DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

août 2018
D L Ma Me J V S
« juil   sept »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Archives mensuelles : août 2018

DÉPARTEMENT : PRISE DE COMMANDEMENT DU NOUVEAU PATRON DU GROUPEMENT DE GENDARMERIE

« HUMANITÉ, BIENVEILLANCE,
RIGUEUR ET PÉDAGOGIE »

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu 

Le général LETTERMANN remet officiellement le commandement au colonel Guillaume POUMEAU de LAFFOREST
Le général LETTERMANN remet officiellement le commandement au colonel Guillaume POUMEAU de LAFFOREST
Deux ans, parfois trois, telle est la durée maximale de présence d’un Commandant de groupement de Gendarmerie dans un département, le Colonel Denis Nauret a quitté les Pyrénées-Orientales début juillet pour laisser place au Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest, qui officialisait sa prise de fonction mercredi 29 août lors d’une cérémonie officielle à la Caserne Munier de Perpignan, sous le haut patronage du Général Jean-Valéry Lettermann en sa qualité de Commandant Adjoint de la Région de Gendarmerie d’Occitanie, également en charge du Groupement de l’Hérault.
CÉRÉMONIE PROTOCOLAIRE ET CONVIVIALITÉ
Une cérémonie très protocolaire d’une vingtaine de minutes, avec en préambule le salut au drapeau et la prise d’armes, immédiatement suivis par la remise officielle du commandement du groupement de gendarmerie départementale des Pyrénées-Orientales au colonel Guillaume POUMEAU de LAFFOREST, ainsi que la traditionnelle remise de médailles aux Gendarmes méritants dans la cour de la caserne. Un cocktail a été servi en fin de cérémonie aux effectifs et aux nombreux invités, à la fois autorités civiles, judiciaires et militaires du département ainsi que les délégations étrangères (Guardia Civil, Mossos d’Esquadra, polices espagnoles et andorranes), pour la première fois dans la pinède de la caserne sur la volonté du nouveau Commandant. Une excellente idée qui change du hangar un peu lugubre, offrant des moments d’échanges conviviaux entre tous et en particulier avec le nouveau patron de ce groupement qui, rappelons-le, a compétence sur l’essentiel du territoire du département, soit 350.000 des 471.000 habitants. En fait toutes les villes et villages sauf Perpignan qui est en zone Police.
La feuille de route du Général Jean-Valéry Lettermann au Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
La feuille de route du Général Jean-Valéry Lettermann au Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
UN DEVOIR D’EXEMPLARITÉ
41 ans, tel est l’âge de ce Colonel Saint-Cyrien originaire d’Amiens, cet amoureux de la mer, marié et trois enfants en bas âges, a déjà une brillante carrière diversifiée à son actif, soulignée par le Général Lettermann lors de son discours d’accueil et de bienvenue, traçant en outre une « feuille de route » claire qu’il n’est pas utile de rappeler à cet officier émérite « parfaitement préparé. « Son expérience sera précieuse » insiste-t-il : le service public et l’intérêt général, la cohésion du groupement des 666 personnels (Céret, Perpignan et Rivesaltes), le bien du service et des effectifs. « J’attends de toi un commandement moderne et pragmatique, proche de tes personnels, un commandement fait d’humanité, de bienveillance, mais également de rigueur, de pédagogie et d’exemplarité. Sans sincère considération des personnels et de leurs fonctions ni reconnaissance pleine et entière de l’action et du mérite de chacun, c’est plus compliqué » ajoute-t-il.
Une recommandation dont pourraient utilement s’inspirer certains édiles locaux, hélas absents pour entendre cette leçon de gestion des ressources humaines parfois calamiteuse…
Le Général Lettermann insiste également sur une nécessaire présence sur le terrain, « en lien étroit avec les acteurs du territoire, vous tous, et en premier lieu les élus, avec les corps constitués et plus particulièrement le SDIS (dont le Patron, le Colonel J.Pierre Salle-Mazou dans l’assistance – NDR), mais également les décideurs du monde économique, social, associatif. Un lien étroit avec les autorités espagnoles et andorranes dont je souligne la présence, fidèles à chaque grands moments. J’attends également de toi que, dans le contexte que nous connaissons, ce risque permanent de terrorisme, sous l’autorité de Monsieur le Préfet, tu deviennes un acteur incontournable de la sécurité des territoires, une force de propositions et une référence dans ce département ».
DES ÉLUS COMMUNAUX ASSEZ PEU CONCERNÉS
Quelques rares Maires assistaient à cette cérémonie, parmi lesquels citons celui de Baixas Gilles Foxonet toujours très « bon camarade » en toutes circonstances, mais beaucoup de regrettables absents se réjouissant pourtant de l’action de proximité efficace de la Brigade sur leurs communes, des femmes et des hommes dévoués qui servent leurs concitoyens jour et nuit, parfois au péril de leurs vies, d’aucun arborant le grade strictement honorifique de « Colonel de réserve Citoyenne » qui dépend de la Gendarmerie et sans qu’aucun fait d’arme ne le justifie. La grande classe, vraiment !
Pour les rattraper, cinq Parlementaires sur six ont honoré le Colonel Poumeau de Lafforest de leur présence : les Députés Romain Grau, Louis Aliot, Laurence Gayte et Sébastien Cazenove, ainsi que le Sénateur Jean Sol.
François Calvet était quant à lui excusé, en déplacement à Berlin avec entre autres une rencontre au Reichstag puis la visite du camp de concentration d’Orianenbourg, et enfin Strasbourg pour traiter un des dossiers transfrontaliers du département.
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Le salut aux drapeau
Le salut aux drapeau
030405
Remise de médaille
Remise de médailles
Jean Sol, Louis Aliot, Sébastien Cazenove, Romain Grau et Laurence Gayte
Jean Sol, Louis Aliot, Sébastien Cazenove, Romain Grau et Laurence Gayte
Jacques Cresta, Romain Grau, Louis Aliot, Jean Sol et Chantal Bruzi
Jacques Cresta, Romain Grau, Louis Aliot, Jean Sol et Chantal Bruzi
Louis Aliot, Jean Sol et Sébastien Cazenove
Louis Aliot, Jean Sol et Sébastien Cazenove
Le Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest intervient exceptionnellement après son chef
Le Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest intervient exceptionnellement après son chef
Très brève intervention du Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
Très brève intervention du Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
Tous les corps constitués assistaient à cette prise de commandement
Tous les corps constitués assistaient à cette prise de commandement
La grande photo de famille des autorités transfrontalières
La grande photo de famille des autorités transfrontalières
Un cocktail est servi sous la pinède de la caserne
Un cocktail est servi sous la pinède de la caserne
16
Le Sénateur Jean Sol
Le Sénateur Jean Sol
COUV

 

PYRÉNÉES-ORIENTALES – MILLAS : RÉOUVERTURE DU PASSAGE À NIVEAU MAUDIT

Huit mois après le terrible accident de car percuté par un TER qui fit six victimes mortelles parmi les enfants qui rentraient du collège ce 14 décembre 2017, alors que l’enquête judiciaire confiée au parquet de Marseille est toujours en cours, une première étape sera franchie dès 6 heures le 22 septembre 2018 avec la réouverture de ce passage à niveau qui voyait un trafic de 4000 passages par jour.
01 450Le Préfet Philippe Chopin et la Présidente du Conseil Départemental Hermeline Malherbe avaient convié la presse en Préfecture pour apporter toutes les précisions sur ce dossier « qui n’a pas été traité comme un autre dossier et qui a une dimension émotionnelle très forte, on a vraiment une pensée pour les victimes et leurs familles » tiendra à dire Philippe Chopin en introduction.
Une fermeture de moins en moins respectée
Le Département qui est en charge des routes a dû arbitrer entre une justice qui diligente expertises et contre-expertises et qui tient à conserver la scène de l’accident aussi intact que possible, et une pression très forte à la fois des professionnels, des particuliers et des deux maires de communes concernées pour le rétablissement de cet axe contournant le village de Millas, qui connaissait des problèmes de sécurité avec cet afflux de circulation transitant par son centre ville. À quelques jours de la rentrée des classes il y avait urgence, d’autant que l’interdiction de passage était de moins en moins respectée par les usagers, qui pour certains, n’hésitaient plus à déplacer les blocs de béton pour passer. « À chaque fois que le service des routes remettait les blocs de bétons ils étaient déplacés deux heures après, juridiquement la route était fermée, les gens étaient en infraction, imaginez la responsabilité de la Présidente et de moi-même s’il y avait eu un accident, alors qu’un arrêté de fermeture avait été pris que personne ne respectait ! À un moment il faut être pragmatiques, on a essayé de faire coller le juridique avec la réalité » indique Philippe Chopin.
02Ligne toujours interrompue
En pratique, plusieurs aménagements provisoires ont été réalisés, des blocs de béton ont été installés de chaque côté de la route incluant la voie ferrée diminuant l’emprise de la voie, avec une vitesse ramenée de 70 à 50 Km/heure, l’installation d’un panneau « Circulation des trains interrompue » et celui annonçant le passage à niveau masqué. Par ailleurs la SNCF a demandé de protéger la barrière pour empêcher qu’elle s’abaisse inopinément, mais aussi que des éléments de preuves puissent être sauvegardés. Même si force est d’admettre qu’avant cet aménagement chacun y avait accès librement…
Cette installation est évidemment réversible en prévision du jour où la Magistrate en charge du dossier d’instruction autorisera la réouverture de la ligne de chemin de fer, sans qu’aucune date ne soit fournie par la SNCF et sans qu’aucune pression ni intervention de la part des élus ou même du représentant de l’État ne soit envisageable, particulièrement tant que l’enquête est en cours, indépendance de la justice oblige.
Dans cette séquence précise, on ne peut que souligner l’action déterminée du Préfet Chopin et de la Présidente Malherbe qui ont négocié énergiquement pour parvenir à cette solution de compromis et de bon sens, tant avec la justice que directement avec le Président de SNCF Réseau.  
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Sur site 01Sur site 02Sur site 03Sur site 04Sur site 05Sur site 06Sur site 07Sur site 08Sur site 09Sur site 10Sur site 11040503COUV
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
août 2018
D L Ma Me J V S
« juil   sept »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031