DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

juillet 2020
D L Ma Me J V S
« juin    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Perpignan

Intervention de Louis Aliot en introduction au meeting de Marine Le Pen

CA COGNE FORT !
« Pour changer la Ville, il faut changer de Maire »

Ils étaient environ 1800 militants ou sympathisants à assister à cette grand'messe pré-électorale

Ils étaient environ 1800 militants ou sympathisants à assister à cette grand’messe pré-électorale

Même si sur la forme la rhétorique n’est pas violente, sur le fond ça cogne fort ! Le bourreau ? Louis Aliot, le Vice-Président du Front National et candidat aux Municipales de Perpignan. La victime ? Le candidat à sa propre succession J.Marc Pujol, le Maire de Perpignan, et sa politique jugée inadéquat. Le lieu du délit présumé ? Le Palais des expositions, à l’occasion du grand meeting donné par Marine Le Pen samedi dernier. Les témoins ? Quelques-uns… 1500 chaises et entre 2 et 300 debout. Voilà pour le décor.

Une « plaidoirie » soigneusement préparée et découpée en plusieurs thèmes et dont nous avons choisi de citer de très larges extraits : de la fiscalité à la sécurité en passant par le logement, et même une évocation subliminale de la vie privée…« Bravo d’être venu braver les coups bas, les clichés partisans, les diffamations de nos adversaires, les discours d’exclusion de tous ceux qui auraient bien voulu que vous ne puissiez venir aussi nombreux. Notre seul tort est d’exister, il va falloir qu’ils s’habituent à nous parce que ça ne fait que commencer ! A Perpignan nous les connaissons bien ces professionnels du mensonge, du clientélisme, du communautarisme, soit-disant défenseurs d’une République utilisée à des fins partisanes ». Le ton est donné ! Et un ton qui soulève des torrents d’applaudissements d’une salle chauffée à blanc. « En démarrant la campagne très tardivement, le candidat-Maire UMP-UDI Pujol a tenté de s’affranchir du débat sur son bilan, pour ne se concentrer sur des promesses dont on sait déjà, au cas où il serait élu, qu’elles ne seront jamais tenues ! J.Marc Pujol est élu à Perpignan depuis 1989, 25 ans de mandat où il aura cumulé toutes les fonctions. En 2009, après l’invalidation due à la triste affaire des chaussettes, ils ont trompé les perpignanais, J.Paul Alduy s’est démené pour être réélu et sans prévenir personne, il a abandonné son poste de Maire pour nommer son 1er Adjoint alors que les gens n’avaient pas voté pour lui ». Tromperie, vol de leur vote, un Maire pas choisi, l’argument est récurrent mais pas seulement au sein du Front National. Certains sympathisants de l’UMP avaient également mal vécus la manœuvre.

Louis Aliot qui se présente à la Magistrature Municipale a cogné pendant plus de 30 minutes

Louis Aliot qui se présente à la Magistrature Municipale a cogné pendant plus de 30 minutes

LA FISCALITE ET LA GESTION de la Ville est également pointée du doigt, l’une des dix grandes villes les plus endettées de France selon Louis Aliot, celles où les impôts locaux ont le plus augmenté. Et puis l’Agglo. PMCA qui en prend pour son grade, qualifiée « pour une bonne part responsable de cette dérive financière ». La dette de Perpignan, selon le leader frontiste, qui reprend un récent article du Figaro en théorie favorable à l’actuelle Municipalité, serait le double de la moyenne nationale, avec un montant cumulé entre la Ville et l’Agglo. qui s’élèverait à 4000 €uros par perpignanais.

LES INVESTISSEMENTS sont également qualifiés de « hasardeux », le théâtre de l’Archipel avec son coût de 42 M€, sans demander l’aval de la population par référendum. Le personnel Municipal ? Mal géré, démotivé et surtout sujets à « d’ignobles pressions pour le seul fait de soutenir notre équipe » s’insurge le candidat, une Mairie UMP qui utilise la même méthode que les mairies socialistes ou communistes selon lui. « Lorsque nous arriverons à la Mairie, il n’y aura pas de chasse aux sorcières » promet-il formellement. « Nous redonnerons une chance à tous ceux qui travaillent honnêtement qui ne servent pas les causes d’un clan quelques-fois inavouables ».

A gauche, le candidat Julien Sanchez à Beaucaire dans le Gard, venu soutenir "la Patronne"

A gauche, le candidat Julien Sanchez à Beaucaire dans le Gard, venu soutenir « la Patronne »

LE TGV : Quant au « CENTRE DU MONDE » moqué par toute l’opposition et que le Maire de Cabestany Jean Vila appelle tendrement « LA FIN DU MONDE », Louis Aliot n’est pas en reste : « La fameuse gare où le TGV français n’arrive toujours pas et qui aura coûté à la ville en aménagements 30 M€, et au promoteur catalan 115 M€, est en proie à un désastre commercial. Ce n’est plus un CENTRE, c’est un TROU ! Et l’on sait par la bouche du Ministre des transports que la véritable gare TGV ne pas être au Centre du Monde mais construite à l’extérieur de la ville… Un TGV ça va vite, certains s’arrêteront mais d’autres passeront à côté en direction de Barcelone. Nous verrons bien que cet investissement hasardeux n’a été fait que pour flatter l’ego de celui qui se voulait un bâtisseur et qui vient de prendre sa retraite politique ». Ca c’est pour J.Paul Alduy.

LE LOGEMENT : les 330 M€ d’investissements, en particulier dans les quartiers dits difficiles, provoquent le courroux de Louis Aliot « Selon un rapport tenu secret du Préfet, cet argent a été mal investi au point qu’on se demande où a-t-il été investi ! Des exemples ? Des maisons qui s’effondrent, mis à part Perpignan, connaissez-vous une seule ville en France où ce genre d’accident arrive ? A partir de combien de maisons tombées va-t-on commencer à s’occuper de ces problèmes ? Rien ne sert jamais de leçon à ce petit monde de la Loge ! Entre les émeutes, l’insalubrité, les trafics, les populations qui souffrent, il serait temps de s’en préoccuper un peu ! La réhabilitation de St Jacques sera une priorité de notre politique, tant il est vrai qu’il cumule en son sein tout ce que les perpignanais ne veulent plus voir. On ne peut plus se taire, il faut évoquer la situation désastreuse de certains quartiers ». Et de prendre pour exemple la cité Transit et celle des Pins, récemment visitées par le candidat : « Je n’en suis toujours pas revenu de ce que nous avons vu et entendu dans une cité délabrée, avec une jeunesse livrée à elle-même en manque de tout, d’équipements sportifs ou simplement de toute association. Ces jeunes et ces anciens abandonnés par les collectivités, et, tenez-vous bien, encerclés par des tranchées et des talus de 3 mètres de haut afin que les beaux quartiers d’à côté ne les voient pas ! Ce n’est pas des favelas de Colombie, ce sont des quartiers de Perpignan ! Cachez donc cette misère que je ne saurais voir, telle est donc la politique Municipale… J’exagère ? Les habitants vous montreront l’état de ces quartiers ! Il y a pourtant des gens qui veulent s’en sortir et qui savent ce que c’est que le travail et la dignité et qui refusent cette lente descente aux enfers. Ils sont français, comme nous, ils nous interpellent sur leurs problèmes et sur les petites magouilles entre initiés des pouvoirs politiques locaux, pour obtenir du travail ou simplement un logement. Nous voulons mettre fin aux trafics, encadrer l’activité professionnelle, créer des chantiers d’insertion qui permettront de rendre leur dignité à ces gens. Si j’étais Maire de Perpignan, je ne fanfa            ronnerais pas dans les médias, j’aurais honte ! »

Point commun entre le FN et l'UMP : la Marseilleise en fin de meeting

Point commun entre le FN et l’UMP : la Marseilleise en fin de meeting

LE CENTRE VILLE, » jamais celui-ci ne s’est aussi mal porté, plus de  100 commerces ont baissé leurs rideaux, aucun projet, aucune dynamique, la Ville est sourde aux attentes des commerçants ! » Quant au Tribunal, le candidat s’engage à le maintenir au centre, prenant la direction opposée à celle de J.Paul Alduy qui voudrait le déplacer près de la gare TGV.

UN BILAN DE LA MUNICIPALITE jugé « accablant, le Maire tente de faire peur aux gens en nous pointant comme l’ennemi N°1. C’est vrai Monsieur le Maire, nous sommes l’ennemi N°1 pour vos places, pour vos privilèges et tout ce que vous avez mis en place depuis 30 ans, car nous voulons créer du neuf avec des gens honnêtes, des gens droits. Mais qui fait peur ? Une équipe que vous avez là ouverte, plurielle, renouvelée, ou une équipe qui accumule les échecs et qui a donné une image catastrophique de notre ville, d’affrontements communautaires liés à une politique clientéliste éhontée ? ».

L’INSECURITE : « Le Maire est en train d’en nier l’existence, il n’y a pas d’insécurité à Perpignan, tout au plus dit-il quelques incivilité : le bruit des scooters, le tapage nocturne et un problème très grave… ceux qui grillent les feux rouges ! Des policiers qui font leur travail dans des conditions difficiles, des centres sociaux qui brûlent, des gens qui se font tirer dessus, des gendarmes qui se battent la nuit avec des employés communaux qui ont des casiers judiciaires longs comme le bras. Des chiffres donnés par le Procureur qui sont à la hausse, des cambriolages, des violences à personnes, mais le Maire, lui, est à la Loge et on se demande s’il vit encore dans la ville qu’il croit encore diriger !

LE JUMELAGE avec la ville FLN de Mostaganem en Algérie suscite la désapprobation de Louis Aliot, qui croit y voir une manœuvre opaque, « discrète et presque secrète, avec des photos du Maire et des ministres de l’Algérie qui nous crachent dessus en permanence. Pour des gens qui ont fait profession de défendre la mémoire du pays où ils sont nés et de gérer les pieds-noirs ou les harkis comme de la clientèle électorale, là aussi j’aurais honte ! »

LA LISTE de J.Marc Pujol, de large ouverture vers la gauche avec la présence du neveu de Jacqueline Amiel-Donat est largement prise à partie, qui déclarait récemment selon Louis Aliot « avoir le même objectif : porter une parole de gauche ». « Tout est dit » conclut-il : « La liste de J.Marc Pujol est une liste UMPS, elle n’est pas une liste de droite ! La responsable Centriste (Chistine Espert du MoDem – NDR) l’a brocardé et qualifié de « marchand de chameaux » ! Personne se sait pourquoi cette dame a dit cela, moi j’émets une hypothèse, serait-ce que parce que Monsieur Pujol, en dehors des périodes électorales passe le plus clair de son temps dans son Ryad au Maroc… ?

"280.000 €uros pour ce cadran solaire planté au milieu d'un rond-point !"

« 280.000 €uros pour ce cadran solaire planté au milieu d’un rond-point ! »

DES GASPILLAGES dénoncés par le candidat qualifiés de scandaleux, avec en exemple ce projet de futur rond-point au Nord de la Ville voté à l’unanimité par le dernier Conseil d’Agglo. « Une œuvre d’art, un cadran solaire de 30 mètres de long et qui coûterait qui va nous coûter quand même 280.000 €uros au bas mot ! » avec quelques huées désapprobatrices de l’assistance, il est vrai toute acquise au leader frontiste. « Dites-moi s’il n’y avait pas d’autres secteurs à privilégier plutôt que de se faire plaisir ou de faire plaisir à un ami ? » ajoute-t-il.

L’EMPLOI « Nous donnerons la priorité à l’emploi local et réserverons les marchés publics aux entreprises du département qui souffrent d’une concurrence déloyale liée à une politique européenne suicidaire ». Pas faux mais une mesure inapplicable et illégale tant que la France ne sortira pas du carcan européen dans lequel elle s’est enfermée. « Nous relancerons la construction à l’échelle de l’Agglo. et libèrerons des terrains constructibles et choisirons des entreprises qui embauchent de la main-d’œuvre locale » ajoute-t-il. Et d’évoquer ce grand projet qui est le sien de « quartier des arts du savoir-faire du terroir pour relancer le cœur de ville de Perpignan qui est aujourd’hui un désert et nous soutiendrons les projets d’insertion des handicapés trop souvent oubliés dans notre cité ».

Petit instant de complicité avec "la Patronne"...

Petit instant de complicité avec « la Patronne »…

LA JEUNESSE  n’est pas oubliée, avec le projet de créations « de terrains de sports qui manquent, une patinoire à étudier ou une salle de sports urbains alternatifs, parce qu’il est vrai qu’à Perpignan on manque un peu d’équipements ».

LA DEMOCRATIE MUNICIPALE « Enfin, nous redonnerons à Perpignan un visage Démocratique. Nous intègrerons l’opposition aux commissions Municipales, comme celles de l’attribution des logements sociaux qui navigue dans une opacité totale ou celles des marché publics où on voit des choses extravagantes et des priorités données à des entreprises extérieures alors que nos entreprises sont en train de licencier et de crever la bouche ouverte ».

« Nous changerons l’image de Perpignan, plus la ville sera sûre, dynamique et innovante, plus les investisseurs seront rassurés pour développer leurs activités ».

Trente-cinq minutes d’intervention très « punchie », on le voit n’épargnant personne parmi le personnel politique local !

Aux Municipales de Perpignan, la voix du Parti de Gauche pour ouvrir une autre voie à gauche

Communiqué du Parti de Gauche

Le Parti de Gauche 66 réaffirme sa stratégie pour les Municipales définie nationalement : l’autonomie conquérante. Elle signifie la constitution de listes indépendantes du Parti socialiste. Mais cela ne peut s’accompagner ni de confusions ni d’instrumentalisations. Confusions quant aux alliances et à la stratégie de second tour. Instrumentalisations relatives à des règlements de comptes personnels qui doivent rester étrangers à l’action du PG.
Rien ne doit donner à croire que le Parti de Gauche puisse manquer de sens des responsabilités ou se tromper dans la hiérarchie de ses priorités.  L’autonomie conquérante, sans ambiguïtés et avec conviction,  est la seule boussole du PG.
C’est à cet effet que le PG 66 appelle à une réunion le 21 février 2014 à la salle des Libertés à Perpignan à 20 heures pour explorer la possibilité de la réaliser véritablement, quelles qu’en soient la formes qui seront retenues.
Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

Communiqué de Louis Aliot, tête de liste FN à Perpignan

INSECURITE A PERPIGNAN : toujours plus !

Le candidat-maire qui refuse de voir la réalité de l’insécurité à Perpignan est rattrapé par une brutale réalité. Après l’incendie des voitures dans la cour de l’église Saint-François d’Assise, l’incendie du centre social Vernet-Salanque, aujourd’hui c’est au tour d’une mairie annexe de faire les frais du laxisme ambiant.

En effet, ce week-end, l’annexe de la mairie du Bas-Vernet, avenue Joffre, a été cambriolée, avec un portail arraché par un véhicule, un vol de coffre-fort avec à l’intérieur des dizaines de passeports, une « Marianne » (tampon officiel) et des centaines d’€uros…!

Il est grand temps de se préoccuper de ces problèmes et de remettre de l’ordre dans notre ville. Les perpignanais doivent ouvrir les yeux sur la fausse autorité d’une Municipalité vieillissante qui accumule les échecs en matière de sécurité, d’emploi et de pauvreté !

Nous sommes les seuls capables de remettre de l’ordre dans notre cité dans le strict respect des lois républicaines, d’ordre, de justice et de laïcité !

09.83.60.72.12 – www.perpignan-ensemble.fr

INCENDIE du centre social de Vernet-Salanques : Louis Aliot réagit

PUJOL SE MOQUE DU MONDE ET NIE L’INSECURITE A PERPIGNAN

Ce matin vers 5 heures le centre social de Vernet-Salanques a brûlé…

Ce centre social de Vernet-Salanque venait d’être rénové à neuf et bénéficiait d’une politique sociale intense depuis 1996. Cet incendie signe l’échec total de la politique du candidat-maire.

Les actions menées dans le cadre d’une politique d’intégration manquée, communautariste et antirépublicaine ne profitent qu’a une minorité et démontrent que le Maire ne maîtrise plus la paix civile et l’harmonie sociale dans ces quartiers. Cette politique a un coût financier et humain qui fait désordre pour une équipe qui dirige la ville depuis plus de vingt ans.

Dans un article récent (Le Nouvel Obs.) le maire ose nier la réalité et se moque du monde en déclarant qu’il n’y a pas d’insécurité à Perpignan « tout au plus des incivilités ». Et il énumère « le non-respect des feux, le bruit des scooters et ceux qui ne dorment pas la nuit ! »

Un comble alors que récemment encore le procureur donnait les chiffres accablant en matière de cambriolages, de violences et d’agressions !

Les Perpignanais doivent ouvrir les yeux sur la fausse autorité d’un maire-candidat  qui en matière de sécurité, d’emploi et de pauvreté accumule les échecs !

Nous sommes les seuls capables de juguler ce fléau dans le strict respect des lois républicaines, d’ordre, de justice et de laïcité !

PERPIGNAN : vernissage / exposition

Walter Benjamin l’ange de l’histoire

Le maire, le maire adjoint délégué à la Culture, le conseil municipal de la Ville, ont le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition « Walter Benjamin l’ange de l’histoire », dimanche 23 février, à 11h00, au Centre d’Art Contemporain Walter Benjamin (Place du Pont d’En Vestit).

Dictat en català

La XVème édition du « Dictat en català » se déroulera le samedi 1er mars 2014 à 15h au satellite du Palais des Expositions.

Il est à la fois un acte festif et revendicatif en hommage à la langue catalane. Divisé en 3 paragraphes correspondant à 3 niveaux de difficultés et 4 catégories, le texte de la dictée 2014 sera issu de l’œuvre de Jordi Carbonell, en guise d’hommage posthume à cet écrivain perpignanais, connu pour ses nombreux romans, pour lesquels il reçut de prestigieux prix dont la Creu de Sant Jordi, le Premi Sant Jordi et Fiter i Rossell.

La XVa edició del « Dictat en català » tindrà lloc el dissabte 1er de març del 2014 a les 15h al satèl·lit del Palau de les Exposicions.

Vol ser un acte festiu i d’homenatge al català. Amb motiu de la desaparició de Jordi Carbonell, el text del dictat procedirà enguany de l’obra d’aquest gran escriptor perpinyanès, guardonat amb premis prestigiosos com ara la Creu de Sant Jordi, el Premi Sant Jordi i el Premi Fiter i Rossell.

Inscriptions : Service des Affaires Catalanes de la Ville de Perpignan
Immeuble Delacroix – 11, rue E. Zola 66000 Perpignan
Tel : 04.68.62.38.82

Courriel : regicat@mairie-perpignan.com / www.mairie-perpignan.fr

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION « OH MY CITY », IRENE PEREZ

Monsieur le Maire de Perpignan, Monsieur l’Adjoint au maire, délégué auquartier secteur Perpignan Nord et le conseil municipal de la Ville de Perpignan ont le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition d’Irène Perez « Oh my city ! » le mercredi 12 février à 18h, à la mairie de quartier Nord, 210 avenue du Languedoc.

Communiqué de François LIETTA, Président des Jeunes POPS UMP66

« Il faut que la peur change de camp ! »
Soutenons nos forces de l’ordre

Nous avons appris avec désolation qu’un fonctionnaire de police avait été blessé dans l’exercice de ses fonctions. Ce n’est malheureusement qu’une triste répétition d’événements qui ont marqué le quotidien des forces de l’ordre. Les Jeunes Populaires tiennent à adresser un soutien sincère aux forces de l’ordre qui agissent au quotidien pour la sécurité des citoyens honnêtes de Perpignan.

Nous comprenons qu’ils soient « dépités », selon les termes employés par l’un de leurs représentants, face à la remise en liberté de l’agresseur de l’un des leurs. Nous comprenons très mal la politique judiciaire de la Ministre de la Justice, Christiane TAUBIRA qui est validée par les parlementaires socialistes du département. Cette politique judiciaire est de moins en moins répressive et semble de plus en plus être favorable aux délinquants.

Cette situation n’a que trop duré et il est temps de changer radicalement de politique pénale, pour offrir aux forces de l’ordre les moyens nécessaires dans la conduite de leurs missions.

Communiqué du Parti de Gauche 66

Pour faire entendre une autre voix à gauche  

Lors de l’Assemblée Général du Parti de Gauche 66 en juin 2013, nous avions déclaré vouloir tout faire pour construire à Perpignan une liste autonome du Front de Gauche aux élections municipales.

Nous déplorons la décision des communistes perpignanais de rejoindre la liste Cresta au moment où la politique du gouvernement ne cesse de tourner le dos aux promesses du changement, où le président de la République s’enfonce toujours plus dans l’austérité et dans un sinistre pas de deux avec le Medef.

Nous ne la comprenons pas alors que cette politique a de fortes conséquences sur les politiques municipales en organisant l’étranglement financier des collectivités locales et leur incapacité à répondre aux défis de notre temps.

A Perpignan, comme partout dans le pays, ceux-ci sont immenses. La situation sociale de notre ville est désastreuse. Le climat politique y est pourri par le clientélisme. Les ambitions individuelles ont pris le pas sur l’intérêt général. L’abstention guette et le Front National se tient en embuscade, prêt à profiter de la résignation et du repli sur soi qui font leur chemin. Pourtant, notre ville a de nombreux atouts !

C’est pourquoi nous avons œuvré dans les derniers mois à la construction d’une liste unitaire pour les élections municipales : une liste dans le sillage de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, une liste clairement anti-austérité, une liste de la gauche sans casserole, au service des perpignanaises et des perpignanais. Des discussions ont eues lieues avec le Nouveau Parti Anticapitaliste, puis avec le groupe de militants socialistes conduits par Jacqueline Amiel-Donat. Elles n’ont pu aboutir : citoyens engagés dans la construction d’une alternative à gauche, nous ne pouvions accepter ni de renoncer à la volonté de gouverner autrement, ni de participer à une quelconque collusion avec la droite !

Nous n’acceptons pas cette situation. Plus que jamais, nous mesurons la responsabilité qui est la notre. Faire entendre une autre voie à gauche.

C’est pourquoi nous nous adressons aujourd’hui à tout-e-s les citoyen-ne-s, militant-e-s syndicaux, politiques, associatifs, qui ne se résignent pas à voir la gauche de résistance absente des élections municipales à Perpignan.  Nous lançons un appel à toutes celles et tout ceux qui veulent se mobiliser pour la défense des services publics, l’accès au logement pour tous, le retour dans la sphère publique des biens communs, qui veulent s’attaquer pour de bon à la précarité, qui veulent œuvrer à la vie douce pour le plus grand nombre. Nous interpellons toutes celles et tout ceux qui savent que la sauvegarde de l’écosystème qui rend possible la vie humaine doit être organisée à l’échelle municipale, comme à l’échelle nationale. Nous en appelons à celles et ceux qui veulent voir se développer une véritable opposition de gauche à la politique gouvernementale, candidate au pouvoir pour organiser la rupture avec le capitalisme et le productivisme.

A toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cet appel, nous vous proposons de nous retrouver salle des Libertés le vendredi 21 février à 20h pour en discuter et envisager ensemble les moyens de la présence de cette gauche qui ne se résigne pas lors de la campagne municipale à Perpignan.

En espérant vous voir nombreuses et nombreux,

Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

Le pouvoir socialiste en année électorale

Ce qu’en disent les ténors UMP du département

C’est à l’occasion de la réunion festive dite « galette UMP 66″ qui réunissait plus de 600 adhérents, que plusieurs ténors UMP du département s’exprimaient. Bernard Dupont, le Maire de Canet, qui recevait la manifestation dans le tout nouveau bâtiment « des Voiles Rouges », s’est exprimé le premier (lire notre article « Un président de gauche qui propose une politique de droite, ça devient difficile pour moi »), c’est à présent au tour de Daniel Mach, Paul Blanc, Fernand Siré et Jean Castex de livrer le fond de leur pensée.

DSC00638DANIEL MACH (Maire de Pollestres et secrétaire départemental UMP)
Non sans rappeler les différentes manifestations organisées par l’UMP66 en 2014, avec les visites de J.François Copé, Rachida Dati, Valérie Debord ou encore Bruno Lemaire venu dédicacer son dernier livre et parler de politique nationale, Daniel Mach se félicite surtout de l’arrivée de 1477 nouveaux adhérents, ce qui prouve selon lui l’engouement que suscite l’UMP, et les espoirs que fondent les roussillonnais sur lui. « Nous sommes aujourd’hui 5285 adhérents dans les Pyrénées-Orientales, et depuis très longtemps, notre parti est le premier de ce département«  affirme-t-il. Une inquiétude pour le secrétaire départemental UMP, conserver Perpignan et faire gagner l’UMP dont l’équipe menée par J.Marc Pujol fait selon lui « un travail remarquable ». Essentiel en effet si l’UMP veut conserver sa majorité au Conseil d’Agglo. !

Soutien sans faille à Maïté Sanchez-Schmid qui brigue un deuxième mandat européen et qui a elle aussi réalisé « un travail remarquable et incontestable ».

Un autre combat, celui qu’il mène dans sa commune de Pollestres dans le bras de fer qu’il a engagé contre le Conseil Général : « Ma lutte contre le sectarisme du Conseil Général et du Conseil Régional a franchi une étape supplémentaire. Nous avons en effet décidé, avec les membres du Conseil Municipal, de déposer plainte pour discrimination à caractère politique. Cela fait maintenant 10 ans que Pollestres, comme tant d’autres communes de ce département, n’a pas reçu le moindre €uro de subvention pour ses projets d’investissement. Cela fait également 10 ans que l’on refuse, à titre personnel, de me recevoir dans le bureau de la Présidence, pour évoquer les dossiers d’avenir de Pollestres. Je sais que les communes, victimes de cette discrimination, sont nombreuses. Plusieurs élus m’ont d’ailleurs déjà apporté le témoignage de leur expérience en la matière, et j’invite tous les autres à en faire de même, pour donner encore plus de poids à cette procédure, et par écrit, ce serait l’idéal ».
Et puis, du Mach comme l’aiment ses supporters : « Chacun a sa propre méthode pour mener les combats, (…) on me reproche souvent d’être trop authentique, et trop direct. (…) Les combats ne se mènent pas au fleuret, et souvent, il faut sortir l’arme lourde pour les remporter. Je suis persuadé qu’il ne faut pas prendre des pincettes pour s’adresser à ceux qui crachent en permanence sur les valeurs que nous défendons au sein de l’UMP. On me reproche aussi de manquer de diplomatie. La diplomatie, c’est pour les diplomates. Et je ne suis ni ambassadeur, ni consul. Je préfère la politique et mener le combat des idées, parce que, rappelez-vous, tous les thèmes que nous n’avons pas osé aborder, les autres partis les ont pris à bras le corps, et nous continuons à en payer le prix fort. (…) Je porte les couleurs d’un parti politique dont je suis fier, qui n’a à rougir de rien, et certainement pas de ses idées. L’heure n’est plus aux ronds de jambes. Nos adversaires, eux, ne se privent pas pour nous égratigner, et les français attendent autre chose du premier parti de l’opposition ».

Un discours comme toujours très politique, très offensif, et que le lecteur pardonne cette liberté de langage, très… couillu !

DSC00639PAUL BLANC (Maire de Sournia et Sénateur honoraire) débute sa brève intervention par un trait d’humour « Je te rassure François (Lietta), je ne serai pas candidat » (à la fonction de jeune Pop) !  Il s’en prend quant à lui à cette nouvelle organisation territoriale voulue par le pouvoir socialiste : « J’ai quelques inquiétudes quand je vois la nouvelle arithmétique. Moi on m’a appris que 15 c’était moins que 46 ! Eh bien non, pour les socialistes, c’est pas ça ! Nous avions voté une loi qui disait qu’il y aurait dans ce département 15 Conseillers Généraux qui seraient en même temps Conseillers Régionaux. Avec la nouvelle loi votée par les socialistes, il va y avoir 34 Conseillers Généraux, plus 12 Conseillers régionaux, ça fait 46. Il me semble que le Président de la République qui a dit qu’il fallait faire des économies, il faudrait qu’il revoit la façon comment calculent ses amis en matière de Conseillers territoriaux. On nous a reproché de n’avoir rien fait, mais nous avions fait dans le bon sens, vers des économies telle que la France a besoin aujourd’hui ».

DSC00642JEAN CASTEX (Maire de Prades et Conseiller régional) se moque d’entrée de cette « inversion de la décélération dans la hausse de la stabilité de la courbe du chômage ». Quant aux départements métropolitains les plus touchés « en un les Pyrénées-Orientales et en deux l’Hérault. J’en profite pour rappeler qu’il y a les Socialistes au pouvoir depuis un an mais dans la Région, on les a depuis plus longtemps ! Comme Conseiller Régional on me dit « on ne vous entend pas ». Je fais très régulièrement des communiqués de presse et que je constate que dans la presse locale très peu de nos communiqués sont repris. Je demande par exemple à cor et à cri combien a coûté cette magnifique campagne très utile par les temps qui courent « Pour nous c’est vous la Région Languedoc-Roussillon » signé Christian Bourquin. Avec le chiffre du chômage, il faudrait la jouer profil très très bas ! On ne sait pas combien ça coûte, on ne veut pas nous répondre. On fait transporter des gens, en réalité des militants en bus à 1 € qui se rendent aux voeux du Président de la Région. Là aussi, on a fait un communiqué, on attend qu’il soit repris. C’est vous dire l’ampleur des défis qui sont devant nous, c’est vous dire la chape de plomb face à laquelle nous nous trouvons. Ce que je sais c’est que ce Président de la République conduit la politique de l’échec de la France. Ces gens là ont passé leur temps à nous donner des leçons économiques alors qu’il sont en échec complet. Des leçons morales sur le Président normal et exemplaire… Quand je vois les réactions de la presse nationale, je suis extrêmement surpris. Que se serait-il passé si nous en avions fait le quart du huitième ? »
Concernant les échéances prochaines, celles des Municipales, tout comme Daniel Mach, Jean Castex estime qu’il faut « aller au combat sans diplomatie, c’est un tout, c’est un combat d’ensemble en ne laissant pas à d’autres le soin de le faire à notre place ». Là encore, le Front national est en ligne de mire !

DSC00643FERNAND SIRE (Député-Maire de St Laurent de la Salanque) qui se prend un temps pour François Hollande : « Moi je suis le champion des impôts, moi je suis le champion de l’insécurité, moi je suis le champion de la muflerie ! Et puis moi je suis le champion du chômage, ils sont très bons.  Et aussi très intelligents. On nous a fait voter à l’Assemblée pour les langues régionales. Je me suis abstenu, bien que je défende le catalan, mais pour moi le catalan n’est pas une langue régionale. C’est une langue, parlée par 12 millions de catalans, la traiter de régionale est lui faire affront. Pour changer la langue il faut passer en congrès ou par référendum. L’idée des socialistes est de rouvrir le débat sur le vote des étrangers sous couvert des langues régionales ».

DSC00650J.MARC PUJOL (Maire de Perpignan) évoque une enquête sur le degré de confiance des français : 8% des français font confiance aux partis politiques, 23% aux parlementaires, 84% aux petites entreprises et 79% à l’armée. « Pour la génération ’68 c’est un retournement complet. Ce logiciel des partis que l’on connaît actuellement, il est terminé. On a eu l’habitude pour arriver au pouvoir de mentir. Et c’est le cas de Monsieur Hollande. Et la société n’est plus dupe, elle sait ceux qui portent une vérité et ceux qui portent des mensonges.  Et ceux qui portent des mensonges ce sont ceux qui ont construit la France pendant 40 ans (tous partis confondus ! – NDR) avec 2000 Milliards de dettes, qui dépend uniquement de la notation des agences. Et s’ils déterminent demain que les créances de la France sont difficiles à rembourser, le taux de crédit va passer à 7% et on sera en dépôt de bilan ! » Ce qu’Henri Castaillet, le Président de l’Alliance Centriste des P.-O. appelle les 30 honteuses (maintenant les 40…) après les 30 glorieuses ! « Un dépôt de bilan, ça veut dire 1958, le Général de Gaulle en arrivant au pouvoir est allé chercher des chèques à l’ambassade des Etats-Unis pour payer les fonctionnaires français ! Voilà où en est la situation de la France aujourd’hui et voilà où les partis politiques tous confondus l’ont amenée. Devant cette escroquerie de l’élection de Monsieur Hollande, les yeux se sont ouverts et je crois qu’on capables dans notre famille politique d’être porteurs d’autre chose. Même s’il est de bon ton de courir après les extrêmes, notamment le Front National, en croyant que c’est par eux que la solution sera trouvée, c’est une erreur colossale ! C’est plus difficile de s’y opposer que le « faut qu’on y’a qu’à ». Ca finit toujours mal. La situation du pays est dans un tel état, que le basculement peut arriver à tout moment ! En terme financier, le terme « société » n’est pas à exclure non plus. On doit être porteurs de valeurs, dire la vérité aux français ! Et cette vérité là, aujourd’hui les français sont capables de l’entendre. Dans mon combat pour Perpignan, je ne mentirai pas, je dirai la vérité, la situation comme elle est et comme je la vois. Les problèmes de la sécurité n’ont jamais été traités. Jamais. Un exemple, nous avons créé une unité mobile d’intervention rapide, elle intervient plus vite que tout le monde. Sur une intervention hier, je me suis fait engueuler par le Préfet qui m’a dit « contrôler les trafiquants de drogue, vous faites de la provocation ». Voilà en France où on en est aujourd’hui ! La police qui contrôle des trafiquants de drogue, on fait de la provocation… Nous à Perpignan, avec notre police on va partout et on interpelle les trafiquants de drogue. Au même moment où devant le lidl il y a 40 caravanes, notre police a voulu intervenir, le Préfet nous a dit, « ne les faites pas partir, ils vont partir dans 8 jours ». Ils y sont depuis 15 jours et tout le monde supporte cette situation, ça aussi, sans être extrémiste, il faut dire ça n’est plus possible !

On a oublié les racines de droite républicaine, les racines de la Démocratie Chrétienne. Ce n’est pas un gros mot « Chrétien », on va pas se planquer, faut pas que ça devienne un gros mot ! On a la capacité, avec les valeurs que nous défendons, de convaincre les français. Convaincre c’est toujours difficile, mais l’enjeu est tout de même important. Cet enjeu, c’est le premier coup d’arrêt à cette désintégration de notre pays. Le pays, là il se désintègre, il faut dire les choses comme elles sont. Dire STOP, c’est un enjeu de société ».

Un discours fort du Maire de Perpignan, calme mais déterminé et vivement applaudi par les adhérents UMP. La politique, ce n’est pas que chicaneries, c’est aussi faire bouger les lignes.

Le Parti de Gauche 66 clarifie la situation pour les Municipales à Perpignan

Le Parti de Gauche 66 rappelle sa position pour les Municipales de Perpignan. Il réaffirme son engagement résolu dans la construction d’une alternative à gauche. Mais il se refuse à servir de  caution à une entreprise de règlement de comptes, pouvant favoriser les intérêts de la droite, ce qui serait  en totale opposition à ses valeurs.

Par conséquent, il tient à apporter quelques clarifications nécessaires pour couper court à tout risque de confusion. La liste envisagée par Axel Belliard et Jacqueline Amiel-Donat ne sera d’aucune manière qui soit une liste du Parti de Gauche. Elle ne pourra s’en prévaloir, ni de près ni de loin.

La stratégie nationale du Parti de Gauche est celle de l’autonomie conquérante. Elle passe au premier tour par des listes Front de Gauche autonomes du Parti socialiste en particulier, mais aussi  des forces qui ne remettent pas en cause les logiques d’austérité. Dès lors que ces conditions ne sont pas réunies, le Parti de Gauche refuse toute confusion et toute instrumentalisation afin de préserver sa cohérence idéologique. Il réprouve toute dérive bassement politicienne visant à obtenir un bien dérisoire accessit municipal au prix de reniements. Toute personne qui s’engagerait dans une telle démarche romprait de fait avec le Parti de Gauche.

Le PG 66 regrette que les élections municipales conduisent à perdre le fil de la cohérence et de la raison politique. Porteur de rupture avec un système qui montre son incapacité, le Front de Gauche représente l’espoir de tous ceux qui, à Perpignan comme ailleurs, ne se laissent pas abuser par le fatalisme et la résignation. La déception engendrée par des rapprochements électoralistes contre-nature ne peut que nuire à son objectif d’alternative à gauche. Le PG national et le PG 66 s’emploieront à la sauvegarde et à la cohérence de l’outil Front de Gauche.

Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

PERPIGNAN : DISPOSITIF « Z’YVA »

« Z’Y VA » 2014 – 11ème édition : à chaque saison son programme

Le dispositif Z’YVA est un programme d’activités éducatives ouvert à tous les adolescents âgés de 12 à 17 ans résidant à Perpignan. Il est le fruit d’une initiative de la Ville dePerpignan soutenue par la Caisse d’Allocations Familiales dans le cadre du Contrat Enfance Jeunesse. L’idée est de permette aux adolescents de découvrir de nouvelles activités et de se rencontrer. L’ensemble des activités est organisé par des associations partenaires, toutes habilitées par le Ministère de la Jeunesse et des Sports.
L’encadrement est assuré par des animateurs diplômés.

Z’y Va 2014 : des valeurs sûres
Au rythme des saisons, le dispositif Z’y Va propose des séjours de 3 à 7 jours, en internat ou en externat. Les séjours abordent une large palette de thématiques : activités de pleine nature adaptées en fonction des saisons, activités scientifiques, activités liées au patrimoine etc.

En complément des séjours de vacances, sont proposés sur le temps extrascolaire, des

sorties en soirée pour assister à des concerts ou spectacles, ainsi que des week-ends à dominante sportive ou artistique.

Pour 2014 :
– Des séjours européens dont la visite d’Hanovre
– Des séjours de proximité en semi-internat avec une nuit en igloo
– 1 nouveau lieu à découvrir : la maison de vacances d’Yravals

L’engagement financier de la Ville de Perpignan
La qualité et la diversité des séjours est rendue possible grâce au maintien de l’engagement financier de la Ville et l’aide de la CAF. Cet engagement financier témoigne de l’intérêt apporté à cette action éducative qui, en permettant la rencontre et le partage entre tous les adolescents de la ville, participe à la construction du Perpignan de demain. En 2014, le dispositif Z’y Va représente un budget global de 390 000€, dont près de 30 % sont financés par une subvention de la Caisse d’Allocation Familiale et 15 % liés à la participation des familles.

Des séjours ouverts à tous les jeunes Perpignanais
Les jeunes et leurs familles sont originaires de toute la ville. Un listing est tenu à jour régulièrement en fonction des places disponibles pour chaque séjour. Le service Politique Jeunesse est en contact régulier avec les familles pour les informer.
Les plaquettes de présentation des séjours sont diffusées à chaque période de vacances dans les collèges de la Ville, les Mairies de quartiers, les Centres Sociaux, les Espaces Jeunesse et envoyées au domicile des familles déjà inscrites.

Des séjours accessibles à tous
Les règles d’inscriptions et le mode de calcul des tarifs (dégressifs en fonction du quotient familial) permettent de garantir un égal accès à toutes les familles perpignanaises. Pour 2014, les tarifs varient de 12 € à 266 € suivant l’activité et le quotient familial.

Les modalités d’inscriptions
Inscriptions prises sur les lieux de permanences en fonction du lieu de résidence :
– Nord : Maison pour tous, rue Puyvalador (Haut, moyen et bas Vernet).
– Ouest : Espace adolescence et jeunesse Saint Assiscle, avenue d’Athènes (Mailloles, St Charles, Mas Ducup, Péage sud, Catalunya, Porte d’Espagne, St Martin).
– Est : Espace adolescence et jeunesse du Moulin à Vent, rue du Vilar (Moulin à Vent, St Gauderique, las Cobas, Clos Banet, Mas vermeil…).
– Centre ville : Service politique jeunesse, 16 bis rue Emile Zola (Clémenceau, Platanes, St Mathieu, St Jacques, la Réal, St Jean, les Remparts, la gare, les jardins de St Jacques).

A noter : Obligation de fournir les copies des documents administratifs nécessaires à la participation aux séjours :
– Copie de l’attestation de sécurité sociale + mutuelle ou CMU
– Copie N° allocataire CAF ou quotient familial
– Copie du carnet de santé (Vaccination)
– Copie Attestation d’assurance scolaire et extrascolaire

Pour plus de renseignements, n’hésitez à vous rendre dans les locaux Jeunesse situés 12 rue de la Fusterie et retrouvez toutes les informations, les photos des séjours, etc., sur la page Facebook « Zyvaperp ».

Communiqué du Parti de Gauche 66 de soutien à la journée d’action de jeudi 6 février

Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien à la journée d’action nationale interprofessionnelle de jeudi 6 février 2014 à l’appel de la CGT. Il appelle à participer à la manifestation qui aura lieu à partir de 10 heures 30 à Perpignan, place du Castillet.

Si les luttes catégorielles gardent tout leur intérêt dans le cadre des conflits locaux qui se multiplient devant l’offensive d’un patronat décomplexé, il y a réellement urgence devant la dégradation de la situation économique et sociale de la France à porter le débat sur le plan interprofessionnel.

La convergence des revendications doit se faire : le mot d’ordre liant les questions d’emploi, de salaire et de protection sociale montre qu’il s’agit de rejeter l’ensemble d’une politique gouvernementale. Seul un rapport de force permettra de faire receler un gouvernement qui accorde sans retenue les cadeaux aux puissances de l’argent. Il a visiblement oublié que l’ennemi c’est la finance et que le problème c’est le coût du capital…

Le Parti de Gauche 66 estime nécessaire la construction d’une opposition de gauche à la politique d’austérité. Les citoyens doivent y contribuer dès ce 6 février pour exiger un autre partage des richesses.

Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

SEANCE PUBLIQUE DU CONSEIL MUNICIPAL MERCREDI 5 FÉVRIER 2014 à 17 H 00 Salle ARAGO

ORDRE DU JOUR

 I – INFORMATIONS :
* Décisions du Maire prises par délégation du Conseil Municipal Art. L 2122.22 du Code Général des Collectivités Territoriales  

II – DOSSIERS :

M. Jean-Paul ALDUY
1 – DEVELOPPEMENT DURABLE
Rapport 2013 sur la situation en matière de développement durable à la Ville de Perpignan 

M. Jean-Marc PUJOL
2 – FINANCES
Débat d’orientation budgétaire – Année 2014

M. Jean-Marc PUJOL
3 – AMENAGEMENT URBAIN
Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Secteur Sauvegardé Lancement de la première révision

M. Jean-MarcPUJOL
4- URBANISME OPERATIONNEL
ZAC Eco-quartier du « Pou de Les Colobres » – Choix du concessionnaire d’aménagement pour la réalisation de la ZAC 

M. Jean-Marc PUJOL
5 – HABITAT
Approbation de la convention cadre entre la Ville et l’OPH-PM pour la production de logements sociaux sur le territoire de Perpignan – Avenant n°1

Mme Brigitte PUIGGALI
6 –  COORDINATION ADOLESCENCE ET JEUNESSE
Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan et l’association Bureau Information Jeunesse – Année 2014 

Mme Brigitte PUIGGALI
7  – COORDINATION ADOLESCENCE ET JEUNESSE
Avenant N° 11 au contrat de financement d’un poste ou d’un emploi de directeur de la Fédération Catalane Léo Lagrange dans le cadre du FONJEP 

Mme Brigitte PUIGGALI
8 – ENFANCE ET JEUNESSE
Ville de Perpignan/Caisse d’Allocations Familiales des Pyrénées
Orientales – 2012/2015 – Intégration d’une nouvelle action

Mme Fatima DAHINE
9 –  SPORTS
Convention Ville de Perpignan / SASP Perpignan-Saint-Estève Méditerranée relative aux missions d’intérêt général – Saison sportive 2014

Mme Fatima DAHINE
10 –  SPORTS
Convention de partenariat entre la Ville et l’association St Estève XIII Catalan saison 2013 – 2014 

M. Jean-Joseph CALVO
11 –  SPORTS – EQUIPEMENTS SPORTIFS
Gymnase J.S Pons – Convention d’occupation du domaine public entre la Ville de Perpignan et la SASP Basket 66

Mme Nathalie BEAUFILS
12 – ACTION EDUCATIVE
Convention de partenariat portant expérimentation du  » Projet Langues » dans trois écoles publiques de la Ville de Perpignan

Mme Nathalie BEAUFILS
13 – FONCIER
Groupe scolaire E. Herriot J. Zay M. Curie – Bâtiment des logements de fonction, rue Renaudel – Désaffectation à usage de l’enseignement public du 1er degré et déclassement du domaine public

 M. Maurice HALIMI
14 – CULTURE
Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan, l’Association Visa pour l’Image et l’EPCC Théâtre de l’Archipel pour la mise à disposition de la galerie du Carré – Année 2014

M. Maurice HALIMI
15 – CULTURE
Convention entre la Ville et la Régie des Palais des Congrès et des Expositions de Perpignan pour l’organisation du Festival VISA pour l’Image – Edition 2014

 M. Maurice HALIMI
16 – CULTURE
Convention triennale de partenariat entre l’Etat et la Ville de Perpignan pour la mise en place d’un parcours culturel, entre l’école maternelle Jules Ferry et le Pôle muséal de la Ville – 2014-2016

M. Maurice HALIMI
16 – CULTURE
Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan et

l’association « Les Affinités » – Année 2014

M. Maurice HALIMI
16 – CULTURE
Avenant à la Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan et la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée (Conservatoire à Rayonnement Régional de Musique, de Danse et d’Art dramatique Perpignan Méditerranée) pour le Festival de Musique sacrée 2014

M. Pierre PARRAT
19 – EQUIPEMENT URBAIN
1/ Parking Wilson – Avenant N°8 – Fusion de la société SEREP dans la société Q-PARK France SAS
2/Parking Forum Saint-Martin – Avenant N°8 – Fusion de la société SEREP dans la société Q-PARK France SAS

3/Parking République – Avenant N°5 – Fusion de la société SEREP dans la société Q-PARK France SAS

M. Pierre PARRAT
20 – EQUIPEMENT URBAIN
Convention entre la Ville de Perpignan, Veolia Eau et la société M20 sur le déploiement du télé-relevé

M. Pierre PARRAT
21 – EQUIPEMENT URBAIN
Convention entre la Ville de Perpignan, Veolia Eau et la société

M20 sur le déploiement du télé-relevé 

M. Pierre PARRAT
22 – EQUIPEMENT URBAIN – RESEAUX URBAINS
Avenant au contrat de concession pour le service public de la distribution d’énergie électrique 

M. Raymond SALA
23 – ENVIRONNEMENT – PARCS ET JARDINS
Hommages publics – Dénominations de deux espaces verts : situé au Couvent des Minimes : L’abbé OLIBA situé à côté de la Mairie de Quartier Ouest : Gaston COMES

Mme Joelle ANGLADE
24 – ENVIRONNEMENT
Renouvellement de l’adhésion de la Ville de Perpignan au Conseil National des Villes et Villages Fleuris – Année 2014

Mme Marie Louise VIGUE
25 – EQUIPEMENT URBAIN – PLAN DE CLASSEMENT URBAIN
Lotissement « Mas Saint Georges » – rue Charles Bordes et lotissement « La Garrigole » – rue Albert Janicot – Déclassement du Domaine Public Communal de parcelles en nature d’espaces verts – décision définitive

Mme Chantal BRUZI
26 – EQUIPEMENT URBAIN – PLAN DE CLASSEMENT URBAIN
Lotissement « Le Clos Vermeil » – rue Léon Condoret – Déclassement du Domaine Public Communal de parcelles en nature d’espaces verts – décision définitive

Mme Suzy SIMON-NICAISE
27 – SUBVENTION – VIE ASSOCIATIVE
Attribution de subventions au titre de l’exercice 2014

M. Charles PONS
28 – FINANCES – TARIFS DES SERVICES PUBLICS MUNICIPAUX
Additif aux tarifs des services publics 2014 : Désinfection, désinsectisation et dératisation

Mme Valérie CONS
29 – COMMERCE – GESTION DOMAINE PUBLIC
10 rue du Castillet – Conclusion d’un protocole transactionnel entre la Ville de Perpignan et les consorts Méjean

Mme Valérie CONS
30 – FONCIER
9, Espace Méditerranée – Cession de locaux à la SCI BNLM

Mme Valérie CONS
31 – FONCIER
Espace Polygone – Rue Louis Delage – Cessions de terrains aux riverains
a/ Mme Hélène ROUX
b/ SCI M & M INVESTISSEMENT

Mme Valérie CONS
32 – FONCIER
Vernet Salanque – Cession de terrains à Mme Chantal ZAFON

Mme Valérie CONS
33 – FONCIER
Polygone Nord – Cession d’un terrain à Mme Louise STEIS

Mme Valérie CONS
34 – FONCIER
Rue Beauséjour – Acquisition d’une parcelle au CCAS de PERPIGNAN

Mme Valérie CONS
35 – FONCIER
43 Rue Denis Diderot – Acquisition d’une parcelle bâtie aux consorts BEAUX – RIERA

Mme Valérie CONS
36 – FONCIER
41, rue de l’Anguille – Acquisition d’un immeuble à M. et Mme Ahmed KASSOURI

Mme Valérie CONS
37 – FONCIER
1/Lotissement Paul Pascot I – Rue Marcel Ducassy – Déclassementd’un terrain du Domaine Public Communal
2/ Lotissement Paul Pascot I – Rue Marcel Ducassy – Cessions de terrains aux riverains (M. Christian DUVIVIER – M. et Mme Stéphane ROLLIN)

Mme Valérie CONS
38 – FONCIER
Rue Mathieu de Dombasle – Convention de servitude avec Electricité Réseau Distribution France

Mme Valérie CONS
39 – FONCIER
Saint-Charles – Abandon d’une clause de non constructibilité –Convention d’indemnisation avec la Sarl ALTERBIO

M. Mohamed IAOUADAN
40 – ASSURANCES
Protection Fonctionnelle – Remboursement d’indemnités au Fonds de Garantie du Service d’Aide au Recouvrement des Victimes d’Infractions (SARVI)

Mme Danièle PAGES
41 – RESSOURCES HUMAINES
Modification du tableau des effectifs de la Ville de Perpignan

Mme Danièle PAGES
42 – RESSOURCES HUMAINES
Convention de mise à disposition de personnel entre la Ville de Perpignan et le Syndicat Intercommunal Scolaire et de Transport Perpignan Méditerranée – Années 2014, 2015, 2016

Mme Danièle PAGES
43 – RESSOURCES HUMAINES
Versement d’aides par le Fonds pour l’insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) à la Ville de Perpignan au profit de travailleurs handicapés

Mme Danièle PAGES
44 – RESSOURCES HUMAINES
Fixation du ratio de promotion à l’échelon spécial du grade d’administrateur hors classe

Vous ne « craquez » pas ?

La SPA organise des marchés artisanaux au profit des animaux les 16 Février, 30 Mars et 28 Juin

Une ambiance sympa

Une ambiance sympa

Les 16 février, 30 mars et 28 juin, si vous êtes artistes, artisans ou commerçants vous pouvez participer à des marchés artisanaux pour aider les animaux des refuges SPA de Perpignan et de Torreilles.

En effet, vous pouvez dès aujourd’hui réserver un stand en appelant au 04 68 57 52 53 en indiquant vos besoins en matériel, vous pourrez ainsi vendre créations, produits artisanaux, jouets…, pour votre propre compte.

Le refuge vous demandera un reversement libre au profit des animaux.

C’est l’occasion pour les participants de faire connaître leurs produits et de faire des affaires tout en faisant une bonne action.

En plus, le reversement se fera sous forme de don avec reçu fiscal.

Des animations et une buvette seront prévues sur les deux refuges. Une formule à 5 € sera proposée aux participants pour le repas du midi avec grillade, boisson et café.

Une grande famille avec beaucoup d’amour

Une grande famille avec beaucoup d’amour

Le but est bien sûr de récolter un peu d’argent pour les animaux. Mais nous souhaitons aussi et surtout organiser un événement festif et convivial qui pourra donner envie au public de venir découvrir les refuges et, pourquoi pas, de repartir avec un de nos pensionnaires !

Renseignements :
SPA Les Jardins de la Padrine
Route de Villelongue
66440 Torreilles
04 68 28 20 36
spa.torreilles@wanadoo.fr
http://torreilles.spa.asso.fr

SPA Perpignan-Polygone
Chemin de la Llabanère
04 68 57 52 53
spa.66@wanadoo.fr
http://perpignan.spa.asso.fr

Communiqué de Louis Aliot et de la liste « PERPIGNAN ENSEMBLE »

Pendant que les promesses pleuvent,  le tissu commercial se désagrège…Disparition de 60 enseignes en moins de un an dans le cœur de ville !

Retrouver un cœur de ville dynamique est une priorité pour nous  !

La presse locale rend ce jour compte du lancement de la campagne du maire-candidat qui dans son discours évoque un fantasmagorique « château à Paris » mais semble moins disert sur un Riad au Maroc…Il ne faudrait pas qu’avec toutes ces demeures, nous déterrions d’anciennes reliques gênantes comme celle de l’épisode du Château de Corbère…

Bref, pendant que le candidat Pujol attaque personnellement ses adversaires, le commerce à perpignan se meurt. Pas le grand commerce, celui des zones commerciales et des grandes surfaces qui lui se porte bien. Il faut dire que les élus de l’Agglo., dont Monsieur Pujol est membre, ont toujours voté pour toutes les extensions possibles !

Comme l’avait relevé un spécialiste du secteur marchand « le Schéma de cohérence territoriale a été validé, mais détourné : il a été signé une fois que tous les maires ont obtenu les mètres carrés qu’ils souhaitaient… Cet empilage de mètres carrés va faire des dégâts en périphérie, certes, mais aussi en centre-ville ! Nous voulons que nos élus se rendent compte de l’absence de cohérence entre cette démultiplication et l’appauvrissement de la population ». On pouvait aussi lire quelques semaines auparavant les propos de professionnels indignés : « Dernièrement encore, les conseillers communautaires ont donné leur feu-vert pour le développement de la zone commerciale de Pollestres, alors qu’ils ont déjà approuvé l’extension de l’hypermarché Auchan ! On marche sur la tête ! Au lieu de se serrer les coudes, on disperse nos énergies pour en arriver à un résultat dramatique… ».

En ce qui concerne mon équipe, nous nous engageons à geler l’extension de grandes surfaces sur la zone du grand Perpignan et à mettre en place un véritable projet de cœur de ville. Afin de réactiver les rues commerçantes des AUGUSTINS et de la rue de la FUSTERIE  en remontant sur la place RIGAUD, notre objectif et de regrouper le commerce, l’activité touristique et la culture patrimoniale en créant un quartier des arts, du savoir faire et des traditions locales.

Le principe est de faire jouer le droit de préemption de la ville sur les locaux vacants afin d’attribuer ces boutiques a des artistes locaux, des artisans et d’y loger des galeries d’art et des échoppes de produits du terroir. Les boutiques réhabilitées seraient mises à disposition à des loyers modiques et fiscalité réduite au maximum. L’ensemble des artistes et des artisans s’engagera à respecter un cahier des charges strict et à être immatriculés. Ce quartier sera dédié à l’artisanat, l’artisanat d’art, les productions locales et la culture locale. Il sera dédié aux métiers reposant sur l’art, la création, la tradition et la restauration. Il irriguera  le centre-ville et fera revivre les rues adjacentes.

Le commerce vit aujourd’hui une révolution : Le quartier des arts est une vraie chance pour reconquérir notre centre-ville.

 

Le destin de l’Agglo. profondément modifié

La décision de J.Paul Alduy :
IL S’EN VA !

J.PAUL ALDUY lors de la présentation des voeux de PMCA à la presse mardi dernier. Ici aux côtés de plusieurs de ses Vice-Préidents, mais c'est vers ROMAIN GRAU que le regard se tourne déjà !

J.PAUL ALDUY lors de la présentation des voeux de PMCA à la presse mardi dernier. Ici aux côtés de plusieurs de ses Vice-Présidents, mais c’est vers ROMAIN GRAU que le regard se tourne déjà !

Le bruit courait depuis plusieurs semaines et les spéculations allaient bon train de toute part depuis que J.Paul Alduy avait déclaré que sa décision de partir ou de rester Président de la Communauté d’Agglomération PMCA n’était pas encore prise. C’était mardi dernier à l’occasion des vœux à la presse que le Président avait clairement abordé la question, comme toujours sans langue de bois, et qu’il avait fixé à jeudi soir, à l’occasion des vœux aux forces vives, la date limite pour rendre publique sa décision. C’est donc officiel depuis ce soir : IL QUITTERA LA PRESIDENCE DE PMCA après les élections Municipales, les nouveaux conseillers éliront donc leur nouveau Président courant avril.

J.Paul Alduy avant l'annonce de son départ, aux côtés de Pierre Roig, le Maire de Ste Marie, Jacquelines Irlès belle comme un coeur, celle de Villeneuve-de-la-Raho et Chantal Gombert, future Maire Adjointe à Perpignan.

J.Paul Alduy avant l’annonce de son départ, aux côtés de Pierre Roig, le Maire de Ste Marie, celui de Villeneuve-de-la-Raho Jacqueline Irlès belle comme un coeur et Chantal Gombert, future Maire-Adjoint à Perpignan.

Une assemblée dont la composition pourrait bien être transformée et sa représentation politique bouleversée, en particulier avec l’entrée possible du Front National et du Front de gauche. Avec une réduction des Vice-Présidents qui passent à 15 contre 43 actuellement, et seulement 84 Conseillers. Les débats, ou plutôt les Conseils communautaires, déjà longs pourraient bien s’éterniser une partie de la nuit  avec une majorité difficile à trouver ! En effet, peut-on parler de débats entre les conseillers alors que leurs votes étaient décidés ou imposés par leurs Maires, qui se concertent et se mettent d’accord avant les conseils, en particulier lors du bureau des Maires qui se tient chaque vendredi matin ?

Quant à l’emblématique Président Alduy, c’est de facto la fin de sa carrière politique. Il l’affirme, il ne s’interdira pas de parler et de faire entendre sa voix, mais à 72 ans, il entend se consacrer enfin à sa famille, à son épouse Laurence et à son jeune fils de 8 ans.

C'est fait, J.Paul Alduy n'attend pas la fin de son discours pour annoncer son retrait de la vie politique locale.

C’est fait, J.Paul Alduy n’attend pas la fin de son discours pour annoncer son retrait de la vie politique locale.

Et puis il y a cette « tension » avec le Maire de Perpignan J.Marc Pujol, dont chacun s’accorde à dire dans son équipe qu’il travaille en solitaire et que ses décisions sont prises sans la moindre concertation, certains ne savent toujours pas s’ils seront présents sur la future liste ! J.Paul Alduy était de ceux-là encore mardi dernier et ses contacts avec le Maire de Perpignan sont rares.

Et tout de même, être sur la liste de J.Marc Pujol aux côtés de ceux qui lui crachent dessus depuis des années, le diffament et l’insultent n’aurait pas été pas facile à vivre pour lui. « Embrasser sur la bouche » ses pires ennemis, la perspective a dû compter dans sa décision.

C’est donc une personnalité contrastée et contestée qui quitte la scène politique, mais comme il l’affirme en petit comité, les cimetières sont remplis de personnes « indispensables ». Ses ennemis, y compris dans son propre camp, sautaient déjà ce soir sur les tables de joie. Ses amis, et pas seulement dans son camp, le pleurent déjà.

Qui pour lui succéder ? That is the question ! Plusieurs noms sont déjà sur les lèvres des acteurs politiques et circulent dans le microcosme perpignanais.
Bernard Dupont est une hypothèse plus que crédible, mais il est considéré par certains comme « pas assez politique ». Il est toutefois l’un des rares à être en mesure d’empêcher que le navire ne gîte un peu plus dans la tempête qu’il affronte actuellement et de garantir une gestion rigoureuse, comme il le fait à Canet dont il est le Maire depuis 2010.
Quant au Sénateur-Maire François Calvet, cette fonction de plus ferait de lui un cumulard affirmé et il a contre lui le fait qu’il serait aux yeux de certains « trop politique ».

J.Paul Alduy, avec à sa gauche Romain Grau qui pourrait bien être le prochain Président de l'Agglo. PMCA

J.Paul Alduy, avec à sa gauche Romain Grau qui pourrait bien être le prochain Président de l’Agglo. PMCA

Le benjamin et brillant avocat perpignanais Romain Grau pourrait bien être le joker et remplacer le maître qui semble le soutenir, maître qui pourrait très bien demeurer dans l’ombre « Conseiller politique » du « jeunot », au moins le temps pour lui de faire ses preuves et d’affirmer son autorité de Président. Même si sa compétence plaide pour lui. Sauf qu’il est considéré comme « trop à gauche » par une majorité de maires de droite ou centre droit et il n’est pas certain qu’il puisse être élu.

On sait que le Maire de Perpignan tient absolument à ce que ce soit un élu de Perpignan qui préside cette Communauté d’Agglo., ça tombe bien, Romain Grau est un élu Perpignanais… Mais ça, c’est actuellement ! Qu’en sera-t-il au soir du 30 mars, J.Marc Pujol sera-t-il réélu, rien n’est moins sûr, cet improbable débauchage à gauche est loin de faire l’unanimité… Si Perpignan bascule à gauche, l’Agglo. bascule également, c’est quasi automatique !
Ce serait alors un « plein pouvoir aux socialistes » comme se plaît à le répéter le Président des Jeunes POPS66 François Lietta !

« Trop ceci », « pas assez cela », comme Diogène avec sa lanterne, l’Agglo. cherche un homme ! Ou une femme…

Une page qui se tourne dans tous les cas !
COUV

LE SOLER : les vœux du Sénateur-Maire François Calvet – ACTE 7

Focus sur les finances de la Ville

Tout le Conseil Municipal est aux côté de François Calvet pour ces voeux 2014

Tout le Conseil Municipal est aux côté de François Calvet pour ces voeux 2014

Pour le Maire du Soler François Calvet, construire le lien Solérien, c’est aussi gérer la ville « en bon père de famille », suivant 3 principes de bon sens :

 – Emprunter le moins possible pour limiter l’endettement et préférer l’autofinancement. Aucun emprunt n’a été contracté par cette Municipalité depuis 2005,

– Optimiser des dépenses, un exemple l’année dernière avec la renégociation du prix de l’eau,
– Assurer le développement de la commune grâce à des projets financés dans le cadre de programmes qui permettent à l’Europe, l’Etat et les autres collectivités de participer à ces projets.

En 2013, ce sont près de 650 000 €de subventions qui ont été octroyées à la ville :

 – 170 000 € de l’Etat pour l’opération du centre-ville
– 110 000 € de l’Agglomération PMCA présidée par J.Paul Alduy
– 133 000 € du Conseil Général pour la cantine Dolto et les locaux du Centre IDEM
– 55 000 € de la réserve parlementaire du Sénateur Calvet pour la voirie, la signalétique et les jeux d’enfants, et enfin tout récemment pour la reconstruction d’un nouveau centre technique, 130 000 € de ma réserve parlementaire de Sénateur, 20 000 € de celle de Christian Bourquin et 10 000 € de celle de Ségolène Neuville.

 « Je tiens ce soir à les remercier pour ces financements 2013, grâce auxquels, chaque année, la ville réalise près de 3 M€ d’équipements nouveaux sans emprunt.Cette gestion rigoureuse a pour objectif de contenir le niveau des impôts de la commune.Nous maintenons le même taux de la Taxe des Ordures Ménagères pour la 6ème année malgré l’augmentation du prix de 25% du coût du traitement des déchets. Enfin, parce que la priorité c’est l’emploi et le dynamisme de notre activité économique, je voudrais terminer par une note d’optimisme.

La zone d’activité économique Ste Eugénie, gérée par la communauté d’agglomération compte à ce jour 90 entreprises et a été réalisée en 6 tranches successives. La 7èmeet la 8ème ont reçu les autorisations pour débuter. 50% des parcelles sont d’ores et déjà réservées » conclut François Calvet en refermant ce chapitre financier.

PETITS FORMATS : CAP SUR LE FUNK AVEC KINDA

Le 31 JANVIER A 20 H 30 – SALLE COCTEAU (Théâtre Municipal)

La Mission de développement territorial de la Ville propose une série de petites formes musicales ou théâtrales, ouvertes sur le monde et enracinées dans la catalinité.

Le 31 janvier, l’excellent groupe perpignanais Kinda a répondu à l’invitation avec un programme résolument funk emprunté à des icônes du genre comme James Brown, mais qui fait aussi la part belle à Earth Wind & Fire, Macéo Parker, Tower of Power, Stevie Wonder, Nils Landgren, rince, Gil Scott Heron, James Taylor Quartet, Electro Deluxe, Liquid Soul….
Sur scène, 9 musiciens et chanteurs : des guitares, un clavier et du rythme, des cuivres et des voix, pour célébrer le funk, pied-de-nez grandiose à la bêtise raciste qui impose l’évidente filiation du jazz et du rock avec les musiques noires du monde entier. Justement, Kinda vous en fera voir de toutes les couleurs !

Kinda c’est Franck Grimigni (batteur), Marc-Olivier Pensuet (bassiste), David Alba (guitariste), Jérôme Steverlynck (trompette), Mathias Coste (trombone), Alexandre Augé (sax ténor), Arnaud Pasqual (chant et sax alto), Karine Allart (chant), Laurent Allart (claviers et choeurs).

Salle Cocteau, Théâtre Municipal le 31 janvier à 20 h 30.
Réservations : 04 68 62 38 82

PERPIGNAN : communiqué de Louis Aliot, tête de liste FN aux municipales

L’insécurité devient un scandale municipal !

Sans commentaires...

Sans commentaires…

Jour après jour la situation se dégrade un peu plus sans que la mairie ne trouve les moyens d’y faire face.

Après les dégradations de véhicules dans le quartier Saint-Martin la semaine dernière, huit voitures ont brulé cette nuit sur le parking situé dans le passage du Casino de l’avenue Mercader, au dessus duquel 60 personnes dormaient dans leurs appartements…

La semaine passée le maire avait fait distribuer des courriers à tout le quartier en promettant une extrême vigilance. Et aujourd’hui, quelles vont être les promesses électorales dont nous savons déjà qu’elles ne seront jamais tenues ?

Il est grand temps de remettre de l’ordre à Perpignan et plutôt que de perdre un temps fou dans des actions de com’ et des vœux sans fin, de se préoccuper réellement des problèmes de nos concitoyens.

PERPIGNAN : communiqué de Louis Aliot, Tête de liste FN aux Municipales

Comme à la maternelle, à l’UDI on jalouse ses adversaires ! 

Il semble que ma présence dans les médias nationaux insupportent l’équipe locale de l’UDI faisant fi de la réalité des choses me concernant : je suis vice-président d’un grand parti politique qui a connu une croissance très importante ; codirecteur de campagne d’une candidate arrivée en troisième position avec près de six millions de suffrages et à ce titre porte-parole de campagne, ma formation est aujourd’hui créditée d’un excellent score national pour les élections européennes.

Me dénonçant auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), chose hallucinante et puérile, ils souhaiteraient manifestement s’y faire inviter à leur tour ou m’interdire d’y aller par ignorance des règles en la matière.

En revanche, j’appui leur légitime requête d’être invités plus souvent, ce qui démontrera au plus grand nombre leur réelles qualités, comme récemment dans l’émission – Complément d’Enquête – consacrée aux 41 vice-présidents de l’Agglo UDI de Perpignan…un scandale national !

Si je passe trop à la télévision selon leur goût, ce qui n’est plus tout à fait exact depuis un an puisque je suis le plus souvent auprès des perpignanais en campagne, il va aussi falloir « dénoncer » les autres personnalités nationales candidates aux municipales qui portent la parole de leur formation politique, à l’UDI comme à l’UMP : les Bayrou, De Sarnez, Morin, Rama Yade, Juppé, Copé, Bertrand, Gaudin, NKM, Dati, et consorts seront heureux d’apprendre que l’UDI de Perpignan est indignée de cette entorse démocratique…

Cette « dénonciation » est ridicule et révélatrice d’un état d’esprit, à la fois épris de jalousie et d’inquiétude pour le résultat des élections perpignanaise.

Plutôt que de « dénoncer » des personnalités qui au moins, évoquent leur proximité avec Perpignan, ils feraient bien de regarder leur bilan en face qui lui, mérite d’être dénoncer : ville de plus de 100.000 habitants la plus endettée de France, 4ème plus grande ville la plus insécuritaire de France, l’une des villes les plus pauvres de France, seule ville à ma connaissance où des maisons s’écroulent dans des quartiers insalubres et où des populations vivent dans la misère… et j’en passe !

Balayez donc devant votre porte, chers élus de l’UDI. Vos mauvaises pensées vous trahissent et vous révèlent.

Les électeurs perpignanais sauront vous le rappeler !

Communiqué de la Ville de Perpignan

EXPOSITION « OH MY CITY », IRENE PEREZ

Monsieur le Maire de Perpignan, Monsieur l’Adjoint au maire, délégué au
quartier secteur Perpignan Nord et le conseil municipal de la Ville de Perpignan ont le plaisir de vous convier à l’exposition d’Irène Perez « Oh my city ! » du lundi 27 janvier au jeudi 27 février 2014 à la mairie de quartier Nord, 210 avenue du Languedoc.

COMMUNIQUE DE LOUIS ALIOT

Pendant que les citoyens font face à la crise, le Maire-candidat communique avec notre argent !

Ce mois de janvier est très révélateur d’un état d’esprit. Le maire-candidat UMP-UDI ou candidat-maire, a multiplié les vœux aux frais du contribuable ! Vœux tous azimuts, aux employés, aux sportifs, à la presse, aux seniors, aux anciens combattants, au monde de la culture et j’en passe.

Au risque d’une indigestion de galettes ou d’autres mets plus délicats, le maire qui pourtant, avait déjà invité l’ensemble de la population à des vœux municipaux au parc des expositions, entreprend désormais une tournée de vœux dans les quartiers pour cette même population ! Ces initiatives purement électoralistes et clientélistes qui se multiplient en ce mois de janvier 2014, alors qu’il est candidat à la mairie, est proprement scandaleux, surtout en période de crise ou les commerçants et les habitants peinent à vivre et pour certains même à survivre !

Cette frénésie communicative, s’ajoute à des curiosités récentes qui ne font aucun doute sur le caractère électoraliste de la démarche municipale ! En effet, les habitants du quartier Saint-Martin ont reçu dans leurs boites aux lettres ce courrier (joint à l’article) en lien direct avec des dégradations survenues la semaine dernière. Le maire-candidat, révolté vante son action en matière de lutte contre les incivilités et invite à contacter la police municipale…Le couple agressé quai Vauban par une bande de voyous n’a pas eu cette chance…Malgré  des appels répétés, ils attendent toujours des nouvelles de la mairie qui devaient les rappeler…Il est vrai qu’ils habitent Cabestany et qu’électoralement, ils sont peu intéressants !

Si le candidat-maire doit écrire à toutes celles et ceux qui subissent l’insécurité à Perpignan, les postes impressions et courriers du budget communal vont exploser !

D’autres victimes n’ont pas eu la chance de recevoir les mêmes courriers ces derniers mois et on peut légitimement se poser la question suivante : le maire ne fait-il pas campagne avec les moyens de la ville ?

C’est en tous les cas une question que beaucoup de perpignanais se posent !

Les vœux pieux, les galettes et les courriers ne masqueront pas les carences et les résultats calamiteux d’une gestion municipale à bout de souffle.

PERPIGNAN : le 31 JANVIER A 20 H 30 SALLE COCTEAU (Théâtre Municipal)

PETITS FORMATS : CAP SUR LE FUNK AVEC KINDA

kinda jpgLa Mission de développement territorial de la Ville propose une série de petites formes musicales ou théâtrales, ouvertes sur le monde et enracinées dans la catalinité.

Le 31 janvier, l’excellent groupe perpignanais Kinda a répondu à l’invitation avec un programme résolument funk emprunté à des icônes du genre comme James Brown,
mais qui fait aussi la part belle à Earth Wind & Fire, Macéo Parker, Tower of Power, Stevie Wonder, Nils Landgren, Prince, Gil Scott Heron, James Taylor Quartet, Electro Deluxe, Liquid Soul….

Sur scène, 9 musiciens et chanteurs : des guitares, un clavier et du rythme, des cuivres et des voix, pour célébrer le funk, pied-de-nez grandiose à la bêtise raciste qui impose l’évidente filiation du jazz et du rock avec les musiques noires du monde entier. Justement, Kinda vous en fera voir de toutes les couleurs !

Kinda c’est Franck Grimigni (batteur), Marc-Olivier Pensuet (bassiste), David Alba (guitariste), Jérôme Steverlynck (trompette), Mathias Coste (trombone), Alexandre Augé (sax ténor), Arnaud Pasqual (chant et sax alto), Karine Allart (chant), Laurent Allart (claviers et choeurs).

Salle Cocteau, Théâtre Municipal le 31 janvier à 20 h 30. Réservations : 04 68 62 38 82

« Conseil Local en Santé Mentale »

Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan et le Centre Hospitalier de Thuir

A travers le partenariat entre le Centre Hospitalier de Thuir et la Ville de Perpignan il s’agit de coordonner et de renforcer la réponse aux besoins en santé mentale sur le territoire de la commune. Ce partenariat repose principalement sur la mise en oeuvre d’une instance de coordination dénommée Conseil Local de Santé Mentale (CLSM).

1 – Contexte Perpignanais :
En dépit d’un taux de psychiatres libéraux et salariés supérieur à Perpignan par rapport à la moyenne départementale et régionale, de nombreuses problématiques existent concernant l’accompagnement des personnes ayant des problèmes de santé mentale :
- Problématiques pour la prise en charge des situations complexes d’où un recours aux hospitalisations sans consentement très élevé à Perpignan par rapport à la région.
- Difficultés d’articulation entre médecins généralistes et services de psychiatrie notamment en sortie d’hospitalisation.
- Méconnaissance des dispositifs de prise en charge spécialisés par les
professionnels de santé, les travailleurs sociaux et la population.
- Représentation négative de la population vis-à-vis de la maladie mentale.
- Difficultés liées au suivi ambulatoire et au maintien dans un logement favorable à la santé.
- Difficultés pour l’insertion professionnelle.

2 – Réflexion et actions engagées :
La Ville de Perpignan a mis en place dès 2007 un Atelier Santé Ville. Ce dispositif est le volet santé du Contrat Urbain de Cohésion Sociale. Il a pour objectif de faciliter l’accès aux soins des habitants des quartiers prioritaires.
La thématique qui a le plus été développée est la santé mentale. Un groupe de travail souffrance psychique / santé mentale, composé de professionnels du médico-social,
des représentants des usagers de la psychiatrie et de leurs familles, s’est réuni tous les mois depuis 2008. Ces rencontres ont permis de développer une meilleure connaissance des acteurs de la santé mentale et du social. Une vraie dynamique de réseau avec une forte implication du Centre Hospitalier de Thuir, des associations et acteurs du social s’est engagée. Cette dynamique a favorisé la mise en place d’actions concrètes auprès des habitants et professionnels pour une meilleure orientation et prise en charge des personnes.

3 –  Groupes de travail animés par la ville ont été mis en place :
Soutien à la fonction parentale : les Points Accueil Ecoute Jeunes (PAEJ), associations Parenthèse et ADSEA, les services de pédopsychiatrie et adolescent du CH de Thuir, le Mouvement Français Pour le Planning Familial et l’APEX.
Articulation des PAEJ, du Centre Hospitalier de Thuir et du Réseau Ados 66
Insertion des personnes en souffrance psychique au sein de la cité : suivi et maintien à domicile, logement, insertion professionnelle, communication au grand public.

Résultats des groupes de travail :
– Un module « Etre Parents quel Métier !!! » est proposé aux familles dans les quartiers de la ville. Il est animé par les PAEJ, le service de pédopsychiatrie et le service Adolescent sde THUIR, l’APEX, le MFPF et la Ville.
– Une éducatrice du centre spécialisé pour toxicomanes est présente 2 fois par semaine dans le quartier du Nouveau Logis afin d’accompagner physiquement les personnes vers les soins.
- Un animateur de prévention de l’Association Nationale de Prévention de l’Alcoolisme et des Addictions (ANPAA) a développé des actions de prévention auprès des jeunes des quartiers.
- Des actions de sensibilisation sur les questions de santé mentale ont été organisées auprès des professionnels des centres sociaux, des adultes relais, des gardiens d’immeubles, et des associations d’habitants.
- Un binôme de professionnels ASV / Centre Hospitalier de Thuir est allé à la rencontre des médecins généralistes afin de leur présenter l’offre de soins en santé mentale.
- Expérimentation d’une cellule de gestion des situations complexes, mise en place en
2011 afin d’éviter les hospitalisations sous contraintes. Cette cellule est à réactiver.
- Mise en oeuvre d’une équipe mobile de psychiatrie ELIOS chargée d’intervenir en amont des situations de crise ou durant ces périodes difficiles. Cette équipe peut intervenir dans les meilleurs délais pour créer ou rétablir un lien entre la personne et le soin, en présence du partenaire demandeur; conseiller l’entourage familial, social ou
professionnel et apporter une orientation la plus adaptée à la situation.
Cette équipe est opérationnelle du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00.

3- Vers un Conseil Local en Santé Mentale
En 2013, la Ville s’est engagée dans un Contrat Local de Santé (CLS) avec l’Agence Régionale de la Santé. Le CLS répond aux enjeux prioritaires de santé du territoire communal.
Il permet :
- de mobiliser les acteurs et de consolider les partenariats locaux autour d’un projet commun,
 – de pérenniser les engagements financiers des institutions (ARS/ CPAM / DDCS…),
 – de répondre de manière adaptée aux besoins de santé de la population,
 – de créer des synergies pour réduire les inégalités sociales et territoriales de santé.

La question de la Santé Mentale est un des axes prioritaires du CLS de Perpignan. L’objectif vise à mettre en cohérence les actions dans la perspective d’un parcours coordonné en santé mentale nécessitant un partenariat fort avec l’hôpital.

Un Conseil Local en Santé Mentale permettra d’améliorer la lisibilité pour les partenaires actuels, de solliciter les acteurs de la Justice et de la police, d’intégrer ces nouveaux acteurs dans les groupes de travail en particulier ceux qui concernent les troubles de voisinage associés aux souffrances psychosociales et d’avoir une instance de validation des projets et actions.

4- Définition du Conseil Local en Santé Mentale :

1 –Cadre réglementaire :
– Instance décisionnelle communautaire à dimension locale et de rencontre partenariale sur la santé mentale pour élaborer et concrétiser des projets dans l’objectif d’améliorer la prise en compte et la prise en charge des problématiques de santé mentale.

2 - Fonctionnement :
Il n’existe pas de cadre obligatoire, le fonctionnement repose sur :
– une coprésidence : maire / directeur hôpital psychiatrique,
– l’engagement d’institutions partenaires (santé, social, justice, police),
– une adaptation aux particularités locales,
– participation des associations d’usagers et des familles.

3 – Pour quels effets ? :
– Produire une réponse adéquate aux acteurs de terrain, améliorer la capacité opérationnelle des professionnels (création de services de psychiatrie intégrés dans la cité ; coopération médecins de ville / hôpital psychiatrique ; renforcer les prises en charge ambulatoire, etc…).
– Lutter contre l’exclusion, la discrimination, la stigmatisation des citoyens ayant des troubles psychiatriques (réhabilitation psychosociale, logement).
– Faciliter l’accès aux soins et à la prévention des personnes atteintes de troubles psychiques.

Le pilotage politique sera porté par la collectivité et le Centre Hospitalier de Thuir.

Le pilotage opérationnel de la démarche (animation des travaux, évaluation des actions, coordination des aspects administratifs et de communication…) sera mené par la Mission Santé Ville et le référent médical du Centre Hospitalier de Thuir pour la Ville de Perpignan.

Objectifs et composition des groupes de travail du CLSM :
 – Enfance / Adolescence :
Objectifs :
– Renforcer le soutien à la fonction parentale
– Organiser l’articulation entre le Centre Hospitalier de Thuir et les PAEJ
Composition :
– Services de Pédopsychiatrie et adolescence du Centre Hospitalier de Thuir
– PAEJ Parenthèse
– PAEJ ADSEA
– Réseau Ados 66
– APEX
– MFPF
– Protection Judiciaire de la Jeunesse

Insertion des Personnes en souffrance psychique :
Objectif :
– Renforcer la culture commune des acteurs
– Améliorer le suivi ambulatoire et le maintien à domicile
– Le logement
– L’insertion professionnelle
Composition :
CCAS / Centre Hospitalier de Thuir (CMP, Pédo, Service Ado et équipe mobile) / PAEJ / GEM Maison Bleue / UNAFAM / Cohérence Réseau / Conseil Général / ADOMA / Maison de Vie du Roussillon / PJJ / CIAH / Sésame autisme / UDAF / Réso Ados 66 /APEX / Police Municipale et Nationale / psychologue libérale /SAMSHA/ CAC 48 / SDIS / Direction Hygiène et Santé de la ville.

Cellule de coordination des situations complexes :
Objectif :
– Réduire les hospitalisations sous contraintes

Composition :
– Centre Hospitalier de Thuir : direction et équipe mobile
– Ville de Perpignan : élus, Direction Hygiène et Santé, Police
– Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)
– Conseil Général

28ème édition de son Festival de musique sacrée.

Ouverture de la Billetterie

Dans la grande tradition perpignanaise, la Ville proposera du 5 au 19 avril 2014 la 28ème édition de son Festival de musique sacrée.
Prenons les voies de traverse de la création où le « souffle » nous entraînera. Laissons-nous guider par tous les artistes extraordinaires, inspirés par le souffle universel : les Arts Florissants, Paul Agnew, Profeti Della Quinta, Elam Roten, l’Escolania de Montserrat, Sonia Wieder-Atherton, Renaud Garcia-Fons, Leili Anvar, Benjamin Alard, Françoise Atlan et l’Orchestre arabo-andalou de Fes, Pierre Hamon, Ensemble de Caelis, Francine Vidal, Jean-Jacques Machado, Marianne Müeller, et bien d’autres
encore.
Les concerts sont en vente au Palmarium, place Arago à Perpignan
ou par téléphone 04 68 86 08 51 du mardi au samedi de 10h à 17H30.

Un cadeau pour vos proches : un pass 3 concerts à 45€ ! Un pass 6 concerts à 72€ !

 Concerts payants :

> Samedi 5 avril à 20H30 à l’Eglise des Dominicains « Polyphonies et madrigaux à Mantoue » par l’ensemble Profetti della quinta

> Lundi 7 avril à 20H30 à l’Eglise des Dominicains « Odyssée pour violoncelle et choeur imaginaire » par Sonia Wieder-Atherton

> Mardi 8 avril à 20H30 à l’ Eglise Notre Dame la Réal « Le souffle de Montserrat » par l’Escolania de Montserrat

> Mercredi 9 avril à 20H30 à la Casa Musical « L’envol » : Leili Anvar, récitante et Renaud Garcia-Fons, contrebassiste Un concert réalisé en partenariat avec le festival Jazzebre et la Casa Musicale

> Vendredi 11 avril à 20H30 au Théâtre de l’Archipel « Hear my prayer , Musiques sacrées de Henry Purcell » par les Arts Florissants dirigés par Paul Agnew. Un Concert croisé avec le Théâtre de l’Archipel

> Dimanche 13 avril à 18H00 à Eglise des Dominicains
« L’esprit de Grenade, Chants arabo-andalous, judéo-espagnols et Cantigas de
Santa Maria » par Françoise Atlan au chant et l’Orchestre arabo-andalou de Fes
dirigé par Mohamed Brioulel.
> Samedi 19 avril à 20H30 à l’Eglise des Dominicains « Leçons de ténèbres – ristobal Morales, » Office du Samedi Saint à Rome au XVIè siècle par l’Ensemble Doulce Mémoire sous la direction de Denis Raisin Dadre.

28ème Festival de Musique Sacrée : du 5 au 19 avril 2014
– Les concerts sont en vente au Palmarium, place Arago à Perpignan ou par
téléphone 04 68 86 08 51 du mardi au samedi de 10h à 17H30.
– Pour toute demande d’information :
T : 04 68 86 08 51 / festivalmusiquesacree@mairie-perpignan.com

PERPIGNAN : 5 au 19 avril 2014

28ème Festival de Musique Sacrée

Concert PerpignanLe Festival de musique sacrée de Perpignan renouvelle son invitation aux élèves des conservatoires de Perpignan et de Gérone. Le travail a commencé depuis l’automne autour de Christian Sala et de Pau Marcos.

Samedi 18 janvier, 24 musiciens-élèves se sont retrouvés à Gérone pour les répétitions d’un programme original « the Western Wind ». L’ancrage historique est celui de l’Angleterre des Tudor (musique renaissance).
Le projet de concert à venir mobilise autour des chanteurs des deux conservatoires un large Big Band renaissance transfrontalier, lequel navigue dans des eaux contrastées et surprenantes : entre Western Wind Song, la chanson du marin qui prie ardemment le vent d’ouest de le ramener à terre auprès de sa bien-aimée, et Western Wind Mass de John Sheppard, sorte de messe-fantaisie sur la même chanson.

Concert : dimanche 13 avril 2014 à 12 H 00 à l’Eglise des Dominicains – entrée libre.
Organisé avec la collaboration du Conservatoire à rayonnement régional Musique, Danse et Art dramatique Perpignan Méditerranée.

Les concerts sont en vente au Palmarium, place Arago à Perpignan
ou par téléphone 04.
68 86 08 51 du mardi au samedi de 10h à 17H30.

Pour toute demande d’information :
T : 04 68 86 08 51 / festivalmusiquesacree@mairie-perpignan.com

L’Agglo aménage l’extension de Tecnosud au sud de Perpignan

La zone d’activités économiques Tecnosud II – Mas Delfau, située à côté d’Agrosud et en vis-à-vis de Tecnosud, vient d’être mise en  chantier. Les travaux d’aménagement vont se poursuivre pendant un an et s’achever en octobre 2014.

TechnosudIls visent à offrir 14 hectares supplémentaires aux entreprises, particulièrement celles du secteur des énergies renouvelables, dont Tecnosud constitue déjà une vitrine de renommée internationale. Tous les acteurs de la filière y sont en effet regroupés : des entreprises reconnues (Tecsol, Akinao, Dalkia), des chercheurs (laboratoire Promes-Cnrs), des centres de formation et une école d’Ingénieur, Polytech’EnR, unique en France. Avec cette nouvelle extension, l’Agglo Perpignan Méditerranée poursuit l’essor des énergies renouvelable, l’une des filières économiques d’excellence du territoire.

Nouveau Rond-point au Nord de Perpignan

Mise en valeur de la porte nord, entrée majeure du territoire de Perpignan Méditerranée

Rd point PPN

Deux entrées desservent le territoire de Perpignan Méditerranée via l’échangeur nord et sud de l’A9. Les élus de Perpignan Méditerranée ont choisi de mettre en scène et valoriser dans un premier temps la porte d’entrée nord du territoire. Le giratoire du péage nord est apparu comme un site stratégique pour valoriser une vitrine de marque de l’archipel des communes.

La mise en scène du rond-point par une oeuvre artistique emblématique a fait immédiatement sens.

Cette entrée constitue :
– un noeud routier de desserte de l’agglomération,
– un accès direct au littoral et aux stations balnéaires,
Plus de 4 M de touristes séjournent sur le territoire, et plus de 4 M le traversent en tant qu’excursionnistes.
– un axe de desserte de l’ensemble des zones économiques de la première couronne de Perpignan Méditerranée
(Mas Garrigue nord et sud, Cap Roussillon, Torremila et Polygone nord notamment).

Le rond-point situé à la croisée de ces grands axes reçoit ainsi en moyenne 20 000 à 40 000 véhicules/jour.
Lors du conseil communautaire du 24 juin 2013, les élus communautaires ont ainsi délibéré en faveur du lancement d’un appel à idées artistiques.
L’objectif était de lancer un appel à idées élargi pour la production d’une oeuvre artistique ad hoc, intégrée à son environnement. La proposition artistique devant prendre essence dans les spécificités du territoire et ses richesses.

Un jury a été constitué de 7 représentants élus dont le Conseil Général, invité à participer.

L’appel à idées s’est déroulé au travers d’une consultation large et nationale :
– Un cahier des charges de consultation a été rédigé et mis en ligne pendant 30 jours entre septembre et octobre. Il
précisait la nature de la réponse artistique attendue, avec les modalités de sélection et les critères de jugement.
– Une annonce a été publiée dans la presse nationale pour relayer la mise en ligne du concours d’idées (Le
Moniteur et Télérama). Des associations d’artistes indépendants ont relayé l’information via leurs réseaux
nationaux.
– Deux réunions du jury ont eu lieu pour analyser les projets.

Les candidats retenus ont présenté une étude sérieuse de faisabilité technique de leur projet avec un coût chiffré
devant s’inscrire dans l’enveloppe fixée de 200 00 HT hors maîtrise d’oeuvre.
A l’analyse de ces 3 offres, les deux autres projets se sont avérés difficiles à réaliser compte-tenu de leur prise au vent certaine face à une tramontane extrême et puissante sur ce site.
Les études techniques nécessaires vont être mises en oeuvre.
Le rond-point sera donc réaménagé dans sa totalité. Les aménagements en place sont amenés à disparaître. Un
nouvel éclairage du rond-point sera mis en place sur les abords extérieurs afin de conserver la lisibilité pour les automobilistes et de préserver leur sécurité.

Une prochaine délibération sera proposée aux élus définissant les modalités techniques et financières de réalisation dans le respect du budget au préalable fixé.

L’objectif est que l’oeuvre soit en place et fonctionnelle pour l’ouverture de la saison touristique, c’est-à-dire au printemps 2014.

Samedi 25 janvier à 10h10, 15 rue Emile Zola, Médiathèque

Petit déjeuner littéraire : Murmures pour Jean Hugo, de Marie Rouanet

Petit déjeuner littéraire
Avec Marie Rouanet
Murmures pour Jean Hugo, de Marie Rouanet


JPdt Littéraireean Hugo (1894-1984), arrière-petit-fils de Victor Hugo, fut peintre, décorateur de théâtre et créateur de costumes dans l’entre-deux-guerres. Il travaille avec les plus grands artistes de l’époque tels Cocteau, Radiguet, Picasso, Satie, Poulenc. Quand il décide d’embrasser la foi catholique et de s’installer en Languedoc dans le domaine familial de Fourques, il renoue avec la nature provençale, la poésie de Frédéric Mistral, et le « monde de la bouvine ».
C’est, en éclats somptueux, la trajectoire qu’évoque Murmures pour Jean Hugo, celle du peintre aux amitiés scandaleuses ou mondaines puis du patriarche retiré dans un monde paysan qui n’a quasiment pas changé depuis des siècles.

Marie Rouanet a ce talent bien à elle pour célébrer la liberté qui est au cœur de toute création et décliner les saisons et les jours dans leur mystère et leur beauté.
Marie Rouanet a ce talent bien à elle pour célébrer la liberté qui est au cœur de toute création et décliner les saisons et les jours dans leur mystère et leur beauté.
Marie Rouanet vit au sud du Rouergue et tous ses ouvrages célèbrent la terre des Causses et les hommes qui y vivent, de Paroles de gourmandises (1998) à L’Arpenteur, Prix Jean Morer 2012.

Samedi 25 janvier à 15h, 15 rue Emile Zola, Médiathèque

Spectacle « La dame des Livres » Le samedi 25 janvier à 15h par la compagnie Encima

EncimaCe spectacle s’adresse aux apprentis lecteurs et, comme Cal le héros de l’album, ils découvrent à travers chaque livre, un nouvel univers.
Nous sommes dans les années 30, aux Etats-Unis.
La Dame des livres traverse le Kentucky en toutes saisons pour offrir aux habitants du bout du monde de rares instants de lecture.
Heather Henson raconte une histoire de générosité et de simplicité rare…
Une belle histoire de partage portée par deux comédiennes dans un décor sonore rythmé par un texte simple et franc, des bruitages réalistes, des musiques originales et surprenantes.

Interprétation : Annabelle Garcia et Delphine Guibert
Mise en scène et illustration sonore : Laetitia Desplanque
Tout public à partir de 6 ans
Durée : 35 mn

Communiqué de la Ville de Perpignan

VISITE DU CENTRE DE VIDEOPROTECTION

Vendredi 24 janvier 2014, à 14 h 30, le maire de Perpignan, le maire adjoint
délégué à la sécurité publique et à la prévention, reçoivent les représentants
de la Gendarmerie Nationale afin de leur faire visiter le Centre de Vidéoprotection, dans les locaux la Police Municipale, avenue du Docteur
Torreilles.

Communiqué de la Ville de Perpignan

UNITÉ MOBILE D’INTERVENTION RAPIDE

Faisant suite aux dégradations constatées sur les véhicules lors des matches de l’USAP, la Ville de Perpignan a décidé de mettre en place une surveillance particulière aux  bords du stade Aymé Giral. Ainsi, lors de chaque rencontre, les effectifs de l’Unité Mobile d’Intervention Rapide (U.M.I.R.) sont engagés sur la surveillance des abords du stade, afin de prévenir toutes atteintes aux biens.

Le dimanche 19/01/14, lors de cette surveillance, les agents de l’UMIR ont ainsi pu constater la dégradation d’un véhicule stationné rue Raoul Dufy, et ce malgré la présence d’un guetteur à proximité. Le mis en cause prend alors la fuite vers la Cité Diaz toute proche. Les agents peuvent établir un signalement précis de l’auteur, et demandent du renfort.

Immédiatement alerté par les agents, le centre de vidéoprotection (C.V.V.P.) met en place une surveillance de la zone et confirme aux agents de terrain la présence de l’auteur signalé dans la cité. Grâce à la parfaite collaboration entre le C.V.V.P., le pc radio et les équipes de voie publique, l’équipage UMIR interpelle en flagrant délit l’auteur de la dégradation et du vol, et le présente à l’Officier de Police Judiciaire du Commissariat de Perpignan. La victime ayant pu être identifiée, les agents de police municipale lui ont indiqué les mesures à prendre pour le dépôt de plainte qui a ainsi pu être réalisé le soir même.

Communiqué de la Ville de Perpignan

ANNULATION EXPOSITION ISAAC MIZRAHI

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, l’exposition de mosaïques et de eintures récentes d’Isaac Mizrahi initialement prévue du 24 janvier au 22 mars 2014 au Palais des congrès Georges Pompidou, est annulée et reportée à une date ultérieure qui vous sera communiquée. Merci de votre compréhension.

Ne pas manquer à Perpignan

Rencontre litteraire David Foenkinos

Monsieur le Maire de Perpignan, Monsieur l’Adjoint au maire, délégué à la culture, le conseil municipal de la Ville de Perpignan, Monsieur le Président du Centre méditerranéen de littérature ont le plaisir de vous convier à rencontrer David Foenkinos pour la présentation de ses ouvrages « Je vais mieux » (éditions Gallimard) et « La tête de l’emploi » (éditions J’ai lu) :

le vendredi 17 janvier 2014 à 17 h 30.

Renseignements :
CML – Hôtel Pams
18 rue Emile Zola
Entrée libre

PETITS FORMATS : CAP SUR LE RIRE AVEC SQUEEZE

16 JANVIER 20 H 30 SALLE COCTEAU (Théâtre Municipal)

A partir du 16 janvier, la Mission de Développement territorial de la Ville propose une série de petites formes musicales ou théâtrales, ouvertes sur le monde et enracinées dans la catalanité.

Place à l’humour le 16 janvier avec « SQUEZZE l’art du je », un one man show de Stéfan Lawrence autour de l’inépuisable thème du pervers narcissique : une dissection drôle et cruelle des travers humains, de la puissance de l’égo et de son caractère dérisoire, mais aussi une fresque impitoyable sur la manipulation et le harcèlement moral.

Juste avant, une mise en bouche en duo cette fois : « les sucrés salauds ». Mark Lliboutry y donne la réplique à Stéfan Lawrence pour un pur moment de plaisir verbal et scénique.

Une soirée pour rire qui ne dispense pas de penser, proposée par l’association Exgourdes, qui réunit artistes, auteurs, compositeurs et humoristes.

Décontraction garantie.

Salle Jean Cocteau. Théâtre municipal le 16 janvier à 20 h 30.
Réservations : 04 68 62 38 82

Samedi 18 janvier de 14h30 à 16h à la Médiathèque

PERPIGNAN :
Samedi 18 janvier de 14h30 à 16h et samedi 8 février de 14h30 à 16h Médiathèque :

Atelier de lecture en catalan

Nous vous proposons un rendez-vous en langue catalane dédié à la lecture, l’échange et à la rencontre autour d’un ou plusieurs livres. Cetteanimation est destinée à tout adulte curieuxet intéressé par la lecture et la langue catalane. Pour cette session, lesparticipants à cet atelier ont choisi le livre de Carolina Solé « Ulls de gel »: un roman qui se déroule en Cerdagne possédant tous les éléments du roman noirsuédois.

Taller de lectura encatalà
Us proposem una cita en llenguacatalana dedicat a la lectura, a l’intercanvi i a la trobada a l’entorn d’un odels llibres. Aquesta animació és destinada a qualsevol adult curiós i aficionatper la lectura i perlallengua. Peraquesta sessió els participants d’aquest tallervan elegir el llibre dela Carolina Solé« Ulls de gel » :una novel•la ambientada a la Cerdanya amb tots els elements de la novel•la negrasueca.

Photo

Samedi 18 janvier à 15 h à la Médiathèque

La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d’internement –
Canet-en-Roussillon, 1941 -1943
Présentation de l’ouvrage édité par « Alliance Editions ».

PhotoDeux soeurs, Mireille Chiroleu et Simonne Chiroleu-Escudier, et Eric Escudier, fils de Simonne, nous content la merveilleuse histoire de la Villa Saint-Christophe à Canet Plage, histoire découverte fortuitement, 70 ans après les événements, aux Archives Mennonites à Goshen (Indiana USA).

Dans cette magnifique maison bourgeoise du début du XX° siècle, construite en bord de plage, plus de 200 enfants internés au camp de Rivesaltes, juifs victimes de la barbarie nazie et espagnols de la « Retirade », ont été soignés et pour certains cachés par une poignée de travailleurs humanitaires, la plupart d’origine espagnole. L’action de ces bénévoles était menée sous la conduite d’une directrice suisse Charlotte Gerber, originaire de Langnau (Canton de Berne), puis américaine, Lois Gunden venue de Goshen dans l’Indiana, toutes deux étant membres du Comité Central Mennonite américain.
Ce livre qui retrace cette histoire comporte de nombreuses photographies et documents d’archives découverts aux Etats Unis.
Les auteurs viennent de recevoir pour ce travail le « Prix Histoire Mémoire et Education en Pays Catalan 2013″ remis par son Excellence Yossi Gal, ambassadeur de l’Etat d’Israël en France lors du dixième anniversaire de « Zakhor pour la Mémoire ».

Voeux de Louis Aliot à tous les perpignanais

Pour un grand changement !

Un louis Aliot calme mais combatif pour présenter ses voeux mais surtout donner le signal officiel de l'ouverture de sa campagne.

Un louis Aliot calme mais combatif pour présenter ses voeux mais surtout donner le signal officiel de l’ouverture de sa campagne.

Tradition ou corvée nationale, c’est selon, mais du côté de Louis Aliot, le leader de la liste « Perpignan Ensemble » qui espère ravir le fauteuil de Maire à J.Marc Pujol en mars prochain, une occasion rêvée de lancer cette campagne qui s’annonce rude mais aussi probablement productive en terme de sièges ou de villes gagnées au plan national.
« Une bonne année à tous nos compatriotes perpignanais, quelles que soient par ailleurs leurs origines, leurs professions ou leurs conditions sociales » sont les premiers mots de Louis Aliot, qui, à l’instar de tous les dirigeants nationaux, semble vouloir insister sur cette volonté d’apparaître comme un parti ouvert à tous, sans la moindre discrimination. Des vœux pour « un changement, un grand changement démocratique qui voie se mettre en place une nouvelle équipe, de nouvelles pratiques, une nouvelle politique. Loin des petits calculs des uns et des autres, des ralliements de circonstance et des projets qui sortent des cartons comme des magiciens sortent des lapins de leurs chapeaux ». Quant aux employés de la Ville, le Vice-Président du FN leur demande « de ne pas prêter attention aux tentatives de déstabilisation et aux pressions » dont ils seraient parfois les victimes par rapport à leurs opinions politiques. Louis Aliot promet que « son retour se fera dans le dialogue et le respect de tous, avec une récompense au mérite et non par affinité de je ne sais quel clan qui exerce son influence au cabinet et quelques élus autour du Maire ». Là, c’est bien Michel Sitja, le dir’cab de J.Marc Pujol, qui est explicitement visé ! « Nous ne sommes ni le Parti Socialiste ni des alduistes pour pratiquer une chasse aux sorcières d’un autre temps qui n’honorent pas les gens qui les pratiquent encore au quotidien » ajoute-t-il dans une attaque plus frontale. Tout en formant des vœux « pour que cette campagne ne ressemble pas à une foire d’empoigne en se jetant des noms d’oiseau, pour tenter de détourner le débat et d’un bilan Municipal que nous devrons faire, celui du système Alduy tant dans son aspect humain qu’économique et social ». Le leader frontiste entend quant à lui « mettre l’accent sur des projets, sur des thématiques toujours éludées par le Maire actuel ». En ligne de mire la sécurité, « l’insalubrité qui continue », la culture, l’environnement, l’urbanisme, et le développement économique qui seront au cœur des débats de campagne dans « l’écoute et la discussion ». Probablement d’ailleurs pas seulement par le FN, avec chacun ses recettes.

Autre attaque frontale contre la Municipalité, l’attribution des logement sociaux « la commune n’est pas très exemplaire », le FN entend mettre en place la transparence en rendant public les dossiers de ces attributions, « manifestement, en la matière il y a aussi quelques problèmes avec des commissions fermées, tout le monde y gagnerait à rendre la liste publique » ajoute son leader. Autre reproche, l’absence de commissions thématiques au sein du Conseil Municipal, avec à la même table des élus de la majorité et de l’opposition sur des sujets qui engagent les finances de la Ville. Le Théâtre de l’Archipel est explicitement visé avec des « coûts » qualifiés « d’exorbitants ». Jacques Cresta n’est pas oublié, « il devra répondre du bilan de Monsieur Hollande, tout comme Monsieur Pujol devra répondre de celui de Monsieur Alduy, dont il est un acteur majeur. Certes il est non élu mais il a été mis en place par Monsieur Alduy et nous pourrons discuter des comptes de la communes, mais aussi des comptes de l’Agglo. et de la manière dont elle est gérée, puisque manifestement il y a matière à discussion.

Une trentaine de militants assistait à cette cérémonie de voeux sous forme de conférence de presse.

Une trentaine de militants assistait à cette cérémonie de voeux sous forme de conférence de presse.

Quant à la liste elle-même, elle n’est pas close et elle sera présentée fin janvier, mais il ne semble pas question pour Louis Aliot de récupérer des exclus de la liste sortante de J.Marc Pujol.

On le voit Louis Aliot est combatif, il est vrai que sa qualité de Vice-Président du parti et son « statut » de compagne de Marine le Pen feront qu’il sera une des personnalités très observées au soir du jour « J ».

Que sortira-t-il des urnes à Perpignan, c’est encore trop tôt pour le dire, même si J.Marc Pujol, qui semble ouvrir sa liste au plus large en général et sur sa gauche en particulier, avec un adversaire direct (M. Amiel) et vers le MoDem qui a appelé à voter François Hollande au second tour de la présidentielle, pourrait bien malgré tout et grâce à cet écart de trajectoire, rafler la mise. ce que Louis Aliot appelle « des ralliements de circonstance, avec des positions idéologiques à l’exact opposé ». En laissant probablement toutefois quelques sièges au Front National qui devrait franchir sans peine la barre des 10% pour passer le cap du second tour.

LE 16 JANVIER 20 H 30 SALLE COCTEAU (Théâtre Municipal)

PETITS FORMATS : CAP SUR LE RIRE AVEC SQUEEZE

A partir du 16 janvier, la Mission de Développement territorial de la Ville propose une
série de petites formes musicales ou théâtrales, ouvertes sur le monde et enracinées dans la catalanité.
Place à l’humour le 16 janvier avec « SQUEZZE l’art du je », un one man show de Stéfan Lawrence autour de l’inépuisable thème du pervers narcissique : une dissection drôle et cruelle des travers humains, de la puissance de l’égo et de son caractère dérisoire, mais aussi une fresque impitoyable sur la manipulation et le harcèlement moral.

Juste avant, une mise en bouche en duo cette fois : « les sucrés salauds ». Mark Lliboutry y donne la réplique à Stéfan Lawrence pour un pur moment de plaisir
verbal et scénique.

Une soirée pour rire qui ne dispense pas de penser, proposée par l’association Exgourdes, qui réunit artistes, auteurs, compositeurs et humoristes.
Décontraction garantie.

Salle Jean Cocteau. Théâtre municipal le 16 janvier à 20 h 30.
Réservations : 04 68 62 38 82

Communiqué du Parti de Gauche 66

Municipales à Perpignan   

            Le Parti de Gauche constate que son partenaire PCF du Front de Gauche a choisi de s’allier, à Perpignan, à une liste conduite par un député PS qui a voté, depuis juin 2012, toutes les politiques austéritaires de l’équipe PS-EELV qui gouverne le pays.

Le Parti de Gauche rappelle que ce gouvernement a ratifié le Pacte budgétaire voulu par Merkel-Sarkozy, qu’il a, avec le pacte de compétitivité, fait un cadeau de 20 milliards d’euros aux entreprises sans la moindre contrepartie, qu’il a, avec l’ANI, accepté cette remise en cause du droit du travail que tous les gouvernements depuis trente ans avaient refusé d’accorder au patronat, que, dans ses vœux, le Président de la République a repris à son compte tous les thèmes du MEDEF et de l’UMP. Sous l’impulsion du Ministre PS de l’Intérieur, un racisme d’Etat frappe les Roms encore plus que par le passé. Le budget 2014 voté par M. Cresta annonce des coupes sombres dans le financement des collectivités territoriales et donc dans celui de la Ville de Perpignan : la déclinaison des politiques d’austérité et de l’Acte III de la décentralisation a nécessairement des impacts locaux.

Il n’était en aucune façon possible pour le Parti de Gauche de se retrouver aux côtés de gens qui soutiennent une telle politique. Le Parti de Gauche a exploré toutes les possibilités de constituer une liste de large rassemblement réunissant des sensibilités et des personnalités politiques ayant en commun de défendre une alternative démocratique, sociale et écologique aux politiques qui font tant souffrir les habitants des Pyrénées-Orientales.

Le Parti de Gauche, à Perpignan, estime préférable de s’abstenir plutôt que de contribuer à la confusion politique qui fait le lit de l’extrême-droite. Plus que jamais, il a pour objectif la construction d’un projet alternatif aux politiques d’austérité. Il les combattra avec résolution à l’occasion des élections européennes de mai 2014 et des luttes sociales qui se multiplient.

Dany BENQUET, co-secrétaire départementale du PG 66 

Lucien Baillette (ancien conseiller municipal de Perpignan, co-listier de Louis Aliot, Liste FN-RBM « Perpignan ensemble ») à Jacques Cresta

« Jacques Cresta : un candidat qui ne connaît pas la ville où il se présente ».

Jacques CRESTA, nous gratifie de toutes ses connaissances de la ville de Perpignan, dont il ambitionne de devenir Maire, lors de l’effondrement d’un immeuble dans le quartier Saint-Jacques.

« Je me suis rendu au 7 rue de la Lanterne » nous informe-t-il avec grandiloquence, pour visiter l’immeuble ravagé.

Quelle méconnaissance de la ville. La rue de Lanterne se trouve dans le quartier de Saint Matthieu, parallèlement à la rue Maréchal Foch, et non à Saint Jacques.

De surcroît, l’immeuble effondré se trouve rue Farines à Saint Jacques et non rue de Lanterne comme voudrait-nous le faire croire le candidat Socialiste qui découvre la ville de PERPIGNAN, confondant Saint Jacques avec Saint Matthieu.

Un effort est nécessaire à ce candidat pour ne plus méconnaître les quartiers historiques dits des Trois Paroisses, Saint-Jacques, Saint Matthieu et La Réal.

Communiqué de Lucien Baillette, ancien conseiller Municipal de Perpignan Co-Listier de la liste RBM « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot, en charge de la mission « Urbanisme »

« Le constat et conséquences d’un abandon… »

Pour la énième fois, un immeuble à usage d’habitation s’effondre dans un des quartiers historiques de Perpignan. Heureusement cette fois, sans faire de victime humaine. Ce nouveau sinistre par effondrement est révélateur de l’incapacité dont ont fait preuve, depuis de longues années maintenant, les élus de Perpignan, ainsi que le peu d’attention portée par les différents Maires au parc d’habitations réservé à des perpignanais qui prennent conscience de leur irrémédiable abandon.

Aucun diagnostic général de sécurité n’a été entrepris dans les quartiers dits des Trois Paroisses, Saint Jacques, La Réal et Saint-Matthieu, pour connaitre exactement l’état de vétusté, voire de délabrement des habitations, et les risques encourus par les résidents. En périodes pré-électorales les promesses faites par les Maires de Perpignan font croire à la population que désormais on s’occupe de leur quartier. En fait, malgré le classement en Zone Sauvegardée (Belle sauvegarde !) et des opérations larvées de réhabilitations, les risques restent entiers. A quelques jours des élections Municipales de mars 2014, les masques tombent encore une fois sur le triste bilan de la gestion municipale dans le périmètre des plus vieux quartiers de Perpignan.

Les « Réalets, Matthouets, Jaumets » ont le droit de vivre sereinement, sans craintes de savoir leurs habitations vulnérables, prêtes à s’effondrer sans raisons majeures. L’urbanisme dans ces quartiers doit être révisé dans son intégralité. L’étude de sécurité doit être très rapidement effectuée pour déterminer les risques, tant en période dénommée « stable » qu’en période de secousse sismique mineure, qui pourrait avoir d’irréversibles conséquences dans ces quartiers en quasi abandon. Louis ALIOT et son équipe Perpignan Ensemble, s’engagent, dès la première année de leur mandat, à remédier à ce danger permanent et améliorer la qualité de vie par un urbanisme « ré-humanisé » dans les quartiers historiques, aujourd’hui menacés, de Perpignan.

Communiqué de Francis DASPE (Parti de Gauche 66)

Roms : et si c’était des hommes ?  

La municipalité de Perpignan a ordonné le démantèlement d’un camp de Roms. Nous ne pouvons que nous émouvoir à la description des conditions de vie abominables dans lesquelles ces familles de Roms vivaient. Vouloir éradiquer ce cadre de vie inhumain peut s’entendre.

Mais le Parti de Gauche 66 exprime un profond malaise. Rien n’est indiqué sur ce que sont devenues ces familles Roms dont on nous indique que certaines sont parties précipitamment à l’arrivée des tractopelles municipaux. Le PG 66 s’interroge : où sont passées ces enfants, ces femmes et ces hommes ? Raser un camp reste du domaine du matériel. Mais faire fuir des personnes dans la plus grande précarité relève de l’humain, richesse la plus précieuse que nous partageons tous.

Le PG 66 dénonce ce froid sentiment d’indifférence qui semble avoir présidé à cette opération. La municipalité de Perpignan peut-elle nous informer de ce que sont devenues ces familles de Roms ? S’est-elle préoccupée de ce qu’elles deviendraient ? Car nous ne pouvons nous empêcher de songer en cette période de repères troublés, au titre de l’ouvrage de Primo Lévi écrit au retour de l’expérience des camps de concentration : « Si c’est un homme ». Les Roms sont des hommes à part entière, comme tout un chacun.

Communiqué de la Ville de Perpignan

REMISE DE LA MÉDAILLE DE LA VILLE AU DANSEUR HOREGRAPHE SÉBASTIEN RAMIREZ

Lundi 13 janvier 2014, à 15 h 00, au Théâtre de l’Archipel (Espace partenaire 7ème étage) le maire remettra la médaille de la Ville au danseur, chorégraphe perpignanais Sébastien Ramirez.

Danseur autodidacte issu de la culture hiphop, Sébastien Ramirez
est aujourd’hui reconnu à l’échelle internationale dans le monde
de la danse.

Communiqué de la Ville de Perpignan

PRÉSENTATION DES VOEUX AU PERSONNEL MUNICIPAL

Vendredi 10 janvier 2014,à 17h 00,au Palais des Expositions, Monsieur le Maire de Perpignan, et l’ensemble du conseil municipal présenteront leurs voeux de bonne Année 2014 au personnel municipal.

Communiqué de Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée

Perpignan a besoin de laïcité 

Le 9 décembre 1905, la loi de séparation des Eglises et de l’Etat faisait de la France une République laïque. La laïcité est un principe universaliste aux multiples vertus : elle garantit la liberté, stipule l’égalité et fonde la souveraineté populaire. Surtout elle met à distance tous les intérêts particuliers, qu’ils soient cléricaux, marchands ou consuméristes. Elle sert de digue à tous les reculs de l’intérêt général. Et aujourd’hui ils sont malheureusement nombreux.

C’est pour cela que Perpignan a un besoin urgent de davantage de laïcité. Les prochaines municipales doivent être l’occasion de promouvoir en tous domaines la laïcité. En commençant par mettre fin aux subventions aux établissements d’enseignement privés : l’argent de tous ne peut pas financer l’école du choix de quelques uns. Ensuite en instaurant une journée de la laïcité avec des concours stimulant la réflexion de chacun en lien avec les établissements scolaires dans le respect des programmes nationaux : les discriminations et la ségrégation socio-spatiale qui en résulte doivent être battues en brèche par la raison et le savoir. Enfin en prenant conscience que la laïcité est l’antidote contre toutes les formes de communautarisme et de clientélisme qui gangrènent le vivre-ensemble à Perpignan.

Aux maux dont souffre Perpignan, la laïcité est une solution. Le drapeau de Perpignan la laïque doit à nouveau flotter.

Communiqué de la ville de Perpignan

TRAVAUX PARCOURS DE SANTE DU PARC DES SPORTS

À partir du lundi 13 janvier 2014 jusqu’au vendredi 31 janvier 2014, la 1ère tranche du parcours de santé sera fermée.

Le réaménagement du parcours de santé comprenant la réfection de la piste avec bordures et évacuation des eaux pluviales, la rénovation de l’éclairage, l’installation de point d’eau et de vidéosurveillance va débuter à partir du 13 janvier et se déroulera en trois tranches.

Un fléchage sera mis en place afin de guider les utilisateurs
jusqu’au nouveau départ.

Communiqué de la Ville Perpignan

REMISE DE LA MÉDAILLE DE LA VILLE AU DANSEUR CHOREGRAPHE SÉBASTIEN RAMIREZ

Lundi 13 janvier 2014, à 15 h 00, au Théâtre de l’Archipel (Espace partenaire 7ème étage) le maire remettra la médaille de la Ville au danseur, chorégraphe perpignanais Sébastien Ramirez.

Danseur autodidacte issu de la culture hiphop, Sébastien Ramirez est aujourd’hui reconnu à l’échelle internationale dans le monde de la danse.

Communiqué de Louis Aliot (FN)

Perpignan : un homme blessé par balle dans un règlement de compte :
Quelques questions se posent…

Un inconnu a ouvert le feu et sérieusement blessé un homme vendredi dans la nuit, dans le quartier Vernet-Salanque, dans ce qui ressemble fort à un règlement de compte entre « amis »…

La victime, bien connu des services de police, ayant comme surnom « Bendou », semblait jouir d’excellentes relations avec la mairie, mais :
– Est-il vrai qu’il est le responsable d’une association de quartier ?
– Est-il vrai qu’il bénéficie d’un local prêté gracieusement par la Mairie ?
– Est-il vrai qu’il bénéficie de subventions municipales pour ladite association ?

Il va falloir que cette affaire soit tirée au clair dans les plus brefs délais et que les associations qui bénéficient de l’argent public soient beaucoup mieux contrôlées par les élus.

Cette affaire grave qui succède à d’autres affaires démontre qu’il va falloir remettre de l’ordre dans les affaires municipales, dans les comptes et faire prévaloir contre les clientélismes, la Loi de la République.

Perpignan n’est ni un champ de bataille pour gangs, ni un terrain de jeu pour une voyoucratie de plus en plus agressive et sans limite !

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
juillet 2020
D L Ma Me J V S
« juin    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031