DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

octobre 2020
D L Ma Me J V S
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

PMCA sévèrement pointée du doigt

« Jean Vila : L’agglo est mal gérée et nécessite une autre orientation » 

DSC00004Jean Vila sans une mise en accusation en règle de l’Agglo. PMCA et de son Président J.Paul Alduy ? La blessure de 2010 n’est toujours pas refermée :
« Cela fait 3 ans que le Préfet de l’époque nous a intégrés de force dans la communauté d’agglomération. Je dis bien Monsieur le Préfet, car il avait le pouvoir, comme l’ont fait de nombreux préfets, de surseoir à notre intégration afin de la préparer dans les meilleures conditions (…) Rivesaltes, volontaire pour cette fusion avec l’agglo, a eu 18 mois de négociations et son maire découvre aujourd’hui que cela n’a pas été suffisant. La reprise des compétences, du personnel, nécessite du temps, et cela justifiait notre demande auprès de Monsieur le Préfet, dans un souci de « bonne administration » qu’il préconisait par ailleurs, une période de transition pour étudier dans de bonnes conditions et dans le cadre d’une réelle concertation, toutes les conséquences de cette intégration. 3 ans après, l’on commence, à force de persévérance à voir le bout du tunnel, j’espère qu’avant l’échéance du mois de mars, nous aurons pu régler tous nos litiges. En particulier, la compétence économique qui est, de droit, une compétence obligatoire de l’agglo. L’agglo est d’accord pour encaisser le produit qui a remplacé la Taxe professionnelle mais pas d’accord pour assumer les dépenses correspondantes, comme l’entretien de ces zones d’activités. Lors du dernier conseil communautaire enfin, l’aveu du président de cette commission, qui n’est autre que l’ancien député (Daniel Mach – NDR), a reconnu publiquement son sectarisme pour ne pas dire son anti-communisme, en donnant un chiffrage pour le moins fantaisiste des dépenses d’entretien des zones d’activités. Déjà, dans une précédente assemblée communautaire, il rappelait que Cabestany rapportait en « Taxes économiques », 3,5 M€ et que l’agglo reversait à notre commune 3,4 M€, ce qui était vrai en 2010. Mais depuis, l’activité économique de notre ville a continué à se développer, en moyenne 10 % par an. En 3 ans, c’est 30 % de plus de recettes, et ce qui nous est reversé est toujours et restera 3,4 millions, la somme de 2010. Le même président de cette commission a reconnu que je disais la vérité, et il dit tout simplement : je dirais tout bêtement que le surplus de recettes alimente les finances de l’agglo. C’est ainsi que depuis 3 ans, grassement, sans aucun retour, Cabestany est un pourvoyeur de recettes de l’agglo. Pour la seule année 2011, le surplus de recettes apporté par Cabestany s’élève à 800 000 €uros. On comprend mieux les déclarations du président de cette agglo qui affirmait, en son temps, dans la presse locale : « Si Cabestany dit non, ce serait un malheur. Je le dis, Cabestany est indispensable ».

En effet, et cela est devenu malheureusement une réalité. l’agglo est surendettée, une des agglos où la dette par habitant est la plus élevée en France, 1 000 €uros par habitant contre 300 nationalement. L’agglo ne peut plus assurer, dans de bonnes conditions, toutes ses compétences, et à chaque budget, elle réduit ses dépenses, en environnement, en route, en pluvial, etc.

Cela est tellement évident que la chaine de télévision publique France 2 a consacré un reportage « Envoyé spécial », chacun de vous a pu apprécier l’interview des élus ; bafouillement, gêne bien compréhensible quand on connaît leur compétence pour le développement économique qu’ils ont en charge.

La coopération intercommunale devrait permettre de mutualiser, de réduire les coûts, et bien non, dans l’agglo, plus on mutualise, plus cela coûte cher. Par exemple, la collecte des ordures ménagères. Lorsque la ville de Cabestany gérait ce service, la Taxe enlèvement des Ordures Ménagères couvrait les dépenses. Aujourd’hui, il y aurait quatre cents ou cinq cents mille €uros de déficit. Leur solution : augmenter la Taxe, et pourquoi pas une taxe unique sur l’ensemble des 36 communes, il en est de même pour le prix de l’eau, c’est d’ailleurs la proposition qui nous a été faite. C’est aussi la participation à des compétences qui ne sont pas du ressort de l’agglo, le Théâtre de l’Archipel que l’on finance depuis 2 ans, malgré le refus des délégués de Cabestany. C’est le début de l’appropriation de la lecture publique. C’est la subvention à l’USAP et nous n’avons pas la compétence Sports. L’aire des gens du voyage gérée par Cabestany avant son transfert, équilibrait recettes et dépenses, aujourd’hui, société privée et déficit.

Oui l’agglo est mal gérée et nécessite une autre orientation, il est temps que les 250 000 habitants s’en mêlent.

Nous avons fait des propositions pour gérer et organiser autrement, nous avons été écoutés mais pas entendus. La réponse : on verra après les élections. C’est vrai que cela ne sera plus pareil, 88 délégués dont 40 de Perpignan au lieu de 140, 15 vice-présidents contre 42 aujourd’hui. Les oppositions pourront, dans quelques communes, avoir des délégués, nous serons fixés après l’échéance du mois de mars ».

La disparition programmée des communes ?
« Mais notre crainte est que l’application des lois de décentralisation et son dernier acte va accroître le pouvoir de toutes les intercommunalités et le devenir des communes, comme des départements, va être mis entre parenthèses, avant de disparaître.
Les conseils municipaux sont les lieux des décisions municipales et en font leurs richesses, ces foyers de démocratie locale avec la participation des habitants vont lentement, mais sûrement, être transférés aux intercommunalités, c’est la perte de l’autonomie des communes« .
DSC00225

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
octobre 2020
D L Ma Me J V S
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031