DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Steve Fossett

Le millionnaire casse-cou

L’aventurier le plus inventif et le plus décidé de cette fin de siècle », « un insatiable chasseur de records ». Depuis 1995, quand il devient le premier homme à traverser le Pacifique en solo, les médias se sont emparés de Steve Fossett. Ils le suivront pendant les sept années qu’il lui faudra – dont six tentatives ratées – pour parvenir à ses fins : boucler un tour du monde non-stop, en ballon et en solitaire. Bravant les obstacles et surmontant ses peurs, il aura cet été, en treize jours et douze heures, à bord du Spirit-of-Freedom, franchi 31 000 kilomètres autour de la Terre à 8 000 mètres d’altitude, dans une nacelle non pressurisée. Rien, pourtant, dans la jeunesse de Steve Fossett, plus « cérébral » que « physique », ne laissait présager un tel goût pour les défis, si ce n’est celui de faire fortune. Il commencera donc par là. A 36 ans, diplômé de Stanford, il se lance dans l’informatique et la spéculation boursière au début des années 80. Le siège social de son entreprise, Lakota Trading, emploie 55 personnes à Chicago. Il est aussi président de la Marathon Securities, une société de courtage au New York Stock Exchange. Sur sa fortune, estimée aujourd’hui à plusieurs centaines de millions de dollars, Steve Fossett reste discret : « Je suis le seul à savoir ce que je pèse. L’argent, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne résout pas tous les problèmes. La motivation et la passion ne se calculent pas en dollars. » Justement, à 40 ans, fortune faite, il découvre que la vie est bien plus excitante quand il s’agit de surmonter ses faiblesses en matière sportive. Collectionner les villas, voitures, toiles de maître, etc., ne lui procurera jamais les sensations éprouvées à l’âge de 16 ans quand, piètre nageur, il traverse la Manche et le détroit des Dardanelles à la nage. La lecture des exploits des plus grands champions sportifs du moment et les récits de grands explorateurs seront également un détonateur. « Je n’avais qu’une envie : partager un tant soit peu les sensations qui ont dû être les leurs », se souvient-il.

Il se lance alors dans une série de défis sur terre, sur mer et dans les airs, qui deviendront en grande partie des records. En plus de ses « distractions » comme l’Idityroad (course de traîneaux en Alaska) ou le record Aspen Vail à ski de fond, il participe à de grandes courses automobiles, dont les 24 Heures du Mans et le Paris-Dakar. En alpinisme, il gravit le Cervin, le mont Blanc, l’Eiger, le McKinley et le Kilimandjaro, mais bute sur l’Everest. Sur mer, il décroche une vingtaine de records avec Lakota (ex-Pierre-Ier racheté à Florence Arthaud et aujourd’hui PlayStation). En ballon, il devient en 1995 le premier homme à traverser le Pacifique en solo. On connaît la suite. Et maintenant ? « J’ai l’intention, en collaboration avec la Nasa, de voler en planeur dans la stratosphère », lance-t-il, hilare. Des secrets de sa réussite, le gentleman-aventurier, comme on l’appelle, en parle simplement : « Il faut s’entraîner, ne pas se laisser impressionner, s’informer, comparer, s’organiser. C’est à la corbeille de la Bourse que j’ai appris à fonctionner de manière rationnelle, même dans les moments les plus extrêmes. Jusqu’en 1993, je consacrais 90 % de mon temps aux affaires et 10 % à mes loisirs. A compter de cette date, j’ai inversé les proportions. » Ses investissements boursiers à long terme le laissant à l’abri des aléas de la conjoncture, il a pu, tranquille, se consacrer à tous ses challenges.

Disparu le 3 septembre 2007 dans le désert du Nevada, il est déclaré officiellement mort le 15 février 2008 par le tribunal des successions de Chicago. Le 2 octobre 2008, la police du comté a annoncé avoir retrouvé l’épave de l’avion sur le flanc d’une montagne à plus de 3 000 mètres d’altitude. Le 31 octobre, le Los Angeles Time révèle que des ossements humains ont été retrouvés à environ 800 m de l’épave de l’avion, ainsi que des cartes de crédit et le permis de conduire appartenant à l’aventurier ; ces restes ont été formellement identifiés le 3 novembre 2008, ce qui confirme donc sa mort. Selon le rapport du NTSB publié à l’été 2009, l’avion a sans douté été pris dans des turbulences soudaines avec de violentes poussées vers le bas qui auraient causé l’écrasement de l’appareil.

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031