DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

octobre 2018
D L Ma Me J V S
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Société

TAXE D’HABITATION : TOUS LES TAUX VOTÉS PAR LES COMMUNES

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Gérald DARMANIN publie le fichier des taux votés pour la taxe d’habitation par communes et groupements à fiscalité propre 
Le Ministre de l’Action et des Comptes publics a souhaité que soit rendu public sur les sites www.impots.gouv.fr et www.collectivites-locales.gouv.fr le fichier des taux votés par les communes et les groupements à fiscalité propre pour la taxe d’habitation. Sur les 35 400 communes, près de 6 200 ont augmenté leur taux de taxe d’habitation, contre 7 300 en 2017.
Cette augmentation a été moins forte en moyenne en 2018 comparativement à 2017 (0,73 points en 2017 contre 0,49 points en 2018).
En outre, les plus grandes villes et les plus grandes intercommunalités (en particulier toutes les métropoles) n’ont pas augmenté leur taux de taxe d’habitation en 2018. Seules 55 communes de plus de 10 000 habitants en France métropolitaine ont fait le choix d’augmenter leur taux de taxe d’habitation
Près de 600 communes ont par ailleurs diminué leur taux cette année.
Il ne faut toutefois pas oublier le hold-up de certaines Communautés de Communes qui n’ont pas hésité à augmenter de manière TRÈS IMPORTANTE le taux qui leur est dû sur la Taxe Foncière, telle celle de Perpignan (+104%…) qui prennent en otages les contribuables pour faire de la politique politicienne et préparer les Municipales est un sabotage en règle et un parfait scandale ! Du vol pur et simple quand on connaît le train de vie dispendieux de PMM et ses embauches de copinage !!!
Les électeurs sauront s’en souvenir en 2020…
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
CP Fichier taxe d'habitation

ESSAI : « LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE »

« COMMENT ON A SACRIFIÉ LES CLASSES POPULAIRES »

Par Christophe GUILLUY
Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
Une France qui sombre dans le populisme prétendent certains, oubliant au passage que le « populisme » c’est le Peuple et que terme ne doit rien avoir de péjoratif, des électeurs qui se tournent vers ce qu’il est convenu d’appeler les « extrêmes » pensant y trouver une solution, une chose est certaine, la France sombre dans la haine, l’invective et se trouve au bord de l’insurrection.
Une haine initiée, faut-il le rappeler, par l’ancien Président Sarkozy qui a passé son mandat à cliver et opposer, quand ce n’est pas par insulter ses concitoyens.
Pour ceux qui en douteraient encore, il suffit de lire ces « écrivains-philosophes » totalement radicalisés qui sévissent sur les réseau sociaux : 5 mots de vocabulaire, 5 insultes, 5 fautes d’orthographe…
Pour ceux qui en douteraient encore, il suffit de lire ces « écrivains-philosophes » totalement radicalisés qui sévissent sur les réseau sociaux : 5 mots de vocabulaire, 5 insultes, 5 fautes d’orthographe…

Comment en est-on arrivés là ?
Christophe Guilly fait un état de situation et nous livre sa vision de l’avenir.
 

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couvLA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 4ème de couv

PYRÉNÉES-ORIENTALES – JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE : UN ÉVÈNEMENT QUI REGROUPE LES TROIS INSTITUTIONS

UN DOSSIER COMPLET

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu/posts/2379351355438240?__tn__=K-R
à partager largement
 
Par Didier ALLIZARD – Publié par DirectSudActu 
De l’aveu même du Préfet Philippe CHOPIN, c’est le Maire Jean-Marc PUJOL qui l’a convaincu d’ouvrir les portes de la Préfecture à l’occasion des « Journées Européennes du Patrimoine », à la base une initiative française dès 1984 (1) qui s’est généralisée à toute l’Union dès 1991. « La France a toujours cette grandeur, cette capacité d’inventer et de faire avancer l’Europe. J’y ai beaucoup réfléchi, c’est mieux de réfléchir, et j’ai trouvé que l’idée était intéressante » précise le Représentant de l’État. Cocorico ?
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
UN SOUCI DE TRANSPARENCE
La visite de la Préfecture sera faite, selon les horaires, par le Préfet en personne, assisté de l’architecte des bâtiments de France évidemment compétent en la matière. Les visiteurs ont auront accès à bon nombre de lieux inconnus tels les bureaux du Préfet, de la Présidente du Conseil Départemental ou de la Mairie, ces « lieux de pouvoir » comme les appelle J.Marc Pujol, « Il n’y a rien de pire que de penser que dans ces endroits là on veut cacher des choses. C’est aussi renforcer l’attractivité patrimoniale de notre ville, et c’est apporter une transparence à nos actions, on a trop souvent des visions partielles et toujours partiales de notre travail » ajoute-t-il.
PERPIGNAN : UN PATRIMOINE EXCEPTIONNEL SOUVENT ENFOUI
Quant au patrimoine de la Ville, en pleine polémique sur la destruction massive de certains bâtiments « historiques » de St Jacques, pilotée par l’Adjoint au Maire majoritaire Olivier Amiel (LR) et arrêtée par le Préfet Chopin lui-même alerté par le Député Romain Grau (LREM, ancien 1er Adjoint et toujours Conseiller Municipal majoritaire), « Cela fait 25 ans qu’on s’occupe en y faisant très attention et on est capables d’apporter des précisions sur le patrimoine exceptionnel de la ville de Perpignan,   il me paraissait également normal que ces lieux de pouvoir puisent être aussi visités » indique J.Marc Pujol (LR désormais adhérent du mouvement « Libres ! » animé par Valérie Pécresse) qui rappelle qu’entre les locaux de la Mairie et la récupération de la « Loge de mer » , « on se retrouve dans un lieu qui existe depuis le XIVème Siècle et qui n’a pas bougé. Le Patrimoine est une préoccupation des élus locaux et territoriaux ».
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
Au centre le Préfet Philippe CHOPIN, à sa droite la Présidente du Conseil Départemental Hermeline MALHERBE et à sa gauche le Maire de Perpignan J.Marc PUJOL
« UNE BELLE DÉMARCHE QUI MET EN AVANT NOTRE DÉPARTEMENT »
Au Conseil Départemental, « Cela fait plus de 10 ans qu’on ouvre ce lieu Quai Sadi Carnot, l’hémicycle où on peut s’asseoir à la place de tel ou tel, mais aussi du bureau où je travaille ce qui est quand même moins courant, avec une sécurité tout de même pour ne pas accéder à tous les documents » déclare la Présidente Hermeline Malherbe, qui fera ellle-même la visite le samedi matin, sans oublier de citer l’ensemble des lieux çà découvrir dans le département, du Château Royal de Collioure aux Archives Départementales sans oublier Paulilles (Notre dossier complet). « Ce n’est pas toujours simple de préserver le Patrimoine, les « bâtiments de France » nous aident, pas partout parfois, mais globalement ils sont toujours aidant, même s’il faut admettre qu’il y a des sujets difficiles » conclut la Présidente avec sans doute un peu de malice.
LA PRÉFECTURE : LA MAISON DE TOUS LES CITOYENS
Philippe Chopin reconnaît à J.Marc Pujol d’avoir pris l’initiative de réunir les trois institutions « un engagement personnel du Maire, si vous n’aviez pas fait cette démarche je serais resté dans la lignée de mes prédécesseurs et ne pas ouvrir la Préfecture » reconnaît-il, avant d’ajouter que la Préfecture c’est la maison de l’État et de tous les citoyens. Une occasion également de présenter la fonction du Préfet et de l’ensemble du corps préfectoral « pour que les citoyens sachent aussi pourquoi on vit dans des beaux lieux qui ne nous appartiennent pas et que nous avons la charge de transmettre à nos héritiers » ajoute-t-il avec un trait d’humour dont il ne manque pas, « Après tout, si le Président de la République fait visiter l’Élysée, on peut bien faire visiter une annexe lointaine de l’Élysée, c’est à dire la Préfecture des Pyrénées-Orientales, lieu de la représentation de l’État ». 
« Un peuple qui oublie son passé n’a pas d’avenir… » (Winston Churchill) 
(1) Ministre de la culture en 1984 : JACK LANG 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
PPN FLYER RECTOPPN FLYER VERSOPREFECTURE FLYER 01PREFECTURE FLYER 02PREFECTURE FLYER 03PREFECTURE FLYER 04PREFECTURE FLYER 05PREFECTURE FLYER 06PPN NOTE PRESSE 01PPN NOTE PRESSE 02PPN NOTE PRESSE 03PPN NOTE PRESSE 04PPN PROGRAMME PAGE 01PPN PROGRAMME PAGE 02-03PPN PROGRAMME PAGE 04PPN PROGRAMME PAGE 05PPN PROGRAMME PAGE 06PPN PROGRAMME PAGE 07PPN PROGRAMME PAGE 08PPN PROGRAMME PAGE 09PPN PROGRAMME PAGE 10PPN PROGRAMME PAGE 11PPN PROGRAMME PAGE 12PPN PROGRAMME PAGE 13PPN PROGRAMME PAGE 14-15PPN PROGRAMME PAGE 16CD L'ART DU PARTAGE 00CD L'ART DU PARTAGE 01CD L'ART DU PARTAGE 02CD L'ART DU PARTAGE 03CD L'ART DU PARTAGE 04CD L'ART DU PARTAGE 05CD L'ART DU PARTAGE 06CD L'ART DU PARTAGE 07CD L'ART DU PARTAGE 08CD L'ART DU PARTAGE 09CD L'ART DU PARTAGE 10CD L'ART DU PARTAGE 11CD L'ART DU PARTAGE PLANCD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 00CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 01CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 02CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 03CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 04CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 05CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 06CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 07CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 08CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 09CD L'HÔTEL DU DÉPARTEMENT 1003

 

RADARS EMBARQUÉS

Il suffit juste de respecter les limitations de vitesse, avec d’ailleurs une large marge de tolérance, et tout ira bien !
Est-ce aussi difficile que cela ?
Radars embarqués privés

HAUSSE DE LA CSG – RETRAITÉS EN COUPLE AUX REVENUS INFÉRIEURS À 4000 €UROS PAR MOIS : CESSEZ DE GÉMIR !

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

La hausse de la CSG fait débat et amène bon nombre de retraités dans la rue, y compris ceux… qui ne sont pas impactés par cette mesure… puisque c’est sans tenir compte de l’exonération de la Taxe d’Habitation.
Rappelons par ailleurs qu’aucune augmentation de CSG ne s’applique pour un Revenu Fiscal de Référence inférieur à 14.400 €uros par an.
30% la 1ère année et 35% en 2019 et 2020.
Par simulation et par hypothèse, un retraité en couple gagnant moins de 3980 par mois, ou un solo de moins de 2500 €uros par mois, « perdant » 400 €uros par an en hausse de CSG et payant 900 €uros de Taxe d’Habitation, gagnera 585 €uros sur 3 ans et 900 €uros les années suivantes.
Cette affaire n’est pas autre chose qu’une malhonnête MANIPULATION POLITIQUE orchestrée par deux partis de gauche et deux partis de droite ! Les faits sont les faits et avant de manifester un quelconque mécontentement, il convient de les examiner avec attention, honnêteté et neutralité. C’est ce que nous faisons.

SIMULATION HAUSSE / EXONÉRATION CSG

Exonération totale :
3980 €uros pour un couple, 2500 pour un solo par mois
EXEMPLE TYPE :
Hausse de CSG : 400 / an
Taxe d’habitation : 900 €uros
1ère année :
Perte annuelle de CSG : 400 €uros
Exonération TH : 270 €uros
PERTE : 130 €uros
2ème année :
Perte annuelle de CSG : 400 €uros
Exonération TH : 585 €uros
GAIN : 185 €uros
PERTE DE LA 1ère ANNÉE DE 100 €uros ÉPONGÉE
GAIN SUR DEUX ANS : 55 €uros (-130 + 185) 
3ème année :
Perte annuelle de CSG : 400 €uros
Exonération TH : 900 €uros
GAIN : 500 €uros
GAIN SUR TROIS ANS : 585 €uros (85 + 500) 
Au-delà de 3 ans dès la 4ème année
GAIN PAR AN : 500 €uros (900 – 400)
 
NOTE :
Pour UNE part :
Pas de hausse de CSG pour un salaire inférieur à 14.400 €uros par/ an
PAS DE CSG en dessous de 11018 €uros par an
 
Pour DEUX parts
Pas de hausse de CSG pour un salaire inférieur à 16.902 €uros par/ an
PAS DE CSG en dessous de 16902 €uros par an
 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Exonération TH 1Exonération TH 2Seuils revenus CSG 01Seuils revenus CSG 02

SOCIÉTÉ : NON À L’EUTHANASIE !

Par Catherine Pujol, Conseillère Municipale et Communautaire de Perpignan, suppléante du Député de la 2ème circonscription des #PyrénéesOrientales Louis Aliot

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

La loi Leonetti accompagne les patients en fin de vie depuis 2005. Elle permet des prescriptions de substances adaptées, sédatives, efficaces et de confort, une prise en charge individualisée par des professionnels de santé spécialisés, formés et performants tout en bienveillance.
Catherine PujolCette loi demanderait juste un complément de légifération confortant et soutenant précisément les médecins prescripteurs qui œuvrent au quotidien dans ces services de pointe, épuisants psychologiquement face aux familles désemparées et prêtes au pire lorsque, hélas, leur proche décède.
Personnellement en 20 ans de services d’urgences et réanimation, j’ai pu constater que l’espoir, la vie est présente chez les plus affaiblis et comateux. La vie est plus forte que la mort. J’ai vu une lueur dans les yeux de patients auquel je susurrais des chansons douces à l’oreille, soit disant perdus, une esquisse de sourire en réponse à un câlin. J’ai pu constater quelques réveils de comas profonds !
Messieurs les Députés, la France a pour l’instant le meilleur Système de Santé européen, un personnel médical et paramédical à la pointe des formations européennes ! Ne nous inspirez pas des systèmes anglo-saxons et canadiens soit disant avant gardistes légalisant l’euthanasie dont leur seul objectif n’est que business et rentabilité. Ils n’ont que faire de l’être humain. Un jour viendra ou vous vous trouverez dans un lit d’hôpital. Cela n’arrive pas qu’aux autres !
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
edaction@directsud.eu

SUCCESSION DE JOHNNY HALLYDAY : LE BRAQUAGE DU SIÈCLE ?

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
En choisissant de déshériter ses enfants David et Laura, Johnny Hallyday, mort en décembre dernier à l’âge de 74 ans, a fait de son épouse Laeticia l’unique bénéficiaire de sa succession. Mais celle-ci avait déjà anticipé le contrôle de l’empire bien avant la disparition du chanteur. Dans l’ombre du clan Hallyday se trouve en effet un personnage peu connu du grand public et que le milieu surnommait notamment « Mamie Rock ».
Il s’agit d’Élyette Boudou, la grand-mère paternelle de Laeticia.
Une grand-mère qui, ces dernières années, avait pris beaucoup de place dans la famille du rockeur. « Laeticia le dit elle-même : c’est le pilier de sa vie, elle est très importante à ses côtes. C’est la grand-mère elle-même qui avait demandé à venir habiter chez Johnny et Laeticia Hallyday et suivait le couple et leurs filles Jade et Joy partout, de Saint-Barth à Saint-Tropez en passant par Los Angelès. Depuis 2012, « Mamie Rock » avait pris une place essentielle puisqu’elle était tout simplement devenue l’unique gérante du business Hallyday, que ce soit pour les questions de droits d’auteurs et d’édition, les concerts et tournées, les produits dérivés ou l’immobilier.
Au total, elle gère au moins cinq sociétés. Et à chaque fois, c’est le même scénario qui se produit : les anciens dirigeants sont mis à la porte et remplacés par cette grand-mère qui n’a aucune expérience. Laeticia Hallyday avait décidé de « faire le ménage » dans l’entourage de Johnny. Mais confier la gestion des sociétés du business Hallyday avait de quoi surprendre plus d’un observateur. À cette époque-là, la grand mère a déjà 70 ans. Dans sa vie, elle n’a géré qu’un seul commerce.
Ce qu’il faut comprendre c’est que Laeticia, en nommant sa grand-mère à la tête de toutes les sociétés de Johnny Hallyday, met la main sur les sociétés, elle accroît son contrôle sur les sociétés ». Cette stratégie de Laeticia Hallyday lui a ainsi permis de s’emparer de la villa de Marnes-la-Coquette, un bien estimé entre 10 et 25 millions d’€uros et qui a été mis en vente peu après le décès de Johnny. 
Ce type de gérance s’appelle une gérance de paille et c’est notamment puni par le code pénal. Devenir gérante de société à 70 ans… n’est ce pas surprenant pour ne pas dire bizarre ?! 
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
JH-MR

SÉCURITÉ ROUTIÈRE : RÉACTION À LA PUBLICATION D’UNE ÉTUDE DE « 40 MILLIONS D’AUTOMOBILISTES » SUR LE BILAN DE L’EXPÉRIMENTATION DES 80 km/h ENTRE JUILLET 2015 ET JUILLET 2017

Communiqué du Ministère de l’Intérieur

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Le Gouvernement a pris connaissance de la publication de l’association « 40 millions d’automobilistes », et des publications de presse qui l’ont accompagnée. Contrairement à ce qui y est écrit, il n’existe pas de « rapport secret » sur cette expérimentation, mais deux sources distinctes :
– D’une part, un rapport du CEREMA de décembre 2017 : ce rapport qui ne porte pas sur l’accidentalité mais sur l’étude des vitesses sur les 86 kilomètres de routes concernés, conclut, à l’issue de sept campagnes de mesures de vitesse sur chacun des itinéraires, à des diminutions de vitesse moyenne comprises entre 2 et 9 km/h selon les axes. Ce rapport a été transmis, à sa demande, au groupe de travail sénatorial récemment constitué. Il est également en ligne.
– D’autre part, à une analyse de l’accidentalité réalisée à partir des données de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), organisme statistique obéissant aux règles de la statistique publique : les chiffres consolidés par l’ONISR confirment le chiffre de 18 accidents, 3 tués et 18 blessés hospitalisés plus de 24 heures sur la période de juillet 2015 à juin 2017. Ces résultats sont en diminution par rapport à l’équivalent sur 2 ans des résultats enregistrés sur les cinq années 2010-2014 qui ont précédé l’expérimentation. En revanche, le nombre de blessés légers a augmenté : on en a enregistré 25 sur la période de juillet 2015 à juin 2017.
S’agissant de l’étude produite par l’association « 40 millions d’automobilistes », elle fait l’objet d’un examen approfondi par des spécialistes de l’étude des accidents. En première analyse, elle présente plusieurs biais méthodologiques : tronçons sélectionnés, choix des accidents, choix des périodes. La délégation interministérielle à la sécurité routière publiera très rapidement une analyse détaillée de l’étude de l’association.
Le Gouvernement a au demeurant toujours indiqué que sa décision de ramener à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur le réseau bidirectionnel sans séparateur central ne se fondait pas sur cette expérimentation, très limitée dans l’espace et dans le temps, et dont l’objectif était d’observer la mise en place pratique d’une telle mesure, mais, d’une part, sur une recommandation adoptée le 16 juin 2014 par le conseil national de la sécurité routière (CNSR) sur la base du premier rapport du comité des experts du CNSR de novembre 2013 selon laquelle cette baisse de vitesse serait susceptible d’épargner entre 300 et 400 vies par an, d’autre part sur l’expérience acquise lors du déploiement du dispositif de contrôle automatisé en France entre 2002 et 2005 – trois années pendant lesquelles, sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central, la vitesse moyenne a diminué de 7 km/h tandis que la mortalité chutait de 37 %.
Sur un sujet d’une telle gravité, conformément aux engagements du Gouvernement, la délégation interministérielle continuera à faire preuve de la plus grande transparence. 
Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PYRÉNÉES-ORIENTALES – « ÉDUCATION ET SÉCURITÉ : NOTRE DÉPARTEMENT, GRAND OUBLIÉ DU GOUVERNEMENT MACRON-PHILIPPE ! »

Communiqué de Louis Aliot, Député de la 2ème circonscrition

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

LIRE LE DOSSIER COMPLET :
SÉCURITÉ : LANCEMENT DE LA PSQ

LA jardins recadréNotre département va subir de plein fouet les conséquences de la politique élitiste et désastreuse du Gouvernement Macron-Philippe en matière d’Education et de Sécurité.
En effet, le projet de réforme de la carte scolaire pour 2018-2019, prévoit de supprimer de nombreuses classes dans les zones rurales, pourtant socialement défavorisées, au profit des zones prioritaires (identifiées REP – « réseau éducation prioritaire ») situées principalement en milieu urbain ou péri-urbain.
Alors que cette mise en place, s’accompagnant de dédoublements de classes de Cours Préparatoire et de Cours Elémentaire en zone REP, était sensée « corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative », ce dispositif va de fait dans les Pyrénées-Orientales, creuser un peu plus l’inégalité entre les territoires, impactant également la répartition des effectifs d’enseignants, en déplaçant ceux-ci de la Ruralité vers les quartiers urbains et péri-urbains dits « prioritaires » !
L’autre domaine où notre département fait figure d’oublié du Gouvernement, c’est la Sécurité.
En effet, les Pyrénées-Orientales viennent de se voir refuser l’attribution d’effectifs de Police et de Gendarmerie supplémentaires dans le cadre de la mise en place du dispositif « Police de Sécurité du Quotidien » (PSQ) !
Quand on sait que Perpignan et notre département connaissent une explosion de la délinquance, c’est à se demander si le Ministre de l’Intérieur Gérard Colomb, n’a pas tout simplement oublié les Pyrénées-Orientales… Par là-même on en déduit, qu’une fois de plus, nos exécutifs locaux LR-PS-UDI après avoir soutenu Emmanuel Macron aux dernières élections, se retrouvent être les dindons de la farce…
Louis Aliot et les élus FN/RBM des Pyrénées-Orientales dénoncent ces mesures gouvernementales qui sont clairement appliquées de manière discriminatoire, et qui sans moyens réels, ni volonté politique, fragmenteront un peu plus l’égalité entre nos territoires et leurs habitants !
Les habitantes et habitants des Pyrénées-Orientales constateront que dans ces deux domaines, pourtant piliers de notre démocratie, l’Education et la Sécurité, le Président Macron et son exécutif, s’inscrivent dans la continuité des gouvernements Hollande et Sarkozy, en abandonnant des pans entiers du territoire de notre République.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : INTERPELLATIONS EN SÉRIE POUR VOLS À L’ARRACHÉ

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Vendredi 2 février vers 16h20, un vol à l’arraché est commis rue de la Garrigole à Perpignan. L’auteur des faits s’en est pris à une personne âgée de 77 ans, atteinte de la maladie d’Alzheimer, en lui arrachant deux colliers en or. Des témoins des faits se ruent derrière le malfrat et parviennent à le maintenir jusqu’à l’arrivée d’un équipage de la Brigade Anti-Criminalité rapidement dépêchée sur place. Les policiers découvrent dans sa poche l’intégralité du butin.
Le mis en cause est interpellé et immédiatement placé en garde à vue. Interrogé par les enquêteurs de la permanence du commissariat de Perpignan, l’auteur des faits, âgé de 25 ans, défavorablement connu des services de police, ne peut que les reconnaître. Á l’issue de sa garde à vue, il est présenté devant le magistrat et placé en détention provisoire en attendant son jugement en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Perpignan qui a eu lieu lundi 5 février et qui l’a condamné à 18 mois de prison.
Mardi 6 février à la même heure, le centre d’information et de commandement du commissariat de Perpignan est avisé qu’un vol à l’arraché d’un sac à main vient de se commettre rue des eaux vives.
La victime, âgée de 58 ans, marche tranquillement dans la rue, sac à main dans les bras, un individu arrive derrière elle et le lui arrache avant de prendre la fuite. Dans sa course, il fouille le sac et s’empare d’un portable, d’un porte-monnaie et d’une carte bleue. Bien que choquée, la victime parvient à donner un signalement bien précis de l’auteur. Fort de ces renseignements, un équipage de la Brigade Anti-Criminalité est dépêché sur place. Les policiers font rapidement le lien avec un individu bien connu de leurs services.
Ce dernier est rapidement repéré sur le pont Arago. Á la vue des policiers, l’individu prend la fuite et tente de se réfugier dans son domicile du quartier moyen Vernet. Il est interpellé par les policiers de la BAC avant qu’il ne pénètre dans l’appartement. Alertée par le bruit, la famille du malfrat tente de s’interposer pour empêcher son interpellation. Non sans mal, les policiers parviennent à maîtriser la situation et rentrent au commissariat avec l’auteur présumé du vol et le butin dont il tente de se débarrasser entre-temps. Il est placé immédiatement en garde à vue.
L’enquête est confiée au Groupe de Voie Publique de la Sûreté Départementale de Perpignan. Entendu, le mis en cause âgé de 23 ans et connu défavorablement des services de polices, reconnaît rapidement les faits. Á l’issue de sa garde à vue, il faisait l’objet d’une convocation ultérieure devant le tribunal correctionnel de Perpignan pour répondre des faits de vol aggravé. 
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

SAINT HIPPOLYTE : GRANDE « CALÇOTADA » DE BONANÇA

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Dimanche 11 mars
Gymnase de Saint Hippolyte
 

Vous le savez, notre association est dédiée à la mise en valeur du patrimoine catalan : barques catalanes, barraca en sanills, entretien de l’environnement de l’étang, cuisine catalane…
En ce mois de mars, nous vous proposons une grande calçotada, ouverte à tous. Notre objectif est bien sûr de vous offrir une journée de convivialité et d’amitié, autour de cette rencontre culinaire catalane, mais aussi par votre participation financière, de permettre d’apporter la touche finale à la réhabilitation de la « mouette », barque d’étang construite en 1934 au Barcarès par le chantier naval Calvet.
Le menu :
Apéritif, calçots avec sa sauce, grillade (saucisse et rognonal d’agneau) avec son aïoli, fromage de chèvre de Matemale, bougnette, mandarine, café, vin et porro de muscat.
Pour faire joli et ne pas vous salir, nous offrons à chaque convive un magnifique « pitet » (bavoir) décoré qui vous ravira.
N’oubliez pas d’apporter vos couverts.
Combien cela coûte ? : 25 €uros par personne
Comment s’inscrire ?
Par téléphone : Thierry 07 79 82 97 19 ou par courriel tderoussent@free.fr
Puis confirmer votre inscription en payant par chèque votre réservation.

Adresser votre chèque à l’adresse suivante :
Association Bonança, mairie, 3, avenue Paul Riquet, 66210 Saint Hippolyte ou passer le déposer directement à la mairie, ouverte du lundi au vendredi de 10 h à 17h.

Ne tardez pas à vous inscrire, le nombre de places est limité.

Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
01

PERPIGNAN : PROPRIÉTAIRES VICTIMES DE LEURS LOCATAIRES…

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de donner une suite favorable à la demande de publication de cette propriétaire désespérée par l’état de l’appartement qu’elle louait à des locataires voyous ! Et s’il n’y avait qu’elle en France…
Un petit exemple pour les élus J.Marc Pujol et Olivier Amiel, qui sont beaucoup plus prompt à mettre en accusation les propriétaires indignes et à faire voter des mesures de rétorsion par le Conseil de la communauté Urbaine, mais sont mystérieusement très silencieux lorsqu’il s’agit de venir en aide aux NOMBREUX propriétaires floués, quand ce n’est pas dépossédés de leur(s) bien(s) ! C’est tellement plus facile et tellement plus payant de faire de la démagogie…
Texte reçu de Madame « MFB » dont les coordonnées pourront être communiquées à toute personne souhaitant lui porter assistance, à défaut de l’aide des élus… 
« Je vous adresse ce petit texte car j’aimerais qu’on entende la voix de ceux qui sont des bailleurs confiants et qui se retrouvent mis en difficultés par les agissements inacceptables de leurs locataires , difficultés matérielles, financières, sans parler du préjudice moral et psychologique…
Et qu’on dise aussi que les propriétaires, non ce ne sont pas les mauvais individus si souvent décrits et critiqués, et qu’ils connaissent de gros problèmes financiers dans des situations difficiles !

Pourquoi on ne veut plus louer un bien immobilier :
Loué à une jeune femme avec 3 jeunes enfants mon appartement sis à Perpignan a été laissé dans un chaos total. C’était un bel appartement de 105 m2… en parfait état, cuisine équipée, loué depuis 31/2 ans.
Très vite il y a eu des problèmes d’impayés de charges, de la quote-part de loyer dépassant l’allocation CA… et des troubles et nuisances au sein de la copropriété, bien tenue, avec gardien : bruit, saleté, cafards… jusqu’au jour où cette locataire, manquant aux règles d’hygiène et de salubrité, aux bonnes conditions d’occupation du logement , part à la cloche de bois sans prévenir, sans rendre les clés, mais en ayant laissé l’appartement dans un état de saleté et de désordre extrêmes, avec des tas de vêtements sales, des ordures, de nombreuses dégradations… comme en attestent les exemples des deux photos ci-dessous…
La remise en état nécessite d’abord désinfection et désinsectisation par une société spécialisée, pour un coût de 1000 € minimum ; ensuite le nettoyage, et seulement après  les réparations seront envisageables… aucun artisan ne voulant entrer dans les lieux sans combinaison, masque, pour vider et apporter le tout à la déchetterie…
Pour tout propriétaire, les procédures contre un locataire (huissier, avocat) sont longues, coûteuses, que ce soit pour impayés, dégradations, expulsion… Pourrait-on réfléchir à simplifier et raccourcir les délais ?
Pourrait-on améliorer le sort des propriétaires au lieu de défendre à mauvais escient les locataires qui se comportent avec malhonnêteté, irrespect, tout en recevant une allocation logement ?
Ces questions mériteraient d’être traitées par nos représentants, d’être débattues, sinon combien de logements resteront vides de familles refusées dès le choix d’un locataire.
Une question : comment obtenir de l’aide pour faire désinfecter et nettoyer par la Mairie… le Service d’hygiène qui ne le fait pas… et les sociétés privées très chères !

Si vous pouviez accorder une petite place dans vos pages à mon témoignage et m’aider dans recherche d’aide pour rendre cet appartement habitable à nouveau ». 

Alexis BASTIDE
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
0102

MAUVAISE NOUVELLE POUR NOS ENFANTS : L’EFFET DES SMARTPHONES SUR NOS JEUNES EST PLUS QU’EFFRAYANT !

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
Personne, je pense, n’avait anticipé la catastrophe historique provoquée par les smartphones. La psychologue américaine Jean M. Twenge étudie depuis vingt-cinq ans le comportement social et affectif des jeunes. Elle a observé ces dernières années un séisme. Dans un article intitulé « Les smartphones ont-ils détruit une génération ? »
Elle explique que tout a changé à partir de 2012.

Cette année-là, plus d’un ado sur deux était équipé d’un smartphone. Aujourd’hui, c’est quatre sur cinq.Durant cette période, les évolutions suivantes se sont produites. Elles concernent toutes les classes de la population, riches ou pauvres :
– Les symptômes dépressifs se sont accrus de 50 % chez les filles et de 21 % chez les garçons, de 2012 à 2015
– Le nombre de filles qui se sont suicidées a triplé entre 2007 à 2015, et celui des garçons doublé
– Le nombre de jeunes qui voient des amis tous les jours a baissé de 40 % entre 2000 et 2015
– Actuellement, les jeunes de 16 ans sortent moins que ne le faisaient ceux de 12 ans en 2009. Ils sont en train de cesser progressivement de sortir et de se socialiser dans les parcs, squares, etc., et restent seuls chez eux avec leur smartphone
– En 2015, seuls 56 % des élèves de terminale sont « sortis » avec quelqu’un, contre 85 % des jeunes dix ans plus tôt, un chiffre qui était stable depuis les années 1960
– Le nombre d’enfants qui manquent de sommeil a augmenté de 57 % entre 1991 et 2015
– Aux États-Unis, où l’obtention du permis de conduire était le rêve de tous les jeunes autrefois, le passeport pour la liberté, on observe un désintérêt massif des adolescents, qui préfèrent rester dans leur chambre sur leur smartphone et se faire conduire par leurs parents
– Concernant la consommation d’alcool, les rencontres amoureuses, les adolescents se comportent comme nous le faisions à 15 ans, et ceux de 15 ans comme nous le faisions à 13
– S’ils sortent moins souvent, les rares fois où ils le font sont abondamment communiquées sur Snapchat, Instagram ou Facebook. Ceux qui ne sont pas invités se sentent donc cruellement exclus : – Le nombre de jeunes filles se sentant rejetées et isolées a augmenté de 48 % de 2010 à 2015 et le nombre de garçons de 27 %.
« J’essaye de leur parler et ils ne me regardent pas. Ils regardent leur smartphone. »
Lorsqu’ils se confrontent malgré tout aux enfants de leur âge, leur manière d’interagir est profondément dégradée. En effet, bien que physiquement ensemble, cela n’interrompt nullement le fonctionnement des smartphones.
« J’essaye de leur parler de quelque chose, et ils ne me regardent pas droit dans les yeux. Ils regardent leur téléphone ou leur Apple Watch », témoigne une jeune fille dans l’article cité ci-dessus.
« Et qu’est-ce que ça te fait, quand tu essayes de parler à quelqu’un en face-à-face et qu’il ne te regarde pas ? », lui demande la psychologue.
« Cela me fait mal. Mal. Je sais que la génération de mes parents ne faisait pas ça. Je peux être en train de parler de quelque chose de super-important pour moi, et ils ne m’écoutent même pas ».
Oui, on imagine que ça fait mal, en effet…

Piégé par mon smartphone
En ce qui me concerne, j’ai tenu sans téléphone mobile jusqu’à il y a quelques mois. Pendant longtemps, je me suis débrouillé avec des « télécartes ».
Mais les cabines publiques ont peu à peu été supprimées. En cas d’urgence, j’étais obligé d’emprunter le téléphone des gens. Mais avec le smartphone, ils sont devenus de plus en plus réticents à cause de toutes les informations personnelles ; trop dangereux de laisser ça entre les mains d’un inconnu, aussi sympathique soit-il. Mais c’est ma banque qui a eu raison de mes résistances.
Comment ma banque m’a vaincu
Au mois de février, ma banque m’a envoyé un courrier m’expliquant que tous les clients devaient désormais utiliser leur smartphone pour « scanner » un code apparaissant sur l’écran pour accéder à leur compte… Penaud, j’ai acheté un smartphone. J’étais décidé à ne m’en servir que pour la banque mais, bien sûr, très rapidement j’ai passé mes premiers appels et il s’est mis à sonner en retour… 
La chute
En juillet, je m’en servais, pour la première fois, connecté à ma voiture. En août, ma fille m’installa Whatsapp, et m’inscrivit au groupe de la famille, ce qui me valut de sentir des vibrations toutes les cinq minutes, et voir apparaître toutes sortes de « notifications » sur l’écran que ma curiosité avait le plus grand mal à ignorer…

Peu à peu, ma vie a basculé.
Il y a dix jours, je me suis retrouvé pour la première fois à me promener dans la rue en « textant ». J’ai alors levé le nez autour de moi. Je ne regardais plus le ciel bleu. Je n’entendais plus les oiseaux chanter. Je ne souriais plus aux passants (ni aux passantes…). J’étais dans la prison psychique de mes messageries et je me suis rendu compte que la plupart des gens autour de moi étaient… pareils. 
Le patron d’Apple avait interdit l’iPhone à ses enfants
Ce matin, un article explique que le grand Steve Jobs, patron d’Apple, avait interdit le smartphone à ses enfants.
De même pour Bill Gates, fondateur de Microsoft, qui ne voulait pas d’ordinateur chez lui.
Y avait-il quelque part un problème que ces « génies de l’informatique » avaient remarqué et dont leurs clients ne s’étaient pas aperçus ?

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… »
Les gens sont en train d’oublier combien la vie était douce avant ces engins. Moi je m’en souviens, je vivais ainsi il y a quelques mois encore.
– Je montais dans ma voiture, ou dans le train, et je partais réellement.
– Je ne poursuivais pas la conversation avec les gens que je venais de quitter.
– Les séparations étaient plus dures, mais les retrouvailles étaient aussi beaucoup plus intenses.
– En voyage, je lisais. Dans ma voiture, je rêvais. J’écoutais de la musique sans jamais être interrompu par un brutal appel téléphonique.
– Quand j’arrivais chez des amis, j’étais présent, je ne poursuivais pas des échanges parallèles avec des collègues ou d’autres personnes à des centaines de kilomètres de moi. C’était plus agréable pour tout le monde.
– En réunion, au travail, je me concentrais uniquement sur les problèmes discutés autour de la table. Je n’avais pas le choix. Impossible de m’évader en appuyant sur un écran pour recevoir des nouvelles de ma famille ou de mes amis, ou encore pour traiter les questions liées à d’autres collègues, autre part.

Je comprends bien l’aspect excitant de ces machines. Vous êtes tout le temps stimulé. Vous vous sentez important. Vous avez l’impression d’être dans le coup, de mener une vie trépidante. Vous êtes enivré. Le grand frisson de la vie moderne, connectée, toujours en mouvement. Vous recevez de délicieuses décharges d’adrénaline chaque fois que ça bipe, que ça buzze, que ça sonne.
Mais si vous regardez les choses en face, vous risquez aussi beaucoup plus de devenir un zombie dépressif. Alors, cette fois, c’est décidé : je laisse mon smartphone à la maison ! Une fois par mois, je consulterai mes comptes, et ce sera tout. Je brise mes chaînes. Je retourne dans le monde normal. Je dis stop à la dépression, aux insomnies, aux idées suicidaires. Adieu, mon smartphone !
Source :
https://www.santenatureinnovation.com/mauvaise-nouvelle-nos-enfants/ – kmf8XTxh3U7bIZ9U.01
 
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

SI JÉSUS NAISSAIT DE NOS JOURS… À LA UNE DES JOURNAUX TÉLÉVISÉS :

« LE 25 DÉCEMBRE, UN NOUVEAU-NÉ A ÉTÉ TROUVÉ DANS UNE ÉTABLE. LA POLICE S’EST RENDUE IMMÉDIATEMENT SUR LES LIEUX ET A FAIT APPEL AU SAMU »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Crèche 450Un charpentier et une mineure, vraisemblablement la mèr, ont été placés en garde à vue.
Ce matin très tôt, les autorités ont été avisées par un citoyen de la banlieue de Bethléem, qu’une famille de S.D.F s’était installée dans son étable.
À son arrivée sur les lieux, la police a découvert un nouveau-né enveloppé dans des morceaux de tissu sans précaution d’hygiène et dormant sur une litière de paille. Le charpentier, identifié plus tard, Joseph (de Nazareth), s’est opposé à ce que les autorités emmènent l’enfant afin de le mettre en lieu sûr. Il était aidé de plusieurs bergers ainsi que de trois étrangers sans papiers.
Ces trois étrangers, se présentant comme mages, ont été arrêtés. Ils sont passibles de reconstitution de secte dissoute.
Le ministère de l’Intérieur s’interroge sur l’origine de ces trois hommes probablement en route vers Calais.
Le préfet a confirmé qu’ils n’avaient pas de papiers d’identité mais qu’ils détenaient de l’or ainsi que des produits suspects et illicites.
Ils prétendent que Dieu leur a dit de ne pas répondre aux questions… 
Les produits suspects ont été envoyés en laboratoire pour analyse.
Le lieu où le nouveau-né se trouve actuellement n’a pas été communiqué. 
D’après le service social en charge de l’affaire, le père avoisinerait la cinquantaine tandis que la mère n’est certainement pas majeure.
On vérifie pour le moment la relation entre les deux. Mais à défaut de soupçon de pédophilie, le détournement de mineure est très suspecté…
La mère se trouve pour l’instant à l’hôpital universitaire de Bethléem pour des examens médicaux et psychiatriques.
Elle prétend être encore vierge et affirme que le bébé vient de Dieu. Si son état mental le permet, elle sera mise en examen pour non-assistance à personne en danger.
La consommation de stupéfiants, probablement amenés par les trois étrangers, doit sans doute être prise en compte dans cette affaire.
Des prélèvements et des prises de sang ont d’ailleurs été faits en vue de retrouver les empreintes d’ADN nécessaires à l’enquête
Aux dernières nouvelles on apprend que les bergers présents sur les lieux affirment avoir vu un grand homme, tout de blanc vêtu, qui leur a ordonné de se rendre à l’étable, avant de s’envoler mystérieusement.
Aucune hypothèse n’est écartée, comme celle d’embarquement à bord d’un OVNI qui n’est pas à exclure…
L’opposition s’est indignée que le gouvernement ne mettent pas en place les moyens de protection suffisante pour éviter que n’importe quel OVNI puisse survoler notre espace aérien. Ils demandent une enquête parlementaire
LES VERTS rappellent que faire un feu de bois dans une étable est source de pollution…
Le parti de la Marine LE PEN dénonce l’absence de contrôles aux frontières qui permettent aux étrangers de venir accoucher en France pour bénéficier des allocations familiales.
La Gauche de J.Luc MÉLENCHON dénonce ce capitalisme sauvage qui augmente les loyers et empêche les familles modestes d’avoir un logement décent.
Le président Emmanuel MACRON déclare que, depuis son élection, le gouvernement a ouvert de nombreuses nouvelles places d’accueil pour éviter de laisser des familles à la rue, alors que son prédécesseur en avait supprimé.
Une cellule de crise a été installée sous la direction du préfet HÉRODE, l’autorité craignant un complot dont les rumeurs avaient persisté ces derniers temps.
On pourra également suivre les images en direct sur BFM télé…
et à 17h30 « C’est à vous » organisera un débat sur le thème : « Peut encore accoucher dans une étable de nos jours ? », en présence de plusieurs invités : notre confrère de libération auteur d’une enquête sur « la rue pour toute vie », d’un sociologue enseignant à l’Institut d’Etude Politique, spécialiste de la précarité sociale, de l’écrivain VICTOR HUGO qui a écrit « les Misérables » et de PONCE PILATE représentant le gouvernement.
Après examen médical, la fille mineure ayant effectivement été reconnue vierge, le couple a été placé en garde à vue pour rapt d’enfant… 
Grégory CHAVANNES
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ORIENTALES USAGE DE LA RESSOURCE EN EAU : PROLONGATION DES RESTRICTIONS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Même si des mesures de restriction ont été levées localement suite aux pluies du début de l’automne, à la diminution des besoins agricoles et à la baisse de la fréquentation touristique, certains secteurs du département sont toujours soumis aujourd’hui à des restrictions, et ce jusqu’au 30 novembre 2017 : il s’agit de ceux utilisant les eaux superficielles du bassin-versant de l’Agly et ceux utilisant les eaux souterraines profondes des Aspres.
Compte tenu de la pluviométrie toujours aussi insuffisante, les mesures de restriction en vigueur sont prolongées jusqu’au 31 décembre 2017. Le fleuve Agly est toujours à sec sur de nombreuses sections, et les nappes dans le secteur dit « Aspres-Réart » continuent à enregistrer des niveaux jamais atteints face à cette sécheresse historique.
Ces mesures concernent aussi bien les particuliers que les professionnels et les collectivités pour les usages utilisant les eaux souterraines dans le secteur dit « Aspres-Réart », sont notamment interdits :
– L’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, avec des tolérances dans des créneaux horaires précis et pour des plantations particulières.
– Le lavage des véhicules hors des stations professionnelles
– Le lavage et le rinçage des navires de plaisance, sauf exception
– Le lavage des voiries, terrasses et façades, sauf impératifs sanitaires ou sécuritaires publics pour – Les usages utilisant les eaux superficielles dans le bassin-versant de l’Agly à l’amont de la commune de Maury, sont notamment interdits :
– Les mêmes usages que pour le secteur dit « Aspres-Réart »
– L’irrigation à partir des canaux un jour sur deux pour les usages utilisant les eaux superficielles dans le bassin-versant de l’Agly à l’aval de la commune de Maury, sont notamment interdits :
– Les mêmes usages que pour le secteur dit « Aspres-Réart » l’irrigation à partir des canaux un jour sur quatre
Leurs modalités de mise en œuvre ainsi que la liste des communes concernées sont précisées dans l’arrêté préfectoral consultable sur le site Internet départemental de l’État à l’adresse suivante :

http://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-eau-risques-naturels-et-technologiques/Eau-et-Peche/Dernieres-Actualites/Restrictions-de-l-usage-de-l-eau

La vigilance reste de rigueur et chacun doit veiller à ne consommer que ce qui est strictement nécessaire. 
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : JOURNÉE D’HOMMAGE AUX MORTS POUR LA FRANCE PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE ET LES COMBATS DU MAROC ET DE LA TUNISIE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

11h15 – Arrivée de Philippe VIGNES, préfet des Pyrénées-Orientales, devant le Monument aux Morts départemental accueilli par le maire de Perpignan, les parlementaires, la présidente du conseil départemental, le représentant du conseil régional, le Colonel Délégué Militaire Départemental, le président du Comité d’Entente des Anciens Combattants et le président de l’Union Départementale des Associations de Combattants et Victimes de Guerre.
– Mise en place devant le monument aux morts
– Lecture du message de Madame la Secrétaire d’État auprès de Madame la Ministre des Armées par le préfet 

Dépôt de gerbes :

– Les associations d’anciens combattants d’Afrique du Nord (M. Bachir ZARZI,représentant l’ensemble des associations de Harkis , ACPG-CATM, FNACA, UDAC, UFAC, UNC), et le Colonel Délégué Militaire Départemental
– Le représentant du conseil régional
– Les parlementaires
– Le maire de Perpignan, la présidente du conseil départemental
– Le préfet
– Sonnerie aux morts
– Minute de silence
– Marseillaise
– Salut au piquet d’honneur
– Salut aux porte-drapeaux 
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

J.-O. PARIS 2024 : « ARRÊTEZ CETTE AGRESSION LINGUISTIQUE ! JE NE PARTAGERAI NI LEUR JOIE NI LEURS JEUX ! »

Communiqué de l’A.FR.AV (Association Francophonie Avenir) :
http://www.francophonie-avenir.com

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

(https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/jo-paris-2024-je-ne-partagerai-ni-196936)

Pourquoi les vitrines des commerces de nos villes de France et les pages de nos journaux se couvrent-elles actuellement d’énormes annonces vantant le BLACK FRIDAY ?
Mais que vient faire chez nous, cette appellation en anglais utilisée à une date donnée par les commerces des États-Unis pour brader leur marchandise ?
Après Halloween, est-ce là un nouvel exemple de cette soumission linguistique et culturelle dans laquelle on veut progressivement enfermer le peuple français en le conduisant sur la voie du renoncement, de l’oubli de soi ?
Au nom de quel reniement,  les clients de ces commerces répondraient au diktat de cette mode commerciale américaine, imposée en anglais, et à la même date qu’aux États-Unis, qui plus est ? 
Pour tous ceux qui ne sont pas encore atteints par une anglomanie servile, montrons notre désapprobation en boycottant toutes les enseignes qui reprennent cette appellation.
Vous ne voulez pas de ma langue, vous n’aurez pas mon argent !
Françoise MOREAU
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : ARRESTATION DE DEUX VENDEURS D’HÉROÏNE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

L’Unité de Lutte contre les Stupéfiants et l’Economie Souterraine de la Sûreté Départementale de Perpignan exploitait un renseignement confidentiel indiquant qu’un individu se livrait à la revente d’héroïne à son domicile en périphérie de Perpignan sur la commune de Bompas.
L’individu était identifié et localisé.
Un dispositif de surveillance mis en place sur le site permettait d’assister à une quinzaine de transactions et révélait que celles-ci étaient aussi bien le fait de l’ individu que de sa compagne.
Le 20 novembre 2017, ce dispositif de surveillance amenait la constatation d’une nouvelle vente illicite. Un client était contrôlé en possession d’une dose d’héroïne de 0,3 gramme qu’il avouait avoir acheté à une femme contre la somme de 20 €uros.
L’interpellation du couple s’effectuait alors que l’individu était en pleine transaction avec un nouveau client derrière le portail de sa maison.   Le dealer tentait en vain de se débarrasser des quatre doses d’héroïne qu’il s’apprêtait à revendre.
La perquisition aussitôt menée révélait la présence de 33 grammes d’héroïne, 270 €uros en numéraire, deux balances de précision et du matériel de conditionnement.
Placés en garde à vue, les deux mis en cause, âgés de 35 et 32 ans, connus des services de police, reconnaissaient s’adonner à la revente d’héroïne depuis deux mois dans le seul but de financer leur propre consommation et niaient à outrance l’ampleur de leur trafic.
L’enquête dévoilait au contraire une intense activité de revente auprès de multiples clients.
Une dizaine d’entre eux étaient convoqués et auditionnés. Tous citaient le mis en cause comme leur fournisseur attitré et ce depuis plusieurs années.
À l’issue de leur garde à vue, les mis en cause étaient déférés devant le procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Perpignan et écroués en attente de leur jugement fin janvier 2018.

PERPIGNAN : VIOLENCES SANS ITT AGGRAVEES À RAISON DE L’APPARTENANCE À UNE RELIGION ET À PROXIMITÉ D’UN ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE ET PORT D’ARME DE CATEGORIE D

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Entre le 21 et le 24 novembre 2017, six mères de famille, toutes d’origine maghrébine se présentaient au commissariat de Perpignan pour déposer une plainte à l’encontre d’une même et unique personne.
Dans leurs récits, elles dénonçaient les agissements d’une femme qui ne cessait de les agresser depuis plusieurs mois lorsqu’elles se rendaient à l’école en compagnie de leurs enfants. Elles déclaraient être victimes de violences, qu’elles traduisaient par des coups de coude ou des bousculades, accusaient leur agresseur d’avoir tenté de leur foncer dessus avec son véhicule à plusieurs reprises sans se soucier de la présence d’enfants aux alentours et de se targuer de détenir un couteau dans son sac à main qu’elle n’aurait toutefois pas exhibé.
Enfin, elles précisaient que tous ces actes étaient systématiquement accompagnés de propos islamophobes, leur agresseur tenant des propos incohérents faisant allusion à leur religion, comparant cette dernière à du poison et leurs demandant de rentrer dans leur pays. Elles se sentaient visées en raison des signes ostentatoires de leur appartenance a l’islam et notamment le port du voile.
Ne désirant pas déposer de plainte dans un premier temps, celles-ci, sous les conseils de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie, décidaient de s’unir et de venir dénoncer les faits aux services de police qui immédiatement ouvraient une enquête.
Les investigations étaient confiées à la Brigade criminelle de la Sûreté Départementale.
Grâce à l’enquête et aux indications données par les victimes, la mise en cause était identifiée et localisée à proximité de l’école située dans le quartier St Gaudérique.
Mardi après-midi, celle-ci, âgée de 61 ans et inconnue des services de police, était placée en garde à vue dans les locaux du commissariat.
Entendue, elle reconnaissait l’ensemble des faits hormis celui d’avoir tenté de foncer sur ses victimes. Au regard de ses déclarations, le parquet demandait à ce qu’elle fasse l’objet d’une expertise psychiatrique qui déterminait qu’elle était responsable de ses actes et accessible à une sanction pénale tout en la contraignant à une obligation de soins.
À l’issue de sa garde à vue, la mise en cause était convoquée à une date ultérieure devant le Tribunal Correctionnel de Perpignan pour y répondre des faits de violences aggravées à raison de l’appartenance à une religion et à proximité d’un établissement scolaire ainsi que pour port d’arme de catégorie D.

COMPTEURS LINKY ET GAZPAR : QUELLES DONNÉES COLLECTÉES ?

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

CompteurLinky et Gazpar ? Vous connaissez les nouveaux compteurs communicants d’électricité et de gaz en cours de déploiement sur l’ensemble du territoire ? Ces compteurs sont-ils obligatoires ? Quelles données transmettent-ils ? Qu’en est-il de la sécurité de vos données ? Pour en savoir plus sur toutes ces questions, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) vous répond. 
Installation
La mise en place de Linky et Gazpar étant une obligation légale, vous n’avez pas le droit de vous opposer au changement des compteurs chez vous. Néanmoins, les gestionnaires du réseau de distribution d’électricité et de gaz (Enedis et GRDF) doivent vous informer sur les données à caractère personnel collectées par ces dispositifs dès le premier courrier envoyé 45 jours avant la pose du nouveau compteur. Ces deux sociétés doivent également vous remettre une notice et plaquette d’information spécifiques. 
Données collectées
Par défaut, ces compteurs collectent les données de consommation journalières. Sauf exceptions (entretien et maintenance du réseau…), il faut par contre votre accord pour que le gestionnaire du réseau puisse collecter des données de consommation plus fines (à l’heure ou à la demi-heure). 
Accès aux données
En tant qu’abonné, vous pouvez accéder à vos données de consommation directement depuis votre espace client afin de pouvoir gérer notamment le traitement de vos données. 
Transmission des données
Les données issues de compteurs Linky et Gazpar qui circulent sur les réseaux publics sont chiffrées sachant que les informations transmises par ces compteurs ne contiennent pas de données permettant de vous identifier directement.
À savoir
La transmission de données détaillées à des entreprises extérieures, notamment à des fins commerciales, n’est possible qu’avec votre accord.
Crédit photo ERDF

SOLDES HIVER 2018 : C’EST POUR QUAND EXACTEMENT ?

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

En 2018, les soldes d’hiver se déroulent du mercredi 10 janvier 2018 au mardi 20 février 2018. Attention néanmoins, des dates dérogatoires sont appliquées à certains départements frontaliers et en outre-mer (sauf à Mayotte où les soldes ont lieu aux mêmes dates qu’en métropole).
Les dates des soldes du commerce en ligne ou vente à distance (e-commerce) sont alignées sur les dates nationales du commerce traditionnel et doivent donc débuter le même jour, quel que soit le lieu du siège de l’entreprise.
Soldes

TAUTAVEL – « MENACES SUR LE MUSÉE » : LOUIS ALIOT AU CHEVET DE L’HOMME PRÉHISTORIQUE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
et partager largement

LA portraitPar Louis Aliot, Député de la 2ème circonscription des P.-O., Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan, Vice Président du Front National
Alors que le Musée de la Préhistoire de Tautavel présente fabuleusement toute l’histoire de l’humanité en Europe et s’avère réputé, tant pour la richesse de ses collections, que pour ses activités culturelles et ludiques, celui-ci pourrait bien baisser le rideau dans l’indifférence des pouvoirs publics.
En effet, ce musée situé sur le territoire de la métropole perpignanaise, mais également sur ma circonscription, est menacé de fermeture, suite à une baisse croissante de ses visiteurs, et donc de son chiffre d’affaires.
Il convient de le relancer par une grande campagne de communication et des aides au renouvellement, auxquelles seuls l’Etat et la région Occitanie sont en mesure de pallier.
Par conséquent, j’ai alerté sur ce sujet, par voie de question écrite, Madame la Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, ainsi que par courrier à la Présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, afin qu’elles apportent leur soutien matériel et financier au sauvetage du site.
Parallèlement à cela, je me rendrai sur place jeudi pour échanger avec la direction du Musée de

Tautavel et lance ce jour une pétition en ligne pour sauver ce haut lieu de la préhistoire, accessible sur le lien suivant :
https://sauvonslhommedetautavel.unepetition.fr/

LA DIFFAMATION DE QUOI S’AGIT-IL ?

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu et partager largement
Vous avez parfois vu sur des sites ou sur sur les réseaux sociaux des propos relatifs à des personnes se révélant être des allégations ou des accusations de faits non avérés. Savez-vous que la diffamation est une fausse accusation qui porte atteinte à l’honneur et à la considération d’une personne ? Elle est passible d’amende voire de peine de prison dans certains cas.
La diffamation publique qui peut être entendue ou lue par un public extérieur à l’auteur des faits et sa victime, n’importe qui pouvant avoir connaissance des propos concernés (propos prononcés en pleine rue, publiée dans un journal, sur un site Internet ou encore sur un réseau social dès lors que ces propos sont accessibles à tout internaute).
La diffamation non publique prononcée par son auteur à sa victime sans qu’aucune tierce personne ne soit présente (par exemple, dans un SMS) ou devant un cercle restreint de personnes ayant un même lien entre elles (professionnel par exemple), que la victime soit présente ou non.
Le dépôt de plainte qui doit être effectué dans un délai limité après les faits (en règle générale, le délai de prescription est de 3 mois, 1 an en cas de diffamation publique raciste, sexiste, homophobe ou handiphobe).
La procédure à suivre qui dépend de la connaissance ou non de l’auteur des propos.
Les peines encourues qui varient en fonction de plusieurs éléments (diffamation publique ou non publique, diffamation à caractère raciste, sexiste, homophobe, handiphobe…).

FRAIS D’AGENCE IMMOBILIÈRE : UN SIMULATEUR EN LIGNE POUR SAVOIR COMBIEN VOUS DEVEZ PAYER

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu et partager largement
Vous êtes à la recherche d’une location (logement vide ou meublé) et vous passez par une agence immobilière ? Savez-vous que Service-public.fr vous propose un simulateur en ligne pour calculer le montant des frais d’agence ?
Les frais d’agence qui peuvent être mis, pour moitié, à la charge du locataire ne peuvent pas dépasser un plafond qui varie en fonction de la zone géographique où se situe le logement en question (zone très tendue, zone tendue et reste du territoire). Indiquez donc simplement, sur le simulateur des frais de mise en location imputables au locataire, le code postal de la commune où se situe le logement qui vous intéresse.
Le résultat obtenu vous donne le prix maximum TTC par m² de surface habitable qui peut être demandé au locataire pour rémunérer les services de l’agent immobilier lors de la mise en location du logement, services qui comprennent la visite du logement, la constitution du dossier du locataire et la rédaction du contrat de bail. Attention, les frais liés à l’état des lieux ne sont pas pris en compte par ce simulateur. 
Par surface habitable, il faut entendre la surface au sol déduction faite des murs, cloisons, marches et cages d’escaliers, gaines, embrasures de portes et de fenêtres, espaces dont la hauteur est inférieure à 1,80 mètre…

SENIORS : MINIMUM RETRAITE, ALLOCATION VEUVAGE, RETRAITE DU COMBATTANT, QUOI DE NEUF

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu et partager largement 
Pension de retraite minimum, retraite de base des fonctionnaires, allocation veuvage, retraite du combattant ou encore préretraite amiante. Au 1er octobre 2017, les montants des pensions de vieillesse du régime général ont été revalorisés de 0,8 % et d’autres montants à destination des seniors ont également évolué dernièrement. Service-public.fr rappelle les principales nouveautés.
Pension de retraite minimum
Le retraité du régime général de la sécurité sociale a le droit de percevoir, sous certaines conditions, un montant minimum de retraite (minimum contributif).
Pour moins de 120 trimestres cotisés, son montant est fixé à 7 615,94 € par an, soit 634,66 € par mois.
Vous bénéficiez de l’intégralité de ce montant uniquement si votre durée d’assurance au régime général est au moins égale à la durée d’assurance nécessaire pour la retraite à taux plein. Si elle lui est inférieure, le montant du minimum contributif auquel vous avez droit est réduit au prorata de votre durée d’assurance au régime général.
Pour 120 trimestres (ou plus), son montant majoré est fixé à 8 322,13 € par an, soit 693,51 € par mois.
Toutefois, pour bénéficier de cette garantie, le retraité doit avoir le droit de percevoir une retraite à taux plein. Le montant du minimum contributif varie en fonction de la durée d’assurance retraite et du nombre de trimestres directement cotisés au régime général.
Le montant du minimum contributif majoré est fixé à 8 322,13 € par an, soit 693,51 € par mois.
Vous bénéficiez de l’intégralité de ce montant uniquement si votre durée d’assurance au régime général est au moins égale à la durée d’assurance nécessaire pour la retraite à taux plein. Si elle lui est inférieure, le montant du minimum contributif auquel vous avez droit est réduit au prorata de votre durée d’assurance au régime général.
Vous pouvez bénéficier du minimum contributif si vous remplissez l’ensemble des conditions suivantes :
– Vous avez droit au bénéfice d’une pension de retraite de base du régime général à taux plein, vous avez liquidé toutes vos retraites de base et complémentaires
– Le montant total de vos pensions de retraites (de base et complémentaires, dans le privé et dans le public) ne dépasse pas 1 146,29 €.
Le versement du minimum contributif ne peut pas avoir pour conséquence de porter le total de vos pensions personnelles au-delà d’un certain plafond. Ainsi, si le montant total de vos pensions de retraites (de base et complémentaire, tous régimes confondus, français et étrangers) dépasse 1 146,29 €, la majoration qui vous est versée est réduite jusqu’à ce que ce montant ne soit pas dépassé. 
Retraite de base des fonctionnaires
La pension de retraite de fonctionnaire ne peut pas être inférieure à un certain montant, appelé minimum garanti. Ce minimum est néanmoins ouvert sous conditions. Son montant varie en fonction du nombre d’années de services (1 167,32 € par mois si vous avez au moins 40 ans de service par exemple).
Si vous percevez une pension de retraite de fonctionnaire, celle-ci ne doit pas être inférieure à un certain montant, appelé minimum garanti. Lorsque le montant de votre pension de retraite de base de fonctionnaire est inférieur au minimum garanti, votre pension est augmentée afin d’atteindre ce montant.
Le minimum garanti s’applique à votre pension de retraite de fonctionnaire si vous vous trouvez dans l’une des situations suivantes :
– Vous justifiez, lors de votre départ à la retraite, du nombre de trimestres d’assurance requis pour bénéficier d’une retraite à taux plein
– Vous avez, lors de votre départ à la retraite, atteint la limite d’âge,
– Vous avez, lors de votre départ à la retraite, atteint l’âge d’annulation de la décote
– Vous êtes admis à la retraite pour invalidité
– Vous avez le droit de percevoir une retraite anticipée en tant que parent d’un enfant invalide
– Vous avez le droit de bénéficier d’une retraite anticipée en tant que fonctionnaire handicapé à 50%
– Vous avez le droit de bénéficier d’une retraite anticipée pour infirmité ou maladie incurable.
Le montant du minimum garanti varie en fonction de votre nombre d’années de services en tant que fonctionnaire :
Vous avez au moins 40 ans de services
Le montant mensuel du minimum garanti correspond au montant du traitement indiciaire brut au 1er janvier 2004 de l’indice majoré 227, revalorisé depuis cette date dans les mêmes conditions que les pensions de retraite (soit 1 167,32 € par mois). Si le montant de votre pension de retraite de fonctionnaire est inférieur, vous percevez le minimum garanti. 
Vous avez entre 15 et 39 ans de services
Le montant mensuel du minimum garanti qui vous est applicable est déterminé de la façon suivante :
– Pour les 15 premières années de services, 57,5% du montant du traitement indiciaire brut au 1er janvier 2004 de l’indice majoré 227, revalorisé depuis cette date dans les mêmes conditions que les pensions de retraite (soit 671,21 € par mois), augmenté de 2,5 points par année supplémentaire de services entre 15 et 30 ans,et de 0,5 point par année supplémentaire entre 30 et 39 ans.
Par exemple, si vous justifiez de 35 ans de services effectifs, le pourcentage du minimum garanti applicable est calculé de la manière suivante : 57,5% + (15 x 2,5) + (5 x 0,5) = 97,5%. Le montant mensuel du minimum garanti applicable pour 35 ans de services est de 1 167,32 € x 97,5% = 1 138,13 €. Si le montant de votre pension de retraite de fonctionnaire est inférieur, vous percevez le minimum garanti. 
Vous avez moins de 15 ans de services
Le montant mensuel du minimum garanti qui vous est applicable est déterminé d’après la formule suivante : (1 167,32 € x nombre d’années de services) / nombre de trimestres d’assurance requis pour bénéficier d’une retraite à taux plein.
Par exemple, si vous êtes né(e) en 1955 (soit 166 trimestres nécessaires pour la retraite à taux plein) et que vous partez à la retraite après 13 ans de services effectifs, le montant mensuel du minimum garanti applicable est calculé de la manière suivante : (1 167,32 € x 13) / 166 = 91,41 €. Si le montant de votre pension de retraite de fonctionnaire est inférieur, vous percevez le minimum garanti. 
Retraite pour cause d’invalidité
Le montant mensuel du minimum garanti qui vous est applicable est déterminé d’après la formule suivante : 1/15ème de 671,21 € x nombre d’années de services.
Par exemple, si vous partez à la retraite après 13 ans de services effectifs, le montant mensuel du minimum garanti applicable est calculé de la manière suivante : (671,21 €/15) x 13 = 581,71 €. Si le montant de votre pension de retraite de fonctionnaire est inférieur, vous percevez le minimum garanti.
Allocation veuvage
Au décès de votre époux(se), vous pouvez bénéficier d’une allocation de veuvage sous certaines conditions liées notamment à votre âge et à vos ressources. Le montant net de l’allocation veuvage est à ce jour fixé à 607,54 € par mois. Le montant peut être réduit en fonction de vos ressources.
Versement de l’allocation
Le point de départ de votre allocation dépend de la date à laquelle vous en faites la demande :
– Au 1er jour du mois au cours duquel s’est produit le décès si vous faites votre demande dans les 12 mois suivant le décès (et si le demandeur remplit les conditions d’attribution à la date du décès)
– Au 1er jour du mois de votre demande si vous faites votre demande au-delà des 12 mois suivant le décès 
Périodicité
L’allocation est versée tous les mois. 
Cumul d’activité
En cas de formation rémunérée ou de reprise d’une activité professionnelle, vous pouvez cumuler les revenus perçus avec l’allocation de veuvage dans une certaine limite et pendant un certain temps.
Vous pouvez vous renseigner auprès de l’Assurance retraite ou de la caisse de retraite concernée. 
Durée
Vous percevez l’allocation veuvage :
– Tant que vous remplissez les conditions
– Au maximum pendant 2 ans (ou jusqu’à vos 55 ans si vous aviez 50 ans à la date du décès de votre conjoint)
Retraite du combattant
La retraite du combattant est un avantage versé en témoignage de la reconnaissance nationale par le ministère en charge des anciens combattants, sous conditions. Son montant est de 748,80 € par an. 
Préretraite amiante
Si vous avez été en contact avec de l’amiante durant votre carrière professionnelle, vous pouvez bénéficier d’une préretraite amiante. Elle ouvre droit, jusqu’à votre retraite, au bénéfice de l’allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (Acaata) qui est calculée sur la base d’un salaire mensuel de référence déterminé à partir de la moyenne mensuelle des salaires bruts de vos 12 derniers mois d’activité.

ORAGES : QU’EST-CE QU’UN ÉPISODE MÉDITERRANÉEN ?

NE PAS CONFONDRE
« ÉPISODE CÉVENOL » et ‘ÉPISODE MÉDITERRANÉEN »…

MONTPELLIER et NÎMES sont particulièrement touchés par les « épisodes cévenols », tandis que la côte méditerranéenne, de PERPIGNAN à MENTON, n’est la plupart du temps touchée que par l’épisode méditerranéen, les deux subissant toutefois la queue de l’autre avec des effets très atténués.
Photos signées Luis Roura prise à La Escala le 18 octobre 2017 (province du Royaume d’Espagne)
Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu et partager largement 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu
Les épisodes méditerranéens et les épisodes cévenolsL'ESCALA ORAGE 18.10.17 02L'ESCALA ORAGE 18.10.17 03L'ESCALA ORAGE 18.10.17 01L'ESCALA ORAGE 18.10.17 04

PERPIGNAN : AGRESSION SEXUELLE D’UNE JEUNE FILLE MINEURE DE 15 ANS

Lire également sur https://www.facebook.com/DirectSudActu et partager largement
Le 28 septembre 2017, une jeune fille signalait à l’Hôtel de Police de Perpignan en présence de sa mère une agression sexuelle commise sur sa personne quelques jours auparavant sur la commune de Cabestany. La victime âgée d’à peine quinze ans, intimidée pour avoir révélé tardivement les faits à sa famille, déclarait finalement aux policiers de la Brigade des Mineurs de Perpignan que son agresseur l’avait abordée alors qu’elle se trouvait seule assise sur un banc.
Ce dernier harcelant la jeune fille, et la flattant notamment sur sa beauté, tentait un premier contact en essayant de l’embrasser de force puis parvenait à lui toucher la poitrine. Découragé peut-être par la résistance de sa victime, il quittait les lieux, esquissant un sourire arrogant. Un signalement précis du mis en cause était communiqué à la police mais celui-ci n’ayant pu être identifié dans l’immédiat, une plainte était déposée contre X par la civilement responsable.
Tandis que les enquêteurs travaillaient activement sur cette affaire, le 12 octobre 2017, soit une quinzaine de jours après les faits, la jeune fille reconnaissait formellement son agresseur au Centre Commercial Carrefour route de Canet à Perpignan et prévenait aussitôt la Police qui dépêchait sur les lieux un équipage de la brigade anti-criminalité. Le mis en cause, un jeune homme de type maghrébin, mineur, désigné par la victime, était rapidement interpellé n’opposant aucune résistance aux policiers. Il était toutefois découvert sur lui, lors de sa palpation un couteau.
Entendu sous le régime de la garde à vue, l’individu restait évasif sur la reconnaissance de l’infraction de port d’arme blanche, présentant l’objet comme un ustensile domestique et prétextant ignorer la loi à ce sujet. Quant à l’agression sexuelle qui lui était reprochée, il niait catégoriquement les faits, ne revenant pas sur ses dénégations au cours de l’enquête.
Les investigations menées ne laissaient cependant aucun doute sur sa responsabilité pénale tant pour l’infraction à caractère sexuel que pour celle de port d’arme prohibé. Une enquête de personnalité effectuée en outre par un psychologue expert attestait de son caractère dangereux.
À l’issue de l’enquête, l’auteur était présenté au Parquet de Perpignan puis mis en examen sous contrôle judiciaire par le Juge des Enfants qui le plaçait en Centre Éducatif d’Insertion. Il se voyait par ailleurs délivrer une convocation en justice à une date ultérieure pour les faits de port d’arme blanche. 
Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE : LE PG66 CONTRE LE PROJET DE GAZODUC MIDCAT, POUR UN MODÈLE ÉNERGÉTIQUE FONDÉ SUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

Par Catherine David et Francis DASPE, co-secrétaires départementaux du PG 66
Bannière PARTI DE GAUCHE
Le Parti de Gauche 66 exprime sa plus vive inquiétude quant au projet européen de gazoduc, appelé MidCat, entre l’Espagne et la France, et qui doit passer par la plaine du Roussillon pour acheminer le gaz algérien dans le reste de l’Europe. 
L’impact environnemental sera destructeur sur les espaces naturels, les terres agricoles et les rivières. Le coût financier est disproportionné au regard de l’intérêt général attendu. Ces énormes investissements seront répercutés directement dans les tarifs : Midcat sera donc financé en partie par les consommateurs français et européens pour garantir des profits privés.
L’impact environnemental sera sans aucun doute encore plus redoutable en Algérie, où la production de gaz non conventionnels se fera par des méthodes heureusement interdites chez nous, comme la fracturation hydraulique. Il s’agit donc aussi d’une question de relations Nord / Sud conformes aux principes de coopération et de solidarité d’un véritable internationalisme.
Le PG 66 réaffirme que la transition écologique et le respect de la règle verte (ne pas prendre sur la nature plus qu’elle ne peut régénérer), rendues nécessaires par le changement climatique à l’œuvre en dépit des dénégations sans fondement des climato-sceptiques, passent par une modification radicale du modèle énergétique fondé sur les énergies fossiles en général, les hydrocarbures en particulier. Les investissements doivent être dirigés vers le développement des énergies renouvelables pour qu’elles se substituent dans le cadre de la planification écologique aux énergies émettrices de gaz à effet de serre.

CODE DE LA ROUTE – LES RONDS-POINTS : PETIT RAPPEL…

Petit rappel du code de la route mais également de bon sens et de courtoisie dans les ronds-points, afin d’éviter les coups de klaxon et autres tôles froissées… Et n’oubliez pas l’usage des clignotants !

Pour faire le tour… on ne reste pas à droite mais d’abord en ligne externe PUIS à droite (voir schéma et surtout… le code de la route !!!).
SCHEMA RONDS-POINTS

À TOUS MES AMIS ET TOUTES LES AUTRES PERSONNES QUI ONT PERDU UN CHIEN, SOI-DISANT PARCE QU’IL EST MORT

À TOUS MES AMIS ET TOUTES LES AUTRES PERSONNES QUI ONT PERDU UN CHIEN, SOI-DISANT PARCE QU’IL EST MORT
Texte de Philippe Le Pont » (L’animal est une personne)
Il faut que vous sachiez une chose qu’on a oublié de vous dire dans toutes ces grandes écoles que vous avez faites. Non, les chiens ne meurent pas. Jamais. Ils ne savent même pas ce que c’est que la mort. C’est pour ça que malgré leurs os qui craquent, leurs muscles qui tirent et leurs articulations qui brûlent, ils continuent encore et toujours à vouloir aller se promener. Parfois, ils n’arrivent qu’à faire quelques pas avant de s’écrouler mais ce n’est pas grave, quelques heures plus tard, quand vous lancerez un nouveau « on va se promener ? », ils lèveront une oreille en entendant la phrase familière et ils souriront, avec la langue pendant sur le côté de leur gueule, et ils essaieront, encore.
Parce qu’une ballade avec vous, la symphonie d’odeurs à laquelle vous restez sourd la plupart du temps, les messages des copains sur les troncs d’arbres, la crotte du chat des voisins (hummmmm… leur pêché mignon, chuuuut) et un vieux pilon de poulet pourri arrivé là on ne sait comment (exultation !), voilà ce qui rend leur monde parfait. Et dans un monde parfait, la mort n’a pas sa place.
Quand, malgré tout, ils n’y arrivent plus, ils recherchent le meilleur endroit, le plus confortable, le plus chaud, celui où ils se sentent le plus en sécurité pour continuer à dormir. Cet endroit, c’est toujours le même, c’est juste là, dans votre poitrine, juste au niveau de votre cœur. Alors un jour, ils s’y installent. Mais ils ne sont pas morts. Non, non, non. D’ailleurs vous savez cette douleur dans votre poitrine qui au début semble ne pas vous lâcher ? Bah, c’est lui, votre chien, tellement heureux d’avoir enfin trouvé le paradis, qu’il remue sa queue frénétiquement: wap, wap, wap, wap, wap. Vous vous rappelez à quel point elle pouvait être désagréable contre vos jambes quand vous rentriez du boulot ? Imaginez ça dans votre poitrine… Forcément, ça fait mal.
Après un temps, les chiens dans notre poitrine sont tellement bien installés, qu’ils passent de plus en plus de temps à dormir. Et quand ils dorment, ils ne remuent pas la queue. Il faut dire qu’ils sont fatigués. Ils ont été de BONS CHIENS toute leur vie, et ils le savent aussi bien que vous. C’est fatiguant d’être un bon chien tout le temps, d’autant plus quand ils deviennent vieux et que leurs os sont douloureux et qu’ils se cassent la figure, qu’ils ne veulent pas aller faire pipi dehors parce qu’il pleut mais qu’ils le font quand même, parce qu’ils sont de BONS chiens. Alors il faut les comprendre, quand ils ont commencé à dormir dans votre coeur, ils dormiront de plus en plus longtemps.
Et puis de temps en temps, généralement quand vous vous y attendez le moins… Wap, wap, wap, wap, wap…, ils sont comme ça les chiens, ils se réveillent et ils vous font la fête. C’est leur manière de dire : « Merci de me laisser dormir près de ton coeur. On va se promener ? » Vous voyez, ils ne sont pas morts.
J’ai de la peine pour les gens qui n’ont pas de chien endormi dans leur poitrine, ils ratent quelque chose. Bon, excusez-moi, je dois aller pleurer maintenant, j’ai mal dans la poitrine. Mais cette fois, il ne m’a pas prise par surprise, je savais qu’il allait se réveiller. Wap wap wap wap wap. Allez, on va se promener ?
OURALE DE LA KAMADA (1985-1999) et LLORCA DE LA KAMADA (2001- 2008)
À droite : OURALE DE LA KAMADA (1985-1999) et à gauche LLORCA DE LA KAMADA (2001- 2008)
OURCA DE LA KAMADA (2009 -....)
OURCA DE LA KAMADA (2009 -….)

PEUT-ON ÊTRE LICENCIÉ POUR FAUTES D’ORTHOGRAPHE ?

À méditer par certains « philosophes-écrivains » sur FaceBook ou ailleurs qui ne jugent pas utile de respecter ce patrimoine commun qu’est la langue, montrant ainsi un bien mauvais exemple à leurs enfants qui seront par la suite en difficulté professionnelle dans leur entreprise, l’essentiel de la communication passant désormais par l’écrit.
L’abondance de fautes arrache les yeux et surtout parasite le fond en stoppant la lecture pour n’importe quel lettré ! Un signal bien négatif adressé à un potentiel employeur…
Et puis une orthographe « aléatoire » peut être interprétée comme un mauvais signe quant au niveau de culture générale, qui s’acquiert pour l’essentiel par la lecture.
À la place de certaines inepties télévisuelles, une méthode simple : LIRE ! Un chapitre par jour suffit à s’imprégner des bases orthographiques et grammaticales, même un roman policier fait l’affaire.. 

Le soin apporté à l’orthographe et à la grammaire est une politesse que l’on rend aux autres !

Didier ALLIZARD
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/

Par Alice Develey  – Le Figaro Premium

INTERVIEW
Les cas sont rares. Des salariés se retrouvent parfois licenciés pour avoir commis des fautes d’orthographe. Que dit la loi ? Sommes-nous tous concernés par ce motif de limogeage ? Maître Pascale Guyard, avocat spécialiste du droit du travail répond au Figaro.
Tout le monde commet des fautes d’orthographe. Sommes-nous tous pour autant coupables ? En janvier dernier, rapportait France Info, une femme prénommée Lucie perdait son emploi de caissière de supermarché pour avoir fait « trop de fautes d’orthographe ». Après un premier échec devant les prud’hommes, l’ex-employée obtenait finalement raison en appel. Ce mois-ci, relate le Courrier Picard, un ancien salarié d’une société de communication de Saint-Quentin a saisi la juridiction compétente pour avoir été licencié, lui aussi, du fait de fautes d’orthographe. Quand faut-il craindre un limogeage pour ce motif ?
Alors que l’art du français paraît de moins en moins bien maîtrisé -ironie du sort- on peut désormais se faire licencier pour ce qu’on maîtrise peu ou prou. Un jeune patron féru d’anglicismes aura-t-il la même politique vis-à-vis de ses salariés qu’un chef d’entreprise intransigeant concernant le bon usage de la langue de Molière ?
Si l’on se fie à la formule même, à savoir « faute d’orthographe » il semblerait que tout individu sachant se servir d’une plume soit par essence coupable. Que dit la loi ? Sur quels critères pouvons-nous être jugés responsables de ces erreurs de français? Maître Pascale Guyard, avocate au barreau de Paris spécialisée dans le droit du travail, répond au Figaro. 
LE FIGARO – Peut-on se faire licencier pour des fautes d’orthographe ? Que dit le code du travail ?Pascale Guyard – Le Code du travail n’est pas aussi précis. Il reconnaît à l’employeur le droit de licencier un salarié pour « cause réelle et sérieuse ». Cette expression recouvre une multitude de causes diverses, qui ne sont pas nécessairement disciplinaires. Par exemple, « l’insuffisance professionnelle » qui traduit le fait qu’un employé ne corresponde pas au niveau du poste, souhaité par l’employeur.
Alors pour essayer de répondre à cette précision : les juges vont-ils suivre le législateur ou résister en validant ce type de licenciement ? On peut considérer qu’une personne travaillant dans le milieu de la communication, où la maîtrise de l’expression écrite est primordiale et où une orthographe convenable est un gage d’une bonne image de la société, puisse être licenciée pour avoir commis des fautes d’orthographe. 
Vous semblez dire qu’il serait donc possible d’être «viré» pour un passé composé ?
Heureusement, les choses ne sont pas aussi manichéennes. Je tiens à répéter et à préciser que, dans le monde du travail, le fait de faire des fautes ne conduira pas obligatoirement à une sanction. Tout dépendra de l’appréciation nécessairement subjective de l’employeur mais aussi de l’emploi occupé par le salarié, du nombre et de la fréquence des «fautes d’orthographe…
Et puis, pour aider ceux qui restent fâchés avec le français, rappelons qu’il existe aujourd’hui un tas d’outils pour les éviter, tels les correcteurs automatiques.

LE TERRORISME N’EST PAS UN PHÉNOMÈNE VIRTUEL !

Par J.Marc PUJOL, Maire de Perpignan et Président de PMM
Jeudi soir peu avant 21h sur la plus célèbre avenue du monde, les Champs Élysées à Paris, un terroriste a tiré avec une arme automatique de guerre sur un véhicule de police, tuant un jeune agent et en blessant plusieurs autres. L’homme a été abattu par les forces de l’ordre qui ont riposté immédiatement.
Vendredi matin, j’ai pris la décision de mettre en berne tous les drapeaux sur le fronton de la mairie.
Je regrette que durant toute la campagne électorale précédant l’élection présidentielle les débats « de fonds » aient complètement occulté cet aspect de notre vie quotidienne. Car, hélas, depuis les attentats terroristes islamistes commis à Toulouse en 2012, puis en 2015 à Paris au siège de la rédaction du journal Charlie Hebdo, à l’Hyper Casher, dans la salle de spectacle du Bataclan, du 14-Juillet 2016 sur la Promenade des Anglais à Nice, le 26 juillet dans l’église de Saint-Etienne du Rouvray (près de Rouen) qui à coûté la vie au père Jacques Hamel… la société française vit au rythme de ces attaques qui ont provoqué la mort de près de 250 personnes sur notre sol ! Le bilan du terrorisme dans notre pays est très lourd.
Comment a-t-on pu en arriver là ? Et surtout, comment peut-on ignorer, passer outre, éviter soigneusement un tel phénomène de société ?… J’entends encore, dans cette campagne, des candidats à la fonction suprême revendiquer inconsciemment un pacifisme bêlant. Faut-il rappeler à ces gens-là que c’est hélas cette même doctrine, antimilitariste et antipatriotique, qui, par crainte d’être précipitée dans une guerre, avait porté le slogan vitaliste « Plutôt Hitler que la guerre » ? ; impliquant ainsi indirectement de fermer les yeux sur la barbarie et le génocide des nazis !
Le terrorisme existe réellement. C’est une réalité. Il est chez nous une menace permanente. Preuve en est encore l’attaque d’hier soir sur les Champs-Élysées. Certes, les terroristes veulent provoquer un impact sur l’élection présidentielle en cours. Certes, face à cette menace, nous ne devons pas céder, nous devons continuer au contraire de nous comporter normalement, de serrer les coudes, de ne surtout pas céder, ni à la polémique ni à la panique. Mais l’erreur fatale, à mon avis, serait de fermer les yeux, de ne plus considérer la menace en baissant les bras pour laisser place à la fatalité. On ne protègera jamais assez les 36 000 communes de France, ni les plages bondées en périodes estivales, ni les transports en commun, pas plus d’ailleurs que nos lieux de culte, de culture et nos festivals, notre quotidien ne doit pas être vécu comme un thriller au suspense saisissant. La Vie ce n’est surtout pas ça ! Cependant, je le répète, nous ne devons pas faire l’impasse sur la menace terroriste. Nous devons rester mobilisés.
Au nom des perpignanaises et des perpignanais, j’adresse aux familles des victimes l’entier soutien des habitants de la ville dans la dure épreuve qu’elles traversent. Mes pensées sont avec elles. Plus que jamais, face au terrorisme, nous devons rester unis et solidaires avec nos policiers, gendarmes et militaires.

AFFECTIONS LONGUE DURÉE : MODIFICATION DES DURÉES DE PRISE EN CHARGE À 100%

Les durées d’exonération du ticket modérateur pour certaines affections de longue durée (ALD) sont modifiées à la hausse depuis le 6 avril 2017. Tel est l’objet d’un décret publié au Journal officiel du 5 avril 2017.
Les patients reconnus atteints d’une affection de longue durée par le service du contrôle médical de l’Assurance maladie, sur demande de leur médecin traitant, bénéficient de l’exonération du ticket modérateur (tiers payant) pour les soins liés au traitement de leur maladie. Concrètement, il s’agit des patients pris en charge à100 % en raison d’une maladie reconnue comme ALD.
Ainsi, par exemple :
– Pour les personnes atteintes d’un diabète de types 1 ou 2, l’exonération initiale est accordée pour une durée de 10 ans, renouvelable (contre 5 ans auparavant)
– Pour les personnes victimes d’un accident vasculaire cérébral, l’exonération initiale est accordée
– Pour une période de 3 ans (contre 2 ans auparavant), renouvelable par période de 10 ans, en cas de déficit neurologique entraînant une incapacité justifiant une rééducation prolongée, etc.
Les patients dont la prise en charge a débuté avant le 6 avril 2017 au titre d’une ALD figurant sur la liste établie par la haute autorité de santé (HAS) restent soumis, pour la période d’exonération en cours, à la durée en vigueur avant le 6 avril 2017.
Le décret précise en outre que les patients bénéficiaires d’une prise en charge au titre d’une hypertension artérielle sévère avant le 27 juin 2011 (date à laquelle l’hypertension artérielle sévère a été retirée de la liste des ALD) bénéficient, à l’expiration de la période d’exonération initiale de 5 ans, du renouvellement de cette exonération pour une durée de 10 ans, elle-même renouvelable.
Rappel :
Une affection de longue durée est une affection dont la gravité et/ou le caractère chronique nécessitent un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse.

INDICE DE RÉFÉRENCE DES LOYERS : HAUSSE DE 0,51% AU 1er TRIMESTRE 2017

Le nouvel indice de référence des loyers (IRL) a été publié le 13 avril 2017 par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). L’indice du 1er trimestre 2017 s’élève à 125,90, soit une hausse annuelle de 0,51 % par rapport à l’IRL du 1er trimestre 2016.
L’IRL fixe les plafonds d’augmentation annuelle des loyers que les propriétaires peuvent exiger de leurs locataires lorsque le bail comporte une clause de révision annuelle des loyers. Il s’applique aux baux d’habitation meublés ou non.
L’IRL correspond à la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’évolution de l’indice des prix à la consommation (IPC) hors tabac et hors loyers.

SOINS DENTAIRES : DES TARIFS QUI VONT ÉVOLUER AU 1er JANVIER 2018

Tarifs des prothèses, remboursement des couronnes, traitement d’une carie ou encore détartrage… Dans un communiqué de début mars 2017, la ministre des Affaires sociales et de la Santé avait déclaré approuver la proposition d’arbitrage sur la négociation entre représentants des chirurgiens-dentistes et assurance maladie portant sur les nouveaux tarifs et plafonds des soins dentaires. Un arrêté publié au Journal officiel du 31 mars 2017 vient confirmer ces nouveaux tarifs au 1er janvier 2018.
Cet arbitrage prévoit un plafonnement progressif des tarifs des prothèses sur 4 ans ( 550 € en 2018 et 510 € en 2020 pour une couronne céramométallique) avec une base de remboursement des couronnes passant à 120 € en 2019.
Pour les patients bénéficiaires de la CMU-C, les plafonds des tarifs dentaires seront revalorisés (pour une couronne métallique, le plafond passera de 230 € à 250 €) et la prise en charge complète étendue à des actes supplémentaires.
Par ailleurs, le prix des soins conservateurs augmentera avec, par exemple, pour le traitement d’une carie, un acte qui s’élèvera à 67 € en 2018 (contre 41 € aujourd’hui).
Enfin, pour les chirurgiens-dentistes réalisant des consultations sur des patients atteints de handicap mental et/ou psychique sévère, les séances seront revalorisées à 60 € (ou 90 € en cas d’utilisation d’une technique de sédation).

QUELS SONT LES JOURS FÉRIÉS EN 2017 ?

Ne pas confondre « jour férié » et jour chômé comme le font bon non nombre de journalistes…

1er mai
Le 1er mai est le seul jour obligatoirement chômé pour tous les salariés, le travail n’étant prévu ce jour-là que dans certains établissements et services (hôpitaux, transports publics…) où le travail ne peut pas être interrompu en raison de la nature de leur activité.
Autres jours fériés
D’autres jours fériés peuvent exister dans une région, une localité ou dans certains secteurs d’activité. C’est le cas, par exemple, de l’Alsace et de la Moselle qui bénéficient également du Vendredi Saint et du 26 décembre.
Ponts
L’employeur peut également accorder un pont aux salariés en particulier entre un ou deux jours de repos hebdomadaire et un jour férié. Les heures perdues du fait du pont peuvent être récupérées, les salariés étant amenés à effectuer un autre jour les heures de travail perdues.
JOURS FÉRIÉS

TÉLÉPHONIE MOBILE EN ITINÉRANCE : PLUS DE FRAIS DANS L’UE

Les frais d’itinérance sont les surcoûts que les opérateurs de télécommunications imposent à leurs abonnés lorsqu’ils utilisent leur appareil mobile dans un autre pays de l’UE. À partir du 15 juin 2017, les Européens n’auront plus des frais d’itinérance à payer quand ils se déplaceront dans l’Union européenne (UE).
En effet, l’itinérance (en anglais roaming) est une fonctionnalité qui permet d’utiliser son téléphone mobile, son smartphone ou sa tablette via un opérateur différent de celui auquel on est abonné.
Ainsi, à partir du 15 juin 2017, lorsqu’ils seront en déplacement dans l’UE, les consommateurs (particuliers et entreprises) verront leurs appels, SMS et données mobiles facturés au même tarif que lorsqu’ils se trouvent dans leur pays.
Cette mesure intervient en application du règlement européen n° 531/2012 du Parlement européen et du Conseil du 13 juin 2012 concernant l’itinérance sur les réseaux publics de communications mobiles à l’intérieur de l’Union, modifié par le règlement 2015/2120 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2015 établissant des mesures relatives à l’accès à un internet ouvert. 

Pour en savoir plus
– L’itinérance internationale (roaming)
– Les négociateurs de l’UE sont parvenus à un accord sur les tarifs de gros, dernière étape avant la suppression des frais d’itinérance

DES CASQUES À VÉLO OBLIGATOIRES POUR LES ENFANTS

À partir du 22 mars 2017, le port d’un casque certifié à vélo devient obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans qu’ils soient conducteurs ou passagers. Le décret relatif à cette proposition est paru le 22 décembre 2016 au Journal officiel et prévoit donc un délai de 3 mois pour que chaque famille ait le temps de s’équiper. 
Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) avait prescrit dans un rapport, le 2 octobre 2015, 26 mesures visant à améliorer la sécurité routière. La mesure n° 16 portait sur l’obligation du port d’un casque homologué pour les enfants de moins de 12 ans, sans généraliser cette mesure à l’ensemble des cyclistes, dans le but de réduire la gravité des blessures au visage et les risques de traumatismes crâniens des enfants pratiquant le vélo.
En cas de non-respect de cette obligation, un adulte, qui transporte à vélo un enfant passager non casqué ou qui accompagne un groupe d’enfants non protégés, risque une amende de quatrième classe, c’est-à-dire de 135 €.

À savoir

Le casque doit porter la mention NF ou ECE 22/04, 22/05.
Textes de référence :
Décret relatif à l’obligation de porter un casque pour les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans
Arrêté relatif aux caractéristiques des casques portés par les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans 

GARAGISTES : DES PIÈCES D’OCCASION DOIVENT ÊTRE PROPOSÉES POUR LA RÉPARATION D’UN VÉHICULE

Depuis janvier 2017, les professionnels de l’automobile devront proposer une pièce de réemploi à la place d’une pièce neuve pour l’entretien ou la réparation du véhicule de leurs clients, qui peuvent l’accepter ou la refuser. Cette possibilité n’existe que pour certaines catégories de pièces automobiles.
La pièce de réemploi, ou pièce détachée d’occasion, est une pièce issue de l’économie circulaire : un composant commercialisé par un centre agréé de traitement des véhicules hors d’usage (VHU) et préparé pour réutilisation sur un véhicule dans le cadre de son entretien ou de sa réparation, sauf en cas d’indisponibilité.
Il est possible également de proposer des pièces échange standard, qui sont des pièces d’occasion complètement refaites à neuf, répondant aux mêmes exigences de fabrication, de garantie et de qualité que les pièces d’origine.
Favorable à la réduction des déchets, au recyclage et à la baisse du coût des réparations, cette disposition de la loi de transition énergétique du 17 août 2015 concerne uniquement les voitures particulières et les camionnettes.
Les pièces de rechange concernées par cette obligation doivent être comprises dans les catégories suivantes :
– Pièces de carrosserie amovibles
– Garnissage intérieur et sellerie (sièges)
– Vitrages non collés
– Optiques (phares, feux et clignotants)
– Pièces mécaniques ou électroniques, sauf celles faisant partie des trains roulants, éléments de la direction, organes de freinage, éléments de liaison au sol qui sont assemblés, soumis à usure mécanique et non démontables.
Les professionnels (garagistes, carrossiers, recycleurs et réparateurs…) doivent informer leur clientèle des prix et conditions de vente de ces pièces par voie de marquage, d’étiquetage, d’affichage ou autre.
Cette obligation ne concerne pas :
– Les prestations d’entretien ou de réparation réalisées à titre gratuit
– Les véhicules sous garanties contractuelles
– Les actions de rappel de véhicules.
Si le professionnel estime que les pièces de rechange concernées présentent un risque pour l’environnement, la santé publique ou la sécurité routière, il est autorisé à ne pas proposer l’échange à son client.
Mais, le professionnel qui ne permet pas au consommateur d’opter pour l’utilisation de pièces de rechange à la place de pièces neuves, alors que cela est recommandé, s’expose à une amende de 3 000 € pour une personne physique et 15 000 € pour une personne morale. En cas de litige, c’est au professionnel de prouver qu’il a rempli son obligation d’information du consommateur. 

Pour en savoir plus

Code de la consommation : article L224-67 
Décret n°2016-703 du 30 mai 2016 relatif à l’utilisation de pièces de rechange automobiles issues de l’économie circulaire

RÉGION : MOISSON DE MÉDAILLES POUR L’ÉQUIPE RÉGIONALE AUX FINALES NATIONALES DES MÉTIERS 2017

27 ! c’est le nombre de médailles décrochées par l’équipe régionale aux finales nationales des Olympiades des métiers qui se sont déroulées du 9 au 11 mars deniers à Bordeaux. Plus grand concours des métiers du monde, ces Olympiades organisées avec worldskills France ont mis en valeur pendant 3 jours la jeunesse, les métiers en compétition, mais aussi les possibilités d’orientation professionnelle, les actions des entreprises ou des organismes de formation.
Avec 7 médailles d’or, 8 d’argent, 6 de bronze et 6 d’excellence, l’équipe régionale a porté haut les couleurs d’Occitanie / Pyrénées – Méditerranée se plaçant sur la 1ère marche du podium pour le nombre de médailles d’argent et la 3ème pour les médailles d’or.
Sur les 60 métiers en compétition, la région était représentée sur 48 métiers. Les jeunes sélectionnés pour constituer l’équipe d’Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée ont été préparés comme des athlètes de haut niveau. Ils ont bénéficié, grâce à la Région, de modules de perfectionnement professionnel et d’une préparation mentale organisée par des clubs sportifs. Ces préparations avaient pour objectifs de former un groupe soudé et de permettre aux candidats d’acquérir confiance en eux, concentration et endurance nécessaires pour participer à la compétition nationale dans les meilleures conditions.« Ces résultats témoignent de la force de notre jeunesse. Je suis fière de voir que ces apprenti-e-s, ces lycéen-ne-s, ou ces jeunes salarié-e-s font le choix de leur passion et atteignent l’excellence ! Chef de file en matière de formation, c’était une évidence pour la Région de soutenir cette belle initiative et d’agir au quotidien pour permettre aux jeunes d’accéder à l’emploi dans les meilleures conditions, c’est-à-dire bien formés. Avec près de la moitié de son budget dédié à l’éducation, à la formation, à l’enseignement supérieur et à la recherche, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée met vraiment le paquet sur sa priorité absolue : l’emploi, l’emploi et l’emploi ! » a notamment déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée, en prenant connaissance de ces résultats.

Liste des médaillés de la région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée

Aide à la personne
Noémie
FABRE
Argent
Boulangerie
Vincent
FOGAROLI
Médaillon d’excellence
Charpente
Ninn
VUILLEMOT
Argent
Construction de routes et Canalisation (candidat Abilympics)
Adrien
ROCH
Or Abilympics
Construction de routes et Canalisation (candidat Abilympics)
Jérémy
RUEN
Cycles et Motocycles
Aurélien
PIÉGELIN
Médaillon d’excellence
DAO-Dessin Industriel
Corentin
DE BRITO
Argent
Ébénisterie
Robin
FRANCOISE
Bronze
Horticulture
Gabriel
FAUCON
Argent
Maintenance Aéronautique
Swan
CADARS
Médaillon d’excellence
Menuiserie
Alexis
NUÉ
Argent
Miroiterie
Julien
SUTRA
Or
Mode et création
Léa
STEFANI
Bronze
Pâtisserie/confiserie
Romuald
MEUNIER
Bronze
Peinture Automobile
Enzo
BARRAGATO
Argent
Plâtrerie et constructions sèches
Ludovic
COLIN
Médaillon d’excellence
Plomberie et chauffage
Dimitri
BOURGIER
Médaillon d’excellence
Production Industrielle (en équipe)
Anthony
FISCHER
Argent
Production Industrielle (en équipe)
Antoine
GAIGNAGE
Production Industrielle (en équipe)
Thomas
BRETONNET
Réfrigération Technique
Nicolas
POUSSY
Médaillon d’excellence
Robotique mobile (en équipe)
Thomas
GODEL
Argent
Robotique mobile (en équipe)
Guillaume
GOURMELEN
Solier
Tony
FERRANDEZ
Or
Sommellerie
Alex
LIOTARD
Or
Taille de pierre
Guillaume
SALAZARD
Bronze
Tapisserie
Emma
CHAZALET
Bronze
Démo
Technologie automobile
Jimmy
ROSE
Or
Tôlerie Carrosserie
Kevin
MASCLE-GIRARD
Or
Tournage
Ludovic
JOYET
Or
Ovin
Lilian
FAGES
Bronze
Démo

NOUVEAU BILLET DE 50 €UROS : EN CIRCULATION AU PRINTEMPS 2017

Le 5 juillet 2016, la Banque centrale européenne (BCE) a présenté le nouveau billet de 50 € qui sera mis en circulation au printemps 2017 dans le cadre du renouvellement progressif des coupures de la monnaie européenne.
50 € - Crédits© Banque centrale européenneCe nouveau billet fait partie d’une série baptisée « Europe » car deux des signes de sécurité comportent un portrait de la princesse Europe, personnage de la mythologie grecque qui a donné son nom à notre continent. Les billets de 5 €, 10 € et 20 € font également partie de cette série.
Les signes de sécurité des coupures de cette série sont perfectionnés afin de permettre une meilleure protection contre la contrefaçon.
Le nouveau billet de 50 € conserve le brun comme couleur dominante et s’inspire du thème « Époques et styles architecturaux« .
Les dates exactes de son émission seront communiquées ultérieurement au public.
Le billet de 50 € est le plus largement utilisé de la zone €uro : il représente environ 45 % du total de billets en circulation selon la BCE, soit plus de 8 milliards de coupures.
La mise en place de la série « Europe«  va se poursuivre sur plusieurs années pour les billets de 100 € et 200 €, la coupure de 500 € ayant en revanche vocation à disparaître.

PRINTEMPS DES POÈTES : DU 4 AU 19 MARS 2017

« La poésie ne doit pas périr. Car alors, où serait l’espoir du monde ? » écrivait Léopold Sédar Senghor dans sa postface aux Éthiopiques.

Du 4 au 19 mars 2017, se déroule la 19e édition du Printemps des poètes sur le thème des terres d’Afrique(s) en lien bien sûr avec la poésie africaine francophone dont le Congolais Tchicaya U Tam’si et l’Algérien Kateb Yacine sont de grands représentants.
Ateliers de lecture à voix haute, café poésie, concours, poésie en appartement : le site web du printemps des poètes présente le programme des événements qui se déroulent près de chez vous dans sa rubrique Agenda.
La rubrique Poéthèque rassemble les bibliographies de près de 1000 poètes d’aujourd’hui, de poètes disparus et permet de découvrir les poètes en devenir. Elle propose aussi une recherche par titre, éditeur ou mot-clés.
Enfin, la rubrique Poèmes permet de lire, copier ou télécharger des poèmes à partir de différentes thématiques : poèmes pour Haïti, poèmes d’amour, poèmes sur l’espoir ou encore poèmes d’Afrique(s) par exemple.
Le Printemps des poètes est une manifestation nationale et internationale organisée tous les ans au mois de mars afin de faire connaître la poésie.

DÉMARCHES : 160 LETTRES TYPES POUR RÉGLER VOS LITIGES

À la suite d’un sinistre, votre assureur tarde à vous indemniser, vous avez été trompé sur l’état réel du véhicule que vous venez d’acheter, vous mettez en demeure un artisan de terminer les travaux… L’Institut national de la consommation (INC) vous propose 160 lettres types pour régler vos litiges ainsi que des conseils juridiques et les textes en vigueur. 
Voici quelques-uns des thèmes traités pour vous aider avant de vous lancer dans une procédure longue et coûteuse :
– Assurances (vous avez été victime d’un vol dans votre habitation et vous le déclarez à votre assurance…)
– Automobile/2 roues (vous avez loué un véhicule et des frais vous on été indûment facturés…)
Banque/argent (vous demandez la fermeture de votre compte…)
– Commerce/services (vous refusez de payer des frais supplémentaires que vous n’aviez pas préalablement acceptés…)
– Droit/justice (vous demandez l’annulation d’un contrat passé par votre enfant mineur, ainsi que le remboursement de son achat…)
– Énergie/environnement (des mesures ont été réalisées pour connaître l’exposition de votre logement aux ondes électromagnétiques, vous souhaitez connaître les résultats…)
– Internet/multimédia (vous mettez en demeure votre fournisseur d’accès à Internet de vous fournir le service promis…)
– Logement/immobilier (après votre départ, le propriétaire a fait des travaux, vous en contestez la facture…)
– Loisirs/tourisme (vous décidez d’annuler votre voyage, de quoi êtes-vous redevable…)
– Santé (victime d’un accident médical, vous demandez une indemnisation…)
– Transport (le retard d’un train vous a causé un préjudice, vous demandez une indemnisation…) 

Pour en savoir plus :
160 lettres types pour régler vos litiges

DÉDUCTION DES FRAIS RÉELS : LES BARÈMES KILOMÉTRIQUES 2017

Les barèmes kilométriques pour les voitures, motos, scooters… ont été publiés le 24 février 2017 au Bulletin officiel des Finances publiques-Impôts. Ces montants sont identiques à ceux de 2016. En se basant sur ces barèmes, les salariés peuvent évaluer leurs dépenses durant leurs déplacements et demander aux services fiscaux la déduction de leurs frais réels pour l’impôt 2017 sur les revenus 2016.
Barème kilométrique applicable aux voitures (en €)
Puissance administrative (en CV)
Distance (d) jusqu’à 5 000 km
Distance (d) de 5 001 km à 20 000 km
Distance (d) au-delà de 20 000 km
3 CV et moins
d x 0,41
(d x 0,245) + 824
d x 0,286
4 CV
d x 0,493
(d x 0,277) + 1 082
d x 0,332
5 CV
d x 0,543
(d x 0,305) + 1 188
d x 0,364
6 CV
d x 0,568
(d x 0,32) + 1 244
d x 0,382
7 CV et plus
d x 0,595
(d x 0,337) + 1 288
d x 0,401
Exemple : pour 4 000 kilomètres parcourus à titre professionnel en 2016 avec un véhicule de 6 CV, le contribuable peut faire état, en 2017, d’un montant de frais réels égal à 2 272 €(4 000 km x 0,568).
Ces barèmes sont calculés en fonction de la puissance du véhicule et du nombre de kilomètres parcourus. Ils prennent en compte notamment la dépréciation du véhicule, les frais d’achat des casques et des protections, les frais de réparation et d’entretien, les dépenses de pneumatiques, la consommation de carburant et les primes d’assurances. Ces frais de déplacement concernent en particulier le transport du domicile au lieu de travail et le transport pendant les heures de travail.

LÉGISLATIVES – FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER : PAS DE VOTE ÉLECTRONIQUE !

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international a annoncé aux Français inscrits dans les circonscriptions électorales à l’étranger qu’ils ne pourront pas voter par voie électronique au moment des législatives de juin 2017. 
Les électeurs inscrits à l’étranger pourront néanmoins voter aux législatives dans les mêmes conditions qu’à l’élection présidentielle, à savoir soit :
– Par procuration
– Par correspondance
– À l’urne
Le ministère a pris cette décision compte tenu du niveau de menace extrêmement élevé de cyberattaques qui pourraient affecter le bon déroulement du vote électronique. 
Rappel des dates des élections pour les Français qui votent à l’étranger
Dates des élections Présidentielle et Législatives
Élection
Continent américain
Autre continent
Présidentielle
1er tour : 22 avril 2017
2ème tour : 6 mai 2017
1er tour : 23 avril 2017
2nd tour : 7 mai 2017
Législatives
1er tour : 3 juin 2017
(vote électronique : entre le 24 et le 30 mai)
2nd tour : 17 juin 2017
(vote électronique : entre le 7 et le 13 juin)
1er tour : 4 juin 2017
(vote électronique : entre le 24 et le 30 mai)
2nd tour : 18 juin 2017
(vote électronique : entre le 7 et le 13 juin)
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
octobre 2018
D L Ma Me J V S
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031