DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
DRAPEAU FRANCAIS
LOGO IFA 2016 190 jpg
Affiche A3-16-Semaine Bleue ok
PUB JPA
JPA 2
Alcool 190
Salaud d'élu
COUV 190
pub-les-insurges-190
01-190
limposteur
buisson-1ere-couv
couv-un-quinquennat-pour-rien-190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
1ère couv 190
guide-des-associations-2016
PUB réduite DirectSud 190
ATTENTION AU FEU 190
Bandeau conseils incendie 190
Affiche 190
Livre Mona Fajal 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
AFFICHE 190
HOLA BONJOUR
1ère de couv. 190
CARTE VERSO 190
CARTE RECTO 190
CERCLE RIGAUD 190
PERPIGNAN-logo+accroche-droite-quadri-2011
Logo Barcarès 190 PPI
PUB LES CATALAN 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
pub agglo
PUB la ruche 190
Pour une poignée de terre COUV 190
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
AFPCAB
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

septembre 2017
D L Ma Me J V S
« août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Cuisine

LE SOLER : LA CUISINE CATALANE AU MENU DU 2ème DÉJEUNER LITTÉRAIRE

Samedi 5 décembre 2015, à la Médiathèque Martin Vivès du Soler, Eliane THIBAUT-COMELADE, écrivain-journaliste, était l’invitée de cette seconde édition des Petits Déjeuners Littéraires.
1Organisée par Catherine GADAVE, Adjointe déléguée aux Affaires Culturelles, cette matinée a réuni près de 20 personnes. « La Cuisine Catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui », est le dernier  ouvrage, publié aux éditions du Trabucaire qu’elle a présenté et dédicacé au public solérien.
Le Sénateur-Maire François CALVET, Véronique OLIER, 1er Adjointe étaient présents pour accueillir Mme Eliane THIBAUT-COMELADE, spécialiste incontournable de la cuisine catalane. Véritable ambassadrice de notre culture gastronomique, Eliane THIBAUT-COMELADE, aime à rappeler les singularités de la table catalane : « C’est une cuisine séculaire, qui s’est nourrie, de son histoire et de nombreuses influences tout en conservant son identité et sa typicité ». Au travers de ses 80 publications, films et ateliers culinaires, elle a su au fil des ans, rendre ses lettres de noblesse à la grande cuisine catalane. 
Plus qu’un simple livre de recettes, « La Cuisine Catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui », est une véritable encyclopédie de la cuisine catalane qui nous rappelle aussi que cette gastronomie puise sa richesse dans un terroir tout aussi exceptionnel que les produits qu’il nous offre.
Rendez-vous en 2016 pour un prochain Petit Déjeuner Littéraire, contact et renseignement Mairie du Soler 04 68 92 10 12
3

TORREILLES : DERNIERE DE « CUISINE ET PATISSERIES DU SUD ET D’AILLEURS »

Hélène
Hélène
Des participantes toujours aussi nombreuses
Des participantes toujours aussi nombreuses
Dernière réunion de la saison de « Cuisine et Pâtisseries du Sud et d’ailleurs », dans le cadre merveilleux de Juhègues.
Mais c’est aussi l’arrêt définitif de l’activité de nos « trois charmantes hôtesses » Lucette, Francine et Marie-Paule.
« Couscous rigolade ! »
« Couscous rigolade ! »
Francine étant absente pour cette « dernière » pour cause de voyage, se sont donc Lucette et Marie-Paule qui ont concocté une recette typique de l’Afrique du Nord « le couscous ! »
Le couscous « ça parle à tout le monde »
Le couscous « ça parle à tout le monde »
Pour cette dernière pas de recette, car le couscous ne se « raconte » que dans l’assiette !
Et quelle assiette ! Colorée et odorante qui après une succulente sangria, est venue éclatée nos bouches et nos papilles.
Lucette aux fourneaux

Lucette aux fourneaux

La tradition a été respectée (même si chaque région à SA recette) le couscous mélangé aux petits pois, les fèves, pois chiches, l’agneau, poulet, les merguez « maison » pour les amateurs, avec le bonheur des épices et du mélange de tous les beaux et bons légumes frais.
Que du bonheur !
Nous resterons toujours sur l’image de toute une famille et de sa génération, qui pendant plusieurs saisons nous a fait partager son amour pour la passion de la cuisine du sud et d’ailleurs.
Et tout se finit en chanson avec Josette
Et tout se finit en chanson avec Josette
Nos trois hôtesses Lucette, Francine et Marie-Paule» tout en partageant leur savoir-faire familial, ont toujours été présentes avec humour et passion à tous les rendez-vous amenant de nombreux prétextes à de grosses et franches « rigolages »
N’oublions pas aussi le clin d’œil aux participantes qui avec le temps se sont intégrées dans ces réunions gourmandes.
Et encore un « bravo » à mes trois jolies complices !
COUV

TORREILLES : CUISINE ET PÂTISSERIES DU SUD ET D’AILLEURS 8

Hélène

Hélène

Deux recettes simples pour les gourmands

1ère sortie du four des « croquets »

1ère sortie du four des « croquets »

Aujourd’hui première surprise, nous avons l’habitude d’avoir nos trois hôtesses et pour cette réunion du mercredi 27 mai, ce sont Marie-Paule et Lucette avec la complicité d’Hélène qui nous livrent deux recettes très simples qui seront appréciées par tous les gourmands. 
Lucette et Marie-Paule préparent la suite

Lucette et Marie-Paule préparent la suite

Commençons par la 1ère les « Croquets aux amandes »
Pour cela vous devrez disposer de :
– 1 kg de farine
– 400 g d’amandes (avec peau) concassées, la grosseur variant suivant les goûts
– 400 g de sucre en poudre
– Le zeste de 2 gros citrons
– 1 verre d’huile ou un verre de beurre fondu (laisser tiédir)
– 7 œufs
– 2 sachets de levure chimique
Et ils sont beaux nos « croquets » aux amandes !

Et ils sont beaux nos « croquets » aux amandes !

Réalisation :
– Mélanger au fur et à mesure tous les ingrédients, ajouter les amandes concassées et continuer à travailler la pâte sur la table.
– Recouvrir la plaque du four d’un papier sulfurisé.
– Préparer des boudins de pâtes de 3 cm de diamètre et les déposer sur la plaque du four pour une première cuisson d’une vingtaine de minutes à 180° (four préchauffé au préalable).
– Sortir les boudins du four afin de les trancher  en diagonale pour obtenir la forme finale des croquets et remettre à plat sur la plaque les biscuits obtenus pendant une vingtaine de minutes à nouveau.
Cette recette peut être réalisée avec 50% des ingrédients. 
Maintenant Lucette prépare les « Spritz »

Maintenant Lucette prépare les « Spritz »

2ème recette de la journée les « Spritz »
Pour cette recette très simple et goûteuse vous devez disposer de :
– 500 g de beurre fondu
– 500 g de sucre en poudre
– 2 sachets de sucre vanillé
– 800 g de farine
– 400 g de noix de coco (ou de poudre d’amandes)
– 4 œufs
– 1 sachet de levure
– 1 pincée de sel
Et maintenant ils cuisent !

Et maintenant ils cuisent !

Réalisation :
– Dans un saladier mélanger les ingrédients farine, sucre en poudre, sucre vanillé, noix de coco, levure, sel. Ajouter les œufs et le beurre fondu au préalablement tiédi et continuer à mélanger.
– Laisser reposer cette pâte une ½ heure.
Four à 180° (préalablement chauffé).
– Ensuite prendre un peu de pâte, faire des boulettes puis les aplatir avec la main sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.
– Mettre au four pendant une bonne vingtaine de minutes.
A noter que les biscuits ne doivent pas dorer, mais conserver une couleur claire. 
Bonne dégustation et merci pour les infos complémentaires de notre complice Hélène.
L’heure de la vérité et du partage

L’heure de la vérité et du partage

COUV

TORREILLES : CUISINE ET PÂTISSERIES DU SUD ET D’AILLEURS 7

Deux recettes simples pour l’apéritif et la gourmandise

Pour réussir, il faut pétrir !

Pour réussir, il faut pétrir !

Nous sommes déjà le 1er mai et nous vous proposons pour commencer cette journée une réalisation pour l’apéritif et une seconde pour les gourmands de toutes les heures.
Nos hôtesses Marie-Paule, Lucette et Francine avec la complicité d’Hélène vous livrent deux recettes très simples et qui ont été appréciées par les participants de ce nouveau rendez-vous.
Petits pains natures ou au chocolat

Petits pains natures ou au chocolat

La 1ère est une réalisation de petits pains pour l’apéritif.
Nous cela devrons avoir :
– 2 cubes de levure de 40 g chacun
– 1 kg de farine
– 1 cuillère à café de sel
– 3 cuillères à café de sucre
– 1 ou 2 œufs pour les blancs
– 125 g de margarine ramollie
– 1 verre de lait
– 1 verre d’eau

Hum ! L’odeur de l’amande et de l’abricot

Hum ! L’odeur de l’amande et de l’abricot

A noter que l’ensemble des deux quantités de liquide doit faire au total un ½ litre.
Un peu d’eau de fleur d’oranger (suivant les goûts)
Préparation :
Pour le levain : levure, eau, farine.
Dans ce levain ajouter la farine et tous les ingrédients au fur et à mesure et travailler la pâte à la main.
Laisser reposer
Lucette présente ses petits pains, Francine sert le thé à la menthe

Lucette présente ses petits pains, Francine sert le thé à la menthe

Astuce du jour :
Pour connaître la durée idéale du repos de la pâte, mettre une petite boule de cette pâte dans un verre d’eau, lorsque la boule est en haut, la pâte est prête pour l’utilisation.
Bien se fariner les mains pour faire de très petits pains oblongs.
Les disposer sur du papier sulfurisé, puis les badigeonner légèrement d’un blanc d’œuf.
Mettre les petits pains au four à 180° (préalablement chauffé) pour le temps, suivant les fours, ils devront être juste dorés à la sortie de la cuisson.
Vous avez le choix !

Vous avez le choix !

Notre coup de cœur : ces petits pains peuvent être servis entiers ou garnis avec charcuterie, tapenade, ratatouille, saumon fumé, thon… et autres, suivant son « humeur culinaire»
Puis nous passons à une autre recette très simple elle aussi, à réaliser pour les « gourmands »
Les croissants aux amandes.
Pour cela, vous aurez besoin de :
– 1 kg de poudre d’amandes
– 3 paquets de sucre vanillé
– 1/2 kg de sucre en poudre
– 250 gr de confiture d’abricots
– 4 œufs pour les blancs (ou 5 suivant la taille)
– Les zestes de 2 citrons (suivant aussi les goûts)
Un peu moins de participants avec les vacances, mais toujours le même plaisir !

Un peu moins de participants avec les vacances, mais toujours le même plaisir !

Préparation :
Pétrir ces ingrédients à la main, ajouter ensuite les 250 gr de confiture d’abricots. Continuer à pétrir la pâte en ajoutant les 4 blancs d’œufs ajouter un cinquième blanc d’œuf si nécessaire (notamment si les œufs ne sont pas très gros)
Prendre 50 gr environ de pâte et faire des « petits croissants »
Les disposer sur du papier sulfurisé et les mettre au four à 180° (préalablement chauffé) pendant 15 minutes.
Les laisser reposer avant de les déguster.
On obtient environ 70 petits croissants que l’on peut conserver dans une boîte en fer. 
Alors à vos cuisines, faites profiter tous vos amis de ces deux recettes très simples, qui peuvent être la base d’un beau moment de partage ! 
Et comme d’habitude mon clin d’œil mensuel pour Hélène pour ses conseils complémentaires très appréciés, sans oublier l’accueil chaleureux de nos hôtesses et la participation de toutes nos adorables cuisinières.
COUV

PERPIGNAN : « BALADE SUCREE »…

…LE NOUVEAU PRODUIT TOURISTIQUE DE L’OFFICE DU TOURISME A L’HONNEUR DANS LE MAGAZINE NATIONAL « PATISSERIE ET COMPAGNIE » 

L’attrait touristique du territoire ne se réduit pas à son patrimoine naturel et architectural. La gastronomie constitue aussi un puissant symbole des destinations touristiques.
L’étude Lancéa développement pour Atout France réalisée en 2012 positionne la découverte de la gastronomie en 4ème position derrière la   visite de musée, la balade et le shopping et pour 93% des français le principal atout touristique devant la beauté des paysages. 
En partant de ce constat et dans un soucis de répondre aux attentes de la clientèle touristique, l’Office de Tourisme de Perpignan, lance son nouveau produit touristique la « Balade sucrée ». 
Ce produit touristique a pour objectifs d’Elargir la gamme thématique des visites guidées et créer des visites innovantes en s’appuyant sur la gastronomie, une filière identitaire forte et différenciante, de capter une nouvelle clientèle touristique, de mettre en scène et favoriser la consommation touristique en  donnant envie de prolonger le séjour et/ou revenir et de valoriser le Savoir-faire local. 
Proposée et élaborée avec les acteurs de la filière (pâtissiers et chocolatiers), « Balade sucrée » met l’accent sur la pâtisserie catalane reconnue comme la mieux documentée à travers le monde et cela dès le moyen-âge et illustrant parfaitement l’ouverture du territoire aux influences extérieures au travers des produits utilisés lors de la préparation des desserts. 
« Balade sucrée » peut être réalisée en autonomie ou guidée en alliant patrimoine et gourmandise.
 « Balade sucrée » vient compléter les produits existants à l’office de tourisme  autour de la filière agroalimentaire avec les visites guidées : « patios gourmands », « patrimoine et gourmandises », « Perpignan et le chocolat, toute une histoire », « Perpignan de ville en vigne » et « autour de la nature ». 

« Balade sucrée » a été testée et approuvée par la rédaction du magazine « Pâtisserie et Compagnie » qui l’a mise à l’honneur dans son numéro (mai & juin 2015) en kiosque depuis le 29 avril. Vous y retrouverez une partie des artisans pâtissiers et chocolatiers qui font la renommée de notre territoire.
PUB PATISSERIES 750

TORREILLES : CUISINE et PÂTISSERIES du SUD et d’AILLEURS 6

Mercredi 25 mars, le plaisir des chaussons aux noix !

Tout le monde apporte son savoir-faire dans cette  réunion culinaire

Tout le monde apporte son savoir-faire dans cette
réunion culinaire

Pour ce dernier mercredi du mois de mars, nos trois hôtesses Lucette, Francine et Marie-Paule ont décidé de proposer aux participants une pâtisserie aux noix, sous le nom évocateur de « chaussons aux noix »
Miel ou sucre glace, on a le choix !

Miel ou sucre glace, on a le choix !

Déjà dans l’assemblée on entend des échanges de propos concernant des recettes personnelles.
Pour cela on aura besoin pour la réalisation de 30 chaussons de :
Pour la pâte :
– 3 bols de farine (suite aux nombreuses réunions du groupe, le bol a été choisi comme référence de quantité)
– 1 bol de beurre fondu
– 1 cuillère à soupe de sucre
– 1 pincée de sel
– 1/3 de verre d’eau
– 1 zeste de citron (suivant les goûts)
La dernière touche de Lucette…

La dernière touche de Lucette…

Pour la farce aux noix :
– 2 bols de noix
– 1 bol de sucre fin
– 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger
– 1 zeste de citron (facultatif)
Préparation de la pâte pour les chaussons :
– Verser la farine dans un saladier avec le sucre, le sel puis réaliser une « fontaine »
– Verser au centre le beurre fondu tiédi
– Faire le mélange en ramenant la farine vers le beurre
– Pétrir la pâte sur la table
– Ajouter progressivement l’eau jusqu’à obtenir une pâte souple
– Laisser reposer la pâte le temps de la préparation de la farce aux noix
La voilà enfin cette farce aux noix !

La voilà enfin cette farce aux noix !

Passons maintenant à la farce aux noix :
– Mixer grossièrement les noix
– Mélanger cet ensemble avec le sucre
– Arroser peu à peu avec l’eau de fleur d’oranger (pour cette recette vous comptez 2 cuillères à soupe)
Cette farce est prête au moment où il est possible de la rouler et de réaliser des petits boudins.
Et voici nos « fameux cigares »

Et voici nos « fameux cigares »

Réalisation des chaussons :
– Abaisser la pâte au rouleau pour obtenir une épaisseur de 2 mm
– Couper des bandes de 10 x 12 cm avec la roulette à pâtisserie
– Vous déposez ensuite un boudin de farce aux noix sur le haut de la bande et dans le sens de la largeur
– Rouler ensuite la pâte sur elle-même pour réaliser une forme de cigare en pinçant les 2 extrémités
– Couper l’excès de pâte
– Cuisson au four préchauffé à 180° (6) entre 20 et 25 mn suivant votre appareil.
Tout le monde apporte son savoir-faire dans cette  réunion culinaire

Tout le monde apporte son savoir-faire dans cette
réunion culinaire

A la sortie du four :
Ne pas oublier de saupoudrer les chaussons de sucre glace ou les badigeonner de miel pour les amateurs.
Il ne vous reste plus que les déguster et de les partager !
Pour cette session, j’ai une grande pensée pour mes 2 complices Michelle et Aline qui m’ont aidé à réaliser cet article sans oublier Marie-Paule.
Merci les filles et dans un mois pour avoir le plaisir de toutes vous retrouver !
COUV

PERPIGNAN : BÉNÉDICTION DU CHOCOLAT CATALAN

Communiqué de l’Office du tourisme 

A une semaine de Pâques, la traditionnelle cérémonie de bénédiction du chocolat se déroulera ce samedi 28 mars.
A 16h, en la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, la cloche en chocolat géante, environ 30 kg, réalisée par les chocolatiers membres de la confrérie du chocolat sera bénie.
Après la cérémonie, les artisans transportent, en procession musicale avec la Chorale des Cantarelles, la cloche sur la place de la République où, aux alentours de 17h, elle sera distribuée aux gourmands.

TORREILLES : CUISINE ET PÂTISSERIES DU SUD ET D’AILLEURS 5

Hélène

Hélène

Pour cette nouvelle rencontre mensuelle des passionnés de la cuisine, à l’Espace Méditerranée mercredi 25 février, nos trois hôtesses Lucette, Francine et Marie-Paule nous ont réalisé deux recettes simples mais délicieuses, une salée avec « La pizza simple de Lucette » et une sucrée avec « Les gâteaux sucrés aux amandes«  
Nos trois hôtesses en pleine action !

Nos trois hôtesses en pleine action !

Pour notre 1ère recette, la pizza simple de Lucette, il vous faudra :
Les Ingrédients :
500 g de farine (comme de la Francine T55)

1 bonne pincée de sel
1 cube de levure (42 g)
1 œuf
25 cl d’eau tiède
10 cl d’huile d’olive
La garniture :
Dessaler 4 ou 5 anchois

1 poivron vert coupé en petits dés
Olives noires à la grecque dénoyautées selon goût (pour une saveur plus prononcée)
2 belles gousses d’ail hachées en très petits dés
1 boîte ½ de pulpe de tomates
Origan ou un mélange pour pizza
Huile d’olive
Et voici « la pizza simple de Lucette » toute chaude du four…

Et voici « la pizza simple de Lucette » toute chaude du four…

La recette :
Mélanger la farine, le sel, la levure, l’œuf et l’eau

Bien pétrir en ajoutant l’huile et continuer pour obtenir une pâte homogène et non collante
Formez une boule couvrez et laissez-la reposer à température ambiante, la pâte doit doubler de volume
Préchauffer le four (180 °C)
Préparer les ingrédients de la garniture
…mais très appréciée par les « élèves »

…mais très appréciée par les « élèves »

Repétrissez votre boule de pâte et étalez-la à la main dans un moule à pizza ou sur une plaque de cuisson tapissée de papier sulfuré (pour une version plus grande)
Répartir la pulpe de tomates (attention à l’eau du jus des tomates)
Ajouter l’ail et les dés du poivron
Saler et poivrer
Disposer les anchois en diagonale puis les olives (pour les gourmands, vous pouvez y rajouter de la mozzarella)
Saupoudrer d’origan et arroser d’un filet d’huile d’olive
Enfourner et surveiller la cuisson (les temps variant suivant le type de four)

Dégustez et bon appétit !

Un dessert en forme de « pâtisserie gourmande »

Un dessert en forme de « pâtisserie gourmande »

Après le plat, le dessert avec la 2ème recette :
Les gâteaux sucrés aux amandes.
Pour cela il vous faut :
Un bol « référence » pour la mesure des quantités (bol du petit déjeuner par exemple)
Et on commence la recette :
1 mesure de sucre
1 mesure de poudre d’amandes
Un zeste d’un citron
4 cuillerées à soupe d’eau
3 blancs d’œufs (commencer par 2 œufs au départ, la quantité étant ajustée en fonction de la teneur du mélange*)
Puis faire fondre à tout petit feu le sucre avec les cuillerées d’eau
Dès les premiers bouillons, retirer du feu et verser la poudre d’amandes à laquelle on aura ajouté le zeste de citron
Remuer l’ensemble et versez-le dans un saladier
Mais il n’en restera pas !

Mais il n’en restera pas !

Travailler ce mélange de préférence avec les doigts afin d’émietter la pâte
Incorporer délicatement et petit à petit les blancs d’œufs montés en neige
µAttention il est préférable de le faire à la main afin que la pâte ne soit pas trop « mouillée »
*Vous verrez ainsi si vous utilisez ou non la totalité des blancs d’œufs.
Recouvrir le bout de vos doigts de Maïzena et faire des boulettes, les aplatir légèrement et les disposer sur la plaque du four, recouverte d’un papier sulfurisé
Les saupoudrer de sucre glace
Mettre au four, préalablement chauffé à 180° pendant 10 ou 15 minutes.

Et le dessert est terminé, petit gourmand !

Merci à Hélène pour sa complicité à la rédaction de ces deux recettes.
Rendez-vous le mois prochain pour d’autres recettes de « Cuisine et Pâtisseries du Sud et d’Ailleurs »
COUV

TORREILLES : CUISINE et PATISSERIES du SUD et d’AILLEURS IV

Hélène

Hélène

On commence avec un gâteau oriental pour finir avec des douceurs de notre jeunesse

Pour ce premier rendez-vous de l’année 2015 à l’Espace Méditerranée mercredi 28 janvier, nos 3 hôtesses Lucette, Francine et Marie-Paule nous ont concocté 2 desserts, alors soyons fou et partageons ces 2 recettes de pâtisseries, la 1ère étant :

Le Gâteau « Oriental »

Notre mesure référence sera un bol du petit déjeuner du matin. 
Beaucoup de commentaires sur le gâteau "Oriental"

Beaucoup de commentaires sur le gâteau « Oriental »

Pour le gâteau
Poudre d’amandes
Biscottes émiettées
Beurre fondu
Sucre fin
Paquet de levure chimique
Des œufs
Des zestes de citron 
Pour le sirop
½ litre d’eau
500 g de sucre
2 cuillères à soupe de fleur d’oranger
+le jus d’une orange pressée. 
Les enfants s’amusent !

Les enfants s’amusent !

La réalisation
Mélanger un bol d’amandes, un bol de biscottes émiettées, un ½ bol de sucre, le paquet de levure, le zeste du citron et un bol d’œufs battus.
Verser dans un moule beurré, aux bords un peu hauts, dans un four préchauffé à 7/8 ramené à 5/6 pendant 40 minutes.
Préparer le sirop et le verser sur le gâteau, vous pouvez aussi décorer le gâteau avec des amandes si vous le souhaitez. 
Toute notre jeunesse sur ce plateau !

Toute notre jeunesse sur ce plateau !

Un délice en bouche, avec une sensation de la texture moelleuse d’un « baba »
Pour la 2ème recette, nos pâtissières de cœur nous ont fait retomber dans les souvenirs de notre enfance avec :
Des Sablés à la confiture ou « des Miroirs » (suite à l’aspect final des gâteaux.) 
De ce côté, il ne reste plus rien

De ce côté, il ne reste plus rien

Pour cette réalisation de 56 gâteaux environ (avec des grands et des petits) vous aurez besoin de :
500 g de beurre
500 g de sucre
5 œufs
2 sachets de levure chimique
1 kg de farine.
Confiture d’abricots, fraises … ou un mélange suivant votre feeling. 
A noter que le beurre doit être à température ambiante.
Mais de l’autre même constat !

Mais de l’autre même constat !

Pour cela vous allez devoir :
– Travailler le beurre et le sucre afin d’avoir une consistance de pommade.
– Ajouter les œufs un par un et les deux sachets de levure.
– Incorporer ensuite peu à peu la farine puis travailler la pâte à la main pour en finissant d’ajouter la farine pour obtenir une pâte ferme.
– N’oubliez pas de fariner le plan de travail puis vous étalez la pâte par morceaux sur une épaisseur de 0, 5 mm.
– Faire des ronds lisses ou dentelés en fonction de l’emporte- pièce choisi.
– La moitié des ronds obtenus seront troués avec un emporte- pièce plus petit afin d’obtenir autant de dessous que de dessus et les disposer une plaque recouverte de papier cuisson.
– Mettre dans un four chauffé au préalable à 180° pendant 10 ou 12 minutes.

Après cuisson recouvrir les fonds de confiture, saupoudrer les pâtes de dessus de sucre glace et les déposer délicatement sur les fonds.
Et nous voilà retombés dans notre jeunesse avec ces délicieux gâteaux.
Comme d’habitude un clin d’œil à Hélène pour sa complicité à la réalisation de cet article.
COUV

TORREILLES : dernière réunion à JUHEGUES de CUISINE et PATISSERIES du SUD et d’AILLEURS 2

Hélène

Hélène

Le dernier rendez-vous avant la reprise des réunions mensuelles dans le village dès le mois prochain

Malgré une petite fraîcheur et un soleil variable, on a toujours le même plaisir à se retrouver dans le parc de Juhégues parmi les plantes et les arbres.
Pour cette dernière réunion du mercredi 29 octobre sur ce site, avant le retour dans l’espace des associations, on a pu apprécier quelques recettes gourmandes de beignets de potirons ou des potirons.
Après avoir malaxé, il faut « râper »

Après avoir malaxé, il faut « râper »

Aujourd’hui, soyons fous, Lucette, Francine et Marie-Paule nous proposent trois recettes simples et goûteuses. 
On commence avec une recette inratable et rapide des beignets au miel ou au sucre :
Pour cela vous devez avoir :
– 125 g de farine tamisée
– ¼ de litre eau
– 70 g de beurre
– 3 beaux œufs
– 1 pincée de sel
– Sucre glace ou miel
– Eau de fleur d’oranger
– Huile pour friture 
Nos hôtesses à l’œuvre

Nos hôtesses à l’œuvre

Préparation de la pâte à  choux :
Faire chauffer le mélange eau, beurre et sel
A ébullition, ajouter la farine et mélanger pour obtenir une pâte homogène qui doit se détacher de la casserole
Ajouter les œufs un par un en mélangeant bien.
On note et on met en pratique

On note et on met en pratique

Pour la friture :
Dans une bassine à friture, faire chauffer l’huile,
Quand l’huile est chaude, y verser des cuillerées à café de pâte et laisser cuire,
Quand ils sont dorés, les égoutter sur du papier absorbant,
Saupoudrer de sucre ou verser du miel délayé dans un peu d’eau.
Tout le monde participe à la phase finale

Tout le monde participe à la phase finale

2ème recette : les beignets de potiron version Juhègues
Les ingrédients :
– 400 g de potiron
– 100 g de farine
– 2 œufs
– 30 g de sucre en poudre
– 1 cuillerée à soupe d’huile
– ½ cuillerée à café de levure de boulanger
– 1 pincée de sel 
Pour les parfums :
Cuisson à surveiller

Cuisson à surveiller

4 à 5cl de Cointreau ou le zeste d’une orange (version gourmande mettre les deux arômes dans la préparation)
Faire cuire le potiron de préférence au four.
Prélever 250 g de chair.
Mélanger au mixer ou au fouet le potiron, le sucre, la farine, le parfum choisi, le sel, la levure et une cuillère à soupe d’huile.
Bien mélanger (si nécessaire on peut ajouter un peu d’eau) pour obtenir une pâte compacte et collante.
Laisser reposer une heure dans un endroit plutôt chaud (le détail important pour une bonne pâte)
Une fois la pâte levée, ajouter le blanc en neige de 2 œufs.
Faire cuire les morceaux de pâte prélevés avec une cuillère à soupe dans le bain d’huile chaud.
Une fois cuits, les beignets seront déposés sur du papier absorbant.
Ensuite on les présentera saupoudrés de sucre glace, avec ou sans cannelle. 
Autre version des beignets de potiron
– Prendre 1 kg de potiron
– 1 dl d’eau
1 gousse de vanille fendue en deux
– 75 g de sucre fin
– 250 g de farine
– 30 g de levure fraîche (cube)
– 2 cuillères à soupe de lait
Ca méritait bien d’attendre

Ca méritait bien d’attendre

Faire cuire dans l’eau la vanille, le sucre, le potiron coupé en morceaux, pendant une vingtaine de minutes environ.
Réduire en purée bien sèche.
Incorporer dans cette purée, la farine tamisée et la levure préalablement délayée dans le lait tiédi.
Laisser lever la pâte à couvert dans un endroit un peu chaud durant 2 heures environ.
Ensuite prélever de la pâte pour faire des boulettes, les plonger dans l’huile chaude.
Il est conseillé de faire cuire peu de beignets en même temps.
Une fois cuits, les égoutter sur du papier absorbant et les saupoudrer de sucre.
C’est donc devant un bon thé ou un café que toutes les participantes et votre serviteur ont pu goûter et apprécier ces recettes gourmandes de cette réunion. 
Je n’oublie pas mon petit clin d’œil mensuel et mes remerciements à Hélène pour son aide précieuse à la rédaction de ces recettes.
Donc rendez-vous le mois prochain avec nos trois hôtesses Lucette, Marie-Paule et Francine.
COUV

TORREILLES : la CUISINE du SUD et d’Ailleurs I avec une recette simple des « doigts de la mariée »

Un début de saison gourmand pour une équipe qui gagne, surtout avec de nouvelles recettes pour la saison 2014/2015

La nouvelle saison est repartie sous le soleil !

La nouvelle saison est repartie sous le soleil !

Hé oui, les vacances sont terminées, la « rentrée » est déjà commencée, et les associations ont aussi lancé leurs programmes et réunions pour la saison 2014/2015.
Pour cette première réunion du 24 septembre de « Cuisine du Sud et d’ailleurs » toujours aussi sympathique, certaines participantes étaient absentes, mais les dialogues étaient toujours aussi joyeux sur l’espace dédié à Juhègues pour la cuisine et les repas.
Aujourd’hui du simple, goûteux et très appréciés :
Le résultat de toutes les attentes !

Le résultat de toutes les attentes !

Les doigts de la mariée

Et pour cela il nous faut :
– 4 œufs entiers (2 moyens + 2 gros)
–  zeste de citron
– 4 cuillères à soupe bombées de sucre
– 1 paquet de sucre vanillé
– 1 sachet de levure
– 500 g de farine (45)
– 4 cuillères à soupe d’huile ou de beurre fondu.
Une vue comme ça de sa cuisine, un rêve !

Une vue comme ça de sa cuisine, un rêve !

Mélanger au fur et à mesure les ingrédients afin d’obtenir une pâte qui puisse se rouler facilement.
Former des petits bâtonnets et les aplatir (1/2 cm d’épaisseur) et les disposer au fur et à mesure dans une friture pas trop bouillante.
Les gâteaux doivent dorer doucement sur les deux faces.
Les retirer et les mettre dans une passoire recouverte de papier absorbant.
Les saupoudrer de sucre glace ou sucre fin lorsqu’ils sont encore chauds.
Un coucou à Michelle et Hélène pour leurs aides bienvenues.
Mes deux complices Hélène et Michelle…

Mes deux complices Hélène et Michelle…

Cette recette très simple à réaliser a été appréciée avec un bon thé, ou un café et fera les délices de fin de repas ou de goûter de nos bambins.
COUV

TORREILLES : cuisine et Pâtisseries du Sud et d’ailleurs 10

On finit la saison cuisine avec une recette souvent réalisée, mais ici avec une autre approche culinaire 

Hélène Carles

Hélène Carles

Comme vous avez vu dans l’article précédent, nous avons dégusté les cocas et la frita lors de notre réunion de Juhègues, avant de passer au plat concocté par nos trois hôtesses Lucette, Francine et Marie-Paule
Toute une famille et sa génération qui pendant la saison ont fait partager leur amour pour la passion de la cuisine du sud et d’ailleurs.
Un clin d’œil aussi aux participantes qui avec le temps se sont intégrées dans cette réunion gourmande.
Tout le monde à la découpe

Tout le monde à la découpe

Poulet aux citrons confits suivant la recette de Lucette

Ingrédients :
– Des hauts de cuisse de poulet pour 6 personnes
– Du safran ou du colorant
– 100 g d’olives avec noyau en escabèche, violettes ou nature pour les puristes
– Une bonne poignée d’amandes émondées
– 2 oignons hachés
– 1 ou 2 gousses d’ail (suivant la quantité ou la force du goût en finalité)
– 1 cuillère à café de gingembre
– 1 cuillère à soupe de farine
– 2 ou 3 citrons confits
– 1 bouquet de coriandre
– De la maïzena et une briquette de crème fraîche liquide (facultatif)
– 1 bouillon préparé de volaille
Mais il faut aussi les aromates

Mais il faut aussi les aromates

La recette
– Mettre dès le début les citrons confits à dessaler.
– Badigeonner et préparer les hauts de cuisse avec le safran ou le colorant (ou un mélange des deux pour des raisons de coût, le safran même mélangé amenant un délicieux goût)
– Dénoyauter les olives, faire dorer légèrement les amandes, les retirer les mettre en attente.
– Dans la cocotte mettre un peu d’huile, faire revenir les morceaux de poulet sur toutes leurs faces, les retirer et les réserver de côté.
– Ensuite faire revenir l’oignon, l’ail pressé, ajouter le gingembre, la cuillère à soupe de farine, mettre de l’eau chaude (elle devra recouvrir les morceaux de poulet ainsi que la peau des citrons confits.
Avec Lucette on ne plaisante pas sur l’équilibre en bouche

Avec Lucette on ne plaisante pas sur l’équilibre en bouche

– Ajouter la coriandre hachée, les olives et le bouillon.
– Faire bouillir quelques minutes et ajouter le poulet, saler (attention les olives, les citrons et le bouillon sont des éléments salés) poivrer, laisser mijoter.
– Pour épaissir le mélange ajouter un peu de maïzena.
– On ajoute ensuite les amandes et on passe par une cuisson à gros bouillon quelques instants.
– Pour une sauce plus onctueuse, on peut ajouter suivant les goûts de la crème fraîche.
– Pour accompagner cette recette, on peut faire un riz blanc, mais aussi différentes semoules cuites, en fonction des envies, mais aussi du choix des assaisonnements.
Plus de vingt femmes contre votre correspondant-photographe

Plus de vingt femmes contre votre correspondant-photographe

Alors, si cette recette vous plait ou vous inspire, réalisez-la très vite et profitez-en pour la faire partager à vos amis.
Vous avez nos adresses, quelques commentaires, avis et conseils seront les bienvenus avec une réponse de ma part.
Bonne dégustation !
Et bonnes vacances à vous toutes et tous, et rendez-vous à la rentrée…
COUV

Cuisine et pâtisseries du Sud et d’ailleurs 9

????????????????????????????????????Lucette

Lucette

Les cocas et la frita de Lucette, un grand moment partagé de plaisir et de bonheur

Dernière rencontre des amies et adeptes de la cuisine et pâtisseries du sud, mercredi 25 juin avec le rendez-vous incontournable sur le site de Juhègues.
Aujourd’hui nos trois hôtesses, Lucette, Francine et Marie-Paule nous proposent une entrée avec les cocas et la frita.
Ces mises-en-bouche seront accompagnées par une succulente sangria « maison » en attendant le plat, le poulet au citron, recette développée dans un autre article. 
????????????????????????????????????Lucette montre les bases des cocas

Lucette montre les bases des cocas

Ingrédients pour environ 38 cocas
500 g de farine
1 pincée de sel
¾ de verre d’huile
Environ 20 cl d’eau tiède
????????????????????????????????????Déjà du monde à l’œuvre

Déjà du monde à l’œuvre

La recette
Mélanger l’huile et l’eau
Verser dans la farine additionnée de sel
Pétrir rapidement
Faire des noix de pâte
Etendre ces noix de pâte le plus finement possible (- d’1 mm) en ronds
Garnir d’une bonne cuillerée de frita (voir recette à la suite)
Fermer en chausson et retourner le bord arrondi de la pâte pour bien fermer
Dorer à l’œuf
Enfourner à 180 °C environ ½ heure (surveiller la cuisson)
Nota, la coca peut se faire frire, mais prévoir des cocas plus petites.
????????????????????????????????????Après les préparations, mise en friture des cocas

Après les préparations, mise en friture des cocas

La Frita de Lucette
Ingrédients
3 ou 4 belles gousses d’ail émincées
1 gros oignon haché en petits dés
1 boîte de pulpe de tomates (boîte ½)
1 poivron vert en petits dés
Sel poivre
Origan
Piment (facultatif)
1 œuf dur coupé en petits morceaux
Huile olive
Et tous les participants sont heureux

Et tous les participants sont heureux

La recette
Dans un fait-tout, faire revenir dans de l’huile d’olive l’oignon et l’ail (à peine roussi, plutôt blond)
Ajouter le poivron en dés et remuer
Ajouter la pulpe de tomates (rincer la boîte à l’eau et la verser dans le fait-tout)
Saler et poivrer
Ajouter l’origan et le piment
Faire cuire environ ½ heure
Laisser refroidir et ajouter l’œuf dur
La frita doit être assez sèche (consistante dans la cuillère)
On peut aussi mettre de la frita sur un pain grillé, avec pour les accrocs, des anchois et là les amis…
En ayant encore le délicieux goût de cette double entrée, je ne peux que remercier ma conseillère technique Hélène, pour sa précieuse aide.
COUV

TORREILLES : cuisine et pâtisseries du Sud et d’ailleurs 8

Lucette

Lucette

Avec les Griwech, on passe dans une réalisation plus simple, mais avec des pièges…

Tout le monde est attentif autour de Lucette

Tout le monde est attentif autour de Lucette

Les Griwech sont sur la base d’une recette simple très goûteuse et généreuse. 
Vos besoins 1 kg de farine 300 g de beurre 1 œuf entier 1 cuillère à soupe de sucre 1 cuillère à soupe de levure chimique 1 cuillère à soupe de vinaigre de vin blanc 1 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger 1 verre de cuisine d’eau colorée avec du safran par exemple 1 pincée de sel 500 g de miel liquide Grains de sésame grillés Huile pour friture.
Ce n’est pas toujours aussi simple à réaliser

Ce n’est pas toujours aussi simple à réaliser

La réalisation Faire fondre le beurre, il ne doit pas bouillir. Dans un saladier mettre la farine tamisée, le sucre le sel, la levure, bien mélanger le tout. Faire une fontaine pour y verser le beurre fondu tiédi, le vinaigre, l’eau de fleur d’oranger et l’œuf légèrement battu. Bien mélanger afin que tous les ingrédients soient bien incorporés et pétrir la pâte jusqu’à ce qu’elle devienne lisse et souple telle une pâte à pain ou à pizza en mouillant la pâte avec l’eau colorée.
Pas de cuisine moderne, ici c’est à la « bonne franquette »

Pas de cuisine moderne, ici c’est à la « bonne franquette »

Rouler en boule la pâte obtenue et la laisser reposer pendant 30 minutes. Ensuite prendre un morceau de pâte, l’étaler sur 2 mm d’épaisseur, tracer et découper des carrés de 4 cm sur 8. Sur ces carrés, tracer des lignes parallèles, passer les doigts sur les lanières 1 et 3 et faire ressortir celle de derrière.
Première sortie de bain de friture

Première sortie de bain de friture

Quand tous les gâteaux sont façonnés, les plonger dans un bain de friture sans oublier de les retourner. Puis les plonger rapidement dans le miel maintenu tiède puis les couvrir des grains de sésame.
Alors à vous maintenant et bon appétit ! COUV

TORREILLES : cuisine et pâtisseries du sud et d’ailleurs 7

Hélène Carles

Hélène Carles

Attention, on laisse passer le Makrout, c’est chaud et délicieux !

Un léger vent, du soleil, voilà un beau prétexte pour déplacer cet après-midi de pâtisserie à l’espace de Juhègues.
Beaucoup de travail pour nos trois hôtesses Lucette, Francine et Marie-Paule        avec cette délocalisation des cours, mais quel plaisir et des odeurs de friture en plein air.
Juste avant le bain de friture

Juste avant le bain de friture

Première réalisation du jour avec le Makrout, que l’on retrouve souvent dans les boutiques orientales ou sur les marchés, mais ici la différence est dans la maîtrise des produits, pour arriver avec cette recette à une pâtisserie noble, gustative et surtout non grasse malgré un passage en friture.   
Nos trois hôtesses très complices

Nos trois hôtesses très complices

Pour la pâte
500 g de semoule moyenne (3 verres de cuisine)
500 g de semoule moyenne (3 verres de cuisine)

1 verre de beurre fondu
1 verre d’eau colorée, avec du safran par exemple
1 quart de verre d’eau de fleur d’oranger
1 pincée de sel
Pour la pâte de dattes
500 g de dattes

1 zeste d’orange
1 verre à thé d’huile
1 cuillère à soupe de miel
1 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
½ cuillère à café de cannelle
1 pincée de clous de girofle (écrasés au pilon)
On a aussi pour les gourmands la possibilité d’ajouter 1 ou 2 cuillères à soupes d’amandes ou de sésame ou de noisettes mixées
La relève semble assurée…

La relève semble assurée…

Réalisation de la pâte de dattes
Cuire les dates à la vapeur pendant ½ heure environ, les malaxer à la main quand elles sont tièdes et ajouter les ingrédients
Réalisation de la pâte
Dans un saladier mélanger la semoule, le sel et le beurre fondu, bien frotter entre les mains afin de bien incorporer le beurre à la semoule, ajouter l’eau de fleur d’oranger, mélanger, ensuite continuer à bien mélanger en ajoutant l’eau colorée jusqu’à obtention d’une pâte souple et malléable.
Hé oui, ce n’est pas toujours facile !

Hé oui, ce n’est pas toujours facile !

Réalisation finale des Makrout
Prendre un morceau de pâte, faire un boudin que l’on étalera ensuite à la main ou rouleau à pâtisserie afin de former deux rectangles. 

Au milieu d’un des 2 rectangles disposer la pâte à dattes, disposer l’autre par-dessus en appuyant bien sur les bords.
Faire des morceaux en taillant en diagonale, puis réaliser quelques stries sur les morceaux. 
Continuer ainsi jusqu’à épuisement de la pâte.
Les morceaux obtenus seront frits jusqu’à ce qu’ils soient dorés.
Les retirer et les plonger rapidement dans le miel tiède.
Elle n’est pas belle la vie ?
Et comme toujours un merci à Hélène pour sa complicité à la réalisation technique des recettes.
COUV

TORREILLES Cuisine et Pâtisseries du Sud et d’Ailleurs 6

On ne refuse pas une tarte aux pommes au dessert…

On appelle ça mettre la main à la pâte, dans une bonne ambiance

On appelle ça mettre la main à la pâte, dans une bonne ambiance

Pour la suite de cette réunion du mercredi 30 avril, Marie-Paule, Lucette et Francine ont décidé de travailler des recettes simples, si on respecte les bases élémentaires mais goûteuses.
Si on dit un repas sans fromage, n’est pas un repas, un repas sans sucreries peut lui aussi devenir source à commentaires.
Dans une tarte aux pommes, il faut des pommes…

Dans une tarte aux pommes, il faut des pommes…

Voici donc, la recette de La tarte aux pommes.
Les éléments de base pour :
La pâte brisée :
250 g de farine
125 g de beurre froid
1 pincée de sel
1 cuillère à soupe de sucre
100 g de sucre
100 g de poudre d’amandes
2 œufs
10 cl de crème épaisse liquide à 30%
Du rhum environ 10 à 12 cl,
A noter que l’on peut le remplacer suivant les goûts, par du Kirch plus fruité.
Un peu de sucre ou cassonade
Cannelle (facultatif)
Et des pommes, pour le choix il varie suivant les goûts et la consistance finale désirée.
Et il faut bien les ranger !

Et il faut bien les ranger !

Préparation
Peler les pommes et les tailler en lamelles de 5 ou 6 mms.
Les mettre à macérer dans du rhum (1 verre) et du sucre fin.
Dans un saladier, mettre la farine, le sel, le sucre et ajouter le beurre froid en petits morceaux, asperger d’eau environ 1/4 de verre, puis malaxer le tout soit dans le saladier ou sur le plan de travail afin de former une boule.
Ne pas trop pétrir la pâte.
Laissons cuire

Laissons cuire

Etaler la pâte, la mettre dans le moule à tarte beurré et la piquer avec une fourchette.
Sur cette pâte, disposer harmonieusement les lamelles de pommes.
Mélanger ensuite les 100 g de sucre avec les 100 de poudre d’amandes.
Puis les 2 œufs et les 10 cl de crème liquide.
Verser ce mélange sur les pommes, saupoudre de sucre fin ou de cassonade et de cannelle (facultatif).
Mettre dans un four à 180° (6) préalablement chauffé pendant 30 mn.
Bonne dégustation !

Un merci et un clin d’œil à ma script Hélène.

TORREILLES Cuisine et Pâtisseries du Sud et d’Ailleurs 5

Réalisation d’un plat simple à partir de farine de pois chiche

Hélène est venue se joindre à nos hôtesses

Hélène est venue se joindre à nos hôtesses

Si hier c’était le 1er mai et la fête du travail, aujourd’hui on va vous proposer 2 recettes pour compenser.
Nos hôtesses Marie-Paule, Lucette et Francine avec la complicité d’Hélène vous livrent une recette très simple de leur enfance.

La CALENTITA (algérois) ou CALENTICA (oranais)

Les éléments de base :
500 g de farine de pois chiche

1 pincée de sel
10 cl d’arachide ou de tournesol
1,9 litre d’eau 
1 œuf (gros) ou 2 (petits)
Attention, cette préparation doit être très fluide, même liquide.
Tout chaud du four

Tout chaud du four

Préparation :
Tamiser la farine dans un saladier et mettre, dans un premier temps, 0,5 litre d’eau et remuer. 

Ajouter l’œuf, l’huile tout en remuant ainsi que l’eau restante. 
Il s’agit ici d’une pâte assez liquide.
Laisser reposer cette pâte pendant 2 heures.

Penser à la remuer de temps en temps.
On va bientôt goûter

On va bientôt goûter…

Beurrer un plat à gratin y verser la pâte et mettre dans le four à 240°, four qui aura été chauffé au préalable.
Le dessus doit être doré.
Ce plat se consomme tiède.
Sa présentation est semblable à un flan qui se consomme simplement ou en accompagnement.
Pour les amateurs de recettes relevées, ils pourront accommoder celle-ci d’épices.
Bon appétit !

TORREILLES : cuisine et pâtisseries du sud et d’ailleurs 4

Une recette incontournable des cornes de gazelle

Hélène CARLES

Hélène CARLES

Aujourd’hui, nous vous proposons une pâtisserie de plaisir, souvent réalisée d’après différentes recettes bonnes ou douteuses, nos hôtesses Marie-Paule, Lucette et Francine mettent à l’honneur « les cornes de gazelle » ,une référence de table et d’amitié partagée.
Voici donc une version de recette inratable pour la réalisation des cornes de gazelle.

La pâte :
. 125 g de beurre

. 250 g de farine (type 55)
. 1 pincée de sel
. ½ verre de cuisine d’eau de fleur d’oranger et d’eau
. Mélanger la pâte et la laisser reposer le temps de réaliser la garniture (sous forme de . boule ou de boudin)

Début des conseils pratiques…

Début des conseils pratiques…

La garniture :
. 250 g de poudre d’amandes

. Un peu de zestes d’une orange (facultatif) et suivant les goûts
. 125 g de sucre en poudre
. 10 cl de fleur d’oranger
. 1 cuillère à café de cannelle
Suivant vos envies, on peut moduler la quantité de fleur d’oranger et la cannelle.
. 40 g de beurre
. Mélanger le tout jusqu’à obtention d’une pâte homogène

Confection des cornes par une participante

Confection des cornes par une participante

Réalisation finale :
. Prendre la pâte et faire 4 parts

. Etirer finement une part de pâte, en rond comme pour une tarte, la couper en 4 pour former des triangles. Ensuite faire un rouleau avec la garniture à la pâte d’amande et le déposer sur la partie large du triangle et rouler la pâte vers l’intérieur pour obtenir une forme de croissant
. Recommencer jusqu’à épuisement de la pâte
. Mettre à four préalablement chauffé – Thermostat 180°/6 – pendant 15 minutes sur une feuille de papier sulfurisé
. A la sortie du four badigeonner les cornes avec de l’eau de fleur d’oranger et les recouvrir de sucre glace tamisé

. Laisser refroidir avant de déguster.

Merci Hélène pour ces informations.

Et maintenant régalez-vous !

Moi aussi j’ai fait mes cornes de gazelle !

Moi aussi j’ai fait mes cornes de gazelle !

COUV

La cuisine et les pâtisseries du Sud et d’ailleurs 3

Le pain de shabbat sous toutes ses formes

Francine

Francine

Aujourd’hui, nos élèves en cuisine se sont réunies sous la houlette de Lucette, Marie-Paule et Francine, cette dernière étant pour cette journée notre hôtesse et notre chef-pâtissière.
En introduction, quelques conseils pour la réussite de l’élément de base :

La pâte, sa base, sa préparation.
Dans un grand saladier, mettre 2 cuillères à soupe de sucre fin, 30 cl d’eau tiède, incorporer 42 grammes de levure cube émiettée et mélanger.
Ajouter 3 œufs entiers l’un après l’autre tout en mélangeant, ainsi que 10 cl d’huile de tournesol ou d’arachide.
Verser la farine d’un seul coup et bien mélanger l’ensemble.
Ensuite bien pétrir la pâte sur le plan de travail.
Une fois travaillée, la pâte doit reposer entre une et deux heures en fonction de la chaleur ambiante.
Ne pas oublier, que la réussite de cette pâte, dépend du milieu ambiant, toujours supérieur à 22 degrés.
Une fois levée, il faut la retravailler.
Laisser à nouveau reposer la pâte une 1/2 heure.
Vient alors, la réalisation de différentes déclinaisons, à partir de la recette de base.

On n’y résiste pas

On n’y résiste pas

Le pain de shabbat :
Prendre un morceau de pâte et confectionner 2 tresses (une grande et l’autre moins).
Déposer la petite tresse sur la grande, badigeonner avec un jaune d’œuf et enfourner dans un four à 180 degrés.
Surveiller la cuisson, laisser dorer, planter une aiguille afin de savoir de contrôler le niveau de la cuisson.
A noter, que le temps est variable suivant le modèle du four, l’expérience, la vision et le test, étant la meilleure indication de cuisson.

Un délice sur une base simple

Un délice sur une base simple

La Merloquet :
Pour cette recette, il faut :
Une part de pâte et l’étaler en forme de disque de 20 ou 25 cm de diamètre, sur une épaisseur de 2 cm, puis mettre dans un moule à manquer.
Faire des empreintes avec le bout des doigts, badigeonner d’une huile neutre et saupoudrer de sucre.
Four à 180 degrés, laissez dorer et faire le test de l’aiguille pour la cuisson.

Le secret est aussi dans la cuisson

Le secret est aussi dans la cuisson

Le pain roulé au paprika et thym frais :
Etaler la pâte comme un fond de tarte, la badigeonner d’huile, puis saupoudrer de paprika et de thym frais.
Rouler le tout, façon bras de Vénus.
Badigeonner avec jaune d’œuf.
Four à 180 degrés, puis laissez dorer tout en surveillant la cuisson.

Le pain roulé à l’oignon et aux olives noires :
Etaler la pâte comme un fond de tarte, étaler l’oignon bien cuit presque confit ainsi que des morceaux d’olives noires ou un mélange olives noires et vertes.
Badigeonner avec le jaune d’œuf.
Four à 180 degrés, laissez dorer tout en surveillant la cuisson

Autres présentations :
– pesto et parmesan.
– munster, cumin et chorizo.

Le quartier, pour une nouvelle fois a été embaumé par les senteurs délicates du pain chaud, et des divers éléments des garnitures.

Francine, Lucette et Marie-Paule, en rouge

Francine, Lucette et Marie-Paule, en rouge

Et encore un grand merci à Hélène, pour ses notes très précises, en attendant la prochaine réunion dans un mois.

La recette du Tiramisu par Yves DUTEIL

Tiramisu redimenssionnéeLes ingrédients pour 6 personnes :
500g de mascarpone, un grand bol de café noir, 4 jaunes d’oeufs, et 2 blancs. 100g de sucre glace, deux cuillères à soupe de Grand Marnier, 200g de biscuits à la cuillère et du chocolat noir non sucré en poudre pour le décor.
Préparation :
Le tiramisu de la photo a été réalisé directement sur un cercle de carton doré (de pâtisserie) posé sur le plat de service et moulé dans un cerclage d’acier inox qui se dégage en le glissant par le haut juste avant de servir… On peut aussi le présenter dans un plat rectangulaire,  ou même dans des verres individuels, où la prise sera plus facile…
– Pour la crème, mélanger au fouet à la main dans une grande jatte, le mascarpone, le sucre glace et les jaunes d’oeufs.
– Ajouter les deux cuillères à soupe de Grand Marnier.
– Battre les blancs en neige très ferme (à température de la cuisine) et les incorporer délicatement à la crème.
– Un par un, tremper très rapidement (une seconde) les biscuits à la cuillère dans le café noir, et les disposer sur le fond, côte à côte, pas trop serrés pour laisser un peu d’espace à la crème à l’intérieur du dessert.
– Alterner les couches de crème et les couches de biscuits (trois couches) dans un sens, puis perpendiculaires à la couche précédente pour renforcer la cohésion du tiramisu. La dernière couche de biscuits sera disposée côté plat en haut. La crème doit venir affleurer au bord du moule ou du plat.
– Lisser la crème avec une longue spatule ou un grand couteau pour donner un aspect bien droit à la surface.
– Laisser prendre au réfrigérateur pendant environ 4 heures.
YD 1Au moment de servir, saupoudrer de chocolat noir non sucré avec une passoire fine, essuyer le bord du plat pour une belle présentation, ou selon votre choix de présentation, retirer le cerclage en acier inox, qui laissera le dessert comme sur la photo…

Bon appétit !

La Cuisine et les Pâtisseries du Sud et d’Ailleurs 2

Une Couronne des Rois aux Noix

Lucette, notre hôtesse, s’est levée tôt pour préparer la base du 1er gâteau, afin de faire une fournée d’avance, pour le début du débat.
Elle est entourée de Marie-Paule et de sa maman Francine, pour commencer la préparation du gâteau du jour, devant près de 20 personnes de 9 ans à plus de 80 ans (on est presque comme « Tintin »)

Une couronne sur une base de « Mouna » avec un croustillant de noix concassées. (ou des amandes)

Déjà les questions « pleuvent »
dès le début de la recette.
Pour cette 1ère réunion, Lucette a choisi un assemblage simple, facile à réaliser, mais en suivant la base de la conception, pour réussir ce succulent gâteau.
Francine, Lucette et Marie-Paule avec leurs gâteaux

Francine, Lucette et Marie-Paule avec leurs gâteaux

COURONNE des ROIS de LUCETTE 
Ingrédients :
Pâte à Mouna (équivalent d’une boule de pétanque assez grosse)
Garniture :
1 jaune d’eau légèrement détendu d’eau.
Grains de sucre.
1 blanc d’œuf.
2 grosses poignées de noix décortiquées (ou d’amandes)
Sucre en poudre.
Maintenant c’est le moment de couper

Maintenant c’est le moment de couper

 Recette :
– Modeler la boule de pâte en couronne en faisant un trou et en la faisant tourner dans les mains.
– Poser sur du papier sulfurisé.
– Laisser monter.
– Préchauffer le four (170 °C)
– Hacher grossièrement les noix (ou les amandes)
– Mélanger avec le blanc d’œuf légèrement battu à la fourchette.
– Ajouter du sucre et vérifier.
– La pâte doit être assez épaisse.
– Dorer la couronne à l’œuf.
– Garnir la couronne avec le mélange.
– Enfourner.
Les temps de cuisson varient suivant le type de four, et sa technologie.
Ici, c’est surtout à la couleur, que les « minutes » de cuisson ont été déterminées.
Pensez à tourner régulièrement votre gâteau dans le four, pour une cuisson homogène.
Une partie des participants

Une partie des participants

La conclusion :
Le résultat en bouche et au touché, donne une pâte moelleuse et aérée, pour la 1ère.
La seconde, ayant eu un temps d’attente plus long, a une texture plus agréable et encore plus légère.

Cette couronne est à partager et consommer avec un thé, un café, et dans notre cas, un chocolat « maison »… Un véritable délice !

La Cuisine et les Pâtisseries du Sud et d’Ailleurs 1

Un classique de base de pâtisserie la MOUNA

La MOUNA de LUCETTE

9 ans, Levana a déjà envie de faire des gâteaux

9 ans, Levana a déjà envie de faire des gâteaux

Ingrédients : base farine de levain
Pas tout à fait 10 cl de lait tiédi.
Pas tout à fait 10 cl d’eau de fleur d’oranger.
1 cube de levure fraîche (40 g)
125 g de beurre température ambiante.
2 à 3 cuillères à soupe de farine tamisée.
5 cl d’huile.
Le zeste râpé fin de 2 oranges lavées.
Plus de la farine pour travailler la pâte.
Hélène et Lucette préparent la base de la pâte

Hélène et Lucette préparent la base de la pâte

Pâte :
230 g de sucre en poudre.
3 gros œufs entiers.
700 g de farine tamisée.
Recette :
• Préparer le levain en mélangeant les ingrédients pour obtenir une pâte légère.
• Laisser monter environ 15 min.
• Dans une terrine, battre longuement à la main pour chauffer la pâte le sucre et les œufs jusqu’à ce que le sucre soit fondu (mélange mousseux)
Ajouter le zeste et l’eau de fleur d’oranger et continuer à battre.
Ajouter la farine progressivement et le levain et pétrir longuement sur la table, ajouter le beurre par morceau et la farine restante en pétrissant vigoureusement.
Ajouter l’huile petit à petit en jugeant la consistance de la pâte qui ne doit pas coller sur le plan de travail comme pour l’ajout de la farine restante (souvent 200 g plutôt que 100)
Saupoudrer très légèrement de farine, faire un puits au milieu du pâton et tenir au chaud.
Laisser lever environ 2 heures. (voir le petit truc, en bas de page)
Préparer des feuilles de papier sulfurisé (environ 20 cm)
Faire des boules de pâte (grosse boule de pétanque), les poser sur le papier et laisser lever au chaud, couvertes d’un linge.(voir le conseil de fin de page)
Préchauffer le four 10 mn avant d’enfourner.
Dorer à l’œuf et tailler une petite croix aux ciseaux sur le dessus.
Saupoudrer de grains de sucre et enfourner 20 à 25 min, après avoir baissé le four à 150 ou 140° (le dessous ne doit pas trop colorer)
NB : Avec la même pâte, on peut faire des BAMBES ou une COURONNE des ROIS.
Le petit plus, avec un test étonnant qui fonctionne, pour le contrôle du temps de levée de la pâte :
Vous prélevez une mini boule de pâte (grosse comme une belle noisette) vous la plongez, dans un verre d’eau à température ambiante, lorsque votre boule monte à la surface de l’eau, votre pâte est prête.
ATTENTION à la température de la pièce, où vous faites « monter » la pâte, environ 23 à 25° et vous aurez une pâte qui a monté « superbe ».
Merci Hélène, pour toutes tes précieuses notes complémentaires
Qu’en pensez-vous ???

Qu’en pensez-vous ???

 

LES ARTICLES ARCHIVES