DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Passerelle N°438 pub
LOGO IFA 2016 190 jpg
PUB JPA
JPA 2
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

novembre 2017
D L Ma Me J V S
« oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

CULTURE : L’AUTOMNE LITTÉRAIRE DU CML

Javier CERCAS  présente « L’imposteur » samedi 8 octobre à Perpignan 

Hanté par le réel, le romancier espagnol Javier Cercas démonte l’improbable mystification d’une victime supposée de la déportation nazie. Une fresque renversante que l’auteur présente samedi 8 octobre à  partir de 18h30 à l’hôtel Pams (Entrée libre)
cercasJavier Cercas est né en 1962 à Caceres et enseigne la littérature à l’université de Gérone. Il est l’auteur de romans, de recueils de chroniques et de récits. Ses romans, traduits dans une trentaine de langues, ont tous connu un large succès international. Anatomie d’un instant a été consacré Livre de l’année 2009 par El Pais.
Du même auteur, Actes Sud a publié : Les Soldats de Salamine (2002), À petites foulées (2004), À la vitesse de la lumière (2006), Anatomie d’un instant (2010), Les Lois de la frontière (2014) et L’Imposteur (2015). Maintes fois primé ( il a reçu le prix Méditerrané en 2014).
limposteur-600Pendant de longues années, Enric Marco passa pour un héros. Anarchiste, jeune combattant de la guerre civile espagnole, exilé, entré dans la résistance au nazisme et, pour toutes ces raisons, déporté à Mauthausen. La fable était si crédible que Marco fut porté à la présidence de l’Amicale des anciens déportés de ce camp de concentration qui compta parmi les plus terribles. Il multipliait les conférences dans les écoles et animait le combat pour que l’Espagne retrouve la mémoire occultée par quarante années de franquisme. Jusqu’au moment où un jeune historien a démasqué l’imposteur. Marco n’était ni résistant, ni déporté. Il avait bien connu l’Allemagne nazie, mais c’était en tant que travailleur volontaire envoyé par Franco… 
Sortir l’histoire réelle de l’oubli
De cet énorme scandale, Javier Cercas tire un roman, où le réel écrase la fiction. L’histoire de Marco ne se résume pas à l’imposture. Aucun romancier n’oserait construire pareil personnage : né dans un asile où sa mère finira ses jours, élevé entre des tantes fantasques et un père qui fut vraiment un militant du syndicat libertaire CNT, Marco appartenait bien à cette Espagne baroque et rouge qui fut écrasée et niée par le franquisme. Il ne fut pas le seul à se renier en se fondant dans les normes nées de la défaite républicaine de 1939. Il se fit pourtant militant de la mémoire, après la mort de Franco, comme s’il sortait d’un long sommeil.
Pour Javier Cercas, l’histoire de cet imposteur se confond avec celle de l’Espagne contemporaine. La folie originelle hante Marco, mais elle est aussi celle d’un peuple qui reconstruit sa mémoire dans la douleur. Les relations de Franco avec l’Allemagne nazie furent occultées après la guerre, quand le Caudillo se rapprocha des Alliés pour sauver son régime. La ligne de partage, qui semblait établie quand les bombardiers de Hitler appuyaient les troupes de Franco, avait été estompée quand le dictateur appuyait la politique des États-Unis. Javier Cercas installe l’imposture de Marco au sein d’une histoire pavée d’oublis et de mensonges, où il n’est guère surprenant que la vérité soit portée par un fabulateur. Le romancier a trouvé son double, en cet homme qui a fabriqué son personnage pour sortir l’histoire réelle de l’oubli.
Au-delà de l’enquête, Javier Cercas conduit une réflexion sur la littérature. Qu’est-ce qu’un romancier, quelles limites dresse-t-il entre la réalité et la fiction ? Marco n’était-il qu’un roublard mu par un narcissisme maladif ? A Flos­senburg, Cercas découvrira la preuve ultime. Et l’épilogue de ce livre formidable tonne comme une sanction définitive. 
L’Imposteur, de Javier Cercas, traduit de l’espagnol par Elisabeth Beyer et Alexandre Grujicic, Actes Sud, 416 p.
invitation

Laisser un commentaire

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
novembre 2017
D L Ma Me J V S
« oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930