacrer tout le temps voulu à la fois à la Ville de Perpignan et à l’Agglo. PMCA. Il y avait pourtant bien d’autres candidats acceptables par l’UMP, qui a finalement décidé seul en conclave, mais sans fumée, enfermé dans un bureau de l’Agglo. dans une forme de déni de la démocratie directe et en excluant l’UDI. Bernard Dupont, Romain Grau ou François Calvet sont des noms qui revenaient le plus sur les lèvres des observateurs ou des maires des communes adhérentes : trop administratif et pas assez politique pour l’un, trop à gauche ou trop politique pour les deux autres, aucun des trois ne faisaient l’unanimité. 

Reste un outsider : Dominique Schemla qui n’est rien de tout ça et qui pourrait et saurait sans doute rassembler autour de lui, avec en prime une fibre écologique marquée indispensable pour arbitrer les grandes orientations du territoire.

Le FN au secours de J.Paul ALDUY et haro sur Alain FERRAND
Pour Louis Aliot, « Je pense, comme J.Paul Alduy, que c’est une mandature qui commence très mal, puisqu’ayant fait toute sa campagne sur le non cumul, la fonction unique de maire, toute l’attention qu’un maire devait donner à sa commune, qu’il laisserait l’Agglo. à d’autres, ça a été son premier reniement de campagne et ce ne sera pas le dernier. Je ne parlerai pas de la charte ANTICOR parce que nous n’en sommes pas là, on verra bien si Monsieur Alain Ferrand sera Vice-Président de l’Agglomération, c’est un peu prématuré, d’ici le 14 avril il peut se passer beaucoup de choses. J’ajoute que dans cette charte ANTICOR, je crois qu’il y a aussi de donner la Présidence de la commission des finances à l’opposition… Je doute, même si je le souhaite, que le Maire de Perpignan donne cette présidence à notre ami le Professeur Bruno LEMAIRE… Très honnêtement, on se tient loin de ces débats qui sont entre l’UMP et l’UDI, manifestement ici on a un gouvernement totalement UMP qui est en train d’assécher le petit ruisseau UDI pour tenter de s’en approprier les bénéfices.

Nous avons 17000 voix sur Perpignan, le maire 21000 mais il y a eu 3800 blancs et nuls ce qui veut dire que la ville est coupée en deux, presqu’à l’équilibre, ce qui montre la fragilité du système politique à Perpignan, donc il faut être raisonnables et prudents, c’est en tout cas le message que j’ai adressé à mes colistiers, nous serons sans concession mais l’opposition ne sera pas fanatique. Je ne suis pas socialiste, je ne suis pas sectaire à priori et je veux voir dans les dossiers ce qu’il y a, ce qui est bon pour Perpignan, c’est la ligne générale que nous nous sommes fixée.

Pour l’Agglo., je suis inquiet. Parce quoi qu’on puisse reprocher à J.Paul Alduy, il était allé pêcher des maires en fonction d’un équilibre entre les communes, s’il y avait 41 vice-présidences, c’était aussi pour maintenir l’équilibre entre différentes sensibilités. Là, avec l’élection au suffrage universel direct, ça repolitise complètement l’Agglomération et c’est un mini Conseil Régional et ça va se faire par affinités politiques ».

COUVUne alliance avec la droite ? « Je suis prêt à une alliance technique. S’il s’agit de faire venir des entreprises ou de faire des routes, les routes elles ne sont pas de droite ou de gauche, ce sont des routes et on peut trouver des terrains d’entente. Nous, on y est prêts, mais je n’ai pas l’impression que le Maire de Perpignan soit farouchement favorable à ça. Il est un peu prisonnier de son entourage technique qui prend un peu trop d’importance part rapport à l’expression politique des citoyens de Perpignan. Rappelons que ce sont les élus qui ont la responsabilité du suffrage et pas les équipes techniques autour d’un Maire !

LE FN REMET L’ECHARPE DE MAIRE A J.MARC PUJOL

Election du Maire de Perpignan et de ses Adjoints

C'est Anne-Marie RAPPELIN, élue FN / RBM qui préside à l'ouverture de ce 1er Conseil Municipal, celui de l'installation. Comme un clin d'oeil...

C’est Anne-Marie RAPPELIN, élue FN / RBM qui préside à l’ouverture de ce 1er Conseil Municipal, celui de l’installation. Comme un clin d’oeil…

L’aboutissement d’une longue histoire d’amitié ? Un ralliement soudain de l’une vers l’autre ? L’impossible réconciliation, comme ça en public ? Que nenni… tout juste la stricte application du code des collectivités territoriales qui prévoit que ce soit la doyenne ou le doyen du Conseil élu qui soit en charge de procéder à l’élection du Maire et lui remette son écharpe, responsabilité confiée samedi dernier à Anne-Marie RAPPELIN, 9ème de liste FN / RBM et qui faisait sa 1ère entrée à la Loge. Pas de bises ni d’effusion de joie de la part de l’une ou de l’autre, faut pas pousser, et c’est bien J.Marc PUJOL qui se passera l’écharpe lui-même. Certainement pas facile à vivre pour l’une comme pour l’autre mais ils devront cohabiter pendant six ans… Au mieux ?

Un Conseil ouvert par deux brèves déclarations des têtes de listes :

Le leader RBM Louis Aliot prend la parole en premier, parole qui lui a été donnée par la Présidente de séance.

Le leader RBM Louis Aliot prend la parole en premier, parole qui lui a été donnée par la Présidente de séance.

Louis Aliot qui présentait sa candidature, qualifiée de témoignage : « Fidèle à nos engagements et aux électeurs qui se sont portés sur notre liste, en espérant que Perpignan continuera à sauvegarder un certain nombre de valeurs traditionnelles, fondatrices de notre civilisation et à défendre un idéal républicain fait d’unité et de laïcité. Je souhaite bonne chance à la mairie de  Perpignan et aux perpignanais bon courage en leur disant que nous mènerons un combat de défense des intérêts des perpignanais au plus près de leurs préoccupations dans le respect de tous et le respect du suffrage universel, c’est en tout cas la ligne que je me suis fixée et c’est la ligne que respecteront à la lettre mes colistiers au sein de cette assemblée ». Sobre et court avec, on le voit, la ferme intention de renforcer l’image démocratique d’un FN pastellisé de RBM, longtemps diabolisé.

Sans surprise et grâce à ce Front dit "républicain", J.Marc PUJOL est élu avec 43 voix contre 12 pour Louis Aliot. Contrairement à Canet, il ne manque pas une voix au candidat RBM...

Sans surprise et grâce à ce Front dit « républicain », J.Marc PUJOL est élu avec 43 voix contre 12 pour Louis Aliot. Contrairement à Canet, il ne manque pas une voix au candidat RBM…

Quant à J.Marc Pujol« Je serai le maire de tous les perpignanais. Merci à mon équipe, c’est grâce à leur implication, leur abnégation, leur travail, les milliers de portes ouvertes, les refus, les agressivités que nous sommes là. Ils ont fait preuve de dignité, de courage et ils seront un exemple pour leur ville. Merci aux perpignanais qui nous ont conduit sur le chemin de la victoire, en nous faisant part de leurs difficultés, de leurs craintes, de leurs espoirs. Ils ont tracé le chemin de l’avenir qui passe par une ville pour tous. Une ville où il faut se parler, se comprendre plutôt que de se replier sur soi. Nous avons la chance de vivre dans un beau pays la France, dans une belle ville, Perpignan, sachant les aimer comme nos prédécesseurs l’ont fait avant nous, et pour beaucoup faisant sacrifice de leurs jeunes vies. Le temps du débat municipal est clos, les perpignanais ont tranché. Il faut trouver en nous les ressources pour combattre le déclin et nous réunir, pour inscrire Perpignan dans la modernité d’une ville fière et conquérante ».

Ma plus belle histoire d'amour c'est vous ? Anne-Marie RAPPELIN tente de passer l'écharpe de Maire à J.Marc PUJOL. Que nenni, il le fera lui-même et ne serre la main de son adversaire que du bout des doigts...

Ma plus belle histoire d’amour c’est vous ? Anne-Marie RAPPELIN tente de passer l’écharpe de Maire à J.Marc PUJOL. Que nenni, il le fera lui-même et ne serre la main de son adversaire que du bout des doigts…

LES ADJOINTS ELUS :
Romain GRAU, Chantal BRUZI, Pierre PARRAT, Nathalie BEAUFILS, Olivier AMIEL, Fatima DAHINE, Michel PINELL, Danièle PAGES, Richard PULY-BELLI, Isabelle DE NOELL-MARCHESAN, Mohamed IAOUADAN, Chantal GOMBERT, Alain GEBHART, Suzy SIMONNICAISE, Pierre-Olivier BARBE, Joëlle ANGLADE, Stéphane RUEL, Caroline FERRIERE-SIRERE, Brice LAFONTAINE, Christine GAVALDA-MOULENAT, tous élus Conseillers Communautaires à l’Agglo. PMCA.

LES ADJOINTS DE QUARTIERS :
NORD : Richard PULY-BELLI SUD : Isabelle DE NOELL-MARCHESAN – OUEST : Chantal GOMBERT – EST : Joëlle ANGLADE CENTRE : Caroline FERRIERE-SIRERE

Le Maire de Canet et son 1er Adjoint, Bernard DUPONT et Francois CLIQUE, ont tenu à assister à l'élection de celui qu'ils appellent leur ami.

Le Maire de Canet et son 1er Adjoint, Bernard DUPONT et Francis CLIQUE, ont tenu à assister à l’élection de celui qu’ils appellent leur ami.

LES CONSEILERS D’OPPOSITION (FN / RBM) :
Louis ALIOT, Clotilde FONT-GAVALDA, Bruno LEMAIRE, Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK, Xavier BAUDRY, Catherine PUJOL, Mohamed BELLEBOU, Claudine MIZERA-FUENTES, Jean-Claude PINGET, Anne-Marie RAPPELIN, Alexandre BOLO, Bénédicte MARCHAND, les huit premiers étant également élus Conseillers Communautaires à l’Agglo. PMCA.

Jaume ROURE qui ne se représentait pas passe la main à Brice LAFONTAINE pour représenter Unitat Catalana.

Jaume ROURE qui ne se représentait pas passe la main à Brice LAFONTAINE pour représenter Unitat Catalana.

A noter l’absence très remarquée de J.Paul ALDUY à cette séance d’installation du nouveau Conseil Municipal et dont la place avait pourtant été réservée au premier rang du public. En cause la candidature de J.Marc PUJOL à la présidence de l’Agglo., un premier reniement du Maire pour J.Paul Alduy qui considère que, tant la ville de Perpignan que la communauté d’agglomération, valent mieux qu’un mi-temps passé de chaque côté.

J.Paul Alduy oublie toutefois un peu vite qu’il fut lui-même pendant de nombreuses années le Maire de Perpignan, le Président de l’Agglo., mais aussi… Sénateur à près de 1000 km… Comprenne qui pourra !

La photo de famille : les Adjoints autour du Maire dans le patio de la loge.

La photo de famille : les Adjoints autour du Maire dans le patio de la loge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Perpignan : dernier meeting avant le 1er tour de Jean-Marc PUJOL

« Dans une élection à fort enjeu, il faut être capable d’assumer et d’affronter. On peut mener le combat jusqu’au bout pour aller à la victoire »

VignetteLa salle n’était certes pas pleine vendredi soir pour le dernier meeting animé par J.Marc Pujol, mais c’est tout de même un peu plus de 1500 sympathisants revendiqués par les organisateurs qui ont accueilli le Maire sortant, avec des applaudissements plus que nourris. François Calvet, le Sénateur-Maire du Soler, a fait le déplacement ainsi que J.Paul Alduy qui doit quitter son fauteuil de Président PMCA dans une petite quinzaine de jours. Mais pas seulement, Daniel Mach, Gilles Foxonet, Thierry Del Poso, Robert Vila, Jean Castex et Bernard Dupont, respectivement maires de Pollestres, Baixas, St Cyprien, St Estève, Prades et Canet sont au premier rang pour soutenir le candidat de la 1ère ville du département, cette « Ville-Centre » dont les voix pèseront lourdement dans l’élection du tout nouveau Président de l’Agglo. juste après le second tour. Sans oublier François Lietta, le Président des jeunes Pops UMP66, lui-même candidat sur la liste de Fernand Siré à St Laurent.

Parmi les Maires présents, au 1er rang Thierry Del POso, Daniel Mach, François Calvet, Bernard Dupont et Robert Vila

Parmi les Maires présents, au 1er rang Thierry Del POso, Daniel Mach, François Calvet, Bernard Dupont et Robert Vila

Un enjeu de taille pour les 36 communes satellisées, d’autant que, proportionnelle oblige, la configuration politique de l’Agglo. sera bien différente de ce qu’elle est actuellement, avec l’entrée plus que probable du Front National, du Front de gauche et de quelques opposants historiques et hargneux, telle Clotilde Ripoull, pasionaria locale dont on ne sait plus trop quelle est la ligne politique, mais qui a surtout fait de la lutte contre J.Paul Alduy et tous ceux qui l’approchent de près le combat de sa vie. Avec en sus pour l’Agglo. la réduction du quantum de ses Vice-Présidents qui passent de 42 à 36.

Le Président de l'Agglo. J.Paul Alduy et Bernard Dupont le Maire de Canet et 1er Vice-Président de l'Agglo.

Le Président de l’Agglo. J.Paul Alduy et Bernard Dupont le Maire de Canet et 1er Vice-Président de l’Agglo.

Un discours de J.Marc Pujol calme et posé mais également incisif et argumenté, avec plusieurs salves assassines contre les socialistes qui, selon lui, « mènent la France à la ruine« , mais aussi et surtout contre le Font National et son leader Louis Aliot, qui reste le véritable challenger de cette élection. Le Maire sortant a bien évalué le risque et a vidé son chargeur contre les leaders FN locaux ou nationaux, mais également, comme pour étayer l’argument, contre tous ceux qui ont par le passé géré les villes du Sud-Est, « tous condamnés et même pour l’un d’eux assassiné » selon lui.

Environ 800 sympathisants se sont déplacés pour assister au dernier meeting d'avant 1er tour de J.Marc Pujol

Environ 800 sympathisants se sont déplacés pour assister au dernier meeting d’avant 1er tour de J.Marc Pujol

L’insécurité à Perpignan ? Il n’y en a pas. Tout juste « quelques incivilités, Perpignan n’est ni Marseille ni Toulouse ni Grenoble où il y a des morts tous les jours » affirme le candidat.

Perpignan c’est surtout pour J.Marc Pujol une ville pleine d’avenir qui continue à croître en terme démographique et qui est surtout tournée vers les 7 millions de sud catalans et de sa capitale Barcelone appelée « Ville-Monde ». « Perpignan est la seule ville française à être située à une heure du monde entier », grâce rappelle-t-il à l’aéroport international de Barcelone.

Une entrée d'artiste pour J.Marc Pujol avec caresses aux enfants

Une entrée d’artiste pour J.Marc Pujol avec caresses aux enfants

Et puis de faire l’éloge de ce « Centre du monde », que le Maire de Cabestany Jean Vila appelle « tendrement » « La fin du Monde » et à cette gare TGV à laquelle personne ne croyait et qui relie désormais Perpignan à Barcelone en moins d’une heure. « Avant, qui allait à Barcelone en train ? Il ne doit pas y en avoir beaucoup, avec un arrêt d’une heure à Cerbère, sans doute pour admirer la mer. Avec J.Paul, nous pensions que ce serait les perpignanais qui iraient à Barcelone. Nous avons les chiffres, c’est l’inverse, ce sont les Catalans du sud qui viennent à Perpignan. Nous avons cru à cette zone de commerces et ses 2000 parkings. Certes, les commerces sont en difficulté mais ça ne nous a rien coûté, ne VOUS a rien coûté sur VOS impôts » insiste-t-il. « Nous avons fait le choix du partenariat avec un investisseur espagnol et ce sont eux qui ont pris les risques. En France, quand on fait quelque-chose, au début tout le monde est contre. Regardez le 4ème pont, qui voudrait s’en passer ? Partout dans le monde quand on construit un pont les gens sont contents, pas en France ! ».

Acolade avec Romain Grau, le futatif futur Président de l'Agglo. PMCA

Acolade avec Romain Grau, le futatif futur Président de l’Agglo. PMCA

Quant à la passerelle qui va bientôt enjamber la têt et dont la « 1ère pierre » a été posée tout récemment, elle aussi très décriée. Elle est jugée par le Maire comme « le symbole du lien social entre le nord et le sud de la Ville. Ca ne coûte pas plus cher qu’une piscine et quand elle est terminée il n’y a plus de frais » défend J.Marc Pujol.

Des maisons qui s’effondrent ? Une récemment « mais la Ville avait pris un arrêté de péril et il n’y avait personne dedans. On ne voit que ce qui va mal, jamais ce qui va bien. Regardez « Vernet Salanque » réhabilité, la maison pour tous est pleine et le stade est neuf ».

Un discours posé sur la forme mais bien loin d'être creux sur le fond

Un discours posé sur la forme mais bien loin d’être creux sur le fond

Selon J.Marc Pujol « Perpignan est une ville magnifique, avec des joyaux architecturaux » et dans 30 ans on rendra hommage à ceux qui l’ont dynamisée.

Un discours qui s’achève sur une Marseillaise mais surtout en haranguant la foule « Non au Front National, ne votez pas Front National ! »

A l’évidence, l’adversaire est pris très au sérieux, de quoi mettre du baume au cœur de Louis Aliot qui a désormais beaucoup d’importance sur la ville…

Une partie de l'équipe...

Une partie de l’équipe…

...l'autre partie de l'équipe, avec au fond à droite Maxime Martinaggi, très élégant ce soir et qui représente les jeunes Pops UMP66

…l’autre partie de l’équipe, avec au fond à droite Maxime Martinaggi, très élégant ce soir et qui représente les jeunes Pops UMP66

Comme à chaue fin de match, une Marseillaise !

Comme à chaue fin de match, une Marseillaise !

COUV

 

 

 

CANET : la der des der

Bilan de fin de mandat

Bernard Dupont Préside son dernier Conseil Municipal avec à ses côtés Francis Clique, son 1er Adjoint

Bernard Dupont Préside son dernier Conseil Municipal avec à ses côtés Francis Clique, son 1er Adjoint

Par la volonté du maître des lieux Bernard Dupont, c’est le 20 décembre que  s’est tenu le dernier Conseil Municipal avant les élections Municipales de mars prochain. « Nous ne souhaitons pas que le Conseil Municipal qui, certes, est un organisme politique soit une tribune politicienne »  précise le Maire en ouvrant la séance. L’occasion également pour ce dernier de faire un « rapide petit bilan » de son mandat, débuté en mai 2010 après le décès dArlette Franco : « Nous avons tenu 27 séances du Conseil Municipal depuis 2010, je tiens à remercier l’équipe municipale pour le travail accompli, pour sa cohésion qui était quelque-chose d’essentiel, y compris la minorité pour l’ouverture d’esprit dont elle a fait preuve dans la gouvernance de cette ville. Vous avez su mes chers collègues privilégier l’intérêt général sur les querelles politiciennes et je crois que cela mérite d’être souligné. Ca se traduit dans les chiffres : nous avons adopté 474 délibérations, 364 ont été adoptées à l’unanimité soit 77%. On voit l’effet de rassemblement quand on replace ces chiffres dans la progression du mandat : l’unanimité était présente à 58% en 2010, elle est passée à 63% en 2011, à 88% en 2012 et à 97% en 2013. Ce qui montre bien l’effet de rassemblement et la mobilisation de tous, autour de ce qui est l’essentiel pour nous, le service public et l’intérêt général ». Des remerciements également adressés aux fonctionnaires placés sous la houlette du Directeur Général des Services Paul Reiner, « une équipe de direction toujours présente à nos côtés, dévouée, qui a connu des tempêtes sur des chantiers comme Canet-Sud, les Voiles Rouges, difficiles en matière de délais puisqu’on s’était fixé des objectifs tenus grâce au dévouement  de chacun. On dit souvent que les fonctionnaires ne sont pas très mobilisés, pour ma part je suis fier d’avoir dans notre ville des fonctionnaires qui ne regardent pas leur temps et qui n’économisent pas leur dynanisme ». Et c’est un ancien fonctionnaire DGS qui parle, et pas des plus faciles dit-on dans les rangs de ses anciens subordonnés, certainement étonnés et sensibles à l’hommage qui leur est rendu… Ce mandat, c’est 25 M€ d’investissements, en réaménagements de quartiers, travaux des Voiles Rouges, en voiries etc. Effort qualifié de « très significatif » pour ce dernier poste avec la réfection de nombreuses avenues et rues du village et de la plage. « Nous avons mené une politique qui a profité à toutes les tranches d’âges » précise le Maire, « en particulier au 3ème âge avec le développement du maintien à domicile et la création de nouveaux services, la consolidation du télé-alarme, le portage de repas à domicile, les sorties à petit pas, l’achat du bus qui permet la réalisation de sorties dans de bonnes conditions, et bien évidemment un grand débat autour de la maison de retraite » (Lire notre dernier article publié le 28 novembre dernier : « La nouvelle maison de retraite sera construite dans la zone des Régals »). Satisfecit également concernant le secteur de la jeunesse et implicitement adressé à Armande Barrère (Maire-Adjoint déléguée à la jeunesse), l’arbre de Noël qui rassemblait pour la  première fois l’ensemble de la petite enfance, la halte-garderie-crèche, le RAM qui fédère les assistantes maternelles à domicile et ce jardin d’éveil qui change de statut pour se mettre en conformité avec la loi qui vient d’être modifiée. Pour Bernard Dupont, l’essentiel aura été d’ordre psychologique et politique avec une élection difficile en 2010, une « certaine fracture » selon les mots de Bernard Dupont. Et le mot est faible… Fracture selon le Maire « réduite, la municipalité a pu démontrer qu’elle était près de la population, et la population a reconnu cette proximité, il en est que de regarder ce qu’il se passe à l’occasion des différentes manifestations, qu’elles soient Patriotiques où on a commencé le mandat à 40 ou 50 et maintenant nous sommes régulièrement 3 ou 400, les inaugurations avec à chaque fois plus de 1000 personnes, ce qui montre bien le rapport favorable entre la Municipalité et la population ».   

On le voit, cette introduction n’est autre qu’un bilan qui prépare les élections à venir et constitue un socle sur lequel s’appuiera Bernard Dupont pour défendre ses projets d’avenir pour Canet et tenter de faire réélire son équipe jusqu’en 2020, avec le meilleur score possible. Un Bernard Dupont qui d’ailleurs pourrait quitter le navire en marche dès 2017 s’il décidait de se présenter à la députation, hypothèse de plus en plus crédible tant la demande est forte dans la population qui souhaite retrouver l’un des leurs à l’Assemblée Nationale et prendre la place de feue Arlette Franco. Qui alors pour le remplacer ? En toute logique le 1er Adjoint, sauf surprise Francis Clique, qui, s’il a fait ses preuves en tant que gestionnaire de la Ville devra les faire en tant que premier magistrat, avec toute la dimension humaine que cette fonction requiert. Trois ans pour se construire une stature c’est court mais c’est jouable.

LES ARTICLES ARCHIVES