DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Politique

Le pouvoir socialiste en année électorale

Ce qu’en disent les ténors UMP du département

C’est à l’occasion de la réunion festive dite « galette UMP 66″ qui réunissait plus de 600 adhérents, que plusieurs ténors UMP du département s’exprimaient. Bernard Dupont, le Maire de Canet, qui recevait la manifestation dans le tout nouveau bâtiment « des Voiles Rouges », s’est exprimé le premier (lire notre article « Un président de gauche qui propose une politique de droite, ça devient difficile pour moi »), c’est à présent au tour de Daniel Mach, Paul Blanc, Fernand Siré et Jean Castex de livrer le fond de leur pensée.

DSC00638DANIEL MACH (Maire de Pollestres et secrétaire départemental UMP)
Non sans rappeler les différentes manifestations organisées par l’UMP66 en 2014, avec les visites de J.François Copé, Rachida Dati, Valérie Debord ou encore Bruno Lemaire venu dédicacer son dernier livre et parler de politique nationale, Daniel Mach se félicite surtout de l’arrivée de 1477 nouveaux adhérents, ce qui prouve selon lui l’engouement que suscite l’UMP, et les espoirs que fondent les roussillonnais sur lui. « Nous sommes aujourd’hui 5285 adhérents dans les Pyrénées-Orientales, et depuis très longtemps, notre parti est le premier de ce département«  affirme-t-il. Une inquiétude pour le secrétaire départemental UMP, conserver Perpignan et faire gagner l’UMP dont l’équipe menée par J.Marc Pujol fait selon lui « un travail remarquable ». Essentiel en effet si l’UMP veut conserver sa majorité au Conseil d’Agglo. !

Soutien sans faille à Maïté Sanchez-Schmid qui brigue un deuxième mandat européen et qui a elle aussi réalisé « un travail remarquable et incontestable ».

Un autre combat, celui qu’il mène dans sa commune de Pollestres dans le bras de fer qu’il a engagé contre le Conseil Général : « Ma lutte contre le sectarisme du Conseil Général et du Conseil Régional a franchi une étape supplémentaire. Nous avons en effet décidé, avec les membres du Conseil Municipal, de déposer plainte pour discrimination à caractère politique. Cela fait maintenant 10 ans que Pollestres, comme tant d’autres communes de ce département, n’a pas reçu le moindre €uro de subvention pour ses projets d’investissement. Cela fait également 10 ans que l’on refuse, à titre personnel, de me recevoir dans le bureau de la Présidence, pour évoquer les dossiers d’avenir de Pollestres. Je sais que les communes, victimes de cette discrimination, sont nombreuses. Plusieurs élus m’ont d’ailleurs déjà apporté le témoignage de leur expérience en la matière, et j’invite tous les autres à en faire de même, pour donner encore plus de poids à cette procédure, et par écrit, ce serait l’idéal ».
Et puis, du Mach comme l’aiment ses supporters : « Chacun a sa propre méthode pour mener les combats, (…) on me reproche souvent d’être trop authentique, et trop direct. (…) Les combats ne se mènent pas au fleuret, et souvent, il faut sortir l’arme lourde pour les remporter. Je suis persuadé qu’il ne faut pas prendre des pincettes pour s’adresser à ceux qui crachent en permanence sur les valeurs que nous défendons au sein de l’UMP. On me reproche aussi de manquer de diplomatie. La diplomatie, c’est pour les diplomates. Et je ne suis ni ambassadeur, ni consul. Je préfère la politique et mener le combat des idées, parce que, rappelez-vous, tous les thèmes que nous n’avons pas osé aborder, les autres partis les ont pris à bras le corps, et nous continuons à en payer le prix fort. (…) Je porte les couleurs d’un parti politique dont je suis fier, qui n’a à rougir de rien, et certainement pas de ses idées. L’heure n’est plus aux ronds de jambes. Nos adversaires, eux, ne se privent pas pour nous égratigner, et les français attendent autre chose du premier parti de l’opposition ».

Un discours comme toujours très politique, très offensif, et que le lecteur pardonne cette liberté de langage, très… couillu !

DSC00639PAUL BLANC (Maire de Sournia et Sénateur honoraire) débute sa brève intervention par un trait d’humour « Je te rassure François (Lietta), je ne serai pas candidat » (à la fonction de jeune Pop) !  Il s’en prend quant à lui à cette nouvelle organisation territoriale voulue par le pouvoir socialiste : « J’ai quelques inquiétudes quand je vois la nouvelle arithmétique. Moi on m’a appris que 15 c’était moins que 46 ! Eh bien non, pour les socialistes, c’est pas ça ! Nous avions voté une loi qui disait qu’il y aurait dans ce département 15 Conseillers Généraux qui seraient en même temps Conseillers Régionaux. Avec la nouvelle loi votée par les socialistes, il va y avoir 34 Conseillers Généraux, plus 12 Conseillers régionaux, ça fait 46. Il me semble que le Président de la République qui a dit qu’il fallait faire des économies, il faudrait qu’il revoit la façon comment calculent ses amis en matière de Conseillers territoriaux. On nous a reproché de n’avoir rien fait, mais nous avions fait dans le bon sens, vers des économies telle que la France a besoin aujourd’hui ».

DSC00642JEAN CASTEX (Maire de Prades et Conseiller régional) se moque d’entrée de cette « inversion de la décélération dans la hausse de la stabilité de la courbe du chômage ». Quant aux départements métropolitains les plus touchés « en un les Pyrénées-Orientales et en deux l’Hérault. J’en profite pour rappeler qu’il y a les Socialistes au pouvoir depuis un an mais dans la Région, on les a depuis plus longtemps ! Comme Conseiller Régional on me dit « on ne vous entend pas ». Je fais très régulièrement des communiqués de presse et que je constate que dans la presse locale très peu de nos communiqués sont repris. Je demande par exemple à cor et à cri combien a coûté cette magnifique campagne très utile par les temps qui courent « Pour nous c’est vous la Région Languedoc-Roussillon » signé Christian Bourquin. Avec le chiffre du chômage, il faudrait la jouer profil très très bas ! On ne sait pas combien ça coûte, on ne veut pas nous répondre. On fait transporter des gens, en réalité des militants en bus à 1 € qui se rendent aux voeux du Président de la Région. Là aussi, on a fait un communiqué, on attend qu’il soit repris. C’est vous dire l’ampleur des défis qui sont devant nous, c’est vous dire la chape de plomb face à laquelle nous nous trouvons. Ce que je sais c’est que ce Président de la République conduit la politique de l’échec de la France. Ces gens là ont passé leur temps à nous donner des leçons économiques alors qu’il sont en échec complet. Des leçons morales sur le Président normal et exemplaire… Quand je vois les réactions de la presse nationale, je suis extrêmement surpris. Que se serait-il passé si nous en avions fait le quart du huitième ? »
Concernant les échéances prochaines, celles des Municipales, tout comme Daniel Mach, Jean Castex estime qu’il faut « aller au combat sans diplomatie, c’est un tout, c’est un combat d’ensemble en ne laissant pas à d’autres le soin de le faire à notre place ». Là encore, le Front national est en ligne de mire !

DSC00643FERNAND SIRE (Député-Maire de St Laurent de la Salanque) qui se prend un temps pour François Hollande : « Moi je suis le champion des impôts, moi je suis le champion de l’insécurité, moi je suis le champion de la muflerie ! Et puis moi je suis le champion du chômage, ils sont très bons.  Et aussi très intelligents. On nous a fait voter à l’Assemblée pour les langues régionales. Je me suis abstenu, bien que je défende le catalan, mais pour moi le catalan n’est pas une langue régionale. C’est une langue, parlée par 12 millions de catalans, la traiter de régionale est lui faire affront. Pour changer la langue il faut passer en congrès ou par référendum. L’idée des socialistes est de rouvrir le débat sur le vote des étrangers sous couvert des langues régionales ».

DSC00650J.MARC PUJOL (Maire de Perpignan) évoque une enquête sur le degré de confiance des français : 8% des français font confiance aux partis politiques, 23% aux parlementaires, 84% aux petites entreprises et 79% à l’armée. « Pour la génération ’68 c’est un retournement complet. Ce logiciel des partis que l’on connaît actuellement, il est terminé. On a eu l’habitude pour arriver au pouvoir de mentir. Et c’est le cas de Monsieur Hollande. Et la société n’est plus dupe, elle sait ceux qui portent une vérité et ceux qui portent des mensonges.  Et ceux qui portent des mensonges ce sont ceux qui ont construit la France pendant 40 ans (tous partis confondus ! – NDR) avec 2000 Milliards de dettes, qui dépend uniquement de la notation des agences. Et s’ils déterminent demain que les créances de la France sont difficiles à rembourser, le taux de crédit va passer à 7% et on sera en dépôt de bilan ! » Ce qu’Henri Castaillet, le Président de l’Alliance Centriste des P.-O. appelle les 30 honteuses (maintenant les 40…) après les 30 glorieuses ! « Un dépôt de bilan, ça veut dire 1958, le Général de Gaulle en arrivant au pouvoir est allé chercher des chèques à l’ambassade des Etats-Unis pour payer les fonctionnaires français ! Voilà où en est la situation de la France aujourd’hui et voilà où les partis politiques tous confondus l’ont amenée. Devant cette escroquerie de l’élection de Monsieur Hollande, les yeux se sont ouverts et je crois qu’on capables dans notre famille politique d’être porteurs d’autre chose. Même s’il est de bon ton de courir après les extrêmes, notamment le Front National, en croyant que c’est par eux que la solution sera trouvée, c’est une erreur colossale ! C’est plus difficile de s’y opposer que le « faut qu’on y’a qu’à ». Ca finit toujours mal. La situation du pays est dans un tel état, que le basculement peut arriver à tout moment ! En terme financier, le terme « société » n’est pas à exclure non plus. On doit être porteurs de valeurs, dire la vérité aux français ! Et cette vérité là, aujourd’hui les français sont capables de l’entendre. Dans mon combat pour Perpignan, je ne mentirai pas, je dirai la vérité, la situation comme elle est et comme je la vois. Les problèmes de la sécurité n’ont jamais été traités. Jamais. Un exemple, nous avons créé une unité mobile d’intervention rapide, elle intervient plus vite que tout le monde. Sur une intervention hier, je me suis fait engueuler par le Préfet qui m’a dit « contrôler les trafiquants de drogue, vous faites de la provocation ». Voilà en France où on en est aujourd’hui ! La police qui contrôle des trafiquants de drogue, on fait de la provocation… Nous à Perpignan, avec notre police on va partout et on interpelle les trafiquants de drogue. Au même moment où devant le lidl il y a 40 caravanes, notre police a voulu intervenir, le Préfet nous a dit, « ne les faites pas partir, ils vont partir dans 8 jours ». Ils y sont depuis 15 jours et tout le monde supporte cette situation, ça aussi, sans être extrémiste, il faut dire ça n’est plus possible !

On a oublié les racines de droite républicaine, les racines de la Démocratie Chrétienne. Ce n’est pas un gros mot « Chrétien », on va pas se planquer, faut pas que ça devienne un gros mot ! On a la capacité, avec les valeurs que nous défendons, de convaincre les français. Convaincre c’est toujours difficile, mais l’enjeu est tout de même important. Cet enjeu, c’est le premier coup d’arrêt à cette désintégration de notre pays. Le pays, là il se désintègre, il faut dire les choses comme elles sont. Dire STOP, c’est un enjeu de société ».

Un discours fort du Maire de Perpignan, calme mais déterminé et vivement applaudi par les adhérents UMP. La politique, ce n’est pas que chicaneries, c’est aussi faire bouger les lignes.

François Lietta rattrapé par la limite d’âge

Il quittera le navire en fin d’année

DSC00633Déjà trop vieux, le Président Lietta devra quitter son fauteuil de leader des jeunes Pops66 à la fin de l’année 2014. Les statuts sont formels, passé 30 ans prière d’aller prêcher la bonne parole ailleurs ! « Ailleurs », c’est déjà trouvé. La future tête de gondole départementale est colistier de Fernand Siré à St Laurent de la Salanque, en position à priori éligible, et devrait siéger au Conseil Municipal en qualité de simple conseiller Municipal. Pour le poste d’adjoint il faudra attendre encore un peu, c’est une fonction la plupart du temps occupée par des vieillards de plus de 50  ans ! Il part mais il demeure combatif, son discours très remarqué lors de la fête donnée par l’UMP vendredi dernier est sans ambiguïté : « je sais combien chacune et chacun d’entre vous souffrent de voir que le Parti Socialiste détienne tous les pouvoirs de notre République ».

Quant aux mouvement qu’il dirige, François Lietta revient largement sur les différentes actions militantes menées en 2013, des prises de positions fortes, mais aussi ce débat organisé à Perpignan en mars dernier entre les principaux mouvements jeunes du département, FN, PS et communistes, qui a rencontré un vif succès (Lire « Perpignan : débat de jeunes pousses« ). Une occasion de confronter les points de vue, bien différents on s’en doute,  d’échanger et de débattre. Une occasion pour l’UMP de livrer sa vision de la France qui s’avère bien différente de celle de ses contradicteurs… Un vrai moment de Démocratie entre jeunes, sans noms d’oiseaux qui volent, une leçon donnée aux aînés en tout cas !

2014, année électorale, les jeunes Pops ont fait acte de candidature avec l’envie d’être acteurs de dans les communes pour participer à sa gestion et y élaborer de grands projets. De nombreux candidats seniors ont donc répondu favorablement à ces propositions d’intégrer leurs listes, la relève s’installe petit à petit, « Il est important que notre famille politique se prépare à ce renouvellement et prépare de nouvelles têtes qui pourront dans six, douze ou dix-huit ans vous remplacer avec toutes les compétences nécessaires »  affirme François Lietta.

FL bisSéquence nostalgie à l’approche du départ, le jeune militant reste toutefois modeste et surtout a compris que son évolution se fera pas à pas et surtout sans précipitation : « Je dirige les Jeunes Populaires des Pyrénées Orientales depuis octobre 2009, et depuis 4 ans et demi j’ai énormément appris de cette fonction. J’ai fait des rencontres formidables, j’ai vécu des campagnes électorales intenses, j’ai été formé par mes aînés et j’ai découvert un univers qui me semblait inaccessible et mystérieux lorsqu’on n’a aucun contact ou aucun proche qui fait de la politique. Désormais j’y suis plus à l’aise et j’y fais mon chemin petit à petit. Mais aujourd’hui à presque 30 ans, je me dois statutairement d’envisager de passer la main à un nouveau ou une nouvelle responsable départementale des Jeunes Populaires. C’est ce que je ferai en quittant mes fonctions au cours du quatrième trimestre. Je laisserai alors une fédération des Jeunes Populaires dynamique a laquelle j’ai tenté d’apporter ma touche personnelle et ma contribution, comme l’ont fait mes prédécesseurs et comme le fera mon successeur. Je veux lui souhaiter de poursuivre ce que j’aurai réussi, de corriger là ou j’ai échoué et de pouvoir porter toujours plus loin les Jeunes Populaires ». Reste à dénicher le successeur !

 

La galette de l’UMP à Canet

« Un président de gauche qui propose une politique de droite, ça devient difficile pour moi »

Le Maire de Canet Bernard Dupont ouvre la cérémonie par un discours politique. Une fois n'est pas coutume, il préfère vraiment l'action municipale !

Le Maire de Canet Bernard Dupont ouvre la cérémonie par un discours politique. Une fois n’est pas coutume, il préfère vraiment l’action municipale !

Des vœux, la plupart du temps par formalisme poli et obligé, et des galettes qui suivent immédiatement après, chaque année une indigestion carabinée ! 2014 ne fait pas exception, surtout en année électorale chargée, et personne ne s’en prive dans le monde politique…

Pour autant, c’est aussi un moment privilégié de rencontres et d’échanges, c’est particulièrement vrai pour les partis politiques qui voient là une excellente manière d’agréger leurs adhérents. C’était au tour de l’UMP vendredi dernier qui réunissait ses aficionados à Canet, dans ce tout nouveau et magnifique bâtiment rénové et récemment inauguré par la Municipalité qui porte le nom des « Voiles Rouges » (Notre journal en fait d’ailleurs la promotion !). Il serait intéressant de savoir ce qu’en pense à présent cette élue pour l’instant de la majorité, qui n’avait, évidemment en coulisses, pas de mots assez durs contre ce projet et contre le Maire de Canet qui le défendait… Faire la fête en surplomb d’un crématorium était jugé stupide et indécent ! Bernard Dupont a maintenu le cap et n’a pas manqué cette belle occasion d’en vanter les mérites auprès des plus de 600 adhérents qui avaient répondu à l’invitation, et surtout de la pléiade de Députés, Maires, Conseillers Généraux ou régional !

Les élus de St Laurent ont fait le déplacement : Chantal Légier et J.louis Bourdarios, deux poids-lourds et surtout deux fidèles de la majorité de Fernand Siré

Les élus de St Laurent ont fait le déplacement : Chantal Légier et J.louis Bourdarios, deux poids-lourds et surtout deux fidèles de la majorité de Fernand Siré

S’il ne l’avait fait pas, qui l’aurait fait, cet enfant « génité » par le Maire et mis au monde par Cathy Wanschoor n’est-il pas le plus beau ? « Imaginez-vous, cette salle des « Voiles Rouges », ça aurait pu être un hypermarché. En entrée de ville ! », se réjouit-il en guise d’introduction à son bref discours d’accueil. « Alors une Municipalité, déterminée, a mis fin aux spéculateurs et s’est appropriée ce bâtiment que nous avons réhabilité. Les Voiles rouges, c’est un complexe de salles qui a trois vocations : le tourisme d’affaire, les manifestations familiales et enfin la vie associative avec un droit de trois manifestations gratuites par an. Cette galette de l’UMP… ce doit être ma seizième ! Mais si on compte 4% par galette, ça fait plus de 60% au 1er tour ». De quoi parle donc le Maire ? De cholestérol ? Une rude concurrence faite à Fernand Siré, le spécialiste de la blagounette… Sans doute le « métier » de Député qui commence  à rentrer !
« Nous nous préparons à un combat difficile, mais ce n’est pas un combat national comme certains essaient de le faire, où pour mes adversaires il n’est nullement question de la gestion de la ville. Nous avons besoin de vous. Vous le cœur de nos idées, le combat sera difficile et il sera déterminant, aussi pour montrer notre désaccord avec l’action nationale actuelle ». Une contradiction ? C’est précisément ce que le FN tente de faire en transformant l’enjeu Municipal en enjeu national ! « On a un président de gauche qui propose une politique de droite, ça devient difficile pour moi ». François Mitterrand au passé droitiste trouble et élu par des voix de gauche, Jacques Chirac, Radical Socialiste, vendant l’Humanité dans sa jeunesse, élu par des voix de droite et traité de facho par la gauche, Nicolas Sarkozy qui a tiré des bords pendant cinq ans, et à présent François Hollande… Des « politicards » tels que Bernard Dupont les adore ! Ou de simples factotums aux ordres des technocrates européens ?

Au premier plan Jacqueline Irlès et Alain Ferrand, respectivement maires de Villeneuve de la Raho et du Barcarès

Au premier plan Jacqueline Irlès et Alain Ferrand, respectivement maires de Villeneuve de la Raho et du Barcarès

Les Maires subiront bientôt le même sort une fois qu’ils seront totalement inféodés à leurs communautés d’Agglomérations respectives et transformés en Maires d’arrondissements sans réel pouvoir exécutif… Le même Nicolas Sarkozy ne défendait-il pas l’idée de ne conserver que trois strates de cet actuel invraisemblable mille-feuilles : Les communautés de communes, les régions et l’Europe ? La fin programmée de cette proximité voulue par tous ! Un maire d’ailleurs présent à ce rassemblement UMP nous confiait récemment « ça ne passera pas, les Maires ne l’accepteront pas ». Si c’est la loi, il faudra bien l’appliquer… Les gaullistes décédés se retournent déjà dans leurs tombes et les vivants ont émigré au Front national !

Il n'y a pas que le FN qui ait la fibre patriotique. L'UMP aussi chante la Marseillaise !

Il n’y a pas que le FN qui ait la fibre patriotique. L’UMP aussi chante la Marseillaise !

Restent les Démocrates-sociaux à droite de l’échiquier et les Sociaux-démocrates à gauche, qui au fond mènent une politique intérieure sensiblement identique sans réelle solution alternative, chassant sur les mêmes terres et draguant au final le même électorat. Et surtout partageant la même vision européiste, cette Europe accusée explicitement (et implicitement par l’extrême gauche) par le Front National d’être le mal absolu et la cause de tous les désordres économiques de la France. La vraie fracture idéologique entre le Front et « l’UMPS » dont les deux composantes se contentent de gérer alternativement la crise, est bien cette Europe. Pour ou contre, plus d’Europe ou plus d’Europe du tout, et surtout pour ou contre l’€uro, l’autre cause du mal selon ses adversaires. Tout le reste n’est que littérature…
Voiles rouges

Le Parti de Gauche 66 clarifie la situation pour les Municipales à Perpignan

Le Parti de Gauche 66 rappelle sa position pour les Municipales de Perpignan. Il réaffirme son engagement résolu dans la construction d’une alternative à gauche. Mais il se refuse à servir de  caution à une entreprise de règlement de comptes, pouvant favoriser les intérêts de la droite, ce qui serait  en totale opposition à ses valeurs.

Par conséquent, il tient à apporter quelques clarifications nécessaires pour couper court à tout risque de confusion. La liste envisagée par Axel Belliard et Jacqueline Amiel-Donat ne sera d’aucune manière qui soit une liste du Parti de Gauche. Elle ne pourra s’en prévaloir, ni de près ni de loin.

La stratégie nationale du Parti de Gauche est celle de l’autonomie conquérante. Elle passe au premier tour par des listes Front de Gauche autonomes du Parti socialiste en particulier, mais aussi  des forces qui ne remettent pas en cause les logiques d’austérité. Dès lors que ces conditions ne sont pas réunies, le Parti de Gauche refuse toute confusion et toute instrumentalisation afin de préserver sa cohérence idéologique. Il réprouve toute dérive bassement politicienne visant à obtenir un bien dérisoire accessit municipal au prix de reniements. Toute personne qui s’engagerait dans une telle démarche romprait de fait avec le Parti de Gauche.

Le PG 66 regrette que les élections municipales conduisent à perdre le fil de la cohérence et de la raison politique. Porteur de rupture avec un système qui montre son incapacité, le Front de Gauche représente l’espoir de tous ceux qui, à Perpignan comme ailleurs, ne se laissent pas abuser par le fatalisme et la résignation. La déception engendrée par des rapprochements électoralistes contre-nature ne peut que nuire à son objectif d’alternative à gauche. Le PG national et le PG 66 s’emploieront à la sauvegarde et à la cohérence de l’outil Front de Gauche.

Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

Communiqué du Parti de Gauche 66 de soutien à la journée d’action de jeudi 6 février

Le Parti de Gauche 66 apporte son soutien à la journée d’action nationale interprofessionnelle de jeudi 6 février 2014 à l’appel de la CGT. Il appelle à participer à la manifestation qui aura lieu à partir de 10 heures 30 à Perpignan, place du Castillet.

Si les luttes catégorielles gardent tout leur intérêt dans le cadre des conflits locaux qui se multiplient devant l’offensive d’un patronat décomplexé, il y a réellement urgence devant la dégradation de la situation économique et sociale de la France à porter le débat sur le plan interprofessionnel.

La convergence des revendications doit se faire : le mot d’ordre liant les questions d’emploi, de salaire et de protection sociale montre qu’il s’agit de rejeter l’ensemble d’une politique gouvernementale. Seul un rapport de force permettra de faire receler un gouvernement qui accorde sans retenue les cadeaux aux puissances de l’argent. Il a visiblement oublié que l’ennemi c’est la finance et que le problème c’est le coût du capital…

Le Parti de Gauche 66 estime nécessaire la construction d’une opposition de gauche à la politique d’austérité. Les citoyens doivent y contribuer dès ce 6 février pour exiger un autre partage des richesses.

Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

Les vœux d’Alain Ferrand : uniques dans le département

Le grand show

Alain Ferrand dans un exercice où il excèle : la communion avec ses administrés

Alain Ferrand dans un exercice où il excèle : la communion avec ses administrés

C’est LE grand show annuel très couru par les barcarésiens chaque année. Mais pas seulement. Ils sont nombreux des communes voisines à attendre cette soirée unique proposée par la Ville qui débute par le discours d’Alain Ferrand, avec les qualités d’orateur que chacun lui reconnaît. Même ses ennemis s’accordent sur ce point. C’est d’ailleurs le seul, pour le reste c’est un peu la chasse à courre…

Sans pour autant user d’une réelle débauche de moyens financiers, guère plus de 10.000 €uros, alors que dans certaines communes voisines la note dépasse allégrement les 15.000 €uros, pour moitié moins d’invités.
La recette du succès ? Un diaporama projeté à la fois sur plusieurs écrans et sur le magnifique décor fait de cubes qui entourent la scène, le discours de « théâtreux » du Maire, un dîner servi  sur réservations aux plus de 2000 barcarésiens et préparé par les services municipaux. A noter que le service à table évite le désastreux et déplorable spectacle donné dans tant d’autres communes, avec des invités qui se bousculent et se jettent sur le buffet, comme si la guerre venait tout juste de se terminer… Enfin un orchestre qui anime la soirée jusqu’à « pas d’heure ». En signe d’amitié à son égard, le Alain Ferrand est littéralement happé par les invités à table, pour qui la bise, pour qui d’autre la photo joue contre joue ? Cet homme là est très proche de ses concitoyens, ça se voit, et ça rend très jaloux quelques belles âmes qui le préféreraient sous les verrous, lui, l’homme d’affaires de profession qui dérange l’ordre établi… L’acharnement est réel, « nous ne le déboulonnerons que par la voie judiciaire » disait récemment un élu du département. L’homme est solide, mais attention au précédent de St Cyprien, un drame qui marque encore la mémoire collective ! Ou qui le devrait…

Mais ces vœux annuels ne se résument pas à la forme, il y a le fond, l’action passée est largement développée par le Maire, dans un discours d’une quarantaine de minutes. Un discret prompteur-pupitre en rappelle l’essentiel, mais pas de discours débité mot à mot comme par la plupart de ses collègues. Pas de quoi leur reprocher, faire l’acteur est un don, on l’a ou on ne l’a pas. En revanche, il est clair que le Maire, réputé très gros travailleur, connaît ses dossiers sur le bout des doigts. La fluidité du discours vient aussi de là et ça ne trompe pas ses concitoyens qui le réélisent à chaque fois dès le premier tour, la dernière fois avec 52.51% et 20 sièges sur 27. Des remerciements et de l’affect pour débuter : « Merci pour tous ces moments de bonheur. Au cours de l’année 2013, ils m’ont donné toute l’énergie pour réaliser, avec les élus, de grandes et je l’espère de belles choses. Je vous l’avoue, vos soutiens ont toujours été pour moi les raisons qui me poussent à continuer d’agir au plus près de vos préoccupations ». Peu d’élus venus d’autres communes pour assister à cette cérémonie, pas non plus de députés national ou européen. Il est vrai que tous sont accaparés par les élections Municipales dans leurs propres communes, le Maire de St Cyprien Thierry Del Poso anime quant à lui deux réunions par jour dites « Tupperware ». « Je constate avec plaisir que le Barcarès, qui est aujourd’hui une grande ville touristique, a su rester une ville chaleureuse, généreuse et humaine. Alors ce soir, c’est sur la proximité qui est la nôtre que je voudrais insister. Et puis, comment ne pas être fier de la présence en nombre de nos jeunes ? Eux qui représentent l’avenir ! En étant là ce soir, ils illustrent la vitalité du Barcarès ! » Le Maire des « jeunes » Ilyès BOUZADA est d’ailleurs invité sur scène, il ne manque pas de remercier le Maire des « vieux » pour la réalisation de « beaux projets » à la maison des jeunes, qui réunit 135 jeunes barcarésiens. « Alors Monsieur le Maire, je pense qu’il va falloir penser à agrandir les locaux. C’est un peu comme la crèche vous voyez, mais avec des enfants un peu plus grands ! Il faudra aussi un étage de plus, je compte sur vous pour réfléchir à cette extension » ajoute-t-il avec des coups d’œil malicieux vers Alain Ferrand qui s’en amuse. « Parmi les projets qui nous tiennent à cœur, la rénovation du skate-park, nous espérons que nos aînés entendront cette nouvelle demande ». A noter que sur proposition de M. Tépinier, Président de l’Association Nationale de l’Ordre National du Mérite, ces jeunes ont reçu, des mains du Préfet, le prix de l’Education citoyenne pour leur mobilisation lors des intempéries du printemps dernier.

Largement pus de 2000 personnes ont assisté à ces voeux 2014

Largement plus de 2000 personnes ont assisté à ces voeux 2014

La fierté du Maire pour conclure :
« Je n’oublie pas qu’à la source de mes espérances, il y a tous les hommes et toutes les femmes qui m’accompagnent dans notre noble tâche. Mais surtout, Mesdames et Messieurs, j’ai la chance d’être entouré, d’être épaulé par des hommes et par des femmes, Ils sont tous là ! Vos élus ! Vos agents communaux, Toutes nos compétences et tous nos talents ! C’est avec eux que nous avons construit l’avenir de notre ville. C’est tout cela qui fait Le Barcarès d’aujourd’hui, Une commune fière de ce qu’elle est. Je suis fier ! »

On peut se demander ce qui pousse Alain Ferrand à s’engager dans cette vie publique qui ne l’épargne pas. L’indemnité de Maire ? Il n’en a pas vraiment besoin… Et si c’était tout simplement l’amour de sa ville ?

SEANCE PUBLIQUE DU CONSEIL MUNICIPAL MERCREDI 5 FÉVRIER 2014 à 17 H 00 Salle ARAGO

ORDRE DU JOUR

 I – INFORMATIONS :
* Décisions du Maire prises par délégation du Conseil Municipal Art. L 2122.22 du Code Général des Collectivités Territoriales  

II – DOSSIERS :

M. Jean-Paul ALDUY
1 – DEVELOPPEMENT DURABLE
Rapport 2013 sur la situation en matière de développement durable à la Ville de Perpignan 

M. Jean-Marc PUJOL
2 – FINANCES
Débat d’orientation budgétaire – Année 2014

M. Jean-Marc PUJOL
3 – AMENAGEMENT URBAIN
Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Secteur Sauvegardé Lancement de la première révision

M. Jean-MarcPUJOL
4- URBANISME OPERATIONNEL
ZAC Eco-quartier du « Pou de Les Colobres » – Choix du concessionnaire d’aménagement pour la réalisation de la ZAC 

M. Jean-Marc PUJOL
5 – HABITAT
Approbation de la convention cadre entre la Ville et l’OPH-PM pour la production de logements sociaux sur le territoire de Perpignan – Avenant n°1

Mme Brigitte PUIGGALI
6 –  COORDINATION ADOLESCENCE ET JEUNESSE
Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan et l’association Bureau Information Jeunesse – Année 2014 

Mme Brigitte PUIGGALI
7  – COORDINATION ADOLESCENCE ET JEUNESSE
Avenant N° 11 au contrat de financement d’un poste ou d’un emploi de directeur de la Fédération Catalane Léo Lagrange dans le cadre du FONJEP 

Mme Brigitte PUIGGALI
8 – ENFANCE ET JEUNESSE
Ville de Perpignan/Caisse d’Allocations Familiales des Pyrénées
Orientales – 2012/2015 – Intégration d’une nouvelle action

Mme Fatima DAHINE
9 –  SPORTS
Convention Ville de Perpignan / SASP Perpignan-Saint-Estève Méditerranée relative aux missions d’intérêt général – Saison sportive 2014

Mme Fatima DAHINE
10 –  SPORTS
Convention de partenariat entre la Ville et l’association St Estève XIII Catalan saison 2013 – 2014 

M. Jean-Joseph CALVO
11 –  SPORTS – EQUIPEMENTS SPORTIFS
Gymnase J.S Pons – Convention d’occupation du domaine public entre la Ville de Perpignan et la SASP Basket 66

Mme Nathalie BEAUFILS
12 – ACTION EDUCATIVE
Convention de partenariat portant expérimentation du  » Projet Langues » dans trois écoles publiques de la Ville de Perpignan

Mme Nathalie BEAUFILS
13 – FONCIER
Groupe scolaire E. Herriot J. Zay M. Curie – Bâtiment des logements de fonction, rue Renaudel – Désaffectation à usage de l’enseignement public du 1er degré et déclassement du domaine public

 M. Maurice HALIMI
14 – CULTURE
Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan, l’Association Visa pour l’Image et l’EPCC Théâtre de l’Archipel pour la mise à disposition de la galerie du Carré – Année 2014

M. Maurice HALIMI
15 – CULTURE
Convention entre la Ville et la Régie des Palais des Congrès et des Expositions de Perpignan pour l’organisation du Festival VISA pour l’Image – Edition 2014

 M. Maurice HALIMI
16 – CULTURE
Convention triennale de partenariat entre l’Etat et la Ville de Perpignan pour la mise en place d’un parcours culturel, entre l’école maternelle Jules Ferry et le Pôle muséal de la Ville – 2014-2016

M. Maurice HALIMI
16 – CULTURE
Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan et

l’association « Les Affinités » – Année 2014

M. Maurice HALIMI
16 – CULTURE
Avenant à la Convention de partenariat entre la Ville de Perpignan et la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée (Conservatoire à Rayonnement Régional de Musique, de Danse et d’Art dramatique Perpignan Méditerranée) pour le Festival de Musique sacrée 2014

M. Pierre PARRAT
19 – EQUIPEMENT URBAIN
1/ Parking Wilson – Avenant N°8 – Fusion de la société SEREP dans la société Q-PARK France SAS
2/Parking Forum Saint-Martin – Avenant N°8 – Fusion de la société SEREP dans la société Q-PARK France SAS

3/Parking République – Avenant N°5 – Fusion de la société SEREP dans la société Q-PARK France SAS

M. Pierre PARRAT
20 – EQUIPEMENT URBAIN
Convention entre la Ville de Perpignan, Veolia Eau et la société M20 sur le déploiement du télé-relevé

M. Pierre PARRAT
21 – EQUIPEMENT URBAIN
Convention entre la Ville de Perpignan, Veolia Eau et la société

M20 sur le déploiement du télé-relevé 

M. Pierre PARRAT
22 – EQUIPEMENT URBAIN – RESEAUX URBAINS
Avenant au contrat de concession pour le service public de la distribution d’énergie électrique 

M. Raymond SALA
23 – ENVIRONNEMENT – PARCS ET JARDINS
Hommages publics – Dénominations de deux espaces verts : situé au Couvent des Minimes : L’abbé OLIBA situé à côté de la Mairie de Quartier Ouest : Gaston COMES

Mme Joelle ANGLADE
24 – ENVIRONNEMENT
Renouvellement de l’adhésion de la Ville de Perpignan au Conseil National des Villes et Villages Fleuris – Année 2014

Mme Marie Louise VIGUE
25 – EQUIPEMENT URBAIN – PLAN DE CLASSEMENT URBAIN
Lotissement « Mas Saint Georges » – rue Charles Bordes et lotissement « La Garrigole » – rue Albert Janicot – Déclassement du Domaine Public Communal de parcelles en nature d’espaces verts – décision définitive

Mme Chantal BRUZI
26 – EQUIPEMENT URBAIN – PLAN DE CLASSEMENT URBAIN
Lotissement « Le Clos Vermeil » – rue Léon Condoret – Déclassement du Domaine Public Communal de parcelles en nature d’espaces verts – décision définitive

Mme Suzy SIMON-NICAISE
27 – SUBVENTION – VIE ASSOCIATIVE
Attribution de subventions au titre de l’exercice 2014

M. Charles PONS
28 – FINANCES – TARIFS DES SERVICES PUBLICS MUNICIPAUX
Additif aux tarifs des services publics 2014 : Désinfection, désinsectisation et dératisation

Mme Valérie CONS
29 – COMMERCE – GESTION DOMAINE PUBLIC
10 rue du Castillet – Conclusion d’un protocole transactionnel entre la Ville de Perpignan et les consorts Méjean

Mme Valérie CONS
30 – FONCIER
9, Espace Méditerranée – Cession de locaux à la SCI BNLM

Mme Valérie CONS
31 – FONCIER
Espace Polygone – Rue Louis Delage – Cessions de terrains aux riverains
a/ Mme Hélène ROUX
b/ SCI M & M INVESTISSEMENT

Mme Valérie CONS
32 – FONCIER
Vernet Salanque – Cession de terrains à Mme Chantal ZAFON

Mme Valérie CONS
33 – FONCIER
Polygone Nord – Cession d’un terrain à Mme Louise STEIS

Mme Valérie CONS
34 – FONCIER
Rue Beauséjour – Acquisition d’une parcelle au CCAS de PERPIGNAN

Mme Valérie CONS
35 – FONCIER
43 Rue Denis Diderot – Acquisition d’une parcelle bâtie aux consorts BEAUX – RIERA

Mme Valérie CONS
36 – FONCIER
41, rue de l’Anguille – Acquisition d’un immeuble à M. et Mme Ahmed KASSOURI

Mme Valérie CONS
37 – FONCIER
1/Lotissement Paul Pascot I – Rue Marcel Ducassy – Déclassementd’un terrain du Domaine Public Communal
2/ Lotissement Paul Pascot I – Rue Marcel Ducassy – Cessions de terrains aux riverains (M. Christian DUVIVIER – M. et Mme Stéphane ROLLIN)

Mme Valérie CONS
38 – FONCIER
Rue Mathieu de Dombasle – Convention de servitude avec Electricité Réseau Distribution France

Mme Valérie CONS
39 – FONCIER
Saint-Charles – Abandon d’une clause de non constructibilité –Convention d’indemnisation avec la Sarl ALTERBIO

M. Mohamed IAOUADAN
40 – ASSURANCES
Protection Fonctionnelle – Remboursement d’indemnités au Fonds de Garantie du Service d’Aide au Recouvrement des Victimes d’Infractions (SARVI)

Mme Danièle PAGES
41 – RESSOURCES HUMAINES
Modification du tableau des effectifs de la Ville de Perpignan

Mme Danièle PAGES
42 – RESSOURCES HUMAINES
Convention de mise à disposition de personnel entre la Ville de Perpignan et le Syndicat Intercommunal Scolaire et de Transport Perpignan Méditerranée – Années 2014, 2015, 2016

Mme Danièle PAGES
43 – RESSOURCES HUMAINES
Versement d’aides par le Fonds pour l’insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) à la Ville de Perpignan au profit de travailleurs handicapés

Mme Danièle PAGES
44 – RESSOURCES HUMAINES
Fixation du ratio de promotion à l’échelon spécial du grade d’administrateur hors classe

Communiqué de Louis Aliot et de la liste « PERPIGNAN ENSEMBLE »

Pendant que les promesses pleuvent,  le tissu commercial se désagrège…Disparition de 60 enseignes en moins de un an dans le cœur de ville !

Retrouver un cœur de ville dynamique est une priorité pour nous  !

La presse locale rend ce jour compte du lancement de la campagne du maire-candidat qui dans son discours évoque un fantasmagorique « château à Paris » mais semble moins disert sur un Riad au Maroc…Il ne faudrait pas qu’avec toutes ces demeures, nous déterrions d’anciennes reliques gênantes comme celle de l’épisode du Château de Corbère…

Bref, pendant que le candidat Pujol attaque personnellement ses adversaires, le commerce à perpignan se meurt. Pas le grand commerce, celui des zones commerciales et des grandes surfaces qui lui se porte bien. Il faut dire que les élus de l’Agglo., dont Monsieur Pujol est membre, ont toujours voté pour toutes les extensions possibles !

Comme l’avait relevé un spécialiste du secteur marchand « le Schéma de cohérence territoriale a été validé, mais détourné : il a été signé une fois que tous les maires ont obtenu les mètres carrés qu’ils souhaitaient… Cet empilage de mètres carrés va faire des dégâts en périphérie, certes, mais aussi en centre-ville ! Nous voulons que nos élus se rendent compte de l’absence de cohérence entre cette démultiplication et l’appauvrissement de la population ». On pouvait aussi lire quelques semaines auparavant les propos de professionnels indignés : « Dernièrement encore, les conseillers communautaires ont donné leur feu-vert pour le développement de la zone commerciale de Pollestres, alors qu’ils ont déjà approuvé l’extension de l’hypermarché Auchan ! On marche sur la tête ! Au lieu de se serrer les coudes, on disperse nos énergies pour en arriver à un résultat dramatique… ».

En ce qui concerne mon équipe, nous nous engageons à geler l’extension de grandes surfaces sur la zone du grand Perpignan et à mettre en place un véritable projet de cœur de ville. Afin de réactiver les rues commerçantes des AUGUSTINS et de la rue de la FUSTERIE  en remontant sur la place RIGAUD, notre objectif et de regrouper le commerce, l’activité touristique et la culture patrimoniale en créant un quartier des arts, du savoir faire et des traditions locales.

Le principe est de faire jouer le droit de préemption de la ville sur les locaux vacants afin d’attribuer ces boutiques a des artistes locaux, des artisans et d’y loger des galeries d’art et des échoppes de produits du terroir. Les boutiques réhabilitées seraient mises à disposition à des loyers modiques et fiscalité réduite au maximum. L’ensemble des artistes et des artisans s’engagera à respecter un cahier des charges strict et à être immatriculés. Ce quartier sera dédié à l’artisanat, l’artisanat d’art, les productions locales et la culture locale. Il sera dédié aux métiers reposant sur l’art, la création, la tradition et la restauration. Il irriguera  le centre-ville et fera revivre les rues adjacentes.

Le commerce vit aujourd’hui une révolution : Le quartier des arts est une vraie chance pour reconquérir notre centre-ville.

 

Le destin de l’Agglo. profondément modifié

La décision de J.Paul Alduy :
IL S’EN VA !

J.PAUL ALDUY lors de la présentation des voeux de PMCA à la presse mardi dernier. Ici aux côtés de plusieurs de ses Vice-Préidents, mais c'est vers ROMAIN GRAU que le regard se tourne déjà !

J.PAUL ALDUY lors de la présentation des voeux de PMCA à la presse mardi dernier. Ici aux côtés de plusieurs de ses Vice-Présidents, mais c’est vers ROMAIN GRAU que le regard se tourne déjà !

Le bruit courait depuis plusieurs semaines et les spéculations allaient bon train de toute part depuis que J.Paul Alduy avait déclaré que sa décision de partir ou de rester Président de la Communauté d’Agglomération PMCA n’était pas encore prise. C’était mardi dernier à l’occasion des vœux à la presse que le Président avait clairement abordé la question, comme toujours sans langue de bois, et qu’il avait fixé à jeudi soir, à l’occasion des vœux aux forces vives, la date limite pour rendre publique sa décision. C’est donc officiel depuis ce soir : IL QUITTERA LA PRESIDENCE DE PMCA après les élections Municipales, les nouveaux conseillers éliront donc leur nouveau Président courant avril.

J.Paul Alduy avant l'annonce de son départ, aux côtés de Pierre Roig, le Maire de Ste Marie, Jacquelines Irlès belle comme un coeur, celle de Villeneuve-de-la-Raho et Chantal Gombert, future Maire Adjointe à Perpignan.

J.Paul Alduy avant l’annonce de son départ, aux côtés de Pierre Roig, le Maire de Ste Marie, celui de Villeneuve-de-la-Raho Jacqueline Irlès belle comme un coeur et Chantal Gombert, future Maire-Adjoint à Perpignan.

Une assemblée dont la composition pourrait bien être transformée et sa représentation politique bouleversée, en particulier avec l’entrée possible du Front National et du Front de gauche. Avec une réduction des Vice-Présidents qui passent à 15 contre 43 actuellement, et seulement 84 Conseillers. Les débats, ou plutôt les Conseils communautaires, déjà longs pourraient bien s’éterniser une partie de la nuit  avec une majorité difficile à trouver ! En effet, peut-on parler de débats entre les conseillers alors que leurs votes étaient décidés ou imposés par leurs Maires, qui se concertent et se mettent d’accord avant les conseils, en particulier lors du bureau des Maires qui se tient chaque vendredi matin ?

Quant à l’emblématique Président Alduy, c’est de facto la fin de sa carrière politique. Il l’affirme, il ne s’interdira pas de parler et de faire entendre sa voix, mais à 72 ans, il entend se consacrer enfin à sa famille, à son épouse Laurence et à son jeune fils de 8 ans.

C'est fait, J.Paul Alduy n'attend pas la fin de son discours pour annoncer son retrait de la vie politique locale.

C’est fait, J.Paul Alduy n’attend pas la fin de son discours pour annoncer son retrait de la vie politique locale.

Et puis il y a cette « tension » avec le Maire de Perpignan J.Marc Pujol, dont chacun s’accorde à dire dans son équipe qu’il travaille en solitaire et que ses décisions sont prises sans la moindre concertation, certains ne savent toujours pas s’ils seront présents sur la future liste ! J.Paul Alduy était de ceux-là encore mardi dernier et ses contacts avec le Maire de Perpignan sont rares.

Et tout de même, être sur la liste de J.Marc Pujol aux côtés de ceux qui lui crachent dessus depuis des années, le diffament et l’insultent n’aurait pas été pas facile à vivre pour lui. « Embrasser sur la bouche » ses pires ennemis, la perspective a dû compter dans sa décision.

C’est donc une personnalité contrastée et contestée qui quitte la scène politique, mais comme il l’affirme en petit comité, les cimetières sont remplis de personnes « indispensables ». Ses ennemis, y compris dans son propre camp, sautaient déjà ce soir sur les tables de joie. Ses amis, et pas seulement dans son camp, le pleurent déjà.

Qui pour lui succéder ? That is the question ! Plusieurs noms sont déjà sur les lèvres des acteurs politiques et circulent dans le microcosme perpignanais.
Bernard Dupont est une hypothèse plus que crédible, mais il est considéré par certains comme « pas assez politique ». Il est toutefois l’un des rares à être en mesure d’empêcher que le navire ne gîte un peu plus dans la tempête qu’il affronte actuellement et de garantir une gestion rigoureuse, comme il le fait à Canet dont il est le Maire depuis 2010.
Quant au Sénateur-Maire François Calvet, cette fonction de plus ferait de lui un cumulard affirmé et il a contre lui le fait qu’il serait aux yeux de certains « trop politique ».

J.Paul Alduy, avec à sa gauche Romain Grau qui pourrait bien être le prochain Président de l'Agglo. PMCA

J.Paul Alduy, avec à sa gauche Romain Grau qui pourrait bien être le prochain Président de l’Agglo. PMCA

Le benjamin et brillant avocat perpignanais Romain Grau pourrait bien être le joker et remplacer le maître qui semble le soutenir, maître qui pourrait très bien demeurer dans l’ombre « Conseiller politique » du « jeunot », au moins le temps pour lui de faire ses preuves et d’affirmer son autorité de Président. Même si sa compétence plaide pour lui. Sauf qu’il est considéré comme « trop à gauche » par une majorité de maires de droite ou centre droit et il n’est pas certain qu’il puisse être élu.

On sait que le Maire de Perpignan tient absolument à ce que ce soit un élu de Perpignan qui préside cette Communauté d’Agglo., ça tombe bien, Romain Grau est un élu Perpignanais… Mais ça, c’est actuellement ! Qu’en sera-t-il au soir du 30 mars, J.Marc Pujol sera-t-il réélu, rien n’est moins sûr, cet improbable débauchage à gauche est loin de faire l’unanimité… Si Perpignan bascule à gauche, l’Agglo. bascule également, c’est quasi automatique !
Ce serait alors un « plein pouvoir aux socialistes » comme se plaît à le répéter le Président des Jeunes POPS66 François Lietta !

« Trop ceci », « pas assez cela », comme Diogène avec sa lanterne, l’Agglo. cherche un homme ! Ou une femme…

Une page qui se tourne dans tous les cas !
COUV

Communiqué de Robert Olives, tête de liste de liste Espira de l’Agly Bleu Marine.

« Eliminer et trier des déchets… Mais encore ? « 

Il est plus facile d’enfouir les déchets qui ne sont pas les nôtres. On culpabilise moins, doit-on ajouter à cette maxime.

Comme d’habitude, ces décisions ne passent pas auprès de la population concernée. Nous subissons déjà le centre d’enfouissement de « métaux lourds » et autres produits hautement nocifs, réalisé  à quelques dizaines de mètres des premières habitations, voté par l’ensemble du conseil municipal.
Et voilà que cela recommence dans les mêmes conditions de désinformations pour les citoyens :  « ILS » comptent nous imposer encore, sur Espira, ce genre de folie environnementale et financière pour la commune, en construisant un centre de tri pour déchets.
Pourquoi ne pas avoir accepté, à l’époque, les incinérateurs de Calce à 3 Km d’Espira, à la limite des communes de Baixas et Pézilla ? Le problème de Calce, très grave celui-ci, a été de ne pas avoir assez de chômeurs pour les emplois offerts et, le manque d’imagination a consommé cette grosse manne d’argent provenant de cette usine.
Voulez-vous ceci pour notre commune ? Nous, NON. Espira de l’Agly Bleu Marine s’opposera vigoureusement à ce centre de tri pour déchets et mettra tout en oeuvre pour essayer de se débarrasser  de ce site afin d’en faire le « bonheur » à d’autres communes.
Sachant que ce site, sur la route d’Estagel, est placé sur une zone de faille sismique allant de Saint Paul de Fenouillet à Rivesaltes, et qu’en cas de tremblement de terre, nous risquons une catastrophe de grande ampleur accompagnée de son horrible cortège de morts et de souffrances. Il est donc crucial d’agir !
Pour notre bonheur et notre fierté à tous, Espira de l’Agly Bleu Marine s’engage à ne pas rajouter au titre peu glorieux « Espira-Chicago », l’appellation « Espira Dépotoir ».

Communiqué de Fernand Siré, Député-Maire de la 2ème circonscription des P.-O.

Fernand SIRÉ interroge Frédéric CUVILLIER, Ministre des transports, sur le soutien de l’Etat au projet de ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan 

Fernand Siré à l'Assemblée Nationale

Fernand Siré à l’Assemblée Nationale

Fernand Siré déplore que le Ministre n’ait annoncé aucune avancée concrète. Il s’est en effet contenté de rappeler que les études allaient reprendre alors qu’elles ont commencé il y plus de 15 ans et qu’elles ont déjà beaucoup coûté aux collectivités. Si nous pouvons nous satisfaire par ailleurs que le projet ne soit pas tout à fait mort, le Ministre oublie de dire que c’est grâce à l’Europe que nous le devons et non pas à l’Etat qui avait fait le choix de l’enterrer après la publication du Rapport de la « Commission Duron ».
Ce n’est pas un florilège de promesses qui permettra le désenclavement du département et si nous nous réjouissons des travaux entrepris pour la ligne Nîmes-Montpellier, qu’en est-il de l’avenir de Perpignan et de sa région ?

 M. Fernand Siré Je veux appeler l’attention de M. le ministre délégué chargé des transports, de la mer et de la pêche sur les difficultés majeures que rencontre mon département des Pyrénées orientales en raison de son enclavement et du fait qu’il soit extrêmement mal desservi. Alors que le Gouvernement a déterré quelque peu le projet de ligne à grande vitesse entre Montpellier et Perpignan, en annonçant, il y a quelques semaines, la poursuite des études, nous n’en demeurons pas moins inquiets.

En effet, le projet ne pourra voir le jour qu’avec l’appui financier de l’Europe. Or, si l’Europe a prévu de consacrer 26 milliards d’€uros entre 2014 et 2020 à neuf projets de grands réseaux de transports transeuropéens, dont 40 % pour les sections transfrontalières, seul un appui fort de l’État permettra à notre ligne d’en profiter. Rien n’est joué, les arbitrages seront très difficiles et ce n’est pas l’annonce de la reprise des études entamées il y a plus de quinze ans, pour lesquelles les collectivités ont déjà fortement contribué, à hauteur de 20 M€, qui peut nous rassurer.

Cette ligne permettrait d’apporter un regain économique à notre région, qui souffre de son éloignement de Paris. Le tronçon Perpignan-Montpellier est le dernier chaînon manquant du corridor méditerranéen qui reliera Madrid, Barcelone, Lyon, Paris et Amsterdam en grande vitesse. Le report du projet maintient la région Languedoc-Roussillon dans un enclavement territorial qui l’empêche de profiter de son positionnement stratégique sur l’arc méditerranéen, en condamnant par ailleurs la Catalogne et l’Espagne à rester en périphérie de l’Europe.

Les retombées de cette ligne seraient importantes pour le territoire, dans la mesure où elle favoriserait le développement de son activité économique et touristique, et par conséquent l’emploi alors que le département compte, je le rappelle, plus de 15 % de chômeurs. Par ailleurs, les prix prohibitifs empêchent un grand nombre de personnes de se déplacer, notamment les familles. En effet, un aller-retour Perpignan-Paris coûte en moyenne 220 €uros par personne par le train et 500 €uros en avion, malgré la présence d’une nouvelle compagnie low cost qui était censée faire baisser le coût des déplacements. Nous ne pouvons accepter d’être de nouveau sacrifiés lors des prochains arbitrages. Aussi, monsieur le ministre, je souhaite connaître les intentions précises du Gouvernement au sujet de ce dossier.

M. Frédéric Cuvillier ministre délégué chargé des transports, de la mer et de la pêche.
De quel sacrifice parle-t-on, monsieur le député ? Vous avez vous-même noté que, depuis quinze ans, le dossier que vous évoquez souffrait d’un certain immobilisme. Dès son arrivée en 2012, le Gouvernement a pris la mesure de l’enjeu de cette infrastructure qu’est la ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan. Comme vous le savez, nous avons conclu le partenariat permettant la réalisation du contournement Nîmes-Montpellier, grâce à une participation de l’État à hauteur de 65 %, ce qui représente la modique somme de 900 M€. Les travaux en cours devraient permettre une mise en service à l’horizon 2017.

Par ailleurs, nous travaillons actuellement à la réalisation des gares nouvelles de Montpellier et de Nîmes. Je vous rappelle également que j’ai pris la décision, en janvier 2013, du déplacement de l’autoroute A9 à Montpellier, nécessaire pour la réalisation de l’opération et représentant un budget de l’ordre d’un milliard d’€uros. Ces exemples montrent la mobilisation du Gouvernement sur les enjeux transnationaux qui concernent directement votre région.

Le 15 décembre dernier, nous avons vécu un grand moment dans votre région avec l’inauguration des liaisons ferroviaires directes en TGV entre la France et l’Espagne, à laquelle je m’étais rendu en compagnie de mon homologue espagnole, Ana Pastor. Le même jour, nous avons décidé de poursuivre les études relatives à la liaison Montpellier-Perpignan, qui devront déterminer les modalités de desserte des agglomérations, avec l’objectif de stabiliser les financements dans le cadre des conclusions de la commission Mobilité 21.

Le succès obtenu par le Président de la République en matière de financement du réseau de transport transeuropéen – le fameux budget RTE-T, en très nette augmentation – nous permettra d’optimiser les processus et de faire en sorte que le chantier d’infrastructure, qui constitue un enjeu essentiel, et mes actions montrent à ce propos que nous avançons en confiance avec les acteurs locaux, puisse aboutir.

Pour ce qui est du caractère prohibitif du coût des transports, je rappelle que la politique tarifaire relève de la compétence de la SNCF. À l’heure actuelle, près de quatre clients sur cinq bénéficient de tarifs réduits, pouvant descendre jusqu’à un 50 €uros. Néanmoins, nous demeurons attentifs à ce que le plus grand nombre de nos concitoyens puisse accéder au réseau ferroviaire à grande vitesse.

M. Fernand Siré Je vous remercie pour votre réponse, monsieur le ministre, même si, pour l’essentiel, M. le président de région m’avait déjà tenu informé de l’avancée de ce projet. Je veux insister sur le fait qu’en pays perpignanais, le pendant de la Catalogne du Nord, tous les déplacements s’effectuent de Perpignan vers Barcelone, ce qui favorise le développement des entreprises de la région barcelonaise et, à l’inverse, pénalise les entreprises commerciales et touristiques de notre région. Pour tout vous dire, les villes de Perpignan et Montpellier se sentent un peu éloignées d’un réseau national dont elles ont pourtant vocation à faire pleinement partie.

Enfin, j’ai évoqué le prix prohibitif des transports en train, mais ceux des compagnies aériennes low cost le sont tout autant. Un aller-retour Perpignan-Paris coûte aussi cher qu’un aller-retour Paris-New York !

Compte-rendu de la réunion du 28 janvier 2014 à Prades

« Quels outils pour transformer la société ? »

Francis Daspe et Pierre Serra

Francis Daspe et Pierre Serra

Pierre SERRA et Francis DASPE présentent chacun leur structure qui co-organisait cette réunion publique, la revue « Progressistes » pour le premier, l’AGAUREPS-Prométhée pour le second. Le thème des débats porte sur les outils et les méthodes nécessaires pour parvenir à la transformation de la société. Ce thème est trop souvent négligée, au profit des questions de contenu. Il est pourtant déterminant.

Pierre SERRA aborde d’abord la nécessité de mettre gratuitement à la disposition de tout le monde la connaissance. Le savoir, base de la réflexion collective, ne doit pas faire l’objet de marchandisation. Il insiste également sur la situation des médias dominants à l’heure actuelle. Ceux-ci, contrôlés par les puissances de l’argent et les experts dits scientifiques, constituent un verrou qu’il importe de faire sauter. La notion de progrès est ensuite examinée. Quels en sont les bénéficiaires ? Dans quelle visée s’inscrit-elle ? Quels en sont les résultats ? Autant de questions qui invitent à en relativiser la portée avant de définir les projets de transformation sociale à atteindre.

Le savoir et le progrès matériel constituent dans la grille d’analyse marxiste la superstructure et l’infrastructure qui déterminent et conditionnent les conditions de l’action politique.

Francis DASPE inscrit la question dans l’impératif de gagner le combat des idées. Pour y parvenir, plusieurs conditions existent. La diversité des formes de militantisme sont interrogées : le militantisme classique n’est nullement obsolète, des actions spectaculaires de militantisme sont nécessaires pour marquer les esprits, les nouvelles techniques militantes doivent être utilisées avec esprit critique. Une réflexion sur la mobilisation des jeunes est ouverte. L’enjeu est de créer une implication citoyenne afin de modifier le rapport des forces. Les questions de la pédagogie militante, de l’éducation populaire, de la démocratie participative ou de la formation militante sont abordées dans leur complexité. L’articulation entre la théorie et la pratique se révèle cruciale. L’impérieuse nécessité de faire de la politique au sens premier et noble du terme est réaffirmée. Les formes de dépolitisation et de désidéologisation sont caractéristiques du libéralisme, considéré comme une « idéologie de la fin des idéologies ». L’entretien d’une conscience de classe et la référence à l’intérêt général doivent en être les boussoles.

Le cadre des organisations politiques est analysé. Le parti politique, en dépit des défauts structurels qui ne peuvent être passés sous silence, reste un cadre indépassable comme lieu collectif de réflexion, de délibération et d’action. L’organisation politique doit tenir un rôle d’intellectuel collectif. Les notions de basisme, de centralisme démocratique ou d’avant-garde éclairée interrogent le fonctionnement des partis. Les mouvances citoyennes et associatives ont un rôle à jouer ; il n’est pas de se substituer aux partis, mais de les stimuler. Des préventions s’expriment quant à la notion de société civile. Les militants politiques, de base ou dirigeants, n’en feraient-ils pas partie ? L’articulation entre le parti politique et l’intervention syndicale est mise en débat (se référer aux actes des réunions précédentes ayant traité cette question). La formule indiquant dans quelle mesure trois choses sont indispensables en politique (des idées, des hommes, de l’argent) donne lieu à des approfondissements et des remarques stimulantes.

La discussion générale complète les exposés introductifs. Le rapport au fait politique donne lieu à des remarques variées. La gestion démocratique du débat politique est interrogée. La finalité de l’action politique est posée : s’agit-il d’arriver au pouvoir pour le conserver ou pour transformer la société ? La majorité des transformations positives de la France se concentrent en définitive sur peu d’années au XX° siècle (1936 et le Front Populaire, 1945 et le programme du Conseil national de la Résistance, 1981 avant le tournant libéral de la rigueur). Trois années qui font l’objet de toutes les tentatives de détricotage des gouvernements libéraux et du patronat. Les ravages de l’idéologie libérale et du capitalisme en tant que système d’accumulation sont identifiés. La notion polymorphe de « consensus » est analysée : à quelles conditions peut-elle être un mode de gouvernement ? quels en sont les risques et les effets contre-productifs ?

Il en va de même de trois éléments qui sont à la fois des leviers incontournables pour créer les conditions de la transformation de la société : l’école, l’intérêt général et la technique. Mais chacun de ces éléments peut avoir des effets indésirables s’ils sont mal utilisés. L’école peut reproduire les inégalités et conduire à un formatage ; l’intérêt général peut prôner une philosophie de la résignation (là aussi se reporter à des actes d’une réunion précédente portant sur ce sujet) ; la technique peut produire des formes d’aliénation et de manipulations loin des idéaux d’émancipation véhiculés par le concept de progrès.

L’ambition de transformer la société se heurte notamment à trois verrous : les médias comparés, pour reprendre le titre d’un documentaire célèbre, à « des chiens de garde » de l’idéologie dominante, les institutions de la V° République, la fiscalité insuffisamment redistributive. Ils suscitent des réactions qui pourront se prolonger dans de prochaines réunions consacrées de manière spécifique à un des ces thèmes.

Transformer la société passe par le refus de chercher des solutions individuelles à des problèmes collectifs. C’est ce à quoi nous renvoie constamment l’idéologie dominante. Cela passe aussi par un combat pour la reconquête du sens des mots. La politique doit faire coïncider les mots aux choses. L’entreprise est véritablement prométhéenne. L’AGAUREPS-Prométhée veut y contribuer pleinement.

Des Actes seront rédigés afin de rendre compte de la grande diversité des échanges.

Pour l’AGAUREPS-Prométhée, le Secrétaire général, Francis DASPE

LE SOLER : les vœux du Sénateur-Maire François Calvet – ACTE 2

Des vœux placés sous le signe de la solidarité

Dernier discours de voeux de la mandature pour François Calvet

Dernier discours de voeux de la mandature pour François Calvet

L’incendie des services techniques du 29 novembre a nourri la réflexion du Sénateur-Maire François Calvet, qui en tire quelques enseignements au plan de la solidarité.

Une solidarité intergénérationnelle, associative, culturelle et sportive. « Cet incendie nous rappelle aussi que dans toutes les histoires humaines, il n’y a jamais la mort de quelque chose. Quand quelque chose cesse, on voit renaître une autre manière d’être : « Genèse et déclin, déclin et genèse » : c’est un des fondements de notre société attribué à Anaximandre de Milet qui vécut au VIIème siècle avant Jésus Christ.

Alors c’est vrai que je m’interroge aujourd’hui, après ce formidable élan de solidarité, sur les raisons de cette peur qui immobilise la France depuis des années. Alors que nous avons toutes  les raisons de voir positivement l’avenir plutôt que de pleurer le passé, nous continuons à être paralysés par cette peur qui nous empêche d’avancer. Les raisons sont probablement plus profondes que la seule crise économique, qui n’est pas la première que traverse notre pays. Certains pensent, et je partage cette piste de réflexion, que la France qui a inventé l’Etat moderne, éprouve des difficultés à penser la mondialisation et la diversité de nos sociétés. La France a inventé l’Etat centralisateur depuis Louis XIII, mais aussi protecteur. La France a voulu exporter et imposer à travers le monde son modèle étatique, sa pensée philosophique universaliste, sa conception des droits de l’homme issu de la philosophie des lumières. Cette France qui a inventé le concept de Nation a du mal à accepter les transformations du monde d’aujourd’hui. Un monde devenu un village grâce à Internet et aux facilités de transport, un monde où l’anglais devient la langue d’usage international qu’on l’accepte ou non, un monde où les frontières ne sont plus celles de l’Etat territorial. Ce monde s’apparente plus à l’ancien empire romain-germanique qu’à la France du XXIème siècle, au sens où la France est un Etat centralisé quand l’empire romain était une mosaïque de royaumes et de régions, avec des identités fortes mais qui ont réussi à cohabiter pendant des siècles.

Ce nouveau monde se caractérise tout d’abord par une migration et une circulation, des personnes, des biens et des capitaux dans le monde entier.

La deuxième caractéristique de ce nouveau monde, c’est, grâce à la multiplication des nouveaux  moyens de communication, l’émergence de communautés diverses, c’est d’ailleurs un des piliers d’internet. Tout le monde se retrouve aujourd’hui sur les fameux réseaux sociaux.

La troisième caractéristique c’est une mosaïque ou un patchwork, d’idées, de mouvements, d’économies pouvant émerger n’importe où et présents partout à la fois et en même temps.
Pour nous français qui évoquons chaque jour la République « Une et indivisible », qui ne jurons que par l’égalité et l’ordre dans l’Etat-Nation, qui espérons toujours secrètement imposer au monde notre modèle de pensée, nous avons du mal à appréhender ce monde devenu multiforme, changeant et varié. Nous avons du mal  à trouver notre place dans ce mouvement perpétuel qui nous échappe. Et donc nous avons peur. Nous préférons regarder le passé plutôt que de sourire à l’avenir, nous préférons devenir le village d’Astérix plutôt que d’intégrer l’empire romain-germanique qui fut pourtant le berceau de notre culture en acceptant toutes les richesses et les apports des tribus et des civilisatiàns de l’époque.

Si nous devons savoir où sont nos racines régionales, ici nos racines catalanes pour vivre dans ce nouveau monde, il faut néanmoins faire preuve de suffisamment d’ouverture pour accepter cette nouvelle réalité au-delà du fameux village d’Astérix.

Face aux difficultés que connaît chacun d’entre nous sur le plan individuel et notre pays sur le plan collectif, le sursaut national viendra des communes et plus particulièrement du lien de solidarité qui se crée au niveau communal. C’est bien ce « lien solérien » qui nous caractérise : c’est ce lien qui rassemble les solériens dans notre cœur de ville comme dans nos quartiers. C’est ce lien qui crée un pont entre les générations et c’est enfin ce lien qui, basé sur l’intégrité et la confiance nous permet de bien gérer notre ville ».

LE SOLER : les vœux du Sénateur-Maire François Calvet – ACTE 3

Un Centre-Ville réaménagé

Le Député-Maire Fernand Siré et le Sénateur-Maire honoraire Paul Blanc comptaient parmi les plus prestigieux invités

Le Député-Maire Fernand Siré et le Sénateur-Maire honoraire Paul Blanc comptaient parmi les plus prestigieux invités

Le Centre-Ville a beaucoup changé, pour le rendre accueillant et attractif, un programme de travaux de 2009 à 2015. L’objectif de l’actuelle Municipalité est de rendre l’espace aux piétons, tout en conservant les traditions et de favoriser l’accès aux commerces. Avec toujours la même attention : la réfection des réseaux d’eau potable et d’eaux usées, la suppression des derniers branchements en plomb de la ville, la reprise des canaux souterrains, du réseau pluvial, et l’effacement des réseaux EDF et France Télécom.

La voirie a fait l’objet d’une attention particulière avec la pose, à la main, de briquettes artisanales en terre cuite, de leds au sol, de mobilier urbain.

« Ce sont donc plus de 4 M€ investis sans emprunt par la ville sur la totalité du programme et autant par l’agglomération. Ces investissements sont une source d’emplois directs pour les entreprises » tient à préciser François Calvet.

Les parkings n’ont pas non plus été oubliés, la ville compte désormais 1759 places gratuites et propose des solutions différenciées de parking, avec un grand nombre de places réservées aux handicapés et des stationnements minute.

En 2013, 2 nouvelles aires de stationnement ont été crées. Le parking de la falaise propose 161 nouveaux emplacements : un aménagement rendu possible grâce aux travaux d’enrochement et de stabilisation qui s’étendent depuis l’ancien lavoir jusqu’au droit de la rue Rosette Blanc. Les travaux en cours permettront la jonction de ce parking au rond-point des Médaillés Militaires au lac et à la Route de Pézilla.

LE SOLER : les vœux du Sénateur-Maire François Calvet – ACTE 4

Une population en forte hausse

Plus de 2000 personnes se sont déplacées pour "boire" la parole du Sénateur-Maire. Enorme pour une ville de 7500 habitants !

Plus de 2000 personnes se sont déplacées pour « boire » la parole du Sénateur-Maire. Enorme pour une ville de 7500 habitants !

La population du Soler augmente de manière constante.

De 5000 habitants en 1993, les solériens sont à présent 7500, soit 34% d’augmentation en 20 ans sachant qu’en 1980, le Soler comptait à peine 3 500 habitants. 75% sont des familles et plus de 75 % sont propriétaires de leur logement.

François Calvet et son groupe parlementaire au Sénat ont lutté contre les dispositions des lois Duflot sur le logement qu’ils jugent incohérentes. En vain. Malgré tout, cela n’a pas découragé les investisseurs qui développé un habitat de qualité pour tous et accessible aux jeunes couples.

Selon le Sénateur-Maire « l’installation de cette population est aussi un bon indicateur pour nos finances communales, nos entreprises départementales et nos commerces locaux qui bénéficient d’une population en croissance. Nous terminons la réalisation de notre 8ème lotissement communal aux Meravelles soit en 10 ans, 228 parcelles. Si nous n’avons pas encore atteint le seuil de logements sociaux exigés par les lois de Mme Dufflot, nous avons aussi dans ce domaine bien progressé. Nous avons facilité ainsi la mise à disposition de logements tant pour les familles, les jeunes couples, que les retraités. Cette progression permet à la commune de ne pas payer les pénalités multipliées par 5 par la dernière loi Dufflot. Concrètement nous évitons ainsi de payer plus de 250 000 €uros de pénalités par an.

Je suis fier, pour cette année, de noter l’installation de 100 nouvelles familles aux Maravelles qui ont concrétisé ainsi leur rêve d’accession à la propriété.

En plein cœur du lotissement, la réalisation du Jardin des Artistes, aire de jeux d’enfants de près de 4000 m2 a ouvert en décembre dernier avec des jeux novateurs sur le principe de l’accro-branches.

« Nous avons eu la chance d’être récompensés par le prix de « qualité  urbaine de conception du quartier » à hauteur de 200 000 € par le Conseil Régional.

A l’entrée Ouest, côté Saint Féliu, s’est développé le lotissement privé Saint Antoine avec 90 parcelles individuelles et 2 petits collectifs. C’est une bonne nouvelle pour notre commune et pour son développement ».

LE SOLER : les vœux du Sénateur-Maire François Calvet – ACTE 5

La sécurité : une préoccupation au quotidien 

Au 1er rang le Maire de Pollestres Daniel Mach et Romain Grau, élu perpignanais et possible successeur de J.Paul Alduy à la tête de l'Agglo. si ce dernier confirme son départ jeudi 30 janvier aux voeux de PMCA.

Au 1er rang le Maire de Pollestres Daniel Mach et Romain Grau, élu perpignanais et possible successeur de J.Paul Alduy à la tête de l’Agglo. si ce dernier confirme son départ jeudi 30 janvier aux voeux de PMCA.

Pour François Calvet, « construire le lien, c’est certainement assurer la sécurité des biens et des personnes. C’est ma préoccupation de chaque jour.

Notre brigade de gendarmerie nationale y veille et nous y apportons notre concours grâce à la convention de coordination signée avec Monsieur le Préfet ».

Au Soler, ce sont 9 policiers municipaux qui assurent 150 patrouilles de nuit et 463 patrouilles de jour par an, et la surveillance de 130 maisons dans le cadre de l’opération « tranquillité vacances ».

La surveillance vidéo a été renforcée par l’installation de 20 caméras, dont les points d’implantation ont été validés par les services de Gendarmerie, et que chacun peut voir fonctionner en direct. Elles sécurisent les sorties et entrées de la ville ainsi que les espaces et équipements publics. Ce dispositif a permis de faire aboutir favorablement plus de 50 % des plaintes à caractère pénal déposées auprès de notre brigade.

 François Calvet rappelle enfin, que « la sécurité est l’affaire de tous et il en appelle au sens civique de chacun. Nous  avons mis en place l’opération « Voisins Vigilants ». C’est un véritable outil de prévention appuyé par une signalétique spécifique avertissant les malfaiteurs que les voisins sont solidaires et vigilants… Chacun d’entre vous peut s’informer auprès de la police municipale des modalités de participation à cette opération ».

A noter que Le Soler, sera prochainement dotée d’une nouvelle gendarmerie, dont les travaux vont démarrer au mois de mai. Le financement est assuré par l’OPH 66 à hauteur de 3,5 M€. Elle accueillera 2 gendarmes supplémentaires.

Le Soler n’est pas en retard sur ce point, toutes les Municipalités adoptent cette vidéo surveillance, avec pour certaines d’entre elles la certitude d’avoir découvert le nouveau monde. C’est le petit poucet qui donne des leçons à l’ogre !

LE SOLER : les vœux du Sénateur-Maire François Calvet – ACTE 6

La solidarité intergénérationnelle mise sur le devant de la scène

Le Conseil Municipal des Jeunes a aussi la parole au Soler.

Le Conseil Municipal des Jeunes a aussi la parole au Soler.

Remerciements de François Calvet aux jeunes solériens qui, au sein des cantines scolaires partagent avec les aînés depuis plusieurs mois déjà la pause-déjeuner. Le temps du repas devient alors un moment convivial d’échanges entre les générations.

Les aînés justement, pour qui le programme « Bien vieillir au Soler » se poursuit avec succès et qui propose des activités physiques et ludiques.

Pour les plus jeunes, une 10ème classe a été ouverte à l’école maternelle Françoise Dolto. Le dynamisme de la natalité a conduit la Municipalité à créer d’une nouvelle cantine de 300 m² en 2013, dans les locaux de l’école maternelle, pour un coût de 450 000 €, dont 200 000 € financés par l’Etat et 25 000 € par le Conseil Général.

Enfin, rappelle le 1er Magistrat, « vous connaissez mon attachement particulier au catalan et donc aux écoles Primaires (l’école maternelle et l’école élémentaire qui composent toutes deux le « Primaire » – NDR), « La Bressola » ainsi qu’au collège catalan « Pompeu Fabra » qui compte aujourd’hui plus de 140 élèves. Je suis convaincu que nos racines catalanes sont le ciment de notre identité qu’il faut préserver à tout prix dans un esprit d’ouverture et d’accueil ».

2375 élèves sont accueillis au Soler, de la maternelle à l’enseignement supérieur. Le service Enfance et Sport encadre 673 enfants dans les services péri et extra scolaires et 400 enfants par jour inscrits en cantine scolaire. 43 agents, tous qualifiés et diplômés, sont à la disposition des  enfants, auxquels s’ajoutent les 14 agents qui entourent quotidiennement les tout-petits de la crèche.

Un point du Sénateur-Maire sur la réforme des rythmes scolaires, qui suscite de nombreuses questions :

« Dès la rentrée prochaine, les services de la ville devront prendre en charge vos enfants dès 16h. Afin de s’adapter aux horaires de travail des familles, nous maintiendrons les services de garderie jusqu’à 18h30 et le centre de loisirs sera donc ouvert le mercredi après-midi.  Nous avons bien entendu  mené une concertation avec les enseignants, les parents d’élèves et les directeurs d’école sur le sujet. Il en ressort que 80% des parents des élèves solériens ne sont pas favorables à ces nouvelles modalités des rythmes scolaires. Malheureusement, nous n’avons pas le choix et devrons l’appliquer dès septembre 2014.Le surcoût de cette réforme a été évalué à plus de 200 000 € par an pour la commune, seulement compensé par l’Etat à hauteur de 33 000 € maximum ».

Au-delà de toute polémique politicienne, c’est la réalité d’une réforme mal ficelée. Le Maire de Canet Bernard Dupont le répète « des réformes qui font payer les autres, moi j’en fais tous les jours » !

Communiqué de Fernand Siré

UNE SALLE BONDÉE POUR LA TRADITIONNELLE CÉRÉMONIE DES VŒUX DE SAINT LAURENT DE LA SALANQUE

IMG_3578Ce n’est pas loin de 1200 personnes qui s’étaient données rendez-vous à la salle polyvalente de Saint-Laurent de la Salanque pour assister aux vœux du député-maire, Fernand SIRE.

De nombreuses personnalités du monde politique local s’étaient également déplacé : Le sénateur François CALVET, la député européenne, Marie-Thérèse SANCHEZ-SCHMID, le sénateur honoraire Paul BLANC, la Conseillers généraux Mauricette FABRE et Richard PULY-BELLY ainsi que plusieurs maires de la circonscription et amis.

IMG_3574-2Fernand SIRE a dressé un bref bilan des projets de l’année écoulée et ne s’est pas étendu sur les projets à venir, période électorale oblige.

En tant que député et maire, il a rappelé à ses concitoyens l’importance d’exercer leur droit de vote aux élections municipales comme à toutes les élections.

IMG_3611-3Après un diaporama sur la commune, il a repris la parole pour adresser ses meilleurs pour cette année 2014 et a invité les personnes présentes à partager la traditionnelle galette des rois.

Les vœux du maire de Sainte-Marie, Pierre Roig

Le 26 Janvier, une belle journée pour la population

Le Maire entouré des élus et de ses invités

Le Maire entouré des élus et de ses invités

Après une intervention rapide des techniciens d’Oméga, pour remettre l’espace scénique en état, le maire a procédé en quelques mots, à l’introduction et à la présentation du film-diaporama, des actions de l’année 2013.

Puis, Pierre Roig, a invité les membres du conseil, ainsi que Jean-Paul Alduy président de PMCA et Fernand Siré député-maire, de Saint Laurent, à le rejoindre sur la scène.

Pierre Roig, a tenu à saluer les différents et nombreux maires présents, les personnalités officielles, sans oublier les représentants des corps constitués et les partenaires à la vie active de la ville, pour leurs présences à ses vœux.

Pierre Roig, à la tribune

Pierre Roig, à la tribune

Dès les premiers mots, le ton est donné, et le mot « clé » comme fil rouge, pour les vœux de 2014, est « rassembler »

Ce fil rouge, nous fait passer, par un retour sur les rassemblements des différentes activités sportives, culturelles et associatives très importantes pour cette année passée.

On notera, un clin d’œil sur le succès du marché de Noël, qui a permis de récolter près de 8200 € pour le Téléthon, ce qui conforte l’esprit de « communauté soudée pour les bonnes causes » expression, qui confirme les pensées du maire.

Rassembler,  c’est être présent au côté de la population.

Rassembler,  c’est aussi être solidaire, en pensée et agir pour les aînés, enfants et pour l’ensemble de la population.

On ne peut pas ignorer le mot, « protéger » sans penser à la protection de la ville et des personnes, par l’association de moyens supérieurs, mis en œuvre pour la police municipale, avec des renforts et une augmentation sensible de la logistique et des locaux.

Il a aussi salué le rassemblement de l’équipe municipale, épaulée toute l’année, par les agents de la commune.

Protéger, c’est de trouver des moyens pour solutionner les problèmes des gens du voyage, avec l’utilisation de moyens techniques.

Protéger, c’est prendre conscience du risque naturel, vis-à-vis des inondations, avec de nombreuses décisions préventives.

Protéger, c’est aussi trouver des solutions contre l’érosion du littoral, qui hélas se fait de plus en plus ressentir.

Protéger, c’est se pencher sur le soin du cadre de vie, et construire pour transmettre aux générations futures.

Mais construire, c’est aussi bâtir pour élever et former l’âme intellectuelle, ainsi que le savoir, avec un beau clin d’œil évocateur à l’école.

Le maire, a ensuite tenu à tirer des conclusions d’un budget équilibré sur des bases solides, une vision réaliste et responsable de la situation financière de la ville.

Après avoir développé ces différents thèmes, Pierre Roig a fait une approche sur les activités de 2013, plus dans le sens de commentaires sur les images du diaporama passé en début de séance, que sur un bilan de 2013.

Des vœux 2014, longuement salué par une population très concernée.

Jean-Paul Alduy, Ptrésident dfe l'Agglo. PMCA

Jean-Paul Alduy, Ptrésident dfe l’Agglo. PMCA

Puis, il a laissé la parole à Jean-Paul Alduy, qui avoue de ne jamais avoir « raté » les vœux de Pierre Roig, et très vite, dès les 1er propos, le sentiment de complicité est dominant.

Il en profite pour rappeler que de nombreux projets de constructions ont vu le jour, sans augmentation des impôts.

Si cette situation est visible, elle est issue d’un choix, entre autre, par le courage de   l’investissement.

2014, sera aussi une année plus favorable aux moyennes et petites entreprises, grâce à des diminutions sensibles des impôts sur certaine activité.

Le député-maire Fernand Siré

Le député-maire Fernand Siré

Puis le député–maire, Fernand Siré, a pris la parole en conclusion, avec un beau clin d’œil, à la Salanque, et une mention dédiée à celle du nord, en soulignant l’union entre les villages, et la complicité particulière entre Saint Laurent et Sainte Marie, avec une vision pour l’avenir, de nombreuses créations d’emplois.

Et comme tout Catalan qui se respecte, il a souhaité les vœux de 2014, dans la langue chère à son cœur.

PERPIGNAN : communiqué de Louis Aliot, tête de liste FN aux municipales

L’insécurité devient un scandale municipal !

Sans commentaires...

Sans commentaires…

Jour après jour la situation se dégrade un peu plus sans que la mairie ne trouve les moyens d’y faire face.

Après les dégradations de véhicules dans le quartier Saint-Martin la semaine dernière, huit voitures ont brulé cette nuit sur le parking situé dans le passage du Casino de l’avenue Mercader, au dessus duquel 60 personnes dormaient dans leurs appartements…

La semaine passée le maire avait fait distribuer des courriers à tout le quartier en promettant une extrême vigilance. Et aujourd’hui, quelles vont être les promesses électorales dont nous savons déjà qu’elles ne seront jamais tenues ?

Il est grand temps de remettre de l’ordre à Perpignan et plutôt que de perdre un temps fou dans des actions de com’ et des vœux sans fin, de se préoccuper réellement des problèmes de nos concitoyens.

PERPIGNAN : communiqué de Louis Aliot, Tête de liste FN aux Municipales

Comme à la maternelle, à l’UDI on jalouse ses adversaires ! 

Il semble que ma présence dans les médias nationaux insupportent l’équipe locale de l’UDI faisant fi de la réalité des choses me concernant : je suis vice-président d’un grand parti politique qui a connu une croissance très importante ; codirecteur de campagne d’une candidate arrivée en troisième position avec près de six millions de suffrages et à ce titre porte-parole de campagne, ma formation est aujourd’hui créditée d’un excellent score national pour les élections européennes.

Me dénonçant auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), chose hallucinante et puérile, ils souhaiteraient manifestement s’y faire inviter à leur tour ou m’interdire d’y aller par ignorance des règles en la matière.

En revanche, j’appui leur légitime requête d’être invités plus souvent, ce qui démontrera au plus grand nombre leur réelles qualités, comme récemment dans l’émission – Complément d’Enquête – consacrée aux 41 vice-présidents de l’Agglo UDI de Perpignan…un scandale national !

Si je passe trop à la télévision selon leur goût, ce qui n’est plus tout à fait exact depuis un an puisque je suis le plus souvent auprès des perpignanais en campagne, il va aussi falloir « dénoncer » les autres personnalités nationales candidates aux municipales qui portent la parole de leur formation politique, à l’UDI comme à l’UMP : les Bayrou, De Sarnez, Morin, Rama Yade, Juppé, Copé, Bertrand, Gaudin, NKM, Dati, et consorts seront heureux d’apprendre que l’UDI de Perpignan est indignée de cette entorse démocratique…

Cette « dénonciation » est ridicule et révélatrice d’un état d’esprit, à la fois épris de jalousie et d’inquiétude pour le résultat des élections perpignanaise.

Plutôt que de « dénoncer » des personnalités qui au moins, évoquent leur proximité avec Perpignan, ils feraient bien de regarder leur bilan en face qui lui, mérite d’être dénoncer : ville de plus de 100.000 habitants la plus endettée de France, 4ème plus grande ville la plus insécuritaire de France, l’une des villes les plus pauvres de France, seule ville à ma connaissance où des maisons s’écroulent dans des quartiers insalubres et où des populations vivent dans la misère… et j’en passe !

Balayez donc devant votre porte, chers élus de l’UDI. Vos mauvaises pensées vous trahissent et vous révèlent.

Les électeurs perpignanais sauront vous le rappeler !

ST LAURENT : les vœux 2014 de Fernand Siré

« Quand les Français croient à la grandeur des causes, ils font de grandes choses, quand ils croient à la petitesse de leurs intérêts, ils font de petites choses »

Les voeux 2014 de Fernand Siré. Les derniers du mandat (Photo Claude Bourgeois)

Les voeux 2014 de Fernand Siré. Les derniers du mandat (Photo Claude Bourgeois)

Du Fernand Siré ? Non une citation du Général de Gaulle reprise par le Maire de St Laurent pour cette cérémonie de vœux 2014 et qui semble parfaitement coller avec l’état d’esprit délétère qui règne à St Laurent depuis quelques mois. Et qui semble même s’aggraver à mesure que l’échéance des élections Municipales approche… Des trahisons pour les uns, des ambitions personnelles pour d’autres ou encore des rêves sincères mais utopiques, rien ne sera épargné au village qui n’espère pourtant qu’une chose : la prospérité et l’amélioration de sa condition de vie en ces temps difficiles. Dans quelques semaines, ce sera « règlement de compte à OK St Laurent », mais pour l’heure cette cérémonie n’était que l’occasion pour les habitants de se retrouver autour de la conviviale galette, et pour l’équipe municipale de dresser un bilan de l’année écoulée. Comme le rappelait récemment fort justement le Maire de Pollestres Daniel Mach, « contrairement aux idées reçues, la loi n’interdit pas de faire le bilan de nos actions, il proscrit tout simplement d’en faire l’apologie », n’en déplaise à certains donneurs de leçons de communes voisines un peu isolées sur ce point. Fernand Siré est sur le même axe « rien n’interdit d’évoquer de manière neutre et informative le bilan de l’année 2013″, et c’est bien ce qu’il fera tout au long de la soirée, comme l’immense majorité des Maires du Département.
Un bilan complet portant sur des réalisations qui sont l’oeuvre de toute l’équipe Municipale, opposition comprise, qui, par ses observations, a apporté sa contribution à leur réalisation. Incluant ceux-là même, qui par appétit de nouveaux pouvoirs, crachent à présent dessus !

Combien sont-ils ? Disons entre 150 pour les aigris et 1100 pour les organisateurs !

Combien sont-ils ? Disons entre 150 pour les aigris et 1100 pour les organisateurs !

De cette année on peut retenir la réception de 12 nouveaux logements HLM, l’ouverture du conservatoire de musique qui accueille près de 300 élèves, baptisée « Daniel TOSI » en hommage au travail d’auteur, de compositeur et de chef d’orchestre du directeur du Conservatoire National de Région de Perpignan. Mais aussi l’embellissement de la ville qui lui a valu cette année d’être primée au concours des « Villes et Villages fleuris ». Ou encore l’ouverture du jardin d’enfants le long des berges de l’Agly, cet espace de loisirs agrémenté de bancs, de poubelles, de tables entièrement réalisés par les services techniques de la ville. Puis également l’aménagement d’un « skate parc », d’un « bike parc » et de mini-terrains de sport accessibles à tous, la réalisation des Jardins Familiaux « CONEJERO », le développement de la zone commerciale du Mas de la Tourre, créateur de nombreux emplois pour la population laurentine et synonyme de richesses fiscales a terme pour la commune. Sans oublier la construction du  nouveau boulodrome, la réfection des voiries et la création de deux ronds points réalisés par les services Municipaux.
Quant à l’église, la réfection de ses façades et de son parvis sont bien en cours ! Il était d’ailleurs grand temps avant que cette affaire ne tourne à une querelle de clocher…

Au 1er rang, une partie du Conseil Municipal. Les fidèles (Photo Claude Bourgeois)

Au 1er rang, une partie du Conseil Municipal. Les fidèles (Photo Claude Bourgeois)

Pour tous ces travaux, PMCA y est aussi pour quelque-chose, cette Communauté d’Agglomération parfois tant décriée à qui Fernand Siré rend hommage « Etre membre de la communauté d’agglomération, nous permet d’effectuer des travaux que nous n’aurions pas pu réaliser aussi rapidement sans son aide technique et son appui financier. Ainsi, nous procédons petit à petit à la réfection de la voirie, des réseaux d’eau et d’assainissement, des rues de notre commune et nous étendons notre réseau de voies cyclables ». Tout en n’oubliant pas de préciser que « tous ces investissements sont réalisés en veillant à ne pas aggraver la pression fiscale sur les contribuables et, en 2013, la part communale de vos impôts locaux n’a pas été augmentée ». Alors que, faut-il le rappeler, les dotations de l’Etat n’augmenteront pas, avec en prime le transfert de nouvelles charges liées à la réforme des rythmes scolaires, avec un coût estimé entre 150 et 200 € supplémentaires par élève et appliquée dès  septembre 2014.

Tandis que d’autres communes commencent à peine à étudier le projet, les caméras de surveillance sont déjà installées sur le territoire communal à la satisfaction du Maire : « Nous nous réjouissons de l’efficacité des caméras de vidéo-protection que nous avions installées autour des bâtiments publics les plus exposés ainsi que dans les rues commerçantes. Celles-ci nous ont permis d’être plus réactifs et plus efficaces. Et grâce à la collaboration entre la police municipale et la Gendarmerie Nationale, plusieurs cambriolages et vols de véhicules ont été élucidés sur notre commune ». Reste le fléau des déjections canines « Malgré tous nos efforts et tous nos investissements en la matière, nous n’arrivons pas à vous satisfaire » regrette Fernand Siré. Un point commun à toutes les communes, l’incivisme de certains qui ne cesse de progresser !

Les élus des communes voisines ont fait le déplacement(Photo Claude Bourgeois)

Les élus des communes voisines ont fait le déplacement (Photo Claude Bourgeois)

La mise hors d’eau de la commune n’est pas oubliée, la commune a procédé cette année au nettoyage et au recalibrage de tous les fossés et agouilles qui drainent le pluvial vers l’Etang et a participé à la construction de deux ponts pour permettre une meilleure évacuation des eaux sous la RD 83.

Des remerciements il y en a eu, le 1er Magistrat n’a oublié personne, c’est partout une tradition. Et c’est bien normal, dès lors que la cérémonie ne se limite pas qu’à cela, avec comme prétexte cette année électorale. A St Laurent, comme ailleurs, tous ceux qui, par leur investissement au quotidien font vivre le village, le personnel municipal, les élus, le monde associatif, les délégués de quartiers et de manière plus générale tous les partenaires de la Ville. « C’est l’ensemble des services municipaux que je souhaite mettre à l’honneur pour le travail qu’ils accomplissent tous les jours sur notre commune. C’est un exercice difficile qui nécessite une attention de tous les instants. Ne croyez pas cependant que notre action municipale ait été dictée uniquement par une logique comptable. De manière responsable, sérieuse et organisée, nous avons agi avec, pour seul souci, l’intérêt de la commune« .

Une personne est tout de même oubliée… L’organisatrice de la soirée, celle qui a dirigé la décoration, la restauration, le placement des VIP, la fidèle épouse du Député-Maire ! Alors, bravo Rolande ?

Quelques mots de reconnaissance en ouverture de cérémonie en hommage au Dr René Marquès décédé cette année. « Je ne peux commencer cette cérémonie, sans avoir une pensée pour le Docteur René MARQUES, qui nous a quittés cette année. Médecin sur Saint Laurent de la Salanque pendant près de 40 ans, pionnier de la médecine de groupe, il a toujours été à l’écoute de ses patients. Sénateur, Président du Conseil Général, Maire de Saint Laurent pendant 40 ans, il restera pour tous les laurentins un personnage emblématique de notre commune« . Martin Armisen n’est pas non plus oublié, lui aussi décédé dans l’année « Celui-ci a marqué la commune par son engagement sportif mais surtout par ses actions en faveur de la catalanité » dira Fernand Siré.

Côté opposition, elle était bien présente dans la salle. Les divers droite M.José Amigou et Christian Llense ainsi qu’une partie de la liste de gauche en cours de constitution. Pas tant pour écouter la « parole du Seigneur » que pour relever un éventuel dérapage sous forme de projet exprimé, qui pourrait conduire le possible vainqueur tout droit à l’invalidation une fois élu.

Restera un point de litige, combien de personnes sont-elles à avoir assisté à cette soirée ? Certains, abonnés à ce chiffre qui les concernent, diront 150. De manière plus réaliste et après comptage des chaises c’était bien plus, au-delà de 1000. Quant à nous, nous ne nous hasarderons plus à avancer un chiffre, au risque de s’attirer les foudres d’opposants aigris ! Disons 150 pour la police et 1100 pour les organisateurs ?
pub multi-service 380

CANET : élections municipales 2014

La gauche de retour !

La liste « La gauche ensemble pour Canet » rassemblant  les forces de gauche PCF, PS, militants associatifs et écologistes est en cours de  constitution à Canet.
Les premiers éléments de son programme ont été définis et continuent à prendre forme.

Nadine Pons et ses colistiers

Nadine Pons et ses colistiers

Nadine Pons, reconnue pour  les  valeurs de gauche qu’elle défend depuis toujours et pour son expérience comme conseillère municipale de 2001 à 2010, conduira la liste.

Georges Sentis, historien, conférencier, militant PCF, et Ginette Graule, secrétaire de la section du PS de la commune, suivent sur cette liste.

Lors de la première assemblée du 12 décembre, la nécessité qu’une voix de gauche puisse s’exprimer dans la commune, notamment au sein du Conseil Municipal, a été soulignée. Face aux politiques d’austérité, aux inégalités subies par les Canétois, les élus municipaux doivent être en première ligne pour faire de leur ville un lieu de résistance et de cadre de vie de qualité où les infrastructures et les services publics jouent leur rôle à plein.

Avec un budget annuel de plus de 20 M€, ses 13000 habitants, ses 4 groupes scolaires, son collège et son lycée, la 2ème ville du département est en droit d’attendre une politique tournée vers l’intégration de la jeunesse, trop abandonnée ces dernières années.

En cela, Nadine Pons et son équipe pointent le manque de logements à loyer accessible à tous, encore loin du quota imposé, la nécessité de construction d’un véritable centre culturel avec médiathèque, d’un centre aéré digne de ce nom, d’une nouvelle crèche et de tarifs modérés pour l’accès à tous ces équipements.

Ont été aussi évoquées, la position au sein de l’Agglo., d’une demande de régie publique de l’eau, et la création d’un pôle de santé municipal, ainsi que toutes les possibilités qu’offre l’économie sociale et solidaire en terme d’emploi.

Pour répondre véritablement aux besoins de la population, la ville doit favoriser et encourager la participation de tous à la vie locale.

Nadine Pons invite la population Canétoise à participer à l’élaboration d’un programme de ville qui œuvre pour le vivre ensemble et qui n’abandonne personne.

Contactez là : nadinepons66@gmail.com

Communiqué de de Daniel MACH, Maire de Pollestres Vice-Président de PMCA Secrétaire Départemental de l’UMP66

Le nouveau coup de massue du Conseil Général

La décision du Conseil Général d’augmenter le taux des droits de mutation, en choisissant le taux maximal, révèle clairement l’inconscience des élus de gauche et leur haine viscérale envers l’économie et les entreprises départementales.

Dans l’un des départements les plus sinistrés de France, qui bat tous les records de chômage et qui voit ses entreprises du bâtiment souffrir comme jamais de la crise économique, toute augmentation d’impôts ou de taxes supplémentaire est un coup fatal.

Le Gouvernement parle de pause fiscale, le département des Pyrénées-Orientales, quant à lui, prend le relais et augmente tous les impôts. C’est devenu une stratégie nationale ! Les augmentations d’impôts, de taxes, de taux ne s’arrêtent plus. Rien ni personne n’est épargné. Des ménages aux entreprises, des collectivités aux professions libérales, tous subissent les foudres de la politique fiscale socialiste.

Quand le Président de la République adresse un prétendu signe fort aux entreprises, le département des Pyrénées-Orientales fait, lui, la sourde oreille et continue inexorablement d’affaiblir voire d’anéantir l’immobilier et le bâtiment, premier créateur d’emplois dans le département.

J’ai toujours dit que quand les socialistes sont au pouvoir, les impôts augmentent. Je laisse à chacun le soin de constater !

Par François LIETTA, Président des Jeunes PPOS66

SOURIEZ, VOUS ETES (ENCORE) TAXES

Toutes nos félicitations au Conseil Général des Pyrénées-Orientales pour sa décision d’augmenter la fiscalité sur les transactions immobilières. En prenant cette décision, le CG 66 a décidé d’alourdir le coût d’acquisition d’une résidence, d’un appartement pour toute la population.

Félicitations au Conseil Général qui va réduire (encore) les possibilités pour les jeunes de devenir propriétaire de leur logement.
Nous ne doutons pas que cela soit une décision approuvée par la jeunesse socialiste !

Pourtant le Conseil Général ne manque pas de faire la propagande d’une politique en faveur de la jeunesse. Et pourtant les belles paroles sont compromises par les actes !

Encore une fois, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales n’est que le reflet d’un plein pouvoir socialiste qui n’a de cesse d’augmenter les impôts de chaque collectivité qu’ils dirigent (commune, département, région, Etat). Confier, en mars prochain, le pouvoir à un maire socialiste c’est accepter de subir de nouvelles hausses d’impôts.

 Pour boucler son budget, le Conseil Général aurait pu réduire son train de vie en réduisant drastiquement ses frais de fonctionnement des frais superflus. En lieu et place, le plein pouvoir socialiste a encore choisi la facilité de piocher dans les poches du contribuable. 

POLLESTRES : Vœux de Daniel Mach à la population

« Une commune ambitieuse, lumineuse, paisible et agréable à vivre ». 

Plus de 1400 personnes sont venues assister aux voeux de "leur Maire". Un succès jamais démenti !

Plus de 1400 personnes sont venues assister aux voeux de « leur Maire ». Un succès jamais démenti !

C’est un Daniel Mach combatif qui présentait ses vœux aux Pollestrencs vendredi dernier « à titre gratuit » s’empresse-t-il de dire, une soirée traditionnelle qu’il qualifie également de « moment privilégié », de « moment d’échanges entre les élus, les associations, les commerçants et plus largement, les administrés, la meilleure occasion de se poser quelques instants, pour ensemble tirer les enseignements du passé, regarder le présent, et préparer l’avenir ».

Combatif mais aussi plein d’humour. Faire les choses sérieusement, sans se prendre au sérieux, une vertu mal partagée entre élus, ou conjoints d’élus, dont la tête a parfois un peu tendance à gonfler. Mais ça c’est ailleurs et certainement pas à Pollestres !

Et de l’humour il en a fallu à Daniel Mach lorsqu’il a découvert ce film réalisé par le Conseil Municipal des Enfants qui n’épargne pas celui qu’ils appellent familièrement « Dany », et à qui ils infligent la note de 3.5 / 10 pour l’absence de distributeurs de sacs à déjections canines sur le territoire communal. « C’est fait, le premier a été installé hier, dans le centre ancien, aux abords de la résidence La Senyora » se défend « Dany » en narguant un peu ses contradicteurs ! Combatif lorsqu’il s’agit de défendre le bilan de l’année écoulée. Alors que dans d’autres communes, la simple évocation d’un quelconque regard en arrière est auto-proscrit en raison des échéances électorales à venir, « Dany », lui, assume : « Contrairement aux idées reçues, la loi n’interdit pas de faire le bilan de nos actions, il proscrit tout simplement d’en faire l’apologie, nous avons vérifié les textes ! ».  Et d’ajouter tout de même par précaution que « toutes les infrastructures réalisées, l’ont été à la demande et sur l’initiative des seuls administrés pollestrencs. Avec ça, je m’exonère de tout recours ! ». Combatif également à l’égard du Conseil Général contre lequel le Maire de Pollestres à engagé une croisade judiciaire : « Mais elles ont (ces infrastructures – NDR) également et surtout, été financées par leurs impôts, exceptée, bien évidemment, la part d’impôts du Conseil Général, qui n’est jamais réinjectée à Pollestres« . Un peu la même rhétorique que Jean Vila, le Maire de Cabestany, mais avec lui c’est sur l’Agglo. PMCA  que la foudre s’abat !

Un peu plus tard, « Dany » reviendra sur cette plainte contre le Conseil Général « pour discrimination à caractère politique », avec le sens de la formule et de la rime : « Beaucoup s’en plaignent, beaucoup la subissent, mais personne n’ose le dire, par peur de représailles. Il est vrai que le dire peut faire rire, mais le faire, en tout cas, c’est sûr, ça fait taire.
Dix ans que Pollestres n’a pas obtenu le moindre €uro de subvention, sur les projets d’investissements communaux qu’elle a présentés au Conseil Général.
Dix ans que votre maire, malgré de multiples demandes, n’a pas été reçu au Conseil Général, pour évoquer les dossiers d’avenir de Pollestres
.
C’est vrai, notre mode de gestion, notre rigueur, ont permis malgré tout de développer, de moderniser et d’organiser notre commune. Dorénavant, c’est à la justice d’entreprendre les investigations qui s’imposent, et elle a toute ma confiance, pour reconnaître que Pollestres est bien victime de discrimination à caractère politique« .
L’ancien boxeur ne lâchera pas la Présidente Ermeline Malberbe, et Christian Bourquin qui se cache juste derrière, les Pollestrencs peuvent compter sur leur 1er Magistrat pour les défendre ! Et d’en remettre une couche au cas où ça ne suffirait pas : « Je déplore le peu de soutien que le Conseil Général réserve aux communes ambitieuses, et tout particulièrement à Pollestres. C’est bien connu, dans ce département, il y a ceux qui s’arrangent, et ceux qui dérangent. Selon Malraux, « seul l’esclave dit toujours oui ». Eh bien, nous avons choisi, avec les membres du Conseil Municipal, de dire Stop.

Daniel Mach, Charisme et chaleur séduisent les foules !

Daniel Mach, Charisme et chaleur séduisent les foules !

En revanche, PMCA en la personne de son Président J.Paul Alduy, est vivement remerciée : « d’abord de sa présence ici, ce soir, mais également pour la confiance qu’il me témoigne, dans les dossiers dont j’ai la responsabilité en tant que Vice-Président chargé de l’Economie, compétence communautaire vitale, pour la sauvegarde et la création d’emplois et d’entreprises, dans le département. (…) L’adhésion de Pollestres à la Communauté d’Agglomération a été bénéfique, et personne ne peut le nier. Des travaux colossaux, qui n’auraient jamais pu être réalisés sur le budget communal, ont pu l’être, grâce à la réflexion qui unit les 36 communes de l’Agglo. L’état d’esprit que nous avons su insuffler, au sein de cette Communauté d’Agglomération, a permis aux 36 maires d’apprendre à se connaître, pour construire des projets d’avenir ».

Le « show » se termine par l’évocation de la solidarité, de la fraternité, de  la générosité, du courage, de la persévérance, de l’ambition et d’encore beaucoup d’autres vertus, qui manquent selon « Dany » « cruellement à nos gouvernants et à notre président qui, s’il conduit la France comme son scooter, nous mènera, sans nul doute, dans l’impasse. Il reste encore une vertu dont je suis redevable, envers vous tous, et envers moi-même, cette vertu c’est l’honnêteté. Etre honnête, c’est vous avoir démontré chaque jour, que mon engagement pour Pollestres est réel, sincère, que ma détermination et ma motivation ne connaissent ni faille, ni faiblesse, ni usure. Et quelque-soit le sort qui me sera réservé dans l’avenir, je suis et demeurerai un Pollestrenc ». On peut voir là une évocation subliminale à un possible retour vers des responsabilités nationales, Daniel Mach n’a en effet toujours pas digéré de perdre son mandat de Député en 2007 et il paraît hautement probable qu’il se représentera en 2014 et ferraillera avec Jacques Cresta, l’actuel tenant du titre.

On le voit, le Maire de Pollestres n’a rien perdu de sa verve et, que le lecteur pardonne cet égard de langage, n’a toujours pas abandonné ce discours toujours aussi « couillu » qui est sa marque de fabrique ! Et les pollestrencs lui rendent bien, l’attachement à leur 1er Magistrat est palpable, très éloignée des habituels applaudissements de circonstance, la standing ovation de fin de cérémonie en fut l’expression la plus visible. Assez rare tout de même.

POLLESTRES d’hier et d’aujourd’hui

Une Ville de 4638 habitants en pleine mutation

C’est indéniable, Pollestres se transforme. Commune la plus demandée du département ces cinq dernières années, elle a accueilli, en 5 ans, 17% de population supplémentaire, et au 1er janvier 2014, le village compte 4638 habitants.

Au 1ér rang Jacqueline Irlès venue en voisine et J.Paul Alduy certainement réconforté par les remerciements appuyés de Daniel Mach.

Au 1ér rang Jacqueline Irlès venue en voisine et J.Paul Alduy certainement réconforté par les remerciements appuyés de Daniel Mach.

 Accroissement de la population rime avec de nombreuses transformations voulues et souhaitées par son Maire Daniel Mach, qui de mieux pour en parler que le 1er Magistrat lui-même ?

Extraits : « Quand je parle de transformation, je veux dans un premier temps, parler d’état d’esprit et d’ambiance générale. Lors de ma première prise de fonction, j’ai tout d’abord fait le triste constat, d’une commune divisée politiquement, et coupée en deux géographiquement. Il y avait, rappelez-vous, le centre ancien, d’un côté, et le quartier de la Garrigue, de l’autre. Il y avait aussi deux écoles, pilotées par deux directeurs qui ne se parlaient pas, les enfants des deux établissements ne se mélangeaient jamais. Il n’existait aucune infrastructure sportive. Un champ de friches servait en même temps de terrain de football, de terrain de rugby, et de piste d’athlétisme. Des préfabriqués jetés au milieu de nulle part, servaient de salles associatives. Les voiries étaient vétustes, et l’éclairage public faisait de notre centre ancien, un véritable coupe-gorge. La station d’épuration n’épurait rien, et la mairie était réduite à un accueil et deux bureaux. Par-dessus tout, un état d’esprit détestable y régnait, et seuls quelques bénévoles, acteurs d’associations – que je remercie encore maintenant – se démenaient pour la faire vivre.

Si, à l’époque, j’ai sollicité pour la première fois, à titre personnel, vos suffrages, c’est parce que j’avais perçu l’énorme potentiel de Pollestres. Mais pour lui donner le goût de l’ambition, il importait en premier lieu, de changer l’état d’esprit qui l’animait à l’époque, car comme le disait le philosophe chinois Confucius, « celui qui déplace des montagnes, c’est celui qui commence par enlever les petites pierres ». (…) En regroupant les deux écoles en une seule, en équipant Pollestres d’infrastructures sportives dont elle manquait, en les implantant juste en face des nouvelles écoles, les enfants, le sport et les associations, ont enfin permis aux parents, de s’approcher, de se parler, d’apprendre à se connaître, et de se fréquenter. Parallèlement, la construction de cette salle polyvalente et du complexe sportif, doté d’un terrain de football et de rugby, d’un boulodrome, et de terrains de tennis supplémentaires, ont offert aux pollestrencs des lieux de rencontres et de partage.

L’implantation géographique de la nouvelle mairie, n’a pas été le fruit du hasard non plus. Au cœur de ces urbanisations qui s’ignoraient jusque là, la maison commune a constitué une véritable charnière urbanistique. Les Pollestrencs y ont adhéré immédiatement. C’est là, que Pollestres a glissé vers l’ambition, et commencé à prendre goût à la modernité. Le challenge était clair : redonner de l’ambition à une commune transparente sur l’échiquier départemental, dont les lumières, et pas que celles, de l’éclairage public défaillant, s’éteignaient peu à peu, depuis des années.

Après avoir dirigé les investissements vers les équipements sportifs, indispensables pour moderniser Pollestres, ils ont ensuite été dirigés, vers les équipements associatifs et culturels, par l’aménagement de l’entrée de ville, composé de la maison des associations et de la porte.

Il a également fallu organiser la circulation dans le centre ancien, partir à la reconquête de son patrimoine par l’achat du Château et de la Cellère, et encourager la rénovation des façades pour retrouver l’authenticité de notre commune.

Par ailleurs, la préservation de notre village contre les risques d’inondation, n’a pas été oubliée, grâce à de très lourds travaux hydrauliques, financés par la Communauté d’Agglomération.

Une attention toute particulière a été consacrée, à la construction de la nouvelle crèche, l’Ile des Trésors. L’ancienne était devenue trop exigüe, et ne permettait plus de répondre favorablement aux demandes d’inscription croissantes, conséquences de l’appétit, pas que gourmand,  (???!!!… – NDR) d’une population en plein rajeunissement.

Implantée sur la Place des Libertés, cette structure, le personnel et les enfants qui la côtoient, ont redonné une touche de gaieté et de modernité à ce secteur qui a bénéficié de lourds travaux de réfection en termes de voirie et de réseaux d’eau et d’assainissement, mais aussi de modernisation dans le mobilier urbain, les espaces verts, et surtout dans l’éclairage public, par la technologie LED qui nous permet d’importantes économies d’énergie. Un grand lifting pour ce quartier dont les travaux s’achèveront dans les quelques semaines à venir.

Daniel Mach dresse la liste des évolutions de SA ville depuis son arrivée. Incontestable pour tous.

Daniel Mach dresse la liste des évolutions de SA ville depuis son arrivée. Incontestable pour tous.

(…) Les aînés n’ont pas manqué de bénéficier de quelques conforts supplémentaires. Depuis 2012, des ateliers « Mémoire », animés par une psychologue clinicienne, Madame Catherine PONSEILLE-SALOUM, et financés par le Centre Communal d’Action Sociale, sont proposés pour prévenir, informer et éduquer nos personnes âgées, mais aussi pour aider les familles à lutter contre l’une des maladies du siècle, Alzheimer. Lors de ces rencontres, les participants sont guidés dans des activités de stimulation cognitive, et des entraînements à la mémorisation. D’autre part, une résidence, appelée la Senyora, constituée de 24 logements adaptés aux personnes âgées et/ou handicapées, a été construite, par Roussillon Habitat, en plein cœur du centre ancien. En ce qui concerne le centre ancien, grâce à la démolition de quelques immeubles, des poches de parking ont été matérialisées et paysagées.

Dans la perspective d’agrandissement de la commune, engendré par le projet du Plateau des Vignes, qui débutera au premier semestre, il a fallu anticiper sur la capacité de la station d’épuration. 5 M€ ont été investis, avec l’aide de la Communauté d’Agglomération, pour en construire une nouvelle, capable de traiter les eaux usées de 9000 équivalents habitants, quand la précédente ne pouvait en traiter que 4500.

Le lancement de la dernière tranche de l’entrée de ville, a permis de faire naître la salle de spectacles, et les travaux du parc paysager qui l’agrémentera, ont débuté pour s’achever d’ici quelques semaines. Modulable, selon le type de manifestations qu’elle abritera, cette salle permettra d’organiser des pièces de théâtre, des spectacles, des colloques, des séminaires ou des conférences.

Le nouveau centre technique municipal, dont les travaux s’achèveront dans les semaines à venir, offrira de meilleures conditions de travail à nos employés communaux. Un entrepôt a également été construit, en extension de la salle Jordi Barre, pour permettre aux services de répondre plus efficacement, aux demandes des organisateurs de spectacles ou d’événements ». 

POLLESTRES : les regrets du Maire

Du château de Pollestres aux rythmes scolaires

Ils sont nombreux dans la foule à déplorer cette réforme coûteuse pour Pollestres !

Ils sont nombreux dans la foule à déplorer cette réforme coûteuse pour Pollestres !

Ancien Député UMP battu aux dernières Législatives par Jacques Cresta (PS), Daniel Mach n’a rien perdu de sa combativité et ne manque jamais une occasion de tacler le gouvernement. C’est de bonne guerre.

Et là, c’est cette fameuse réforme dite des « rythmes scolaires » qui est mise une fois de plus en accusation, réforme sur laquelle bon nombre d’élus, tous bords confondus, peuvent s’accorder sur le fond mais qui sur la forme laisse semble-t-il à désirer, et qui surtout n’est pas financée par ses géniteurs et pèsent gravement sur les finances Municipales, particulièrement sur les plus petites communes contraintes de faire des choix et d’annuler des projets en cours. Bernard Dupont, le Maire de Canet, affirmait de son côté lors d’un récent Conseil Municipal : « Des réformes comme ça, moi j’en fais tous les jours ! ». De son côté, le Maire de Pollestres s’en est ouvert auprès de ses concitoyens à l’occasion de la cérémonie des vœux 2014 :

« Malgré ces années actives et riches en réalisation, un seul dossier suscite mes regrets. Il s’agit de la réhabilitation du Château de Pollestres, qui doit accueillir une bibliothèque, ludothèque, médiathèque. Les plans et le financement étaient prêts, le dossier ficelé, mais nous avons été dans l’obligation de différer ce chantier.

En effet, nous avions étudié, en vous préservant d’une quelconque augmentation d’impôts, la possibilité de contracter un prêt, qui aurait représenté une annuité de 90 000 €uros.

Malheureusement, la réforme gouvernementale des rythmes scolaires, nous a obligés à changer la destination de ces 90 000 €uros, que nous avions budgétisés pour le château.

Ils serviront, désormais et par force, à assumer cette nouvelle charge, que l’on impose aux communes.

Daniel Mach s'en prend au gouvernement socialiste. Normal.

Daniel Mach s’en prend au gouvernement socialiste. Normal.

Vous le comprendrez, à l’heure d’une crise sans précédent, que nous subissons tous, citoyens, entreprises ou collectivités locales, les maires jouent un rôle primordial.

Tout d’abord, en préservant la stabilité fiscale communale et donc le pouvoir d’achat de leurs administrés, déjà mis à mal par les adeptes du matraquage fiscal, qui assomment et asphyxient des milliers de foyers français.

Mais leur rôle ne se cantonne pas qu’à cela. Par les ambitions qu’ils portent, et les chantiers qu’ils ouvrent sur leur commune, ils contribuent à maintenir l’activité économique, et par là-même, les emplois des entreprises privées.

Les travaux entrepris sur les communes, permettent d’éviter des dépôts de bilan, et beaucoup de licenciements.

Quand l’Etat démontre jour après jour, son incapacité à répondre aux enjeux de la vie quotidienne, en se désengageant des actions locales, les maires, eux, misent sur la construction et le développement« .

Communiqué de François Lietta, responsable des Jeunes POP UMP66

UN PAS EN AVANT, UN PAS EN ARRIERE

François Lietta, Responsable des jeunes UMP et co-listiers de Fernand Siré à St Laurent, dont à 30 ans il apparaît à présent comme le dauphin. Comme successeur en 2020 ? (Photo Nicolas Fabre LPJ)

François Lietta, Responsable des jeunes UMP et co-listiers de Fernand Siré à St Laurent, dont à 30 ans il apparaît à présent comme le dauphin. Comme successeur en 2020 ? (Photo Nicolas Fabre LPJ)

Le Président de la République vient de sortir un nouvel appât de son chapeau pour détourner l’attention. Face à l’échec de sa politique, face à la dégringolade de sa côte de popularité, le Président de la République tente un nouveau stratagème avec l’idée d’une fusion des régions.

Si l’idée de synergie va dans le bon sens, il faut rappeler que, dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement de Jean Marc AYRAULT a mis un terme à la réforme des élections territoriales. Cette réforme voulue par Nicolas SARKOZY prévoyait de créer des conseillers territoriaux siégeant à la région et au conseil général. Cela aurait permis de réduire le nombre d’élus, créer des synergies et réduire les dépenses publiques de fonctionnement.Au lieu de cela, le Parti Socialiste, a créé des conseillers départementaux avec deux élus par canton, entraînant plus d’élus et l’abandon des territoires ruraux au profit des villes.

De plus, le découpage cantonal est une véritable boucherie électorale afin de permettre aux majorités socialistes de se maintenir au pouvoir. Cela au mépris des territoires, au mépris des communautés de communes et sans continuité territoriale pour certains cantons. Seul compte désormais le maintien au pouvoir pour une majorité qui s’attend à des votes sanctions sans précédent.
Fort de ce constat, les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales estiment que cet engagement du Président de la République est encore un écran de fumée ! Qu’il aurait pu dès 2012 poursuivre la réforme des élections territoriales et créer une véritable synergie !  Cela aurait été la meilleure option.

Communiqué de la Préfecture des P.-O.

Élections Municipales et Communautaires des 23 et 30 mars 2013 :

Dépôts des candidatures

Élections municipales et communautaires :
Désormais, tous les candidats ou listes de candidats de toutes les communes sont soumis obligatoirement aux formalités de dépôt de candidatures.

Lieux et Dates de dépôt :

Pour le 1er tour : du lundi 17 février au jeudi 6 mars 2014:
communes du ressort de l’arrondissement de Perpignan : préfecture – Perpignan – Quai Sadi Carnot -Salle Erignac (1ère étage)  de 9h00 à 12h00 et de 13h45 à 16h30 (18h00 pour le dernier jour)
communes du ressort de l’arrondissement de Céret : sous-préfecture de Céret – 6, Bvd Simon Battle de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 16h00 (18h00 pour le dernier jour)
communes du ressort de l’arrondissement de Prades : sous-préfecture de Prades -avenue du Général de Gaulle de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30 (18h00 pour le dernier jour)

Pour le second tour : du lundi 24 mars au mardi 25 mars 2014 :
– communes du ressort de l’arrondissement de Perpignan : préfecture – Perpignan – Quai Sadi Carnot Salle Erignac (1ère étage) de 9h00 à 12h00 et de 13h45 à 16h30 (18h00 pour le dernier jour)

communes du ressort de l’arrondissement de Céret : sous-préfecture de Céret – 6, Bvd Simon Battle de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 16h00 (18h00 pour le dernier jour)
communes du ressort de l’arrondissement de Prades : sous-préfecture de Prades -avenue du Général de Gaulle de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30 (18h00 pour le dernier jour)

Il est important de préciser que plus le dépôt des candidatures sera tardif plus les éventuelles difficultés liées à ces candidatures seront difficiles à résoudre. Les candidats ou listes de candidats veilleront à déposer leur dossier dans les meilleurs délais. 

Panneaux d’affichage
L’attribution des panneaux d’affichage se fera par tirage au sort et à l’issue du dépôt des candidatures selon des modalités précisées ultérieurement à chaque liste de candidats régulièrement enregistrés dans les communes de 1 000 habitants et plus (à titre indicatif, ce tirage au sort s’effectuera, sans doute, le vendredi 7 mars à Prades et Céret et le samedi 8 mars 2014 à Perpignan).

Commissions de propagande (dans les communes de plus de 2 500 habitants)
Toutes les candidatures enregistrées pour ces élections bénéficieront, sans autre formalité et sauf demande contraire, du concours des commissions de propagande pour l’envoi des bulletins de vote et circulaires aux domiciles des électeurs.

ST LAURENT DE LA SALANQUE : Communiqué de FERNAND SIRE, candidat à sa succession

UNE ENTREE EN FORCE

IMG_1170Près de 450 personnes avaient fait le déplacement jeudi 16 janvier au foyer rural de Saint Laurent de la Salanque pour la réunion publique de Fernand SIRE, Député-Maire.

C’est son ami et ancien-associé de 20 ans, le docteur Marc MEDINA, qui lui a fait l’honneur de le présenter au public. Il a décrit Fernand SIRE comme un homme politique humaniste faisant passer l’intérêt de ses administrés avant le sien. Il le faisait déjà en tant que médecin, il a continué en tant que politique.
A ce propos, c’est Fernand SIRE qui lui a donné le goût de la politique et Marc MEDINA, après avoir été membre du conseil municipal de Torreilles, brigue, cette année, la succession de Louis CARLES.

IMG_1180 (2)Fernand SIRE a ensuite pris la parole pour expliquer les raisons qui le poussent à se représenter.
Il a exprimé la passion qu’il a pour sa ville et ses administrés, son envie de terminer les projets entamés et surtout sa volonté de toujours se battre pour faire de Saint Laurent de la Salanque une ville où il y fait bon vivre. Le tout en conservant une gestion saine et responsable de l’argent public et, à ce titre, il s’est engagé à ne pas augmenter les impôts locaux durant ce mandat, mais surtout à renoncer à son indemnité de maire au profit de la commune. Fernand SIRE est connu pour toujours privilégier l’engagement aux promesses et les actes aux belles paroles. Il a présenté une liste composée d’élus d’expérience et une équipe rajeunie, dynamique, venant d’horizons différents, ayant le sens des valeurs et prête à s’investir pour Saint Laurent de la Salanque.

Amoureux de sa ville, il veut lui consacrer toute l’énergie qu’elle mérite, avec, à ses côtés une équipe engagée, efficace, volontaire, soudée et représentative de la population laurentine.
Il a annoncés son souhait de faire de cette campagne, un débat d’idées, dans le respect de chaque candidat.

Communiqué de presse d’Alexandre MARIUS, responsable du canton de Saillagouse et responsable FNJ66 3ème circonscription

Le FN Cerdagne alerte sur l’explosion des cambriolages sur les hauts cantons

Depuis la fin de la saison estivale, les cambriolages sur la Cerdagne et le Capcir sont devenus un véritable fléau pour de nombreux habitants, commerçants et entreprises qui subissent de violent braquages.
Les derniers en date dans la nuit du 16 au 17 janvier 2014.

Dans les prochaines semaines une nouvelle campagne de distribution à l’égard de la population sera organisée. Les militants du canton de Saillagouse inonderont à nouveau les boîtes aux lettres des hauts cantons, comme ils l’ont fait lors de leur dernière information à l’attention des habitants. Le front national alerte depuis l’an dernier une recrudescence de cambriolages dans les zones urbaines et rurales.

Le Front National demande :
– Un renforcement d’effectif de la gendarmerie et de la police municipale (le racket automobiliste ne sera plus sa priorité) dans les zones rurales
– Une multiplication des patrouilles la nuit et le weekend dans les villages
– L’installation de vidéos surveillances dans les centre villes et quartiers à risques.
– L’application du code pénal.

Communiqué de l’AGAUREPS-Prométhée

L’AGAUREPS-Prométhée invité au débat d’idées à Prades 

La dureté de la crise montre plus que jamais la nécessité et l’urgence d’un projet radical de transformation sociale. Si le contenu pour lequel nous militons, fondé sur un autre partage des richesses et une alternative au système capitaliste, est assez bien connu, la question de la méthode pour y parvenir est trop souvent négligée. Elle est pourtant déterminante.

 L’AGAUREPS-Prométhée (Association pour la Gauche Républicaine et Sociale – Prométhée) en partenariat avec la Revue « Progressistes – Sciences Travail & Environnement » se proposent d’aborder collectivement la question dans une conférence / débat qui aura lieu à Prades, mardi 28 janvier, à partir de 18 heures, salle Eyt (rue San Juan de Porto Rico).

 Le débat intitulé « Quels outils pour transformer la société?  » sera introduit et animé par Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée (Association pour la Gauche Républicaine et Sociale – Prométhée) et Pierre SERRA, membre du comité de rédaction de la revue « Progressistes – Science Travail & Environnement ».

Venez contribuer au combat des idées !
Entrée libre.

Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée
Tél : 06 07 34 33 81

ST LAURENT : lancement de la campagne de FERNAND SIRE

Une liste profondément remaniée et rajeunie

Fernand Siré livre sa profession de foi et présente la liste de ses colistiers, 29 au total (Photo Michel Lefebvre).

Fernand Siré livre sa profession de foi et présente la liste de ses colistiers, 29 au total, avec à sa droite Chantal Légier et à sa gauche J.Louis Bourdarios. Dans l’ordre des futurs adjoints ? (Photo Michel Lefebvre).

C’est fait, le Député-Maire Fernand Siré a présenté sa liste « saison 2014″ aux laurentins venus très nombreux au foyer rural assister à cette cérémonie, ils étaient près de 450, assis et debout au fond de la salle. Un franc succès, d’autant que l’invitation indiquait qu’il s’agissait d’une réunion du « comité de soutien » alors qu’elle était ouverte à tous. Une coquille qui a certainement découragé certains sympathisants qui ne souhaitaient pas faire partie de ce comité. Qu’importe, ils n’auraient pas su où s’installer…

La salle est pleine, par comptage des chaises, ils sont 450 à s'être déplacés (Photo Michel Lefebvre).

La salle est pleine, par comptage des chaises, ils sont 450 à s’être déplacés (Photo Michel Lefebvre).

Une liste de 29 noms, avec 20 nouveaux, représentant tous les âges et toutes les catégories sociales, professionnelles ou culturelles, de sorte que chacun se verra confiée une délégation correspondant à sa compétence. Quelques poids lourds également, parmi lesquels, et pour ne citer qu’eux, Marcelle Janicot, Chantal Légier, J.Pierre Joué, Alain Wallart ou encore le plus que fidèle J.Louis Bourdarios. Non pas que les autres ne le soient pas, mais à cet ami là, le Maire peut presque tout demander et personne ne l’a jamais entendu exprimer publiquement le moindre désaccord avec la politique conduite par le 1er Magistrat, il réserve cela au cercle privé.

Et l’amitié, ça compte pour Fernand Siré, lui qui affirme avoir été « multi » trahi par des anciens colistiers, partis voir si l’herbe était plus verte chez l’ancien 1er Adjoint qui monte une liste contre son ancien « ami de quarante ans », avec un arrière goût de déjà vu au plan national. Et la trahison, c’est ainsi que le Maire interprète ce départ, les électeurs détestent ! Chacun a ses raisons mais pour le moment, Alain Got, il s’agit de lui, ne juge pas utile de s’exprimer dans nos colonnes et ne répond pas à nos multiples invitations. Probablement est-il certain d’être élu dès le 1er tour et juge-t-il la communication superflue, un peu à l’image de ce qu’elle fut lors du dernier mandat, ce qui est parfaitement son droit ! « Cela fait chaud au cœur car votre présence me conforte dans mes choix politiques et dans ma décision de me représenter aux prochaines échéances municipales » seront d’ailleurs les tous premiers mots d’introduction de Fernand Siré qui enchaîne, pour les nouveaux laurentins qui ne le connaîtraient pas encore, par une présentation sous forme de profession de foi :

Les sympathisants sont également debout, pas mal pour un candidat donné mort d'avance... (Photo Michel Lefebvre).

Les sympathisants sont également debout, pas mal pour un candidat donné mort d’avance… (Photo Michel Lefebvre).

« Enfant de Saint Laurent, j’y ai grandi et j’ai choisi d’y construire ma vie. Après mes études à la faculté de médecine de Montpellier, je me suis installé comme médecin généraliste à Saint Laurent de la Salanque où j’ai exercé pendant quarante ans. Je suis marié, j’ai deux grands enfants de 38 et 40 ans et deux petits-enfants de 5 et 8 ans. Voilà 25 ans que, par passion, je me suis investi dans la vie politique toujours avec la volonté d’améliorer ce qui m’entoure et de transformer positivement la vie des citoyens. J’ai fait 2 mandats d’adjoint au maire, 2 mandats de maire, 1 mandat de Conseiller Général et je suis député depuis 5 ans. Sur le plan sportif, beaucoup d’entre vous se souviennent de mon investissement en tant que Président du XIII LAURENTIN pendant de nombreuses années. Sur le plan social, je tiens à rappeler que je suis toujours Président bénévole de l’association « Vivre ensemble en Salanque », du « foyer des Mouettes » et de la maison de retraite « Val d’Agly ». J’ai gardé, de ma fonction de médecin, une grande capacité d’écoute et j’ai le projet de rassembler tous ceux qui se retrouvent dans mes valeurs. Ma candidature vient du cœur, faite de convictions et d’enthousiasme ». Et d’ajouter un peu plus tard. Ma candidature vient du cœur, faite de convictions et d’enthousiasme. (…) « Notre monde change, bouge, évolue. Que nous le voulions ou non, nous devons faire avec. Nous ne vivons plus comme il y a vingt ans. Nous ne pouvons donc plus penser notre ville comme nous le faisions par le passé. Le travail d’une équipe municipale est d’accompagner ces changements de société, d’en utiliser les bons côtés, mais aussi d’en atténuer ses conséquences néfastes. Notre rôle d’élu est de permettre à chaque habitant de trouver sa place dans la ville et d’aider les plus vulnérables d’entre nous ». Le Député Siré s’engage par ailleurs à renoncer à son indemnité de Maire au profit de la commune. Même sans cela, la règle de l’écrêtement des indemnités aurait dû être appliquée, autant le faire de bon gré et que ce soit la Commune qui en profite.

Et de conclure par une allusion ironique visant quelques belles âmes qui avaient, en toute innocence, fait courir le bruit que le Maire était malade, en clair TRES malade, ils en sont apparemment pour leurs frais : « Avant d’en terminer, je voudrais rassurer tous ceux qui s’inquiètent de ma santé… et je les en remercie. Mes soucis de 2012 sont oubliés… Parole de médecin.

Le jeune François Lietta est de l'aventure. Une première pour ce passionné de politique (Photo Nicolas Fabre LPJ).

Le jeune François Lietta est de l’aventure. Une première pour ce passionné de politique (Photo Nicolas Fabre LPJ).

Quant aux nouveaux entrants, focus sur Arlette Jullien, tout autant modeste que multi-médaillée pour son important engagement sans faille dans toutes les associations ou causes humanitaires possibles et épouse de Marcel, un autre engagement à saluer… Et pour une fois ces médailles ne sont pas en chocolat et sont très largement méritées !

Et puis le gamin, la relève, en la personne du jeune hyperactif François Lietta, en garde partagée entre Fernand Siré dont il est l’attaché parlementaire et le Maire de St Nazaire J.Claude Torrens dont il est le Directeur de Cabinet. C’est enfin une entrée dans le monde des élus en position éligible ! On estime que sur cette liste et compte tenu d’une forte opposition, seuls les 22 ou 23 premiers siègeront, au-delà ce sera du bonus !

CANET : A l’occasion de la galette UMP

Bernard Dupont entre enfin dans l’arène politique

C'est Armande Barrère, Adjointe au Maire et déléguée UMP pour la circonscription, qui joue les maîtresse de cérémonie.

C’est Armande Barrère, Adjointe au Maire et déléguée UMP pour la circonscription, qui joue les maîtresse de cérémonie.

Eh ben voilà, c’est enfin fait, le taureau est dans l’arène et c’est à l’occasion de la galette UMP qui avait lieu mercredi au foyer Moudat de Canet que Bernard Dupont a donné le top départ de sa campagne et pris des positions politiques fortes, effaçant l’extrême prudence d’un discours sans grande consistance délivré à l’occasion des vœux à la population.

Nul n’est besoin qu’une conjointe d’élu explique d’un ton supérieur que la cérémonie des vœux n’est pas l’occasion rêvée pour un discours politique qui pourrait être versé dans les comptes de campagne ou valoir une invalidation au Maire élu. Sans avoir la même intelligence, tout le monde l’avait bien compris…

Pour autant et à l’instar d’un Jean Vila de Cabestany (PC) ou d’un J.claude Torrens de St Nazaire (UMP), il n’est jamais interdit de défendre des grands principes et des idées fortes, attendus par les électeurs. Et le discours sans la moindre note de Bernard Dupont à cette réunion festive interne à l’UMP était sans ambiguïté.
En premier lieu, un soutien sans faille à la Députée européenne sortante et une liasse de lettres pré-remplies signées par les adhérents au pointage d’entrée remises à l’attachée parlementaire de l’élue, demandant une investiture pour un nouveau mandat « proche de la population et présente à plusieurs manifestations sur le thème de l’Europe notamment en direction des jeunes, et ça je l’ai énormément apprécié. Elle a su faire les efforts qu’il fallait pour représenter l’institution européenne, si elle a tout notre soutien, c’est pour ça. »

En second lieu, un discours plus politique « même si mon directeur de cabinet m’a dit « attention, on est en campagne Municipale, ça pourrait être intégré dans les comptes de campagne.. » mais il faut bien en parler, la pré-campagne est engagée ». Bernard Dupont s’était donné comme règle de ne pas s’exprimer avant le dernier Conseil Municipal de la mandature, il a eu lieu fin décembre, le top départ peut être donné. « Notre équipe est au milieu et nous sommes cernés par les extrêmes. Une liste qui cache son sigle Front National qui s’appelle « divers droite » et qui serait plutôt « divers extrêmes droites ». C’est parti pour un procès, « l’expression extrême droite » est interdite par Marine Le Pen ! (NDR). « Ils ont commencé leurs tractages, dont un sur la sécurité. Canet est traitée de « St Denis-sur-mer ». Eclats de rire dans la salle ! « Nous sommes un îlot d’insécurité ! De l’autre côté on a une liste du Front de Gauche (Nadine Pons – NDR), qui essaie de l’étendre un peu vers le centre, avec quelques socialistes qui sont en complète déroute sur la commune. J’avoue que je suis un peu perdu. Un FN qu va nous traiter d’UMPS, ça c’est garanti, et puis on a un Président qui est en train de retricoter ce qu’il a détricoté, bref ce qu’il nous propose c’est la politique de Sarkozy, c’est quand même fort ! Un Président de « gauche » qu’on a pas soutenu, il essaie de nous séduire contre ses troupes, franchement je ne sais pas comment il va s’en sortir ». De l’opportunisme pour les uns ou du pragmatisme pour les autres, probablement une simple adaptation à la situation de la part du Président Hollande, mais difficile à vivre pour l’UMP, il faut en convenir…

Une centaine de militants et sympathisants UMP pour cette galette de débuit d'année.

Une centaine de militants et sympathisants UMP pour cette galette de débuit d’année.

« On va faire une campagne non politicienne, on aura le sigle UMP et UDI et Unita Catala. J’entends ne pas mêler la politique au sens noble du terme, la gestion de la cité, avec la politique nationale qui n’a pas grand chose à y voir. Un Maire qui réussit dans son mandat obtient des soutiens autres que ceux de son parti, et si on se place sur un plan politicien on risque de se couper de ses soutiens. J’ai particulièrement apprécié les manifestations de fin d’année où on a senti de la convivialité, et si j’ai encore une réussite en cette fin de mandat, c’est celle du rassemblement. On est sortis de 2010 avec une vraie fracture au sein de la population, l’objectif était de recoudre tout ça. On a été violents dans le travail et compréhensifs dans l’adversité sans rentrer dans les chicanes politiciennes qui n’ont pas d’intérêt » Et de rappeler que sur le mandat, 77% des délibérations ont été adoptées à l’unanimité, 56% 2010, 65% en 2011, 84% en 2012 et 97% en 2013. Probablement un succès pour le Maire et son 1er Adjoint, d’ailleurs vivement applaudis par la centaine de militants ou sympathisants UMP présents dans la salle. « Mes élus, mes amis, mes collègues, je les ai tarabustés. Au début du mandat et avant chaque conseil, je les appelais un par un, pour ça il faut que tu bosses comme ci ou comme ça, à tel point que Cathy Wanschoor (Adjointe au tourisme, absente et dont les oreilles ont dû siffler – NDR) a téléphoné à Jean Serré (Adjoint à l’urbanisme – NDR) et lui a dit « non mais le Maire il me prend pour une imbécile ou quoi ? ». Ce n’est pas du tout le cas mais je tenais à ce que la force de l’action dans le travail soit démontrée à chaque séance du Conseil Municipal. Je tenais à ce que chacun connaisse ses dossiers sur le bout des doigts. Les séances ont été sereines et ont démontré la compétence de ceux qui traitaient les dossiers. A tel point que Max Tibac (présent dans la salle et ex opposition aux côtés d’Henri Valls, et qui fera selon toute probabilité partie de la future équipe – NDR) a dit a dit plusieurs fois « Je voulais poser une question mais vous y avez déjà répondu ». Ca prouve que les dossiers étaient travaillés. N’est-ce pas Pierre (Merico Adjoint au port – NDR), je t’ai bousculé hein ? On fera pareil pour la prochaine mandature. On a investi 25  M€ avec seulement 5 M€ d’emprunts ce qui est extraordinaire. Les socialistes augmentent l’impôt, nous on favorise l’investissement, on est extrêmement rigoureux sur la gestion et on utilise l’investissement comme variable d’ajustement, sans augmentation d’impôts ». Focus sur les Voiles rouges, « un équipement extrêmement apprécié, j’ai eu quelques difficultés avec mon équipe qui était contre cette opération parce que précisément ce n’était pas dans mon programme« . Voir du côté d’une élue et adhérente UDI qui n’avait pas de mot assez durs en son temps contre le Maire et son projet sans parking, faire la fête si proche du crématorium était une hérésie selon elle. « Dans la vie  il faut une stratégie mais quand des opportunités se présentent, c’est de bonne intelligence que de les saisir. S’il n’y avait pas eu les Voiles Rouges, il y aurait eu un supermarché en entrée de ville. Pour des opérations structurantes comme le port, ça demande beaucoup de réflexion et d’intelligence. C’est pour ça qu’on a monté l’opération dans une totale concertation. On a travaillé pendant quatre ans, mais rien réalisé tout simplement parce que ce n’était pas prêt. J’ai présenté le dossier au Président Bourquin qui m’a assuré que, compte tenu de l’importance du projet, il viendrait nous aider. Tout ça c’est guidé par le concept de gommer l’idée de la station balnéaire pour la remplacer par le concept de ville touristique, qui concentre une population suffisante pour lui offrir des  services nouveaux. Bon, j’en ai trop dit Monsieur le directeur de cabinet, vous allez me le reprocher, ça c’est certain » conclut Bernard Dupont. Eh non, en période d’élections il faut communiquer, beaucoup communiquer, et la politique n’est pas un tabou, c’est même le principe des élections ! La frilosité et l’extrême prudence c’est l’affaire des fonctionnaires, pas des politiques, surtout pour un futur Député…

Cet article a été vu 6831497 fois

Communiqué de François Lietta, Président des Jeunes Populaires 66

ENCORE TROIS ANS ET DEMI !

François Lietta, ici aux côtés du Député Siré (UMP) et de la Conseillère Générale Mauricette Fabre (PR), respectivement candidats aux mairies de St Laurent et d'Alenya.

François Lietta, ici aux côtés du Député Siré (UMP) et de la Conseillère Générale Mauricette Fabre (PR), respectivement candidats aux mairies de St Laurent et d’Alenya.

Au cours de sa conférence de presse, le Président a donné le sentiment de vouloir noyer le poisson de ses problèmes personnels sous un déluge d’annonces plus ou moins contradictoires.

Ainsi, François Hollande a-t-il multiplié les renvois à des comités, conseils, observatoires ou conférences, alors qu’il promettait dans le même temps à longueur de conférence de presse la simplification.

De même, François Hollande s’est-il gargarisé d’avoir enfin compris qu’il fallait baisser la dépense publique et a annoncé 50 milliards d’économies, mais a été incapable de préciser comment, allant même jusqu’à annoncer de nouvelles dépenses avec la mise en place de 50.000 emplois aidés supplémentaires.

Plus fort, François Hollande a annoncé la fin des cotisations familiales pour 2017, soit 30 à 35 milliards sans même prévoir la manière de les financer, alors que l’une des premières mesures de son quinquennat a été d’abroger la loi votée sous Nicolas Sarkozy qui avait mis en place cette mesure en la finançant par la TVA anti-délocalisation.

Concernant la jeunesse, rappelez vous la promesse : « Moi, Président je serai jugé sur la situation des jeunes pendant mon mandat« .

Cette promesse qui résonne encore aux oreilles des jeunes français comme une grave trahison, a encore donné lieu à une nouvelle dérobade de François Hollande.

La question lui a été posée clairement : pourquoi les jeunes français sont tellement désespérés de leur situation qu’ils émigrent massivement ?

Sa réponse était encore une fois de mettre la poussière sous le tapis en se retranchant derrière les emplois d’avenir ou les contrats de génération, des gouttes d’eau coûteuses dans l’océan du chômage des jeunes.

Plus généralement, la politique du gouvernement est plus que jamais impopulaire ? Ses fondements sont plus que jamais rejetés et ses résultats plus que jamais calamiteux ? Mais nous sommes pourtant bel et bien à quelques semaines des élections municipales ! Qu’à cela ne tienne ! A défaut de changer vraiment de politique, annonçons-le ! A défaut d’avoir vraiment compris que les français en ont marre, faisons semblant…

La politique socialiste bat des records de chômage, d’impôts et de délinquance jamais atteints ? Justement, parlons de politique de l’offre et de « pacte de responsabilité », bref, de tout ce qui est aux antipodes de la politique suivie par la gauche au pouvoir !

François Hollande se moque une fois de plus des français en racontant une nouvelle fable afin de gagner du temps et de limiter la casse aux municipales ? Assurément !

Si pour François Hollande, les Municipales valent bien quelques mensonges de plus, ces mêmes municipales seront pour les français l’occasion de sanctionner 18 mois d’échec qu’ils ne veulent pas voir de prolonger localement dans les six années à venir !

St Nazaire : les vœux 2014 du Maire à ses concitoyens

La plus grande richesse de la Commune, c’est vous !

Campagne Municipale oblige, un discours très prudent sans références aux projets mais n'occultant pas une part de son bilan.

Campagne Municipale oblige, un discours très prudent sans références aux projets mais n’occultant pas une part de son bilan.

« Je voudrais terminer ces vœux en parlant de ce qui fait la richesse d’une commune. Je ne vais pas parler de budget ni d’argent. Je ne vais pas parler non plus d’investissements ni de réalisations.

 Non,  La plus grande richesse de la commune c’est vous…

Vous tous… Avec vos diversités, qui faites de cette ville cosmopolite une ville accueillante, humaine, chaleureuse, conviviale et solidaire.
 Alors, posons-nous la question…

Que serait Saint-Nazaire sans ses agriculteurs ?
Sûrement pas cette belle ville authentique bâtie, sur son promontoire, entourée de vignes, de vergers et de cultures maraîchères.

Que serait Saint-Nazaire sans ses éleveurs ?
Sûrement pas cette magnifique ville nature, bordée de prairies, se reflétant sur l’étang, qui lui confère un environnement exceptionnel.

Que serait Saint-Nazaire sans ses artisans, commerçants, professions libérales ?
Sûrement pas une ville attractive pour toutes les générations qui y trouvent tous les services dont elles ont besoin.

Que serait Saint-Nazaire sans tous les bénévoles qui s’investissent tout au long de l’année ?
Sûrement t pas cette ville associative, sportive ou chacun peut trouver l’activité qui lui convient et s’épanouir, ou se tissent des liens d’amitiés et ou se développe le lien social.

Que serait Saint-Nazaire sans vous tous ?
Vous qui au gré des manifestations, et elles sont nombreuses, faites vivre ce village, lui donnez du corps, lui donnez une âme, lui donnez de la vie.

Je veux dire, aux nouveaux habitants, qui sont parmi nous ce soir, qui ont choisi Saint-Nazaire comme ville d’accueil, que vous avez fait le bon choix parce que vous bénéficiez de toute cette richesse et de cette diversité, que nous sommes heureux de vous accueillir, que nous sommes prêts à faciliter votre intégration.
Pour qu’une ville vive, qu’elle soit belle, attractive, il faut multiplier les points et les occasions de rencontre. Il faut des animations, il faut des commerces, il faut des services, il faut de l’activité économique, il faut un territoire, il faut un environnement, il faut des paysages.
Il faut tout cela, mais je vous le dis et j’y crois fermement, la plus grande richesse de notre ville c’est vous… car c’est vous qui faites battre le cœur de Saint-Nazaire !

Nous avons des atouts importants que nous devons développer. Le développement est signe de prospérité, de vie, de services. Il est compatible avec la qualité de vie, la solidarité, le respect de l’environnement, le respect de l’identité de notre village.
Nous avons toujours respecté les équilibres car nous aimons SAINT-NAZAIRE. Nous sommes tournés vers l’avenir mais nous sommes profondément enracinés dans cette terre.

Dans quelques semaines, ce mandat sera terminé. Au terme de cette mandature, je veux remercier l’ensemble du conseil municipal qui m’a accompagné tout au long de ces années. Ils ont été présents à mes côtés, ils ont été fidèles, ils m’ont soutenu, encouragé, conseillé, épaulé et quelquefois (certains diront souvent) supporté. Ils ont laissé de côté leur vie familiale. Grâce à cette équipe, à leur soutien, à leur implication, j’ai pu suivre le chemin que nous avions tracé pour la commune. Ils ont pris cette fonction à cœur, sans ménager leur peine, sans attendre de reconnaissance, toujours soucieux de l’intérêt général.

Je leur dis un grand merci pour le travail accompli. Ils auront partagé avec moi la passion pour ce village et contribué à son essor.
Je veux également remercier l’ensemble du personnel communal. Le travail qu’ils accomplissent tout au long de l’année est immense et souvent obscur.
Il ne se voit pas toujours, n’est pas toujours reconnu à sa juste valeur, mais cette équipe que j’ai eu l’honneur de diriger a su répondre à nos demandes et à vos attentes.
Ils ont assuré au quotidien le fonctionnement de la commune dans les domaines techniques, administratifs, scolaires. Ils ont fait preuve de polyvalence et d’adaptation. Ils montrent qu’ils aiment leur commune, qu’ils aiment leur travail, qu’ils sont disponibles et combien ils sont attachés à cette commune.

L’engagement public est passionnant. Je connais le sacrifice que demande cet engagement au service des autres et j’ai un profond respect pour celles et ceux qui font le choix de donner sans rien attendre en retour. J’ai parlé des élus et des employés municipaux mais il y a aussi les bénévoles, les responsables associatifs, les parents d’élèves, les enseignants, les délégués de quartier.
Ils sauront se reconnaître dans ces mots de Jean-Jacques ROUSSEAU :
« Il n’y a pas de véritable action sans volonté »

La prochaine mandature sera riche de défis, que l’équipe municipale sortie des urnes, devra relever pour le seul et unique intérêt de la commune.
Antoine de Saint-Exupéry disait :
« Etre homme, c’est précisément être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde. »

Si nous n’avons pas l’ambition de bâtir le monde ayons au moins celui de bâtir une ville à échelle humaine, rayonnante, solidaire, respectueuse des hommes et des femmes qui y vivent et des territoires qui la composent ».

Relâchement et instants de détente pour le Maire entouré de Fernand Siré et des deux épouses.Le repos du guerrier !

Relâchement et instants de détente pour le Maire entouré de Fernand Siré et des deux épouses.Le repos du guerrier !


 

St Nazaire : l’heure du bilan

Une année riche en réalisations :

850 000 € HT en travaux divers :
– Le renouvellement des jeux dans les jardins publics.
– La réfection des allées du cimetière.
– Le sol de la halle aux sports (protégé).
– L’aménagement du parking et de l’entrée des écoles.
– Les stationnements à la chapelle.
– La construction d’un bâtiment de 235 m² sur l’espace du bicentenaire.
– L’aménagement d’un pôle artistique au stade.
– Les parkings du tennis. La création des jardins familiaux.
– La mise en esthétique de l’avenue de Paris.
– Le réaménagement du chemin de Saleilles (PMCA).
– Divers travaux de voirie.
– Sans oublier les 2 réalisations en cours, emblématiques de cette année 2013, qui se termineront dans quelques semaines qui vont complètement modifier la perspective du cœur de ville et son attrait : l’aménagement du foyer rural et la construction du bistrot de pays.
– Sans oublier non plus l’aménagement de la 1ère tranche de la ZAC, espérée par tous qui attendaient que des terrains à bâtir soient disponibles sur la commune…

C'est le Directeur Général des Services, Frédéric Juanola, qui livre l'essentiel des informations chiffrées et remercie largement ses services pour leur dévouement.

C’est le Directeur Général des Services, Frédéric Juanola, qui livre l’essentiel des informations chiffrées et remercie largement ses services pour leur dévouement.

Et tout ceci, précise J.Claude Torrens « je le dis haut et fort sans aucune augmentation des taux communaux des taxes locales. Je vous invite, encore une fois, à regarder vos feuilles d’impôts ». Pour le Maire, « Cette opération est exceptionnelle pour la commune à plusieurs titres : Exceptionnelle par la qualité de la réalisation en cours. Exceptionnelle pour les finances de la commune qui a déjà encaissé 3 315 000 € sur son budget, soit plus d’une année budgétaire. Exceptionnelle aussi par les participations versées par l’aménageur – 800 000 € pour la requalification de l’avenue d’Alénya, 400 000 € pour l’agrandissement du groupe scolaire dont j’ai parlé tout à l’heure et 600 000 € environ liés à la future vente des parcelles communales. Si je mets bout à bout ces recettes ce sont plus de 5 M€ de retombées directes pour la commune, soit 2 fois son budget communal. Inutile de vous dire que nous saurons comment bien utiliser cet argent dans l’intérêt général et dans la même dynamique fiscale que nous avons menée jusqu’à aujourd’hui. 

En parallèle de tous ces travaux, nous avons également travaillé, en 2013, sur l’accueil des enfants. Tout d’abord en municipalisant le service enfance et jeunesse, et les résultats de l’enquête de satisfaction montrent que nous avons fait le bon choix. Cette municipalisation, nous permet de préparer de façon optimale le fonctionnement des centres de loisirs et la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.

Je le dis, nous ne sommes pas satisfaits de la manière dont la réforme des rythmes scolaires nous a été imposée, sans concertation préalable avec les communes. Sans entrer dans le détail, cette réforme induira un coût supplémentaire pour la collectivité avec une aide minime de l’Etat sans aucune certitude de pérennisation de cette aide et, plus grave, sans être sûrs qu’elle sera bénéfique pour les enfants.

Néanmoins, nous menons un véritable travail de concertation avec l’équipe enseignante et les représentants des parents d’élèves pour préparer au mieux la rentrée prochaine ».

St Nazaire : les vœux 2014 du Maire à ses concitoyens

Un temps fort toujours attendu par les nazairiens

Concentration maximale de Jean-Claude Torrens qui écoute attentivement le discours de son DGS, entouré des maires des communes voisines et du Député Fernand Siré.

Concentration maximale de Jean-Claude Torrens qui écoute attentivement le discours de son DGS, entouré des maires des communes voisines et du Député Fernand Siré.

Une vie de village se rythme aussi par les temps forts qui ponctuent l’année, la cérémonie des voeux est incontestablement un de ceux là, la population aime s’y retrouver pour tout simplement faire la fête. Près de 800 personnes ont assisté à la première partie de la cérémonie, 450 sont restées dîner, dansant jusqu’à « pas d’heure ». Sans parler des nombreuses personnalités venues des communes voisines, Perpignan, Saleilles, St Hippolyte ou encore St Laurent de la Salanque en la personne de son Député-Maire Fernand Siré.

Sans aucun doute pour éviter que le Maire ne puisse être accusé de faire campagne en présentant lui-même le bilan de l’année, la cérémonie est introduite par Frédéric Juanola le Directeur Général des Services qui tient à remercier toute l’équipe Municipale, élus et personnels techniques, et à leur témoigner sa reconnaissance et son amitié. Et de délivrer quelques chiffres :
« St Nazaire, ce sont 2516 habitants au sens de l’INSEE répartis sur un territoire de 1000 Hectares, un budget annuel qui avoisine les 3 M€, mais aussi 30 employés municipaux statutaires, 5 emplois aidés tous affectés sur 4 services : le Service Technique, celui des écoles et entretien des bâtiments, celui de l’Enfance-Jeunesse et enfin le Service Administratif.
Avec bon nombre de projets réalisés en 6 ans avec une moyenne d’investissements de 650.000 €/an pour le seul budget. Et de souligner « que tout cela n’a été possible que grâce à une gestion rigoureuse des deniers publics, mais aussi grâce au soutien financier constant et fort appréciable de la communauté d’agglomération « Perpignan Méditerranée » qui fut maître d’ouvrage de nombreux   projets communaux structurants (la voie de contournement, les voiries d’intérêt communautaires comme l’avenue de Cabestany, le renouvellement des réseaux d’eau potable et d’assainissement, etc…). Un grand merci à « Perpignan Méditerranée », à son président, à ses services, toujours prêts à nous appuyer et très attentifs à nos demandes ». Et de souhaiter « une proximité accrue qui soit ressentie comme telle par les administrés, la commune étant, plus que jamais avec l’acte III de la décentralisation, positionnée comme l’échelon de proximité. Cette proximité, il faudra l’illustrer notamment par notre réactivité, notre capacité à répondre à vos doléances, dans la mesure du possible bien sûr, par notre écoute : nos services sont à votre disposition, les agents communaux sont là pour vous, ils sont à votre service ! ».

Voilà un discours politique, il reste peu de choses à dire pour J.Claude Torrens qui vit cette cérémonie comme « un moment d’émotion, un moment de sincérité, un moment de vérité, un moment de solitude aussi ou, pendant de longues heures, je cherche les mots qui feront que cette cérémonie sera unique, qu’elle vous touchera, qu’elle vous donnera les clés pour comprendre l’action municipale. Mais aussi, et surtout, un moment de partage et de convivialité ».
Un J.Claude Torrens qui ne résiste toutefois pas à mettre fin à un insoutenable suspens pour les nazairiens et à leur livrer ce scoop en exclusivité :

« Je serai candidat à l’élection municipale des 23 et 30 mars prochain ! » 

« Mais ne vous y trompez pas. Je serai candidat, mais avant tout, je serai le Maire de cette commune jusqu’au dernier jour de ce mandat parce que c’est pour assumer cette fonction pour laquelle vous m’avez élu, et il y a des dossiers qui ne peuvent attendre si nous voulons qu’ils soient opérationnels dans les délais. Je veux parler de l’agrandissement du groupe scolaire, dont le permis de construire doit être déposé avant fin mars si nous voulons qu’il soit prêt à accueillir les enfants pour la rentrée 2015. Je veux parler aussi de l’aménagement du giratoire Nord par l’Agglo. PMCA à l’entrée de la commune dont les travaux débuteront au mois de janvier pour une durée de 5 mois ».

La salle est plus que pleine, la soirée fait recette !

La salle est plus que pleine, la soirée fait recette !

Des vœux qui feront sans doute du bruit dans le village !
Et même bien au-delà le soir de la cérémonie, le niveau de la sono était tellement élevé que les convives devaient hurler pour discuter avec leurs voisins de table pendant tout le repas, au point que bon nombre est reparti avec une extinction de voix, dont… votre serviteur !
Insupportable ! Un point faible à corriger impérativement…, d’autant qu’il n’est pas indispensable d’empêcher de dormir les habitants des communes voisines, Monsieur le Conseiller Général, pensez au repos de vos électeurs !

CANET : élections Municipales de 2014

Une femme élue Maire de Canet !

Parents et amis ont fait le déplacement pour assister à cette élection

Parents et amis ont fait le déplacement pour assister à cette élection

C’est fait, depuis le 13 janvier 18h, c’est une femme qui est élue Maire de Canet.
Ou plutôt une toute jeune fille de 11 ans, Anna-Marie Tincu, elle préside désormais le Conseil Municipal des Enfants et des Jeunes (CMEJ), après une élection comme il se doit à bulletins secrets, élue avec 10 voix sur 26 et succède à Marion Lopez-Sedano.

A l’évidence le meilleur choix, celle qui dans sa profession de foi avait de vraies orientations, d’ailleurs écologiques, et qui surtout visait l’intérêt général, tandis que ses concurrents ne se préoccupaient pour la plupart que de l’intérêt particulier, le leur ou celui de leur classe : une planche à roulette, un voyage ou autre avantage matériel. D’autres encore avaient des projets suréalistes, que même les plus grandes collectivités seraient bien en peine de mettre en place. Un échantillon modèle réduit des candidats adultes en somme !

Le directeur de la Maison des Jeunes, Thierry Salord, explique à tous le déroulement de l'élection

Le directeur de la Maison des Jeunes, Thierry Salord, explique à tous le déroulement de l’élection

Mais attention Madame le Maire, le plus difficile et surtout le plus pénible ne sera pas de gérer les affaires de votre commune et de rendre services à vos administrés mais bien, comme toujours et à l’instar des Conseils Municipaux des « grands », de gérer les ressources humaines et plus particulièrement les membres de votre Conseil. Comme ailleurs, vous devrez faire avec quelques égos surdimensionnés, quelques ronchons d’un autre temps qui peinent à appliquer vos décisions ou encore ces piplettes qui gâchent leur intelligence et abusent de la brosse à reluire dans l’espoir que vous les « nommiez » adjointe ! N’oubliez jamais que la gestion humaine représente 90% des difficultés de gestion d’une entreprise et d’une collectivité, faites avec et prenez garde aux fourberies de ces « amis », qui pour la plupart vous lâcheront dès que vous quitterez le Conseil !

Armande Barrère, Maire-Adjointe à la Jeunesse, recueille les professions de fois des candidats

Armande Barrère, Maire-Adjointe à la Jeunesse, recueille les professions de fois des candidats

Bon courage à vous, vous représentez tous les élèves de Mermoz et de Pierre et Marie Curie, ne promettez que ce que vous savez pouvoir tenir, soyez intègre et irréprochable, en un mot ne les décevez pas !

Les élus de l’école Jean Mermoz :
Manon De Schryder, Rémi Mullot, Yann Sertou, Kylian Morineau, Elliot Burges, Alexis Cantrel, Doriana Tournois, Lucas Heral, Saskia Ewell, Angela Moreau et Yanis Hamani.

Armande Barrère et Thierry Salord procèdent au dépouillement

Armande Barrère et Thierry Salord procèdent au dépouillement

Les élus de l’école Pierre et Marie Curie :
Samantha Vanraes, Anna-Marie Tincu, Tania Pecchia, Axel Derail, Nathan Pouchain, Morgane Trotin, Océane Castan,  Ambre Cecchinato, Tess Roman, Mathis Arcega, Yasmine Benhij, Laurie Martinez, Ambre Colleu, Margot Lassere, Thomas Aulet, Ilana Allouche, Tanguy Goubet, Marina Tressens et Batiste Manguy.

Soit 30 élus sur les deux écoles

 26 candidats âgés de 9 à 10 ans étaient présents pour l’élection du maire du CMEJ.
9 candidats au poste de Maire :   Samantha Vanraes,  Anna-Marie Tincu , Tanguy Goubet, Batiste Tanguy, Laurie Martinez, Morgane trtin, Elliot Burges et Luca Heral.

Le Maire Anna-Marie Tincu, le 1er et le 2ème Adjoint Baptiste Manguy et Samantha Vanraes

Le Maire Anna-Marie Tincu, le 1er et le 2ème Adjoint Baptiste Manguy et Samantha Vanraes

Après 2 tours de vote :
Anna-Marie Tincu a été élue Maire avec 10 voix,
Baptiste Manguy, 1er Adjoint avec 9 voix
Samantha Vanraes , 2ème Adjointe avec 6 voix.
Tous les trois sont scolarisés à l’école Pierre et Marie.

L’équipe à la tête du CMEJ  pour le mandat 2014/2015 succède à Marion Lopez-Sedano, Maire , Léa Rioux, premier adjoint et Hugo Guillem deuxième Adjoint.

Le Maire "des grands", Bernard Dupont, remet l'écharpe tricolore à Anna-Marie Tincu ainsi qu'à ses deux Adjoints

Le Maire « des grands », Bernard Dupont, remet l’écharpe tricolore à Anna-Marie Tincu ainsi qu’à ses deux Adjoints

Laurie Martinez et Morgane Trotin de l’école Pierre et Marie Curie et Alexis Cantrel de l’école Jean Mermoz sont les suppléants de cette équipe.

Tous les conseillers ont ensuite procédé au choix et à leur inscription au sein des 4 commissions du CMEJ : Commission Culture, patrimoine et environnement, Commission Europe, Commission Solidarité et Commission loisirs.

Premier rendez vous mardi 21 janvier à 17h à la MDJ pour les conseillers de la Commission Culture, Patrimoine et Environnement.

Maire, Adjoints et parents posent fièrement aux côtés de Bernrd Dupont

Maire, Adjoints et parents posent fièrement aux côtés de Bernrd Dupont

Des vœux très appréciés et écoutés comme toutes les années

Vœux 2014 de Michel Montagne à la population de St Hippolyte 

« L’homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d’un plus grand nombre d’autres », disait Denis DIDEROT.
En effet, cette pensée doit toujours guider l’action de l’homme politique. »

Un maire bien entouré.

Un maire bien entouré.

C’est avec ces mots, que le maire Michel Montagne, entouré d’une partie des élus et des jeunes du conseil municipal des enfants, a débuté ses vœux 2014

En raison des élections prochaines, dont le premier tour est fixé au dimanche 23 mars, il n’a pas tenu à présenter le bilan de ce mandat, en préférant aller directement aux principales réalisations de l’année écoulée.

L’espace du docteur Gaston Banet a été inauguré, il est dédié au Point Jeunes, avec 180 inscrits sur la structure, et à diverses associations locales.

Le maire profite pour rappeler qu’il a ainsi honoré les engagements qu’il avait pris vis-à-vis du monde associatif  bénévole, en proposant à certaines associations des locaux modernes, fonctionnels, adaptés à leurs besoins spécifiques.

Beaucoup d’applaudissements de la part des invités et du public.

Beaucoup d’applaudissements de la part des invités et du public.

Il a tenu aussi à insister sur la vie rythmée par la dynamique associative, et         d’annoncer que la commune en compte 32 à ce jour.

Elles disposeront d’ailleurs bientôt d’un grand espace extérieur, qui sera également disponible à tous les hippolytains sur réservation.

En effet, l’aire de loisirs est en cours de réalisation. Elle devrait être opérationnelle bien avant la fin du premier trimestre 2014.

Dans ses propos, Michel Montagne, souligne les efforts mis en œuvre, avec la « complicité » et la collaboration de PMCA, pour la création de chantier comme le Boulevard de la marine et la rénovation de d’autres voiries (voir les articles spécifiques).

On peut retenir des mots clés comme la qualité de vie, le bien être, mais aussi la sécurité avec la création sous l’impulsion de certains résidents, d’une charte « quartier tranquille » qui permettra à moyen terme, grâce aux efforts communs entre la gendarmerie de St Laurent et le préfet, une autre manière de surveiller les quartiers.

Les bénévoles « référents » du secteur pourront transmettre en temps réel les informations collectées au garde champêtre et à l’adjoint délégué, afin de prendre des mesures très rapidement.

Une salle bien remplie

Une salle bien remplie

Depuis juillet 2006, St Hippolyte fait partie des 36 communes de l’agglomération de Perpignan Méditerranée en bénéficient des compétences et du savoir-faire pour tous les secteurs, celles-ci ne cessant de croître.

Le maire a souligné aussi que pour les années 2012 et 2013, la ville suite aux comportements citoyens de ses habitants, avait réussi à faire baisser la taxe des ordures ménagères de 6%.

2014, sera avec les différentes hausses, dont la TVA, une année où la vigilance sur le tri des déchets devra être encore plus forte, afin de maîtriser les coûts de fin  d’année.

On notera que suite au diagnostic réalisé, quatre axes ont été privilégiés pour l’Agenda 21 :
– Préserver et mieux connaître la biodiversité des zones humides,
– Consommer responsable,- Se déplacer autrement,
– Développer le tourisme durable.

Une fois la stratégie finalisée, elle sera présentée aux hippolytains, dans un livre blanc, en début d’année, afin d’y recevoir les réflexions de la population.

Mais il y a d’autres défis à relever :
La station d’épuration, les écoles, la préservation et la mise en valeur du patrimoine culturel et naturel, le maintien du lien social entre les générations, encourager l’accueil de la petite enfance.

Tout cela, suivant une ligne de « conduite » chère à Michel Montagne, en veillant à ne pas faire peser davantage encore, l’effort financier des ménages.

Il n’a pas été non plus ignoré une histoire délirante, avec comme fond, les causes des « délais administratifs » lisez cette histoire, qui pourrait porter à rire, mais qui est grave.

Un village qui a dépassé le cap des 2500 habitants, est à ce jour SANS pharmacie.

Par le jeu, des estimations de l’INSEE, qui a un « gros » décalage de dossiers administratifs, vis-à-vis des besoins de la réalité, on est dans le fond du sujet,

Imaginez un « village » où on attribue des subventions d’aménagements de l’urbanisme, pour qu’une population vive dans un milieu agréable et positif, cette même ville se trouve sans pharmacie.

Un comble de la folie administrative, qui ne fait plus, sous des raisons d’articles, la différence entre le besoin urgent (justifié) et les autres besoins qui pourraient attendre.

Tout le monde, (disons tout le monde devrait le savoir) un village, une ville, une bourgade, ne vit que de ses commerces, son médecin, associé à une pharmacie et d’autres différents commerces proches des besoins prioritaires de la population.

Alors, une « pensée », le Père Noël est peut- être encore en panne à St Hippolyte, que les projets déposés à l’Agence Régionale de la Santé, qui est chargée de faire le choix, retrouve le stylo « magique », le sorte enfin, pour une signature positive du dossier.

Si la population augmente d’année en année, il faut que ce village reste malgré tout un village, mais avec le confort des villes voisines.

Des vœux encore réussis, de Michel Montagne, à qui on peut souhaiter beaucoup de belles choses, pour un avenir proche.

St Nazaire : Cérémonie des vœux 2014

Une invitation pas banale !

La carte de vœux adressée à tous les habitants de St Nazaire par leur Maire n’était déjà pas banale, pour ce qui est de l’invitation à la cérémonie de présentation de ces vœux, il faut admettre que cette année la Ville a fait preuve d’imagination en sortant des sentiers battus et qu’un petit génie bouillonnant d’idées est passé par là ! A quoi servent ces sempiternelles cartes de vœux vues et revues sur papier glacé, certes travaillées avec beaucoup de soin mais qui reviennent fort cher aux Municipalités, alors qu’il ne s’agit que d’avoir un peu d’imagination pour surprendre ! Pari gagné pour ces vœux 2014, un record d’affluence avec près de 800 personnes pour y assister et 450 repas servis ! Bravo à François Lietta, l’hyperactif Directeur de Cabinet de J.Claude Torrens, puisqu’il s’agit de lui… A souhaiter que les communes du Département fassent preuve de la même imagination l’an prochain, le défi est à relever, qui fera mieux ?

A l’instar de toutes les Villes ou villages importants du Département, point de vœux sans un film retraçant les réalisations ou évènements de l’année, des voiries refaites aux fêtes de quartier ou du village, tout y passe. Sans grand moyens pour ce village de tout de même 2516 habitants direz-vous ? Certes sans grand moyens, mais c’était compter sans le même Directeur de Cabinet qui a pris la chose en main et réalisé lui-même ce film à la qualité digne d’un professionnel !

François Lietta, Président des jeunes POP UMP66, ici avec Rolande Siré, l'épouse du Député de la 2ème circonscription.

François Lietta, Président des jeunes POP UMP66, ici avec Rolande Siré, l’épouse du Député de la 2ème circonscription.

Bien des Ministres ou Parlementaires sont passés par la case « Directeur de Cabinet » ou « Attaché Parlementaire ». L’homme du jour placé en garde alternée entre J.Claude Torrens et Fernand Siré est un peu des deux, et, François Calvet annonçant en petit comité qu’il exerce là son dernier mandat, une place au Sénat se libérera en 2017… Un Sénateur de moins de 40 ans, une belle vitrine pour le Département qui verrait là un autre moyen de se distinguer que par son taux de chômage record ou par la moyenne fort basse de son revenu par habitant, inversement proportionnelle à cette inflation de zones commerciales en construction partout où c’est possible, annonçant des friches à venir !

Une bonne idée qui pourrait faire son chemin du côté de l’UMP ! Chiche ?

 

 

 

 

 

Voeux de Louis Aliot à tous les perpignanais

Pour un grand changement !

Un louis Aliot calme mais combatif pour présenter ses voeux mais surtout donner le signal officiel de l'ouverture de sa campagne.

Un louis Aliot calme mais combatif pour présenter ses voeux mais surtout donner le signal officiel de l’ouverture de sa campagne.

Tradition ou corvée nationale, c’est selon, mais du côté de Louis Aliot, le leader de la liste « Perpignan Ensemble » qui espère ravir le fauteuil de Maire à J.Marc Pujol en mars prochain, une occasion rêvée de lancer cette campagne qui s’annonce rude mais aussi probablement productive en terme de sièges ou de villes gagnées au plan national.
« Une bonne année à tous nos compatriotes perpignanais, quelles que soient par ailleurs leurs origines, leurs professions ou leurs conditions sociales » sont les premiers mots de Louis Aliot, qui, à l’instar de tous les dirigeants nationaux, semble vouloir insister sur cette volonté d’apparaître comme un parti ouvert à tous, sans la moindre discrimination. Des vœux pour « un changement, un grand changement démocratique qui voie se mettre en place une nouvelle équipe, de nouvelles pratiques, une nouvelle politique. Loin des petits calculs des uns et des autres, des ralliements de circonstance et des projets qui sortent des cartons comme des magiciens sortent des lapins de leurs chapeaux ». Quant aux employés de la Ville, le Vice-Président du FN leur demande « de ne pas prêter attention aux tentatives de déstabilisation et aux pressions » dont ils seraient parfois les victimes par rapport à leurs opinions politiques. Louis Aliot promet que « son retour se fera dans le dialogue et le respect de tous, avec une récompense au mérite et non par affinité de je ne sais quel clan qui exerce son influence au cabinet et quelques élus autour du Maire ». Là, c’est bien Michel Sitja, le dir’cab de J.Marc Pujol, qui est explicitement visé ! « Nous ne sommes ni le Parti Socialiste ni des alduistes pour pratiquer une chasse aux sorcières d’un autre temps qui n’honorent pas les gens qui les pratiquent encore au quotidien » ajoute-t-il dans une attaque plus frontale. Tout en formant des vœux « pour que cette campagne ne ressemble pas à une foire d’empoigne en se jetant des noms d’oiseau, pour tenter de détourner le débat et d’un bilan Municipal que nous devrons faire, celui du système Alduy tant dans son aspect humain qu’économique et social ». Le leader frontiste entend quant à lui « mettre l’accent sur des projets, sur des thématiques toujours éludées par le Maire actuel ». En ligne de mire la sécurité, « l’insalubrité qui continue », la culture, l’environnement, l’urbanisme, et le développement économique qui seront au cœur des débats de campagne dans « l’écoute et la discussion ». Probablement d’ailleurs pas seulement par le FN, avec chacun ses recettes.

Autre attaque frontale contre la Municipalité, l’attribution des logement sociaux « la commune n’est pas très exemplaire », le FN entend mettre en place la transparence en rendant public les dossiers de ces attributions, « manifestement, en la matière il y a aussi quelques problèmes avec des commissions fermées, tout le monde y gagnerait à rendre la liste publique » ajoute son leader. Autre reproche, l’absence de commissions thématiques au sein du Conseil Municipal, avec à la même table des élus de la majorité et de l’opposition sur des sujets qui engagent les finances de la Ville. Le Théâtre de l’Archipel est explicitement visé avec des « coûts » qualifiés « d’exorbitants ». Jacques Cresta n’est pas oublié, « il devra répondre du bilan de Monsieur Hollande, tout comme Monsieur Pujol devra répondre de celui de Monsieur Alduy, dont il est un acteur majeur. Certes il est non élu mais il a été mis en place par Monsieur Alduy et nous pourrons discuter des comptes de la communes, mais aussi des comptes de l’Agglo. et de la manière dont elle est gérée, puisque manifestement il y a matière à discussion.

Une trentaine de militants assistait à cette cérémonie de voeux sous forme de conférence de presse.

Une trentaine de militants assistait à cette cérémonie de voeux sous forme de conférence de presse.

Quant à la liste elle-même, elle n’est pas close et elle sera présentée fin janvier, mais il ne semble pas question pour Louis Aliot de récupérer des exclus de la liste sortante de J.Marc Pujol.

On le voit Louis Aliot est combatif, il est vrai que sa qualité de Vice-Président du parti et son « statut » de compagne de Marine le Pen feront qu’il sera une des personnalités très observées au soir du jour « J ».

Que sortira-t-il des urnes à Perpignan, c’est encore trop tôt pour le dire, même si J.Marc Pujol, qui semble ouvrir sa liste au plus large en général et sur sa gauche en particulier, avec un adversaire direct (M. Amiel) et vers le MoDem qui a appelé à voter François Hollande au second tour de la présidentielle, pourrait bien malgré tout et grâce à cet écart de trajectoire, rafler la mise. ce que Louis Aliot appelle « des ralliements de circonstance, avec des positions idéologiques à l’exact opposé ». En laissant probablement toutefois quelques sièges au Front National qui devrait franchir sans peine la barre des 10% pour passer le cap du second tour.

Communiqué du Parti de Gauche 66

Municipales à Perpignan   

            Le Parti de Gauche constate que son partenaire PCF du Front de Gauche a choisi de s’allier, à Perpignan, à une liste conduite par un député PS qui a voté, depuis juin 2012, toutes les politiques austéritaires de l’équipe PS-EELV qui gouverne le pays.

Le Parti de Gauche rappelle que ce gouvernement a ratifié le Pacte budgétaire voulu par Merkel-Sarkozy, qu’il a, avec le pacte de compétitivité, fait un cadeau de 20 milliards d’euros aux entreprises sans la moindre contrepartie, qu’il a, avec l’ANI, accepté cette remise en cause du droit du travail que tous les gouvernements depuis trente ans avaient refusé d’accorder au patronat, que, dans ses vœux, le Président de la République a repris à son compte tous les thèmes du MEDEF et de l’UMP. Sous l’impulsion du Ministre PS de l’Intérieur, un racisme d’Etat frappe les Roms encore plus que par le passé. Le budget 2014 voté par M. Cresta annonce des coupes sombres dans le financement des collectivités territoriales et donc dans celui de la Ville de Perpignan : la déclinaison des politiques d’austérité et de l’Acte III de la décentralisation a nécessairement des impacts locaux.

Il n’était en aucune façon possible pour le Parti de Gauche de se retrouver aux côtés de gens qui soutiennent une telle politique. Le Parti de Gauche a exploré toutes les possibilités de constituer une liste de large rassemblement réunissant des sensibilités et des personnalités politiques ayant en commun de défendre une alternative démocratique, sociale et écologique aux politiques qui font tant souffrir les habitants des Pyrénées-Orientales.

Le Parti de Gauche, à Perpignan, estime préférable de s’abstenir plutôt que de contribuer à la confusion politique qui fait le lit de l’extrême-droite. Plus que jamais, il a pour objectif la construction d’un projet alternatif aux politiques d’austérité. Il les combattra avec résolution à l’occasion des élections européennes de mai 2014 et des luttes sociales qui se multiplient.

Dany BENQUET, co-secrétaire départementale du PG 66 

Lucien Baillette (ancien conseiller municipal de Perpignan, co-listier de Louis Aliot, Liste FN-RBM « Perpignan ensemble ») à Jacques Cresta

« Jacques Cresta : un candidat qui ne connaît pas la ville où il se présente ».

Jacques CRESTA, nous gratifie de toutes ses connaissances de la ville de Perpignan, dont il ambitionne de devenir Maire, lors de l’effondrement d’un immeuble dans le quartier Saint-Jacques.

« Je me suis rendu au 7 rue de la Lanterne » nous informe-t-il avec grandiloquence, pour visiter l’immeuble ravagé.

Quelle méconnaissance de la ville. La rue de Lanterne se trouve dans le quartier de Saint Matthieu, parallèlement à la rue Maréchal Foch, et non à Saint Jacques.

De surcroît, l’immeuble effondré se trouve rue Farines à Saint Jacques et non rue de Lanterne comme voudrait-nous le faire croire le candidat Socialiste qui découvre la ville de PERPIGNAN, confondant Saint Jacques avec Saint Matthieu.

Un effort est nécessaire à ce candidat pour ne plus méconnaître les quartiers historiques dits des Trois Paroisses, Saint-Jacques, Saint Matthieu et La Réal.

Communiqué de Lucien Baillette, ancien conseiller Municipal de Perpignan Co-Listier de la liste RBM « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot, en charge de la mission « Urbanisme »

« Le constat et conséquences d’un abandon… »

Pour la énième fois, un immeuble à usage d’habitation s’effondre dans un des quartiers historiques de Perpignan. Heureusement cette fois, sans faire de victime humaine. Ce nouveau sinistre par effondrement est révélateur de l’incapacité dont ont fait preuve, depuis de longues années maintenant, les élus de Perpignan, ainsi que le peu d’attention portée par les différents Maires au parc d’habitations réservé à des perpignanais qui prennent conscience de leur irrémédiable abandon.

Aucun diagnostic général de sécurité n’a été entrepris dans les quartiers dits des Trois Paroisses, Saint Jacques, La Réal et Saint-Matthieu, pour connaitre exactement l’état de vétusté, voire de délabrement des habitations, et les risques encourus par les résidents. En périodes pré-électorales les promesses faites par les Maires de Perpignan font croire à la population que désormais on s’occupe de leur quartier. En fait, malgré le classement en Zone Sauvegardée (Belle sauvegarde !) et des opérations larvées de réhabilitations, les risques restent entiers. A quelques jours des élections Municipales de mars 2014, les masques tombent encore une fois sur le triste bilan de la gestion municipale dans le périmètre des plus vieux quartiers de Perpignan.

Les « Réalets, Matthouets, Jaumets » ont le droit de vivre sereinement, sans craintes de savoir leurs habitations vulnérables, prêtes à s’effondrer sans raisons majeures. L’urbanisme dans ces quartiers doit être révisé dans son intégralité. L’étude de sécurité doit être très rapidement effectuée pour déterminer les risques, tant en période dénommée « stable » qu’en période de secousse sismique mineure, qui pourrait avoir d’irréversibles conséquences dans ces quartiers en quasi abandon. Louis ALIOT et son équipe Perpignan Ensemble, s’engagent, dès la première année de leur mandat, à remédier à ce danger permanent et améliorer la qualité de vie par un urbanisme « ré-humanisé » dans les quartiers historiques, aujourd’hui menacés, de Perpignan.

Traditionnelle cérémonie de vœux de Canet

Je vous remercie !

Le Maire Bernard Dupont accueille ses invités et n'oublie jamais la bise. Aux femmes !

Le Maire Bernard Dupont accueille ses invités et n’oublie jamais la bise. Aux femmes !

Je vous remercie, c’est à peu près tout ce qui restera du discours du Maire de Canet Bernard Dupont entourant la traditionnelle cérémonie des vœux qui se tenait samedi dernier au gymnase Tabarly. Courageux mais pas téméraire, le Maire étroitement surveillé par « Picsou », le grand argentier de la commune, a volontairement occulté du bilan de l’année en cours les réalisations marquant l’année passée, redoutant un possible recours de la future opposition donnée perdante d’avance et qui coûterait quelques billets à la prochaine Municipalité en frais de procédure. Pour Francis Clique qui a séjourné quelque temps en auvergne, un sous et un sous, particulièrement lorsqu’il s’agit des deniers publics ! Après tout c’est si rare, comment le reprocher ?

Le Député-Maire Fernand Siré aux côtés de Mauricette Fabre, Conseillère Générale du canton de St Cyprien et candidate à la Mairie d'Alenya et François Lietta, le Directeur de Cabinet du Maire de St Nazaire et attaché parlementaire de Fernand Siré.

Le Député-Maire Fernand Siré aux côtés de Mauricette Fabre, Conseillère Générale du canton de St Cyprien et candidate à la Mairie d’Alenya et François Lietta, le Directeur de Cabinet du Maire de St Nazaire et attaché parlementaire de Fernand Siré.

Le bilan 2013 passe donc en pertes et profits, aucun film pédagogique déroulant les grands évènements de la commune pourtant présenté dans toutes les autres communes, et tant pis pour les canétois qui n’auraient pas remarqué, pour ne citer que les plus visibles, la réfection des voiries, l’acquisition et la rénovation de la nouvelle salle publique « les Voiles Rouges », la rénovation de Canet-Sud, la lutte contre le stationnement sauvage par la pose de potelets salvateurs au grand désespoir d’un acariâtre adjoint qui semble se moquer comme d’une guigne de la sécurité des piétons ! Tout cela en quatre ans de ce premier mandat réduit par le décès d’Arlette Franco.

Un discours au contenu terne. Bof!

Un discours au contenu terne. Bof!

Encore moins d’allusion aux importants projets de la prochaine mandature tels la réorganisation totale de l’entrée de la Principauté portuaire dirigée par le Prince Mérico, la construction d’une salle de conférence et d’un nouvel aquarium sur l’un des actuels parkings de l’entrée du port, la phase 2 des travaux de Canet-Sud avec la construction du promontoire, l’installation de la vidéo-surveillance sur tout le territoire, la construction du nouvel EHPAD ou encore la poursuite de la réfection des voiries et trottoirs qui n’avait que trop attendu, les finances étant antérieurement en quasi-totalité canibalisées par des réalisations plus ou moins utiles sous forme de dispendieuses pateaugeoires qui n’intéressent qu’une minorité de barboteurs. Et les finances de l’Office des Sports, satellite de la Ville… Depuis l’avènement de cette nouvelle ère, on retombe sur terre et on se préoccupe du bien-être quotidien des canétois, de leur fin de vie, de leurs chevilles et de leurs pneus de voiture !

La salle est plus que pleine. 1400 selon une estimation des élus et 1270 selon le compteur tenu par le directeur de la communication Jocelyn Hodapp.

La salle est plus que pleine. 1400 selon une estimation des élus et 1270 selon le compteur tenu par le directeur de la communication Jocelyn Hodapp.

Un discours certes particulièrement creux terne et sans relief prononcé aux côtés du Président J.Paul Alduy qui n’a pas dû reconnaître son d’ordinaire brillant 1er Vice-Président, le pire du Maire en terme de contenu. Mais côté remerciements tout le monde y passe, du plus simple agent Municipal de catégorie C au directeur Général des Services Paul Reiner, des meilleurs des adjoints au plus obscur conseiller, acariâtre ou non, remerciements étendus au Directeur de Cabinet Stéphane Loda en osmose intellectuelle totale avec le 1er Magistrat. Une manière comme un autre d’attirer des voix, certains égos étant sensibles aux compliments. Tiens, on note l’absence à cette grand’messe annuelle de Ludovic Lobjois, celui sur lequel Bernard Dupont semblait fonder pas mal d’espoirs et qui semble à présent être lui aussi voué à être passé par pertes sans profit !

Le grand argentier Francis Clique en grande conversation avec le Député-Maire Fernand siré et son épouse Rolande.

Le grand argentier Francis Clique en grande conversation avec le Député-Maire Fernand siré et son épouse Rolande.

Espérons que le probable futur candidat Dupont aux prochaines Légistatives, à la fois si lointaines et si proches, sera moins timoré et aura à cœur de mettre en lumière son œuvre passée, tout en faisant rêver les hommes et fantasmer les femmes ! A suivre de près…

Mais cette cérémonie de vœux… bof !

Fin de soirée en dansant.

Fin de soirée en dansant.

Communiqué de la Secrétaire départementale du FN66, Marie-Thérèse Fesenbeck

Daniel PHILIPPOT, tête de liste FN/RBM au Barcarès réagit :

Que ce soit clair ! par Daniel PHILIPPOT, tête de liste « Barcarès Rassemblement Bleu Marine »

A BARCARES,  comme partout en France une élection que ce soit municipale, régionale ou nationale est toujours politique. Nous devons être honnêtes envers les électeurs. Cacher nos opinons  ou nos appartenances  serait  une  tromperie envers les habitants de notre commune.
Pour diriger une mairie, il faut une équipe soudée autour du maire ayant les mêmes objectifs et partageant les mêmes valeurs  morales et politiques, sinon cela devient ingérable. Que personne ne cache son appartenance que soit (PS ou autre).

 Moi j’affiche clairement ma liste RASSEMBLEMENT BLEU MARINE !

Communiqué de Francis DASPE (Parti de Gauche 66)

Roms : et si c’était des hommes ?  

La municipalité de Perpignan a ordonné le démantèlement d’un camp de Roms. Nous ne pouvons que nous émouvoir à la description des conditions de vie abominables dans lesquelles ces familles de Roms vivaient. Vouloir éradiquer ce cadre de vie inhumain peut s’entendre.

Mais le Parti de Gauche 66 exprime un profond malaise. Rien n’est indiqué sur ce que sont devenues ces familles Roms dont on nous indique que certaines sont parties précipitamment à l’arrivée des tractopelles municipaux. Le PG 66 s’interroge : où sont passées ces enfants, ces femmes et ces hommes ? Raser un camp reste du domaine du matériel. Mais faire fuir des personnes dans la plus grande précarité relève de l’humain, richesse la plus précieuse que nous partageons tous.

Le PG 66 dénonce ce froid sentiment d’indifférence qui semble avoir présidé à cette opération. La municipalité de Perpignan peut-elle nous informer de ce que sont devenues ces familles de Roms ? S’est-elle préoccupée de ce qu’elles deviendraient ? Car nous ne pouvons nous empêcher de songer en cette période de repères troublés, au titre de l’ouvrage de Primo Lévi écrit au retour de l’expérience des camps de concentration : « Si c’est un homme ». Les Roms sont des hommes à part entière, comme tout un chacun.

Communiqué de Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée

Perpignan a besoin de laïcité 

Le 9 décembre 1905, la loi de séparation des Eglises et de l’Etat faisait de la France une République laïque. La laïcité est un principe universaliste aux multiples vertus : elle garantit la liberté, stipule l’égalité et fonde la souveraineté populaire. Surtout elle met à distance tous les intérêts particuliers, qu’ils soient cléricaux, marchands ou consuméristes. Elle sert de digue à tous les reculs de l’intérêt général. Et aujourd’hui ils sont malheureusement nombreux.

C’est pour cela que Perpignan a un besoin urgent de davantage de laïcité. Les prochaines municipales doivent être l’occasion de promouvoir en tous domaines la laïcité. En commençant par mettre fin aux subventions aux établissements d’enseignement privés : l’argent de tous ne peut pas financer l’école du choix de quelques uns. Ensuite en instaurant une journée de la laïcité avec des concours stimulant la réflexion de chacun en lien avec les établissements scolaires dans le respect des programmes nationaux : les discriminations et la ségrégation socio-spatiale qui en résulte doivent être battues en brèche par la raison et le savoir. Enfin en prenant conscience que la laïcité est l’antidote contre toutes les formes de communautarisme et de clientélisme qui gangrènent le vivre-ensemble à Perpignan.

Aux maux dont souffre Perpignan, la laïcité est une solution. Le drapeau de Perpignan la laïque doit à nouveau flotter.

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031