DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

septembre 2018
D L Ma Me J V S
« août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

PERPIGNAN : MISE EN GARDE DES SERVICES DE POLICE SUITE À UNE SÉRIE DE VOLS À L’ARRACHÉ COMMIS EN CENTRE-VILLE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Dimanche 11 février vers 4h45
Deux jeunes femmes sortent d’une soirée passée dans un établissement de nuit de l’avenue Général Leclerc et se dirigent vers le centre-ville. Arrivées boulevard Clemenceau, elles constatent qu’elles sont suivies par deux individus au comportement douteux. L’un de ces individus les dépasse, se positionne devant et se saisit du sac de l’une d’entre elles qui ne parait pas déterminée à se laisser faire.
Face à cette opposition, l’un des malfrats découpe la lanière du sac à l’aide d’un couteau et s’en empare avant de prendre la fuite avec son comparse.La police est avisée, mais les recherches effectuées dans le secteur restent vaines.
La victime choquée mais non blessée tout comme son amie, dépose une plainte au commissariat de police et l’enquête est confiée au groupe de voie publique de la sûreté départementale.
Les policiers ne tardent pas à diriger leurs soupçons vers deux individus âgés de 18 et 20 ans, en situation irrégulière, interpellés 10 jours auparavant pour des faits de recel de vol et qui, à l’issue de leur garde à vue, avaient fait l’objet d’un rappel à la loi et d’un placement au Centre de Rétention Administratif de Rivesaltes.
Vérifications faites auprès des services concernés, les enquêteurs apprennent qu’ils ont été relâchés depuis avec obligation de quitter le territoire. Ces éléments venant conforter leurs soupçons, ils diffusent un avis de recherche auprès des unités locales.
Mardi 13 février en soirée
Un des deux individus est repéré dans la rue et interpellé par la police municipale.
Placé en garde à vue, il niera maladroitement son implication, mais n’oubliera pas d’incriminer le second individu recherché qu’il désignera comme principal auteur.
Ses explications n’ayant pas convaincu les policiers, ni le magistrat en charge du dossier, il sera déféré à l’issue de sa garde à vue et comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Perpignan le 16 février où il écopera de 18 mois de prison pour les deux affaires reprochées.
Dimanche 18 février vers 5h30
Une employée d’un autre établissement de nuit de la ville quitte son travail pour rejoindre son domicile. Elle emprunte la rue Mirabeau, et se retrouve face à deux individus. L’un d’eux la projette brusquement au sol et sous la menace d’un couteau, lui demande de lui remettre son sac à main et son téléphone.
Malgré tout, elle parvient à se relever et à prendre la fuite avant d’être rattrapée une nouvelle fois et plaquée violemment contre un mur, lui occasionnant une blessure à la tête. Les malfrats s’emparent alors du sac avant de s’enfuir.
Examinée par un médecin des urgences, la victime âgée de 19 ans se voit remettre un certificat médical mentionnant une ITT d’un jour.
Les investigations sont confiées au même groupe d’enquête qui rapidement détermine que l’un des voleurs n’est autre que l’individu encore en fuite. Ce dernier est interpellé le lendemain par la Brigade Anti Criminalité dans un squat habité par d’autres individus et immédiatement placé en garde à vue.
Entendu, il niera les faits malgré les éléments à charge et ne donnera pas d’indications permettant l’interpellation de son complice. Á l’issue de sa garde à vue, il est déféré ce jour (mercredi) devant le magistrat qui devrait décider de son placement en détention en attendant son jugement.
Dimanche 18 février vers 3h30
Un autre vol à l’arraché est commis boulevard Clemenceau selon le même mode opératoire.
Une femme, âgée de 25 ans, sortant également d’un établissement de nuit de la ville est suivie par deux individus qui lui barrent son chemin et lui demandent de leur remettre son sac et son portable qu’elle tient en main. Résistant à ses agresseurs, elle chute violemment au sol. Les malfrats parviennent alors à s’emparer du téléphone et prennent la fuite. Au moment de se relever, elle ressent une forte douleur à l’avant-bras et se rend compte que sa main est en sang. Un couple se porte à son secours et constatant la gravité des faits, fait appel aux services de police et de secours.
Transportée à l’hôpital, les médecins constatent qu’elle présente une plaie importante de 6 cm de long sur 4 cm de large sur la main, certainement due à un coup porté à l’aide d’un objet tranchant et une fracture de son avant-bras. Elle se verra délivrer un certificat médical mentionnant une ITT de 21 jours.
Les investigations menées démontrent que bien que les faits n’aient pas été commis par les mêmes agresseurs, ils semblent toutefois qu’ils appartiennent tous à une même et unique bande.
Suite au signalement des deux derniers agresseurs, les policiers de la BAC font rapidement le lien avec deux individus qui se trouvaient dans le même squat habité par l’individu se trouvant en garde à vue pour les affaires précédentes. Ils retournent sur place hier (mardi) où ils parviennent à interpeller l’un d’entre eux.
Placé en garde à vue, l’individu âgé de 16 ans reconnaîtra sa participation, mais niera être le responsable des blessures que présente la victime. Il ne dénoncera pas son complice. Á l’issue de sa garde à vue, il était également déféré ce jour devant le magistrat en charge des mineurs.

« La police appelle à la vigilance en raison de la recrudescence de ce type d’infraction dont les faits récents ont été commis, sur la voie publique à l’encontre de jeunes femmes sortant seule d’établissements de nuit de la ville ». 

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

Laisser un commentaire

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
septembre 2018
D L Ma Me J V S
« août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30