DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

décembre 2020
D L Ma Me J V S
« août    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Culture et spectacles

Communiqué de la Ville Perpignan

REMISE DE LA MÉDAILLE DE LA VILLE AU DANSEUR CHOREGRAPHE SÉBASTIEN RAMIREZ

Lundi 13 janvier 2014, à 15 h 00, au Théâtre de l’Archipel (Espace partenaire 7ème étage) le maire remettra la médaille de la Ville au danseur, chorégraphe perpignanais Sébastien Ramirez.

Danseur autodidacte issu de la culture hiphop, Sébastien Ramirez est aujourd’hui reconnu à l’échelle internationale dans le monde de la danse.

ALENYA : Concert du Nouvel An

« Sur un Air de Carmen »
avec le Duo Canticel

Un petit air de bohème

Un petit air de bohème

On ne peut pas manquer un concert du Duo Canticel, avec la merveilleuse Catherine Dagois, et le talentueux Edgard Teufel, aux claviers.
Le public de la salle M. Oms l’a bien compris, au regard des gradins complets. Le phénomène Canticel est basé sur son adaptation à tous les espaces, grâce à l’étendue et la richesse de son répertoire. Pour l’An neuf, ils ont choisi « Carmen » ses couleurs, sa légèreté, mais aussi ses virements de situations et thèmes.
Dès les premières notes, sous les doigts « magiques » de l’organiste, et la sublime voix de la Contralto, le public est sous le charme. Catherine Dagois se transforme en danseuse au tambourin, avec beaucoup de complicité d’Edgar, puis viens la voix… cette voix si puissante au regard du personnage, le public se regarde…

Un public…  des rappels !!!!

Un public… des rappels !!!!

C’est elle qui chante ? Et oui !!!, car l’étendue de sa gamme vocale est un « scandale » de plaisir. Après un « Fandango » magistralement interprété par Edgar, nous abordons la grande ligne de Carmen de G. Bizet, le public en redemande, Catherine nous interprète sa version de « Chant des Oiseaux » en hommage à Jordi Barre, qui adorait cette version, et à tous les Catalans.

Un dernier clin d’ œil, avec la version lyrique de « Summertime » d’un « certain Mronsieur Gershwin » ,du bonheur !!

Elle commence bien l’année 2014 à Alénya !

Communiqué de la Ville de Perpignan

APPEL A PROJET :
10 ème NUIT DES MUSÉES 17 mai 2014

La Nuit des musées est une opération nationale sans thème imposé dans laquelle s’investissent  les musées de Perpignan.

Thème choisi par le Pôle muséal pour 2014 : IMMATERIEL

Patrimoine immatériel (pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire populaires)
et/ou
– Sans matière, à la réalité intangible, impalpable, éthéré….

Chaque musée (Puig, Castillet, Muséum, Rigaud), offrira un événement distinct, tous publics, que les visiteurs décideront de suivre entièrement ou non.

Les quatre projets seront liées par le thème et l’intention artistique, mais indépendants dans leur progression.

De forme légère et d’une durée maximale de 30min, ils seront présentés 2 à 3 fois dans la soirée entre 20h et 1h.

Un cahier des charges détaillé est disponible à partir du 18 décembre sur :
www.mairie-perpignan.fr/musees

Les projets retenus pour la Nuit des musées 2014 seront choisis à l’issue d’une commission composée de professionnels de la culture et des musées.

– Retour des propositions : 21 février 2014
– Annonce des projets retenus : 28 février 2014

 Contact :
Service des Publics – Pôle Muséal – 3 rue du Chevalet, 66000 Perpignan
Tel : 04 68 51 50 37/ 06 77 82 87 81
Email : mediation.polemuseal@mairie-perpignan.com

Communiqué de la Ville de Perpignan

Ouverture de la Billetterie :
28
ème Festival de Musique Sacrée

Dans la grande tradition perpignanaise, la Ville proposera du 5 au 19 avril 2014 la  28ème édition de son Festival de musique sacrée.

 Prenons les voies de traverse de la création où le « souffle » nous entraînera. Laissons-nous guider par tous les artistes extraordinaires, inspirés par le souffle universel :

–  les Arts Florissants, Paul Agnew, Profeti Della Quinta, Elam Roten, l’Escolania de Montserrat, Sonia Wieder-Atherton, Renaud Garcia-Fons, Leili Anvar, Benjamin Alard,

– Françoise Atlan et l’Orchestre arabo-andalou de Fes, Pierre Hamon, Ensemble de Caelis, Francine Vidal, Jean-Jacques Machado, Marianne Müeller, et bien d’autres encore.

Les concerts sont en vente au Palmarium, place Arago à Perpignan ou par téléphone 04 68 86 08 51 du mardi au samedi de 10h à 17H30.

Un cadeau pour vos proches : un pass 3 concerts à 45€ ! Un pass 6 concerts à 72€ !

 Retrouvez l’actualité du festival sur facebook « festival de musique sacrée »
Le programme général sera à votre disposition en février. Pour le recevoir : festivalmusiquesacree@mairie-perpignan.com

Concerts payants :> Samedi 5 avril à 20H30 à l’Eglise des Dominicains
« Polyphonies et madrigaux à Mantoue » par l’ensemble Profetti della quinta

> Lundi 7 avril à 20H30 à l’Eglise des Dominicains
« Odyssée pour violoncelle et choeur imaginaire » par Sonia Wieder-Atherton

> Mardi 8 avril à 20H30 à l’ Eglise Notre Dame la Réal
« Le souffle de Montserrat » par l’Escolania de Montserrat

> Mercredi 9 avril à 20H30 à la Casa Musical
« L’envol » : Leili Anvar, récitante et Renaud Garcia-Fons, contrebassiste

Un concert réalisé en partenariat avec le festival Jazzebre et la Casa Musicale

> Vendredi 11 avril à 20H30 au Théâtre de l’Archipel
« Hear my prayer , Musiques sacrées de Henry Purcell » par les Arts Florissants dirigés par Paul Agnew.  Un Concert croisé avec le Théâtre de l’Archipel

> Dimanche 13 avril à 18H00 à Eglise des Dominicains
« L’esprit de Grenade, Chants arabo-andalous, judéo-espagnols et Cantigas de

Santa Maria » par Françoise Atlan au chant et l’Orchestre arabo-andalou de Fes

dirigé par Mohamed Brioulel.

> Samedi 19 avril à 20H30 à l’Eglise des Dominicains
« Leçons de ténèbres – Cristobal Morales, » Office du Samedi Saint à Rome au XVIè siècle par l’Ensemble Doulce Mémoire sous la direction de Denis Raisin Dadre.

 28ème Festival de Musique Sacrée :
du 5 au 19 avril 2014

– Les concerts sont en vente au Palmarium, place Arago à Perpignan ou par téléphone 04 68 86 08 51 du mardi au samedi de 10h à 17H30.

Pour toute demande d’information : T : 04 68 86 08 51 / festivalmusiquesacree@mairie-perpignan.com

 

Torreilles : Spectacle de fin d’année

Concert de NOEL du 22 décembre

Jésus Ventura

Jésus Ventura

La cobla show

La cobla show

L’église St Julien a accueilli, grâce au choix de Marc MEDINA et de Bernardine SANCHEZ, la célèbre « Cobla Mil-Lenària » pour le concert annuel de Noël.
C’est devant un public venu en nombre, amateur de sardanes ou curieux de notre culture, que les musiciens ont interprété le 1er morceau, « Marxa Solemnial ».

Tout de suite le ton de ce concert était donné !!! La fougue et l’énergie des musiciens

Un enthousiasme général du public

Un enthousiasme général du public

sont bien à la hauteur de leur renom. Le jeu des cuivres, la contrebasse et les sonorités des  flaviol tible, tenora et autres fiscorns ont embrasé l’espace sonore de l’église, avec des harmonies sublimes, pour le grand plaisir du public. Mais qui dit « formation » dit aussi dirigeant et là quel chef, ce Jésus Ventura,và la fois compositeur, directeur de cobles et animateur d’émissions radiophoniques, qui mène de main de maitre, les magnifiques envolées de la cobla. C’est sous cette note culturelle, de paix, et de fraternité, que ce village « pas comme les autres » a refermé les portes de ce concert .

Communiqué de la Ville de Perpignan

Naissance des alphabets

Le dimanche 8 décembre 2013 à 17 heures

 Site archéologique de Ruscino – salle du belvédère, Château-Roussillon, Perpignan.
Gratuit, dans la limite des places disponibles.
L’usage de l’écriture en Gaule méridionale du VIe au Ier s. av. J.-C.
Par Michel Bats

En Gaule méridionale, à partir du VIe siècle av. J.-C., la connaissance et l’usage de l’écriture accompagnent les contacts coloniaux et commerciaux des populations locales avec les navigateurs méditerranéens, essentiellement Grecs et Étrusques. Le point de départ se trouve dans la fondation de Marseille par des Grecs phocéens qui, en compagnie des Étrusques, distribuent des produits exotiques (vin et céramique) le long des côtes gauloises. Les plus anciens témoignages d’écriture sont donc en grec et en étrusque, mais bientôt aussi en ibère levantin aux abords de la Catalogne. L’écriture reste très longtemps un privilège des « étrangers » : les échanges sont d’abord oraux et les situations de bilinguisme ont dû être fréquentes. Les premiers « indigènes » à s’approprier l’écriture sont les Gaulois du Roussillon (Ruscino) et du Languedoc occidental (Pech Maho, Ensérune) qui écrivent en alphabet ibère dès le IVe s. av. J.-C. Ce n’est qu’à partir du IIe siècle que les Gaulois du Languedoc oriental et de Provence écrivent leur langue à l’aide de l’alphabet grec emprunté aux Grecs de Marseille. Ils continueront à l’utiliser encore après la conquête romaine jusqu’à l’époque augustéenne où triomphent la langue et l’alphabet latins. Michel Bats, directeur de recherche honoraire au CNRS, ancien directeur du Centre Jean Bérard de Naples (1991-2000), laboratoire de l’archéologie française en Italie du Sud, a consacré ses recherches à la diaspora grecque antique en Occident, surtout à Marseille et dans ses colonies, et à ses rapports avec les populations locales, principalement gauloises, dans le domaine des consommations matérielles (produits et céramiques) et spirituelles (langue et écriture).

Le 15 décembre à 17 heures
Sur les traces des Ibères : l’écriture paléohispanique à Ruscino .
Site archéologique de Ruscino – salle du belvédère, Château-Roussillon, Perpignan
Gratuit, dans la limite des places disponibles.

 Avant l’alphabet latin et la conquête romaine, les rivages du golfe du Lion ont connu d’autres formes d’écritures. Entre le Ve et le Ier siècles avant J.-C., les populations installées à Ruscino et en Languedoc-Roussillon ont utilisé majoritairement une écriture semi-syllabique venue de la péninsule Ibérique. Les inscriptions qui nous sont parvenues dessinent un paysage culturel et linguistique très riche.
Cette conférence visera à présenter les Ibères et leurs écritures et à replacer Ruscino au cœur des échanges du bassin méditerranéen occidental antique.

Coline Ruiz Darasse, docteur en Sciences de l’Antiquité de l’École pratique des Hautes Études (IVe section), ancien membre de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid), a consacré sa thèse de doctorat aux contacts linguistiques entre les Celtes et les Ibères dans le nord-est de la péninsule Ibérique et le sud de la Gaule.

Communiqué des Amis du Vieux Canet

L’épopée des Almogavares

Vendredi 13 décembre 2013 à 18h au théâtre Jean Piat, l’historien et auteur Robert Vinas nous entretiendra sur l’histoire de « La Compagnie catalane en Orient » ou l’épopée d’une armée de mercenaires : les Almogavares.

Épopée pour les Catalans, drame pour les Grecs, telle a été l’histoire des Almogavares, cette armée de mercenaires catalans et aragonais qui ont formé la première des grandes compagnies du bas Moyen Age. Partie au secours de l’empire Byzantin menacé par les Turcs, elle finit par trouver sa terre promise au pied de l’Acropole d’Athènes. Ces Almogavares difficilement contrôlables servent ou menacent tour à tour des ambitions qui les dépassent tout en devenant des acteurs incontournables de la géopolitique dans cette partie du monde.

C’est ce que nous expliquera Robert Vinas, historien et écrivain, en nous permettant de faire une plongée exceptionnelle dans la vie de la Méditerranée orientale au début du XIVe siècle. Conférence exceptionnelle durant laquelle le conférencier analysera à travers cette épopée bien d’autres thèmes, notamment dans les domaines politiques, sociaux, économiques et moraux.

Le verre de l’amitié et la dédicace de l’ouvrage d’Agnès et Robert Vinas clôtureront cette manifestation. Entrée gratuite.

PERPIGNAN : POLE MUSEAL – VISITES D’EXPOSITIONS

Les lieux d’exposition : Centre d’art contemporain Walter Benjamin – Couvent des Minimes

Centre d’art contemporain Walter Benjamin · Place du Pont d’en Vestit
Couvent des Minimes · 24 rue François Rabelais
Ouvert tous les jours, sauf le lundi de 10 h 30 à 18 h 00. Entrée libre.

 L’exposition : METAMORPHOSES – ENTROPIA (1)
-> Du 13 octobre au 20 décembre 2013 

Visites commentées :
Dimanche 1er décembre à 10h30 au Couvent des Minimes
Par Corinne Doumenc-Ducros-Ousset, guide conférencière

Dimanche 8 décembre à 15h au centre d’art contemporain Walter Benjamin
Par Laura Ruiz, guide conférencière

L’exposition composée pour partie d’oeuvres du Fonds Régional d’art contemporain, propose un parcours organisé autour d’unités d’ambiance qui recoupent des thèmes, mais aussi des styles, des genres, des mediums que nous ne souhaitons plus voir dissociés.

L’art contemporain fait voisiner l’installation avec la peinture, le dessin, le design, le street-art, la création sonore, la photographie, le style documentaire, la vidéo, le cinéma.

Nous revendiquons une libre circulation entre des formes qui ont été divisées arbitrairement. Cette volonté d’unifier ce qui a été séparé évoque une mutation positive ; une métamorphose qui renvoie aux souhaits de certains poètes et artistes des XIXe et XXe siècles de changer la vie en changeant la ville.

Sainte Rita racontée par André Bonet

"Prier 15 jours avec Sainte Rita" est le titre du dernier ouvrage d'André Bonet.

« Prier 15 jours avec Sainte Rita » est le titre du dernier ouvrage d’André Bonet.

Conférence littéraire à l’église de La Tour-Bas-Elne

Ceux qui connaissent André Bonet ne seront pas étonnés de cette passion pour Sainte Rita qui habite le Président du Centre Méditerranéen de Littérature. Rattrapé par la foi il y a quelques années déjà, c’est grâce à Jean-Marie Vianney, dit le Curé d’Ars (1786-1859), qu’André Bonet a « été ramené sur ce chemin là », après « un passage à vide dû à des blessures personnelles. J’ai décidé de me rendre à Ars-sur-Formans et j’ai marché sur ses traces pendant des années, je suis même devenu ami avec l’évêque du Diocèse ». Hasard de la vie ou main de Dieu selon les croyances de chacun, André Bonet a découvert Rita de Cascia alors qu’il donnait une conférence sur le Curé d’Ars, précisément le jour de la fête de cette Sainte qui allait inspirer sa vie.
C'est l'ami de 30 ans, Adel M'zouri, Conseiller Municipal de la Tour-Bas-Elne qui présente André Bonet et ouvre la conférence sur Sainte Rita.

C’est l’ami de 30 ans, Adel M’zouri, Conseiller Municipal de la Tour-Bas-Elne qui présente André Bonet et ouvre la conférence sur Sainte Rita.

C’est à l’initiative de cet ami de trente ans qu’est Adel M’Zouri, vêtu cette fois de son costume de Conseiller Municipal de La Tour-Bas-Elne et non de celui d’Aznavour qu’il interprète avec un tel talent sur toutes les scènes du département, que l’homme de lettres, passionné par cette Sainte au destin hors du commun, présentait devant une trentaine de personnes son dernier ouvrage « Prier 15 jours avec Sainte Rita » (Nouvelle Cité) dans la charmante petite église St Jacques nichée au centre du village.
Etrange vie en effet que celle de Ste Rita, étrange et fascinante à la fois, mais aussi mouvementée et tragique. Née en 1381, à Roccaporena en Italie près de Cascia en « verte » Ombrie, Rita, qui est peut-être le diminutif de Margherita, est la fille unique d’Antonio Lotti et d’Amata Ferri, à la déception de son père qui aurait préféré un solide gaillard pour travailler aux champs. Dès le début de sa vie, elle sera confrontée aux dangers de la mort. Tout d’abord ce berceau posé dans les champs sous un essaim d’abeilles qui entrent dans sa bouche et en ressortent sans la tuer, en sera le premier signe. Plus tard, elle se mariera avec un homme brutal qui lui est inconnu, imposé par son père et qui mènera une vie de débauche. Très vite elle aura deux jumeaux qui transformeront ce mari en homme vertueux qui prendra conscience de la beauté et de la fragilité de sa femme, ce seront les mois les plus heureux dans la vie de Rita. Hélas de courte durée, cet époux devenu parfait sera assassiné dans des conditions abominables. Cette femme, qui venait déjà d’enterrer son père et sa mère, reprend le chemin du Cimetière. Mais le sort s’acharne et ce sera au tour de ses deux enfants de succomber d’une épidémie, probablement  de la peste.
Une trentaine de personnes s'est déplacée pour assister à la conférence.

Une trentaine de personnes s’est déplacée pour assister à la conférence.

Une femme profondément marquée par la souffrance qui continue à accepter son destin et qui se sent portée vers le Monastère, elle devient religieuse au couvent de Cascia, après bien des réticences de la part de la congrégation qui finit par l’accueillir. Son passé n’existe plus, une vie nouvelle s’ouvre à elle mais elle sera humiliée par la Mère Abbesse pour éprouver son don d’obéissance, qui est une des règles absolues des Augustiniennes. Elle demandait dans ses prières à partager une infime partie des souffrances du Christ, prières exaucées puisqu’elle sera « transpercée par une épine du Christ » qui la fera souffrir les quinze dernières années de sa vie. Cette épine va être contagieuse aux yeux des religieuses, à tel point que son front va dégager des odeurs insupportables. Elle se retrouvera mise en quarantaine au fond du monastère dans une cellule obscure où elle finira sa vie dans une souffrance totale, sans même avoir la force de monter sur sa paillasse pour dormir. Elle mourut en 1457 à l’âge de 76 ans, âge canonique pour l’époque.

André Bascou chante Ferrat à St Laurent au bénéfice de la ligue contre le cancer

DSC04960

Son chant est un ruisseau

« Je suis comme le coq dressant au ciel sa crête, je chante chante tout le temps ». « Je », c’est André Bascou qui se produisait dimanche dernier au Foyer Rural de St Laurent, interprétant pas moins de quatorze chansons, toutes issues du répertoire de Jean Ferrat. Plusieurs d’entre elles étaient comme il se doit signées Louis Aragon, mises en musique par Jean Ferrat (« aimer à perdre la raison« , « que serais-je sans toi« ), d’autres, paroles et musiques signées Ferrat (« Nuit et brouillard », « Ma France« , ou, c’est incontournable, « la montagne » qui clôture le tour de chant), d’autres encore signées Claude Delecluse ou Michelle Senlis pour les paroles (entre autres « c’est beau la vie« ). A noter que Jean Ferrat a signé toutes les musiques des ses dix-huit albums, toutes sauf une : Frederico Garcia Lorca, dont il n’a écrit que les paroles. En dépit de la rude concurrence d’une actualité festive riche en ce dimanche à St Laurent et d’un soleil radieux qui incitait à la plage, la salle était bien remplie. Normal, André Bascou est désormais une vedette départementale bientôt plus connue pour son talent d’interprète du grand Jean que par ses faits d’armes comme Maire de Rivesaltes et d’ancien Député… Après quarante ans de vie politique, la vie est bien cruelle ! DSC04957
Mais au fond, même si les options idéologiques entre Ferrat et André Bascou divergent quelque peu (…), ils ont la même passion de la politique, et surtout cet humanisme qui les pousse à s’intéresser aux autres. Les recettes de ce tour de chant (5 € ou plus) étaient d’ailleurs entièrement reversées à la Ligue contre le cancer, un chèque de 2400 €uros a été remis à Monsieur Capdet, le Président de la ligue, en présence de Fernand Siré, le Député-Maire de St Laurent. A noter qu’André Bascou se produira au Théâtre Jean Piat de Canet le 21 septembre prochain pour un tour de chant plus long et différent, toujours au profit de la recherche contre le cancer. « Ce soir hors de moi-même je veux crier je t’aime comme peuvent hurler les loups » (« Ta Chanson »). Objectif atteint andré !

Printemps de Canet : saison Sardaniste

Par Serge Banzet – Président de la Llevantina

Et oui, la saison sardaniste 2012 de Canet est terminée. Malgré un temps gris et ensuite pluvieux, la Cobla NOVA GERMANOR nous a fait danser, ce dimanche 3 juin sur la place Méditerranée, quelques belles sardanes dansantes. Quel plaisir d’entendre cette musique qui nous donne envie d’entrer dans la ronde et de joindre nos mains inexpertes à celles des sardanistes aguerris. Même si le beau temps n’était pas au rendez-vous, pour cette ballade, la Cobla nous a apporté cette chaleur et ce soleil de notre cher Roussillon.Merci à toutes les Cobles venues à Canet pour leurs belles sardanes. Merci à la ville et à l’Office du Tourisme de Canet-en-Roussillon. Merci à tous les sardanistes du Nord de la Catalogne, d’avoir fait le choix de venir danser avec la Llevantina de Canet la plus belles danse du monde : La Sardane. Cette danse où les trois règles en vigueur sont : joie, amitié, conivivialité. Sardanistes, vous qui dansez « bien » la sardane, ayez en tête ces règles primordiales et importantes pour la survie de notre patrimoine musical. Regardez en arrière : lors de vos débuts dans le monde sardaniste, où vos pas, vos déplacements, votre position de corps et de bras n’étaient pas parfaits, et acceptez les sardanistes débutants. Des foments sardanistes organisent des cours d’initiation à la sardane, en été ou toute l’année, pour les débutants. Renseignez vous lors des ballades. La llevantina vous donne rendez-vous tous mardis, à partir du 10 juillet et jusqu’au 28 août, place Méditerranée, pour les initiations à la sardane à partir de 18h30.

Moltes gracies a tots et fins a l’any qui bé per d’altres balladas sardanistes a Canet i visca la sardane. 

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
décembre 2020
D L Ma Me J V S
« août    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031