DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

décembre 2017
D L Ma Me J V S
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Archives mensuelles : décembre 2017

MAUVAISE NOUVELLE POUR NOS ENFANTS : L’EFFET DES SMARTPHONES SUR NOS JEUNES EST PLUS QU’EFFRAYANT !

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
Personne, je pense, n’avait anticipé la catastrophe historique provoquée par les smartphones. La psychologue américaine Jean M. Twenge étudie depuis vingt-cinq ans le comportement social et affectif des jeunes. Elle a observé ces dernières années un séisme. Dans un article intitulé « Les smartphones ont-ils détruit une génération ? »
Elle explique que tout a changé à partir de 2012.

Cette année-là, plus d’un ado sur deux était équipé d’un smartphone. Aujourd’hui, c’est quatre sur cinq.Durant cette période, les évolutions suivantes se sont produites. Elles concernent toutes les classes de la population, riches ou pauvres :
– Les symptômes dépressifs se sont accrus de 50 % chez les filles et de 21 % chez les garçons, de 2012 à 2015
– Le nombre de filles qui se sont suicidées a triplé entre 2007 à 2015, et celui des garçons doublé
– Le nombre de jeunes qui voient des amis tous les jours a baissé de 40 % entre 2000 et 2015
– Actuellement, les jeunes de 16 ans sortent moins que ne le faisaient ceux de 12 ans en 2009. Ils sont en train de cesser progressivement de sortir et de se socialiser dans les parcs, squares, etc., et restent seuls chez eux avec leur smartphone
– En 2015, seuls 56 % des élèves de terminale sont « sortis » avec quelqu’un, contre 85 % des jeunes dix ans plus tôt, un chiffre qui était stable depuis les années 1960
– Le nombre d’enfants qui manquent de sommeil a augmenté de 57 % entre 1991 et 2015
– Aux États-Unis, où l’obtention du permis de conduire était le rêve de tous les jeunes autrefois, le passeport pour la liberté, on observe un désintérêt massif des adolescents, qui préfèrent rester dans leur chambre sur leur smartphone et se faire conduire par leurs parents
– Concernant la consommation d’alcool, les rencontres amoureuses, les adolescents se comportent comme nous le faisions à 15 ans, et ceux de 15 ans comme nous le faisions à 13
– S’ils sortent moins souvent, les rares fois où ils le font sont abondamment communiquées sur Snapchat, Instagram ou Facebook. Ceux qui ne sont pas invités se sentent donc cruellement exclus : – Le nombre de jeunes filles se sentant rejetées et isolées a augmenté de 48 % de 2010 à 2015 et le nombre de garçons de 27 %.
« J’essaye de leur parler et ils ne me regardent pas. Ils regardent leur smartphone. »
Lorsqu’ils se confrontent malgré tout aux enfants de leur âge, leur manière d’interagir est profondément dégradée. En effet, bien que physiquement ensemble, cela n’interrompt nullement le fonctionnement des smartphones.
« J’essaye de leur parler de quelque chose, et ils ne me regardent pas droit dans les yeux. Ils regardent leur téléphone ou leur Apple Watch », témoigne une jeune fille dans l’article cité ci-dessus.
« Et qu’est-ce que ça te fait, quand tu essayes de parler à quelqu’un en face-à-face et qu’il ne te regarde pas ? », lui demande la psychologue.
« Cela me fait mal. Mal. Je sais que la génération de mes parents ne faisait pas ça. Je peux être en train de parler de quelque chose de super-important pour moi, et ils ne m’écoutent même pas ».
Oui, on imagine que ça fait mal, en effet…

Piégé par mon smartphone
En ce qui me concerne, j’ai tenu sans téléphone mobile jusqu’à il y a quelques mois. Pendant longtemps, je me suis débrouillé avec des « télécartes ».
Mais les cabines publiques ont peu à peu été supprimées. En cas d’urgence, j’étais obligé d’emprunter le téléphone des gens. Mais avec le smartphone, ils sont devenus de plus en plus réticents à cause de toutes les informations personnelles ; trop dangereux de laisser ça entre les mains d’un inconnu, aussi sympathique soit-il. Mais c’est ma banque qui a eu raison de mes résistances.
Comment ma banque m’a vaincu
Au mois de février, ma banque m’a envoyé un courrier m’expliquant que tous les clients devaient désormais utiliser leur smartphone pour « scanner » un code apparaissant sur l’écran pour accéder à leur compte… Penaud, j’ai acheté un smartphone. J’étais décidé à ne m’en servir que pour la banque mais, bien sûr, très rapidement j’ai passé mes premiers appels et il s’est mis à sonner en retour… 
La chute
En juillet, je m’en servais, pour la première fois, connecté à ma voiture. En août, ma fille m’installa Whatsapp, et m’inscrivit au groupe de la famille, ce qui me valut de sentir des vibrations toutes les cinq minutes, et voir apparaître toutes sortes de « notifications » sur l’écran que ma curiosité avait le plus grand mal à ignorer…

Peu à peu, ma vie a basculé.
Il y a dix jours, je me suis retrouvé pour la première fois à me promener dans la rue en « textant ». J’ai alors levé le nez autour de moi. Je ne regardais plus le ciel bleu. Je n’entendais plus les oiseaux chanter. Je ne souriais plus aux passants (ni aux passantes…). J’étais dans la prison psychique de mes messageries et je me suis rendu compte que la plupart des gens autour de moi étaient… pareils. 
Le patron d’Apple avait interdit l’iPhone à ses enfants
Ce matin, un article explique que le grand Steve Jobs, patron d’Apple, avait interdit le smartphone à ses enfants.
De même pour Bill Gates, fondateur de Microsoft, qui ne voulait pas d’ordinateur chez lui.
Y avait-il quelque part un problème que ces « génies de l’informatique » avaient remarqué et dont leurs clients ne s’étaient pas aperçus ?

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… »
Les gens sont en train d’oublier combien la vie était douce avant ces engins. Moi je m’en souviens, je vivais ainsi il y a quelques mois encore.
– Je montais dans ma voiture, ou dans le train, et je partais réellement.
– Je ne poursuivais pas la conversation avec les gens que je venais de quitter.
– Les séparations étaient plus dures, mais les retrouvailles étaient aussi beaucoup plus intenses.
– En voyage, je lisais. Dans ma voiture, je rêvais. J’écoutais de la musique sans jamais être interrompu par un brutal appel téléphonique.
– Quand j’arrivais chez des amis, j’étais présent, je ne poursuivais pas des échanges parallèles avec des collègues ou d’autres personnes à des centaines de kilomètres de moi. C’était plus agréable pour tout le monde.
– En réunion, au travail, je me concentrais uniquement sur les problèmes discutés autour de la table. Je n’avais pas le choix. Impossible de m’évader en appuyant sur un écran pour recevoir des nouvelles de ma famille ou de mes amis, ou encore pour traiter les questions liées à d’autres collègues, autre part.

Je comprends bien l’aspect excitant de ces machines. Vous êtes tout le temps stimulé. Vous vous sentez important. Vous avez l’impression d’être dans le coup, de mener une vie trépidante. Vous êtes enivré. Le grand frisson de la vie moderne, connectée, toujours en mouvement. Vous recevez de délicieuses décharges d’adrénaline chaque fois que ça bipe, que ça buzze, que ça sonne.
Mais si vous regardez les choses en face, vous risquez aussi beaucoup plus de devenir un zombie dépressif. Alors, cette fois, c’est décidé : je laisse mon smartphone à la maison ! Une fois par mois, je consulterai mes comptes, et ce sera tout. Je brise mes chaînes. Je retourne dans le monde normal. Je dis stop à la dépression, aux insomnies, aux idées suicidaires. Adieu, mon smartphone !
Source :
https://www.santenatureinnovation.com/mauvaise-nouvelle-nos-enfants/ – kmf8XTxh3U7bIZ9U.01
 
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

OCCITANIE BUDGET 2018 : « LA DROITE, 1ère FORCE DE SOUMISSION »

Par Julien Sanchez, Président du groupe des élus FN RBM au Conseil régional d’Occitanie

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Lire également :

– « UN BUDGET 2018 PIRE QUE 2017 !« 
http://www.directsud.eu/?p=38555
 – « AVEC 205 € PAR HABITANT,
NOUS SOMMES LA RÉGION DE FRANCE QUI INVESTIT LE PLUS !
 » :
http://www.directsud.eu/?p=38549
Julien SANCHEZ
Julien SANCHEZ
Les élus de « droite », se revendiquant comme force d’opposition au Conseil régional d’Occitanie, n’ont dans les faits déposé ni amendement, ni voeu, ni question orale pour la dernière séance plénière de l’année, pourtant largement consacrée à l’examen et au vote du budget primitif 2018, moment le plus important et le plus politique de l’année.
Dans ce contexte, la tournée régionale du Président du Groupe UEDC (Union de la Droite et du Centre) n’est donc qu’une vaste opération de communication visant à dissimuler à ses électeurs l’absence totale d’opposition de la fausse droite au Parti socialiste et ses alliés écolos-radicaux-communistes. En effet, qui ne dit mot consent. Ainsi, l’UEDC ne trouve rien à redire sur la gestion des 3,5 milliards par Madame Delga en prévision de 2018 : des subventions à certaines associations gauchistes aux dotations pour l’accueil des migrants, en passant par les millions versés à l’aide au développement du Maghreb alors que notre région est la deuxième plus pauvre de France, l’UEDC n’a pas trouvé utile d’amender ce budget socialiste marqué des sceaux du clientélisme et de la préférence étrangère ?
Pendant que l’UEDC ne dépose aucun amendement, les élus FN-RBM, soucieux de bâtir un budget au service de nos concitoyens et du dynamisme de notre région, ont déposé 16 amendements et soulevé sept sujets d’intérêt régional via les questions orales, les voeux et les points d’actualité. Le groupe FN-RBM propose et s’oppose tandis que le groupe UEDC se tait et se soumet. Les électeurs de droite opposés à la gauche savent désormais que pour préparer une alternative crédible, ils ne peuvent plus compter sur les élus LR-UDI.
La vraie alternative, c’est le Front National ! 

BD Bureau HDV

Le Maire de Canet-en-Roussillon dans les Pyrénées-Orientales Bernard Dupont (Les Radicalisés), Conseiller Régional « d’opposition », à supposer que pour lui les mots aient encore un sens, vote la plupart des délibérations, ou s’abstient ce qui revient au même, présentées par la majorité de Carole Delga.
Soumis, il devra en rendre compte le moment venu à ses électeurs trahis…
La rédaction

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

OCCITANIE : « UN BUDGET 2018 PIRE QUE 2017 !

Par Julien Sanchez, Président du groupe des élus FN RBM au Conseil régional d’Occitanie

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Carole Delga
Carole Delga
Malgré toutes les tentatives de Carole Delga pour masquer les dérives de sa gestion régionale, les chiffres présentés dans le budget primitif 2018 sont édifiants et la réalité apparaît aux yeux de tous. De l’explosion de la dette et des dépenses de fonctionnement à la chute dramatique de l’autofinancement, tous les voyants sont au rouge !

Lire
« AVEC 205 € PAR HABITANT,
NOUS SOMMES LA RÉGION DE FRANCE QUI INVESTIT LE PLUS !
« 

Julien SANCHEZ
Julien SANCHEZ
Depuis son arrivée au pouvoir, la majorité socialo-écolo-communiste de Carole Delga n’a cessé de prendre les mauvaises décisions. En deux ans, l’emprunt a augmenté de 24,4% (sans mise en place d’un plan de désendettement) et les dépenses réelles de fonctionnement ont explosé de 29,6 %. Dans le même temps, l’autofinancement net a chuté de 18 % et la dette s’est dangereusement rapprochée du seuil des 2 milliards d’€uros.
Carole Delga dépense l’argent du contribuable sans compter mais la situation continue à s’aggraver. Malgré cette frénésie budgétaire, le chômage a augmenté de 3,4 %. Le « plan Marshall » pour l’emploi s’est donc transformé en « plan Marche mal ».
Face à cette gabegie, seuls les élus du Front National proposent des solutions pour augmenter et réorienter l’investissement tout en réduisant l’emprunt.
15 amendements budgétaires ont été déposés en ce sens, afin d’économiser 75 millions d’€uros en supprimant notamment les dépenses hors compétence telles que le soutien à l’accueil des migrants ou la solidarité internationale. Par ailleurs, seul le groupe FN RBM a proposé la baisse de la fiscalité sur la carte grise en réduisant le taux unitaire de la taxe à 34 €. La droite et la gauche s’y sont systématiquement opposés.
Ce que Carole Delga appelle un « budget offensif » est un fait un budget catastrophique. Son « budget de combat » traduit en fait le combat qu’elle mène contre les intérêts de nos concitoyens. En creusant la dette et en diminuant l’autofinancement, Madame Delga met véritablement en péril l’avenir de notre collectivité. 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

OCCITANIE BUDGET 2018 – CAROLE DELGA : « AVEC 205 € PAR HABITANT, NOUS SOMMES LA RÉGION DE FRANCE QUI INVESTIT LE PLUS ! »

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Lire également :
« UN BUDGET 2018 PIRE QUE 2017 !« 

BUDGET 2018 DÉTAILLÉ

Visuel DP 650À l’occasion de l’assemblée plénière qui s’est tenue ce jour à Montpellier, les élus régionaux ont adopté, sur proposition de la présidente Carole Delga, le budget régional 2018. Un budget offensif de plus de 3,5 Mds d’€uros qui permettra de porter des projets structurants au service de l’emploi, d’un aménagement équilibré, durable et solidaire de tous les territoires et de l’égalité des citoyens.
« Si j’ai fait le choix de poursuivre nos efforts en faveur de l’investissement, avec une hausse de 4,9%, et de maîtriser nos dépenses de fonctionnement, c’est parce que nous avons l’obligation d’être au rendez-vous des enjeux des territoires et à l’écoute des attentes de nos concitoyens, notamment en matière d’emploi, de formation, d’éducation, de mobilités, ou encore de culture. Pour que l’Occitanie devienne la Région référence en matière d’innovation, ou encore la 1ère Région à énergie positive d’Europe, nous devons y mettre les moyens », a déclaré Carole Delga à cette occasion.
Carole Delga a également rappelé que la Région Occitanie est la 1ère Région de France à investir autant, à hauteur de 205€ par habitant cette année. « Pourtant les ressources régionales enregistrent une perte nette de 50M€, soit l’équivalent d’un lycée neuf et équipé, ou de centaine d’aides pour les entreprises ! Malgré cette baisse des dotations de l’Etat pour 2018, réalisée sans concertation, ici en Occitanie nous avançons. Ce budget 2018, un budget de combat, est à la hauteur des besoins exprimés par les habitants et indispensable au développement futur de notre territoire », a ajouté la présidente de Région avant de présenter le budget 2018 structuré autour de quatre priorités :
– Une action territoriale au service de l’emploi et de l’égalité des citoyens
– Une transition écologique concrète au quotidien
– Un service public régional de transports favorisant toutes les mobilités
– Le « Produit en Occitanie », pour préserver, soutenir et promouvoir les cultures, les innovations et savoir-faire régionaux. 
Crédit photo : Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée – Antoine DARNAUD

 

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
01

LUTTER CONTRE LE « COÛT DU CAPITAL » : LES ÉTRENNES POUR 2018 DU PG 66

Par Catherine DAVID et Francis DASPE, co-secrétaires départementaux du PG 66 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Francis Daspe 450Les six premiers mois de la nouvelle majorité autour d’Emmanuel Macron n’ont pas été profitables à la grande majorité de nos concitoyens. Les premières mesures ont amplement justifié les expressions, en passe d’entrer dans le langage courant, de « Président des riches », de « Plan B du Medef » ou de « Robin des Bois inversé ».
En guise d’étrennes, le PG 66 souhaite que l’année 2018 permette enfin de s’attaquer véritablement au « coût du capital ». C’est une condition indispensable pour un meilleur partage des richesses et une augmentation du pouvoir d’achat du plus grand nombre. Et ceci à l’opposé de la « théorie du ruissellement » qui voudrait, en dépit de tout bon sens, que l’enrichissement d’une petite minorité favorise l’intérêt général !
Le travail n’est pas un coût, mais il est créateur de richesses. C’est la rémunération du capital qui est aujourd’hui un coût insupportable pour la société, générant pauvreté et précarité.
Considérant qu’il n’y a pas de meilleures étrennes pour l’immense majorité du peuple, le PG 66 lance au cours des fêtes de fin d’année une campagne d’action en ce sens avec distribution de tracts et collages d’affiches.
Le PG 66 souhaite une bonne année 2018, combative, dont la trajectoire est toute tracée : de la résistance à la révolution citoyenne.

CANET : « LINKY NE SAIT NI LIRE NI COMPTER ! »

Pour le groupe d’action de Canet-en-Roussillon, Françoise BOSMAN et Francis Daspe 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

La France Insoumise est un mouvement qui a vocation à être utile aux citoyens en montrant qu’il est possible de vivre autrement. Dans l’esprit de la campagne « En bord de Méditerranée, les Insoumis ont la cote avec l’écosocialisme » qu’il a lancé, le groupe d’action de Canet-en-Roussillon dénonce et pourchasse injustices et anomalies.
Émotion garantie avec Linky. André et Denise, retraités depuis plusieurs années à Canet-Plage, propriétaires d’un modeste deux-pièces, sont pensionnés à hauteur de 15.000 €uros annuels : André a été maçon toute sa vie, dans le cadre pourtant d’une spécialité très spécifique et recherchée, le travail du plâtre à façon du bassin parisien. Le compteur Linky vient d’équiper récemment leur co-propriété.
Abonné à EDF, il acquitte par prélèvement automatique une consommation de 14,00 €uros mensuels sur 10 mois. En décembre, il a été prélevé de 1 400,00 €uros mensuels. On peut admettre que cela puisse faire un coup au cœur ! Heureusement pour lui, il a pu trouver un interlocuteur à EDF qui a reconnu l’erreur sans problème. Mais aux questions : pouvez-vous annuler au plus vite le prélèvement indu car cet argent va me faire défaut, la réponse a été : impossible car le prélèvement a bien eu lieu. Quand serai-je remboursé ? Nous mettons en gestion pour acter la rectification. Deux réponses qui, dans l’immédiat, ne rétablissent absolument pas la situation financière d’André et Denise.
À la veille des fêtes et des cadeaux de fin d’année, Linky avait donc mijoté d’aspirer la retraite annuelle de nos deux canétois, faute de savoir identifier une virgule, et tout cela, dans le cadre du fonctionnement technologique, donc sans méchanceté aucune. Voulons-nous cette société déshumanisée de l’argent-roi ?
À Canet, tous les thèmes de nos vies quotidiennes y seront passés au crible pour hâter la venue de l’indispensable VIème République.
Françoise Bosman, initiatrice du Groupe d’Action Canet Insoumis
Contact : francoise.bosman@laposte.net

DÉPARTEMENT – SAINT-SYLVESTRE : INTERDICTION TEMPORAIRE DE VENTE ET D’UTILISATION DES ARTIFICES DE DIVERTISSEMENT ET DES BIDONS DE CARBURANT

Communiqué de la Préfecture

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Les artifices de divertissement, utilisés de façon récréative, mais aussi malveillante, ont été à l’origine de nombreux accidents ces dernières années, entraînant des blessures graves, des dégradations ou d’importantes nuisances. L’utilisation de bidons de carburant, détournés de leur usage premier, a également entraîné une intervention plus importante des services de secours inutilement.
Aussi, en raison des risques de nuisances et de troubles à l’ordre public occasionnés par l’utilisation des artifices de divertissement, et afin de prévenir les accidents qui peuvent résulter d’un usage inconsidéré, particulièrement sur la voie publique et dans les lieux de rassemblement, le préfet des Pyrénées-Orientales a, par arrêté préfectoral du 14 décembre 2017, interdit temporairement, pour toute personne et sur l’ensemble du département, la vente, l’utilisation et la détention d’artifices de divertissement relevant des catégories F1 à F4, ainsi que des bidons de carburant, du 31 décembre 2017, à minuit, au 1er janvier 2018, à 7 heures.
Toutefois, pendant cette période, la vente, la détention et l’utilisation des artifices de divertissement demeurent autorisées, pour les entreprises et les personnes titulaires d’un agrément ou d’un certificat de qualification.
Rappel de la réglementation
Les artifices de divertissement sont classés en 4 catégories en fonction de leur dangerosité :
– catégories 1 et 2 (F1, F2) : artifices de divertissement qui présentent un faible danger mais toutefois susceptibles de provoquer des nuisances sonores et des accidents sur les personnes et les biens en cas de mauvaise utilisation ;
– catégories 3 et 4 (F3, F4) artifices de divertissement qui présentent un danger moyen à élevé exclusivement utilisés par des personnes titulaires d’un agrément ou d’un certificat de qualification. 
La vente d’artifices de divertissement est interdite aux mineurs, sauf ceux de la catégorie 1 (F1) qui est autorisée aux mineurs de plus de 12 ans.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

ACCIDENT DE MILLAS : RÉCEPTION DES FAMILLES ENDEUILLÉES PAR LE PRÉFET PHILIPPE VIGNES

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Mardi 26 décembre, le préfet des Pyrénées-Orientales, accompagné du recteur de l’académie de Montpellier, a reçu individuellement et à leur demande en mairie de Saint-Féliu d’Avall, cinq familles endeuillées par la perte de leur enfant dans le dramatique accident de Millas.
Il leur a rappelé les efforts déployés dans l’après midi et la soirée du 14 décembre par l’ensemble des services de soins et de secours, qui ont entrepris tout leur possible pour sauver des vies. Il a indiqué que l’information et l’accompagnement des familles dans les meilleures conditions possibles avait constitué une préoccupation centrale dès le début de la crise. Il a tenu à souligner le rôle joué par la cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP), constituée de professionnels aguerris à ce type de situation et déployée immédiatement après l’accident à la halle des sports de Millas, premier lieu d’accueil des familles, puis au centre hospitalier de Perpignan. Le préfet a de plus évoqué la place des associations de protection civile, qui étaient présentes auprès des familles des impliqués immédiatement après l’accident, à Millas et dans les hôpitaux.
Il a expliqué que la communication aux familles de la situation de leur enfant s’était faite, avec l’approbation du procureur de la République, uniquement lorsque l’ensemble des identités avaient pu être établies avec certitude par la section de gendarmerie habilitée, avec l’aide des personnels soignants. Ce processus rigoureux, s’il a pu augmenter l’attente des familles, était absolument nécessaire. Il a souligné que l’équipe de direction, les médecins et les soignants du centre hospitalier de Perpignan avaient veillé à ce que l’information aux familles des enfants décédés se fasse de manière digne et individualisée, avec la possibilité d’un soutien psychologique immédiat.
Le préfet de même que le recteur d’académie ont entendu et pris en compte les remarques des familles sur les maladresses qu’elles ont pu ressentir à l’occasion de l’annonce du décès de leur enfant et dans les jours qui ont suivi. Le Préfet a indiqué que le dispositif mis en place à la suite de l’accident fera l’objet d’un retour d’expérience approfondi afin d’apporter, là où cela est possible les améliorations utiles. Le Préfet a exprimé le souhait d’associer les familles à cette réflexion de manière à ce que leur voix soit entendue.
Le préfet a rappelé que l’ensemble des organismes susceptibles de venir en aide aux familles s’était mobilisé immédiatement après l’accident, avec une réunion du comité local d’aide aux victimes dès le samedi 16 janvier.
Il leur a indiqué qu’avec l’aide de Philippe Cèbe, coordonnateur national chargé de l’aide aux victimes de l’accident de Millas désigné par le Premier Ministre et d’Elisabeth Pelsez, déléguée interministérielle à l’aide aux victimes, un dispositif d’aide structuré avait été mis en place avec un point d’accueil en mairie de Saint-Féliu d’Avall.
Les organismes sociaux, les associations d’aide aux victimes, les assureurs, la CUMP sont tous mobilisés afin d’aider ces familles à faire face à toute difficulté, dans le cadre d’une mobilisation qui s’inscrit dans la durée. En outre, le préfet a confirmé la désignation d’un professionnel nominativement dédié à chaque famille ayant perdu un enfant, pour les aider sur le plan du soutien médico-psychologique et faire face à leurs demandes. 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

DÉPARTEMENT : ÉPISODE DE VENT VIOLENT ANNONCÉ MERCREDI 22 DÉCEMBRE

LA PRÉFECTURE APPELLE À LA PRUDENCE !

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Conditions météorologiques
Météo France alerte sur un épisode de vent fort prévu le mercredi 27 décembre 2017, à partir de 12h, jusqu’à 21h, sur une partie du département, dans les secteurs des Corbières, du littoral et en montagne. La tramontane soufflera toute la journée avec des rafales qui pourront atteindre 100 à 120 km/h. Le vent faiblira dans la soirée de mercredi.
Conseils de comportement
– Limitez votre vitesse sur les routes et autoroute,
– Ne vous promenez pas en forêt et sur le littoral, notamment sur les digues, en ville,
– Soyez vigilant par rapport aux chutes possibles d’objets divers,
– N’intervenez pas sur les toitures et ne touchez en aucun cas aux fils électriques tombés au sol. 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

SI JÉSUS NAISSAIT DE NOS JOURS… À LA UNE DES JOURNAUX TÉLÉVISÉS :

« LE 25 DÉCEMBRE, UN NOUVEAU-NÉ A ÉTÉ TROUVÉ DANS UNE ÉTABLE. LA POLICE S’EST RENDUE IMMÉDIATEMENT SUR LES LIEUX ET A FAIT APPEL AU SAMU »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Crèche 450Un charpentier et une mineure, vraisemblablement la mèr, ont été placés en garde à vue.
Ce matin très tôt, les autorités ont été avisées par un citoyen de la banlieue de Bethléem, qu’une famille de S.D.F s’était installée dans son étable.
À son arrivée sur les lieux, la police a découvert un nouveau-né enveloppé dans des morceaux de tissu sans précaution d’hygiène et dormant sur une litière de paille. Le charpentier, identifié plus tard, Joseph (de Nazareth), s’est opposé à ce que les autorités emmènent l’enfant afin de le mettre en lieu sûr. Il était aidé de plusieurs bergers ainsi que de trois étrangers sans papiers.
Ces trois étrangers, se présentant comme mages, ont été arrêtés. Ils sont passibles de reconstitution de secte dissoute.
Le ministère de l’Intérieur s’interroge sur l’origine de ces trois hommes probablement en route vers Calais.
Le préfet a confirmé qu’ils n’avaient pas de papiers d’identité mais qu’ils détenaient de l’or ainsi que des produits suspects et illicites.
Ils prétendent que Dieu leur a dit de ne pas répondre aux questions… 
Les produits suspects ont été envoyés en laboratoire pour analyse.
Le lieu où le nouveau-né se trouve actuellement n’a pas été communiqué. 
D’après le service social en charge de l’affaire, le père avoisinerait la cinquantaine tandis que la mère n’est certainement pas majeure.
On vérifie pour le moment la relation entre les deux. Mais à défaut de soupçon de pédophilie, le détournement de mineure est très suspecté…
La mère se trouve pour l’instant à l’hôpital universitaire de Bethléem pour des examens médicaux et psychiatriques.
Elle prétend être encore vierge et affirme que le bébé vient de Dieu. Si son état mental le permet, elle sera mise en examen pour non-assistance à personne en danger.
La consommation de stupéfiants, probablement amenés par les trois étrangers, doit sans doute être prise en compte dans cette affaire.
Des prélèvements et des prises de sang ont d’ailleurs été faits en vue de retrouver les empreintes d’ADN nécessaires à l’enquête
Aux dernières nouvelles on apprend que les bergers présents sur les lieux affirment avoir vu un grand homme, tout de blanc vêtu, qui leur a ordonné de se rendre à l’étable, avant de s’envoler mystérieusement.
Aucune hypothèse n’est écartée, comme celle d’embarquement à bord d’un OVNI qui n’est pas à exclure…
L’opposition s’est indignée que le gouvernement ne mettent pas en place les moyens de protection suffisante pour éviter que n’importe quel OVNI puisse survoler notre espace aérien. Ils demandent une enquête parlementaire
LES VERTS rappellent que faire un feu de bois dans une étable est source de pollution…
Le parti de la Marine LE PEN dénonce l’absence de contrôles aux frontières qui permettent aux étrangers de venir accoucher en France pour bénéficier des allocations familiales.
La Gauche de J.Luc MÉLENCHON dénonce ce capitalisme sauvage qui augmente les loyers et empêche les familles modestes d’avoir un logement décent.
Le président Emmanuel MACRON déclare que, depuis son élection, le gouvernement a ouvert de nombreuses nouvelles places d’accueil pour éviter de laisser des familles à la rue, alors que son prédécesseur en avait supprimé.
Une cellule de crise a été installée sous la direction du préfet HÉRODE, l’autorité craignant un complot dont les rumeurs avaient persisté ces derniers temps.
On pourra également suivre les images en direct sur BFM télé…
et à 17h30 « C’est à vous » organisera un débat sur le thème : « Peut encore accoucher dans une étable de nos jours ? », en présence de plusieurs invités : notre confrère de libération auteur d’une enquête sur « la rue pour toute vie », d’un sociologue enseignant à l’Institut d’Etude Politique, spécialiste de la précarité sociale, de l’écrivain VICTOR HUGO qui a écrit « les Misérables » et de PONCE PILATE représentant le gouvernement.
Après examen médical, la fille mineure ayant effectivement été reconnue vierge, le couple a été placé en garde à vue pour rapt d’enfant… 
Grégory CHAVANNES
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

DRAME DE MILLAS : MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Lire également :
MONSEIGNEUR TURINI : « NOS CŒURS SONT TOUCHÉS »

« Monseigneur Norbert TURINI Évêque de Perpignan-Elne »

Informé du tragique accident survenu entre un train et un car scolaire près du village de Millas, causant la mort de plusieurs collégiens et en blessant beaucoup d’autres, Sa Sainteté le Pape François s’associe par la prière à la souffrance des familles éprouvées par ce drame ainsi qu’à la douleur des camarades, collégiens et collégiennes, des proches de toutes les victimes et de la population de la région.
Il Invoque Dieu, Père de miséricorde, afin qu’il accueille dans la paix de sa lumière ces jeunes qui ont perdu la vie, et qu’il apporte réconfort et espérance aux blessés et à leurs familles. Le Saint­Père leur exprime sa profonde sympathie les assurant de sa proximité spirituelle, ainsi qu’aux personnes qui les entourent et aux secouristes. En gage de réconfort, le Pape François adresse une affectueuse Bénédiction Apostolique à toutes les personnes touchées par ce drame.
Cardinal Pietro Parolin
Secrétaire d’État de Sa Sainteté
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

DRAME DE MILLAS – MONSEIGNEUR TURINI : « NOS CŒURS SONT TOUCHÉS »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Lire également
« 
MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS« 

Monseigneur Norbert Turini, Évêque de Perpignan-Elne
Monseigneur Norbert Turini, Évêque de Perpignan-Elne
La collision tragique entre un train et un autocar scolaire, survenue jeudi après-midi à Millas et qui a coûté la vie à quatre adolescents et laisse encore 10 blessés dans un état grave et d’autres encore dans un état préoccupant est une tragédie pour notre diocèse. Car c’est bien plus qu’un village ou qu’une communauté de paroisses qui sont touchés aujourd’hui mais tout un peuple qui souffre pour ses enfants. Ce matin mes pensées, au nom de toute la communauté  Catholique des Pyrénées-Orientales, vont évidemment à toutes les victimes de ce drame, à leurs familles et proches et à tous ceux qui le sont côtoyés et qui sont en deuil et je m’associe à leur peine.
J’assure toutes les personnes affectées par cet événement de mon soutien total et de ma prière en ces heures difficiles. Dans ce moment de douleur intense, où nos coeurs sont touchés, nous ne voulons pas oublier à quelques jours de Noël que le Christ vient partager notre humanité jus que dans ses plus grandes souffrances. Tous les hommes sont invités à puiser dans sa Lumière et sa présence, la force et l’espérance nécessaires pour traverser une telle épreuve.
Depuis les premières heures de ce tragique accident, notre diocèse est mobilisé pour soutenir les victimes, leurs familles et proches. Pour les accueillir, le s’entourer, le s’écouter, les réconforter et les accompagner du mieux que nous pouvons pour les aider à traverser cette douloureuse épreuve. L’Abbé Benoît De Roeck, curé de la communauté de Paroisses touchée par ce drame est totalement mobilisé depuis jeudi soir et reste depuis à l’écoute de tous ceux qui cherchent du réconfort. Je l’assure, avec son équipe paroissiale de mon soutien total.
Au-delà, le diocèse se rend disponible pour permettre à tous ceux qui le désirent, de se recueillir, de prier et d’accompagner les victimes et leurs familles dans la douleur. J’ai demandé à ce que le Glas soit sonné dans toutes les églises du diocèse ce vendredi midi et à 19h.
Une messe est célébrée ce vendredi à 18h en l’église Saint André de Saint Féliu d’Avall. Dimanche, la messe paroissiale qui prendra une autre dimension aura lieu à 9h30 à Saint Feliu-d’Avall. Dimanche soir à 18h30, je présiderai une veillée de prière à l’intention des victimes et de leurs proches dans l’église de Saint Féliu d’avall.
Les familles pleurent leurs enfants disparus et notre famille diocésaine pleure avec elles. Leur cœur est brisé et nous voulons leur ouvrir le nôtre pour les y accueillir et leur offrir notre espérance, notre affection sans limite et notre réconfort. 
+ Norbert Turini
Évêque de Perpignan-Elne 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Monseigneur Norbert Turini, Évêque de Perpignan-Elne
Monseigneur Norbert Turini, Évêque de Perpignan-Elne

POLITIQUE – DROITES ET RÉPUBLIQUE : UNE HISTOIRE MOUVEMENTÉE ET CONTRARIÉE

Par Francis Daspe 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
Francis Daspe 450Le groupe d’action « Étudiants Insoumis de Perpignan » de La France Insoumise avait invité Francis Daspe mercredi 13 décembre pour une conférence / débat sur le thème « Droites, extrême droite et République ». Cette formation militante coïncidait aussi avec l’actualité récente, tant nationale et que départementale.
L’orateur rappelait les origines du clivage droite / gauche : les débats sur le droit de veto à accorder ou pas au roi au début de la Révolution française en 1789. « La droite s’est constituée dans une opposition à l’héritage de la Révolution française et sa déclinaison institutionnelle, la République », expliquait-il. À ce clivage politique initial, deux autres allaient se superposer : une opposition religieuse estimant qu’il ne pouvait y avoir de société stable sans une influence forte du fait religieux, une opposition économique considérant que l’État devait s’effacer devant la loi du marché dans le cadre du capitalisme de la révolution industrielle naissante.
« Ces remarques peuvent faire sourire aujourd’hui, et inviter en tout cas, à écarter toute forme d’anachronisme », affirmait Francis Daspe. « Les déclamations de la droite et de l’extrême droite sur la laïcité manquent de sincérité historique. Les politiques menées par les gouvernements socialistes et par la majorité autour du Président Macron sont bien de droite ».
Aux XIXème et XXème siècles, la droite a oscillé entre périodes de rejet de la République qualifiée de « Gueuse » (monarchie constitutionnelle, écrasement de la Commune, détestation du Front Populaire, parenthèse pétainiste etc.) et moments de ralliement plus ou moins contraint. « A chaque fois que des pans de la droite finissaient par accepter la République, la contrepartie était que la République soit rétrécie dans ses principes ». Francis Daspe illustrait ses propos par des exemples précis : moins de République sociale avec la formule de Thiers au moment de la Commune indiquant que la République serait conservatrice ou ne serait pas, moins de République laïque avec le refus d’appliquer la loi se séparation de l’État et des Églises de 1905 aux trois départements alsaciens et mosellan au lendemain de la première guerre mondiale ou le vote de la loi Debré de 1959 qui permet le financement de l’école privée religieuse, moins de République démocratique avec les institutions gaulliennes de la monarchie présidentielle de la 5ème République.
Ces impensés antirépublicains sont toujours valables aujourd’hui, comme en témoignent la droite décomplexée incarnée par Laurent Wauquiez et la « zemmourisation » des esprits. « Il en va de la devise républicaine qui n’a jamais été totalement acceptée. Pour elle, la liberté signifie trop souvent anarchie, pertes des valeurs traditionnelles et désordre. L’égalité serait porteuse de tyrannie de la masse en raison d’un prétendu égalitarisme et d’un nivellement par le bas. La fraternité équivaudrait à un cosmopolitisme honni et à une perte d’identité ».
Francis Daspe concluait par des allusions à ses deux derniers livres. « Si la droite s’est rebaptisée Les Républicains, c’est qu’elle a ressenti le besoin de se nommer par ce qu’elle n’a pas été et ce qu’elle n’est pas totalement », faisant écho à l’avant-dernier livre « Le vol des mots. Le voile des mots » (éditions du Croquant, octobre 2016). Reprenant la formule adressée à cette droite ralliée au début du XXème siècle après l’affaire Dreyfus, « Vous acceptez la République, fort bien ! Mais acceptez-vous le bilan de la Révolution ? », il renvoyait à son dernier ouvrage « La Révolution citoyenne au cœur » (Eric Jamet éditeur, octobre 2017). Pour certains, le chemin est encore long…

PERPIGNAN : INTERPELLÉ EN FLAGRANT DÉLIT DE CAMBIOLAGE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Jeudi 30 novembre, vers 21h15, le commissariat est avisé par des riverains du comportement suspect d’un individu qui vient de s’introduire dans un restaurant actuellement fermé de la place André GRETRY à Perpignan. Un équipage de la Brigade Anti-Criminalité arrive rapidement sur place et constate qu’effectivement la porte d’entrée a été forcée par pesée.
Les policiers investissent les lieux et tombent nez à nez avec un individu en train de manipuler le terminal carte bleue de l’établissement.
Immédiatement interpellé, le malfrat, âgé de 39 ans et défavorablement connu des services de police, est aussitôt placé en garde à vue.
La suite des investigations est confiée aux enquêteurs de la Cellule Anti-Cambriolage de la Sûreté Départementale.
Entendu, l’individu ne reconnaîtra pas les faits malgré les éléments à charge, prétendant maladroitement être un ami des restaurateurs et être rentré dans l’établissement pour téléphoner, profitant du fait que la porte était restée ouverte.
À l’issue de sa garde à vue, il faisait l’objet d’une convocation ultérieure devant le tribunal correctionnel de Perpignan pour répondre des faits de tentative de vol par effraction.
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PYRÉNÉES-ORIENTALES : ACCIDENT FERROVIAIRE SUR L’AXE PERPIGNAN-VILLEFRANCHE DE CONFLENT AVEC UN CAR SCOLAIRE

MISE À JOUR RÉGULIÈRE SUR CE MÊME ARTICLE 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

 Un accident ferroviaire grave avec un CAR scolaire est survenu cet après-midi sur l’axe ferroviaire PERPIGNAN -VILLEFRANCHE DE CONFLENT. L’accident s’est produit à hauteur du passage à niveau n°25 de MILLAS. 
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
CP 11
CP 10
CP9CP 08 bisCP 07CP 06CP 05CP 04CP 03CP 02CP 01

 

CANET : EN BORD DE MÉDITERRANNÉE, LES INSOUMIS ONT LA COTE AVEC L’ÉCOSOCIALISME

Par Françoise BOSMAN pour le groupe d’action de Canet-en-Roussillon

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Logo France insoumiseLe groupe d’action de Canet-en-Roussillon de La France Insoumise a tenu sa première initiative publique dans le cadre de sa campagne intitulée « En bord de Méditerranée, les Insoumis ont la cote avec l’écosocialisme ». Ces rencontres, ouvertes à tous publics, ont vocation à organiser la diffusion de solutions cohérentes et constructives aptes à redonner confiance dans l’initiative citoyenne.
Celle du 2 décembre portait sur l’étude du livret thématique, « Eau, Bien commun », approfondissement complémentaire du programme « L’Avenir en commun ». Le caractère transversal de la question de l’eau a été mis en évidence ainsi que sa capacité à répondre aux multiples urgences pour lesquelles le programme de La France Insoumise lutte. Il a été décidé de réaliser un tract pédagogique à partir du livret thématique. Un recueil en forme de « livre noir » de la gestion privée de l’eau est en projet.
« En bord de Méditerranée, les Insoumis ont la cote avec l’écosocialisme » est une campagne d’action qui a vocation à se pérenniser. D’autres actions militantes ont été d’ores et déjà identifiées, afin de populariser le projet écosocialiste : conférence / débat à partir d’un diaporama sur les 18 thèses de l’écosocialisme, invitation d’orateurs nationaux de La France Insoumise, implication dans des luttes environnementales d’intérêt général, atelier de lecture et d’étude collectives de livrets thématiques de La France Insoumise, mise en place d’ateliers législatifs, etc.
LOGO L'AVENIR EN COMMUN

PERPIGNAN : L’INTERSYNDICALE DU LYCÉE MAILLOL REJÈTE LE BUDGET

Par Francis Daspe

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Motion présentée par l’Intersyndicale des professeurs « collège des personnels enseignant » du Lycée Maillol (FO, CGT, FSU, Solidaires, SNETAA, CNT) à l’occasion du Conseil’Administration du 07 décembre 2017.   Elle a obtenu le soutien des représentants « des collèges personnels ATOSS, parents d’élèves et élèves ».
De ce fait, le budget a été repoussé à une large majorité.
Nous dénonçons, dans le cadre contraint de l’austérité adoptée au niveau national, les baisses drastiques des dotations budgétaires attribuées aux collectivités territoriales.
Le lycée Maillol enregistre, pour la 3ème  fois en 4 ans, une baisse importante de sa dotation de fonctionnement et ce malgré une hausse constante des effectifs. Cette nouvelle baisse a malheureusement des répercussions concrètes dans le fonctionnement au quotidien de notre établissement.
Nous déplorons que la région Occitanie, anciennement Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, ne soit plus en mesure de satisfaire financièrement les besoins sociaux et éducatifs des élèves, reportant de fait sur les familles une part croissante des charges et des frais.
Les valeurs de l’École de la République sont de la sorte progressivement rognées et rétrécies. C’est inacceptable.

PERPIGNAN – « PROJET DE REVITALISATION DE LA RUE DES AUGUSTINS : DES PANSEMENTS SUR UNE JAMBE DE BOIS ! »

Par le Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
et partager largement

LA portraitAlors que la rue des Augustins était jadis l’artère des boutiques chics prisées des perpignanaises et des perpignanais, les politiques menées depuis 30 ans en matière de commerce par les exécutifs Alduy-Pujol, ont eu raison de cet ancien poumon économique du centre-ville.
Pour cacher l’échec de cette politique, les élus de la majorité ont trouvé la solution : la vitrophanie apposée sur les devantures de boutiques laissées à l’abandon, pour faire croire à un semblant d’activité ! Une opération de tromperie organisée et financée avec l’argent du contribuable bien évidemment…
Olivier Amiel
Olivier Amiel
Cette mascarade visuelle est mise en place en attendant l’hypothétique plan de revitalisation dont on sait qu’il n’arrivera pas avant 2021 à minima ; plan qui doit par ailleurs être piloté par « l’Établissement Public National d’Aménagement et de Restructuration des Espaces Commerciaux et Artisanaux (EPARECA) » dont on sait que la revitalisation des centres-villes n’est pas la spécialité… La rue des Augustins finira sûrement comme le « Centre du Monde », en triste symbole d’une majorité municipale à bout de souffle qui ne survit qu’à coups d’opérations de communication.
Face à ces gesticulations, le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » propose depuis 2014 des mesures simples pour notre coeur de ville : une nouveau « plan de circulation » et une remise à plat de la politique de stationnement.
Malgré tout la majorité municipale LR-UDI-LREM s’obstine, refusant de favoriser l’activité économique, privilégiant le profit fiscal avec l’augmentation des tarifs de stationnement, à la survie de notre commerce en centre-ville.

PYRÉNÉES-ORIENTALES – RN116 : LES COLLECTIVITÉS DÉLIBÈRENT

Communiqué de François Calvet, Sénateur des Pyrénées-Orientales

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

François-CALVETLe 23 octobre 2017, j’ai sollicité les communes et intercommunalités des Pyrénées-Orientales pour délibérer sur la demande de prorogation de la DUP du 16 juillet 2008 portant mise à deux fois deux voies de la RN 116 entre Ille sur Têt et Prades, l’autorité préfectorale ayant confirmé qu’elle ne la demanderait pas.
Si nous n’obtenons pas la prorogation de cette DUP, cela signifie clairement, l’abandon définitif du projet, véritable catastrophe pour le développement économique de notre département et la sécurité des usagers utilisant la RN 116.
Suite au courrier que j’ai adressé à tous les maires et présidents d’intercommunalité du département, je me réjouis de constater qu’aujourd’hui plus de 80 communes ont déjà délibéré. La Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée, la Communauté de Communes Sud Roussillon, la Communauté de Communes Pyrénées Cerdagne et le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales ont également manifesté leur intérêt en délibérant ou en rédigeant une motion.
Les annonces de Madame Elisabeth Borne, Ministre des Transports, à l’occasion de sa venue à Prades lundi 27 novembre, ne seront jamais que des solutions de remplacement et ne seront pas à la hauteur de cet enjeu.
Nous continuons le combat, car la meilleure façon pour ne rien obtenir c’est de ne pas se battre jusqu’au bout. La prorogation de cette DUP devrait produire ses effets immédiats, quand bien même pourrait-elle être réalisée par tranches en fonction des financements obtenus, ce qui n’est pas le cas des alternatives proposées.
Aussi, forts de l’implication de tous les élus locaux, nous demanderons officiellement, dès le début de l’année 2018 la prorogation de la DUP.

AGROPOLIS : QUAND LA GAUCHE MÉPRISE LA SCIENCE ET LE PATRIMOINE

Communiqué de France Jamet, Députée française au Parlement européen, Membre du Bureau Politique du Front National, 1ère Vice-Présidente du Groupe des Élus Front National-RBM, au Conseil Régional d’Occitanie. 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

France Jamet
France Jamet
Inauguré en 1994 puis fermé en 2010, l’Agropolis Museum est aujourd’hui dans un état de délabrement indigne suite à son abandon par la mairie de Montpellier et la Région. La Gauche a totalement négligé ce projet scientifique pourtant unique en France, développé autour de l’alimentation et de l’agriculture : absence de stratégie et de communication, aucun investissement à long terme… L’ancien président Georges Frêche a préféré sacrifier ce pôle culturel pour mieux concentrer l’argent public sur ses projets pharaoniques et dispendieux, à l’image de l’Odysseum.
Carole Delga
Carole Delga
Alors que la Gauche régionale ne manque pas une occasion de promouvoir le multiculturalisme, elle se désintéresse de tous les projets valorisant notre identité, notre savoir-faire et notre enracinement. En effet, l’alimentation est un art national devant être préservé de la concurrence de la malbouffe, qui s’introduit aujourd’hui dans nos habitudes alimentaires. Entre le musée de la Préhistoire de Tautavel menacé de fermeture et l’abandon du centre international d’Agropolis, la Gauche n’est pas l’amie du patrimoine d’Occitanie !
Le groupe FN au Conseil régional dénonce le mépris total de Madame Delga à l’égard d’Agropolis Museum. Les élus du groupe FN-RBM souhaitent un investissement ambitieux du Conseil régional pour faire renaître ce projet dédié à l’anthropologie de l’alimentation et de l’agriculture, qui mobilisera des scientifiques contribuant à l’attractivité de notre région.

PERPIGNAN : ESCROQUERIE AU PRÉJUDICE D’UNE PERSONNE ÂGÉE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Mercredi 08 novembre dans la matinée, deux individus, un père et son fils, se prétendant être spécialistes en toiture, font du démarchage à domicile dans le quartier du Clos-Banet à Perpignan.
Ils sonnent à la porte d’un octogénaire et se font autoriser l’accès sous prétexte que des tuiles se décollent de sa toiture.
Profitant de la vulnérabilité de leur hôte, ils lui proposent leurs services et demandent à accéder à la toiture pour effectuer les réparations.
Tandis que le père reste au contact de la victime, le fils monte sur le toit et en redescend une heure après, prétendant avoir effectué les travaux pour lesquels, il établit une facture s’élevant à 1500 €uros.
La victime ne pouvant s’acquitter sur le champ de cette somme, ils lui proposent de lui acheter son véhicule pour un montant de 1000 €uros et lui indiquent qu’ils se représenteront à son domicile pour lui apporter le montant restant dû, c’est-à-dire 500 €uros.
Troublée par ces manœuvres, la victime accepte, et les documents relatifs à la vente sont immédiatement rédigés. Bien entendu, les entrepreneurs peu délicats, n’oublient pas de prévenir un autre membre de la famille afin de venir récupérer au plus vite leur acquisition largement sous-évaluée, le véhicule ne présentant que 30 000 km au compteur.
Les esprits repris et n’ayant plus de nouvelles « de ces malhonnêtes acheteurs », quelques jours plus tard, l’octogénaire prend conscience de s’être fait escroquer et décide de déposer une plainte au commissariat de police.
La suite des investigations est confiée au Groupe de voie Publique de la Sûreté Départementale.
D’emblée les enquêteurs font vérifier les travaux entrepris sur la toiture et les doutes sont immédiatement confirmés : les réparations ont été effectuées de façon sommaire par une simple apposition de scotch sur les fissures relevées, ne laissant ainsi aucune ambiguïté sur les intentions pernicieuses des pseudos entrepreneurs.
Rapidement identifiés, les mis en cause âgés de 42 et 20 ans, défavorablement connus des services de police, notamment le plus âgé pour des faits similaires, sont convoqués au commissariat et placés en garde à vue.
Entendus sur les faits, le père de famille niera toute manœuvre frauduleuse dans leurs agissements tandis que son fils finira par reconnaître les faits.
Le véhicule a pu être restitué à la victime.
À l’issue de leurs gardes à vue, ils faisaient tous les deux l’objet d’une convocation ultérieure devant le tribunal correctionnel de Perpignan pour répondre des faits d’escroquerie sur personne vulnérable.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : INTERPELLÉ EN FLAGRANT DÉLIT DE CAMBRIOLAGE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Jeudi 30 novembre,vers 21h15, le commissariat est avisé par des riverains du comportement suspect d’un individu qui vient de s’introduire dans un restaurant actuellement fermé de la place André Gretry à Perpignan.
Un équipage de la Brigade Anti-Criminalité arrive rapidement sur place et constate qu’effectivement la porte d’entrée a été forcée par pesée.
Les policiers investissent les lieux et tombent nez à nez avec un individu en train de manipuler le terminal carte bleue de l’établissement.
Immédiatement interpellé, le malfrat, âgé de 39 ans et défavorablement connu des services de police, est aussitôt placé en garde à vue.
La suite des investigations est confiée aux enquêteurs de la Cellule Anti-Cambriolage de la Sûreté Départementale.
Entendu, l’individu ne reconnaîtra pas les faits malgré les éléments à charge, prétendant maladroitement être un ami des restaurateurs et être rentré dans l’établissement pour téléphoner, profitant du fait que la porte était restée ouverte.
À l’issue de sa garde à vue, il faisait l’objet d’une convocation ultérieure devant le tribunal correctionnel de Perpignan pour répondre des faits de tentative de vol par effraction.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN ET SON AGGLOMÉRATION – AGRESSIONS ET INCIVILITÉS DANS LES BUS : STOP À L’IMPUNITÉ !

Par le Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
et partager largement

LA portraitLouis Aliot et les élus du Groupe « Perpignan Ensemble » apportent leur soutien aux chauffeurs de bus de la Communauté Urbaine de Perpignan qui exercent leur métier dans des conditions de plus en plus difficiles…
En effet, encore récemment, en plein coeur de Perpignan, Place de Catalogne, un machiniste a été victime d’une agression gratuite ! En plus de ces actes intolérables, viennent se greffer des caillassages qui se multiplient même en dehors des quartiers dits « sensibles ».
Malgré les gesticulations sécuritaires et les effets d’annonces des élus en charge des transports à l’agglomération de Perpignan, le nombre d’incivilités constatées sur les différentes lignes de bus ne cessent de croître d’année en année, et ce malgré la densification de la vidéo-surveillance et l’embauche d’agents de « médiation ».
Face à ces actes de délinquance qui se multiplient, les élus FN/RBM rappellent au Président-Maire de la Communauté Urbaine, Jean-Marc Pujol, que c’est avant tout la Politique de la Ville qu’il initie, qui crée le sentiment d’impunité auprès des fauteurs de troubles.
Les élus FN/RBM espèrent sans grande illusion que la Justice saura se montrer ferme à l’égard des délinquants qui empoisonnent quotidiennement la tranquillité des voyageurs et le bon fonctionnement de notre Service Public de transport urbain.
Enfin, Louis Aliot, Député et Conseiller Municipal de Perpignan, demande à ce qu’au plus vite une table ronde rassemblant élus, acteurs de la Justice, de la Sécurité, des Transports ainsi que les représentants des usagers et des salariés de Sankéo, soit organisée sous l’égide du Préfet, pour mettre en place une réponse rapide à cette situation devenue inadmissible !

PERPIGNAN : CAFÉ CITOYEN FRANCE INSOUMISE SUR LA QUESTION KURDE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Logo France insoumise
Le groupe d’action de La France Insoumise, « Vite, la 6ème République », initié par Mickaël Idrac et situé à Perpignan, organise un café citoyen jeudi 7 décembre. Il se déroulera à partir de 19h, à Perpignan, au Grand Café de La Poste (place de la Victoire).
Il portera sur la question kurde et sera intitulé : « Les Kurdes, les damnés du Moyen-Orient ? ».
Il sera introduit par Jérôme Pous.  

Réservations à faire auprès de Mickaël Idrac :06.32.30.45.93
https://lafranceinsoumise.fr/
LOGO L'AVENIR EN COMMUN

RÉGION CONVENTION ENGIE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Carole Delga :
« Nous relevons le défi de la croissance verte pour stimuler notre économie et créer les emplois de demain »

Carole Delga et Isabelle Kocher
Carole Delga et Isabelle Kocher
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Isabelle Kocher, Directrice Générale d’ENGIE, ont signé ce mardi 5 décembre, à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, une convention de partenariat autour de la transition énergétique et de l’innovation territoriale en Occitanie.
« Avec ce nouveau partenariat, nous posons une nouvelle pierre pour atteindre l’objectif que j’ai fixé dès le début de mon mandat : faire d’Occitanie la 1ère Région à énergie positive d’Europe d’ici 2050.  Cet objectif implique de diviser par 2 la consommation énergétique par habitant et de multiplier par 3 la production d’énergies renouvelables », a rappelé à cette occasion Carole Delga.
Trois priorités ont été identifiées et constituent la colonne vertébrale de la convention signée aujourd’hui : l’emploi,  l’innovation et la transition énergétique. Sur les 5 ans à venir, la Région et ENGIE mettront en place des collaborations spécifiques autour de la mobilité durable, de la production d’énergies renouvelables locales ou encore de la rénovation des bâtiments.
« L’expertise et les savoir-faire d’ENGIE vont nous permettre de développer les potentiels de notre territoire. Je pense notamment à l’éolien flottant et à l’hydrogène, deux domaines dans lesquels nous sommes en pointe. Dans la lancée du projet Hyport, nous allons travailler à la structuration d’une filière complète et promouvoir une nouvelle mobilité fondée sur l’hydrogène. La transition énergétique, c’est aussi la mutation des métiers et la création d’emplois nouveaux ! Nos efforts porteront donc également sur l’adaptation de l’offre de formation pour répondre aux besoins en compétences des entreprises. Ensemble nous relevons le défi de la croissance verte pour stimuler le développement économique de nos territoires et créer les emplois de demain », a également déclaré la présidente de Région.
Crédit photo : Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée – Jean-Jacques Ader 
Grégory CHAVANNES
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

SAINT-ESTÈVE : LA LETTRE D’ACTUALITÉ DU 1er DÉCEMBRE 2017

 

L’actualité de la ville

du vendredi 01 au dimanche 10 décembre 2017


Votre foyer est-il éligible à la fibre ?

Orange déploie la fibre à Saint-Estève

D’ici fin Décembre, près de 600 foyers pourront déjà être reliés au réseau

Votre logement est-il relié ?
Cliquez-ici pour en savoir plus

Votre logement n’est pas relié :
Suivez-ici chaque étape du raccordement.


INSCRIPTIONS


A partir du vendredi 01 décembre – Inscription au Séjour de Ski organisé par le CCAS

Le Centre Communal d’Action Sociale de la ville de Saint-Estève propose un séjour de ski pour les 8/11 ans et les 12/17 ans du dimanche 25 février au vendredi 02 mars 2018.
Les inscriptions débutent le vendredi 01 décembre au secrétariat de l’ALSH (04 68 38 21 95)
Attention les places sont limitées


A partir du 01 décembre – Inscriptions pour les mercredis et les vacances scolaires 2018

Attention, les inscriptions ouvrent à partir du 1 décembre pour les mercredis des deux trimestres 2018 à venir et les petites vacances d’hiver du 19 février au 2 mars (places limitées).

Inscriptions auprès du secrétariat de l’Accueil de Loisirs


CE WEEK-END À SAINT-ESTÈVE


Vendredi 01 décembre – Rifle du Trèfle à 4 feuilles

20h30 – Locaux du Trèfle à 4 feuilles, rue Arnaud de Villeneuve

Contact : 04 68 38 06 07


Jusqu’au samedi 9 décembre – Exposition Photographie/Ecriture

Médiathèque – Salle Michel Ey – Entrée Libre

Exposition en partenariat avec la photographe-plasticienne Véronique Gilbert (Pour en savoir plus sur l’artiste, cliquez ici)

Exposition visible durant les heures d’ouverture de la médiathèque. Vendredi : 10h-12h et 14h-19h / Samedi : 9h-12h et 15h-17h (sauf animations prévues)

Plus d’info en cliquant-ici


LA SEMAINE PROCHAINE À SAINT-ESTÈVE


Du jeudi 7 au samedi 9 décembre – Festival de Cinéma « Les Toiles »

Organisé par l’association Les Rendez-Vous de Saint-Estève sur le thème « Le cinéma italien aujourd’hui »

Théâtre de l’Etang – Entrée libre et gratuite

Le programme :

Jeudi 7 :

18h : conférence « Le cinéma italien des années 2000″ par Alain Arthozoul

20h30 : “Golden Door” drame historique d’Emmanuele Crialese (2007- 1h58 – VOSTF)

Vendredi 8 :

20h30 : “Mon frère est fils unique” comédie dramatique de Daniele Luchetti (2007 – 1h40 – VOSTF)

Samedi 9 :

14h30 : “La bella gente” drame de Ivano de Matteo (2011 – 1h38 – VOSTF)

17h : “Palerme” comédie dramatique d’Emma Dante (2013 – 1h32 – VOSTF)

20h30 : “Terraferma” drame d’Emmanuele Crialese (2011 – 1h28 – VOSTF)


Vendredi 8 décembre – Vernissage exposition « Beauté de la nature »

Mas Carbasse – 19h – Entrée Libre

Exposition du 9 au 17 décembre

Ouvert tous les jours: 10h-13h et 14h-17h

Mas Carbasse – Entrée Libre


Vendredi 8 décembre – Inauguration Exposition

« La jeunesse stéphanoise expose et s’expose »

Le point Information Jeunesse fait découvrir la finalité du projet « Street photo » qui s’est déroulé durant les vacances de printemps

PIJ – 19h – Inauguration / 20h – Ateliers photos

Exposition visible jusqu’au 22 décembre – Pij – Du lundi au jeudi 14h à 18h et vendredi de 14h à 22h


Vendredi 8 décembre – Inauguration du Marché de Noël de l’association Zest Canton du Riberal

19h – Place Saint-Mamet – Entrée Libre

Du vendredi 8 au jeudi 21 décembre – Marché de Noël de l’association Zest Canton du Riberal

Restauration, commerces, artisans, jeux pour enfants

Place Saint-Mamet – Ouvert tous les soirs de la semaine de 17h à 23h et le week-end de 10h à minuit


Samedi 9 et dimanche 10 décembre – Marché de Noël de la ville de Saint-Estève

Samedi 9 Décembre : 10h/20h

A partir de 10h : Ateliers d’origami Confection de bagues et de masques en papier (2 sessions prévues de 10h à 11h et 11h à 12h, inscriptions en mairie, limité à 10 places) Public : Enfants à partir de 6 ans et adultes

10h30 : Chants des enfants de l’école catalane La Bressola

11h30 : Inauguration

14h-17h : Atelier sculpture sur ballons et maquillages 14h-18h : Animation : Jeux en bois d’adresse et de réflexion

Dimanche 10 Décembre : 10h/18h

A partir de 10h : Ateliers d’origami Confection de bagues et de masques en papier (2 sessions prévues 10h à 11h et 11h à 12h) Public : Enfants à partir de 6 ans et adultes. Inscriptions en mairie, limité à 10 places

14h-16h30 : Animation : Jeux en bois d’adresse et de réflexion

14h-17h : Atelier sculpture sur ballons et maquillages 17h : Remise des prix du concours de dessin des écoles

Espace Saint-Mamet – Entrée Libre


Dimanche 10 décembre – Conférence

Organisée par l’association Les Amis de l’Égypte Ancienne sur le thème « Le Temple de Dendara »

Salle des Aînés – De 9h à 17h30 – Tarif séminaire: 15€ – Possibilité de repas sur place le midi (facultatif) : 25€

Inscriptions au 04 68 92 22 01 ou scribe.thot@gmail.com

+ d’infos sur ce lien


Les associations stéphanoises mobilisées pour le Téléthon !

Du lundi 4 au lundi 11 décembre – Le Riberal Athétic Club organise une collecte interne

Mardi 5 et vendredi 8 décembre – Les associations Coeur et Santé, et Sport Adapté s’associent pour une marche traditionnelle dans Saint-Estève avec une collecte les mardi 5 et vendredi 8 au bois joli

Mercredi 6 et vendredi 8 décembre – Le Bridge Club Stéphanois organise des tournois internes avec participation

Jeudi 7 décembre – Le Club de Poker organise une après-midi « Téléthon » avec participation

Samedi 9 décembre – Le Cercle des Nageurs Sauveteurs et l’association Plongée Catalane proposent à la Piscine Municipale Louis de Luca différents Chalenges Aquatiques de 10h à 19h. Buvette/Animation – Entrée 5€

Dimanche 10 décembre – Le club du Yoga et la Banda Jovent Del Monestir organisent une collecte de fonds auprès des stéphanoises et stéphanois de 9h30 à 12h30 à Intermarché, Zone de la Mirande, zone du balcon du Canigou

Les actions déjà menées:

Le dimanche 5 novembre – L’association Rando Marche, avec la collaboration de Céline Vila, ont organisé un thé dansant, au Boléro

Le samedi 25 novembre – Les Tréteaux Stéphanois ont organisé une soirée « Les années folles », à la salle Jean Jaurès. Saint-Estève Guisborough y tenait la buvette

L’Amicale Philatélique, le Tarot de l’Amitié, le Véloclub et le Chindaï participent au Téléthon par un don


TRAVAUX


Pour permettre les travaux, la circulation routière sera adaptée, réduite par alternat ou barrée en fonction des nécessaires contraintes de sécurité. Il sera interdit de stationner de part et d’autre des chantiers
Mardi 5 décembre – Parking du Trèfle à 4 feuilles et rue Arnaud de Villeneuve

Déchargement de câbles entre Baixas/Haut-Vernet. Accès aux riverains maintenu dans le sens Baixas-Saint-Estève

Jusqu’au vendredi 8 décembre – Entre le centre Commercial du Canigou et le rond-point de Netto

Travaux sur les réseaux humides

Jusqu’au vendredi 15 décembre – Rue des écureuils, rue et impasse des Aramons

Travaux sur le réseau de télécommunications. Accès aux riverains maintenu

Jusqu’au 1er semestre 2018 – Rue Roc des Isards

Travaux de réfection de l’éclairage public

Soyez vigilant dans ces zones !

5, rue de la république / 66240 Saint-Estève
Tél.: 04 68 38 23 00 Fax.: 04 68 92 87 85
E-mail: saint.esteve.mairie@st-esteve.com
Horaires d’ouverture :
Du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
Le vendredi de 8h30 à 13h et de 13h30 à 17h

RECHERCHE PRESTATAIRE

Société de gestion immobilière recherche indépendant ou micro-entrepreneur pour des petits travaux de rénovations, réparations et petite maçonnerie sur PERPIGNAN-LAS COBAS et CANET-EN-ROUSSILLON.

Contacter le journal qui transmettra à l’adresse directsud.eu@gmail.com pour prise de rendez-vous rapide.

PERPIGNAN : INTERPELLÉ POUR MENACES DE MORT ET VIOLENCES AVEC ARME DANS L’ENCEINTE DE L’UNIVERSITÉ

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Le 29 novembre 2017, le commissariat est avisé par le service de sécurité de l’Université des agissements d’un étudiant, en train de menacer d’autres élèves avec un couteau dans l’enceinte du campus.
Un équipage de la Brigade Anti-Criminalité arrive rapidement sur place et grâce au signalement communiqué par l’agent de sécurité, les policiers interpellent rapidement l’individu qui se trouve dans un état d’agitation et de nervosité avancé.
Il découvre le couteau et du produit stupéfiant, en l’occurrence de l’herbe de cannabis sur lui, il est alors immédiatement placé en garde à vue.
L’enquête est confiée à la brigade criminelle de la Sûreté Départementale.
Les auditions des différents témoins et victimes établissent que la veille, cet étudiant de 1ere année de licence d’anglais, âgé de 20 ans, et connu des services de police, notamment pour usage de stupéfiants, s’était déjà fait remarquer.
Dans la matinée en effet, un infirmier était avisé que l’individu en question faisait une crise d’épilepsie dans l’amphithéâtre de l’Université. À son arrivée, il était confronté à l’agressivité de l’élève qui se trouvait dans un état d’excitation avancée et difficilement maîtrisable. Il faisait alors appel aux SAMU et au médecin du campus.
Lors de son intervention, l’infirmier était victime de coups qui vraisemblablement lui avaient été portés de façon involontaire par l’étudiant qui tentait de le repousser.
Une fois les secours sur place, l’étudiant était sorti de l’amphithéâtre non sans mal, celui-ci, toujours dans le même état d’agitation, refusant de se laisser transporter.
Dans le hall, il parvenait à jeter violemment du mobilier au sol et invectivait les secours allant même jusqu’à les menacer à plusieurs reprises de revenir pour les tuer.
Le père de l’étudiant était à son tour contacté par les services de secours, il se rendait sur place, parvenait à le calmer et le prenait en charge.
Hier, estimant qu’il avait récupéré, il réintégrait les cours, mais son amélioration n’était que de courte durée. Lors d’une nouvelle crise et sous prétexte de chercher du produit stupéfiant, ils menaçaient les élèves dans la cour avec le couteau.
Dans les locaux du commissariat, il ne se calmait pas pour autant, il invectivait les fonctionnaires de police, déchirait des actes de la procédure et montrait ses parties intimes.
Face à son comportement, le parquet demandait qu’il soit examiné par un médecin psychiatre. Ce dernier déterminait qu’au moment des faits son discernement était altéré mais que, toutefois, il était accessible à une sanction pénale.
Difficilement entendu, il reconnaissait les faits, mais justifiait son état par une prise importante de médicaments et de cannabis.
À l’issue de sa garde à vue, il sera présenté demain (vendredi) au parquet de Perpignan en vue d’une comparution immédiate devant le Tribunal Correctionnel le même jour pour répondre des faits de violences aggravées, menaces de mort à l’encontre d’un professionnel de santé, port d’armes de catégorie D et détention de produits stupéfiants.
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN – POLICE NATIONALE, POLICE MUNICIPALE, DOUANES ET SERVICE D’HYGIÈNE : VASTE OPÉRATION CONJOINTE DE CONTRÔLE DES ÉPICERIES DE NUIT ET DÉBITS DE BOISSONS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Le DSP J.Marc Rebouillat et la Maire-Adjointe à la sécurité Chantal Bruzi
Le DSP J.Marc Rebouillat et la Maire-Adjointe à la sécurité Chantal Bruzi
Le 30 novembre à partir de 20h, une vaste opération de contrôle des épiceries de nuit et des débits de boissons de Perpignan était organisée à l’initiative de la Direction Départementale de la Sécurité Publique des Pyrénées-Orientales.
Sur réquisition du parquet de Perpignan, 26 effectifs de la police nationale, de la police municipale, des douanes et des services d’hygiène ont investi les établissements situés dans l’ensemble de la circonscription.
Au cours de cette opération, 5 épiceries et 3 bars à « chicha » ont fait l’objet de vérifications poussées et 40 personnes ont été contrôlées.
Le bilan de cette opération s’est avéré positif puisque deux individus ont été interpellés dont un était placé en garde à vue, une procédure pour travail dissimulé a été diligentée, trois établissements ont été verbalisés pour diverses infractions et près de 50 paquets de cigarettes vendus illégalement ont été saisis.
Le directeur de la PMStéphane CAUSSIGNAC et le Lt Colonel Denis NAURET qui commande le groupement de gendarmerie départementale
Le directeur de la PM Stéphane CAUSSIGNAC et le Lt Colonel Denis NAURET qui commande le groupement de gendarmerie départementale
La première des interpellations a eu lieu dans une épicerie du boulevard Mercader, les policiers tombant nez à nez avec un individu âgé de 39 ans qui était en train de se confectionner une cigarette artisanale à base d’herbe de cannabis et qui déclarait travailler de temps en temps dans ce commerce. Les vérifications menées permettaient de découvrir qu’aucune déclaration d’embauche de ce dernier n’avait été déposée. Dans ce même établissement, il était découvert un sachet de cocaïne et les services des douanes procédaient à la saisie de 21 paquets de cigarettes. Le mis en cause et le gérant de l’épicerie étaient entendus sur les faits et laissés libre en attendant la poursuite des investigations.
Quant à la mesure de garde à vue, elle a été prise à l’encontre d’un individu de 18 ans, défavorablement connu des services de police, contrôlé à l’entrée d’un bar à chicha situé avenue Joffre et qui venait d’alerter les occupants de l’établissement de la présence des forces de l’ordre. Refusant les vérifications des policiers, il tentait de s’y soustraire en usant de violences à l’encontre d’un des fonctionnaires qui n’était toutefois pas blessé. Lors de son audition, il reconnaissait les faits qu’il banalisait en continuant à manifester son aversion pour les autorités policières.
À l’issue de sa garde à vue, il était laissé libre et faisait l’objet d’une convocation ultérieure devant les magistrats afin de répondre des faits de rébellion et violences à personne dépositaire de l’autorité publique.
Jean-Marc REBOUILLAT, Commissaire Divisionnaire, Directeur Départemental de la Sécurité Publique des Pyrénées Orientales déclarait à cette occasion :
« Ces opérations menées conjointement avec plusieurs services permettent de procéder à des contrôles particulièrement efficaces, puisque englobant l’ensemble de la réglementation s’appliquant aux débits de boissons.
Elles sont appelées à se multiplier dans les prochains jours, certains gérants ayant pris délibérément le parti d’exercer leur activité en violation des textes, ce qui ne saurait être toléré, et ce, d’autant moins que cela peut générer d’autres problèmes de délinquance induite ».
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
La Maire-Adjointe à la Sécurité Chantal BRUZI, le Procureur Jean-Jacques FAGNI et le DSP J.Marc REBOUILLAT
La Maire-Adjointe à la Sécurité Chantal BRUZI, le Procureur Jean-Jacques FAGNI et le DSP J.Marc REBOUILLAT

DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ORIENTALES USAGE DE LA RESSOURCE EN EAU : PROLONGATION DES RESTRICTIONS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Même si des mesures de restriction ont été levées localement suite aux pluies du début de l’automne, à la diminution des besoins agricoles et à la baisse de la fréquentation touristique, certains secteurs du département sont toujours soumis aujourd’hui à des restrictions, et ce jusqu’au 30 novembre 2017 : il s’agit de ceux utilisant les eaux superficielles du bassin-versant de l’Agly et ceux utilisant les eaux souterraines profondes des Aspres.
Compte tenu de la pluviométrie toujours aussi insuffisante, les mesures de restriction en vigueur sont prolongées jusqu’au 31 décembre 2017. Le fleuve Agly est toujours à sec sur de nombreuses sections, et les nappes dans le secteur dit « Aspres-Réart » continuent à enregistrer des niveaux jamais atteints face à cette sécheresse historique.
Ces mesures concernent aussi bien les particuliers que les professionnels et les collectivités pour les usages utilisant les eaux souterraines dans le secteur dit « Aspres-Réart », sont notamment interdits :
– L’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, avec des tolérances dans des créneaux horaires précis et pour des plantations particulières.
– Le lavage des véhicules hors des stations professionnelles
– Le lavage et le rinçage des navires de plaisance, sauf exception
– Le lavage des voiries, terrasses et façades, sauf impératifs sanitaires ou sécuritaires publics pour – Les usages utilisant les eaux superficielles dans le bassin-versant de l’Agly à l’amont de la commune de Maury, sont notamment interdits :
– Les mêmes usages que pour le secteur dit « Aspres-Réart »
– L’irrigation à partir des canaux un jour sur deux pour les usages utilisant les eaux superficielles dans le bassin-versant de l’Agly à l’aval de la commune de Maury, sont notamment interdits :
– Les mêmes usages que pour le secteur dit « Aspres-Réart » l’irrigation à partir des canaux un jour sur quatre
Leurs modalités de mise en œuvre ainsi que la liste des communes concernées sont précisées dans l’arrêté préfectoral consultable sur le site Internet départemental de l’État à l’adresse suivante :

http://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-eau-risques-naturels-et-technologiques/Eau-et-Peche/Dernieres-Actualites/Restrictions-de-l-usage-de-l-eau

La vigilance reste de rigueur et chacun doit veiller à ne consommer que ce qui est strictement nécessaire. 
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : JOURNÉE D’HOMMAGE AUX MORTS POUR LA FRANCE PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE ET LES COMBATS DU MAROC ET DE LA TUNISIE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

11h15 – Arrivée de Philippe VIGNES, préfet des Pyrénées-Orientales, devant le Monument aux Morts départemental accueilli par le maire de Perpignan, les parlementaires, la présidente du conseil départemental, le représentant du conseil régional, le Colonel Délégué Militaire Départemental, le président du Comité d’Entente des Anciens Combattants et le président de l’Union Départementale des Associations de Combattants et Victimes de Guerre.
– Mise en place devant le monument aux morts
– Lecture du message de Madame la Secrétaire d’État auprès de Madame la Ministre des Armées par le préfet 

Dépôt de gerbes :

– Les associations d’anciens combattants d’Afrique du Nord (M. Bachir ZARZI,représentant l’ensemble des associations de Harkis , ACPG-CATM, FNACA, UDAC, UFAC, UNC), et le Colonel Délégué Militaire Départemental
– Le représentant du conseil régional
– Les parlementaires
– Le maire de Perpignan, la présidente du conseil départemental
– Le préfet
– Sonnerie aux morts
– Minute de silence
– Marseillaise
– Salut au piquet d’honneur
– Salut aux porte-drapeaux 
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

J.-O. PARIS 2024 : « ARRÊTEZ CETTE AGRESSION LINGUISTIQUE ! JE NE PARTAGERAI NI LEUR JOIE NI LEURS JEUX ! »

Communiqué de l’A.FR.AV (Association Francophonie Avenir) :
http://www.francophonie-avenir.com

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

(https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/jo-paris-2024-je-ne-partagerai-ni-196936)

Pourquoi les vitrines des commerces de nos villes de France et les pages de nos journaux se couvrent-elles actuellement d’énormes annonces vantant le BLACK FRIDAY ?
Mais que vient faire chez nous, cette appellation en anglais utilisée à une date donnée par les commerces des États-Unis pour brader leur marchandise ?
Après Halloween, est-ce là un nouvel exemple de cette soumission linguistique et culturelle dans laquelle on veut progressivement enfermer le peuple français en le conduisant sur la voie du renoncement, de l’oubli de soi ?
Au nom de quel reniement,  les clients de ces commerces répondraient au diktat de cette mode commerciale américaine, imposée en anglais, et à la même date qu’aux États-Unis, qui plus est ? 
Pour tous ceux qui ne sont pas encore atteints par une anglomanie servile, montrons notre désapprobation en boycottant toutes les enseignes qui reprennent cette appellation.
Vous ne voulez pas de ma langue, vous n’aurez pas mon argent !
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

L’ÉOLIEN OFF-SHORE AU LARGE PORT-LA-NOUVELLE ET LEUCATE : LÀ OÙ LES ENJEUX FINANCIERS COMMENCENT POUR LES UNS, LE BON SENS S’ARRÊTE POUR LES AUTRES !

Communiqué de Laure-Emmanuelle PHILIPPE, Conseillère régionale d’Occitanie et conseillère municipale de Leucate FN (11)

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Pendant que la justice retoque justement le Schéma Régional Eolien terrestre en ex.Languedoc-Roussillon, la Région s’attaque maintenant à la méditerranée et impose son projet d’éolien offshore au large de Port-La-Nouvelle.
Ce n’est d’ailleurs pas faute d’avoir régulièrement dénoncé l’absence d’études sérieuses préalables ou préconisé un recul suffisant sur l’édification de telles infrastructures. Où est l’écologie quand il faudra dépenser des tonnes d’énergies fossiles pour construire et installer, à 16 km des côtes, ces immenses édifices flottants dont la durée de vie n’est estimée qu’à 20 ans seulement ?
Où est l’écologie quand il faudra lancer des centrales thermiques pour pallier l’absence de vent ?
Comment prendre au sérieux la conception d’un tel projet quand le 1er vice-président de la Région, M. Codorniou, et l’ensemble des élus régionaux de droite comme de gauche, font fi du facteur « catastrophes naturelles » sur ce secteur et remettent en cause la légitimité du CENALT (centre d’observation et d’alertes aux tsunamis & autres aléas maritimes préoccupants) réalisé par leur camarade, le sénateur Roland Courteau ?
De plus, l’installation de cet ensemble éolien impactera et réduira les zones de pêches. Est-il bien nécessaire de créer de nouvelles contraintes à cette filière, déjà en grande difficulté ? La navigation sera, elle aussi, plus compliquée. Celle de plaisance fuira le bassin, le fret maritime, lui se détournera de ce port industriel. La Région et donc nous, contribuables, pourrons toujours déverser des millions d’euros pour son extension et son développement…
Enfin, le coût prévisionnel de ces 4 éoliennes est de 212 millions d’€uros, financé à 80% par le contribuable. Double peine pour nos concitoyens puisque le prix de l’électricité issu de l’éolien offshore est quatre fois supérieur à l’électricité nucléaire.
Le Front National, par ma voix, joue son rôle de lanceur d’alerte. Les élus régionaux du groupe FNRBM s’opposent à ce projet controversé, antisocial, aux conséquences plus négatives que bénéfiques et dont les risques ne sont pas anticipés.
L’énergie est trop importante pour être le jouet des idéologues et des multinationales. Nous demandons un moratoire sur l’éolien.
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
décembre 2017
D L Ma Me J V S
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31