DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

novembre 2019
D L Ma Me J V S
« oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

PERPIGNAN : ROMAIN GRAU REÇOIT L’EX CHEF DU RAID JEAN-MICHEL FAUVERGUE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

« LA CITÉ DES OISEAUX N’A JAMAIS VU LE MAIRE…
LE CHEF DOIT PASSER DEVANT ! »

Par Didier ALLIZARD
 Isabelle de Noëll-Marchesan, maîtresse de cérémonie
Isabelle de Noëll-Marchesan, maîtresse de cérémonie
C’est Isabelle de Noëll-Marchesan, toujours sur le terrain, qui accueillait l’ancien chef du Raid de 2013 à 2017 et désormais Député #LaREM de Seine-et-Marne Jean-Michel Fauvergue, venu à Perpignan à l’invitation de son ami, le Député de la 1ère circonscription des P.-O. Romain Grau. Un département qu’il connaît bien puisqu’il est lui-même natif de Bages. Sans nul doute un soutien avisé et de poids pour celui qui entend ravir le fauteuil de Maire à Jean-marc Pujol en 2020, en concurrence directe avec le candidat #RN Louis Aliot donné favori en cas de simple duel, et à plus forte raison en triangulaire. Un « démarrage de la campagne Municipale » reconnaît Romain Grau en introduction.
Le Député-ami de Sètes Christophe EUZET (à gauche)
Le Député-ami de Sète Christophe EUZET (à gauche)
« UNE FRANCE FORTE, UNE FRANCE EN ORDRE »
200 personnes devant l’ancien chef du RAID revient tout naturellement sur les attentats de 2015, lui-même à la tête de ses hommes en entrant au Bataclan pour mettre hors d’état de nuire ces terroristes qui ont fait 130 morts et 413 blessés, rien que dans ce sinistre théâtre. Après 40 ans de service, il apparaît comme légitime pour évoquer la sécurité des Français et porter une appréciation sans langue de bois sur ce qui est fait… ou reste à faire, tant au plan national qu’au plan local. « Le Patriotisme, le sens du devoir, la nécessité d’avoir une France forte, une France qui sait rayonner parce qu’elle est porteuse de ces valeurs, une France où l’ordre veut dire quelque-chose, même si nous sommes des femmes et hommes de progrès, nous savons que le progrès ne vaut rien dans le désordre, J.Michel incarne cela. Il a été un chef au pire des moments sans écrire de livre » affirme Romain Grau, taclant au passage l’ancien Chef d’État Major, le Général d’armée Pierre de Villiers, qui s’est permis de « critiquer le chef de l’État. La France tient debout grâce à des hommes comme J.Michel. Un héros des temps modernes, au bataclan il fallait y aller, il fallait savoir qui tuer », ajoute-t-il avec un brin d’admiration à peine dissimulé.
 Jean-Michel Fauvergue capte l'attention de l'auditoire
Jean-Michel Fauvergue capte l’attention de l’auditoire
« LA SÉCURITÉ GARANTIT LA LIBERTÉ ET LES DROITS »
C’est la loi du genre, Romain Grau ne résiste pas à l’envie de vanter l’action du gouvernement en matière de sécurité : augmentation des effectifs des policiers nationaux et de Gendarmerie (10.000 postes en fin de mandat selon lui), de nouveaux matériels informatique et véhicules, la rénovation des bâtiments, « nous faisons en sorte d’avoir une police et une Gendarmerie à la hauteur de notre État de droit ». Évoquant le rapport parlementaire écrit par son invité portant sur le continuum de sécurité, il rappelle que « éduquer un enfant c’est l’affaire du village, j’ai la faiblesse de penser que la sécurité, c’est aussi l’affaire du village, l’affaire de tous ».
« LE TERRORISME, ON LE COMBAT DEPUIS LA FIN DE LA GUERRE D’ALGÉRIE »
J.Michel Fauvergue capitalise le nombre le plus important d’interventions majeures en tant que chef du Raid : « à Vincennes on a sauvé 26 otages », l’Hypercacher, le Bataclan « un souvenir horrible parmi les souvenirs les plus horribles », Saint-Denis « on s’est un peu lâchés, on nous a reproché beaucoup de choses, surtout les gens derrière leurs ordinateurs », Magnanville avec ces deux policiers assassinés. Le « grand flic » estime que « la menace terroriste telle qu’on la vit aujourd’hui, nouvelle, date de l’affaire Merah. Un terroriste issu de notre pays, issu de la diversité, mais un Français. La France est productrice de terroristes ». (…) « On ne négocie plus » continue-t-il, « ce n’est pas la peine de négocier avec quelqu’un qui cherche la mort. Il va gagner du temps, tuer des otages et passer ses films sur les réseaux sociaux, ils l’ont tous faits ». Dans l’affaire de Vincennes, il l’avoue « je n’étais pas sûr de sauver les 26 otages, je l’avais dit au Ministre (Bernard Cazeneuve – NDR), et je ne savais pas combien d’hommes je perdrais ». Tous les otages ont été sauvés avec « seulement » 5 blessés parmi les forces de la BRI et du RAID. Selon lui, « On a en France la législation la plus adaptée contre le terrorisme, que l’on doit aux divers gouvernements qui se sont succédés, cela a toujours fait consensus sauf avec les groupuscules extrémistes, avec des pouvoirs renforcés par la majorité précédente« . Voilà une affirmation qui sera loin d’être partagée par tous, surtout quand il ajoute que « le sens de la Nation, du Pays, des valeurs démocratique n’est pas porté par un parti extrémiste, il est porté par tous les partis Républicains, au premier rang desquels La République En Marche ».
« EXPULSER TOUS LES SALAFISTES ? ÇA N’EST PAS POSSIBLE ! »
« Quand j’entends le Rassemblement National et Les Républicains dire ça, ce n’est pas possible » martèle l’ex-patron du Raid. « La liberté en France fait qu’on peut penser ce que l’on veut. Par contre, quand ça se traduit par des paroles, il faut le punir fermement » corrige-t-il tout de même.
« Quand j’entends des oppositions dire, l’extrême-droite ou la droite extrême, qu’il faut faire un Guantanamo à la Française pour y mettre tous les fichiers « S » ou « FSPRT », ça n’est pas possible non plus, on est dans un pays de droit. Quand je suis rentré au Bataclan, c’était pour faire cesser le carnage, mais aussi pour défendre notre manière de vivre et notre liberté, et qu’on l’accepte ou non il y a le fait d’accepter que la sanction soit individuelle. Vous ne pouvez pas prendre un ensemble de personnes tous les mettre en taule, ce n’est pas possible. Quelle a été l’efficacité de Guantanamo pour les Américains ? Ils ont eu des attentats Islamistes très sanglants. Ça ne fonctionne pas, s’il y avait des bonnes idées qui marchaient, on s’en servirait ». Et de prendre comme autre exemple l’Égypte, qualifié d’autoritaire, victime d’attentats Islamiques.
04PERPIGNAN : « LE CENTRE-VILLE EST POURRI »
« Un centre-ville complètement pourri, il est beau mais il est pourri ! Comment se fait-il que ce centre soit pourri ? Les gens, le fait que ce ne soit pas éclairé, c’est sale, une faune clochardisée, des commerces disparus… La sécurité des centres-villes ou bourgs, c’est aussi l’investissement de la présence de policiers, de Gendarmes, de caméras. À Barcelone, les commerces de front de mer sont sécurisés par des services de sécurité privée qui rendent compte à la Police Municipale. À chaque fois que vous mettez des caméras et des Policiers Municipaux, la criminalité s’effondre. Elle se déplace un peu mais pas totalement, c’est ce qui manque véritablement à Perpignan avec une coordination avec la Police Nationale qui se fait moyennement ». Un constat que chacun fait au quotidien…
Sur cette question de la destruction d’une partie du quartier St Jacques qui agite le monde politique local, après s’y être fermement opposé, Romain Grau est très clair : « Si l’État met de l’argent pour la Rénovation Urbaine, ce n’est pas juste pour raser un quartier et construire des HLM à la place, qui dans dix ans je vous l’annonce, auront le même résultat. Les 100 M€ de l’ANRU que nous canonne en permanence notre maire sortant sont là pour nous aider à rénover cet habitat qui date du XIVème siècle dessiné par Jacques II ! Il faut un vrai plan Marshall pour Saint-Jacques ».
LA POLICE MUNICIPALE NE DOIT PAS FAIRE LE TRAVAIL DE LA POLICE NATIONALE
« J’ai entendu dire qu’à Perpignan le Maire voudrait que sa Police Municipale ait les mêmes pouvoirs judiciaires que la Nationale, faire des enquêtes, arrêter les gens, les mettre au trou etc. » poursuit-il. « Erreur, à partir du moment où ces Municipaux deviendront Officiers de Police Judiciaire, ils ne sortiront plus, si la Police Nationale est trop peu dehors c’est parce qu’elle est hyper-chargée de dossiers judiciaires, les pièces parquet, les pièces de juge. Les flics Municipaux ne seront plus sur le terrain, et le Maire perdra sa Police Municipale qui passera sous les ordres du Procureur. Pour être efficaces, il faut travailler en coordination ».

« Une incompréhension du Maire Perpignan sur le rôle de la Police Municipale »
surenchérit Romain Grau qui peaufine ses propositions de programme en la matière. « On parle d’armer les Policiers Municipaux avec des armes d’épaule, c’est de la poudre de Perlimpinpin, l’usage des armes en 5 ans, c’est une fois. Nous qui sommes en contact avec la population on le voit bien, la demande c’est du bleu, on veut qu’ils parlent et protègent les honnêtes gens, et pour les protéger il faut les connaître, passer dans le quartier, savoir ce qu’ils font. Dites-le autour de vous, ce qu’il faut c’est que chacun fasse son travail ».
 
LA CITÉ DES OISEAUX N’A JAMAIS VU LE MAIRE. LE CHEF DOIT PASSER DEVANT !
Quant au trafic de stupéfiants, le député-Candidat est très présent dans la cité des Oiseaux dans laquelle il passe chaque quinzaine. « L’exemple même du désordre institutionnel créé par certains élus où personne ne fait rien ».
« À Perpignan, ils ont créé une « unité mobile d’intervention rapide » (UMIR). Quand vous les voyez arriver en voiture à tout berzingue, il ne manquerait plus qu’ils soient armés d’armes d’épaule, même les honnêtes gens que nous sommes pourrions avoir peur ! En réalité, elle est là pour nous amuser. Le vrai travail de la Police Municipale à la Cité des Oiseaux est d’être au contact. Ils l’ont été parce qu’ils travaillent, mais il n’y a pas eu de remontées ». Rappelant qu’il y a 4 ans « une petite poignée de malfrats » a occupé un appartement, ils ont fait régner leur loi sur l’étage, puis sur tout l’immeuble le transformant en supermarché de la drogue, « pour en faire un modèle social pour la totalité du quartier faisant basculer le Nord du Bas Vernet dans un climat d’insécurité. Qu’est-ce qu’on a diagnostiqué ? En 4 ans ils n’ont jamais vu le Maire ! La police et la sécurité c’est l’affaire de tous et il faut que les élus Municipaux s’y mettent en premier lieu, le chef doit passer devant ! ».
Le public apprendra au passage que 1% de la population française a des problèmes psychologiques graves. 1%…
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Photo de famille en compagnie de Christophe Euzet
Photo de famille en compagnie de Christophe Euzet

Laisser un commentaire

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
novembre 2019
D L Ma Me J V S
« oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930