DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
LOGO IFA 2016 190 jpg
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
PUB JPA
JPA 2
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

juillet 2017
D L Ma Me J V S
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Perpignan

POLITIQUE P.-O. : « ÉVOLUTION 66″ ENREGISTRE DEUX DÉMISSIONS

Le mouvement « ÉVOLUTION 66″ présidé par Clotilde Font-Puthier perd deux de ses membres, dont le Vice-Président Bernard Reyès.
Rappelons que l’ex UMP Clotilde Font-Puthier avait créé ce micro mouvement après sa « fâcherie » avec Louis Aliot suite aux élections départementales, et surtout régionales pour laquelle elle souhaitait figurer sur la liste FN / RBM, voire en être la tête de liste. Le secrétaire Départemental en avait décidé tout autrement et l’élue perpignanaise a aussitôt quitté le groupe « ensemble pour Perpignan » après quelques échanges houleux.
DEMISSION REYESDEMISSION ASSUMPCAO

PERPIGNAN UNIVERSITÉ : UNE RENTRÉE RÉUSSIE AU CAMPUS MAILLY, UNE PRIORITÉ POUR L’UNI

UNIDès septembre 2017, le centre ville de Perpignan va être l’objet d’une re-dynamisation par la jeunesse estudiantine. En effet, des juristes en formation à l’Université Via Domitia vont intégrer la Faculté de Droit du nouveau Campus Mailly dans le magnifique bâtiment historique de l’ancienne Université, actuellement en rénovation.
Lucas Laffite
Lucas Laffite
Notre Président, Lucas Laffite, licencié de Droit, a récemment visité ces locaux et a échangé avec les différents acteurs politiques, commerçants, associatifs et étudiants de ce projet. Les inquiétudes légitimes des étudiants sont principalement celles du parking, de la restauration, de la sécurité, des services à l’étudiant (BU, DOSIP…) et des correspondances à travers les transports publics. En effet, à ce jour, aucune structure du CROUS n’est prévue, et le stationnement reste ambigu.
Néanmoins, après les échanges et les propositions concrètes répondant à nos inquiétudes, nous constatons avec satisfaction que la ville de Perpignan, son Agglomération et l’Université sont en phase avec la réalité des enjeux, et travaillent à ce que les conditions de vie des étudiants soient préservées : navettes gratuites, négociations des tarifs avec les commerces locaux, une police municipale présente sur le terrain… 
Ce projet est d’une part une chance pour la ville, car la diversité dans le quartier St Jacques va apporter à la vie locale une énergie favorable au vivre ensemble et à la cohésion sociale. D’autre part, l’ambition de ce projet est avantageuse aux étudiants, puisque la découverte d’un nouveau campus historique, dans le respect des conditions de travail et plus largement de vie estudiantine, donnera un plaisir croustillant aux juristes en herbe de venir étudier, pour la réussite.
Nous soutenons alors ce beau projet, et nous veillons à ce que les engagements soient respectés, dans l’intérêt des étudiants qui vont faire leur rentrée sur le campus Mailly.

PERPIGNAN : « L’IMMOBILIER REFLÈTE LA POLITIQUE DE LA VILLE, PERPIGNAN CONFIRME SON MANQUE D’ATTRACTIVITÉ ! »

Communiqué de Louis ALIOT, Député, Conseiller Municipal
Le quotidien local dans un article du 28 juin se fait l’écho d’une étude du spécialiste de l’immobilier SeLoger.com dans laquelle Perpignan connaît en 2017 la baisse la plus importante de prix de l’immobilier sur un palmarès de 34 villes de plus de 100.000 habitants. Ce « thermomètre » met en évidence le manque d’attractivité de Perpignan que l’on constate déjà depuis un certain temps, tant pour les particuliers que pour les commerces et les entreprises.
Comment ne pas y voir la marque d’une politique municipale qui depuis près de 30 ans organise la mort du commerce en centre-ville, une municipalité impuissante à lutter contre une insécurité grandissante, une municipalité responsable d’une politique de stationnement ubuesque et enfin une municipalité qui sciemment maintien des quartiers dans la paupérisation et le communautarisme. Comment ne pas s’interroger sur l’avenir d’une ville sans vision, sans politique volontariste et sans ambition pour ses habitants.

PERPIGNAN ET COMMUNAUTÉ URBAINE : « APRÈS L’AUGMENTATION DES ÉLUS, VOILÀ LA PRIME DES COLLABORATEURS ! »

Communiqué du groupe Perpignan Ensemble avec Louis ALIOT
Lundi 26 juin, la Grande Majorité de droite, du centre et de gauche (LR, LREM, PS et PC) a voté la création d’une prime aux plus hauts salaires de l’Agglomération. C’est ainsi que le Directeur de Cabinet du Président de l’Agglomération (Michel Sitja NDLR*) va se voir gratifier d’une prime spéciale et permanente.
Dans la plus grande opacité, le Président J.Marc Pujol (Maire de Perpignan) et son Vice-Président Bernard Dupont (Maire de Canet) ont refusé d’en donner le montant, ni même le coût financier sur le budget. Seul le groupe présidé par Louis Aliot s’est opposé à cette prime, malgré les invectives et les attaques les plus politiciennes.
Au moment où la Cour des Comptes indique un taux d’endettement en hausse et ayant dépassé largement le demi-milliard d’€uros de dette ; un taux d’imposition des entreprises amplement au-dessus de la moyenne nationale ; une hausse des frais de fonctionnement telle que pour la première fois ils dépassent les investissements dans les communes ; quand la pauvreté gagne de plus en plus de terrain dans nos villes et villages, que les commerces souffrent et que l’insécurité s’implante ; il n’est pas temps d’accorder des gratifications aux hauts salaires.
Après avoir augmenté certains de ces élus à la Mairie, Monsieur Pujol augmente son collaborateur le plus porche par le paiement d’une prime. Ils agissent-là dans un déni de réalité.Cela doit être cela, la nouvelle politique de la grande majorité LR – LREM – PS – PC !
* Une calamité municipale ! (NDLR)

PERPIGNAN : OUI !, LA CULTURE DOIT IRRIGUER LA VILLE…

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM 
Au même titre que le sport et l’éducation, parmi les compétences qui peuvent incomber à une collectivité, la culture doit être une priorité car elle nous permettra de réinventer notre ville.
Régulièrement, je fais état des avancées des grands projets de l’équipe municipale concernant, entre autres, le retour d’une partie de l’université en centre-ville, l’embellissement de notre patrimoine urbain, l’accessibilité de notre cœur historique au plus grand nombre, l’enracinement de Perpignan comme une grande destination touristique à l’année… sans oublier bien sûr le nouveau Musée d’art Hyacinthe Rigaud, dont l’ouverture a eu lieu la semaine dernière en présence de très nombreuses personnalités, locales, régionales, transfrontalières, venues de Toulouse, Montpellier, ainsi que de Gérone et Barcelone. Le lendemain de l’inauguration, les perpignanais ont afflué en quantité et en qualité dans « LEUR » nouveau musée. Depuis, le soufflet n’est pas retombé.
Chaque jour, c’est en moyenne un demi-millier de visiteurs qui défilent au milieu des œuvres permanentes, attirés par la beauté des lieux, certes, également par l’originalité de l’exposition temporaire consacrée à l’itinéraire perpignanais du maître Pablo Picasso.
Avec mon équipe municipale, nous avons estimé que ce nouveau Musée d’art Hyacinthe Rigaud pouvait, pourrait, faire venir sur Perpignan, bon an mal an, entre 60 000 et 90 000 nouveaux visiteurs. Les premiers chiffres sont très encourageants. Les médias nationaux ne s’y sont pas trompés ; chaque jour des journalistes demandent une accréditation pour avoir accès au musée. C’est nouveau cycle qui s’ouvre pour Perpignan. Une ville qui redonne une place de choix à la culture, à « SA » culture, à son Histoire, est une ville qui vit, c’est une ville qui se réinvente en fidélité avec ses valeurs, avec son identité.

POLITIQUE DÉPARTEMENTALE : « ALAIN GOT, CHAMPION DU CHANGEMENT INSTANTANÉ DE CONVICTIONS » LA FRANCE A LA DROITE LA PLUS BÊTE DU MONDE ?

Fernand Siré, ancien Député de la 2ème circonscription des P.-O. et ancien Maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque répond à J.Paul Alduy 

(Lire « LA FRANCE A LA DROITE LA PLUS BÊTE DU MONDE… ICI C’EST PIRE ! » : http://www.directsud.eu/?p=36797)

La bise du Député LR Fernand Siré à Marine Le Pen

La bise du Député LR Fernand Siré à Marine Le Pen

Le 28 juin, Monsieur Jean-Paul ALDUY, soutien de la candidate « En Marche », Madame ESPERT, me pointait du doigt comme le responsable de sa défaite sur la deuxième circonscription des Pyrénées-Orientales. De quel droit Monsieur ALDUY se présente-t-il en donneur de leçons ? A-t-il perdu sa lucidité sur la situation politique ? 
En effet, si l’on se penche de plus près sur les résultats de cette circonscription, il conviendra de s’interroger sur les choix et soutiens dont disposaient Madame ESPERT. Celle-ci s’était entourée des « mercenaires » de la droite, ceux qui ne défendent pas nos valeurs républicaines, qui changent de parti au gré du vent et qui font passer leurs intérêts personnels et leur besoin de vengeance avant l’intérêt général.
28/09/2010: M. Fernand SiréElle a également commis de lourdes erreurs, comme celle de ne pas m’avoir contacté, suite au premier tour, d’avoir laissé monsieur GOT distribuer un tract calomnieux à mon égard, d’avoir remis en cause mon action lors du débat d’entre deux tours, alors que je n’étais plus en course, et surtout de ne pas avoir su convaincre les électeurs républicains. Les électeurs n’apprécient guère ceux qui virent de bord pour servir leurs intérêts personnels :
Madame ESPERT, en premier lieu, qui avait critiqué Monsieur Emmanuel MACRON ouvertement lors des élections présidentielles et s’est présentée sous son étiquette lors des élections législatives.
Monsieur Alain GOT, ensuite, Maire de Saint Laurent de la Salanque, champion sur le changement instantané de convictions qui, après avoir été socialiste en 2012, UDI en 2014, UMP – UDI en 2015, après avoir soutenu Alain JUPPÉ à la primaire de la droite, puis Michel ROIG aux législatives avant de se reporter sur Emmanuel MACRON et Madame ESPERT. 
Les électeurs ne se sont pas laissés tromper et ont manifesté leur désapprobation quant à ce côté girouette. 
Il convient d’ailleurs de constater que Monsieur ALIOT a gagné de 450 voix et que l’écart des voix entre les deux candidats sur la commune de Saint Laurent de la Salanque est de 420. Madame ESPERT aurait-elle perdu cette élection à cause de Monsieur GOT ? Il y a de quoi se poser la question.
Ne doit-on pas y voir un signal de désaveu pour le Maire Alain GOT ? Ne doit-on pas y voir une exaspération des électeurs face aux convictions aléatoires et aux promesses non tenues ? 
Alors Monsieur ALDUY « on voit la paille qu’il y a dans l’œil de son voisin mais on ne voit pas la poutre qu’on a dans le sien ». Il serait bon de faire le ménage dans son propre mouvement avant d’incriminer les autres… mais c’est tellement plus simple de critiquer que de se remettre en question.

POLITIQUE DÉPARTEMENTALE : LA FRANCE A LA DROITE LA PLUS BÊTE DU MONDE… ICI C’EST PIRE !

Par J.Paul Alduy, ancien sénateur, ancien Maire de Perpignan et ancien Président de PMCA 
Lorsque la droite française a fait son OPA sémantique sur le mot « Républicain » on pouvait penser qu’il s’agissait d’affirmer le socle des valeurs que cette droite entendait défendre notamment face au Front National, un FN qui de son côté s’appropriait le mot « patriotisme », du moins le patriotisme qui construit des barrières et stigmatise à outrance l’immigré, cause à l’entendre de tous les problèmes économiques, sécuritaire, culturel, social des Français, les vrais… 
Mais voilà que « Les Républicains », accrochés à François Fillon jusqu’au naufrage, ont, dès le soir du premier tour de la Présidentielle, jeté aux oubliettes leurs convictions républicaines en refusant de faire front face à Marine Le Pen (Mélenchon a fait de même…).
L’argument ? Les Français ne supporteraient plus les consignes de vote des responsables politiques, ils n’auraient que faire des humanistes donneurs de leçons… Et depuis ce soir-là, la banalisation du Front National, déjà enclenchée par quelques leaders de la droite extrême, a fait son chemin et c’est même… banalisée ! Elle est devenue ici la ligne de conduite, non avouée certes, de la droite locale.
C’est ainsi qu’au soir du premier tour des législatives il n’y a eu aucun appel (à quelques rares exceptions) à faire barrage au FN ; c’est ainsi que dans la Salanque le député sortant éliminé lourdement au premier tour, 13% des voix, élu en 2012 grâce au retrait du candidat FN, a renvoyé l’ascenseur : Louis Aliot qui avait moins de 800 voix d’avance au premier tour, a été élu malgré une abstention encore plus forte (54,4% contre 50,8 % au 1er tour)… Merci Fernand Siré ! Merci la droite dite républicaine qui a fait le choix de favoriser l’élection du compagnon de Marine Le Pen, ancien et futur candidat du FN à Perpignan.
La droite roussillonnaise a conforté celui qui demain l’éliminera !
La droite roussillonnaise aux convictions floues et dont l’intelligence politique est à éclipses multiples vient de signer sans le savoir sa disparition à terme du champ politique catalan.
Sur ces ruines, j’en suis sûr, une nouvelle génération se lèvera et les trois nouveaux Députés « En Marche » élus le 18 juin seront les artisans de ce renouveau.
« Oui, nous sommes nombreux au centre, à droite ou à gauche, quels que soient notre âge, notre métier, notre culture à vouloir faire bouger notre terre catalane et à travailler ensemble sur un même projet pour un nouveau Perpignan, un nouveau Roussillon, pour demain. Organisons-nous sur le terrain pour redonner aux femmes et aux hommes de ce pays le courage de se mobiliser sur les projets qui fondent l’avenir. Ainsi dans le dialogue retrouvé nous construirons une autre idée de la politique ! ».
J’écrivais cela en mars 1993… dans une élection législative où je fus éliminé au 1er tour..
0102

LÉGISLATIVES : DEUX RECOURS DÉPOSÉS PAR DOMINIQUE GUÉRIN (LFI)

Dominique Guérin, candidate de La France Insoumise aux élections législatives, remercie les 5 112 citoyens de la 4ème circonscription d’avoir voté le 11 juin dernier pour le programme « L’Avenir en Commun ».
Ces résultats n’ont pas permis d’être au second tour, mais ils témoignent d’un renouveau dans le paysage politique.
Dominique Guérin a engagé deux recours auprès du Conseil constitutionnel, l’un demandant l’annulation du résultat du 1er tour des élections législatives pour irrégularités des opérations électorales en ce qui concerne le matériel de propagande envoyé au domicile (délai, incomplétude, absence), et l’autre demandant l’annulation des résultats à Palau del Vidre pour irrégularités constatées par une citoyenne lors du vote.

POLITIQUE : LE PG66 CONTRE L’AGGRAVATION DES URGENCES SOCIALE ET DÉMOCRATIQUE

LOGO L'AVENIR EN COMMUNPar Francis Daspe, Co-Secrétaire départemental du Parti de Gauche 
Le Parti de Gauche 66 appelle à se joindre au rassemblement lundi 19 juin à 18 heures place de la Victoire à Perpignan contre le projet de déréglementation généralisée du gouvernement à l’appel de l’intersyndicale CGT / FSU / Solidaires.
Le Président de la République Emmanuel Macron et son gouvernement s’apprêtent à accélérer le démantèlement du droit du travail et de l’ensemble de la protection sociale, ceci après la loi El Khomri. Ils envisagent de surcroît de faire passer les textes en force par la procédure des ordonnances.
Il n’existe pas de majorité d’adhésion à ce projet au sein de la population française. Ce projet destructeur ne répond pas aux enjeux des urgences sociales et démocratiques qui se posent au pays. Il contribuera au contraire à les aggraver significativement, en augmentant la précarité et en accroissant le déficit démocratique.
Les propositions portées par Jean-Luc Mélenchon et les candidats de La France Insoumise aux législatives dans le programme « L’avenir en commun » sont de nature à y faire face avec efficacité.

PERPIGNAN : SILENCE ON TOURNE !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Depuis quelques mois, et sous l’impulsion entre autre de l’équipe municipale qui souhaite faire de Perpignan une vraie destination touristique et « d’affaires », des metteurs-en-scène viennent planter leurs caméras dans notre ville, conscients des atouts formidables que celle-ci peut offrir dans le cadre de son histoire, de son patrimoine architectural, de son identité culturelle bien sûr, sans oublier le quotidien de ses habitants. 
Accueillante par nature, à cheval sur les Pyrénées et sur deux cultures, entre mer et montagne (je ne me lasserai jamais de le répéter ici ou ailleurs), Perpignan offre à sa population une qualité de vie exceptionnelle, une diversité riche des hommes et des femmes qui la font vivre. Si notre belle cité peut devenir cette destination prisée et courue que nous appelons tous de nos vœux, c’est parce que justement chacune et chacun peut y trouver – et l’apprécier ! – un cadre naturel préservé, avec une vie associative, culturelle et sportive très intense.
Quand je lis dans le journal L’Indépendant daté de ce mercredi 14 juin, l’interview consacrée à l’acteur et réalisateur Olivier Marchal, qui tourne en ce moment à Perpignan, je ne peux qu’être fier de « ma » ville. Ses mots, ses premières impressions sur Perpignan, ne peuvent qu’être un bel encouragement prometteur pour, justement, toutes celles et tous ceux qui s’activent, jour après jour, pour faire de notre cité une « destination unique », une destination en tout cas originale. Je pense là aux élus qui m’entourent, aux décideurs, aux professionnels du tourisme bien sûr parmi lesquels, cafetiers, hôteliers, restaurateurs, vignerons, galeristes, voyagistes, créateurs d’événementiels…
Ce sont eux qui font d’abord l’attractivité de Perpignan !

LÉGISLATIVES : FRANCE IS BACK !

Par Jean-Paul Aldy, ancien Sénateur-Maire de Perpignan et ancien Président de L’agglo.
Oui, la France est de retour ! Enfin un Président qui nous rend notre fierté d’appartenir à une nation dont la parole est forte et retrouve sa place dans le concert des nations.
C’est ainsi que quelques heures après la décision funeste du Président américain de se retirer de la COP 21 (les accords de Paris), le Président Macron s’adressait en anglais (après son intervention en français) à tous les peuples du monde pour qu’ils se mobilisent contre le réchauffement climatique et le repli nationaliste ; son appel « make our planet great again ! », prenant le contre pied du slogan nationaliste de Donald Trump (« make america great again ! ») inondait les médias sur tous les horizons !
Oui la France était de retour.
Et cette confiance retrouvée il nous faut la conforter en donnant à notre nouveau Président une large majorité à l’Assemblée Nationale.
Une majorité large mais diverse, large mais cohérente parce que chaque candidat s’est engagé sur un programme et un calendrier très précis (notamment sur les 18 premiers mois décisifs) pour le débat, le vote et la mise en œuvre des réformes annoncées pendant la campagne présidentielle.
Les pratiques, les usages, les visages vont changer et la composition du nouveau gouvernement en est déjà l’illustration.
Les quatre candidats de « La République en marche » dans les Pyrénées Orientales sont à l’image de la majorité nouvelle qui devrait sortir des urnes du 18 juin prochain : deux femmes et deux hommes jeunes, moyenne d’âge 44 ans. 2 sur 4 n’ont jamais eu de mandat électif, elles, ils ont des métiers et n’ont pas besoin de la politique pour assurer leurs fins de mois…
Surtout, ils sont complémentaires et l’on peut facilement imaginer que pour défendre notre département il vont pouvoir, pour être plus efficaces, se concentrer chacun sur leurs domaines de compétences, Romain Grau sur l’économie (y compris la viticulture), Laurence Gayte sur l’éducation et l’environnement, Sébastien Cazenove sur les collectivités territoriales et l’aménagement du territoire (et le rugby !), Christine Espert sur la santé et le social.
Une belle équipe pour tirer vers le haut notre belle terre catalane !
Oui la France est de retour sur la scène internationale ; 
Oui la future majorité pourra conduire les réformes trop longtemps différées Oui en élisant les quatre candidats de « La République En Marche » notre département pourra sortir de son immobilisme actuel ; 
Oui le paysage politique national et local va enfin changer d’usages et de visages et s’engager sur les chemins d’un développement durable.
Enfin !
Christine Espert
Christine Espert
Sébastien Cazenove
Sébastien Cazenove
Laurence Gayte
Laurence Gayte
Romain Grau
Romain Grau

LÉGISLATIVES – LA PRÉSIDENTE D’ILE-DE-FRANCE À PERPIGNAN POUR SOUTENIR LES QUATRE CANDIDATS LR : « LA VRAIE OPPOSITION CE DOIT ÊTRE NOUS » !

01Sa réputation n’est plus à faire, Valérie Pécresse a du caractère, mais cela ne date pas d’hier, c’est également une femme politique qui n’économise jamais son temps pour soutenir partout en France les candidats de son parti. Mercredi à Perpignan, l’ancienne Ministre espère bien donner « le » coup de pouce à Danielle Pagès, Jacqueline Irlès, Fernand Siré ou Daniel Mach qui ont tous quatre fort à faire pour remporter le siège à l’Assemblée Nationale qu’ils convoitent, dans une période électorale particulièrement incertaine, quelle que soit la circonscription.
« Le Paradis »…
« C’est le paradis ici, on a envie d’y rester » s’exclame Valérie Pécresse déjà une habituée du département avec plusieurs visites, dont une remonte au temps de Feue Arlette Franco qui l’avait prise sous son aile alors qu’elle était toute jeune Députée. « J’ai ici des a mis très chers avec qui j’ai partagé des combats à l’Assemblée Nationale, Daniel Mach, Jacqueline Irlès et un peu après Fernand Siré », tout en se félicitant de la candidature de Danièle Pagès, « il faut qu’on continue la féminisation » plaide-t-elle.
02Immigration, terrorisme : des réponses fermes
Sur un plan plus politique, l’élue du « grand Nord », au delà de Béziers donc…, espère de nombreux « élus de conviction qui portent un projet qui nous semble être le meilleur pour la France, qui va réformer profondément le pays et lutter vraiment contre le chômage, en baissant les charges des entreprises, la bureaucratie », insistant sur la nécessaire baisse d’impôts sans augmentation de la CSG contrairement à ce que veut faire le gouvernement, mais aussi sur la sécurité, l’immigration, le communautarisme, le terrorisme qui « n’est pas un projet angélique et qui apporte des vraies réponses, des réponses fermes qui rétablissent l’autorité de l’État ».
« Un 1er Ministre de droite, nos idées sont bonnes pour la France »
Elle regrette de ne pas comprendre « la cohérence de tous ces candidats souvent sans expérience l’élu local avec des parcours tellement sinueux qu’on est incapable de savoir quelles lois ils voteront le jour venu ». Visé en premier lieu « La République En Marche » mais aussi, pour ne prendre que les mouvements les plus crédibles les candidats de « La France Insoumise », qui par nature sont des débutants. Et de se féliciter que le Président Macron ait choisi un 1er Ministre de droite, « ça prouve bien que nos idées sont bonnes pour la France, il l’a reconnu lui-même. Donnons-lui un très large nombre de Députés de la droite et du Centre pour guider la ligne politique du gouvernement. Une lutte contre le chômage, contre l’assistanat, il n’y a rien de tout ça dans le programme du Président de la République, pas plus que de réforme des retraites, alors qu’on sait bien que si on veut les garantir il faut régulièrement faire des réformes ».
03« Il faut faire le pari de la droite et du centre »
Même absence de réponse concernant les touristes djihadistes, « pas de mesures, qu’est-ce qu’on en fait quand ils reviennent, sur le communautarisme qui monte partout ? En Ile-de-France on a interdit de verser des subventions aux clubs sportifs qui sont gangrenés par l’islamisme radical ». Un groupe de la droite et du centre qui réaffirme un certain nombre de solutions est selon elle nécessaire « contre les problèmes qui minent la France ». « La vraie opposition ce doit être nous, on ne doit pas laisser « En Marche » en tête à tête avec les extrêmes » qui auront selon elle beaucoup de mal à faire élire leurs candidats.
« Moins on a fait de choses mieux c’est… »
Valérie Précresse en est convaincue, « il n’y a rien de plus précieux que l’expérience et la compétence d’un élu local à l’Assemblée », une pierre dans le jardin du « Maître des horloges » et de ses candidats, certes en marche mais pour la plupart novices en politique, il faudra faire avec une majorité de « puceaux politique » pour déterminer les grandes orientations Nationales. « Un élu local c’est quelqu’un qui connaît tous les problèmes de la vraie vie, de la crèche à la maison de retraite, il n’y a rien de mieux pour voter les lois ou les modifier » ajoute-t-elle.
04« Les Français sont intéressés par les solutions concrètes »
Quant au Front National, selon l’ancienne Ministre « il dénonce les problèmes avec réalisme mais il n’apporte pas beaucoup de solutions, ça s’est vu lors du débat avec Emmanuel Macron ». Un débat en effet désastreux à tous égards qui a découragé bon nombre d’électeurs d’origine RPR et qui ne se reconnaissent pas dans l’arrogance, les insultes et l’incompétence de bon nombre de candidats. Quant aux militants « intellectuels-philosophes » sur Internet, n’en parlons pas ! 5 mots de vocabulaire, 5 insultes, 5 fautes d’orthographe… « En revanche la droite s’est toujours revendiquée comme le parti des solutions concrètes : majorité pénale à 16 ans, déchéance de nationalité pour les djihadistes… ».
La Clause Molière est appliquée en IDF
Autre point d’importance évoqué par la Présidente de la Région Ile-de-France, l’ajout par un vote dans tous les appels d’offres de la clause dite Molière, particulièrement dans le BTP, qui impose de parler et surtout comprendre le français pour être embauché, et d’imposer des interprètes dans le cas contraire. Un bon moyen pour lutter contre les travailleurs détachés et privilégier les emplois des français, dont les entreprises doivent payer les charges sur le territoire National. « Il faut éviter de faire du dumping social et d’aller chercher des travailleurs détachés à l’autre bout de l’Europe ou au Moyen-Orient » s’explique-t-elle. Une clause qui a fait l’objet d’un courrier du Préfet qui indique que « dans la clause il n’y a pas d’illégalité » tout en la mettant « solennellement en garde contre les risques d’inégalités, mais il n’y a pas matière à contentieux ». « Donc la clause est dans les marchés, rédigée pour protéger les salariés » se défend-elle. « Une clause qui existe déjà pour les professions libérales », précise le Dr Fernand Siré, candidat LR sur la 2ème circonscription.
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
https://www.twitter.com/DirectSudActu/
05060708COUV

LÉGISLATIVES 2017 – AU SECOURS, LE VIEUX MONDE POLITIQUE DES P.-O. CHERCHE À SE SURVIVRE !

Logo France insoumisePar Francis Daspe, « La France Insoumise » et co-secrétaire départemental du Parti de   Gauche
La manière dont L’Indépendant a présenté pour les législatives les 4 circonscriptions des Pyrénées-Orientales témoigne de la tentative de la persistance du « vieux monde » politique local. Les médias peuvent parfois orienter l’opinion : au niveau national, ils ne s’en sont pas privés pour la présidentielle. Dans le cas présent, il ne s’agit pas de cela.
Le quotidien local s’est plutôt contenter d’offrir un décalque des illusions du monde politique des Pyrénées-Orientales. Il a simplement répercuté l’image que le microcosme politique local a de lui-même et veut donner à voir avec une énergie qu’il ne met hélas pas au service de la résolution des difficultés rencontrées par le territoire. Car ce n’est pas la personne ou la compétence des journalistes qui est ici en cause. Mais bien celle ce vieux monde politique local qui cherche avant tout à assurer sa survie. Il a pourtant subi des avanies au niveau national lors de la présidentielle. Ceci ne le dissuade pas de croire que tout continuer comme avant, ne voyant pas venir la rupture majeure en cours.
Pour la 1ère circonscription, il n’a été question quasiment que des trahisons entre anciens amis, Daniel Mach, Romain Grau, Jean Codognès. On a même abondamment parlé d’un autre qui n’est plus candidat, s’étant noyé en tentant de franchir son Rucicon, Jacques Cresta. La tambouille politicienne et les zigzags jusqu’à l’écœurement !
Pour la 2ème circonscription, on eut droit à un autre classique du vieux monde politique : la survalorisation du FN agité en épouvantail de confort qui sert d’idiot utile au système. Avec en prime des injonctions plus ou moins subliminales au prétendu vote utile ou à d’improbables fronts républicains qui bénéficient à des pyromanes se voulant à l’occasion pompiers.
Pour la 3ème circonscription, une membre de l’ancien gouvernement dont le candidat à la présidentielle qu’elle soutenait a fait à peine 5% se trouve néanmoins en position centrale. C’est qu’il faut sauver la soldate Ségolène Neuville ! Une place démesurée est pareillement offerte à une ancienne sous-préfète qui compte pour très peu dans le jeu politique : quel meilleur exemple que l’entre soi des petites oligarchies conniventes ?
Pour la 4ème circonscription, il s’agit de petites rentes dérisoires. Celle traditionnellement attribuée dans ce secteur au parti socialiste qui est menacée et sur laquelle lorgne Alexandre Reynal. Celle que veut récupérer la droite revancharde avec Jacqueline Irlès. Celle que voudrait se constituer le macroniste Sébastien Cazenove dont la prétendue nouveauté ne doit pas faire oublier le soutien des forces anciennes. Celle que convoite le candidat communiste Nicolas Garcia.
Pendant ce temps, les candidats de La France Insoumise, bénéficiant du soutien exclusif de Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en seconde position dans le département, mais aussi dans chacune des circonscriptions, se voient réduits à la portion congrue. Une seule candidate est nommément citée : Catherine David dans la 2ème circonscription pour douter de sa capacité à rassembler.
Dans la 1ère circonscription, la France Insoumise est évoquée (sans mentionner le nom d’Alain Mih) seulement en termes de divisions. Il en va de même dans la 3ème circonscription où le candidat Philippe Assens sans être cité se voit cependant reconnaître un rôle à jouer en raison de son ancrage territorial et de sa campagne active. Le sommet concerne la 4ème circonscription : ni la candidate Dominique Guérin ni La France Insoumise ne sont évoquées, ni directement ni indirectement, pas même de façon subliminale !
La seule alternative à ce vieux monde politique est bien la France Insoumise. Les élections doivent être une étape décisive dans son dépassement et son remplacement. Le signal en a été donné par le score de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Dans les P.-O., il a obtenu plus que la droite, plus que Macron, trois fois plus que le PS. Ce sont ces réalités que l’on voudrait occulter car elles dérangent l’entre soi. On accorde une place démesurée à « celle et ceux » dont le passé devrait constituer un passif rédhibitoire… Encore heureux que d’autres spécimens de ce monde si particulier n’aient pas été candidats, sans quoi ils auraient occupé un espace sans commune mesure avec leur poids réel. Je ne les citerai pas, ce serait une publicité inespérée ! Ils et elles se reconnaîtront aisément…
LOGO L'AVENIR EN COMMUN

LÉGISLATIVES 2017 – EAS : LA QUESTION DU DROIT DU TRAVAIL ET DE LA DÉMOCRATIE POSÉE

Par Alain Mih, candidat de « La France Insoumise » dans la 1ère circonscription
LOGO L'AVENIR EN COMMUN
Je fais pleinement confiance à la justice pour mener en toute sérénité l’enquête lancée contre les dirigeants d’EAS dont le candidat Romain Grau. Il n’est pas question pour moi d’entrer dans la récupération et l’instrumentalisation politiciennes.
Je préfère poser les questions politiques de fond. Celle du droit du travail est ici centrale. Plus que jamais, les salariés ont besoin d’un code du travail protecteur face aux dérives managériales grandissantes. Après la loi El Khomri, avant une nouvelle loi travail promise par le président Macron qui sera dévastatrice pour les protections collectives, il y a urgence à envoyer à l’Assemblée nationale des députés qui ne tergiverseront pas et resteront fidèles à leurs convictions. La France Insoumise sera un contre-pouvoir fort et indispensable aux citoyennes et citoyens de notre pays ainsi qu’une flamme pour une autre Europe.
Dans la 1ère circonscription où les candidats adeptes des zigzags, des reniements et des compromissions sont foison, l’élection d’un candidat France Insoumise constitue une garantie. L’approfondissement de la démocratie sociale dans l’entreprise (avec droit de veto ou droit de reprise pour les salariés) ne peut se faire que dans le cadre d’une 6ème République.

LÉGISLATIVES 2ème CIRCONSCRIPTION : ALAIN GOT APPORTE SON SOUTIEN À CHRISTINE ESPERT

Le Maire de Saint-Laurent de la Salanque : j’apporte mon soutien plein et entier à Christine Espert !
Artisan de la co-construction, j’ai été séduit par le discours d’Emmanuel Macron qui sort des clivages habituels, par sa vision des choses et son pragmatisme. Beaucoup de sensibilités différentes s’y retrouvent avec la même volonté de faire bouger les lignes. Dès le mois de février, j’ai accordé au candidat Macron mon parrainage de maire. Je reste dans ma logique et je pense qu’il faut faire en sorte que le Président de la République ait une majorité pour engager les réformes. 
Notre territoire a maintenant, plus que jamais, besoin d’être représenté à l’Assemblée nationale par un député qui incarne la dynamique nationale de modernisation. La candidature de Christine Espert (La République En Marche) s’inscrit dans un mouvement de rassemblement autour du projet présidentiel et j’y vois la promesse d’un esprit d’ouverture et d’un renouveau des pratiques politiques.
Christine Espert est une femme jeune, issue de la société civile, au discours novateur. Elle a le profil d’une députée de proximité, attentive, fédératrice. Elle saura être notre ambassadrice et faire entendre la voix de notre 2ème circonscription depuis trop longtemps négligée.
Comme moi, faites confiance à Christine Espert et donnons à notre circonscription une députée de la majorité présidentielle !

LÉGISLATIVES 2ème CIRCONSCRIPTION – LE PETIT MOT DU SUPPLÉANT : « UN COUP À DROITE, UN COUP À GAUCHE, UN COUP AU CENTRE »

AUTRE ARTICLE :
« POUR AVOIR UNE SUBVENTION, IL FAUT DÉJÀ QU’ON LA DEMANDE ! »

LE BILAN D’ACTION
LE PROJET
« J’ai toujours du mal à suivre et à donner ma confiance à des gens qui font des promesses et qui changent tous les six mois, il ne faut pas aller bien loin pour en trouver ici »…
À 32 ans, François Lietta n’est « que » le suppléant de Fernand Siré, mais déjà il n’a pas sa langue dans sa poche et n’hésite pas à « titiller » l’actuel 1er Magistrat sur ses terres, lui qui a clairement pris position pour « La République En Marche » et sa candidate Christine Espert. À n’en pas douter, la flèche empoisonnée était bien pour lui…
FL« Il faut rester droits »
Le Président de « Les Républicains » est intervenu en fin de réunion publique à St Laurent comme il le fait à chacune d’entre-elles, « Cela fait sept ans qu’on se suit, suivre Fernand Siré c’est suivre un homme de convictions » précise-t-il. Quant à son parti, l’impétrant se fait plus précis en rappelant sa fidélité, « quels que soient les problèmes que traverse notre famille politique, je crois qu’il faut rester droits, c’est dans les tempêtes qu’on voit « celles et ceux » (selon une expression macronienne récurrente et un peu pénible – NDR) qui s’accrochent. Avec Fernand on ne fait pas de la politique pour être élus à tout prix, on le fait pour défendre des valeurs et des convictions » affirme-t-il. Chacun s’accorde à penser que c’est effectivement vrai pour Fernand Siré. « Quand quelqu’un reste stable dans ses convictions et les assume jusqu’au bout, on sait où on va. Quand on varie tout le temps, c’est forcément au bout du chemin la déception, on le voit pas très loin d’ici ». Un ange passe au-dessus de la tête d’Alain Got 
Une envie de transmettre
Selon François Lietta, c’est par envie de transmettre le flambeau qu’il a été choisi par Fernand Siré, « Je continue à suivre Fernand, j’ai 32 ans il en a un peu plus, il a cette envie d’accompagner les jeunes générations », ce qui, il faut bien le dire, est rare dans un département où certains caciques s’accrochent à leur mandat comme un moule à son rocher, pour certains projetant de se représenter aux prochaines Municipales pour un 3ème mandat à plus de 70 ans, tout en vantant les vertus de la transmission aux jeunes générations… Au hasard, des jeunes pour dynamiser cette station du sud de Sainte-Marie ne ferait pas de mal et apporter quelques idées autres que celles du prédécesseur ! 
Un temps pour se rassembler
Fernand Siré « est un homme qui a compris une chose c’est qu’il y a un temps pour les élections et un temps pour se rassembler, on peut avoir un projet différent mais quand les élections sont passées il faut travailler ensemble », affirme celui qui ne manque pas de signaler la présence dans la salle de gens venus d’autres partis, sans la nommer Irina Kortanek, candidate FN aux dernières Législatives, fâchée avec Louis Aliot et toute l’équipe du Front National depuis, et à cause, de sa non-investiture aux Régionales de 2015.
« Il faut qu’on travaille ensemble »
Visés également les deux dinosaures de la politique départementale que furent Christian Bourquin et J.Paul Alduy, ennemis de toujours sans se soucier de l’intérêt général, « un bus ne passe pas parce que vous êtes dans l’Agglo., ailleurs l’autre passe parce que c’est le Conseil Départemental, c’est incohérent c’est aberrant. Il faut qu’une fois les élections passées on travaille ensemble ». Pour ce qui est de la différence d’âge dans le « couple », « Je ne crois pas à la guerre générationnelle, il faut que toutes les générations soient représentées en politique, il faut qu’on soit complémentaires, avec Fernand, lui est un aîné et moi un bébé » conclut François Lietta.
Le jeune loup aux dents longues apparaît comme sympathique et à l’aise en public, des qualités déjà intégrées pour l’homme politique qu’il rêve d’être et c’est un bon début. Espérons juste qu’il n’en prendra que les qualités et pas les habituels défauts, en évitant de poignarder dans le dos ses adversaires mais avant tout autres choses ses amis et ceux qu’il côtoie au quotidien ! Et là ce n’est jamais gagné…
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
https://www.twitter.com/DirectSudActu/
ST CYP

LÉGISLATIVES 2ème CIRCONSCRIPTION : « POUR AVOIR UNE SUBVENTION, IL FAUT DÉJÀ QU’ON LA DEMANDE ! »

AUTRE ARTICLE :
« UN COUP À DROITE, UN COUP À GAUCHE, UN COUP AU CENTRE »

C’est dans son fief laurentin que Fernand Siré tenait meeting vendredi dernier devant une salle pleine (entre 80 et 100 personnes selon l’opposition ou les organisateurs…) constituant un record dans une tournée aux salles désertées quel que soit le candidat, un Député sortant qui sollicite la reconduction de son mandat et se présente comme de centre-droit en affirmant qu’il sera un élément modérateur, votant les lois de la majorité attendue d’Emmanuel Macron lorsqu’elles lui paraîtront aller dans le bon sens c’est-à-dire le sien, et les rejetant lorsqu’elles seront contraires à ses valeurs et ses orientations. « Il ne faut pas de blocage et arrêter cette guerre droite-gauche, modérer ne veut pas dire empêcher » déclare-t-il avec conviction.
FSLes agriculteurs en concurrence frontale avec l’Espagne
Après une brève présentation pour ceux qui ne connaîtraient pas le médecin qu’il fut pendant plus de quarante ans, le candidat LR dresse un tableau un peu sombre du département socialiste, avec un taux de chômage record avec 16% dont 30% de jeunes, des emplois à temps très partiels pour bon nombre, avec sur le territoire une moyenne des revenus faibles. Sans parler des agriculteurs en difficulté qui subissent de plein fouet la concurrence de l’Espagne, une concurrence qui se voulait libre et non faussée… Libre elle l’est mais non faussée c’est tout autre chose, dans cette Europe qui en porte toute la responsabilité. « Une France forte héritée du Général de Gaulle avec des valeurs Républicaines et humaniste pour tout le monde avec un système de santé qui est le meilleur du monde » espère le Député sortant. Mais c’était avant l’Union Européenne…
Une dette abyssale
Le bilan dressé de la France n’est guère meilleur, les 2200 Milliards d’€uros sont pointés du doigt, auxquels il convient d’ajouter la dette de l’État concernant l’impayé des charges patronales des fonctionnaires qui représente 1500 Milliards… « Il faut régler ce problème, nous allons transmettre cette dette à nos petit-enfants, ce n’est pas normal » déclare-t-il.
Le bilan de l’ancien Maire de Saint-Laurent est mis en avant
Le Député qui « préfère sa circonscription avant tout » dresse un état de son action, à la fois sur St Laurent lorsqu’il en était le Maire (la protection contre les inondations, le pôle médical, le nouveau stade, l’extension de la Gendarmerie, la caserne de pompiers cantonale installée sur la commune, le lotissement à la place de l’ancien stade), « j’ai aidé à construire cette ville, certaines choses ne sont pas faites, nous avions prévu une champignonnière, une piscine et un pôle commercial, un centre de thalasso pour faire de l’emploi, j’espère que ça se fera ». Même si c’est hors sujet c’est l’action qui définit un élu, et puis tacler implicitement son successeur Alain Got qui l’a battu en 2014, suite à une campagne disons… imparfaite, n’est certainement pas pour lui déplaire !
Salle arrièreUne vision d’avenir
Dans son action de Parlementaire qui affirme avoir « une vision d’avenir », Fernand Siré se félicite d’avoir été élu par le magazine « Capital » du 13 avril 2017 comme le Député ayant le plus travaillé dans le département par rapport aux trois autres, socialistes faut-il le rappeler. Et de citer les 6231 amendements de lois, 260 questions écrites au gouvernement, 510 propositions de lois, 9 à son nom dont celle concernant la moralisation de la vie publique « à la mode en ce moment » dit-il et portée par François Bayrou. Lire : LE BILAN D’ACTION.
Les Harkis n’ont selon lui pas été oubliés lors de cette mandature dont « une grande partie a été massacrée ainsi que beaucoup de rapatriés, on les a laissés mourir, on ne s’en est pas occupés », avec une demande s’alignement de leurs pensions sur celles des combattants d’Algérie, celles des français étant plus faibles que celles de ceux qui ne le sont pas. Mais ce n’est encore qu’une demande non aboutie…ST CYP« Fichiers S » : « S’ils ne sont pas français, on les renvoie chez eux ! »
Le projet du candidat (lire : LE PROJET ) fait la part belle à l’économie et à l’emploi, en particulier celui des jeunes qui dans ce domaine paient le prix fort, la formation, l’apprentissage étant une des pistes des plus sérieuses à son sens.
En remplacement du Palais de Justice jugé « minable » la nouvelle cité judiciaire un temps envisagée est évoquée, pointant sévèrement du doigt Christiane Taubira qui a annulé le projet pourtant voté et budgété, « maintenant on dit qu’on va le faire mais par qui ? On n’a plus d’argent ! ».
Sur les « Fichiers S », « s’ils ne sont pas français on les renvoie chez eux ! Et s’ils sont français, on a fermé les casernes : marche forcée, éducation civique et on leur apprendra ce que c’est que la vie ! Et tous ceux qui veulent revenir, on ne les accepte plus », propos qui suscite en une salve d’applaudissements, du bon sens qui plaira aux électeurs du Front National majoritaires sur la circonscription…
« Il faut limiter les immigrés sociaux »
L’immigration, terrain glissant dans le débat politique, dès qu’un candidat s’en empare il est qualifié de tous les noms d’oiseaux. Pourtant, Fernand Siré n’élude pas la question, « il faut mieux la réguler, après la guerre pour faire repartir le pays on a eu besoin d’Espagnols, d’Italiens, de Portugais, mais c’était des gens de même religion que nous, qui s’intégraient et ils venaient pour travailler, ils ne venaient pas pour profiter des prestations sociales. Ils apprenaient à leurs enfants à travailler, ils étaient plus sévères que nous qui souvent ont réussi, mais il faut limiter les immigrés sociaux comme aux États-Unis ou au Canada. Il faut augmenter la rigueur extra-communautaire ».
Les subventions aux communes, sujet qui fâche…
20.000 €uros pour sauver « Vivre ensemble en Salanque » et ses 100 salariés, 10.000 €uros à « l’ASSAD des Fenouillèdes » qui été menacée de faillite avec 30 salariés sans emplois. « La dotation parlementaire va être supprimée, je la donnais aux clubs sportifs ou aux associations humanitaires. Certains disent que je subventionne moins St Laurent que les autres communes, mais c’est moi qui ai subventionné toute l’église, le renforcement des berges de l’Aggly… Mais pour avoir une subvention, il faut déjà qu’on la demande, si une Commune ne la demande pas elle ne l’a pas ! Je donne une subvention à ceux qui la demandent ! ». Sans faire de mauvais esprit, il semble bien que ce message soit pour le Maire Alain Got… qui ne manquera pas de réagir !
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
https://www.twitter.com/DirectSudActu/
On remarque au 2ème rang Irina Kortanek, candidate aux dernières Législatives pour le compte du FN avec lequel elle est désormais fâchée. Elle soutient désormais Fernand Siré...
On remarque au 2ème rang Irina Kortanek, candidate aux dernières Législatives pour le compte du FN avec lequel elle est désormais fâchée. Elle soutient désormais Fernand Siré…

LÉGISLATIVES 1ère CIRCONSCRIPTION : LE MAIRE DE PERPIGNAN APPORTE SON SOUTIEN À DANIEL MACH

C’est sans la moindre ambiguïté que le Maire de Perpignan et Président de la Communauté Urbaine a apporté par un courrier daté du 29 mai (ci-dessous) son « soutien amical et sincère » à Daniel Mach, le Maire de Pollestres et Vice-Président de la même Communauté Urbaine.
Entre son 1er Adjoint à la mairie de Perpignan Romain Grau qui vise le même siège de député et son « camarade de jeux » à l’Agglo., le choix a été vite fait. En effet, tout comme lui, Daniel Mach est indéfectiblement « Les Républicains » tendance RPR, tandis que Romain Grau est actuellement membre de « La République En Marche », après avoir été successivement PS et UMP.
Quand on sait que Romain Grau est activement soutenu par J.Paul Alduy qui a longtemps occupé les mêmes fonctions à la Ville et à l’Agglo. et quand on connaît l’état des relations particulièrement dégradé entre l’ancien Maire et son ancien 1er Adjoint, il ne pouvait y avoir le moindre doute quant à l’adoubement.
Reste que cette scission au Conseil Municipal, aggravée par le fait que la suppléante de Romain Grau est également membre de la majorité de J.Marc Pujol, laissera probablement des traces. Encore qu’en politique on a déjà tout vu et « en même temps » (…) on en verra d’autres…
Soutien de JMP

LÉGISLATIVES 2017 : LES ÉTRANGES « PASSAGERS CLANDESTINS » DE LA 2ème CIRCONSCRIPTION

Logo France insoumise
Par Catherine DAVID, candidate de « La France Insoumise » dans la 2ème circonscription
Les candidats communistes de la 2° circonscription des Pyrénées-Orientales ont apposé sur le haut des panneaux d’affichage officiel la mention « Confirmez votre vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon ».
Nous dénonçons ce comportement de « passagers clandestins » visant à s’approprier l’élan d’un candidat à la présidentielle dont ils n’ont soutenu ni le programme « L’avenir en commun » ni la stratégie en récusant la charte de La France Insoumise.
Ce procédé vise à apporter la confusion : les seuls candidats bénéficiant pour les législatives du soutien exclusif de Jean-Luc Mélenchon et de La France Insoumise sont la titulaire Catherine DAVID et le suppléant Jean-Noël CLANET.
Par conséquent, l’unique moyen de confirmer et d’amplifier la dynamique du vote Jean-Luc Mélenchon est de voter les 11 et 18 juin 2017 pour Catherine DAVID et Jean-Noël CLANET, dont le bulletin de vote dispose des mentions France Insoumise et PHI, dont l’affiche officielle possède la photo et le nom de Jean-Luc Mélenchon.
LOGO L'AVENIR EN COMMUN

LÉGISLATIVES : INAUGURATION DE LA PERMANENCE DE ROMAIN GRAU « OUI MA CANDIDATURE DÉRANGE ! »

Romain Grau et Isabelle de Noell-Marchesan
Romain Grau et Isabelle de Noell-Marchesan
C’est par une bien légitime minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat de lundi à Manchester que Romain Grau, le candidat dissident LR(EP) et désormais LREM aux prochaines Législatives des 11 et 18 juin, ouvre cette réunion publique au Moulin À Vent devant sa nouvelle permanence place de la Sardane qu’il inaugurait à cette occasion, en ce lieu même où l’un de ses principaux candidats et ancien ami politique Daniel Mach tenait la sienne samedi dernier, devant un auditoire en nombre sensiblement identique. Un espace central qui inspire les impétrants…
On distingue J.Paul Alduy et Alain Got
On distingue J.Paul Alduy et Alain Got
J.Marc Pujol et J.Paul Alduy mis en cause par la Chambre Régionale des Comptes
On notait entre-autres la présence de plusieurs élus, dont le Maire de St Laurent-de-la Salanque Alain Got (UDI), mais aussi celle de l’ancien Sénateur-Maire et Président de l’Agglo. J.Paul Alduy chaleureusement remercié par le candidat, dont il peut être considéré comme le mentor et l’un de ses soutiens de la première heure, qui s’oppose désormais avec violence par voie d’articles sur leurs blogs respectifs à l’actuel occupant du trône J.Marc Pujol. Entre Alduy et Pujol c’est l’héritage, mais sans l’amour…
Un point commun, ils sont tous deux mis en cause par la Chambre Régionale des Comptes pour leur gestion, pointant dans le rapport confidentiel que nous nous sommes procurés « des erreurs comptables », « une information budgétaire perfectible », « une pression fiscale élevée », des « cotisations foncières des entreprises supérieures à la moyenne », un « poids de charges du personnel accru », « un taux d’endettement élevé », une « durée du temps de travail inférieure à la durée légale »… La Chambre Régionale des Comptes s’étonne également du nom de la Communauté Urbaine dite « Perpignan Méditerranée Métropole », « Cette dénomination un peut surprenante peut laisser penser que l’EPCI est juridiquement une Métropole ce qui n’est pas le cas »… n’en jetez plus !
Rappelons que l’actuel Vice-Président de l’Agglo. délégué aux finances est Bernard Dupont, le Maire de Canet, il a fort à faire s’il veut conserver sa réputation un peu auto-proclamée de gestionnaire sans reproches ! L’histoire jugera les actes, pas les intentions…
03« Ne plus faire perdre une minute à notre département sur la voie de la réussite »
Tandis que la suppléante du candidat Isabelle de NOELL-MARCHESAN déclare adhérer à « la volonté de gouverner en rassemblant » du Président Macron, « si souvent demandée par nos habitants qui ne supportent pas les éternels clivages gauche / droite insupportables qui nous entraînent vers la violence et les extrêmes », Romain Grau voit quant à lui « le début d’un cycle politique nouveau qui est marqué par le début d’un vrai changement ». « En finir avec un système vieux de 30 ans, son incapacité à répondre aux attentes en matière d’emploi, de sécurité, d’économie et de justice », telle est la feuille de route pour la circonscription et le pays, « en refusant le parti des extrêmes, le parti de la peur, de l’exclusion et de l’échec, ce vote nous engage à réussir », indique celui qui se définit comme « le candidat de l’optimisme et pas celui de la colère, de la désespérance ou de l’angoisse. Je suis le candidat des solutions, des opportunités pour notre territoire ». Sans oublier de rappeler ses liens avec le « Maître des horloges » élyséen, « Oui je connais le Président de la République, je le considère comme mon ami, j’ai toute confiance en lui et en son jugement pour mener la tâche immense qui nous attend ». 
04« Oui ma candidature dérange »
« Elle dérange tous ceux qui depuis mon investiture passent le plus clair de leur temps à se répandre dans la presse à mon propos sans jamais articuler la moindre proposition pour l’avenir, ce qui les intéresse c’est leur parti et leur petite personne » affirme-t-il sans attaque ad hominem mais que chacun devine. Une candidature qu’il estime « différente de toute la cohorte de ce vieux système qui a oublié d’écouter les difficultés de chacun d’entre-nous, sauf au moment des élections pour les instrumentaliser à leur profit. Tout ce petit monde, nous allons les déranger ». Et de citer Bompas, Cabestany, Canohès, Toulouges, mais aussi Perpignan et… Pollestres, fief de son principal concurrent Daniel Mach, « ils méritent cela ! » conclut-il la salve. 
« Nous avons un avenir brillant si nous nous donnons les moyens de notre ambition »
Quant aux priorités de Romain Grau, qui affirme-t-il sera un Député à plein temps, bien contraint il et vrai par la loi sur le non-cumul des mandats, « le chantier est immense, les problèmes plus nombreux que jamais, il est fini le temps du pantouflage politique dans lequel tous ceux que je dérange aujourd’hui se sont si confortablement installés depuis quelques années », quelques oreilles de caciques locaux doivent siffler, même si elles peuvent aussi ne pas se sentir visées. Deux sujets pour le territoire : l’emploi et la sécurité. Rien de bien nouveau sur les thématiques. Alléger les contraintes sur les lois du travail, réduire son coût avec une compétitivité qui en serait corrigée. La suppression de la taxe d’habitation est réaffirmée « permettant une augmentation du pouvoir d’achat ». « Je mettrai ma proximité avec le Président au service de notre circonscription » promet-il. Daniel Mach avait pourtant aussi celle de Nicolas Sarkozy, les choses ont-elles été changées ?
Le nouveau Tribunal : enfin ? Chiche !
La sécurité est au cœur des préoccupations du candidat Grau, « il faut retrouver le bon sens, la sagesse et la proximité » affirme-t-il sans vraiment s’attaquer aux causes de fond ni même les nommer, si ce n’est cette « police du quotidien » voulue par le Président Macron « pour retrouver la tranquilité publique« , un accroissement des effectifs de Police et Gendarmerie sur le territoire, avec un engagement formel, le Tribunal tant attendu, ce vieux serpent de mer, sorte enfin de terre…
Dans ce domaine comme dans tant d’autres, lorsqu’on pose clairement un problème, on a fait le premier pas pour le résoudre ! On n’y est pas encore tout à fait, mais prenons-en acte et acceptons-en l’augure…
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/

05

1ère circo

LÉGISLATIVES : « SOUTENIR LES CANDIDATS QUI ADHÈRENT AUX VALEURS DE LA DROITE ET DU CENTRE »

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM 
Les Français ont élu un nouveau président qui vient de nommer un 1er ministre issu du mouvement Les Républicains. Cette élection est à nulle autre pareille et dans la situation économique, sociale, politique dans laquelle se trouve la France, nous ne devons pas, nous ne pouvons plus rester sur des clivages d’un autre temps. Cette élection ouvre une nouvelle phase de la politique incontestablement nécessaire.
Le nouveau gouvernement devra tenir compte des angoisses exprimées par les français lors du premier tour de l’élection présidentielle. Il devra rapidement mettre en place les lois nécessaires pour combattre le chômage, assurer la sécurité des Français, reformer la sphère publique et baisser les charges sociales et les impôts.
J’ai pris acte de l’investiture du mouvement « La République En Marche » de mon 1er adjoint (Romain Grau – NDR). Je lui ai immédiatement demandé de me remettre ses délégations, ce qu’il a fait.
Je reste pour ma part fidèle à mes valeurs, à mes convictions et à la plateforme politique présentée par la droite et le centre. Je soutiens ainsi les candidats qui adhèrent aux valeurs de la droite et du centre.
C’est au vu des résultats de ces élections, des initiatives et premières décisions du président et de son gouvernement qu’il nous appartiendra de fixer notre engagement pour le quinquennat à venir.
Pendant cette période troublée, nous devons avant tout agir pour servir la France et les français.

PERPIGNAN : Y-A-T-IL UN PILOTE DANS L’AGGLO. ?

Par Louis Aliot, Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan, Député européen et Vice-Président du Front National 
Le rapport provisoire accablant de la Chambre Régionale des Comptes sur la situation de la Communauté Urbaine Métropole de Perpignan ! Et après, ils prétendent nous donner des leçons !
01Une fiabilité des comptes perfectible et erronée, un pilotage de l’institution inexistant ou irresponsable, une gestion des ressources humaines chaotique et illégale, des marchés publics, telles sont les premières conclusions du rapport qui obligent désormais son Président à répondre aux questions posées par le contrôleur public avant d’éventuelles poursuites judiciaires.
La Cour relève l’absence de stratégie et de cohésion financière avec un mépris total de respect par rapport aux dispositions légales et réglementaires en matière de présentation des comptes, ce qui a rendu très difficile et aléatoire le travail de la Cour (page 11). Celle-ci pointe des absences d’informations financières pourtant obligatoires qui ont des incidences sur la pleine information des élus et de l’assemblée délibérante, ce qui est gravissime (page 13). L’institution de contrôle pointe aussi les discordances dans les balances de comptes « altérant la fiabilité des informations des documents budgétaires » et encore la Cour n’a contrôlé que le seul budget principal, c’est à dire 44,5% du total des produits.
Une dette abyssale est aussi dénoncée avec des jeux d’écriture qui permettent de travestir la ruralité comptable, tout comme le matraquage fiscal des entreprises très supérieur à la moyenne nationale « sur un territoire par ailleurs fragile » (+8 points).
Des charges de personnels qui explosent passant de 27,3 millions d’€uros à 31,3 de 2011 à 2015 (page 24), des subventions de fonctionnement qui augmentent trop surtout pour l’agence de développement économique (!!) et pour le théâtre de l’Archipel (encore et toujours)…Depuis 2011 la collectivité a eu un recours massif à l’emprunt avec 96 millions d’€uros de nouveaux emprunts en 5 ans faisant de notre dette une des plus importantes de France avec en plus la présence d’emprunts toxiques problématiques : 841 €uros/habitant contre 378 €uros en moyenne nationale. « Ce niveau très élevé apparaît peu soutenable sur le long terme et obère les capacités d’investissements futurs de la collectivité » pointant même l’absence de stratégie claire d’investissements et d’emprunts. (page 30).
La Cour pointe aussi une gestion du personnel sur plusieurs plans illégale ainsi que de primes et des avancements douteux. Tout comme d’ailleurs le poids du secteur culturel sur l’ensemble du personnel : sur 827 agents, 20% sont affectés à la compétence culturelle (?!) alors que la moyenne nationale est de 7,1…
Enfin et situation aggravante, la Cour pointe du favoritisme dans l’attribution des marchés ou des arrangements totalement illégaux aux bénéfices de quelques-uns (page 49) tout comme des commissions d’appel d’offres jamais réunies sur certains dossiers (pages 52 et 53)…
Bref, une gestion hasardeuse, chaotique, d’un amateurisme et d’une incompétence criante avec en plus des éléments illégaux menacent et obèrent l’avenir de l’institution.
Après le rapport définitif qui suivra les inévitables explications que devront donner les responsables de notre collectivité, un débat devra avoir lieu. Car clairement l’opacité et le manque de rigueur dans la gestion doivent conduire à un débat interne. 
Cette affaire ne fait que commencer… Les responsables devront s’expliquer !

À noter que l’ancien Président de l’Agglo. est J.Paul Alduy et l’actuel Vice-Président délégué aux finances Bernard Dupont, Maire de Canet… (NDR)

LÉGISLATIVES : INAUGURATION DE LA PERMANENCE DE ROMAIN GRAU

Affichette Romain GrauDans le cadre des élections législatives des 11 et 18 juin, je représente l’élan politique incarné par la Président Emmanuel Macron. Je suis ainsi candidat sur la 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales (cantons de Perpignan 3, 4, 5 7, 9 et communes de Toulouges, Canohès et Pollestres).
L’inauguration de ma permanence de campagne, en présence de ma suppléante Isabelle de Noëll-Marchesan, se déroulera mardi 23 mai à 18h00 au 11, Place de la Sardane à Perpignan (quartier du Moulin à Vent).
Je convie chaleureusement la population de l’ensemble de la 1e circonscription à rejoindre ce rendez-vous, qui signifiera le lancement effectif de ma campagne, sous les couleurs de la formation présidentielle « En Marche ! »

Prises de position, presse, agenda : romain-grau.com
Vidéos & interviews : romain-grau.tv
E-mail : rg@romain-grau.com
Facebook : goo.gl/OaYgJl
Twitter : @RomainGrau
Instagram : romaingrau

LÉGISLATIVES : « UNE ÉLECTION NATIONALE, UNE STRATÉGIE DE RASSEMBLEMENT CITOYEN »

LOGO L'AVENIR EN COMMUN
Il est des partis politiques qui ont le sens de la communication et ceux qui ne l’ont pas, comme seuls savent l’être les leaders auto-proclamés… Et au-delà des idées auxquelles chacun peut adhérer ou non, force est de constater que le co-secrétaire départemental du Parti de Gauche Francis Daspe, qui est en outre l’un des principaux animateurs de « La France Insoumise« , excelle en ce domaine. Sans jamais faire preuve d’arrogance, loin de l’appareil parisien, toujours très présent sur le terrain et conscient que rien n’est gagné d’avance en dépit des plus de 20% de voix recueillies par son mouvement au 1er tour de la Présidentielle, c’est dans cet esprit qu’il a invité la presse à découvrir les quatre candidats et leurs suppléants, qui tenteront d’arracher un ou plusieurs poste(s) de Député(s) dans les Pyrénées-Orientales. Même si tous parmi ces nombreux concurrents ne sont pas des chevaux de course, loin s’en faut, la tâche sera quand même rude même s’il peut compter sur une équipe solide et diverse.« La vraie alternative ce n’est pas le Front National qui serait plus de pauvreté et de haine »
Francis Daspe
Francis Daspe
Francis Daspe insiste dans son introduction sur le caractère national de ces Législatives des 11 et 18 juin dans cette République qu’il nomme « une et indivisible », avec comme but de gagner une majorité Parlementaire et « faire en sorte qu’Emmanuel Macron ne puisse pas appliquer son programme », selon lui porteur « d’austérité, de régression sociale et de précarité ». Cette action s’inscrit selon lui dans les pas de « l’Avenir en commun », mouvement mené nationalement par J.Luc Mélenchon, qui répond aux « urgences démocratiques, sociales, écologiques, géopolitiques pour la paix, européennes pour sortir des traités et au partage des richesses » ainsi que l’institution de   cette 6ème République vivement appelée de ses vœux. Il est également rappelé que « La France Insoumise » est « un rassemblement très large qui a dépassé le cadre des cartels des partis » justifiant ainsi le « grand succès de la campagne Mélenchon », faisant par ailleurs observer que « les candidats illustrent parfaitement la diversité sociale du pays », et en insistant sur une double parité homme / femme entre titulaires et suppléants, mais également l’un issu d’un parti politique et le binôme non encarté, « C’est l’image de la France Insoumise que nous voulons donner ». À l’évidence un choix de candidats réfléchi et travaillé avec soin, pour lutter contre « la politique libérale mise en place par Nicolas Sarkozy et par François Hollande et qu’Emmanuel Macron va tenter de prolonger, nous sommes l’alternative à cette politique qui a causé tant de dégâts écologiques, démocratiques, sociaux, économiques et même géo-politiques. Nous souhaitons mettre en place une France bienveillante, juste, fraternelle et inclusive« .

Tous les candidats en détail en bas d’article

De gauche à droite : Alain Mih, Carole Gohier, Philippe Assens, Zoé Salmeron
De gauche à droite : Alain Mih, Carole Gohier, Philippe Assens, Zoé Salmeron
« On se partage le département, on fait à peu près ce qu’on veut ! »
Sur la 1ère circonscription, Alain Mih, ancien Pâtissier-glacier-confiseur dans la région de Metz et ancien enseignant en CFA, tient à rappeler que, totalement impliqué dans « La France Insoumise », « les appels du pied d’autres rassemblements sont tout à fait superflus », visé le Parti Communiste, le mouvement est selon lui une « force politique de rassemblement, la suite est de continuer à fédérer le peuple » et pas de rassembler autour de lui différents partis plus ou moins importants. « Le renouvellement, le vrai, c’est nous ! » dit-il en conclusion de son intervention, après avoir dénoncé « les petites baronnies locales ».
À droite Catherine David
À droite Catherine David
« Les élus bradent les terres agricoles »
Sur la 2ème circonscription, Catherine David est membre du Parti de Gauche depuis 2012 et milite à la Confédération Paysanne depuis sa jeunesse. Elle siège en outre à la Chambre d’Agriculture pour la préservation des terres agricoles et à la commission l’aménagement foncier du Conseil Départemental, qu’elle qualifie de « cheval de bataille, mon premier combat ». Son engagement politique la mène également à « lutter contre toute cette misère à travers le pays, il est temps de changer les choses ». Autre défi pour cette militante, l’aménagement et la désertification de l’arrière pays avec « une concentration urbanistique qui provoque des dérèglements des ressources naturelles avec la destruction des terres agricoles, les élus les bradent, les PLU et SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale – NDR) c’est n’importe quoi, tout ça pour faire venir du tourisme au profit du BTP à fort potentiel de richesse ». Visés les golfs de St Jean Pla de Corps et de Villeneuve-de-la-Raho, « …et nous on mange des légumes du Maroc ! ». 
Jérôme Pous et Dominique Guérin
Jérôme Pous et Dominique Guérin
« Si vous voulez un candidat raciste vous votez pour le candidat de Marine Le Pen »
Sur la 3ème circonscription, Philippe Assens, ingénieur agronome, Docteur en économie et Adjoint au Maire de Nohèdes, a une sensibilité écologique mais aussi sociale dans le cadre d’un renouvellement de la vie politique. Il met en garde les électeurs du département, « il y aura de nombreux candidats, les voix seront dispersées, il se peut qu’il n’y ait que deux candidats qui accèdent au 2ème tour, si vous voulez un candidat raciste vous votez pour le candidat de Marine Le Pen… ». En l’occurrence c’est Sandrine Dogor qui est visée, positionnée à « droite » aux côtés de Nicolas Dupont-Aignan et pas à « l’extrême-droite ». « …si vous voulez quelqu’un de bienveillant, vous voterez pour un candidat de « La France Insoumise », qu’il définit comme « culturellement Marxiste et ouvert sur la société, avec une redistribution des richesses, la garantie des droits des travailleurs, et maintenant le devoir qu’on a vis-à-vis de la planète. Logo France insoumiseSi vous voulez un député libéral comme on en a connu ces dix dernières années, à travers la loi travail, le CETA ou pire encore le meurtre non dénoncé de Rémy Fraisse, vous pouvez voter pour Macron, la représentante de « Les Républicains » ou le Parti Socialiste », tous trois définis comme « un centre social et libéral ». « Mais si voulez des candidats innovants, justes, compétents et sincères sans attitude clanique comme c’est le cas actuellement, votez Philippe Assens ». Voilà qui est clair et précis, « il faut choisir entre les trois, rien de nouveau sous le soleil » conclut-il.
À noter que Philippe Assens propose d’inscrire dans la loi la protection de 66% de l’espace agricole inscrite dans les PLU, à l’image de ce qui se fait pour les 20% de logements sociaux, projet qu’il défendra à l’Assemblée s’il est élu.
Sur la 4ème circonscription, Dominique Guérin est quant à elle plus particulièrement engagée dans la défense des services publics et elle défend en autre l’idée d’un remboursement des soins par la Sécurité Sociale à 100%.
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
GroupePrésentation candidats

DÉPARTEMENT : HONNEUR À LOUIS TORCATIS ET À TOUS LES ENSEIGNANTS RÉSISTANTS

Par Georges Sentis, historien
Dans le cadre de la Journée Nationale de la Résistance et à l’occasion de l’anniversaire de son assassinat à Carmaux, l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, l’IHS-CGT et la Fédération Syndicale Unitaire (SNUipp & SNES) vous invitent à honorer, à travers Louis Torcatis, tous les enseignants des Pyrénées-Orientales (Lucette Pla-Justafré, René Horte, Camille Fourquet, Charles Abbadie…) qui ont participé au combat contre l’Occupant nazi et les collaborateurs de Vichy, pour le rétablissement de la République et d’une Ecole publique laïque chargé d’assurer l’instruction, la formation civique et l’intégration de tous jeunes.

JEUDI 18 MAI 18h
Monument Torcatis,
Place de Catalogne à Perpignan

Louis Torcatis
Louis Torcatis

LÉGISLATIVES P.-O. 1ère CIRCONSCRIPTION : DANIEL MACH… REVIVAL ?

01Lire également :
LE NOUVEAU PRÉSIDENT FAIT TOUT
POUR ACCENTUER LE TROUBLE

Une renaissance ? C’est en tout cas devant une bonne centaine de personnes que le Maire « Les Républicains » de Pollestres présentait mercredi 10 mai en fin d’après-midi sa 4èmecandidature à la députation dans sa bonne ville de Pollestres dont il préside la destinée depuis 1995 (investiture LR de juin 2016 contre Romain Grau qui était candidat), deux fois élu et une fois battu en 2012 dans la foulée de la défaite de son mentor Nicolas Sarkozy. À presque 62 ans, c’est probablement son dernier combat national, il avoue lui-même qu’il ne terminera pas sa vie en vieil élu accroché à son rocher. En cas d’élection, les choses sont claires, tout en restant simple Conseiller, il devra quitter son fauteuil de 1er Magistrat et c’est son fidèle ami le 1er Adjoint J.Charles Moriconi qui devrait prendre la relève, à condition bien-entendu que ce soit le choix de la majorité de son Conseil Municipal.
05« Sarkoziste un jour sarkoziste toujours ! »
Une occasion également pour présenter celle qui sera sa suppléante, Maître de conférence à la faculté de droit et issue du RPR dans sa récente jeunesse qui est tout sauf une inconnue puisqu’élue au Conseil de Municipal de Perpignan sous l’autorité de J.Marc Pujol, Christine Gavalda-Moulenat n’est autre que la fille de Clotilde Font-Gavalda-Puthier qui entretient avec sa descendance des relations très difficiles, elle-même élue au sein de la même assemblée depuis 2014, initialement sur la liste FN-RBM conduite par Louis Aliot et depuis fâchée avec le parti frontiste depuis le rejet de sa candidature lors des dernières régionales par le Vice-Président du mouvement. Une candidate qui tient à souligner lors de sa brève intervention le « caractère unique de la ville de Pollestres dans le département » en soulignant son « expansion et son développement, Daniel s’est toujours consacré à sa ville à laquelle il tient tant ». Taclant au passage le candidat investi par « La République En Marche » Romain Grau « passé par toutes les couleurs de l’échiquier politique et qui affirmerait tout à la fois être de droite et de gauche, et celui du PS Jacques Cresta (finalement non investi et qui jette l’éponge) « nous ne sommes pas dupes de sa soudaine transformation en marcheur, c’est l’immobilisme qui nous est promis », l’élue tient à insister sur son rejet « d’une Députée l’extrême-droite dont chacun a pu voir qu’elle était incapable de participer à un débat Républicain et d’apporter des réponses claires et concrètes ».
02« Je suis ce que je suis, ça a le mérite de ne tromper personne »
Toujours combatif, c’est un discours offensif qui est prononcé par Daniel Mach, plusieurs engagements formels sont affichés, toujours avec la conviction que chacun lui reconnaît et qu’il développe devant un auditoire tout acquis à sa cause, « motivé et mobilisé » selon lui, « votre présence me comble de joie » ajoute-t-il.
« À force de prôner la tolérance on a fini par accepter l’intolérable »
Pour mener ce « combat qui s’annonce ardu et qui décuple mon énergie », on retient en particulier « les valeurs sur lesquelles je ne transigerai jamais :   la lutte contre le chômage et la valeur travail, l’identité de la France, la lutte contre le terrorisme et la délinquance, la restauration de l’État, le soutien aux entreprises, commerçants et artisans, véritables poumons de notre économie » pour n’en prendre que les points les plus essentiels (lire en détail ci-dessous). « L’ambition et l’espérance dans le futur doivent être les seuls moteurs, l’avenir doit se construire avec l’expérience de nos anciens » ajoute-t-il. 
06« Il y a urgence d’agir, ça tombe bien, j’aime l’action ! »
Sans oublier le combat qu’il compte mener pour développer l’apprentissage, renforcer les effectifs des forces de l’ordre, augmenter le budget de la défense, renforcer les moyens de la justice, durcir les peines et veiller à leur réelle exécution, réduire l’immigration, expulser les clandestins et durcir les conditions d’accès à la nationalité française, revaloriser les pensions de reversions des personnes âgées et leur perte d’autonomie, sans oublier un soutien déterminé aux agriculteurs… Voilà qui sonne comme un programme très… à droite qui risque de chasser sur les terres de sa concurrente, l’élue Communautaire de Perpignan Claudine Fuentès qui représentera le Front National !
Christine Gavalda-Moulenat
Christine Gavalda-Moulenat
« Je suis le candidat des catalans, des roussillonnais et de ceux qui sont en désespérance »
C’est ainsi qu’il se définit lors de la conférence de presse du jeudi 11 mai où Daniel Mach se livre sans filtre, il nous apprend qu’issu d’une famille modeste, au travail dès l’âge de 131/2 ans sur dérogation, avoir passé la moitié de sa vie dans une HLM où il y a cotoyé au quotidien la mixité sociale « je sais ce qu’il s’y passe, dans les cités on a laissé se créer des communautés. Une des rares choses que l’on ne puisse pas me reprocher c’est que je n’ai jamais regardé qui entrait dans mon bureau, j’ai toujours considéré que la misère n’est ni de droite ni de gauche, celui qui peut représenter les roussillonnais c’est moi. Un élu est le représentant du peuple et pas d’un clan, je me suis toujours battu pour qu’il n’y ait pas de clan dans ma famille politique ».
08Le député qu’il fut pendant 10 ans revient sur ses combats, « pas de droite ou de gauche mais de société » précise-t-il, avec comme exemple celui du statut de mère avec le choix d’élever ses enfants et qui n’a pu aboutir « Je sentais que les gens, si on ne les représentait pas ils partaient vers les extrêmes, on y est en plein, je considère que les élus n’ont pas fait leur boulot ».
« Ce département a passé cinq ans sans être représenté. Je ne veux pas être élu pour avoir un mandat mais pour bosser »
Jacques Cresta qui est visé, mais pas seulement, cette cité judiciaire que Daniel Mach avait obtenu dans un Partenariat Public Privé (PPP) est passée à la trappe « c’était acté les travaux devaient commencer en 2014, non seulement elle n’est plus à l’ordre du jour mais elle a été zappée du territoire uniquement par idéologie politique ! 50 M€ ont été donnés dans d’autres départements et ça a enlevé du travail et des emplois à nos entreprises ». Autre chantier perdu, celui de la liaison de la ligne TGV abandonnée et toujours pas à l’ordre du jour « on est le cul de sac de la France, ils ne se sont pas battus, ils avaient une secrétaire d’État et trois parlementaires sur quatre, ils ont laissé partir ces dossiers qui étaient financés ! Nous avons été délaissés, je ne le supporte pas ! On ne peut pas me reprocher de ne pas avoir fait le travail ». Et de rappeler que « les gens souffrent, ils ont peur de l’avenir ».
En contre exemple, la création de la Gendarmerie à Pollestres et l’installation du PSIG, il ne le dit pas mais son obstination a payé (lire « NOUVELLE GENDARMERIE, PAS UN SOUS DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL ! )
Alors « En Panne » LR ? Pas si sûr et en tout cas pas à Pollestres, « fighter 66″ est de retour… 

À noter dans les tablettes :
Daniel Mach tiendra une réunion publique, la seule, en plein air
Place de la Sardane au moulin à vent
LE SAMEDI 20 MAI 2017.

Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
0607
Anne-Marie et lec Sénateur-Maire du Soler François Calvet
Anne-Marie et lec Sénateur-Maire du Soler François Calvet

Profession de foi 01

Profession de foi 02

Profession de foi 03

Profession de foi 04

LÉGISLATIVES DANS LES P.-O. 1ère CIRCONSCRIPTION : LREM vs LREP ?

(« La République En Marche » vs « Les Républicains En Panne »)

Le 1er Adjoint de Perpignan apparenté LR/UDI (EX ?) Romain Grau obtient l’investiture « LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE ! », tandis que le Député sortant PS Jacques Cresta n’est pas retenu, et selon nos informations jetterait l’éponge.
Voilà qui fait plus que désordre quand on sait que tout à la fois Jacques Cresta est un soutien de la 1ère heure d’Emmanuel Macron et que Romain Grau est l’adjoint aux finances du maire de Perpignan J.Marc Pujol rangé en son temps derrière François Fillon supposé soutenir… Daniel Mach qui bat toujours pavillon « Les Républicains » !
J.Marc Pujol devrait en toute logique en tirer toutes les conséquences en retirant les délégations de 1er Adjoint délégué aux finances à Romain Grau puisque ce dernier joue sa propre partition.
Certes, il vient du PS et il est un très proche de l’ancien Maire et Président de l’Agglo. UDI le Sénateur J.Paul Alduy militant dans sa jeunesse de… l’OCI. et qui s’est également engagé en faveur d’Emmanuel Macron, mais tout de même…
Compliqué ? Mais non…
Une chose est certaine, si La République (est) En Marche (LREM), Les Républicains (sont) En Panne ! LREP ?
Tiens au fait, le Sénateur J.Paul Alduy tractait pour Emmanuel Macron au Moulin à Vent entre les deux tours, au fond pourquoi pas ?

PERPIGNAN : 72ème CÉRÉMONIE DU 8 MAI TOUT EN IMAGE

Message 8 mai 2017

Les Députés Siré, Cresta, Olive et les Sénateurs Malherfbe et Calvet
Les Députés Siré, Cresta, Olive et les Sénateurs Malherfbe et Calvet
Jacques Cresta
Jacks Cresta for ever ! What else ?
Le célèbre Chef d'orchestre Daniel Tosi, Jacques Cresta, Hermeline Malherbe et François Calvet
Le célèbre Chef d’orchestre Daniel Tosi, Jacques Cresta, Hermeline Malherbe et François Calvet
Salut Républicain de J.Marc Pujol aux Conseillères Régionales FN Fesenbeck et Blanc, SEULES PRÉSENTES...
Salut Républicain de J.Marc Pujol aux Conseillères Régionales FN Fesenbeck et Blanc, SEULES PRÉSENTES…
Les autorités avec entre autres la secrétaire d'État, la Sénatrice Pdte du CD, le Maire de Perpigan, le Préfet des P.-O., les Députés Siré, Cresta et Olive
Les autorités avec entre autres la secrétaire d’État, la Sénatrice Pdte du CD, le Maire de Perpigan, le Préfet des P.-O., les Députés Siré, Cresta et Olive
 À gauche les deux seules représentantes du FN MT Fesenbeck et Sophie Blanc, à droite Romain Grau, Adjoint aux finances et probable candidat LREM sur la 1ère circo.
À gauche les deux seules représentantes du FN MT Fesenbeck et Sophie Blanc, à droite Romain Grau, Adjoint aux finances et probable candidat LREM sur la 1ère circo.
Le Conseil Municiapl de Perpignan
Le Conseil Municiapal de Perpignan
Lecture par une élève du Lycée Christain Bourquin
Lecture par une élève du Lycée Christian Bourquin
Autour de la Secrétaire d'État Neuville et du Maire J.Marc Pujol, les sénateurs Malherbe et Calvet, et les Députés Siré, Cresta, Olive
Autour de la Secrétaire d’État Neuville et du Maire J.Marc Pujol, les sénateurs Malherbe et Calvet, et les Députés Siré, Cresta, Olive

06

Les récipiendaires 2017
Les récipiendaires 2017

08

09

La Secrétaire d'État Ségolène Neuville
La Secrétaire d’État Ségolène Neuville
Dépôt de gerbe par les élèves du Lycée Bourquin
Dépôt de gerbe par les élèves du Lycée Bourquin
Le député de la 1ère circonscription PS-EM Jacques Cresta

Le député de la 1ère circonscription PS-EM Jacques Cresta

Hermeline Malherbe et J.Marc Pujol

Hermeline Malherbe et J.Marc Pujol

La Secrétaire d'État Ségolène Neuville et le Préfet Philippe Vignes
La Secrétaire d’État Ségolène Neuville et le Préfet Philippe Vignes
J.Marc Pujol
J.Marc Pujol
Ségolène Neuville
Ségolène Neuville
Hermeline Malherbe et François Calvet
Hermeline Malherbe et François Calvet
Jacques Cresta et Fernand Siré
Jacques Cresta et Fernand Siré
François Calvet

François Calvet

Fernand Siré
Fernand Siré
Le Préfet Philippe Vignes
Le Préfet Philippe Vignes
 J.Marc Pujol
J.Marc Pujol
Sénateurs et Députés
Sénateurs et Députés
1 Sénatrice et 3 Députés
1 Sénatrice et 3 Députés
Bise Républicaine de Fernand Siré LR à la Conseillère FN...
Bise Républicaine de Fernand Siré LR à la Conseillère FN…

PERPIGNAN : INAUGURATION DE LA 34ème FOIRE EXPO.

Traditionnel coupage de ruban
Traditionnel coupage de ruban
Un temps fort et un événement chaque année toujours très attendu par les perpignanais et plus généralement par tout le département, l’opus 2017 de la foire expo. a ouvert ses portes vendredi 5 mai dès 9 heures, et c’est à 19 heures précises qu’elle a été inaugurée par le Maire de Perpignan et Président de la Communauté Urbaine J.Marc Pujol, entouré de nombreux élus parmi lesquels on reconnaissait Danièle Pagès, Daniel Mach et Fernand Siré, tous trois « Les Républicains » qui postulent aux législatives de juin prochain, respectivement sur la 3ème, 1ère et 2ème circonscription, dans un combat plus qu’incertain et même très compliqué face à un Front National qui détient la majorité en voix sur tout le département et une « gauche » qui n’a pas dit son dernier mot, si tant est qu’on puisse encore l’appeler ainsi.
À noter également la présence de la Sénatrice et Présidente du Conseil Général Hermeline Malherbe, toujours très présente sur le terrain, campagne électorale ou pas.
Marcel Zidani prononce un bef discours
Marcel Zidani prononce un bef discours
À noter avec étonnement l’absence de Jacqueline Irlès (LR) qui vise la 4ème circonscription, un rendez-vous oublié de plus…(?), et plus surprenant celle de Jacques Cresta (PS ou EM ?) qui sollicite la reconduction de son mandat sur la 1ère circonscription. Passons sur l’absence du Maire de Canet Bernard Dupont présent en 2016 qui se présentait alors comme tête de liste aux Régionales brillamment perdues, il est vrai en Assemblée au Conseil Régional le même jour mais non représenté. Encore plus étrange l’absence du moindre élu FN… Certes quatre d’entre eux siégeaient également en Conseil régional au même instant, mais quid des autres élus de la ville et de la Communauté Urbaine. ? Mystère ! Sans doute aucun intérêt électoral pour cette manifestation populaire qu’ils sont pourtant supposés soutenir, le très peu présent sur le territoire Louis Aliot ferait bien d’y mettre bon ordre…
C’est par un hommage appuyé à l’un de ses adjoints Marcel Zidani qui pilote cette foire depuis 2005, que J.Marc Pujol débute son très bref discours, selon lui « un symbole pour les commerçants inquiets face aux ventes par Internet, l’avantage de la foire c’est que les commerçants présents y défendent leur activité ».
Un très bel événement en effet à ne pas manquer, une journée festive à passer en famille pour ce week-end prolongé du 8 mai.
 Danièle Pagès toujours souriante et accessible
Danièle Pagès toujours souriante et accessible
Au tour de J.Marc Pujol qui a la politesse d'être bref...
Au tour de J.Marc Pujol qui a la politesse d’être bref…
05

06

07

L'automobile s'expose...
L’automobile s’expose…
...ainsi que le VTT ou la version électrique
…ainsi que le VTT ou la version électrique
L'inénarrable Maxime Martinaggo se réjouit de l'arrivée de cette assiète de Chips...
L’inénarrable Maxime Martinaggo se réjouit de l’arrivée de cette assiette de Chips…
 Olivier, François, Maxime, Danielle et les autres
Olivier, François, Maxime, Danielle et les autres

POLITIQUE : « 1er MAI À PARIS : 6 POLICIERS BLESSÉS ! »

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Six policiers blessés – dont deux grièvement, l’un d’entre eux a été sérieusement brûlé au visage par un cocktail Molotov lancé par les manifestants – et « seulement », a-t-on envie d’écrire, surtout lorsque on a vu à la télé défiler les images de centaines de casseurs en pleine activité !, et « seulement » cinq interpellations…
Je voudrais commencer par apporter mon entier soutien aux forces de l’ordre en général, leur exprimer ici ma totale solidarité, me rapprocher plus particulièrement des familles des victimes, policiers et manifestants, en les assurant des meilleures pensées à leur égard de la part des perpignanaises et des perpignanais.
Le Quinquennat de François Hollande restera malheureusement marqué par ce type d’incidents à répétition. Depuis des mois, chaque manifestation sur la voie publique est désormais prétexte à des échauffourées, à des scènes de violence, d’émeute ; les pouvoirs-publics assistent, impuissants, aux agissements de casseurs qui ont décidé de faire de la guérilla urbaine un jeu de société. Au final, nos forces de l’ordre sont catapultées, comme de vulgaires punching-balls. Policiers, gendarmes et militaires sont pris pour cibles, comme s’ils faisaient partie du mobilier urbain que les casseurs ont pris pour habitude de détruire, d’enflammer, de déraciner… à l’instar de ce qui s’est passé à Paris, encore et encore, à l’occasion du traditionnel défilé du 1er mai : des commerces vandalisés, des abribus explosés, une station AirLib incendiée… La presse pointe du doigt des mouvements issus de l’ultragauche.
Mais quelle image lamentable donne-t-on de notre beau pays à l’étranger, aux étrangers ?! Car ce n’est pas, là, la colère d’un peuple qui se sentirait oublié qui se révèle au travers de ces « permis de casser », mais bien une distraction malsaine et dangereuse alimentée par des ennemis de la République, des détracteurs de la Démocratie.

PERPIGNAN – LE « MEDFEL » : LE RENDEZ-VOUS D’AFFAIRE INTERNATIONAL DE LA FILIÈRE FRUITS ET LÉGUMES EN FRANCE !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
De gauche à droite ci-dessus : Michel Guallar, président de la Chambre d’Agriculture des P-O, Jean-Marc Pujol, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, et Bernard Fourcade, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Perpignan/ Pyrénées-Orientales
De gauche à droite ci-dessus : Michel Guallar, président de la Chambre d’Agriculture des P-O, Jean-Marc Pujol, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, et Bernard Fourcade, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Perpignan/ Pyrénées-Orientales
J’étais mardi en fin de matinée au Parc des Expositions de Perpignan qui accueille pendant trois jours le salon professionnel dédié à la filière des fruits et légumes des pays du bassin méditerranéen. Un événement rythmé par un salon d’affaires, un service de rendez-vous BtoB performant, des débats, des conférences et les prévisions de récolte en format plateau TV…
Nombre d’élus de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole – dont les maires de Baixas (Gilles Foxonet), Pollestres (Daniel Mach), Torreilles (Marc Médina)… ainsi que le vice-président délégué au Développement économique (Laurent Gauze) – m’accompagnaient lors de cette inauguration.
Cette manifestation, unique en son genre, à l’échelon national déjà, constitue une formidable vitrine pour notre territoire, tant elle s’appuie sur des réussites et du potentiel, tant elle est source de lien et d’échanges pour notre aire métropolitaine.
Les organisateurs attendent pour cette édition 2017 plus de 6 000 visiteurs professionnels internationaux ; ils annoncent déjà la présence de 300 opérateurs mondiaux représentant les marchés les plus importants en terme d’importation de fruits et légumes… ainsi que 150 acheteurs venus de 54 pays !
Au fil des ans, le « medFEL » s’est imposé comme un rendez-vous certes incontournable sur la planète « fruits et légumes ». Il est une force particulièrement attractive pour positionner Perpignan dans une dimension internationale reliant le sud de l’Europe à l’Afrique du Nord via le bassin méditerranéen. Le « medFEL » est également une évidence parmi les politiques de développement économique, il est un outil professionnel qui permet de structurer des ambitions depuis l’agriculteur jusqu’au consommateur, en passant par des centrales d’achat, des grossistes et des transporteurs, entre autres, qui ont tous pris la mesure et la dimension de coopérer et d’innover pour un territoire plus durable. C’est là un chemin que Perpignan Méditerranée Métropole a toujours privilégié, afin d’inciter et d’intensifier nos coopérations, de partager nos moyens, d’être solidaires dans tous les secteurs de l’Économie, sur tout le territoire, plutôt que de se recroqueviller sur nos communes respectives.
0203

PRÉSIDENTIELLE : « JE NE VOTERAI PAS POUR MARINE LE PEN ! » – LE RAPATRIÉ D’ALGÉRIE SE PRONONCE EN FAVEUR DE CELUI QUI A, SELON LUI, INSULTÉ LES PIEDS-NOIRS…

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Au soir du 1er tour de scrutin de l’élection présidentielle, à l’annonce des résultats, le candidat du Front-de-Gauche et de La France Insoumise a décidé de ne donner aucune consigne de vote pour le second tour qui aura lieu le dimanche 7 mai 2017. Le fameux Front Républicain a donc vécu. À l’issue du 1er tour, le vote contestataire pèse plus de la moitié de l’électorat en France. Un poids d’autant plus spectaculaire que les Français ont continué de se déplacer en quantité pour aller aux urnes.
Le prochain Président de la République Française pourra-t-il s’exonérer d’une telle fronde électorale ? Évidemment, non. Ce n’est pas joué, ce n’est pas fait, ce n’est pas plié ! Emmanuel Macron serait mieux inspiré de décortiquer les résultats de ce 1er tour en profondeur, et non de s’arrêter sur une courte avance loin d’être irréversible. Il devrait faire preuve de davantage de prudence, de décence, dans une France en souffrance.
Sous-estimer ce vote protestataire et le résultat de la candidate du Front National est une erreur qui pourrait coûter cher à Emmanuel Macron, c’est en tout cas un comportement politique dangereux. Faut-il rappeler, à ce stade, que dimanche dernier 19 038 des 36 000 communes françaises ont placé Marine Le Pen en tête… contre « seulement » 7 135 pour Emmanuel Macron (source journal Le Parisien.fr). Certes, l’analyse peut être corrigée en fonction de la taille démographique des communes, villages ou villes, mais cela reste un indice de premier ordre.
La présence de Marine Le Pen au second tour de cette élection présidentielle n’est pas le fruit du hasard. Elle sonne comme la réponse, certes populiste, au malaise profond de la société française. Un malaise que François Hollande tente de dissimuler soigneusement en avançant son collaborateur Emmanuel Macron. Mais les fractures sont là ! Une colère sourde s’est exprimée au fond des urnes.
Au 1er tour de cette présidentielle, les Françaises et les Français ont donné une leçon d’humilité aux élites qui les dirigent, ainsi qu’à ceux qui prétendent les représenter. Je me garderai bien de donner une consigne de vote pour le second tour, tant la protestation est profonde. La modestie et l’humilité doivent être les principes que devraient respecter tous les hommes publics.
En ce qui me concerne, je ne voterai pas pour Marine Le Pen, car je considère que son programme économique et son projet de sortie de l’€uro conduiront à la ruine des Français et particulièrement des retraités, des plus fragiles, de ceux qui souffrent.
En revanche, j’appelle M. Macron à revenir sur les propos ignominieux qu’il a prononcés contre les Français d’Algérie. Puisqu’il veut, je le cite, « rassembler tous les Français », qu’il le prouve dès à présent en se réconciliant avec l’Histoire de France et des Français.

PERPIGNAN – « GRÈVE À LA CTM : SORTONS DE CETTE IMPASSE ! »

Communiqué du Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot.
Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » dénonce l’impasse totale dans laquelle le conflit social à la CTPM s’est enlisé ! Les élus communautaires FN/RBM soutiennent les salariés de la compagnie de bus de Perpignan dans leurs revendications, notamment sur les questions de sécurité.
Il est intolérable que chaque semaine, dans le plus grand silence politique et médiatique, des bus subissent encore régulièrement des caillassages, non seulement certains quartiers « dits sensibles », mais aussi comme la semaine dernière, au Moulin à Vent !
Quant aux revendications salariales des machinistes, celles-ci apparaissent légitimes au regard des conditions de travail, qui se sont fortement dégradées ces dernières années, notamment par la vétusté du parc des véhicules roulant.
Au delà de la gêne importante que provoque l’arrêt complet du trafic pour les usagers, c’est notre commerce du Centre-Ville, déjà en difficulté, qui subit de plein fouet l’absence de volonté de dialogue social des élus de l’Agglomération de Perpignan, en charge des Transports, avec l’Intersyndicale.
Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » réclame en urgence qu’une réunion sous l’égide de la Préfecture soit organisée, afin que cette situation cesse rapidement, et que les perpignanaises et les perpignanais puissent à nouveau bénéficier de ce service public indispensable à leur vie quotidienne !

ÉDUCATION : DES PROPOSITIONS DÉCEVANTES POUR LE LYCÉE MAILLOL EN DEÇA DES REVENDICATIONS ET DES BESOINS

Par Francis DASPE, pour l’Intersyndicale du Lycée Maillol
Francis Daspe
Francis Daspe
Suite à l’action de débrayage des personnels du vendredi 24 mars 2017, l’intersyndicale du Lycée Maillol de Perpignan (FO, Solidaires, CGT, SNETAA, SNES, CNT) a été reçue en audience par le DASEN jeudi 20 avril 2017.
Si les revendications portant sur la vie scolaire, les agents administratifs, les ATOSS et la cellule Informatique ont été reconnues comme pleinement légitimes et fondées, si le lycée Maillol a été jugé prioritaire en vue d’une future allocation de moyens, les propositions faites par le DASEN de moyens précaires ne répondent ni à l’urgence de la situation ni à la nécessité de moyens pérennes et de postes statutaires.
C’est donc une déception pour la délégation intersyndicale. En effet, le fonctionnement du lycée Maillol a depuis longtemps dépassé le seuil critique. En l’absence d’une perspective de moyens pérennes et de postes statutaires, les personnels considèrerons que les conditions de la rentrée 2017 ne laissent pas d’autre choix que de refuser de faire fonctionner l’établissement.
Les personnels se réuniront dans les prochains jours pour déterminer les suites à donner à l’action revendicative en cours et pour en préciser les modalités pratiques. Aucune éventualité n’est exclue pour l’heure.

PERPIGNAN : SOUTIEN AUX CHAUFFEURS DE SANKÉO

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66  
Francis Daspe
Francis Daspe
Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien le plus résolu aux 31 chauffeurs de la compagnie de bus Sankéo (ex CTPM) convoqués ce mardi 25 avril devant le tribunal de grande instance de Perpignan au motif fallacieux « d’entrave à la liberté de travailler ».
Une fois de plus l’exercice du droit de grève est motif à criminalisation de l’action revendicative. Le quinquennat de François Hollande se finit bien tristement, découlant du refus de l’amnistie sociale pourtant promise en 2012 qui a conduit à l’opposé à l’intensification des intimidations ou des sanctions à l’encontre des syndicalistes.
Les perspectives offertes par les candidats qualifiés au second de la Présidentielle sont inquiétantes. Le Front National n’éprouve que de la haine à l’égard des syndicats et du mouvement social, fidèle en cela à sa fonction de gardien de l’ordre capitaliste et du système qu’il prétend mensongèrement pourfendre. Emmanuel Macron a déjà prouvé son peu d’accointances avec le mouvement ouvrier (c’est peu dire !) entre propos / dérapages et lois de régression.
Pour le Parti de Gauche 66, le mot d’ordre est plus que jamais à la résistance sociale et démocratique au service du progrès humain. Elle s’inscrit dans la logique du mouvement de La France Insoumise et du programme porté par Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle, « L’avenir en commun ». C’est un point d’appui pour toutes les luttes.

PERPIGNAN : LA DROITE TENDANCE OAS FAIT UNE FOIS DE PLUS DES SIENNES !

Par Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66 
Francis Daspe
Francis Daspe
Le Parti de Gauche 66 s’indigne du souhait du maire de Perpignan Jean-Marc Pujol de donner à deux rues de Perpignan le nom de membres de l’OAS et de l’extrême droite, Pierre Sergent et Hélie de Saint-Marc.
Au moment où les idées du Front National progressent dangereusement à Perpignan et dans les Pyrénées-Orientales, comme en témoignent les résultats du 1er tour de la Présidentielle, cette idée est particulièrement malvenue et choquante.
Quand on a les principes républicains chevillés au corps, on combat résolument le Front National. On n’acclimate pas ses idées, tantôt insidieusement tantôt ouvertement, par des sorties intempestives ; on ne promeut pas des représentants de ces courants d’extrême-droite aux actes notoirement antirépublicains.
Une fois de plus, la connivence et la porosité de la droite locale tendance OAS avec l’extrême droite sont mises en évidence. Comme à Béziers ! Dans ce contexte, l’appel récurrent à un prétendu front républicain pour faire barrage au Front National ne doit plus faire illusion. Il relève plutôt d’un « grand cirque bassement politicien » où le cynisme décomplexé se dispute à un électoralisme de courte vue.
Le Parti de Gauche 66 tiendra à disposition de Jean-Marc Pujol un manuel pour combattre résolument et efficacement le Front National… C’est visiblement d’urgence…

PERPIGNAN : VILLE TOURISTIQUE À PART ENTIÈRE !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Grâce à Paul Alduy, alors maire de Perpignan (de 1959 à 1993), la ville fut l’une des toutes-premières en France à être dotée d’un Palais des congrès, ce qui lui permit de se hisser dans le segment du « tourisme d’affaire ».
Sanch PPNAujourd’hui, Perpignan-la-Catalane, s’adossant à la richesse d’un patrimoine naturel, culturel, architectural, historique et identitaire hors nomes, a su développer un tourisme urbain qui fait de notre cité la porte d’entrée d’un territoire connu et reconnu, un territoire qui a su diversifier son offre touristique, en élaborer de nouvelles, au cœur de l’un des triangles géographiques comptant parmi les plus attractifs au sud de l’Europe, et délimité par les métropoles de Toulouse l’Occitane, Montpellier la Languedocienne et, surtout, Barcelone la Catalane.
Les chiffres sont là : la seule période de la Semaine Sainte a attiré plusieurs dizaines de milliers de personnes, essentiellement lors de la Procession de la Sanch… dont plus précisément 16 123 dans les monuments de la ville (Cathédrale, Hôtel Pams, Casa Xanxo, Couvent des Minimes, églises La Real, Saint-Jacques, Saint-Mathieu…). Il faut remonter aux années 90 pour retrouver une telle affluence. Même constat à l’Office de tourisme (Palmarium), où le système d’enregistrement de la fréquentation « Tourinsoft » a permis de chiffrer au client près : 7 877 personnes très exactement, entre le samedi 8 et le lundi 17 avril 2017. Le Vendredi Saint (14 avril), jour de la procession de la Sanch, révèle même un chiffre record de près de 2 000 visiteurs ! En tête de cette clientèle, les habitants de l’Hexagone (pour environ 53% de la fréquentation globale), suivis des Espagnols (31% – dont une majorité de Catalans de Barcelone-Gérone-Figuères), des Britanniques (5%), des Allemands (4%) et des Belges (3%).
Certes, il faut rappeler que cette année la Semaine Sainte a été favorisée, sur le calendrier, par les vacances scolaires de printemps (coïncidant notamment avec les zones de proximité) ainsi que par une météo particulièrement clémente affichant des températures estivales. Mais il faut aussi se rappeler que l’équipe municipale – pleinement consciente de l’évolution du tourisme et de ses enjeux dans un secteur d’activité désormais majeur, facteur d’innovation, de savoir-faire et de progrès social – a décidé d’engager une politique nouvelle pour répondre au plus près de la quête d’authenticité recherchée dans le cadre du développement d’un tourisme urbain.
S’agissant par exemple de la procession de la Sanch, la Ville, représentée par Pierre Barbé l’élu en charge du Tourisme, et par Marie-Claire Baills, Directrice de l’Office de tourisme, en étroite collaboration avec la Délégation municipale aux Affaires catalanes et l’Archiconfrérie, ont permis un partenariat dynamique qui a suscité un certain élan.
Le marché touristique constitue aujourd’hui une alternative économique, avec un rôle social au niveau de l’emploi et des investissements, surtout dans une ville comme la nôtre. Perpignan doit saisir cette mutation comme une chance, Perpignan doit s’engouffrer dans cette brèche ; cela ne concerne pas uniquement notre collectivité territoriale, mais cela doit constituer un appel d’air pour les professionnels, notamment dans les métiers de l’hébergement, la restauration et les cafés, comme pour les opérateurs de voyages (d’où notre volonté de faire de Perpignan une véritable destination City break). Les nombreux témoignages qui me reviennent du centre-ville vont d’ailleurs tous dans ce sens. Avec ses musées, ses monuments, ses manifestations culturelles (nombreux festivals à l’image de Visa…), tout en restant respectueux de la population résidente (j’y veillerai personnellement), Perpignan-la-Catalane a tout pour trouver sa place au soleil dans le Tourisme.

PRÉSIDENTIELLE : LE CATALAN EST UNE LANGUE INTERNATIONALE

Communiqué de Philippe Assens Candidat « La France Insoumise » sur la 3ème circonscription des Pyrénées-Orientales
Philippe Assens
Philippe Assens
Depuis le début de la campagne aux élections, les adversaires du programme progressiste « l’avenir en commun » ne cessent de diffuser un courrier daté de plus de 20 ans adressé par Jean-Luc Mélenchon en réponse à Paul Blanc, ancien sénateur UMP des Pyrénées-Orientales, à propos de sa position sur les langues régionales et le catalan en particulier.
Étant moi même catalan et membre de plusieurs organismes attachés à la promotion de la langue et de la culture catalane (Syndicat Intercommunal pour la promotion des langues OCcitane et CATalane (SIOCCAT), comité de pilotage de l’Office Public de la Langue Catalane (OPLC), membre actif de plusieurs associations œuvrant pour la vitalité de la langue et de la culture catalane dans le département, parent d’élèves bénéficiant d’un enseignement public bilingue…), je souhaite apporter les précisions suivantes :
– Contrairement à ce qui est mentionné dans la question de Paul Blanc, le catalan n’est pas une langue régionale. Il s’agit d’une langue internationale, officielle de l’union européenne, inscrite dans la constitution de plusieurs États membres. Le catalan est ainsi une langue économique, diplomatique, vivante parlée par des millions de locuteurs. A ce titre, elle mérite tout simplement d’être traitée à parité avec les autres langues internationales comme l’anglais ou le castillan, notamment dans l’enseignement public si les élèves le demande.
– Réduire le catalan au statut de langue régionale est une vision étriquée de notre langue, à l’image d’un certain « catalanisme » folkorique et désuet véhiculé par plusieurs mouvements « catalanistes » des Pyrénées-Orientales, qui ignore le plus souvent le dynamisme culturel de nos cousins catalans en Espagne ou en Andorre.
– La position de Jean-Luc Mélenchon n’est pas dirigée contre les langues régionales en général ou le catalan en particulier. Il s’agit d’une position républicaine qui repose sur la notion d’égalité des citoyens dans le cadre de la nation française : telle ou telle communauté ne peut bénéficier de droits différents en raison de son appartenance à une communauté religieuse, ethnique, philosophique ou linguistique. Il s’agit donc tout simplement, et à raison, de ne pas ouvrir la porte à des discriminations positives ou négatives en terme de droits. Attaché à une démocratie participative, Jean-Luc Mélenchon est par ailleurs, le seul candidat à l’élection présidentielle à s’être clairement positionné en faveur de la tenue du référendum en catalogne espagnole aux coté de la majorité « en comu » qui dirige la ville de Barcelona aujourd’hui.
– Par exemple, c’est aussi pour ces raisons que les élus régionaux du Parti de Gauche (PG), parti fondé et porté par Jean-Luc Mélenchon, ont voté favorablement pour la création de l’Office Public de Langue Catalane (OPLC) dernièrement. C’est aussi pour cela que je suis personnellement favorable à la création d’un nouveau syndicat mixte départemental qui pourrait exercer des compétences mutualisées en matière de développement économique ou autre (comme l’a fait récemment le pays basque par exemple) et qui pourrait à juste titre prendre l’appellation de « pays catalan ».

ARTICLE DU « PETIT JOURNAL » CONTRE LES GITANS : ALAIN PAGA CONDAMNÉ À 2 MOIS DE PRISON FERME

Par Olivier Le Creurer 
Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné Rodolphe Crevelle à 6 mois de prison ferme et 20 000 €uros d’amende pour incitation à la haine et à la violence. L’auteur de l’article « À quoi servent les gitans ? » dans Le petit journal catalan, en août 2015, avait suscité l’indignation.
De son côté, Alain Paga, directeur de la publication du Petit Journal est condamné à deux mois de prison ferme et 20.000 €uros d’amende. Le président d’une association gitane avait porté plainte pour « discrimination » contre l’hebdomadaire après la publication d’un article et d’une une sur un quartier gitan de Perpignan. « A quoi servent les gitans de Perpignan ? », titre l’hebdomadaire du 14 août 2015.
« On est français, comme vous, comme n’importe qui »
Le titre « inadmissible » et l’article avaient « énormément choqué » Jean-David Rey, président de l’association Gitans de France. « On est français, comme vous, comme n’importe qui », avait-t-il ajouté.

« Dix ans après les émeutes… À quoi servent les Gitans de Perpignan ? » clamait la une de l’hebdomadaire local du 14 août, en référence aux violences qui avaient éclaté entre communautés maghrébine et gitane après le meurtre d’un jeune d’origine maghrébine en 2005. Les associations de gitans avaient reçu le soutien de la Ligue des droits de l’homme. 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/pyrenees-orientales/perpignan/perpignan-6-mois-prison-ferme-incitation-haine-contre-gitans-1236853.html

DÉPARTEMENT : « MERCI À JEAN-PAUL GAULTIER QUI PENSE AU PAYS CATALAN »

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Monnaie de Paris a confié au grand couturier français Jean-Paul Gaultier le soin de réaliser une collection de monnaies à valeur faciale présentant la France des régions.
Ainsi, villes, provinces ou régions vues par le regard malicieux et créatif de Jean-Paul Gaultier sont déclinées sur vingt-quatre pièces de 10€ Argent… Concernant l’Occitanie, en arrière-plan d’un « Roussillon dansant », le couturier a imaginé un Castillet (si cher aux Catalans) trônant et dominant la Cité de Carcassonne ainsi que le Pont du Gard ! Il fallait oser, je dois avouer que personnellement je trouve cette pièce (théâtrale !) réussie… elle permet surtout de rendre la monnaie aux décideurs de la nouvelle Grande Région dénommée « Occitanie » qui ont en quelque sorte perdu le nord en méprisant le sud, c’est-à-dire le Pays Catalan ! C’est bien vu.
Merci M. Gaultier pour cette belle et respectueuse leçon de géographie.
01

FRANCE INSOUMISE : UN CAR POUR LE MEETING DE MÉLENCHON À TOULOUSE LE 16 AVRIL

Logo France insoumise
Francis DASPE, co-secrétaire départemental du PG 66
Jean-Luc Mélenchon, candidat de « La France Insoumise », sera en meeting dimanche 16 avril à Toulouse (prairie des Filtres, cours Dillon). Un pique-nique à partir de 13 heures précédera la prise de parole de Jean-Luc Mélenchon prévue pour 15 heures.
Un CAR est organisé au départ de Perpignan pour s’y rendre. Le lien pour s’inscrire et réserver sa place : http://f-.jlm2017.fr/meeting_toulouse
A une semaine du 1er tour de la présidentielle, avec Victor Hugo nous pourrons dire : « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu »
LOGO L'AVENIR EN COMMUN

PERPIGNAN : MÉGA ZUMBA PARTY

Par Danielle Gélis-Wiedemann 
01Matinée exceptionnelle aujourd’hui, où j’ai eu le plaisir et l’honneur d’organiser une Méga Zumba Party au profit de l’association Sésame Autisme Languedoc Roussillon. Un grand merci pour leur présence à Ségolène Neuville, Secrétaire d’État, Isabelle de Noëll-Marchesan et Christine Gavalda Moulenat, toutes deux Maires Adjoint et bien sûr, un énorme merci aux incontournables : Nat Fit BouisseauCarole EgeaKarine Le MorvanJennifer Lamon J’DanceNathalie Dehorter Bonot, Christelle Delaune, Christine QuilèsSandra Nou, qui ont donné de leur dynamisme, de leur gentillesse et de leur bonne humeur afin que cette matinée soit une magnifique réussite. 
Un grand merci également à tous les participants sans qui, ces moments de grand bonheur n’auraient pu avoir lieu : Francoise Azoulay, la trésorière, Frédéric Rondello, le secrétaire, les adhérents d’Atouts Sports : Martine AzorinEmmanuel VivesElisabeth DurandCathy Cosse LabalmeIsabelle LimeratRegine FournierMarjo Wedan, ainsi que notre célèbre ami Emile Mustacchi.
Les premières photos, en attendant celles de nos photographes, Francois Jorge et ses amis de Perpignan Photos, que je remercie pour leur présence et pour les nombreux « shooting » durant toute la matinée…
02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

PERPIGNAN : LES INSTITUTEURS AU CŒUR DE L’ACCUEIL DES ENFANTS ESPAGNOLS DE 1936 À 1940

Il y a 80 ans, désireux de mettre à l’abri des bombardements de l’aviation nazie et franquistes les civils de Madrid et des zones de combat, le gouvernement républicain confia des milliers d’enfants à des œuvres humanitaires européennes.
En France, l’essentiel de cette tâche fut assumé par le Comité d’Accueil aux Enfants d’Espagne créé par la CGT et la Ligue des Droits de l’Homme. Dans les Pyrénées-Orientales, ce comité ouvrit, au début de 1937, deux centres d’accueil à la Mauresque à Port-Vendres et à la colonie de la Bernède à Prats de Mollo. Pendant six mois, des centaines d’enfants y furent accueillis avant d’être confiés à des familles françaises. Tout ceci fut rendu possible par l’engagement de nombreux instituteurs membres du SNI-CGT.
C’est cet épisode peu connu de notre histoire que retracera Georges Sentis, docteur en Histoire, le mercredi 29 mars prochain à 15 heures au Musée de l’Ecole, 3 Rue de la Côté Saint-Sauveur (à côté de l’Hôtel Pams).
01

PERPIGNAN : APPEL À PROJET SEMAINE BLEUE

La Mission « Citoyenneté des seniors » de la Ville de Perpignan lance un appel à projet dans le cadre de la future semaine bleue qui se déroulera du 2 au 8 octobre 2017.
L’objectif est de proposer sur le territoire de la Ville des actions innovantes en direction du public senior axées sur le thème de la Semaine Bleue 2017 « À tout âge, faire société », avec cette année en ouverture l’organisation d’une « marche bleue » le dimanche 1er octobre 2017.
L’appel à projet peut être téléchargé sur le site de la ville mairie-perpignan.fr.
La date de fin de remise des candidatures est fixée au vendredi 28 avril 2017 à 12 heures.

Contact et renseignements
Mission Citoyenneté Seniors : 04.68.66.18.38

citoyennete.seniors@mairie-perpignan.com

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
juillet 2017
D L Ma Me J V S
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031