DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudInfo/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudInfo/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

septembre 2022
D L Ma Me J V S
« août   oct »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Archives mensuelles : septembre 2022

PYRÉNÉES-ORIENTALES : LE PRAGMATISME SÉNATORIAL S’OPPOSE AUX KHMERS VERTS

L’avenir de l’eau :
une priorité absolue

C’est une constante au Sénat et une ligne de conduite suivie par une majorité ses élus, les Sénateurs ne font pas de politique politicienne, ils avancent avec pragmatisme sans les idéologies parfois mortifères que s’imposent certains de leurs collègues de l’Assemblée Nationale, ils amendent et étudient les dossiers au fond sans a priori, avec à la clé un rapport complet dont l’exécutif est supposé lire les conclusions. Et « éventuellement » en tenir compte… Espérons que ce soit le cas des travaux d’ampleur de la « délégation à la prospective » dont le Sénateur des Pyrénées-Orientales Jean Sol est membre et qui dresse un état des lieux aussi complet que possible de ce préoccupant sujet qu’est la pénurie d’eau redoutée et déjà vécue dans certains villages isolés dans la France rurale.
02 450
LES P.-O. PLUTÔT MOINS TOUCHÉES PAR LA RARÉFACTION DES RESSOURCES EN EAU
Tandis que d’autres politicards locaux sont plus préoccupés par leur devenir personnel, qui à une présidence, qui au Sénat en 2023, qui à faire de l’esbroufe à l’Assemblée Nationale, les Sénateurs Jean Sol (66), Catherine Belrhiti (57), Cécile Cukierman (42), réunis dans les P.-O. le 19 septembre, ont rencontré les agriculteurs et acteurs institutionnels concernés sous l’expertise de la Présidente de la chambre d’agriculture Fabienne Bonet dont le secteur d’activité est l’un des premiers concernés par la raréfaction redoutée de l’eau, même si, il faut le reconnaître, le département des Pyrénées-Orientales est plutôt moins impacté qu’une partie du reste de la France. Il est vrai que, comme le souligne Cécile Cukierman, le Département est très habitué aux périodes de sécheresse et a appris à gérer ses multiples ressources naturelles.
L’ENJEU FONDAMENTAL DE L’EAU PLACÉ TOUT EN HAUT DES PRIORITÉS DES POLITIQUES PUBLIQUES
Un rapport sur la gestion de l’eau à l’horizon 2050, une délégation à la prospective confiée à quatre sénateurs, avec déjà à ce jour l’audition d’une trentaine de personnes allant des experts, aux scientifiques, aux agences de l’eau et aux chambre d’agriculture, sans oublier les Présidents d’Inter-communautés comme ce fut le cas ce 19 septembre dans les Pyrénées-Orientales, un enjeu qui est au carrefour des problématiques environnementales, économiques et évidemment sociales. Une stratégie d’avenir avec des visions qui se confrontent, sur la sobriété ou sur les aménagements sur les retenues, le sénateur Sol appelant de ses vœux « un peu plus de liant entre tous les projets et surtout d’écoute entre les acteurs autour de l’eau, on avancerait beaucoup plus vite ».
LES AGRICULTEURS NE DOIVENT PAS ÊTRE LES SEULS À FAIRE DES EFFORTS
Les différents canaux d’irrigations et les jardins St Jacques ont fait l’objet de la visite de la délégation, la gestion de l’eau et des restrictions par les maraîchers ont nourri la réflexion de la délégation avec des échanges très concrets, Jean Sol insistant sur la nécessaire pise de conscience quant à l’aspect économique lié à la visibilité de la pérennité de la ressource, les jeunes « traînant des pieds » pour s’installer. Tout en rappelant que le focus ne doit pas être uniquement mis sur les agriculteurs mais que les efforts doivent aussi être faits par les collectivités locales, en particulier dans l’arrosage des ornements et végétations, mais aussi par le citoyen lambda avec l’arrosage des pelouses ou du remplissage des piscines.

S’agissant des canons à neige, l’accusation de dilapidation de la ressource est infondée, d’une part ils sont en amont des nappes et d’autre part ce pompage retourne dans la nature. La vraie problématique réside dans le fait qu’il neige moins, dans les décennies passées le stockage de l’eau et la fonte plus tardive permettait de sécuriser la ressource plus longtemps, c’est de moins en moins le cas.
PLUS OU MOINS D’EAU DANS LES P.-O. EN 2022 PAR RAPPORT AUX ANNÉES PRÉCÉDENTES ?
Fabienne Bonet est formelle « selon tous les interlocuteurs, il y a de l’eau, sans problème particulier avec l’eau potable cette année, aucune alerte dans aucune commune du département, c’est un signe important, contrairement à 2021 où à Corbère il avait fallu recharger la nappe phréatique par le canal d’irrigation agricole qu’il avait fallu arrêter, les barrages étaient en début de saison à un niveau bien supérieur à ce qu’ils étaient l’année précédente, on eu beaucoup d’eau en hiver, la pluviométrie s’est arrêtée ces derniers mois, les barrages ont permis de réguler tant sur l’Aggly que sur la têt, on a géré l’eau en s’imposant des restrictions, bien au-delà de ce la réglementation imposait. Sur le Tech, pas de barrage et les problématiques sont apparues très tôt et malgré ces problèmes on a réussi à passer la campagne d’irrigation jusqu’à la fin, alors qu’on a vécu un été extrêmement sec. On sait gérer grâce à ces restrictions et des économies, c’est ancestral chez nous. Mais il faut anticiper la suite et mobiliser de nouvelles ressources, que ce soit dans la réutilisation des eaux usées et stocker l’eau de pluie. Des projets de territoire basés sur le partage de l’eau ». « Cette idée de réutilisation des eaux usées s’impose à nous, il faut y aller » confirme Jean Sol.
ANTICIPONS !
Sur l’état des réseaux, « Il y a de nombreuses fuites d’eau sur certains de nos territoires » s’alarme Jean Sol qui regrette le manque d’anticipation sur de nombreux sujets. « Ce sont ces ruisseaux qui feront de grandes rivières, on a de l’eau mais jusqu’à quand ? » s’inquiète-t-il. « On parle de guerre de l’eau mais on n’en est pas loin. Anticipons, c’est aussi un des objectifs de ce rapport et nous veillerons à ce qu’il ne soit pas au fond d’un tiroir. Faisons confiance à nos élus qui connaissent le mieux leurs territoires. »

Le rapport de la commission sera remis fin septembre,
nous le publierons dans nos colonnes dès qu’il nous sera transmis.

Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
CP JEAN SOL 19.02.22 (01) 650CP JEAN SOL 19.02.22 (02) 650
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
septembre 2022
D L Ma Me J V S
« août   oct »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930