DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

CATALUNYA : ARGUMENTS POUR UNE COLLECTIVITÉ TERRITORIALE UNIQUE

OUI AU PAYS CATALAN
Les évolutions institutionnelles actuelles et futures invitent à reconsidérer le statut des Pyrénées-Orientales au sein de la République Française. A ce titre, une Collectivité territoriale unique, dotée de pouvoirs régionaux, devient nécessaire pour répondre aux attentes spécifiques du territoire. 
« Pays Catalan » et « Occitanie » sont incomparables
Le « Comité du nom » de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées envisage l’impossible, en proposant le nom « Occitanie-Pays Catalan », inacceptable par le Conseil d’Etat. « Occitanie » est un nom politique, peu populaire comparé à « Pays Catalan », dénomination vivante et spontanée, en développement partagé, dénuée de connotations politiques. « Pays Catalan » n’est pas une opinion, ce n’est pas que de l’identité, ce n’est pas de la politique gauche/droite. 
Toulouse ne nous connaît pas
La présence ou l’absence de « Pays Catalan » dans le nom de la région signale la volonté ou le refus de considérer les singularités des Pyrénées-Orientales. Notre territoire est objectivement et radicalement différent des 12 autres départements. Notre synthèse mer et montagne, nos difficultés sociales provoquées par l’attrait du soleil et la crise agricole, notre potentiel inexploité, sont des éléments majeurs. Notre position transfrontalière est inconnue à Toulouse (et même à Montpellier), pour des questions évidences de distance : le transfrontalier, dans ce qu’il a de bon et ce qu’il a de mauvais, est une singularité indissociable du Pays Catalan. Mais nos caractéristiques ne sont pas connues à Toulouse. Le jacobinisme régional est néfaste, car il ne résoudra pas les problèmes particuliers par des solutions globales. 
Pour Toulouse, nous n’existons pas
La Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a exclu « Pays Catalan » du débat, avant de se raviser, par stratégie : n ous ne comptons pas pour Toulouse. Le nouveau pouvoir assimile notre territoire, doté de 1000 ans d’histoire, à un simple canton sans âme.
La Région ne souhaite pas « détailler* », en citant les Pyrénées-Orientales. Dans ces conditions, nous serons aussi un détail économique. L e débat sur le choix du nom de la région est cosmétique, il masque le sujet de fond : les moyens alloués aux Pyrénées-orientales. Le nom de la région révèlera la place que nous pourrons prendre dans le nouvel ensemble territorial, en matière d’économie et de progrès général.
*Carole Delga, présidente régionale, le 4 avril 2016 : « Les propositions de nom ne peuvent pas détailler chaque partie du territoire ». 
01Notre personnalité territoriale a toujours été reconnue
Les Pyrénées-Orientales (ou Roussillon, Comté du Roussillon ajouté à la Cerdagne et au Capcir, ou Catalogne Nord) ont toujours disposé d’une reconnaissance ou d’un statut particulier, sous la monarchie comme sous la République. Le « Languedoc-Roussillon » avait la vertu de reconnaître notre territoire, pourtant minoritaire en son sein. 
Notre caractère est partagé au quotidien
L’existence d’une réalité territoriale forte, de plus en plus partagée, est démontrée par la présence du « Pays Catalan » dans le quotidien : les milieux sportifs et culturels, les institutions et les entreprises des Pyrénées-Orientales emploient notre nom et nos couleurs, car ils incarnent des valeurs positives et généreuses, à la fois anciennes et modernes.
(Cf. document « le Pays Catalan, une évidence au quotidien ». 
La liquidation du département des Pyrénées-Orientales, et après ?
Le débat sur le nom, s’il paraît superficiel, n’est qu’un début, car la question institutionnelle et territoriale qu’il camoufle devient prégnante. La prochaine étape sera la liquidation du département, à l’horizon 2020-2021, selon la volonté du gouvernement, guidé par le rapport 2008 de la Commission Attali. De la sorte, les Pyrénées-Orientales / Pays Catalan seraient dépossédées de toute définition cohérente, elles seraient dissoutes. 
Déjà, en 1969…
La question qui se pose aujourd’hui n’est pas nouvelle : en 1969, préalablement à la constitution des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, il était question de nous rattacher à Toulouse. Il était aussi question d’un « Statut particulier pour le Roussillon ».
Dans le cadre du débat sur le nom de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (LRMP), Convergence Démocratique de Catalogne se mobilise pour la protection et la promotion des Pyrénées-Orientales. A cet effet, le Comité pour le Pays Catalan a été présenté jeudi 21 avril au Grand Café de la Poste de Perpignan en présence de M. Jordi Vera, président de notre formation, l’avocat Me Pierre Becque, ancien conseiller régional et M. Jean-Luc Pujol, maire de Fourques et ancien conseiller régional. M. Annabelle Brunet, conseillère départementale des Pyrénées-Orientales, maire-adjointe de Perpignan et conseillère communautaire de Perpignan Méditerranée Métropole, ainsi que M. Sébastien Ménard, secrétaire départemental de Debout la France dans les Pyrénées-Orientales, étaient à leurs côtés.
Les personnalités politiques engagées dans ce mouvement constatent l’émergence d’un centralisme régional toulousain. Soucieuses d’un développement économique et social partagé, elles réclament la prise en compte des singularités de notre territoire, objectivement différent des 12 autres départements du LRMP. Elles s’indignent que la présidente Carole Delga perçoivent les Pyrénées-Orientales comme un détail. Elles défendent la dénomination « Pays Catalan », profonde et dynamique, qui n’est pas une opinion mais une évidence au quotidien dans les domaines sportif et culturel, économique et institutionnel.
Au delà du débat sur le nom, le Comité pour le Pays Catalan défend de véritables moyens réservés aux Pyrénées-orientales, dans un cadre régional propre, car la méga-région en construction nous néglige déjà. Ce débat précède la liquidation du département, à l’horizon 2020-2021, selon la volonté du gouvernement. Face à la dissolution annoncée des Pyrénées-Orientales / Pays Catalan, seule une Collectivité Territoriale Unique, à l’image du Grand Lyon, sera à même de répondre aux attentes spécifiques du territoire.
Pour défendre cette évolution institutionnelle, une grande manifestation se déroulera le 18 juin à partir de 15h, au départ de la Place de Catalogne de Perpignan. CDC lance un appel vers l’ensemble des habitants du Pays Catalan, sans distinctions d’origine ou d’appartenance politique, afin de porter haut et fort la voix territoriale, dans l’intérêt de tous.
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031