DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

décembre 2018
D L Ma Me J V S
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Perpignan Méditerranée

1 2 3 8

PERPIGNAN – 5 DÉCEMBRE : UNE COMMÉMORATION SOUS L’ÉGIDE DES CLIVAGES

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Par Damien Albanell, Secrétaire Départemental DLF, et Ludovic Bonnet, délégué à la Communication 
01Debout La France Pays Catalan était ce 5 décembre 2018 au monument aux morts de Perpignan lors de la journée nationale d’hommage aux morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.
Initialement prévu, Nicolas Dupont-Aignan n’aura pu participer à cette commémoration. Un calendrier chargé, essentiellement dû à l’actualité, aura eu raison de sa participation. La Fédération DLF66 l’aura représenté respectueusement, même si le dépôt de gerbe aura pu être réalisé après le protocole, la municipalité nous ayant demandé de nous mettre à l’écart durant ce dernier.
Par respect pour les morts, leurs familles et leurs frères d’armes, il était indéniable qu’il ne s’agissait ni du moment, ni de l’endroit pour créer une potentielle polémique. Nous souhaitons cependant aujourd’hui rappeler à Mr Pujol, maire de Perpignan, mais aussi à Suzy Simon-Niçaise élue en charge des anciens combattants et rapatriés, que cette journée de commémoration du 5 décembre a été instaurée par Jacques Chirac en 2003, alors qu’elle est sans lien avec des évènements historiques. Une journée que l’on pourrait signifier de « neutre », laissant une place à tous ceux qui souhaitent communier aux côtés de ceux qui ont souffert, ou qui souhaitent simplement faire leur devoir de mémoire.

Reprenant les mots de notre président NICOLAS DUPONT-AIGNAN :

« Mon gaullisme est une espérance, pas une nostalgie ». 

SUR LES PHOTOS :
Les cadres présents lors de cette commémoration,
– Damien Albanell (SD 66)
– Patricia Roget (Conseil National, Délégué 3ème Circonscription)
– Solange Rodier (Délégué 2ème Circonscription)
– Henry Jean-Puig (adhérent)

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

020304050607

GROUPEMENT DE GENDARMERIE DES PYRÉNÉES-ORIENTALES : PATRICK ALEXANDRE, CE « HÉROS », RACCROCHE L’UNIFORME

« LE PROCHAIN DISCOURS, C’EST PAS MOI QUI PARLERAI ! »

Le Colonel Poumeau de Lafforest et le Capiatine Alexandre
Le Colonel Poumeau de Lafforest et le Capiatine Alexandre
C’est après 37 ans de bons et loyaux services que le clap de fin a retenti pour « Renard Argenté », et c’est devant une trentaine d’amis et collègues triés sur le volet que Patrick Alexandre a fait ses adieux à l’Institution qu’il a brillamment servie. Il est comme ça le Capitaine, pas de faux-semblants, il n’invite dans son univers et à sa table que les amis.
En Chef suprême du groupement de Gendarmerie des P.-O., c’est le brillant Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest qui salue en premier le départ de son futur ex-collaborateur, « 37 ans de nuits, 37 ans de week-end, 37 ans de petits sacrifices offerts à la sécurité de nos concitoyens » souligne-t-il en préambule, tout en précisant s’être affranchi de la traditionnelle « nécro. » pondue par les services en pareille circonstance, « j’ai pris un peu de légèreté » sourit-il.
L’HOMME DU CHIFFRE ET DU RECOUPEMENT
Structuré par l’école de guerre, le Colonel retient trois caractéristiques du « demi-Dieu » du jour
La première est d’être un héros de Gendarmeries Départementales, à comprendre selon son double sens… « Vous avez vogué sous diverses contrées, il y a autour de vous des légendes, des histoires, des affaires judiciaires et vous avez servi quatre fois en outre-mer : en Martinique, en Polynésie à Bora-bora et Papeete et… dans les Pyrénées-Orientales ». Avec l’habitude on se fait à l’humour du chef… « Un pur produit de la Brigade Territoriale, ce guichet unique qui prend tout dans la figure, vous y avez tenu tous les postes possibles, jusqu’à patron de grosses Brigades.
Mais aussi un brin moqueur : un héros au sens plus courant, puisqu’il a tourné « La Brigade », cette excellente série de 7 épisodes consacrée à la Gendarmerie, alors qu’il commandait celle de Canet.

(LIRE : http://www.directsud.eu/?p=4651 et http://www.directsud.eu/?p=6473)

Patrick Alexandre dans son bureau
Patrick Alexandre dans son bureau
La deuxième caractéristique est celle d’un homme fait pour le soleil, « De toutes vos affectations, la plus au Nord est à l’estuaire de la Gironde », et enfin la troisième reconnue est celle d’être un expert respecté des Pyrénées-Orientales, 17 ans dans le département ont fait de lui un spécialiste de ce territoire parfois difficile.
C’est aussi celui dont il se moquait à son arrivée il y a 4 mois à la tête du groupement. « D’abord j’ai cru que vous étiez trader, j’avais quelqu’un qui se baladait avec des oreillettes bluetooth, on a l’impression que vous vendiez des actions en direct. J’ai ensuite pensé que vous étiez cordonnier ou maître d’école, le trader d’hier se baladait en blouse bleue dans les mêmes couloirs autour de la machine à café… L’humour du chef…
Plus sérieusement, le Capitaine Alexandre est reconnu par sa hiérarchie comme « l’homme du chiffre et du recoupement » pour avoir, avec son équipe, élucidé bien des affaires sensibles. Reconnu également comme un officier « central à la Gendarmerie Départementale », avec « flegme et distance ». Le Colonel souligne un « parcours dont vous pouvez être fier, cette Maîtresse jalouse qu’est la Gendarmerie vous rend totalement à Françoise, votre épouse ».
Si vous êtes là c'est parce que je vous aime bien
Si vous êtes là c’est parce que je vous aime bien
SI VOUS ÊTES LÀ, C’EST PARCE QUE JE VOUS AIME BIEN
Les adieux pleins d'humour du Capitaine
Les adieux pleins d’humour du Capitaine
Une intervention à « la volée » du « héros du soir » qui reconnaît ne jamais écrire de discours, rappelant en préambule que « si vous êtes présents, Didier a l’habitude de ce discours là, parce que je suis assez franc dans ce domaine là, c’est que quand j’invite quelqu’un, c’est parce que je l’apprécie. Je n’invite jamais quelqu’un par obligation, si vous êtes là c’est parce que je vous aime bien, et tous ceux que je n’aime pas, je ne les ai pas invités ». Voilà qui a le mérite d’être clair et sincère, pour un 10ème discours de départ de fin de carrière. « Le prochain départ, c’est pas moi qui parlerai », ajoute-t-il avec cet humour qui a contaminé tout le Groupement…
CHAMPION DU MONDE
Arrivé en 2001 dans les P.-O. tout d’abord à St Laurent de la Salanque, il créé ensuite la Brigade de Bompas, il y apprend les statistiques et ses chiffres de la délinquance qui ont augmenté menant à une sanction du Commandant de Région, pour finir par une baisse de 25% des délits. « Comme j’étais le champion du monde, on m’a muté à Canet, la plus grosse Brigade du Département… on devient une star, on passe à la télé, suivis pendant 4 mois 24h/24 par des journalistes ! ». Pour la petite histoire, Jennifer qui était également « vedette » dans la série a « adopté » le couple Alexandre, « Nous sommes devenus ses parents ».
Anecdotes portant sur les dernières années dans le département, un mot pour chacun, un pour chaque service, du CORG à la Brigade Cynophile dont la chienne Lou est « fiancée » avec le Chien du couple Alexandre, rires complices avec ce public d’amis tout acquis, un discours « officiel » qui s’est terminé tard dans la soirée par un somptueux buffet préparé par l’épouse-cuisinière…
Pas de doute, c’est confirmé, le Capitaine Alexandre n’est pas qu’un officier de qualité, il est aussi un être humain attachant et plein d’humour !
Bonne retraite au Renard Argenté !

Texte et photos : Didier ALLIZARD

LIRE ÉGALEMENT
CORG et PATRICK ALEXANDRE À CANET :
http://www.directsud.eu/?p=10577

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Le cadeau du Groupement
Le cadeau du Groupement
Françoise et Patrick Alexandre
En guise de nécro

En guise de nécro…

08
Un buffet Made in Françoise Alexandre
Un buffet Made in Françoise Alexandre
10COUV

PERPIGNAN – POLICE MUNICIPALE : « À QUOI JOUE » LE MAIRE J.MARC PUJOL ?

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Tribune libre de Xavier Baudry,
Conseiller Régional RN d’Occitanie/Roussillon,
Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan

Photo XBAlors que notre pays a été le théâtre de violences inacceptables, conséquences du silence gouvernemental face à une colère légitime s’exprimant à de nombreux niveaux, sous le symbole du gilet jaune, les opérations de maintien de l’ordre républicain sur le territoire de Perpignan sont sujet à de nombreuses interrogations, notamment quant à l’emploi des effectifs de notre Police Municipale.
En effet, plusieurs signalements et prises de vues, pendant les manifestations lycéennes de fin novembre ou encore lors d’opérations contre les blocages de gilets jaunes, témoignent du fait que des effectifs de notre Police Municipale de Perpignan, casqués, boucliers et bâtons de défense en mains, se sont retrouvés engagés, dans des missions qui pourraient s’apparenter à du Maintien de l’Ordre …
Avec une question immédiate : sur « ordre de qui » et « avec quelles consignes » ?
Face à cette dérive, il nous appartient de rappeler au Maire Jean-Marc Pujol, que les missions de maintien de l’ordre ne font pas partie des prérogatives d’une Police Municipale, ni de ses compétences… (Même si de nombreux anciens fonctionnaires de Police Nationale ou de Gendarmerie servent dans ses rangs).  
Dans le cadre légal, les opérations de sécurisation de manifestations déclarées en Préfecture et le maintien de l’ordre public sont strictement du ressort des services de l’État, comme le rappelle l’annexe du Décret n° 2012-2 du 2 janvier 2012 relatif aux « conventions types » de coordination en matière de police municipale, cette dernière précisant, qu’en aucun cas « il ne peut être confié à la police municipale des missions de maintien de l’ordre », le Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) cantonnant donc les compétences et prérogatives de la Police Municipale « à la prévention, à la tranquillité, ainsi qu’à la salubrité publiques ».
Face à ce constat et à la gravité de la situation, on peut se demander « à quoi joue » le Maire Jean-Marc Pujol ?! Pourquoi faire prendre tant de risques à notre Police Municipale ? Que serait-il advenu, si un fonctionnaire de notre Police Municipale avait été gravement blessé suite à ces opérations ?
En effet, ce n’est pas en donnant continuellement des gages au Préfet, et en engageant systématiquement notre Police Municipale pour palier aux carences de l’État, que nous obtiendrons les effectifs de Police Nationale supplémentaires dont notre ville à tant besoin, alors même que plusieurs de ses quartiers sont classés « Zone de Sécurité Prioritaire » (ZSP) !
Enfin, on ne peut que féliciter le sang-froid de nos fonctionnaires de la PM qui malgré une des grilles salariales la plus basse de France, se retrouvent confrontés à des missions quotidiennes de plus en plus difficiles…
Qu’ils sachent que les élus du Rassemblement National seront toujours à leurs côtés pour les soutenir !

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : ROMAIN GRAU AUX CÔTÉS DE PHILIPPE CHOPIN ET D’ALAIN PONS EN VISITE CHEZ « 5 SANTÉ »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
Dans le cadre des visites territoriales organisées en concertation avec Monsieur le Préfet Philippe Chopin, accompagné d’Alain Pons, le Député LREM de la 1ère Circonscription des P.-O. ROMAIN GRAU a rendu visite, au Groupe 5 Santé et à sa directrice Catherine Miffre. Cette dernière leur a fait découvrir le siège social de son entreprise, implanté avenue de Prades.

L’équipe de direction pilote les 5 établissements spécialisés répartis sur l’ensemble de notre territoire national. Historiquement le groupe est implanté en Cerdagne avec la Clinique Val Pyrène à Font-Romeu et la clinique du Souffle La Solane à Osséja. Ce groupe à taille humaine est spécialisé dans la réhabilitation et développe des projets thérapeutiques d’excellence tout en valorisant la recherche et l’innovation. 
Le groupe est en pleine expansion et travaille sur un cluster transfrontalier autour de la santé et du bien être sur le plateau Cerdan, tant du côté français que du côté espagnol.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : À SAINT-JACQUES, NOUS RÉTABLIRONS LA CONFIANCE, DANS LE RESPECT DE TOUS »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
Par Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O., Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan
« Madame Françoise FITER, élue communiste évanescente, évoque des propos que j’aurais tenus lors du dernier conseil municipal auquel elle n’a pas participé. Et pour cause, elle fait partie du troupeau de moutons de la gauche qui s’est auto-éliminé de la politique municipale en retirant la liste conduite par Jacques CRESTA et en appelant à voter Jean-Marc PUJOL lors de la dernière élection municipale. Ces gens pleurent aujourd’hui sur les conséquences de leurs propres errements.
LA portrait 450Je ne confonds pas les habitants intègres et modestes de ces quartiers avec une certaine pègre qui y circule librement et y exerce divers trafics illégaux. Tout le monde regarde, mais plus personne ne réagit devant l’inaction coupable des pouvoirs publics depuis déjà longtemps.
Mais qu’ont fait les communistes du Conseil Départemental pour améliorer la vie des habitants ? Qu’ont-ils proposé lorsqu’ils siégeaient avec monsieur Olivier AMIEL au conseil municipal dans le même groupe politique ? Rien.
Ajoutons que lors de ce conseil municipal deux questions se posaient. L’avenir de Saint-Jacques mais aussi la politique de la Ville en général qui concerne aussi d’autres quartiers et dont on sait qu’elle est un échec dans la France entière.
La vérité, c’est que la mairie LR et/ou le Département de gauche, ont fait preuve d’un immobilisme ravageur, incapables de s’entendre, ils ont permis la lente et inexorable détérioration des conditions de vie dans ces quartiers. Suffisants et aveugles, ils se sont affrontés stérilement. Ce sont aujourd’hui les habitants qui en souffrent.
Personne n’est dupe. Déconnectés des réalités et croyants manipuler des groupes ou des familles, ils ont joué les clientèles électorales contre l’intérêt général. Les vieilles recettes sont devenues indigestes. On ne peut acheter les uns contre les autres. Privilégier les uns par rapport aux autres. Ce système clientéliste doit s’effacer pour faire place à un renouveau politique.
C’est un projet global, accepté par tous et qui répétons-le, qui tiendra compte de l’histoire, de la culture, de l’enracinement et l’architecture qui devra voir le jour. L’équilibre est fragile, la modération et la concertation doivent se poursuivre tout au long du développement du projet.
Par sécurité il faudra détruire ce qui menace, c’est une évidence. Mais préserver ce qui peut l’être du très ancien, qui préservera la spécificité du quartier et le patrimoine culturel, même si cela coute un peu plus cher. C’est un investissement pour l’avenir de la ville et non un gaspillage supplémentaire.
Plus de 20 ans d’Alduyisme et de PUJOL-GRAU auront suffi à démontrer l’incompétence et l’absence d’une vision stratégique pour notre ville. Perpignan changera, mais en dehors de ce système en place qui n’a que trop duré.
Pour ma part je ne participerai pas au concours photo indécent des élus à Saint-Jacques qui ont toujours considéré ce quartier comme une « réserve » électorale en utilisant des moyens peu ragoûtants y compris en utilisant la peur. Je n’entrerai pas dans ces polémiques stériles qui ne servent qu’à faire mousser des vieux politiciens sur le retour ou en voie de disparition, les communistes étant déjà pratiquement fossilisés.
Je dis et répète que j’ai beaucoup d’amis dans ce quartier, que j’en ai déjà rencontré certains et que je continuerai à consulter dans la discrétion tous les acteurs qui le souhaitent, en attendant de proposer une vision stratégique pour la suite dans les mois qui viennent. Et nous surprendrons. Nous y travaillons loin des bruissements clientélistes mais avec la ferme intention de réussir dans l’intérêt de tous ».
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

GUERRE 14/18 : UNE VICTOIRE RENDUE POSSIBLE PAR L’IMMENSE EFFORT FRANÇAIS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
Par Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O., Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan

 Texte de Gabriel Robin

LOUIS ALIOT à PERPIGNAN le 11 novembre 2018
LOUIS ALIOT à PERPIGNAN le 11 novembre 2018
« Le dimanche 11 novembre 2018, la France commémorait sous les yeux du monde le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, en présence de nombreux et importants chefs d’Etats. Donald Trump, Vladimir Poutine, Angela Merkel ou le roi du Maroc Mohammed VI avaient ainsi répondu à l’invitation française. Les historiens s’accordent d’ailleurs tous sur un point : l’issue finale de la Première Guerre mondiale fut rendue possible par l’immense effort de guerre français, par l’abnégation de tout un peuple. S’il avait fallu faire défiler les morts français au combat de la période 14-18 sur les Champs-Elysées, cela aurait pris environ quinze jours sans interruption. Une comparaison qui suffit à elle seule à donner une idée de l’ampleur du massacre.
02Ce n’était donc ni l’endroit ni le moment pour des considérations politiciennes et électorales. Pourtant, Emmanuel Macron n’a pu se retenir de glisser quelques messages ça et là, insistant sur le multiculturalisme, fustigeant le « nationalisme » et louangeant l’Union européenne, seul rempart contre la guerre à l’en croire. Un détail passé inaperçu en dit long. La chanteuse franco-béninoise Angélique Kidjo, invitée pour chanter à la fin de la cérémonie, juste avant le discours du Président Macron, est une opposante déclarée au Président américain Donald Trump. Installée aux États-Unis depuis 1998, madame Kidjo a même publié une tribune sur le site Internet du journal Le Monde narrant sa présence à la « Women’s march » de protestation anti Trump du 21 janvier 2017, lendemain de l’investiture du président républicain.
Il est notamment écrit dans cette tribune : « Nous, les femmes horrifiées par cette élection, nous sommes toujours là, notre voix ne va pas disparaître, nous ne nous soumettrons pas à la nouvelle idéologie dominante. » Difficile d’y voir un hasard quand l’Elysée compte parmi ses communicants des personnalités comme Sibeth Ndiaye, proche des réseaux démocrates États-uniens. Etait-ce une manière de défier un de nos invités, représentant d’une nation doublement alliée de la France ?
Si tel est le cas, cela montrerait à quel point la présidence Macron ne respecte rien ni personne, pas plus les Français que les États étrangers. »
Gabriel ROBIN
030405
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN – DÉPLACEMENT DU MINISTRE DE L’INTÉRIEUR : « VOUS AVEZ DIT DÉMOCRATIE ? »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

LA portrait 450 barré

Par Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O., Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan 
Christophe CASTANER, au fond les Députés Romain Grau et Sébastien Cazenove qui eux... ont été invités !
Christophe CASTANER, au fond les Députés Romain Grau et Sébastien Cazenove qui eux… ont été invités !
Le ministre de l’intérieur, accompagné d’un cortège de 6 motos, 13 voitures et arrivé en jet à l’aéroport, est en visite officielle dans notre département pour parler immigration et frontière. 
La préfecture m’a fait savoir qu’il n’y avait pas de parlementaires présents et pas de politiques. Les premières photos de l’événement prouvent le contraire (Sébastien Cazenove présent sur site – NDLR)
.
Visite Castaner

Question : le ministre de l’intérieur a-t-il écarté volontairement un député du RN pourtant démocratiquement élu ? Je poserai la question au 1er ministre pour en connaître les raisons.
Photo " "L'Indépendant" : https://www.lindependant.fr/2018/11/12/le-ministre-de-linterieur-christophe-castaner-est-arrive-au-perthus,4832286.php
Photo  » « L’Indépendant » :
https://www.lindependant.fr/2018/11/12/le-ministre-de-linterieur-christophe-castaner-est-arrive-au-perthus,4832286.php
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : LE PARTI DE GAUCHE 66 EN SOUTIEN AU MOUVEMENT DANS L’ÉDUCATION

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Par Francis DASPE,
président de la Commission nationale Education du PG
Co-auteur du livre « Manifeste pour l’école de la 6ème République » (éditions du Croquant, 2016)
Bannière PARTI DE GAUCHE

Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien au mouvement intersyndical de mobilisation dans l’éducation nationale prévu lundi 12 novembre 2018.
La politique mise en place depuis plus d’un an par le ministre Jean-Michel Blanquer constitue une étape supplémentaire dans le démantèlement du service public d’éducation. En fait, quoi de plus logique pour une personne qui a joué un rôle de premier plan dans l’éducation au cours du quinquennat d’airain de Nicolas Sarkozy ! Désormais, Jean-Michel Blanquer se complaît décidément dans le rôle de l’élève zélé de la Macronie, au service des intérêts des oligarchies, en France et en Europe.
La promesse d’une « école de la confiance » n’est aujourd’hui plus du tout à l’ordre du jour, reléguée au rang de d’acrobatie de communication mensongère. Les mesures ministérielles suscitent inquiétudes et rejet de la part de l’ensemble de la communauté éducative. Elles provoquent des dégradations supplémentaires des conditions d’apprentissage des élèves et d’exercice pour les enseignants.
Pour le Parti de Gauche 66 il est urgent d’instaurer l’école de la 6ème République, celle du peuple fondée sur les principes d’égalité et d’émancipation. Elle se situe aux antipodes des valeurs véhiculées par le Président des riches et des premiers de cordée.
Le PG 66 appelle à venir renforcer le rassemblement prévu à Perpignan, lundi 12 novembre, à 10 heures 30, place de la Victoire (Castillet).

Catherine DAVID et Mickael IDRAC, co-secrétaires départementaux du PG 66
et Francis DASPE, président de la Commission nationale Éducation du PG
Co-auteur du livre « Manifeste pour l’école de la 6ème République »
(éditions du Croquant, 2016)

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : RÉUNION DE PROXIMITÉ AVEC ROMAIN GRAU et ISABELLE DE NOËL-MARCHESSAN

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
Chacun le sait désormais, Romain Grau est le candidat LREM au poste de Maire de Perpignan qu’il compte bien arracher à J.Marc Pujol dont il fut le 1er Adjoint de 2014 à 2017. L’impétrant est d’ores et déjà bel et bien en campagne dont l’issue est plus qu’incertaine… Ce qui est plus que probable, c’est qu’en cas de triangulaire au second tour, particulièrement avec une avance significative au 1er, ce sera Louis Aliot qui raflera la mise, et « LR » avec ou sans « EM » retourneront dans leurs pénates !

Par Romain Grau,
Député LREM de la 1ère Circonscription des P.-O.

« Avec Isabelle de Noëll-Marchesan nous allons au contact de tous les Perpignanais. Tous les 15 jours nous organisons une réunion publique dans un des Quartiers de la ville pour pouvoir échanger et écouter les Perpignanais. Nous rendons compte de notre travail et de nos actions dans l’intérêt des habitants. Cette expertise nous la mettons à la disposition de toutes les Perpignanaises et les Perpignanais.
Samedi soir à la Salle du Vilar plus d’une centaine de personnes avait répondu présent à notre invitation. Nous animerons dans 15 jours une réunion sur le quartier du Vernet à la Salle AL Sol avant de terminer l’année par des réunions sur le quartier Saint-Martin et Porte d’Espagne. »
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : LA FRANCE INSOUMISE, UNE FORCE EN DYNAMIQUE QUI CONTINUE À FÉDÉRER

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Par Francis DASPE, pour La France Insoumise

Logo France insoumiseFrancis Daspe sur la fiscalité à AngoustrineLa France Insoumise se félicite des sorties d’Emmanuel Maurel et de Marie-Noëlle Lienemann du Parti Socialiste. Ces deux figures de l’aile gauche du PS ont décidé de converger avec La France Insoumise, confirmant son attractivité et le rôle central que celle-ci joue désormais. Ils ont décidé de créer une nouvelle formation politique qui inclura également les chevènementistes du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen), l’Alternative pour un programme républicain et socialiste (APRÉS). Il y a également matière à se féliciter du succès du meeting tenu par Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Maurel jeudi 8 novembre à Pau, avec des personnes n’ayant pu rentrer dans une salle comble et enthousiaste.
Au niveau national, le départ du duo Maurel / Lienemann a conduit à une véritable scission. Qu’en sera-t-il localement ? Les Insoumis des Pyrénées-Orientales sont prêts à accueillir les camarades intéressés par cette démarche. La fédération des Pyrénées-Orientales du Parti Socialiste est particulièrement monolithique. Durant le catastrophique quinquennat Hollande, le frondeur se faisait pourtant très rare ; à la primaire de janvier 2017, elle fut une des 3 seules de France à offrir la majorité de ses suffrages à Manuel Valls…
Les camarades qui se trouveraient dans cette logique de convergence sont invités à prendre part à la dynamique et à la stratégie de La France Insoumise en rejoignant un groupe d’action dans les Pyrénées-Orientales de La France Insoumise (https://lafranceinsoumise.fr/) ou en me contactant (francisdaspe@wanadoo.fr ou 06 07 34 33 81).

LOGO L'AVENIR EN COMMUN

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : ROMAIN GRAU et ISABELLE DE NOËL-MARCHESSAN À L’ÉCOUTE DES HABITANTS DU MOYEN-VERNET

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Par Romain Grau,
Député LREM de la 1ère Circonscription des P.-O.

« Comme tous les 15 jours avec Isabelle de Noëll-Marchesan, nous nous sommes rendus sur la Résidence des Oiseaux afin de rencontrer les membres du Collectif.

Même si les actions des forces de l’ordre ont permis de « libérer » la Résidence des dealers, le trafic continue pour partie sur l’immeuble Denoyes. Ensemble nous avons pu faire un point sur les évolutions en cours: la fermeture du porche, la réalisation d’une contre allée, mise en place de vidéo surveillance, le renforcement de l’éclairage, la présence des forces de l’ordre.

Nous reviendrons dans 15 jours afin de rencontrer une nouvelle fois les membres du Collectif. »
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : « QUAND IL N’Y A PLUS DE SINCÉRITÉ »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Par Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O., Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan

LA
Madame Marchesan-De Noëll, Suppléante du Député Romain Grau, Attachée Parlementaire du même, Maire Adjointe de Perpignan, Conseiller Départemental, a voté pour cette délibération. Elle a donc soutenu l’analyse faite à l’encontre de Monsieur Grau !!!
Il ne s’agit plus de cohérence mais de sincérité dans l’engagement et de convictions.
J’appelle Madame Marchesan De Noëll a faire un choix !
Soit elle soutient la politique de Monsieur Pujol et de Monsieur Amiel à Saint Jacques, soit les propositions de Monsieur Romain Grau, qui sont opposées aux précédentes.
Un effort de cohérence serait utile pour la ville.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN – QUARTIER SAINT JACQUES : « NE PLUS MANQUER DE COURAGE »

Par Olivier Amiel, Maire-Adjoint délégué à l’urbanisme 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largemen
01Jeudi 8 novembre au Conseil Municipal de Perpignan, j’ai proposé l’approbation (votée à la majorité, abstention de l’opposition) de la convention avec l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) malgré les bloquages de certains chantiers sur le quartier St Jacques par une minorité d’individus pour des intérêts privés et politiciens. 
Il est hors de question de prendre le risque d’avoir des morts sous des décombres comme lors des effondrements tragiques de Marseille. Il est hors de question de perdre les 100 millions d’€uros d’investissements publics pour St Jacques qui est un des quartiers les plus pauvres de France.
l est hors de question de pénaliser les deux autres quartiers prioritaires du Vernet et du Champ de Mars qui à eux deux attendent également 100 millions d’euros d’investissements publics. Il est hors de question de céder à la pression violente d’une poignée de bloqueurs encouragée par des politiciens irresponsables comme le Député Romain Grau ou des associations qui rêvent d’instaurer une ZAD en plein cœur de Perpignan.
Le NPNRU est un bon projet qui a été co-construit avec les habitants depuis quatre ans afin de répondre à l’urgence urbaine, mais aussi humaine en matière de sécurité, d’emploi, d’éducation…
C’est la dernière chance pour le quartier St Jacques et ses habitants. 
Ce n’est pas et plus le moment de manquer de courage. 
Photo de Frédéric Vennarecci :
Olivier Amiel et Fatima Dahine au Conseil municipal du 8 novembre 2018
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN – « JEAN-BAPTISTE », UNE CLOCHE CIVILE SYMBOLE D’UNE PAIX DURABLE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

DIOCESE-Signature-donnonsaudenier-140518

02 450L’initiative est à porter au crédit de l’association des Amis du Carillon de la Cathédrale de Perpignan.
Pour commémorer le centenaire de l’armistice de la Première Guerre Mondiale et garder une trace de cet anniversaire historique, les membres de l’association ont imaginé le projet d’une cloche civile de la Paix, installée sur le mur pignon de l’église primitive Saint Jean Le Vieux (mitoyenne de la Cathédrale) et qui ferait raisonner l’hymne de la Paix dans les rues de la cité catalane.
Une idée soutenue dès les premières heures par l’Église catholique des Pyrénées-Orientales, affectataire du culte pour l’ensemble des édifices religieux de la cité Bartissol.
Ce projet est devenu une réalité. La cloche a été fondue en octobre dans les ateliers de la fonderie
Voegelé à Strasbourg. Elle a été baptisée Jean Baptiste, en référence au patron de la ville de Perpignan et en porte les armoiries sur son flanc. Elle a pour parrain et marraine, deux personnalités qui illustrent à la fois le devoir de mémoire, le lien intergénérationnel et la transmission : Pauline Letoret jeune porte-drapeaux du Souvenir Français de Perpignan et Louis Ausseil. Elle porte également le logo et la devise de la République française pour affirmer son caractère civil.
La cloche de la Paix sera officiellement présentée au public le vendredi 9 novembre 2018 à 18h à la Cathédrale Sainte jean Baptiste. Son baptême et sa bénédiction seront célébrés le dimanche 11 novembre à 8h45 par Monseigneur Norbert Turini, Évêque de Perpignan Elne, en la Cathédrale St Jean Baptiste.
Cette cérémonie sera suivie d’un concert de Carillon à 10h, joué par Elizabeth Vitu Carillonneuse dela Cathédrale Saint Jean Baptiste et l’une de ses élèves de la classe de Carillon de Perpignan.
Les musiciennes interprèteront un répertoire de pièces marquantes de la fin Grande Guerre.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
0103

PERPIGNAN : L’AVENIR DE LA POSTE CENTRALE, ROMAIN GRAU RENCONTRE LE DIRECTEUR RÉGIONAL

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
« Christian Carles, le Directeur Régional du groupe La Poste et Stéphane Vissecq, le délégué départemental du groupe, sont venus à ma permanence, 11 rue du Marché de Gros, afin de faire un point sur les dossiers de Perpignan.

cof

Ainsi nous avons pu évoquer le devenir des locaux de la poste centrale Arago, la vente de la plate-forme logistique, le développement de nouveaux services autour de l’aide à domicile, du portage des repas et de la livraison des médicaments. Mais également le développement du dernier kilomètre et le métier de la promotion immobilière. Tous ces métiers sont portés par le Groupe La Poste et ses filiales. J’aurai prochainement l’occasion d’aller à la rencontre de ces acteurs ».
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

POLITIQUE : ROMAIN GRAU ET ISABELLE NOËL-MARCHESAN À LA RENCONTRE DE LEURS MILITANTS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

01

De Député LREM Romain Grau et sa suppléante Isabelle de Noëll-Marchesan ont invité autour d’un café, comme ils le font tous les 15 jours, des militants, des amis, avant d’entamer la distribution des tracts pour annoncer une réunion publique.

02

Aujourd’hui une soixantaine de personnes avait répondu à leur invitation afin de les retrouver au Bahia. Ils ont pu échanger, faire un point sur les questions d’actualité. Après ce moment d’écoute et de convivialité ils se sont rendus à la rencontre des habitants et des commerçants du quartier du Moulin à Vent pour les inviter à venir les rencontrer le vendredi 9 novembre à partir de 18h30 à la Salle du Vilar.

03

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : OPÉRATION DE POLICE CITÉ DIAZ

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

 OPÉRATION DE POLICE CITÉ DIAZ bis

Le Député LREM de la 1ère Circonscription Romain Grau réagit :

« En tant qu’élu de Perpignan et rapporteur spécial du budget de la police et de la gendarmerie, je me félicite de l’action conjointe des forces de l’ordre et des services de la justice et des finances qui sont intervenues, sous l’autorité du procureur de la République, cet après midi sur la Cité Diaz pour lutter contre la délinquance et les actes criminels. 15 jours après l’opération menée sur la Cité des Oiseaux c’est au tour d’une autre Cité du Moyen-Vernet d’être contrôlée. Ces actions renforcent la présence de l’État.

Tout mon soutien aux 127 agents des forces de l’ordre qui sont intervenus dont 56 CRS de Montpellier, 37 agents de la DDSP, 1 douanier maître chiens et des policiers municipaux ».

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

CANET-EN-ROUSSILLON : ROMAIN GRAU EN TERRE FRONTISTE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

DOSSIER EN FIN D’ARTICLE

Par Didier ALLIZARD 
02 450Le Député LREM Romain GRAU était en réunion publique à Canet-en-Roussillon lundi 22 octobre, à la fois pour détailler, expliquer et défendre les grandes orientations du Gouvernement et du territoire Catalan, mais aussi pour soutenir Thibault PUYBOUFFAT qui devrait se présenter comme tête de liste LREM et croiser le fer en 2020 avec Stéphane LODA qui espère succéder au Maire actuel Bernard DUPONT.
En effet, l’image de ce dernier est à ce point dégradée dans la population canétoise, y compris dans ses soutiens de la première heure, qu’il préfère singer François Hollande en partant la tête haute et éviter une déculottée de première ! Les deux dernières réunions publiques du début de l’été ont sans doute marqué son esprit qui fait enfin preuve d’un peu de clairvoyance et d’intelligence politique, les têtes se tournent à son passage et les mains restent à l’écart, voilà à quoi mène le manque d’humanisme et d’empathie…
Romain Grau est largement revenu sur la situation catastrophique de la France avec ses 2300 M€ de dettes dont aucun budget n’a été voté à l’équilibre depuis… 1974, c’était rappelons-le sous l’ère Giscard dont le 1er Ministre était Raymond Barre.
Il a également largement évoqué les « gloires magistrales » du département, son économie catastrophique, son tourisme sous-exploité par des incompétents au CDT, l’abandon à son triste sort du Palais des Rois de Majorque, son taux de RSA record, son agriculture en jachère…
Comme se doit tout prétendant au fauteuil de 1er Magistrat, la gestion de la ville de Perpignan n’a pas été épargnée, Municipalité dont, rappelons-le, il fut le 1er Adjoint pendant de nombreuses années… Sa saleté, son insécurité, son urbanisme selon lui en pleine dérive, conduite par l’Adjoint Olivier Amiel lui aussi candidat au poste de Maire sous l’étiquette du micro-parti d’extrême-droite « Les Républicains« , contre le tenant du titre qui sollicite À LA FOIS l’investiture de LR et de LREM, sans grande chance de l’obtenir… Sans oublier le copinage, le dernier en date étant la nomination par le seul fait du Prince du Directeur de Cabinet de Jean-Marc Pujol à la direction de l’OPH, Michel Sitja. C’est un énorme OUF de la part des fonctionnaires de la Ville et la Communauté Urbaine, mais un gros boulet qui arrive à l’Office HLM ! Chacun sa croix…
Pour lui succéder : à Perpignan Caroline Ferrière et à la Communauté Urbaine Lauriane Josende.
Elles sont toutes deux Conseillères Municipales, respectivement à Perpignan et à Sainte-Marie, et devront démissionner, les fonctions étant incompatibles. Lauriane Josende est également Sénatrice remplaçante de François Calvet, mais rien ne lui interdit de poursuivre sa mission de représentation ponctuelle 
de représentation ponctuelle et bénévole.
Une réunion descendante qui s’est achevée à plus de 21h30 après des échanges constructifs avec la trentaine de personnes présente qui, selon les organisateurs, se renouvellera.
À noter la présence dans l’auditoire de la Conseillère Municipale Marguerite Arenas, qui après avoir été élue sur la liste Dupont, est immédiatement passée dans une opposition destructrice dès qu’elle a su qu’elle ne serait pas adjointe…
Successivement sur la liste d’Arlette Franco mais fâchée en cours de mandat, sur celle de J.Jacques Gueffier, même punition, fâchée en cours de mandat, sur celle de Bernard Dupont : fâchée le jour de l’intronisation du Roi… Un conseil à LREM : le cadeau empoisonné de l’équipe sortante, FUYEZ ! 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
01 650TRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Alimentation page 01TRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Alimentation page 02TRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Climat page 01TRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Climat page 02TRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Programmation Militaire page 01TRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Programmation Militaire page 02TRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Tract rectoTRACTS LREM OCTOBRE 2018 - Tract versoADHÉSION LREM OCTOBRE 2018

 

MUNICIPALES PERPIGNAN : POUR LA FRANCE INSOUMISE ET SON OBSERVATOIRE CITOYEN, LE CHOIX DE LA SÉRÉNITÉ ET DU TRAVAIL

Communiqué de Francis Daspe
pour la France Insoumise des Pyrénées-Orientales

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

La France Insoumise réagit face à l’excitation politico-localiste faite dans un article en double page, paru lundi 22 octobre 2018 dans L’Indépendant, consacré aux municipales qui auront lieu à Perpignan en 2020. Elle exprime sa perplexité quant à l’empressement des médias à vouloir ranger les photos de potentiels candidats derrières des bannières. Qui se cache donc derrière le logo La France Insoumise ? Quand Robin se décidera-t-il enfin à sortir du bois ? On peut comprendre que cette question taraude certains esprits…

Logo Observatoire Citoyen CQ Perpignan

Un commentaire indiqué dans l’article a fait bondir La France Insoumise. Elle y est taxée d’une « volonté isolationniste ». Comment peut-on dire d’une force politique qu’elle est isolée, alors qu’elle a obtenu 22,72% au 1er tour de la présidentielle de 2017 à Perpignan et qu’elle est arrivée en tête de l’ensemble de la gauche aux législatives qui ont suivi ? Isolée du peuple, certainement pas… S’il s’agit de participer aux jeux pour le moins déroutants des alliances, contre-alliances et autres zigzags caractéristiques de la logique des cartels à géométrie variable d’une élection à l’autre, c’est autre chose ! La politique n’est pas une question d’arithmétique mais de dynamique à construire, comme le verdict des élections de 2017 l’a bien montré.
La France Insoumise ne se précipitera pas sur des questions de casting qui relègue au second plan les projets et les contenus. Elle travaille sereinement sur les questions municipales, notamment à travers l’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne animé par Mickael Idrac. Cet observatoire fait remonter des données précieuses sur l’ampleur de la colère citoyenne qui monte à Perpignan, comme en témoignent ses récentes prises de positions publiques sur des questions de vie quotidienne.
La priorité de La France Insoumise pour les prochaines semaines est le lancement des élections européennes à Perpignan. Des élections européennes pour lesquelles les « alliés pressentis par cooptation » en vue des municipales vont se déchirer dans l’espoir de préserver quelques petites rentes et ensuite de mieux négocier dans l’entre-soi un accord lors des prochaines municipales. Comprenne qui pourra ! La France Insoumise ne sera pas de cette comédie.

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

DÉCÈS DE CHARLES AZNAVOUR : LES GÉANTS NE SONT PAS ÉTERNELS

Par J.Marc Pujol, Président-Maire de Perpignan Méditerranée Métropole

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
partager largement
« Hier encore » Charles AZNAVOUR était de passage dans le petit écran, interviewé pour la énième fois sur « Mes amis, mes amours, mes emmerdes ».
« Et pourtant », qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, qu’il soit à Tokyo, Paris, Londres, en Arménie ou à son domicile des Alpilles, il était « Tous les visages de l’amour » et de la vie : qui n’a pas dansé, chanté, aimé, pleuré, préféré, admiré, désiré, eu envie, sur l’une de ses plus de 1 200 chansons aux paroles inoubliables, aux refrains éternels ? Qui n’a pas brûlé pour « Emmenez-moi » ? Entre « La mamma » et « Trousse-chemise », il jouait « Le cabotin » pour « Les comédiens ». Ou peut-être l’inverse.
Avec lui, Charles AZNAVOUR, nous n’avons pas vu le temps passer, pendant au moins sept longues et belles décennies, tellement il était « For me… Formidable ». Lui encore qui nous rendait « Heureux avec des riens », qui portait sur lui par sa sagesse et son énergie le fameux vivre-ensemble, « Comme ils disent ».
« Désormais », il faudra faire sans lui. Charles AZNAVOUR nous a quittés ce lundi 1er octobre, il était âgé de 94 ans. Il s’en est allé depuis sa « Bohème » estivale du sud de la France.
Oui, maintenant, « Que c’est triste Venise ! ».
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Charles Aznavour 700

PYRÉNÉES-ORIENTALES – JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE : UN ÉVÈNEMENT QUI REGROUPE LES TROIS INSTITUTIONS

UN DOSSIER COMPLET

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu/posts/2379351355438240?__tn__=K-R
à partager largement
 
Par Didier ALLIZARD – Publié par DirectSudActu 
De l’aveu même du Préfet Philippe CHOPIN, c’est le Maire Jean-Marc PUJOL qui l’a convaincu d’ouvrir les portes de la Préfecture à l’occasion des « Journées Européennes du Patrimoine », à la base une initiative française dès 1984 (1) qui s’est généralisée à toute l’Union dès 1991. « La France a toujours cette grandeur, cette capacité d’inventer et de faire avancer l’Europe. J’y ai beaucoup réfléchi, c’est mieux de réfléchir, et j’ai trouvé que l’idée était intéressante » précise le Représentant de l’État. Cocorico ?
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
UN SOUCI DE TRANSPARENCE
La visite de la Préfecture sera faite, selon les horaires, par le Préfet en personne, assisté de l’architecte des bâtiments de France évidemment compétent en la matière. Les visiteurs ont auront accès à bon nombre de lieux inconnus tels les bureaux du Préfet, de la Présidente du Conseil Départemental ou de la Mairie, ces « lieux de pouvoir » comme les appelle J.Marc Pujol, « Il n’y a rien de pire que de penser que dans ces endroits là on veut cacher des choses. C’est aussi renforcer l’attractivité patrimoniale de notre ville, et c’est apporter une transparence à nos actions, on a trop souvent des visions partielles et toujours partiales de notre travail » ajoute-t-il.
PERPIGNAN : UN PATRIMOINE EXCEPTIONNEL SOUVENT ENFOUI
Quant au patrimoine de la Ville, en pleine polémique sur la destruction massive de certains bâtiments « historiques » de St Jacques, pilotée par l’Adjoint au Maire majoritaire Olivier Amiel (LR) et arrêtée par le Préfet Chopin lui-même alerté par le Député Romain Grau (LREM, ancien 1er Adjoint et toujours Conseiller Municipal majoritaire), « Cela fait 25 ans qu’on s’occupe en y faisant très attention et on est capables d’apporter des précisions sur le patrimoine exceptionnel de la ville de Perpignan,   il me paraissait également normal que ces lieux de pouvoir puisent être aussi visités » indique J.Marc Pujol (LR désormais adhérent du mouvement « Libres ! » animé par Valérie Pécresse) qui rappelle qu’entre les locaux de la Mairie et la récupération de la « Loge de mer » , « on se retrouve dans un lieu qui existe depuis le XIVème Siècle et qui n’a pas bougé. Le Patrimoine est une préoccupation des élus locaux et territoriaux ».
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
« UNE BELLE DÉMARCHE QUI MET EN AVANT NOTRE DÉPARTEMENT »
Au Conseil Départemental, « Cela fait plus de 10 ans qu’on ouvre ce lieu Quai Sadi Carnot, l’hémicycle où on peut s’asseoir à la place de tel ou tel, mais aussi du bureau où je travaille ce qui est quand même moins courant, avec une sécurité tout de même pour ne pas accéder à tous les documents » déclare la Présidente Hermeline Malherbe, qui fera ellle-même la visite le samedi matin, sans oublier de citer l’ensemble des lieux çà découvrir dans le département, du Château Royal de Collioure aux Archives Départementales sans oublier Paulilles (Notre dossier complet). « Ce n’est pas toujours simple de préserver le Patrimoine, les « bâtiments de France » nous aident, pas partout parfois, mais globalement ils sont toujours aidant, même s’il faut admettre qu’il y a des sujets difficiles » conclut la Présidente avec sans doute un peu de malice.
LA PRÉFECTURE : LA MAISON DE TOUS LES CITOYENS
Philippe Chopin reconnaît à J.Marc Pujol d’avoir pris l’initiative de réunir les trois institutions « un engagement personnel du Maire, si vous n’aviez pas fait cette démarche je serais resté dans la lignée de mes prédécesseurs et ne pas ouvrir la Préfecture » reconnaît-il, avant d’ajouter que la Préfecture c’est la maison de l’État et de tous les citoyens. Une occasion également de présenter la fonction du Préfet et de l’ensemble du corps préfectoral « pour que les citoyens sachent aussi pourquoi on vit dans des beaux lieux qui ne nous appartiennent pas et que nous avons la charge de transmettre à nos héritiers » ajoute-t-il avec un trait d’humour dont il ne manque pas, « Après tout, si le Président de la République fait visiter l’Élysée, on peut bien faire visiter une annexe lointaine de l’Élysée, c’est à dire la Préfecture des Pyrénées-Orientales, lieu de la représentation de l’État ». 
« Un peuple qui oublie son passé n’a pas d’avenir… » (Winston Churchill) 
(1) Ministre de la culture en 1984 : JACK LANG 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
PPN FLYER RECTOPPN FLYER VERSOPREFECTURE FLYER 01PREFECTURE FLYER 02PREFECTURE FLYER 03PREFECTURE FLYER 04PREFECTURE FLYER 05PREFECTURE FLYER 06PPN NOTE PRESSE 01PPN NOTE PRESSE 02PPN NOTE PRESSE 03PPN NOTE PRESSE 04PPN PROGRAMME PAGE 01PPN PROGRAMME PAGE 02-03PPN PROGRAMME PAGE 04PPN PROGRAMME PAGE 05PPN PROGRAMME PAGE 06PPN PROGRAMME PAGE 07PPN PROGRAMME PAGE 08PPN PROGRAMME PAGE 09PPN PROGRAMME PAGE 10PPN PROGRAMME PAGE 11PPN PROGRAMME PAGE 12PPN PROGRAMME PAGE 13PPN PROGRAMME PAGE 14-15PPN PROGRAMME PAGE 16CD L'ART DU PARTAGE 00CD L'ART DU PARTAGE 01CD L'ART DU PARTAGE 02CD L'ART DU PARTAGE 03CD L'ART DU PARTAGE 04CD L'ART DU PARTAGE 05CD L'ART DU PARTAGE 06CD L'ART DU PARTAGE 07CD L'ART DU PARTAGE 08CD L'ART DU PARTAGE 09CD L'ART DU PARTAGE 10CD L'ART DU PARTAGE 11CD L'ART DU PARTAGE PLANCD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 00CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 01CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 02CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 03CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 04CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 05CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 06CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 07CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 08CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 09CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 1003

 

PYRÉNÉES-ORIENTALES – PERPIGNAN VISA POUR L’IMAGE : ANNULATION DE LA VISITE DE LA MINISTRE DE LA CULTURE FRANÇOISE NYSSEN

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
Initialement prévue sur deux jours, jeudi 6 et vendredi 7 septembre, la visite de la Ministre de la culture Françoise Nyssen a, dans un premier temps et au dernier moment, été réduite au seul vendredi. Et puis patatras, c’est à 14h35 que nous apprenons par un communiqué de presse laconique de la Préfecture, l’annulation pure et simple de cette visite : « Suite à un imprévu, la ministre ne pourra se rendre à Perpignan. Le déplacement est donc annulé ».
La Présidente du #ConseilDépartemental66 Hermeline Malherbe en a pris acte, et dire qu’elle apprécie assez peu ce changement de programme relève du doux euphémisme… Elle a aussitôt adressé un courrier à sa « Chère Françoise Nyssen », dans lequel elle fait état de huit chantiers qu’elle compte bien évoquer avec la Ministre au plus vite. Sec et sans équivoque…
Que doit y voir ? Un rebondissement dans l’affaire qui oppose Françoise Nyssen à la justice dans le cadre de sa maison d’édition « ActeSud » et de présumées infractions au code de l’urbanisme ?
Pour l’heure, on fait état de très sérieuses tensions avec le Maire de Perpignan Jean-Marc Pujol, semble-t-il relatives au Théâtre de l’Archipel.
Si on ajoute le désaveu de l’État via le Préfet Philippe Chopin concernant les destructions d’une partie du Patrimoine immobilier historique de l’hyper-centre de la ville, on peut dire que la barque commence à se charger et que le 1er Magistrat commence à « sentir le souffre » au plus haut niveau…
J.Marc Pujol qui s’est vu refuser l’investiture LREM pour la tête de liste aux prochaines Municipales, en dépit d’une rencontre à Paris avec Édouard Philippe, déplacement effectué en compagnie, du Maire de Canet-en-Roussillon en laisse, le toujours très inspiré Bernard Dupont, qui, il est vrai, n’a pas un grand sens politique !
L’édile a depuis rejoint le mouvement « Libres » de Valérie Pécresse (surnommée « Valérie Traîtresse par ses excellents amis) en délicatesse avec le Président de Les Républicains, avec un directeur de cabinet délégué circonscription d’extrême-droite appartenant à Les Républicains 66 devenus « LesRadicalisés66″.
Pourquoi pas au fond, mais les adducteurs doivent sérieusement souffrir et il doit y avoir de l’ambiance à La Loge…
Une fin de règne difficile pour Jean-marc Pujol ? Ça y ressemble sérieusement. 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

Courrier Madame la Ministre Francoise Nyssen 01Courrier Madame la Ministre Francoise Nyssen 02

DÉPARTEMENT : PRISE DE COMMANDEMENT DU NOUVEAU PATRON DU GROUPEMENT DE GENDARMERIE

« HUMANITÉ, BIENVEILLANCE,
RIGUEUR ET PÉDAGOGIE »

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu 

Le général LETTERMANN remet officiellement le commandement au colonel Guillaume POUMEAU de LAFFOREST
Le général LETTERMANN remet officiellement le commandement au colonel Guillaume POUMEAU de LAFFOREST
Deux ans, parfois trois, telle est la durée maximale de présence d’un Commandant de groupement de Gendarmerie dans un département, le Colonel Denis Nauret a quitté les Pyrénées-Orientales début juillet pour laisser place au Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest, qui officialisait sa prise de fonction mercredi 29 août lors d’une cérémonie officielle à la Caserne Munier de Perpignan, sous le haut patronage du Général Jean-Valéry Lettermann en sa qualité de Commandant Adjoint de la Région de Gendarmerie d’Occitanie, également en charge du Groupement de l’Hérault.
CÉRÉMONIE PROTOCOLAIRE ET CONVIVIALITÉ
Une cérémonie très protocolaire d’une vingtaine de minutes, avec en préambule le salut au drapeau et la prise d’armes, immédiatement suivis par la remise officielle du commandement du groupement de gendarmerie départementale des Pyrénées-Orientales au colonel Guillaume POUMEAU de LAFFOREST, ainsi que la traditionnelle remise de médailles aux Gendarmes méritants dans la cour de la caserne. Un cocktail a été servi en fin de cérémonie aux effectifs et aux nombreux invités, à la fois autorités civiles, judiciaires et militaires du département ainsi que les délégations étrangères (Guardia Civil, Mossos d’Esquadra, polices espagnoles et andorranes), pour la première fois dans la pinède de la caserne sur la volonté du nouveau Commandant. Une excellente idée qui change du hangar un peu lugubre, offrant des moments d’échanges conviviaux entre tous et en particulier avec le nouveau patron de ce groupement qui, rappelons-le, a compétence sur l’essentiel du territoire du département, soit 350.000 des 471.000 habitants. En fait toutes les villes et villages sauf Perpignan qui est en zone Police.
La feuille de route du Général Jean-Valéry Lettermann au Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
La feuille de route du Général Jean-Valéry Lettermann au Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
UN DEVOIR D’EXEMPLARITÉ
41 ans, tel est l’âge de ce Colonel Saint-Cyrien originaire d’Amiens, cet amoureux de la mer, marié et trois enfants en bas âges, a déjà une brillante carrière diversifiée à son actif, soulignée par le Général Lettermann lors de son discours d’accueil et de bienvenue, traçant en outre une « feuille de route » claire qu’il n’est pas utile de rappeler à cet officier émérite « parfaitement préparé. « Son expérience sera précieuse » insiste-t-il : le service public et l’intérêt général, la cohésion du groupement des 666 personnels (Céret, Perpignan et Rivesaltes), le bien du service et des effectifs. « J’attends de toi un commandement moderne et pragmatique, proche de tes personnels, un commandement fait d’humanité, de bienveillance, mais également de rigueur, de pédagogie et d’exemplarité. Sans sincère considération des personnels et de leurs fonctions ni reconnaissance pleine et entière de l’action et du mérite de chacun, c’est plus compliqué » ajoute-t-il.
Une recommandation dont pourraient utilement s’inspirer certains édiles locaux, hélas absents pour entendre cette leçon de gestion des ressources humaines parfois calamiteuse…
Le Général Lettermann insiste également sur une nécessaire présence sur le terrain, « en lien étroit avec les acteurs du territoire, vous tous, et en premier lieu les élus, avec les corps constitués et plus particulièrement le SDIS (dont le Patron, le Colonel J.Pierre Salle-Mazou dans l’assistance – NDR), mais également les décideurs du monde économique, social, associatif. Un lien étroit avec les autorités espagnoles et andorranes dont je souligne la présence, fidèles à chaque grands moments. J’attends également de toi que, dans le contexte que nous connaissons, ce risque permanent de terrorisme, sous l’autorité de Monsieur le Préfet, tu deviennes un acteur incontournable de la sécurité des territoires, une force de propositions et une référence dans ce département ».
DES ÉLUS COMMUNAUX ASSEZ PEU CONCERNÉS
Quelques rares Maires assistaient à cette cérémonie, parmi lesquels citons celui de Baixas Gilles Foxonet toujours très « bon camarade » en toutes circonstances, mais beaucoup de regrettables absents se réjouissant pourtant de l’action de proximité efficace de la Brigade sur leurs communes, des femmes et des hommes dévoués qui servent leurs concitoyens jour et nuit, parfois au péril de leurs vies, d’aucun arborant le grade strictement honorifique de « Colonel de réserve Citoyenne » qui dépend de la Gendarmerie et sans qu’aucun fait d’arme ne le justifie. La grande classe, vraiment !
Pour les rattraper, cinq Parlementaires sur six ont honoré le Colonel Poumeau de Lafforest de leur présence : les Députés Romain Grau, Louis Aliot, Laurence Gayte et Sébastien Cazenove, ainsi que le Sénateur Jean Sol.
François Calvet était quant à lui excusé, en déplacement à Berlin avec entre autres une rencontre au Reichstag puis la visite du camp de concentration d’Orianenbourg, et enfin Strasbourg pour traiter un des dossiers transfrontaliers du département.
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Le salut aux drapeau
Le salut aux drapeau
030405
Remise de médaille
Remise de médailles
Jean Sol, Louis Aliot, Sébastien Cazenove, Romain Grau et Laurence Gayte
Jean Sol, Louis Aliot, Sébastien Cazenove, Romain Grau et Laurence Gayte
Jacques Cresta, Romain Grau, Louis Aliot, Jean Sol et Chantal Bruzi
Jacques Cresta, Romain Grau, Louis Aliot, Jean Sol et Chantal Bruzi
Louis Aliot, Jean Sol et Sébastien Cazenove
Louis Aliot, Jean Sol et Sébastien Cazenove
Le Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest intervient exceptionnellement après son chef
Le Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest intervient exceptionnellement après son chef
Très brève intervention du Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
Très brève intervention du Colonel Guillaume Poumeau de Lafforest
Tous les corps constitués assistaient à cette prise de commandement
Tous les corps constitués assistaient à cette prise de commandement
La grande photo de famille des autorités transfrontalières
La grande photo de famille des autorités transfrontalières
Un cocktail est servi sous la pinède de la caserne
Un cocktail est servi sous la pinède de la caserne
16
Le Sénateur Jean Sol
Le Sénateur Jean Sol
COUV

 

PYRÉNÉES-ORIENTALES – MILLAS : RÉOUVERTURE DU PASSAGE À NIVEAU MAUDIT

Huit mois après le terrible accident de car percuté par un TER qui fit six victimes mortelles parmi les enfants qui rentraient du collège ce 14 décembre 2017, alors que l’enquête judiciaire confiée au parquet de Marseille est toujours en cours, une première étape sera franchie dès 6 heures le 22 septembre 2018 avec la réouverture de ce passage à niveau qui voyait un trafic de 4000 passages par jour.
01 450Le Préfet Philippe Chopin et la Présidente du Conseil Départemental Hermeline Malherbe avaient convié la presse en Préfecture pour apporter toutes les précisions sur ce dossier « qui n’a pas été traité comme un autre dossier et qui a une dimension émotionnelle très forte, on a vraiment une pensée pour les victimes et leurs familles » tiendra à dire Philippe Chopin en introduction.
Une fermeture de moins en moins respectée
Le Département qui est en charge des routes a dû arbitrer entre une justice qui diligente expertises et contre-expertises et qui tient à conserver la scène de l’accident aussi intact que possible, et une pression très forte à la fois des professionnels, des particuliers et des deux maires de communes concernées pour le rétablissement de cet axe contournant le village de Millas, qui connaissait des problèmes de sécurité avec cet afflux de circulation transitant par son centre ville. À quelques jours de la rentrée des classes il y avait urgence, d’autant que l’interdiction de passage était de moins en moins respectée par les usagers, qui pour certains, n’hésitaient plus à déplacer les blocs de béton pour passer. « À chaque fois que le service des routes remettait les blocs de bétons ils étaient déplacés deux heures après, juridiquement la route était fermée, les gens étaient en infraction, imaginez la responsabilité de la Présidente et de moi-même s’il y avait eu un accident, alors qu’un arrêté de fermeture avait été pris que personne ne respectait ! À un moment il faut être pragmatiques, on a essayé de faire coller le juridique avec la réalité » indique Philippe Chopin.
02Ligne toujours interrompue
En pratique, plusieurs aménagements provisoires ont été réalisés, des blocs de béton ont été installés de chaque côté de la route incluant la voie ferrée diminuant l’emprise de la voie, avec une vitesse ramenée de 70 à 50 Km/heure, l’installation d’un panneau « Circulation des trains interrompue » et celui annonçant le passage à niveau masqué. Par ailleurs la SNCF a demandé de protéger la barrière pour empêcher qu’elle s’abaisse inopinément, mais aussi que des éléments de preuves puissent être sauvegardés. Même si force est d’admettre qu’avant cet aménagement chacun y avait accès librement…
Cette installation est évidemment réversible en prévision du jour où la Magistrate en charge du dossier d’instruction autorisera la réouverture de la ligne de chemin de fer, sans qu’aucune date ne soit fournie par la SNCF et sans qu’aucune pression ni intervention de la part des élus ou même du représentant de l’État ne soit envisageable, particulièrement tant que l’enquête est en cours, indépendance de la justice oblige.
Dans cette séquence précise, on ne peut que souligner l’action déterminée du Préfet Chopin et de la Présidente Malherbe qui ont négocié énergiquement pour parvenir à cette solution de compromis et de bon sens, tant avec la justice que directement avec le Président de SNCF Réseau.  
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Sur site 01Sur site 02Sur site 03Sur site 04Sur site 05Sur site 06Sur site 07Sur site 08Sur site 09Sur site 10Sur site 11040503COUV

PERPIGNAN : INTERPELLATION D’UN INDIVIDU PORTEUR D’UNE KALACHNIKOV AIRSOFT

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Le 29 juillet 2018 à 3 heures du matin, un vacancier de sortie dans le centre-ville de Perpignan croise le chemin d’un homme, torse-nu, le visage ensanglanté, porteur d’un fusil d’assaut Kalachnikov ! L’individu marche d’un pas décidé en direction de la place des Poilus.

À la vue de l’arme, le passant se cache et compose aussitôt le 17 pour alerter la police. Les effectifs de la Police-Secours du commissariat central de Perpignan se déplaçent immédiatement et repérent l’homme armé rue des Augustins. Ce dernier prend la fuite à la vue des policiers en s’engouffrant dans les ruelles du quartier Saint-Matthieu.
Il est toutefois rattrapé et mis en joue par les fonctionnaires intervenants qui parviennent à lui faire jeter au sol son fusil d’assaut. Le mis en cause est alors interpellé et placé en garde à vue.
Si l’arme paraissait manifestement être un AK47, il s’avère qu’il s’agissait en réalité d’une réplique parfaite, en l’occurrence un fusil airsoft tirant des projectiles en plastique. Son détenteur, pris de boisson, n’a pu être auditionné avant le début d’après-midi. Celui-ci, chauffeur routier âgé de 32 ans, totalement inconnu des services de police, reconnaît les faits qui lui sont reprochés et se confond en excuses, expliquant avoir agi sous l’influence néfaste de l’alcool dans le but d’intimider un groupe de noctambules avec lequel il avait eu plus tôt dans la soirée une altercation.
L’intéressé fait l’objet d’une convocation en justice en octobre prochain. 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Kalach airsoft

LE BARCARÈS – PLUS DE 15000 « TEUFERS » : UN NOUVEAU GROS SUCCÈS POUR ALAIN FERRAND

« SI ON VEUT ALLER LOIN, IL FAUT VOIR GRAND ! »

ÉDITION 2018 DE L’ELECTROBEACH 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
Par Didier ALLIZARD
Le succès d’un des évènements phare de la célèbre station Catalane ne se dément décidément pas, ce n’est pas moins de 15.000 « teufers » de 48 nationalités qui étaient présents dès l’ouverture du plus grand Festival de musique électronique de France, en présence des meilleurs DJ du monde, offrant magie, ambiance et surprises aux festivaliers.
01
Après une visite amicale du site dans son intégralité du Préfet Philippe Chopin, le maire Alain Ferrand s’est activé toute la soirée pour que cette fête ne souffre d’aucune imperfection, particulièrement attentif aux nombreux invités du Lydia, ce bateau des sables qui offre une vue imprenable sur la plus grande scène de France, avec l’aide précieuse de l’ancien Maire du Barcarès Joëlle Iglésias Ferrand en parfaite Capitaine de bord qu’elle connaît « quelque peu »…
0230 M€ DE RETOMBÉES ÉCONOMIQUES
On notait la présence de nombreux élus « amis » des communes avoisinantes, le Sénateur Jean Sol, les Maires amis de toujours de Saint-Laurent de la Salanque, de Baixas, de Peyrestortes, de Torreilles, de Saint-Estève, le Maire putatif de Béziers en 2020 Jason Onderwater, mais en l’absence du Maire de Perpignan J.Marc Pujol sans doute retenu sur un autre évènement.
« Il y a tous les ingrédients pour que cette édition soit un succès, c’est près de 3 M€ de budget d’artistes, c’est un festival qui a l’ambition de voir grand, si on veut aller loin il faut voir grand. Ce festival montre notre capacité à voir grand, c’est important pour une ville comme le Barcarès, ce genre de manifestations permet de faire rayonner la ville, mais aussi un rayonnement Départemental, de la Communauté Urbaine et de cette belle région qu’est l’Occitanie »
déclarait Alain Ferrand lors de sa brève intervention.
03OÙ EST DONC LE MAIRE DE PERPIGNAN ?
Avec un regret clairement exprimé : « Nous les élus du Barcarès on se sent un peu seuls, on n’est pas très aidés, heureusement qu’on a la Région avec nous, parce que si on n’avait pas la région avec nous, on serait tout à fait seuls, je tiens à le dire, alors que ce festival apporte une économie importante, on l’a fait chiffrer c’est 30 M€ d’économie locale induite, pour nous c’est un très gros budget d’investissements, et quand on se sent compris, aidés par une grande institution qu’est la Région grâce à la vision de Madame Delga, on arrive à pérenniser ce rendez-vous. Je regrette qu’il n’y ait pas le Maire de Perpignan et Président de la Communauté Urbaine (J.Marc Pujol – NDR), qu’il n’y ait pas la représentante du Département (Hermeline Malherbe – NDR), si on veut que ce genre de rendez-vous se pérennise, il est clair que la commune seule ne peut plus le supporter et ne le supportera pas longtemps. Heureusement que nous avons une prise de conscience de la Région ! Nous sommes devenus le premier festival de France de musique électro., c’est un élément culturel important, nous sommes devenus le 3ème festival de France tout confondu, c’est pour nous une fierté, grâce à cet événement nous avons une visibilité nationale et internationale, et au niveau touristique ça a du sens ! ».
04
Entendra-t-on cet appel du cœur depuis la Loge, rien n’est moins sûr quand on connaît l’état désastreux des finances de la Communauté Urbaine dirigées par le Maire de Canet Bernard Dupont, évidemment absent à cette inauguration (mais qui sait se déplacer lors de la campagne des Régionales…), avec pas moins de 500 M€ de dettes pour un budget de fonctionnement sensiblement identique, presque 100% du PIB, soit une Communauté Urbaine proche de la faillite !

Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
05

LA MÉDITERRANÉE À VÉLO… …D’ATHÈNES À CADIX

Inauguration du tronçon Le Perthus / Le Barcarès 

Également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

DOSSIER COMPLET EN FIN D’ARTICLE

Par Didier ALLIZARD
C’est en présence de la Présidente du Conseil Départemental Hermeline Malherbe que l’itinéraire cyclable balisé entre le Perthus et Le Barcarès était inauguré jeudi, programme majeur de développement baptisé « Itinéraire EuroVelo8″, qui constitue un projet Européen ambitieux reliant l’Espagne à la Grèce le long de la Méditerranée, soit pas moins de 5888 Km à travers 11 pays.
Départ jusqu'au lieu de l'inauguration, soit 2 km de piste aménagée
Départ jusqu’au lieu de l’inauguration, soit 2 km de piste aménagée
LES P.-O. : UNE DESTINATION VÉLO
Pour les seules Pyrénées-Orientales, le coût de l’opération représente une charge de 13 M€ dont le financement se partage entre l’Europe, l’État, la Région, les Communes et les Intercommunalités concernées. Un effort important au bénéfice des habitants proches du tracé, mais aussi des touristes dont on peut espérer une retombée économique chiffrée à 49.000 €uros par an et par kilomètre, avec un objectif avoué de devenir « une destination vélo ». L’itinéraire en site propre n’est à ce jour aménagé qu’à hauteur de 44%, l’objectif à atteindre pour l’isoler entièrement de la circulation est de 50% en 2020 et 170 Km de routes supplémentaires d’ici 2022. À noter que le Département des P.-O. prend également part à un autre projet d’intérêt National qui devrait relier Le Barcarès à Bayonne, soit un itinéraire de 600 Km.
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
La Présidente Malherbe en tête de peloton
La Présidente Malherbe en tête de peloton
03
En 2ème position le Maire de St Hypolite, Mado Garcia-Vidal
En 2ème position le Maire de St Hypolite, Mado Garcia-Vidal
0506
L'inauguration se prépare
L’inauguration se prépare
C'est fait !
C’est fait !
MGV distribue le ruban tronçonné
MGV distribue le ruban tronçonné
Brève intervention d'Hermeline Malherbe
Brève intervention d’Hermeline Malherbe
L'adjoint représentant Alain Ferrand absent en raison d'un deuil familial
L’adjoint représentant Alain Ferrand absent en raison d’un deuil familial
Le Perthus ça va encore mais… Menton ! Tout le Monde ne s'appelle pas Brian Shaw et Julie Morton…
Le Perthus ça va encore mais… Menton ! Tout le Monde ne s’appelle pas Brian Shaw…
Mado Garcia-Vidal sur le départ
Mado Garcia-Vidal sur le départ
Premiers tours de roues d'Hermeline Malherbe
Premiers tours de roues d’Hermeline Malherbe
TOUS EN SELLE 01TOUS EN SELLE 02TOUS EN SELLE 03TOUS EN SELLE 04

LE BARCARÈS – AFFAIRE JAWAD BENDAOUD : ALAIN FERRAND SORT DE SA RÉSERVE ! « NI CONCERTÉ NI PRÉVENU » !

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

 Pour couper court à tous les fantasmes et exprimer un véritable regret !

Mes Chers Amis,
AF 01Comme vous tous, j’ai découvert que Jawad Bendaoud semble avoir élu domicile dans notre commune. Du moins, c’est ce que l’on peut déduire d’un entretien qu’il a donné depuis notre plage. Vous êtes nombreux à m’avoir fait part de vos inquiétudes et interrogations à ce sujet. Je les comprends et je vous comprends. D’ailleurs, loin de moi est l’intention de remettre en question la légitimité de vos sentiments.
En revanche, il m’appartient de rétablir la vérité en coupant court aux fantasmes que certains alimentent. Surtout, je veux répondre à toutes seules et ceux qui ont pris le soin de me faire part de leur questionnement quant à la possible présence de cette personne au Barcarès.
Évidemment, je ne suis pas à l’origine de cette présence, tout comme je ne l’ai pas organisée en collaboration avec une obscure officine d’État dont certains se plaisent à imaginer l’existence. Le plus probable, c’est que cette personne, libre de ces mouvements car ayant été relaxée, ait fait le choix personnel de s’arrêter ici. Je ne connais ni les raisons à l’origine de ce choix, ni les conditions de sa possible venue.
Dans un État de droit et de liberté comme la France, faire obstacle à la libre circulation des personnes est un pouvoir strictement encadré. Pour répondre très précisément à une question m’ayant été posée, je ne dispose pas de cette prérogative au titre de mes fonctions de Maire du Barcarès. Comme tous mes homologues des communes de France, je n’ai pas le pouvoir d’empêcher quelqu’un de résider sur notre territoire.
En tout état de cause, je suis convaincu que dans l’hypothèse où cette personne représenterait le moindre commencement d’un risque pour la population, elle ferait alors l’objet des mesures de surveillance les plus accrues afin qu’un tel risque soit maîtrisé. De mon point de vue, cela nous donne toutes les raisons de rester serein et de garder notre sang froid. Je ne sais pas si cette personne réside réellement au Barcarès et je ne sais si elle représente un quelconque danger. En revanche, j’ai la conviction que les personnes les plus dangereuses ne sont pas celles dont les autorités savent où elles se trouvent ; mais plutôt les personnes que les autorités ne sont pas en mesure de maîtriser.
Pour conclure (définitivement) sur ce sujet, je veux vous faire partager le sentiment de regret que m’inspire cet épisode. Je déplore de voir les médias donner autant d’importance à un individu qui, de mon point de vue, ne la mérite pas et gagnerait à se terrer dans ma discrétion la plus absolue plutôt que de courir les caméras de télévision. J’invite donc les médias nationaux et régionaux à nous offrir leurs lumières et leurs colonnes à l’occasion de sujets plus intéressants et qui méritent véritablement d’être connus. Je fais bien sûr référence aux projets d’aménagement développés par la municipalité pour construire le Barcarès de demain, ainsi qu’aux grands évènements que seule notre ville est en mesure de proposer à ses visiteurs.

Dans l’espoir d’avoir répondu aux interrogations du plus grand nombre, j
e vous adresse mes sentiments les meilleurs.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : LA FRANCE INSOUMISE PREND LE STATIONNEMENT À BRAS LE CORPS

Pour le groupe d’appui « Vite, la 6ème République », Mickaël Idrac

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Le groupe d’action France Insoumise « Vite, la 6ème République ! » de Perpignan initié par Mickael Idrac, enseignant et doctorant en sociologie, a organisé le 1er mars dernier dans le cadre de ses cafés citoyens une rencontre sur le thème du stationnement à Perpignan.
LOGO L'AVENIR EN COMMUN
Les participants, par ailleurs représentatifs de l’éclectisme de la population perpignanaise, ont relayé leur colère et leur incompréhension entre augmentation des tarifs, dysfonctionnements techniques et inefficacité d’un système censé garantir un meilleur roulement des véhicules sur les places de parking en centre-ville. Les commerçants en sont réduits à offrir des minutes de stationnement à leurs clients sur fond de désinvestissement de la ville quant au bien-être de ses habitants.
Pourquoi la ville n’offrirait pas les deux premières heures de stationnement comme à Nîmes par exemple ? Soit le temps suffisant pour aller au restaurant, boire un café entre amis, flâner, faire les soldes etc. Pourquoi le kiosque de paiement du montant forfaitaire en cas d’infraction ne serait pas ouvert en fonction des heures de travail de la population active pour que le paiement en trois jours devienne une possibilité effective et non une simple hypothèse ? Comment payer si l’on finit de travailler après 17h30 ? Comment payer si l’on est verbalisé entre 17h30 et 18h00 qui est l’heure de fin du stationnement payant ? Comment payer si l’on ne souhaite pas régler via un smartphone ou sur une plateforme en ligne ?
Le groupe d’action dénonce la politique de la mairie sur la problématique du stationnement et ses incohérences. Il invite les responsables locaux à observer ce qui se fait dans les villes de taille peu ou prou similaire. 

https://lafranceinsoumise.fr/

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
mde

PERPIGNAN : 1,8 M€ POUR LA RÉHABILITATION DE LA CASERNE MUNIER

Par Romain Grau, Député LREM de la 1ère circonscription des #PyrénéesOrientales

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

« Je me suis rendu à la caserne Munier à Perpignan qui accueille le pèlerin de gendarmerie de Perpignan ainsi que le groupement départemental pour lequel j’ai obtenu 1,8 millions d’€uros pour la réhabilitation des bâtiments. 
J’ai pu rencontrer et échanger avec le chef du groupement le Colonel Denis Nauret sur la mise en place de la Police de Sécurité du Quotidien, sur les moyens dont disposent la gendarmerie, sur les chiffres de la délinquance et sur l’ensemble des projets touchant à la sécurité.
Le Colonel a pu répondre à mes interrogations et m’a fait part de ces analyses.
Cet homme de terrain a une très bonne connaissance de son Arme et m’a permis de mieux appréhender les questions de sécurité.
À cette occasion et à la demande du Général Lizuray il m’a remis le dernier ouvrage recueillant les photos du Sirpa qui chaque année expose dans le cadre du VisaOff ».
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Romain Grau et le Lieutenant Colonel Denis Nauret qui commande le groupement de Gendarmerie de Perpignan
Romain Grau et le Lieutenant Colonel Denis Nauret qui commande le groupement de Gendarmerie de Perpignan

PYRÉNÉES-ORIENTALES : LE DÉPUTÉ ROMAIN GRAU AUX CÔTÉS DES GENDARMES DU PELOTON AUTOROUTIER

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Romain Grau a passé l’après midi de lundi aux côtés des hommes et des femmes du peloton autoroutier basé à Pollestres. Ces 23 gendarmes sont présents chaque jour sur l’autoroute et sur le réseau routier secondaire pour protéger les vies et défendre les biens de chacun.
Gendarmerie 1
Gendarmerie 2Ainsi par leurs actions de lutte contre les dangers de la route (alcoolémie, drogue, vitesse excessive…), ils assurent la tranquillité et la sécurité aux très nombreux automobilistes empruntant les réseaux routiers. Il a pu participer à des contrôles, tant sur l’autoroute A9 que sur la route départementale allant sur le Boulou.
Après lui avoir présenté leurs matériels, il a pu échanger avec les militaires présents sur les missions de la gendarmerie. Ces derniers l’ont questionné sur de nombreux points et lui ont fait part de leur ressenti.
« Un très bon moment au plus proche du terrain qui lui permettra de nourrir ma réflexion dans le cadre du rapport sur le budget de la gendarmerie, de la police et de la sécurité routière » déclare-t-il.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Gendarmerie 3

PERPIGNAN – CAFÉ CITOYEN : LA FRANCE INSOUMISE SUR LE STATIONNEMENT

Par Francis DASPE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Logo France insoumiseLe groupe d’appui de La France Insoumise, « Vite, la 6ème République », initié par Mickaël Idrac et situé à Perpignan, organise un café citoyen jeudi 1er mars 2018. Il se déroulera à partir de 19h, à Perpignan, au Grand Café de La Poste (place de la Victoire).
Il portera sur la question du stationnement à Perpignan, au centre des préoccupations quotidiennes.  
Ces cafés citoyens ont vocation à être force de propositions dans le but d’améliorer les conditions de vie quotidienne à Perpignan.

Réservations à faire auprès de Mickaël Idrac (06 32 30 45 93).
Pour le groupe d’appui « Vite, la 6ème République », Mickaël Idrac

https://lafranceinsoumise.fr/

LOGO L'AVENIR EN COMMUN

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : VOL À MAIN ARMÉE AU PRÉJUDICE D’UN DÉBITANT DE PRESSE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Le 19 février 2018 vers 16h avenue Poincaré à Perpignan

Un individu visage camouflé par un masque de diable, pénètre dans un bureau de tabac implanté avenue Poincaré à Perpignan et sous la menace d’une arme de poing type automatique, demande à se faire remettre la caisse. L’employée s’exécute et lui remet une liasse de billets de 10 €uros. Profitant d’un moment d’inattention du malfrat, elle s’empare du bâton caché derrière le comptoir pour le menacer et le pousser à prendre la fuite avec le butin qui sera chiffré à environ 100 €uros .
Attiré par les cris de la victime, un voisin de l’établissement qui s’affairait sur son balcon, observe le manège et comprend que le bureau de tabac vient d’être victime d’un braquage. Il remarque l’individu incriminé prenant la fuite en direction d’un véhicule stationné un peu plus loin moteur tournant.
N’ayant pas connaissance que le voleur est armé, il n’hésite pas à se lancer à sa poursuite et parvient à l’interpeller au volant de son véhicule.
Dans le même temps, deux occupantes d’un véhicule qui circulait dans la rue, viennent lui porter secours en retirant les clefs du véhicule du braqueur afin qu’il ne parvienne à s’enfuir.
Alertés rapidement, les services de police arrivent sur place et prennent en charge le mis en cause. Les policiers constateront alors que l’arme exhibée est factice.
Placé en garde à vue, il est confié aux enquêteurs du groupe criminel de la sûreté départementale.
Les constatations sur place des policiers permettent de reconstituer minutieusement le déroulement des faits notamment grâce aux déclarations de la victime et des témoins et aux images de vidéo-protection de l’établissement et de la ville.
Entendu, le mis en cause âgé de 63 ans, domicilié à Canet et connu des services de polices pour des faits mineurs reconnaîtra l’ensemble des faits, stipulant avoir agi ainsi par besoin d’argent pour se nourrir.
Présenté au parquet ce jour à l’issue de sa garde à vue, il a été placé en détention en attendant d’être jugé vendredi en comparution immédiate. 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : MISE EN GARDE DES SERVICES DE POLICE SUITE À UNE SÉRIE DE VOLS À L’ARRACHÉ COMMIS EN CENTRE-VILLE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Dimanche 11 février vers 4h45
Deux jeunes femmes sortent d’une soirée passée dans un établissement de nuit de l’avenue Général Leclerc et se dirigent vers le centre-ville. Arrivées boulevard Clemenceau, elles constatent qu’elles sont suivies par deux individus au comportement douteux. L’un de ces individus les dépasse, se positionne devant et se saisit du sac de l’une d’entre elles qui ne parait pas déterminée à se laisser faire.
Face à cette opposition, l’un des malfrats découpe la lanière du sac à l’aide d’un couteau et s’en empare avant de prendre la fuite avec son comparse.La police est avisée, mais les recherches effectuées dans le secteur restent vaines.
La victime choquée mais non blessée tout comme son amie, dépose une plainte au commissariat de police et l’enquête est confiée au groupe de voie publique de la sûreté départementale.
Les policiers ne tardent pas à diriger leurs soupçons vers deux individus âgés de 18 et 20 ans, en situation irrégulière, interpellés 10 jours auparavant pour des faits de recel de vol et qui, à l’issue de leur garde à vue, avaient fait l’objet d’un rappel à la loi et d’un placement au Centre de Rétention Administratif de Rivesaltes.
Vérifications faites auprès des services concernés, les enquêteurs apprennent qu’ils ont été relâchés depuis avec obligation de quitter le territoire. Ces éléments venant conforter leurs soupçons, ils diffusent un avis de recherche auprès des unités locales.
Mardi 13 février en soirée
Un des deux individus est repéré dans la rue et interpellé par la police municipale.
Placé en garde à vue, il niera maladroitement son implication, mais n’oubliera pas d’incriminer le second individu recherché qu’il désignera comme principal auteur.
Ses explications n’ayant pas convaincu les policiers, ni le magistrat en charge du dossier, il sera déféré à l’issue de sa garde à vue et comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Perpignan le 16 février où il écopera de 18 mois de prison pour les deux affaires reprochées.
Dimanche 18 février vers 5h30
Une employée d’un autre établissement de nuit de la ville quitte son travail pour rejoindre son domicile. Elle emprunte la rue Mirabeau, et se retrouve face à deux individus. L’un d’eux la projette brusquement au sol et sous la menace d’un couteau, lui demande de lui remettre son sac à main et son téléphone.
Malgré tout, elle parvient à se relever et à prendre la fuite avant d’être rattrapée une nouvelle fois et plaquée violemment contre un mur, lui occasionnant une blessure à la tête. Les malfrats s’emparent alors du sac avant de s’enfuir.
Examinée par un médecin des urgences, la victime âgée de 19 ans se voit remettre un certificat médical mentionnant une ITT d’un jour.
Les investigations sont confiées au même groupe d’enquête qui rapidement détermine que l’un des voleurs n’est autre que l’individu encore en fuite. Ce dernier est interpellé le lendemain par la Brigade Anti Criminalité dans un squat habité par d’autres individus et immédiatement placé en garde à vue.
Entendu, il niera les faits malgré les éléments à charge et ne donnera pas d’indications permettant l’interpellation de son complice. Á l’issue de sa garde à vue, il est déféré ce jour (mercredi) devant le magistrat qui devrait décider de son placement en détention en attendant son jugement.
Dimanche 18 février vers 3h30
Un autre vol à l’arraché est commis boulevard Clemenceau selon le même mode opératoire.
Une femme, âgée de 25 ans, sortant également d’un établissement de nuit de la ville est suivie par deux individus qui lui barrent son chemin et lui demandent de leur remettre son sac et son portable qu’elle tient en main. Résistant à ses agresseurs, elle chute violemment au sol. Les malfrats parviennent alors à s’emparer du téléphone et prennent la fuite. Au moment de se relever, elle ressent une forte douleur à l’avant-bras et se rend compte que sa main est en sang. Un couple se porte à son secours et constatant la gravité des faits, fait appel aux services de police et de secours.
Transportée à l’hôpital, les médecins constatent qu’elle présente une plaie importante de 6 cm de long sur 4 cm de large sur la main, certainement due à un coup porté à l’aide d’un objet tranchant et une fracture de son avant-bras. Elle se verra délivrer un certificat médical mentionnant une ITT de 21 jours.
Les investigations menées démontrent que bien que les faits n’aient pas été commis par les mêmes agresseurs, ils semblent toutefois qu’ils appartiennent tous à une même et unique bande.
Suite au signalement des deux derniers agresseurs, les policiers de la BAC font rapidement le lien avec deux individus qui se trouvaient dans le même squat habité par l’individu se trouvant en garde à vue pour les affaires précédentes. Ils retournent sur place hier (mardi) où ils parviennent à interpeller l’un d’entre eux.
Placé en garde à vue, l’individu âgé de 16 ans reconnaîtra sa participation, mais niera être le responsable des blessures que présente la victime. Il ne dénoncera pas son complice. Á l’issue de sa garde à vue, il était également déféré ce jour devant le magistrat en charge des mineurs.

« La police appelle à la vigilance en raison de la recrudescence de ce type d’infraction dont les faits récents ont été commis, sur la voie publique à l’encontre de jeunes femmes sortant seule d’établissements de nuit de la ville ». 

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN – SÉCURITÉ : LA DOUBLE FAILLITE !

Par Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des PyrénéesOrientales

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O.
Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O.
On vient de découvrir que dimanche dernier, des jeunes étrangers en situation irrégulière, ont commis des vols à l’arrachés sur de jeunes femmes, dont l’un a été réalisé à l’aide d’un couteau. L’un de ces jeunes délinquants est à peine âgé de 16 ans et se retrouve donc protégé de tous risques d’expulsion. Face à la vague de migration et à l’absence de réactions des autorités nationales, ceux sont nos concitoyens qui se retrouvent face à cette lame de fond.
Ces « migrants » sont entrés sur notre territoire en violant nos lois, et certains continuent à les violer en agressant des jeunes femmes dans nos rues pour les dépouiller. Quand par malheur, l’une d’elles ose résister, ils n’hésitent pas à sortir un couteau et à s’en servir. La faillite de la politique de sécurité de l’État est doublée par la faillite de celle de la ville de Perpignan et de son Maire. 
Depuis des années, je demande que soit mise en place une présence nombreuse de nos policiers municipaux la nuit dans les lieux où se retrouvent nos jeunes concitoyens pour les protéger. Le Maire et l’ensemble de sa majorité (REP-REM-UDI) ont toujours refusé de mettre en place ces mesures de protection de notre population.
Faudra-t-il qu’un jour, se produise l’irréparable pour qu’enfin nos « irresponsables » locaux et nationaux prennent conscience de la réalité de l’insécurité dans notre ville.
Il est temps d’avoir une vraie vision pour notre ville et des actions pour protéger nos concitoyens.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN COMMUNAUTÉ URBAINE – « TRÈS ÉTRANGE DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE »

 

ALORS QUE LA VILLE DE CANET DILAPIDE… 572.000 €UROS PAR INCOMPÉTENCE ! (NDLR)

Tribune libre de Bruno Lemaire, Conseiller Municipal et Communautaire (Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot)

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

« Après un long préambule expliquant que le contexte français, et les consignes de la nouvelle administration Macron, allaient réduire encore davantage les marges de manœuvre de Perpignan Méditerranée Communauté Urbaine, l’adjoint aux finances de PMCU, par ailleurs maire de Canet, nous a fait part des trois préconisations principales de la CRC (Chambre Régionale des comptes)
1) Organiser un suivi régulier des emprunts « structurés »
2) Construire une « trajectoire de désendettement »
3) Réduire le niveau d’investissements de PMCU
Bruno LemaireSur le premier point, le maire de Canet (Bernard Dupont (1) – NDLR) paraissait très heureux de dire qu’il n’avait plus lieu d’être, puisque les derniers emprunts structurés avaient été « désensibilisés » en 2017. Jolie litote pour dire, ou plutôt ne pas dire, qu’un emprunt, initialement de 20 €, allait finir par coûter aux contribuables près du triple, dont plus de 27 millions au contribuable « national », en espérant sur ce dernier point que l’État, coupable implicite d’avoir laissé une collectivité s’endetter aussi bêtement auprès du Crédit foncier de France, tienne ses engagements.
Sur le deuxième point, on ne peut qu’être d’accord avec la CRC, à savoir que l’endettement de PMCU étant déraisonnable, près de 1900 €uros par habitant, auquel il faut ajouter les impôts particuliers à chaque commune, à peu près 1800 €uros pour un perpignanais, il est plus que temps, effectivement, de commencer à diminuer le montant de cette dette. Mais peut être aurait-il été sage d’expliquer aux conseillers communautaires, et, au-delà, à l’ensemble de la population vivant dans l’une des 36 communes de PMCU pourquoi la dette de la toute nouvelle communauté urbaine avait atteint de tels sommets. Comment faire confiance à des élus de la nouvelle majorité, élue en 2014, très proche de la majorité élue en 2008 et 2009, si ces élus ne prennent pas leur part de responsabilité et ne nous expliquent pas en quoi ils vont mieux gérer PMCU que leurs prédécesseurs.
Sur la dernière préconisation de la CRC, du moins la dernière que Monsieur Dupont a mentionnée, à savoir la réduction des investissements, nous sommes plus dubitatifs.
De fait, le critère retenu pour montrer la bonne volonté de bonne gestion de la majorité actuelle est la capacité de désendettement, telle qu’elle est mesurée par le ratio « encours de la dette » divisé par montant de l’épargne brut. Acceptons ce ratio comme critère, même s’il y en a beaucoup d’autres, mais encore faudrait-il se mettre d’accord sur la dette à prendre en compte. Est-ce la dette du seul budget principal, ou bien au contraire la dette portant sur l’ensemble des budgets, le principal plus les annexes.
Pour l’habitant de PMCU, ce qui compte, c’est la dette qui le concerne, mais pour le vice-président de la communauté urbaine, il est évidemment plus commode de choisir comme encours de dettes les 260 ou 270 millions d’endettement du budget principal que les 561,346 millions de l’ensemble des budgets.
Mais même en retenant cet artifice comptable, la vraie question devrait porter sur la façon dont on peut faire baisser ce ratio. On peut certes augmenter l’épargne de l’exercice budgétaire concerné, soit en diminuant les frais de fonctionnement, soit en augmentant les recettes fiscales, ce qui peut avoir un effet de court terme, mais sans doute difficile à maintenir dans la durée. Mais on peut aussi essayer de changer l’optique des investissements, sans nécessairement diminuer leur montant mais en s’abstenant de se lancer dans des investissements de prestige, qui n’apportent pas grand-chose d’autre que la satisfaction de l’ego de certains élus, même s’il n’y a pas nécessairement de soupçons de corruption ou d’électoralisme derrière certains chantiers.
De fait, notre position est que l’on ne doit pas sacrifier des investissements à une contrainte purement comptable, mais que ces investissements doivent être consacrés au bien commun, et pour cela doivent être décidés après une concertation la plus large possible, et pas dans le secret de certains cabinets ou pour plaire à tel ou tel lobby. Espérons que ce sera bien le cas dans l’avenir, pour le bien de tous. Mais, pour cela, faudrait-il que les responsables de la situation présente, ou plus précisément les responsables des 10 dernières années, reconnaissent leurs erreurs, voire leurs échecs. Les échanges de ce jeudi 15 février ne nous ont pas rendu optimistes sur ce point, le maire de Cabestany feignant même de n’avoir aucune responsabilité, ni locale ni nationale, dans la gabegie locale et nationale d’un gouvernement Hollande qu’il avait appelé de ses vœux, ou de celui d’un Macron pour qui il a voté, en tant que représentant d’une sensibilité « progressiste ». »
(1) À noter que le même Bernard Dupont a fait perdre à la ville de Canet la modique somme de… 572.000 €uros dans le conflit qui a opposé la ville au bar à ivrognes locaux « Chez Jeannine ». Plus que le coût d’une simple expropriation, il s’agit d’une gestion catastrophique de ce dossier qui, certes met un terme aux scandaleuses nuisances causées par l' »implantation de cet établissement, avec occupation de la voie publique de 18h à minuit, sans la moindre compensation financière ni redevance, mais coûte fort cher aux contribuables canétois !!!
Selon nos informations, Bernard Dupont accuse à présent ses adjoints de l’avoir mal informé lorsque cette autorisation avait été donnée, il y a plusieurs années maintenant. Et c’est sans parler sans les troubles à l’ordre publique causés par les ivrognes, entre autre Boulevard Cassanyes, lors de leur migration nocturne vers une célèbre boîte de nuit rue de la soif. 
Naturellement, l’arrogant « Monsieur je sais tout et je suis supérieur à tout le monde » ne paraît pas gêné de cette situation ! Avec ces 572.000 €uros dilapidés par incompétence , qu’aurait donc pu faire d’autre ? Et ce même donneur de leçons parle d’augmenter la pression fiscale ? 
Voilà un dossier qui devra se payer au prix fort en 2020 lors des prochaines échéances municipales !
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
AGGLO 15.02.18

PERPIGNAN : LOUIS ALIOT REMET LES PENDULES À L’HEURE… :

– J.MARC PUJOL : « NUL, NUISIBLE AU DÉVELOPPEMENT LOCAL »

– « INCOMPÉTENCE, MAUVAISE ÉDUCATION ET INTELLIGENCE LIMITÉE » DE MICHEL SITJA « GRASSEMEENT RÉMUNÉRÉ »

Communiqué de Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription, Conseiller Municipal et communautaire d’opposition

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

LA-JMP-MS

Le Maire-President de Perpignan, cumulard rémunéré, non content d’être nul et nuisible au développement local, entrave la démocratie locale ! Voici le courrier reçu ce jour en réponse à mes demandes de meilleure gestion du calendrier municipal dans l’intérêt de tous et le respect des droits de l’opposition

Je vais donc préciser afin que nul n’ignore :

– Je suis conseiller municipal et communautaire d’opposition bénévole (c’est normal puisque je suis déjà député). Contrairement à monsieur Pujol qui cumule le poste de Maire avec celui de Président de l’Agglo (alors qu’il avait promis l’inverse dans sa campagne)
– Je n’ai pu assister aux séances du conseil municipal en raison du télescopage avec le calendrier de mes commissions parlementaires européennes puis désormais nationales. J’ai d’ailleurs un état circonstancié qui prouve ce que je dis. Mais j’ai été là toutes les autres fois. La encore la mauvaise foi du conducator local est manifeste.
– Au début du mandat les séances du conseil municipal étaient le jeudi. Elles sont désormais le mercredi. Comme par hasard, le mercredi est la journée de ma Commission parlementaire de la Défense Nationale (obligatoire pour un député).
– Les questions au gouvernement n’ont rien à voir dans ma demande. Le Maire-Président devrait savoir que pour passer à la TV, je n’ai pas besoin d’attendre ou d’utiliser les questions au gouvernement.
– Le maire-Président de Perpignan a donc déplacé sciemment les conseils dans le seul but de m’empêcher de siéger ! Ce qui ne m’empêchera pas de lui dire mes quatre vérités sur sa gestion calamiteuse, arrogante et clientéliste. Je suis député de Perpignan aussi !
Enfin, monsieur Pujol devrait changer de directeur de cabinet (Michel Sitja – NDLR) qui au-delà de son incompétence à ce poste pourtant grassement rémunéré (comme nous le verrons bientôt sans compter les frais), fait transpirer par la tournure de ce courrier sa mauvaise éducation et son intelligence limitée.
Apparemment l’annulation de la délibération sur les indemnités indûment perçues, que les élus de la majorité Pujol devront rembourser, n’a pas servi de leçon. C’était pourtant une faute lourde de sa part…
Il y a urgence à écarter ces gens-là des affaires publiques. 
Ils conduisent Perpignan à la catastrophe mais toujours dans une autosatisfaction aussi dérisoire que ridicule. 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Courrier PUJOL page 01Courrier PUJOL page 02

PERPIGNAN : UNE PLAQUE TOURNANTE DE TOUS LES TRAFICS

Communiqué de Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

LA portraitLundi matin à l’aube à Perpignan, une vaste opération de police, aux moyens déployés considérables, a démantelé ce qui semble être le « Gang du Tramway » qui détroussait depuis plusieurs années, les utilisateurs des transports en commun de l’aire montpelliéraine occasionnant le dépôt de plusieurs milliers de plaintes.
Perpignan semble encore une fois être une base arrière et une plaque tournante de tous les trafics. Elle, comme ses habitants, mériterait une meilleure publicité !
À l’identique de la « célèbre famille Hamidovic » qui règne de façon quasi incontrôlable sur ce trafic en région parisienne, la branche montpelliéraine semble être toute aussi juteuse, eu égard aux saisies, voitures de luxe et très grosse somme d’argent en liquide. 
La vingtaine de responsables arrêtée contrôlait plusieurs dizaines de petites voleuses mineures ou considérées comme telles, ces dernières prenant volontairement la précaution de ne jamais avoir de papiers d’identités sur elles.
L’excuse de minorité, la difficulté à les identifier et à confirmer leur nationalité leur assurent de très brefs passages en commissariats et on les retrouve souvent de nouveau en action avant la fin de la journée. Aucune poursuite n’est envisageable, tant que leurs commanditaires ne sont pas arrêtés.
L’origine bosniaque des mis en cause ne laisse aucun doute sur le mode opératoire. 
L’alimentation d’un tel trafic paraissant sans fin, nos concitoyens sont excédés par cette insécurité qui est un poison pour leur quotidien.
Nous tenons tout d’abord à féliciter le travail en synergie de toutes les forces de police concernées, et espérons que la justice se montrera à la hauteur de leur investissement qui a nécessité patience et persévérance pour qu’à la fin, force reste à la loi en empêchant toute récidive.
Le Front National, réclame depuis longtemps la suspension des accords de Schengen et le rétablissement des contrôles aux frontières nationales qui permettrait une inversion des flux migratoires salvatrice pour notre pays !
Il en avait fait la première mesure immédiate en cas d’accession de notre candidate Marine Le Pen à la Présidence de la République.
 www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

LE SOLER : LA VILLE ACCUEILLE LE PÔLE ÉCONOMIQUE DE LA COMMUNAUTÉ URBAINE PERPIGNAN MÉDITERRANÉE MÉTROPOLE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

La ville du Soler va implanter sur le secteur de la gare le premier pôle de l’économie numérique et des industries créatives. Ce nouvel équipement indispensable pour construire Le Soler de demain offrira à la filière numérique existante les moyens d’un développement économique au service de la population en ancrant les services de proximité durablement dans le paysage urbain et plus particulièrement dans le centre–ville.

Planche.indd

Ce programme se compose de 2 phases :

– La création en lieu et place de l’ancienne cave coopérative d’une salle multi-activités mutualisée et de locaux à usage locatif pour le pôle économique numérique avec accueil de L’IDEM – 1er CFA Régional Transfrontalier des Industries Créatives et Numériques, l’Ecole Régionale du Numérique et le Pôle Action Média (2017/2020).
– La création d’un centre d’entreprises numériques et des industries créatives, notamment issues de la pépinière pour offrir un parcours complet aux entreprises de la filière. Ce centre sera également équipé de logements étudiants et sera situé dans le local acquis par la ville cette année, en face de la cave coopérative (2020/2022). 

Un Pôle Numérique vecteur d’emplois et d’activités économiques

VISUEL IN ET OUT

Le choix stratégique concernant la création du Pôle Numérique au Soler est un des axes majeurs du Projet de Territoire de la Communauté Urbaine, « TERRA NOSTRA ». Il consiste à implanter dans les cœurs de ville de Perpignan et des communes limitrophes des activités économiques à forte valeur ajoutée afin de maintenir et développer la dynamique indispensable au lien social et à l’activité commerciale.
Pour réussir ce défi, Perpignan Méditerranée Métropole et les communes de Perpignan et du Soler ont largement soutenu l’implantation des structures de formation dans leurs centres-villes : L’université avec le Campus Mailly à Perpignan et le centre de formation des métiers du numérique L’IDEM au Soler.

Pour renforcer et asseoir la filière numérique de la communauté urbaine, la ville du Soler a choisi de prendre en compte la digitalisation de l’économie en offrant aux entreprises de la filière les outils indispensables à leur essor. En effet, le pôle numérique de Perpignan Méditerranée Métropole, situé au Soler, est d’ores et déjà une réalité et une composante majeure de l’économie du territoire puisqu’il réunit :

– Un centre de formation aux métiers du numérique, L’IDEM, implanté depuis 20 ans au Soler ainsi qu’à Barcelone et qui a formé plus de 10 000 étudiants
– Le premier Centre de Formation des Apprentis Transfrontalier des Industries Créatives et Numériques
– L’École Régionale du Numérique
– Le Pôle Action Média, cluster de 24 entreprises de la filière labellisé par la DATAR depuis 2011
– Un incubateur, une pépinière et un hôtel d’entreprises dédiés à l’accompagnement des jeunes chefs d’entreprises soutenus par les professionnels les plus confirmés du cluster.
Les perspectives de croissance de cette filière économique sont aujourd’hui bien réelles. De plus notre commune, de par sa position logistique et son excellente desserte routière, ferroviaire et de transports en commun, s’est imposée comme un lieu idéal de développement de cette filière numérique déjà présente dans son ADN.
Le pôle gare de la ville va donc accueillir un équipement mutualisé qui permet de donner aux acteurs économiques en devenir (étudiants, apprentis, jeunes chefs d’entreprises…) ou confirmés un outil adapté à leurs besoins. Cette véritable « fabrique numérique » de 3 900 m2 sera le fleuron de l’économie numérique du territoire de la Métropole et fera du Soler une référence régionale en la matière. 
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Planche.indd

SAINT-PAUL DE FENOUILLET – INTERVENTION DE LOUIS ALIOT : LE MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION REVIENT SUR SA DÉCISION DE FERMER UNE CLASSE

Communiqué de Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O.
Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O.
J.Michel Blanquer
J.Michel Blanquer
Suite à mon intervention auprès de J.Michel Blanquer, le Ministère de l’Education vient d’annoncer le maintien de l’ensemble des classes à l’école de Saint Paul-de-Fenouillet.
Malgré cette bonne nouvelle pour la circonscription dont je suis élu, le Rectorat prévoit cependant une fermeture de classe à Torreilles, pour affecter un professeur à Perpignan en zone d’éducation prioritaire.
C’est donc l’agglomération de Perpignan qui se trouve pénalisée pour financer les quartiers perpignanais en difficulté sociale, et victimes de la politique communautariste et clientéliste. Le dédoublement des classes élémentaires ne réglera pas les problèmes d’intégration et d’assimilation, alors qu’il pénalisera une fois de plus les zones rurales en leur supprimant des postes d’enseignants. 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN « PLUS PIRE » ? LA PLUME DU MAIRE AURAIT-ELLE BESOIN DE COURS DE GRAMMAIRE ???

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Le Maire de Perpignan communique régulièrement sur son blog, ou plus exactement… on le fait pour lui !
« PLUS PIRE » lisons-nous aujourd’hui ! C’est bien la peine de donner tant de leçons lorsqu’on est capable d’écrire une ânerie pareille… En effet « Pire » est un superlatif qui ne souffre JAMAIS d’être précédé par « plus » ou « moins »… :
http://www.academie-francaise.fr/plus-pire-moins-pire et https://www.bertrandboutin.ca/Folder_151_Grammaire/G_a_comparatif_superlatif.htm#_plus_pire_et
Soit dit en passant, le Maire admet que sa « solution » au problème du parking est… la pire qui soit ! Juste lamentable et surtout ridicule… Quant au fond, aux Perpignanais d’apprécier… !

Texte non corrigé :

« Stationnement : la solution du FN est bien plus pire dans les villes qu’il dirige ! 

Dans la nuit de mardi à ce mercredi 31 janvier 2018, Louis Aliot a cru bon d’aligner un certain nombre d’automobilistes garés en centre-ville en faisant déposer sur leur parebrise des contredanses fictives, histoire d’attirer l’attention d’une partie de l’opinion publique sur la politique municipale de la Ville de Perpignan en matière de stationnement. 
Format, couleur, caractères typographiques, emplacement du timbre… M. Aliot n’a lésiné sur aucun détail pour élaborer, à son effigie, et forcément à sa gloire, le détournement du fameux PV.
A un détail près toutefois : il n’y figure aucun montant, aucune somme correspondant à une quelconque amende. Serait-ce alors un coup d’épée dans l’eau ? Une méconnaissance totale de M. Aliot des tarifs pratiqués dans le domaine du stationnement sur la voirie, ou dans les parkings publics ?… 
Je crois, plus simplement, que M. Aliot n’a pas osé aller jusqu’au bout de sa démarche parce qu’il sait que sa critique facile et démagogique ne tient pas la route !
Prenons seulement la plus grande ville actuellement gérée par le Front National, Béziers. Cela tombe bien, cette ville se situe dans notre région, à moins de 100km de nous, à deux pas de la Méditerranée… Je note au passage que son maire a, comme nous, confié la gestion du stationnement municipal à une société privée. Il s’agit de EFFIA, deuxième opérateur de stationnement en France, filiale du Groupe Kéolis, leader du transport public de voyageurs en France. 
Entrons dans le vif du sujet. Il est intéressant de constater, s’agissant par exemple du stationnement de voirie en centre-ville, à proximité immédiate des commerces, que si les 30 premières minutes sont gratuites, il en coûtera ensuite 2€ pour 1h de stationnement, 4€ pour deux heures, 15€ pour trois heures… et jusqu’à 30€ pour 4h de stationnement (soit + de 16% plus cher qu’à Perpignan !). Cela est écrit noir sur blanc sur le site officiel de la Ville de Béziers. A Béziers, le stationnement de voirie en centre-ville est gratuit de 12h 30 à 14h et de 19h à 8h 30. A Perpignan, le stationnement de voirie en centre-ville est gratuit de 12h à 14h et de 18h 30 à 8h.
A Béziers, le Forfait post-stationnement (FPS) – dans le cas d’un stationnement non payé ou dépassé – est de 20 à 30€ selon la zone concernée (il peut-être minoré  à 17€ et 25€ si le paiement a lieu dans les 72 heures) ; mais il peut même atteindre 90€. En cas d’infraction identique, à Perpignan le montant du FPS est de 15€ (25€ s’il n’est pas réglé dans les trois jours). La politique du stationnement, à la lueur de ces chiffres, est encore moins coûteuse à Perpignan qu’à Béziers.
A Fréjus, autre municipalité tenue par les amis de M. Aliot, stationner sur la voirie coûte en hiver 0,50€ la première heure puis 1€ chaque heure supplémentaire. Le stationnement est payant de 9h à 12h et de 14h à 19h, du lundi au samedi inclus ! En saison touristique, à Fréjus, le stationnement est payant tous les jours, week-ends compris, de 9h à 12h et de 14h à 19h. A Perpignan, la gratuité c’est tous les jours de 12h à 14h et de 18h 30 à 8h, ainsi que le samedi à partir de 12h + les dimanches et jours fériés. 
Je maintiens que notre politique du stationnement, à Perpignan, est l’une des plus justes, car elle permet un turn-over à proximité des commerces du centre-ville, une attractivité qui nécessite la plus grande rotation des véhicules pour dynamiser l’économie locale ». 
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : PROPRIÉTAIRES VICTIMES DE LEURS LOCATAIRES…

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de donner une suite favorable à la demande de publication de cette propriétaire désespérée par l’état de l’appartement qu’elle louait à des locataires voyous ! Et s’il n’y avait qu’elle en France…
Un petit exemple pour les élus J.Marc Pujol et Olivier Amiel, qui sont beaucoup plus prompt à mettre en accusation les propriétaires indignes et à faire voter des mesures de rétorsion par le Conseil de la communauté Urbaine, mais sont mystérieusement très silencieux lorsqu’il s’agit de venir en aide aux NOMBREUX propriétaires floués, quand ce n’est pas dépossédés de leur(s) bien(s) ! C’est tellement plus facile et tellement plus payant de faire de la démagogie…
Texte reçu de Madame « MFB » dont les coordonnées pourront être communiquées à toute personne souhaitant lui porter assistance, à défaut de l’aide des élus… 
« Je vous adresse ce petit texte car j’aimerais qu’on entende la voix de ceux qui sont des bailleurs confiants et qui se retrouvent mis en difficultés par les agissements inacceptables de leurs locataires , difficultés matérielles, financières, sans parler du préjudice moral et psychologique…
Et qu’on dise aussi que les propriétaires, non ce ne sont pas les mauvais individus si souvent décrits et critiqués, et qu’ils connaissent de gros problèmes financiers dans des situations difficiles !

Pourquoi on ne veut plus louer un bien immobilier :
Loué à une jeune femme avec 3 jeunes enfants mon appartement sis à Perpignan a été laissé dans un chaos total. C’était un bel appartement de 105 m2… en parfait état, cuisine équipée, loué depuis 31/2 ans.
Très vite il y a eu des problèmes d’impayés de charges, de la quote-part de loyer dépassant l’allocation CA… et des troubles et nuisances au sein de la copropriété, bien tenue, avec gardien : bruit, saleté, cafards… jusqu’au jour où cette locataire, manquant aux règles d’hygiène et de salubrité, aux bonnes conditions d’occupation du logement , part à la cloche de bois sans prévenir, sans rendre les clés, mais en ayant laissé l’appartement dans un état de saleté et de désordre extrêmes, avec des tas de vêtements sales, des ordures, de nombreuses dégradations… comme en attestent les exemples des deux photos ci-dessous…
La remise en état nécessite d’abord désinfection et désinsectisation par une société spécialisée, pour un coût de 1000 € minimum ; ensuite le nettoyage, et seulement après  les réparations seront envisageables… aucun artisan ne voulant entrer dans les lieux sans combinaison, masque, pour vider et apporter le tout à la déchetterie…
Pour tout propriétaire, les procédures contre un locataire (huissier, avocat) sont longues, coûteuses, que ce soit pour impayés, dégradations, expulsion… Pourrait-on réfléchir à simplifier et raccourcir les délais ?
Pourrait-on améliorer le sort des propriétaires au lieu de défendre à mauvais escient les locataires qui se comportent avec malhonnêteté, irrespect, tout en recevant une allocation logement ?
Ces questions mériteraient d’être traitées par nos représentants, d’être débattues, sinon combien de logements resteront vides de familles refusées dès le choix d’un locataire.
Une question : comment obtenir de l’aide pour faire désinfecter et nettoyer par la Mairie… le Service d’hygiène qui ne le fait pas… et les sociétés privées très chères !

Si vous pouviez accorder une petite place dans vos pages à mon témoignage et m’aider dans recherche d’aide pour rendre cet appartement habitable à nouveau ». 

Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
0102

DÉPARTEMENT PYRÉNÉES-ORIENTALES – LREM VS LR : ROMAIN GRAU RÉTABLIT « SA » VÉRITÉ

Par Romain Grau, Député LREM de la 1ère circonscription

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

« Chers amis, je tenais à rétablir un certain nombre de vérités et surtout à amener du calme alors que certains perdent leur calme plus de deux ans avant un scrutin municipal où en effet les uns et les autres, nous serons candidats. J’ai décidé d’organiser mes voeux le 2 février prochain afin à la fois de me caler sur le calendrier parlementaire et le calendrier des voeux des communes de ma circonscription et de notre département. J’ai pris cette décision dès la fin de l’année 2017. 
Romain GRAU, Député de la 1ère circonscription des P.-O.
Romain GRAU, Député de la 1ère circonscription des P.-O.
Un parti, les LR, qui a décidé de prendre une décision d’exclusion à mon encontre il y a quelques mois alors que je n’en étais plus membre puisque élu député LREM (contre un candidat LR notamment) a décidé d’organiser ses voeux le 2 février sur le même créneau que les miens. Tout cela n’est pas très grave mais certains veulent en tirer des raisonnements fondés sur le passion et l’énervement comme ils le font depuis quelques mois. 
Pour ma part, les choses sont claires et simples : je veux créer les conditions de discussion, d’écoute et de dialogue avec les citoyens de notre département, de notre belle ville de Perpignan et de ma circonscription. Je veux au cours de ces voeux évoquer la politique gouvernementale et ses effets chez nous. Je veux aussi que nous ayons un moment de convivialité avec mes amis comme je le fais très régulièrement depuis le début de mon mandat. Quant à ceux qui bâtissent des plans sur la comète m’indiquant que la liste que je conduirai aux municipales comprendrait un tiers des uns, un tiers des autres…, je veux simplement leur dire que si je suis autant impliqué au service des perpignanais c’est tout simplement que j’aime ma ville et que je veux être utile à tous. 
En d’autres termes, il n’est pas dans mon esprit de me lancer dans des accords et des tambouilles partisanes et me taire et avoir peur pendant deux ans du moindre déséquilibre d’hypothétiques accords auxquels je ne crois que fort modérément. Clairement, je suis Député des PO et je tiens à continuer mon travail. Je veux m’impliquer encore davantage au service de Perpignan et des perpignanais. 
C’est donc à eux que je m’adresserai sans accorder plus d’importance à ces gens plus habitués à créer des tempêtes dans des verres d’eau que servir les autres. Pour conclure, vous êtes chaleureusement invités à venir à mes voeux ! Je serai heureux de vous y retrouver dans le calme et la convivialité comme toujours. » 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

DÉPARTEMENT PYRÉNÉES-ORIENTALES – SAINT-LAURENT DE LA SALANQUE : VŒUX 2018 À LA POPULATION

Jeudi 25 janvier à 18h30
salle polyvalente

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu à partager largement

Alain GOT, Maire de Saint-Laurent de la Salanque, et les membres du conseil municipal vous invitent à assister à la cérémonie de présentation des Vœux aux Laurentins qui se déroulera le jeudi 25 janvier 2018 à partir de 18h30 à la salle polyvalente, chemin de Leucate.
Projection d’un diaporama, avec places assises pour le public, discours du Maire, et pour clôturer la cérémonie : apéritif-cocktail. 
Tous les Laurentins et les acteurs de la vie locale y sont cordialement invités. 
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Voeux 2018

PERPIGNAN – « PROJET DE REVITALISATION DE LA RUE DES AUGUSTINS : DES PANSEMENTS SUR UNE JAMBE DE BOIS ! »

Par le Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
et partager largement

LA portraitAlors que la rue des Augustins était jadis l’artère des boutiques chics prisées des perpignanaises et des perpignanais, les politiques menées depuis 30 ans en matière de commerce par les exécutifs Alduy-Pujol, ont eu raison de cet ancien poumon économique du centre-ville.
Pour cacher l’échec de cette politique, les élus de la majorité ont trouvé la solution : la vitrophanie apposée sur les devantures de boutiques laissées à l’abandon, pour faire croire à un semblant d’activité ! Une opération de tromperie organisée et financée avec l’argent du contribuable bien évidemment…
Olivier Amiel
Olivier Amiel
Cette mascarade visuelle est mise en place en attendant l’hypothétique plan de revitalisation dont on sait qu’il n’arrivera pas avant 2021 à minima ; plan qui doit par ailleurs être piloté par « l’Établissement Public National d’Aménagement et de Restructuration des Espaces Commerciaux et Artisanaux (EPARECA) » dont on sait que la revitalisation des centres-villes n’est pas la spécialité… La rue des Augustins finira sûrement comme le « Centre du Monde », en triste symbole d’une majorité municipale à bout de souffle qui ne survit qu’à coups d’opérations de communication.
Face à ces gesticulations, le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » propose depuis 2014 des mesures simples pour notre coeur de ville : une nouveau « plan de circulation » et une remise à plat de la politique de stationnement.
Malgré tout la majorité municipale LR-UDI-LREM s’obstine, refusant de favoriser l’activité économique, privilégiant le profit fiscal avec l’augmentation des tarifs de stationnement, à la survie de notre commerce en centre-ville.

PYRÉNÉES-ORIENTALES – RN116 : LES COLLECTIVITÉS DÉLIBÈRENT

Communiqué de François Calvet, Sénateur des Pyrénées-Orientales

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

François-CALVETLe 23 octobre 2017, j’ai sollicité les communes et intercommunalités des Pyrénées-Orientales pour délibérer sur la demande de prorogation de la DUP du 16 juillet 2008 portant mise à deux fois deux voies de la RN 116 entre Ille sur Têt et Prades, l’autorité préfectorale ayant confirmé qu’elle ne la demanderait pas.
Si nous n’obtenons pas la prorogation de cette DUP, cela signifie clairement, l’abandon définitif du projet, véritable catastrophe pour le développement économique de notre département et la sécurité des usagers utilisant la RN 116.
Suite au courrier que j’ai adressé à tous les maires et présidents d’intercommunalité du département, je me réjouis de constater qu’aujourd’hui plus de 80 communes ont déjà délibéré. La Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée, la Communauté de Communes Sud Roussillon, la Communauté de Communes Pyrénées Cerdagne et le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales ont également manifesté leur intérêt en délibérant ou en rédigeant une motion.
Les annonces de Madame Elisabeth Borne, Ministre des Transports, à l’occasion de sa venue à Prades lundi 27 novembre, ne seront jamais que des solutions de remplacement et ne seront pas à la hauteur de cet enjeu.
Nous continuons le combat, car la meilleure façon pour ne rien obtenir c’est de ne pas se battre jusqu’au bout. La prorogation de cette DUP devrait produire ses effets immédiats, quand bien même pourrait-elle être réalisée par tranches en fonction des financements obtenus, ce qui n’est pas le cas des alternatives proposées.
Aussi, forts de l’implication de tous les élus locaux, nous demanderons officiellement, dès le début de l’année 2018 la prorogation de la DUP.

PERPIGNAN ET SON AGGLOMÉRATION – AGRESSIONS ET INCIVILITÉS DANS LES BUS : STOP À L’IMPUNITÉ !

Par le Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
et partager largement

LA portraitLouis Aliot et les élus du Groupe « Perpignan Ensemble » apportent leur soutien aux chauffeurs de bus de la Communauté Urbaine de Perpignan qui exercent leur métier dans des conditions de plus en plus difficiles…
En effet, encore récemment, en plein coeur de Perpignan, Place de Catalogne, un machiniste a été victime d’une agression gratuite ! En plus de ces actes intolérables, viennent se greffer des caillassages qui se multiplient même en dehors des quartiers dits « sensibles ».
Malgré les gesticulations sécuritaires et les effets d’annonces des élus en charge des transports à l’agglomération de Perpignan, le nombre d’incivilités constatées sur les différentes lignes de bus ne cessent de croître d’année en année, et ce malgré la densification de la vidéo-surveillance et l’embauche d’agents de « médiation ».
Face à ces actes de délinquance qui se multiplient, les élus FN/RBM rappellent au Président-Maire de la Communauté Urbaine, Jean-Marc Pujol, que c’est avant tout la Politique de la Ville qu’il initie, qui crée le sentiment d’impunité auprès des fauteurs de troubles.
Les élus FN/RBM espèrent sans grande illusion que la Justice saura se montrer ferme à l’égard des délinquants qui empoisonnent quotidiennement la tranquillité des voyageurs et le bon fonctionnement de notre Service Public de transport urbain.
Enfin, Louis Aliot, Député et Conseiller Municipal de Perpignan, demande à ce qu’au plus vite une table ronde rassemblant élus, acteurs de la Justice, de la Sécurité, des Transports ainsi que les représentants des usagers et des salariés de Sankéo, soit organisée sous l’égide du Préfet, pour mettre en place une réponse rapide à cette situation devenue inadmissible !

PERPIGNAN : VOLS À DOMICILE COMMIS AU PRÉJUDICE DE PERSONNES ÂGÉES

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Le 06 octobre 2017, une octogénaire victime du vol de ses bijoux à son domicile, se présentait au bureau de police du Moulin à Vent pour déposer une plainte.
Sensibilisés par une recrudescence de ces faits, les policiers alertaient la Cellule Anti-Cambriolage de la Sûreté départementale, qui ouvrait immédiatement une enquête.
D’emblée, les policiers faisaient le lien avec deux autres cas similaires commis depuis septembre 2016.
Les investigations menées par les enquêteurs parvenaient à trouver le lien entre les différentes affaires. Les soupçons se portaient rapidement sur une aide ménagère, commune aux différentes familles, qui avait fait l’objet de poursuites courant 2016 pour abus de confiance au préjudice de personnes âgées.
L’enquête permettait également de relever que la mise en cause s’était rendue à plusieurs reprises dans un commerce d’achats d’or de la ville, afin d’y déposer des bijoux pour un gain avoisinant les 1000 €uros.
Autre élément troublant, les dates de ces transactions correspondaient aux dates des vols.
Forts de ces éléments, mardi dernier, les policiers convoquaient la mise en cause âgée de 58 ans et la plaçaient en garde à vue.
Confondue par les nombreux éléments matériels à charge, elle ne pouvait que reconnaître les faits, justifiant son geste par un besoin d’argent. Le reste du butin nous pouvait être retrouvé, car il avait été écoulé dans sa totalité via une fonderie nationale.
À l’issue de sa garde à vue, elle faisait l’objet d’une convocation ultérieure pour répondre de ces faits devant le tribunal de grande instance de Perpignan.
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

CANET-EN-ROUSSILLON (Pyrénées-Orientales) : DÉCÈS DE L’ANCIEN GARDE DU CORPS DU GÉNÉRAL DE GAULLE ROGER TESSIER

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

L’ancien « gorille » de Charles de Gaulles pendant 23 ans, et surtout résistant pendant la guerre 39/45, s’est éteint à dans sa villa de Canet dans la nuit du 17 au 18 novembre 2017 à l’âge de 92 ans. 
Retour sur un article écrit fin juin 2010 publié dans le « Petit Journal », interview réalisée dans la villa de la rue des Aigues-Marines à Canet en compagnie de Michel Molins, où il se raconte sans réserve. Enfin presque

À noter que les obsèques religieuses auront lieu VENDREDI 24 NOVEMBRE 2017 10h en l’église St Jacques de CANET-VILLAGE

Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
De Gaulle raconté par son ancien garde du corps - Article publié le 25.06.10

Texte remis par RT

02

02

1 2 3 8
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
décembre 2018
D L Ma Me J V S
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031