DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Politique

TVA : stop à l’injustice fiscale

Le PARTI DE GAUCHE communique

Matthieu SAINTOUL et Francis DASPE à Perpignan en train de faire signer la pétition

Matthieu SAINTOUL et Francis DASPE à Perpignan en train de faire signer la pétition

Le PG 66 lance une campagne pour exiger l’annulation de la hausse de la TVA par le biais d’une pétition citoyenne. Une carte postale est à signer et à renvoyer à Monsieur le Président de la République au palais de l’Elysée, tout courrier adressé au chef de l’Etat étant libre d’affranchissement.

La TVA est l’impôt le plus injuste car elle n’a aucune fonction de redistribution des richesses. La hausse de la TVA pèsera lourdement sur le pouvoir d’achat des plus modestes dans un contexte de crise. Elle servira de plus à financer les cadeaux fiscaux faits au patronat, ajoutant à l’injustice sociale.

Le PG milite au contraire pour une fiscalité réellement progressive, avec le rétablissement de nombreuses tranches pour en accroître la progressivité. La fiscalité doit également taxer les revenus du capital et les transactions financières beaucoup plus fortement qu’actuellement.

Le PG 66 se déploiera dans les semaines à venir sur les marchés du département pour sensibiliser les citoyens et faire signer cette pétition, comme cela a déjà été le cas à Perpignan samedi et à Prades mardi.

DEPARTEMENT : ELECTIONS MUNICIPALES

TOUTES LES CANDIDATURES

C’est fait, la date limite du dépôt des listes pour les Municipales et communautaires 2014 pour le 1er tour  fixée à JEUDI 6 MARS 2014 18h est dépassée.

Ces candidatures ont un caractère provisoire. Elles ne seront officielles qu’après validation définitive par les services de la préfecture et des sous-préfectures :

CLIQUER CI-DESSOUS :

 – Candidatures P.-O. communes moins de 1 000 habitants

Candidatures P.-O. communes plus de 1 000 habitants

COMMUNIQUE DE DENIS MAYDAT TETE DE LISTE TORREILLES POUR TOUS

REUNION PUBLIQUE LE 13 MARS 18H30 restaurant le MIAMI BEACH TORREILLES PLAGE

Un projet municipal, c’est une certaine vision de la commune, c’est une certaine idée que l’on se fait de son village, du vivre ensemble et de la gestion de cette entité que l’on peut avoir.  Nos projets nous viendrons vous en parler à la plage, au restaurant le « Miami beach »,pour notre première réunion publique,  le jeudi 13 MARS à 18h30.

Nous serons là pour que vous puissiez nous connaître, entendre ce que nous avons à vous proposer pour notre village, répondre à vos questions et aussi écouter, écouter vos analyses, écouter vos suggestions, nous nourrir de votre expérience de manière à ce que vos témoignages associés à ce que nous prévoyons fassent des réalisations les plus adaptées et les plus pertinentes possibles.

C’est cela pour nous rendre la parole aux Torreillanes et aux Torreillans c’est leur donner la possibilité d’être écoutés et entendus sur ce qu’ils ont à dire sur leur cadre de vie.

Je vous donne donc rendez-vous jeudi 13 à 18h30 à notre réunion publique qui se terminera par un petit pot amical.

Candidats aux élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2013

COMMUNIQUE DE LA PREFECTURE :
N’attendez pas le dernier jour !

Il est rappelé qu’à l’occasion des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014, tous les candidats ont l’obligation de déclarer leur candidature et ce dans chaque commune, y compris les plus petites.

Lundi 3 mars à la fermeture des bureaux de la préfecture et des sous-préfectures des candidatures font encore défaut.

Dans certaines communes du département, aucun candidat n’a été enregistré.
Ces communes sont : Baixas, Campoussy, Los Masos, Olette, Ria-Sirach.

Les candidats dont l’enregistrement n’aura pu été validé ne pourront se présenter aux élections

Torreilles : réunion du quartier de la plage

Marc Médina vient exposer son programme dans un quartier plein 

Marc Medina

Marc Medina

Dans le cadre des tournées et rassemblements de quartier, Marc Médina s’est présenté dans l’espace du camping Les Tropics, pour rencontrer les habitants de cette partie côté plage de Torreilles.

Malgré les efforts de la mairie, des élus et du maire sortant Louis Carles, de nombreuses personnes se sont senties hors du village.

C’est donc, devant un parterre de nombreux participants, que le candidat entouré de nombreux colistiers, a tenu à exposer sa future vision de cette partie du village.

Marc Médina expose son programme

Marc Médina expose son programme

Il est certain, que vis-à-vis de nos voisins, comme Sainte-Marie, le coté géographique, donne l’impression d’un isolement ou d’une séparation entre les 2 parties du village.

Dans le cadre des propositions du programme et par expérience, Marc Médina a mis en avant le projet d’une voie piétonnière et cycliste, reliant les 2 parties du village.
Il a aussi précisé que le projet de l’amélioration de la station allait voir le jour, après de nombreuses tractations, amenant dans un proche avenir un dédoublement de certains moyens administratifs, afin de faciliter la vie quotidienne des gens de ce quartier.

De nombreuses questions

De nombreuses questions

Son programme aussi prévoit une large place aux moyens renforcés pour la sécurité sur l’année, avec des pointes plus particulières sur les périodes estivales.

Contrairement à certains quartiers, les personnes présentes avaient le désir de communiquer, avec des questions bien précises sur les futurs moyens mis en action, le rivage et sa plage, les mesures préventives sur l’érosion incontestable du littoral, en passant par le retour ou l’amélioration des moyens de transport urbain, la sécurité et les solutions des pouvoirs publics pour des milieux privés.

Beaucoup de participants à cette réunion

Beaucoup de participants à cette réunion

Au regard des nombreuses questions touchant ce quartier du village, le candidat Médina a pu répondre avec beaucoup de précision, avec de temps en temps l’aide du maire sortant Louis Carles, et l’appui pour les questions de sécurité de Christian Légue, actuel 1er adjoint venu se joindre à cette réunion.

Nadine Pons communique

Notre étang se meurt.
Il faut sauver l’Etang de Canet-St Nazaire.

L'étang« Notre étang survit de plus en plus mal à l’abandon des responsables politiques depuis plus de 30 ans : ses jours sont comptés. Il est encore temps de ne pas céder à la facilité.

« Canet est une ville d’eaux », d’eau marine par sa plage, d’eau douce par la Têt, d’eau saumâtre par son « Etang de Canet-St-Nazaire».

Le sauvetage de l’étang de Canet–St Nazaire doit être un programme clef de l’action communale, qui affiche une gestion écologique de notre territoire : nous nous mettrons au travail immédiatement !

En démocratie, rien n’est jamais définitivement acquis et le laisser aller coûte cher : entretenir la transparence de l’eau mérite une réelle pédagogie citoyenne .

Non seulement nous nous engageons à faire du sauvetage de l’étang, en coopération avec les municipalités voisines, une préoccupation majeure de notre action écologique, mais nous proposons de créer au cœur de Canet en Roussillon, une Maison Citoyenne de l’Eau. Ce centre pédagogique regroupera l’information et les techniques liées à la gestion de l’eau dans les domaines naturels (le cycle de l’eau) et de la famille (santé, épuration), des loisirs et professionnels (fonctionnement des aquariums et de l’aquaculture), afin que chacun comprenne les enjeux politiques  au niveau local et mondial ».

Rappelons que NADINE PONS se présente comme alternative à la gestion conduite par BERNARD DUPONT et son équipe, et que sa liste se compose pour l’essentiel de candidats du Front de Gauche, auxquels se sont joints plusieurs Socialistes Canétois qui tentent de renaître de leurs cendres après le cuisant échec subi par J.Jacques Gueffier en 2010, qui les a fait disparaître du paysage politique local.

La liste a été déposée en préfecture vendredi 28 février mais n’a pas encore été officiellement dévoilée. Suspens…

L’ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES RESTOS DU COEUR NOUS PRIE D’INSERER CE QUI SUIT

Le membre de l’équipe d’un candidat laurentin usurperait-il une fonction bénévole qu’il n’occupe pas ?

C’est en tout cas ce qui semble ressortir du communiqué de presse que nous prie de publier l’Association Départementale des Restos du Coeur :

« A l’occasion de la présentation de sa liste aux prochaines élections municipales un candidat fait état des responsabilités de l’un des membres de son équipe au sein des RESTOS du COEUR et de réalisations dont il s’attribue la paternité.

Précisons que cette personne n’est plus bénévole de l’Association depuis quatre ans.

En outre nous tenons à rappeler que cette utilisation de l’image des RESTOS du COEUR est en totale contradiction avec l’éthique et les engagements de la Charte des Bénévoles ».

ELECTIONS MUNICIPALES : LA PREFECTURE S’AFFOLE !

N’attendez pas le dernier jour…
« En la matière, arriver en retard c’est arriver trop tard !!!

Il est rappelé qu’à l’occasion des élections municipales (et communautaires) des 23 et 30 mars 2014, tous les candidats ont l’obligation de déclarer leur candidature et ce dans chaque commune y compris les plus petites.

Le vendredi 28 février à la fermeture des bureaux de la préfecture et des sous-préfectures encore trop de candidatures faisaient défaut.

Dans certaines communes du département, aucun candidat n’a été enregistré. Ces communes sont : Arles sur Tech, Baixas, La Bastide, Bolquère, Campoussy, Canaveilles, Eyne, Fenouillet, Llupia, Los Masos, Millas, Olette, Prugnanes, Ria-Sirach, Rigarda, Saillagouse, Souanyas, Toulouges, Villeneuve de la Raho, Vivès, Le Vivier.

Cette situation risque de conduire à un afflux massif de dépôt de candidatures les derniers jours, et notamment le jeudi 6 mars, dernier jour de dépôt des candidatures.

Or plus le dépôt des candidatures sera tardif, plus les éventuelles difficultés liées à ces candidatures seront difficiles à résoudre notamment si le dossier est incomplet et, dans les dernières heures, ce sera souvent impossible à compléter.

Les candidats dont l’enregistrement n’aura pu été validé ne pourront se présenter aux élections.

En la matière, arriver en retard c’est arriver trop tard  !

Marie-José Amigou : une femme pour changer Saint-Laurent ?

COMMUNIQUE DE L’EQUIPE DE MARIE-JOSE AMIGOU,

candidate divers-droite à la fonction de 1er Magistrat de St LAURENT-DE-LA-SALANQUE, devenue désormais une ville plus qu’un village qui vient de franchir le cap des 10 000 habitants et que nous publions in extenso :

Marie-José Amigou, Jean-Louis Biroste, Maryse Gomez, Serge Ollier, Pascale Merenciano, Dominique Boyer, Marie Durieu, José Manzano, Magali Alcaces, Michel Prégones, Nadine Garcia, Pierre Lemoigne, Aline Sanchez, Bruno Cazetou, Sandrine Constans, Jacques Grau, Audrey Pujol-Piret, Marcel Feixas, Céline Balkan, Dominique Sans, Marie-Victoria Sanchez, Houcine Belhia, Sophie Morat, Jean-Louis Péchin, Michèle Stocky, Lionel Marti, Maria-Fatima Zinader, Sébastien Scheffel, Stéphanie Allard

Marie-José Amigou, Jean-Louis Biroste, Maryse Gomez, Serge Ollier, Pascale Merenciano, Dominique Boyer, Marie Durieu, José Manzano, Magali Alcaces, Michel Prégones, Nadine Garcia, Pierre Lemoigne, Aline Sanchez, Bruno Cazetou, Sandrine Constans, Jacques Grau, Audrey Pujol-Piret, Marcel Feixas, Céline Balkan, Dominique Sans, Marie-Victoria Sanchez, Houcine Belhia, Sophie Morat, Jean-Louis Péchin, Michèle Stocky, Lionel Marti, Maria-Fatima Zinader, Sébastien Scheffel, Stéphanie Allard

« Les femmes maires dans notre département ne sont pas légion puisque, en 2008, on en comptait seulement 25 sur 226 communes. C’est dire si, à l’approche de la consultation électorale de mars, il faut aimer sa commune et avoir d’énormes convictions pour se lancer à l’assaut de ces forteresses masculines que sont les mairies.

C’est le cas de Marie-José Amigou qui, à la tête de la liste « Ensemble pour l’Avenir », tentera de devenir le premier magistrat de la commune de Saint-Laurent de la Salanque.

La tâche ne sera pas facile, car elle s’attaque à des « poids lourds ».

Premièrement, au député-maire sortant à qui elle reproche sa gestion qui plonge la commune dans la dette, ses projets surdimensionnés, sa façon et ses méthodes peu démocratiques et ses nombreuses absences.

Deuxièmement, au premier-adjoint sortant, récemment démissionnaire de son poste, à qui elle reproche d’avoir été le plus proche collaborateur et le bras droit du maire durant des années et de l’accabler aujourd’hui de tous les maux à présent qu’ils sont rivaux : ne pas l’avoir tenu au courant de décisions importantes, de ne pas tenir compte de l’avis des autres, d’avoir dû le remplacer maintes et maintes fois.

Enfin bref, la bataille risque d’être rude et le résultat serré. Une chose est sûre, le maire sortant, contrairement à 2008, où il avait été élu haut la main, devra passer par un second tour, d’autant que cinq listes sont annoncées.

En campagne depuis pratiquement deux ans, moment où elle s’est désolidarisée de la majorité municipale avec laquelle elle avait des désaccords profonds, Marie-José Amigou a, par voie de tracts, tissé des contacts avec la  population. Une population qui n’a fait que croître depuis les dernières élections municipales et les nouveaux venus pourraient bien être les arbitres de ce scrutin du 23 et 30 mars.

Alors une femme maire à Saint-Laurent, ce serait assurément un grand événement ! »

Le Maire sortant, le Député FERNAND SIRE, se représente à sa propre succession mais pour lui ravir le siège, ce qu’il faut avant tout, à St Laurent comme ailleurs, c’est un homme ou une femme compétent(e). Dans le choix de l’électeur, ce qui importe, c’est la capacité ou non d’aller de l’avant, cette vision de l’avenir qui fait parfois défaut à bien des dirigeants politiques et pourtant indispensable. Le sexe, homme ou femme, n’a au fond que peu d’importance et ne doit pas servir de caution au choix citoyen… Ce serait vraiment trop simple !

CANOHÈS / Municipales 2014

Le candidat Martí CAMA tête de liste « Canohès ensemble autrement » a inauguré sa permanence électorale.

Canouhards et élus locaux ont répondu présents

Canouhards et élus locaux ont répondu présents

C’est mardi 25 février que la permanence électorale de la liste divers droite « Canohès ensemble, autrement » conduite par le candidat Martí Cama  a été inaugurée en présence de plus de 200 personnes qui s’étaient déplacées pour rencontrer le candidat et ses colistiers.

Lors de son discours, Martí Cama a remercié  les personnalités présentes parmi lesquelles Annabelle Brunet vice-présidente de PMCA et 1ère vice-présidente de l’UDI 66 et Michel Cabot, président du Nouveau Centre et  vice-président de l’UDI 66, Michel Roig, également pour leur soutien les personnalités excusées car retenues par leurs obligations, et les Canouhards ayant répondu aussi nombreux à son invitation.

Il a souligné « le moment très fort que représente l’inauguration d’une permanence politique dans la vie d’un groupe qui brigue un mandat municipal, cette symbolique  étant d’autant plus forte qu’elle se trouve être porteuse d’espoir dans une commune comme Canohès»

« Le moment est venu de mettre une terme à une gestion qui handicape fortement notre population et son pouvoir d’achat. »

Il a également évoqué la gestion dispendieuse de l’actuel maire, – la dette atteint aujourd’hui les 8 M€ (contre 1,350 M€ à fin 2007) – ses choix malheureux, le sectarisme et le clientélisme dont il fait preuve, son ambition personnelle et ses mandats politiques extérieurs à Canohès.

Il a bien sûr évoqué les projets de la liste «Canohès ensemble, autrement » projets qui seront dévoilés prochainement à l’ensemble de la population

Les participants ont pu échanger avec les membres de la liste présentée à cette occasion.

En conclusion, Martí Cama a appelé à la mobilisation de tous, dès le 1er tour du 23 mars 2014, et a invité tous les présents à partager le verre de l’amitié autour d’un buffet convivial

Les rencontres se poursuivent à la permanence 23, avenue des Souvenirs à Canohès

 Toutes les informations sur la campagne : www.marticama.fr / Facebook : Canohès ensemble, autrement.

Le travail du dimanche au menu de l’AGAUREPS-Prométhée

L’AGAUREPS-Prométhée organisait à Perpignan une conférence/débat jeudi 27 février sur la question du travail du dimanche. Le secrétaire général, Francis Daspe, avait invité Matthieu Saintoul à en présenter les enjeux essentiels. Il s’agissait d’un conférencier particulièrement informé sur le sujet puisqu’il fait partie des syndicalistes présents dans les négociations nationales qui se sont engagées suite à la parution du décret du 31 décembre 2013. « Ce décret visait à favoriser le travail du dimanche dans certains secteurs d’activités jusqu’en 2015. Il faisait suite à l’offensive médiatique menée par des enseignes du bricolage ».

Matthieu Saintoul donnait quelques informations sur la manière dont les négociations se sont déroulées. « Dans la négociation paritaire nous avons eu la mauvaise surprise de voir des représentants du gouvernement sortir de leur neutralité habituelle pour intervenir dans le sens des revendications du patronat, notamment en voulant orienter les discussions vers la définition des conditions du volontariat, comme si le principe du travail du dimanche était acté », regrettait-il.

Le combat syndical n’a pas été vain puisque le Conseil d’état a fini par invalider le décret litigieux. « Le Conseil d’état a estimé que ce décret  entrait en contradiction avec la convention 106 de l’OIT (organisation internationale du travail) que la France a signée et qui stipule le principe du repos hebdomadaire commun à tous les salariés ». Il s’agit d’un coup d’arrêt donné à la tendance actuelle qui octroyait scandaleusement une certaine légitimité au travail du dimanche. Pour autant, le combat est loin d’être fini. La mobilisation doit se poursuivre afin d’alerter les citoyens sur les enjeux de cette question sensible. « Les enjeux sont en effet cruciaux en termes de droit du travail, de projet de société, de santé publique, de rémunération de la valeur travail pour ne citer que quelques exemples ».

Le combat de la communication a été engagé dès le début par le patronat avec le mouvement des « bricoleurs du dimanche » créé de toutes pièces et généreusement financé. « Nous remercions tous les acteurs comme l’AGAUREPS-Prométhée qui contribuent de mettre cette question sur le devant de la scène », concluait-il à l’adresse de Francis Daspe qui dénonçait pour sa part « une attaque supplémentaire contre l’idéal de la République sociale ».

Elections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014

Selon l’usage, en raison des élections municipales et communautaires, la période de réserve appliquée aux services de l’Etat débutera du dimanche 2 mars inclus au dimanche 30 mars inclus.

Durant cette période, la communication de l’ensemble des services de l’Etat sera réduite.

Par ailleurs, les participations aux manifestations publiques dans le département seront strictement limitées.

Torreilles : 2ème réunion de Marc Médina vendredi 21 février

Un moment très agréable, au centre du village

Marc Médina

Marc Médina

La liste « Aimer Torreilles, toujours » a débuté ses réunions de quartier.

Véritables moments d’échanges, elles sont organisées dans différents quartiers torreillans et permettent aux habitants de venir à la rencontre du candidat Marc Médina et de ses colistiers.

Vendredi soir, a eu lieu la deuxième réunion au centre du village, pour le secteur de la place Louis Blasi.

Un beau début de soirée

Un beau début de soirée

De nombreuses personnes se sont retrouvées, rue de l’Eglise, pour un moment amical et convivial.

Après avoir décliné les nombreuses réalisations du mandat qui s’achève, Marc Médina a présenté les grands axes du programme de sa liste, programme qui sera distribué dans les boîtes aux lettres des torreillans le premier week-end de mars.

Marc Médina commente ses futurs projets

Marc Médina commente ses futurs projets

Déjà de nombreuses personnes sont présentes

Déjà de nombreuses personnes sont présentes

L’APLEC ha demanat als elegits més postes pel CAPES de català

El mes de gener passat, L’APLEC ha escrit al Ministre de l’Éducation Nationale i als elegits nord-catalans per cridar-los l’atenció de cara a la repartició paradoxal del nombre de postes al CAPES de català.

Al dia d’avui 4 elegits han respost favorablement (Fernand Siré, Ségolène Neuville, Pierre Aylagas i François Calvet) a la carta i han comunicat les propostes de l’APLEC al ministeri de l’Éducation Nationale..

L’APLEC espera que més elegits faran sentir la seua veu, i espera una resposta positiva del Ministre Vincent Peillon a la seua demanda.

Miquela Valls, presidenta de l’APLEC, en el seu correu del 6 de gener del 2014 al Ministre Vincent Peillon i als elegits de Catalunya Nord, prestava atenció al fet que hi ha 31 inscrits per una única plaça al CAPES de català.

Sense posar en dubte la legitimitat de regularitzar la situació dels contractuals amb un concurs especial proposa equilibrar-ho transferint aquest excedent de places al concurs extern del CAPES de català i informar millor els contractuals que vulguin presentar-se al CAPES per què hi hagin més inscripcions al concurs reservat.

El nombre de places al CAPES extern de català queda limitat a 1 des de fa 10 anys i no permet respondre a la demanda dels establiments secundaris per l’ensenyament del català i en català.

Aquesta demanda té per objectiu de normalitzar la situació per què els alumnes de col·legis i liceus puguin gaudir amb bones condicions de l’ensenyament d’una llengua, la coneixença de la qual és un avantatge considerable en el context transfronterer i responent a la nova llei Peillon que preveu “d’afavorir l’ensenyament de les llengües regionals”.

Les cartes als elegits i les seues respostes estan disponibles a la nostra pàgina web: www.aplec.cat

Estem a la vostra disposició per a tot complement d’informació.

 Per contactar-nos :
APLEC – Casa dels Països Catalans – P1
Camí de la Passió Vella – 66860 PERPINYÀ Cedex
aplec@aplec.cat – Tel. : 04 68 66 22 11

 ****

L’APLEC a demandé aux élus plus de postes pour le CAPES de catalan

En janvier dernier, L’APLEC a écrit au Ministre de l’Éducation Nationale et aux élus de Catalogne Nord pour attirer leur attention sur la répartition paradoxale du nombre de postes mis au concours pour le CAPES de catalan.

Aujourd’hui 4 élus ont répondu favorablement (Fernand Siré, Ségolène Neuville, Pierre Aylagas et François Calvet) et ont transmis les propositions de l’APLEC au ministère de l’Éducation Nationale.

L’APLEC espère que d’autres élus feront entendre leur voix, et espère une réponse positive du Ministre Vincent Peillon.

Miquela Valls, présidente de l’APLEC, dans son courrier du 6 janvier 2014 au Ministre Vincent Peillon et aux élus du département, remarquait le nombre de 31 inscrits pour une seule place au CAPES de catalan.

Sans remettre en cause la légitimité de la régularisation des contractuels par un concours spécial, l’APLEC propose de transférer l’excédent de places du concours réservé au concours externe du CAPES de catalan, et suggère une meilleure information auprès des contractuels afin qu’ils puissent s’inscrire au concours réservé.

Le nombre de postes au CAPES externe de catalan reste limité à 1 depuis 10 ans et ne permet pas de répondre à la demande des établissements du secondaire pour l’enseignement du catalan et en catalan.

Cette démarche n’a d’autre objectif que de normaliser, dans l’intérêt des élèves des collèges et lycées des Pyrénées-Orientales, l’enseignement d’une langue dont la connaissance s’avère être un plus non négligeable dans un cadre transfrontalier et de répondre à la nouvelle loi Peillon qui prévoit de « favoriser l’enseignement des langues régionales ».

Les lettres aux élus ainsi que leurs réponses sont disponibles sur notre site Internet : www.aplec.cat

Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information.

 Nous contacter :
APLEC – Casa dels Països Catalans – P1
Camí de la Passió Vella – 66860 PERPINYÀ Cedex
aplec@aplec.cat – Tel. : 04 68 66 22 11

Un point du programme de François CALVET…

PROLONGER LES BERGES DE LA TET JUSQU’A LA MER

LE SOLERDans son programme municipal, François Calvet propose que  Le Soler soit le point de départ de l’aménagement des berges de la Têt, rive gauche.

Un cheminement piéton et cyclable  pourrait s’étendre jusqu’à Canet en Roussillon, sans qu’il implique un gros investissement.

Ce projet permettrait de découvrir la richesse de la faune et de la flore du lit de la Têt au travers d’un chemin de randonnée de près de 20 kilomètres.

Cette voie naturelle deviendra un lieu touristique fréquenté et génèrera des activités économiques de loisirs. Un observatoire destiné à mettre en valeur le patrimoine naturel de la Vallée de la Têt permettra également d’explorer la richesse des espèces qui peuplent ces rives.

A ce projet, s’ajoute la création d’un parc ornithologique sur les berges de la Tête entre Pézilla et Le Soler, pour permettre de labelliser et sauvegarder toute une faune et des paysages.

Sous la forme d’un tourisme vert, les aménagements de ce parc financé par la Communauté d’Agglomération contribueront à la promotion de tout un éco système.

Avec ce projet, François Calvet souhaite faire entrer la nature dans la ville et faire du Soler une ville nature.

REPORT DES MESURES D’ACCESSIBILITÉ

Fernand SIRE, Député-Maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, dénonce le report des mesures d’accessibilité des lieux publics. 

FSCes mesures découlées de la loi du 11 février 2005, porté par le Sénateur honoraire Paul BLANC, qui imposaient  à compter du 1er janvier 2015 :
– Les locaux d’habitation, les établissements et installations recevant du public, les lieux de travail doivent être accessibles à tous et notamment aux personnes handicapées quel que soit leur handicap.
– La chaîne du déplacement (transport, voirie, espaces publics) doit être organisée de façon à permettre l’accessibilité dans sa totalité aux personnes handicapées.

Ce report de trois à neuf ans portera préjudice à l’ensemble de nos concitoyens handicapés. C’était une mesure juste, volontariste de l’ancienne majorité pour faciliter le quotidien des personnes en situation de handicap. Cette mesure égalitaire vient malheureusement de voler en éclat.

CANET : Ginette GRAULE, tête de liste PS communique

Position du Parti socialiste sur la liste de gauche de Canet :

 En tant que secrétaire de la section de Canet du Parti socialiste, je veux préciser la place qu’occupe celui-ci sur la liste « La gauche unie pour Canet ».

J’ai été élue « première socialiste » par la section, ce qui me mandate pour représenter le Parti socialiste sur la ville de Canet.

A la suite de cela une négociation a été engagée avec le Parti communiste pour la création d’une liste commune, sur laquelle j’occupe la troisième place.

Le Parti socialiste est donc présent sur la liste de gauche à Canet et non « quelques socialistes » comme l’annonce M. Bernard Dupont ou la liste Bleu marine.

 Ginette Graule, secrétaire de la section du Parti socialiste de Canet.

LOUIS ALIOT COMMUNIQUE :

IMG_0717« La Préfecture, l’Union Européenne, le Conseil Général et la Région au service de… Cresta !
Cette mission locale ne semble pas faire preuve d’une grande impartialité… Est-ce légal ? »

Louis Aliot persiste et signe !

MONSIEUR PUJOL TENTE DE METTRE LA POUSSIERE SOUS LE TAPIS AVANT LES ELECTIONS !

Jean-Marc PUJOL tente de masquer la réalité des faits allant jusqu’à nier des évidences ! 

Dans le dossier de l’hebdomadaire L’EXPRESS (p.72) de cette semaine, il va jusqu’à reprocher aux journalistes de faire leur travail !

A une question sur la délinquance, il répond : «  Les mauvais chiffres de la délinquance sont gonflés artificiellement par le trafic de drogue entre la France et l’Espagne, qui est enregistré ici. Ne donnez pas de grain à moudre à mon adversaire Louis Aliot… »

On croit rêver ! Et les perpignanais victimes de ces incivilités et de cette insécurité apprécieront ces propos à leur juste mesure! Le danger n’est pas dans les rues semble nous dire le maire mais dans les urnes !

La vérité est toujours difficile à admettre. Loin des caricatures faciles et d’un autre temps, notre victoire redonnera de la transparence et de m’efficacité à l’action publique.

 http://www.lexpress.fr/actualite/politique/municipales-qui-sont-les-meilleurs-maires-de-france_1495012.html

PERPIGNAN : LOUIS ALIOT dévoile sa liste

Liste « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot soutenue par le Rassemblement Bleu Marine & des SOCIOPRO, et des Indépendants

1 – ALIOT LouisFNDocteur en Droit – Avocat – Conseiller Régional Languedoc-Roussillon
2 – FONT-GAVALDA Clotilde SOCIOPRO– Maitrise de Droit -Administrateur de Biens – Moulin à Vent
3 – LEMAIRE Bruno FN – Docteur en math.et Sc.Eco., diplômé d’Harvard, professeur émérite à HEC
4 – FESENBECK Marie-Thérèse FN – Conseillère régionale ; technicienne en RH Sécurité sociale (H)
5 – BAUDRY Xavier RBM – Responsable Commercial. D.U. Tech.de.Co ; D.E.Management
6 – PUJOL Catherine RBM – Cadre de Santé
7 – BELLEBOU Mohamed RBM – Pupille de la Nation – Syndicaliste – Délégué Harkis
8 – MIZERA-FUENTES Claudine RBM – Inspectrice des Douanes
9 – PINGET Jean-Claude FN – Docteur en Droit – Avocat (H), ressortissant de l’UE-BELGIQUE
10 – RAPPELIN Anne-Marie FN – Psycho Pédagogue
11 – BOLO Alexandre RBM – Licencié en Droit, Master Affaires Publique, Anc.Attaché Parlementaire
12 – MARCHAND Bénédicte – SOCIOPRO – Rédactrice de Presse
13 – GATAULT Jean-Yves Indépendant – Médecin généraliste
14 – PUJOL Danielle RBM – Agent Mutualiste
15 – ASCENSI RobertFN – Commandant de Police (H) – spécialiste de la sécurité urbaine
16 – FERRER Thérèse SOCIOPRO – Ancienne commerçante centre-ville
17 – REYES Bernard RBM – superviseur péage autoroute (PR) ; quartier du Vernet
18 – RENOU Anne-Marie – RBM – Clerc de Notaire
19 – BELKIRI Roger Indépendant – Ancien Délégué du Procureur chargé des discriminations (H)
20 – SAINT-ANDRE NellyRBMLicenciée en Droit  – retraitée de la Préfectorale
21 – GUILLEMAUD Michel FN –  Sapeur-Pompier (H)
22 – POITAU DanieleRBMProfesseur de Lycée
23 – GAULARD Jean-Philippe SOCIOPRO – spécialiste en Informatique
24 – NITRIOT Marlène RBM – Cadre de Banque
25 – SYMPHORIEN Philippe SOCIOPRO – Inspecteur des Finances Publiques
26 – DUSI EmmaSOCIOPRO Agent Commerciale
27 – MOULARD Quentin SOCIOPRO – Cadre de Banque
28 – THUET Chantal RBM – Employée de l’Hôtellerie
29 – LOPEZ Jean-François – SOCIOPRO chef d’entreprise services à la personne
30 – MARCAILHOU d’AYMERIC Josette FN – Retraitée
31 – DA SILVA CANEDO Luis – SOCIOPRO – Chef d’entreprise ; ressortissant de l’UE-PORTUGAL
32 – BESSE MaryseRBMAncienne Conseillère Régionale
33 – GARRIVIER Jean-LucFNMécanicien automobile
34 – DA CAMPO Jade – RBM Secrétaire administrative
35 – MAILLOT Michel – Indépendant – Commercial
36 – SERRADELL Josette SOCIOPRO – Auto entrepreneur
37 – GEBHART EdouardFNCommercial
38 – LUZ RIERA Madeleine – Retraitée
39 – AUGUSTIN LaurentFNCommercial SNCF
40 – BOUSQUET Anne-MarieNégociatrice Immobilière
41 – MACIA Jean-Pierre  – RBMDirecteur Commercial
42 – GRIVET EmmanuelleFNAssistante de Direction
43 – COSTAGLIOLA EricFNEmployé GMS
44 – GIMENEZ Nathalie – FN – Mère de Famille
45 – RAMIREZ Jean-MichelRBMretraité de la Police Nationale
46 – ETHEVE marieAide à domicile
47 – ESTEBE GilbertRBM Chef d’entreprise
48 – DE LAUNAY DE LAPERRIERE Marie-LyneAdministratrice de Santé
49 – HERAIL Patrick – Menuisier
50 – BELOEIL Fabienne Commerçante
51 – VIDAL ThierryRBMChauffeur Poids-lourd
52 – De BEAUMONT VivianeFNMère de famille nombreuse
53 LEBEL PhilippeFNTravailleur social
54 – COSTE-CAMPS Jacqueline FN – professeur de lettres (H), ancienne conseillère municipale de Perpignan
55 – DOMINOIS Jean RBMLt-Colonel (h) – Pilote d’hélicoptère – Commandeur de la Légion d’Honneur
Photo Liste Municipale Louis-Aliot FN

Communiqué de Louis ALIOT, tête de liste FN à PERPIGNAN

L’UMP PUJOL dernier des maires des villes de plus de 100 000 habitants !

DSC00691A quelques semaines des élections municipales, le maire de Perpignan vient d’obtenir la « palme d’or » de la plus mauvaise gestion française selon un classement d’experts réunis par le très centriste journal L’EXPRESS.

En effet, il arrive 34ème sur 34, bon dernier avec des chiffres particulièrement inquiétants en développement économique, en fiscalité, en sécurité, en solidarité, en culture et en transport !  

Les perpignanais doivent regarder la réalité en face et tourner enfin cette page qui fait de Perpignan une ville isolée et peu attractive.

Comment ces gens-là pourront-ils faire croire qu’ils feront demain ce qu’ils n’ont ni pu, ni su, ni voulu faire hier ! Leurs échecs les accablent !

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/test1_1324172.html

Communiqué de J.Marc PUJOL, tête de liste UMP pour les élections Municipales à Perpignan

DEPOT DE LA LISTE PERPIGNAN POUR TOUS

Mardi 25 février, à 10h, la liste de Jean-Marc PUJOL, PERPIGNAN POUR TOUS, a été officiellement déposée en Préfecture.

Avant ce dépôt, chaque colistier a  signé, comme l’avait fait avant eux le Maire Jean-Marc PUJOL, la charte ANTICOR. Ainsi chacun s’est engagé à ne pas se trouver dans une situation incompatible avec la fonction d’élu (prise illégale d’intérêt…), aussi bien pour la Ville que pour l’Agglomération en cas d’élection en mars prochain.

Communiqué de la Préfecture

Élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2013

Dépôts des candidatures pour le 1er tour de scrutin : peu de candidatures pour le moment. N’attendez pas les derniers jours !

Pour les élections Municipales et communautaires de mars 2014, la déclaration de candidature est désormais obligatoire pour toutes les communes, même les plus petites.

Il est rappelé que la date limite de dépôt de candidature est fixée au jeudi 6 mars à 18h00.

Plus le dépôt des candidatures sera tardif, plus les éventuelles difficultés liées à ces candidatures seront difficiles à résoudre.

Les candidats ou listes de candidats sont invités à déposer leur dossier dans les meilleurs délais auprès des services de la préfecture pour les communes de l’arrondissement de Perpignan, à la sous-préfecture de Céret pour les communes de l’arrondissement de Céret et à la sous-préfecture de Prades pour les communes de l’arrondissement de Prades.

Arrondissement de Perpignan : préfecture – Perpignan – Quai Sadi Carnot -Salle Erignac (1ère étage)  de 9h00 à 12h00 et de 13h45 à 16h30 (18h00 pour le dernier jour)

Arrondissement de Céret : sous-préfecture de Céret – 6, Bvd Simon Battle de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 16h00 (18h00 pour le dernier jour)

Arrondissement de Prades : sous-préfecture de Prades – avenue du Général de Gaulle de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30 (18h00 pour le dernier jour)

Le mémento à l’usage des candidats, ainsi que toutes les nouveautés liées au scrutin 2014 sont en ligne sur le site des services de l’Etat : www.pyrenees-orientales.gouv.fr

François CALVET, Sénateur-Maire du Soler communique

« Je consacrerai mon indemnité de Maire au financement de deux bourses d’études par an »

photo François CALVETDans le cadre de la campagne pour les élections municipales qui vient de démarrer au Soler, François CALVET candidat à sa propre succession insiste sur un des engagements fort qui figure dans son programme :

« A travers mon rôle de Parlementaire, je me suis ouvertement opposé à la future loi interdisant le cumul des mandats.

Je ne conçois pas qu’un Sénateur ou un Député ne puisse plus être Maire et soit, demain, totalement déconnecté des réalités et enjeux locaux.
Comment dès lors, défendre les intérêts d’un territoire dont on se trouve exclu ?

Toutefois, je souhaiterais que soit instituée une loi interdisant le cumul des indemnités de parlementaire et d’élu local.

En attendant qu’une telle mesure soit prise, j’ai décidé de consacrer mon indemnité de Maire au financement de deux bourses d’études par an.

Tous les ans durant les 6 prochaines années, deux nouveaux étudiants Solériens seront retenus pour bénéficier chacun d’une bourse conséquente pour financer leurs études supérieures.

Un jury impartial de Professeurs de l’Université de Perpignan examinera l’ensemble des demandes et sélectionnera les deux candidats les plus méritants.

Je verserai donc cette aide financière à la Fondation de l’Université de Perpignan Via Domitia dont la commune du Soler est déjà membre, afin que celle-ci prenne en charge la gestion de ces deux bourses.

Cette initiative me semble fondée et solidaire dans la mesure où elle est basée sur le mérite de nos jeunes Solérien.

Loin d’être symbolique, elle reflète mes convictions profondes et permettra à la ville du Soler de parrainer deux de ses enfants ».

Communiqué de M. José Amigou

ST LAURENT : plus de 300 personnes à l’inauguration du local de campagne

DSC_0312Premier test de popularité, si l’on peut s’exprimer ainsi, pour Marie-José Amigou et son équipe à l’occasion de l’inauguration de leur local de campagne, samedi matin, avec, à la clef, une grande satisfaction.

En effet, il ne s’agissait pas là d’un jour de marché où beaucoup seraient passés par hasard ou en curieux mais d’une volonté pour les participants d’être présents pour témoigner de leur solidarité avec l’équipe de «Ensemble pour l’Avenir» et l’adhésion à son programme avec le sentiment qu’il y a la possibilité de changer Saint-Laurent et qui plus est, en portant à la tête de la commune, une femme.

Ils étaient nombreux à s’être dérangés, à l’emplacement de l’ancienne boulangerie de M. et Mme Marti qui prêtent gracieusement leur local, pour répondre à l’invitation conviviale qui avait été faite aux Laurentins.

Marie-José Amigou a donné un aperçu des grandes lignes de son programme, a fait une présentation des membres de son équipe et a invité l’assistance à partager l’apéritif catalan permettant, dans une ambiance amicale, des discussions diverses entre les candidats et les laurentins.

Marie-José Amigou les a invités à la réunion publique qu’elle tiendra le vendredi 14 mars au foyer rural à 18h30 ; cette fois on entrera vraiment dans le vif du sujet avec la présentation de l’ensemble du programme qui reprend les idées des tracts que les Laurentins trouvent régulièrement dans leur boîte à lettres depuis des mois. L’attribution du rôle des candidats dans le futur Conseil Municipal, si les électeurs le décident, sera également précisée.

 Un pas a été franchi à la satisfaction de tous !

Mise au point du Front de Gauche

Appropriation indue de label 

Le PG 66 fait une nouvelle mise au point concernant les Municipales de Perpignan. L’attelage Belliard / Amiel-Donat ne peut pas se prévaloir du soutien du Parti de Gauche, et ce d’aucun manière qui soit.

Les instances nationales du PG ont désavoué Axel Belliard et invalidé cette liste de façon définitive. Les raisons en sont purement politiques : les options prises étaient en contradiction avec les principes et la stratégie du PG.

Par conséquent, les récentes tentatives de s’identifier « PG » de la part d’un certain nombre de membres de la liste et notamment de la tête de liste (communiqué, articles, interview, intervention à l’Université) ne sont rien moins qu’une appropriation indue d’une labellisation à laquelle ils ne peuvent plus prétendre.

Le Parti de Gauche 66 n’a rien à voir avec la liste « Place aux Perpignanais(es) » du duo Axel Belliard / Jacqueline Amiel-Donat.

 Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale du PG 66

PERPIGNAN : J.Marc Pujol présente sa liste cru 2014

« C’est le Front National qui sera notre principal adversaire »

Cette fois c’est fait, la liste de J.Marc PUJOL « PERPIGNAN POUR TOUS » de J.Marc PUJOL a enfin été présentée, cette arlésienne tant attendue qui n’en finissait pas d’être bouclée et qui a fait couler beaucoup d’encre avant même d’être constituée !

J.Marc Pujol présente ses colistiers et répond aux questions de la presse (Photo J.Marie ARTOUZOUL)

J.Marc Pujol présente ses colistiers et répond aux questions de la presse (Photo J.Marie ARTOUZOUL)

Du nouveau pour ce cru 2014 et une équipe profondément remaniée et rajeunie, avec 31 nouveaux sur 55, bien plus que les 40% que s’était à l’origine fixé le Maire sortant. « On est obligés de se séparer de personne que l’on apprécie, quand on fait une équipe c’est pour gagner et on doit faire abstraction de ses sentiments. Je peux dire à tous les élus qui ne retrouvent pas sur cette liste que je les remercie pour leur implication au service de leur ville, mais on est porteurs d’un projet public et il faut faire abstraction de sa propre personnalité pour savoir que l’intérêt c’est avant tout de servir Perpignan. Cette notion de service est pour moi essentielle, on est au service des perpignanais et du public » déclare J.Marc Pujol en introduction.

Pas moins de 8 avocats et tout autant d’enseignants, retraités ou en activité. De quoi assurer la défense des uns et former les autres… Pour le reste, les autres heureux (?) élu(e)s viennent pour l’essentiel du secteur privé et représentent au mieux les différentes catégories socio-professionnelles et les différents quartiers de la ville.

J.Marc Pujol rappelle que pour lui, l’enjeu est bien-sûr de convaincre les perpignanais que c’est un enjeu Municipal mais, compte tenu des adversaires, que c’est aussi un enjeu de société. Visé en tout premier lieu son principal adversaire Louis Aliot du FN, qui pourrait bien arriver en tête du 1er tour, malgré les actuels sondages qui le donne second derrière le Maire sortant. « Il faut choisir pour une ville une équipe qu porte des valeurs Républicaines, ouverte et composée pour partie des représentants de l’UMP, de l’UDI, d’Unitat Catalana et du CNI, mais ouverte à la société civile. En ce qui me concerne, ce sera une campagne propre, saine et de vérité, c’est la conception que j’ai de la vie publique. Je ne m’abandonnerai pas dans une campagne de caniveau où certains veulent m’amener » ajoute-t-il.

Une liste présentée dans le détail avec un mot pour chacun, avec toutefois un oubli, le jeune Maxime Martinaggi qui représente pourtant les Jeunes Populaires UMP66. Un mot gentil pour Danièle Pagès « le plaisir que j’ai à travailler avec elle et qui est toujours au service des perpignanais et notamment à la mairie où elle y joue un rôle très important », et une petite pic à l’encontre de l’UMP en présentant Maïté Sanchez-Schimd, l’actuelle Députée européenne : « J’espère que les services de l’UMP vont enfin comprendre qu’elle mérite plus que d’autres une place éligible, on est toujours dans l’attente. Mais malheureusement les partis politiques aujourd’hui ont l’habitude de s’occuper plutôt des apparatchiks… ». Ca c’est fait, le message est passé et comme à son habitude, J.Marc Pujol dit ce qu’il pense, quitte à déplaire en haut lieu !

Quant à la communauté d’Agglomération et ses 36 communes satellisées, et plus précisément sa future présidence, puisque rappelons-le l’actuel titulaire de la chaire J.Paul Alduy a annoncé sa retraite, J.Marc Pujol l’affirme fermement « Je l’ai dit plusieurs fois, je ne briguerai pas la Présidence de l’Agglo., que les choses soient claires et les mots on un sens. Il est totalement anormal de donner aujourd’hui un message aux perpignanais qu’on se partage les places avant l’élection Municipale. Nous déterminerons ensuite quelles sont les responsabilités que l’on assumera à l’Agglo., étant entendu que nous ne serons pas seuls ». Pas seuls et avec une composition qui pourrait bien être radicalement différente de ce qu’elle est actuellement, avec l’arrivée plus que probable du FN et de la gauche de la gauche, un nombre de Vice-Présidents ramené à 15 et l’effectif des conseillers diminué de moitié. Conseillers qui ne servent d’ailleurs pas à grand chose, puisque les décisions se prennent en bureau des maires chaque vendredi matin et que ces potiches ne peuvent qu’obéir aux ordres de leurs maires respectifs s’ils veulent conserver leur délégation… La Démocratie a ses limites !

Pour ce qui est du Front national, J.Marc Pujol le reconnaît, « le Parti Socialiste est en totale dégringolade, je considère que c’est plutôt le Front National qui sera notre principal adversaire, mais je ne néglige personne ».

DSC01122Les priorités du programme ? « Une fiscalité zéro à la fois à l’Agglo.et à la Ville, c’est un engagement que nous prenons (c’est-à-dire plus précisément sans augmentation…). Continuer à renforcer la sécurité par l’installation de 140 caméras de plus (162 actuellement) et le renforcement des effectifs de notre Police Municipale au nombre de 60. Et puis comment faire de Perpignan une destination, tournée vers l’espace catalan à une heure de toutes les Villes du monde (grâce à l’aéroport international de Barcelone, Perpignan est en effet la seule grande ville de province à avoir cet avantage). Avec un programme sur l’ensemble patrimonial de la ville, sur les bâtiments, sur l’animation de la ville, sans parler des équipements, des stades, des maisons pour tous et des centres sociaux dans tous les quartiers ». Et puis la « réappropriation de la Têt et du fleuve » avec le retour du projet de la passerelle qui fait toujours polémique et dont les travaux ont commencé. « Perpignan pour tous, c’est sans barrière, sans frontière, sans mur » conclut J.Marc Pujol.

Chacun le voit, cette liste « chabadabada » est conforme à la loi : un homme une femme, un homme une femme, même si l’homme retenu pour compenser la femme devait être notoirement incompétent ou contesté, et qu’une femme aurait mieux convenu. La sacrosainte parité ! A quand des listes comprenant des chauves, « teinturés » ou perruqués pour compenser des chevelus, des borgnes ou aveugles pour rééquilibrer avec les voyants, ou encore autant d’homos. que d’hétéros. ? Et si plus généralement le seul critère était la compétence plutôt que de se focaliser sur la nature du sexe ou privilégier quelques combines politiciennes ? La France s’en porterait certainement mieux…

En un clic :
Le « trombinoscope » de la liste de J.Marc PUJOL « PERPIGNAN POUR TOUS » 

Communiqué de François LIETTA, Responsable des jeunes POPS UMP66

Mister Cresta, Docteur Impôt

A Perpignan, au fur et à mesure que le candidat socialiste dévoile son programme, nous en apprenons un peu plus sur les véritables conséquences de la mise en application de son programme.

Mister Cresta propose beaucoup, Docteur Impôt est son second visage.

Prenons ce premier exemple :  la promesse de bus gratuit. Mister Cresta se vante de cette idée, mais Docteur Impôt ne vous dit pas que le budget des transports en commun dépend de la communauté d’agglomération. Et que pour financer cette promesse, il faudra alors augmenter les impôts de Perpignan mais aussi de toutes les communes de l’agglomération ! 

Proposera t’il une baisse d’impôt pour le financer ? Soyons réaliste, lors de son arrivée à la région en 2004, il a voté une augmentation des impôts de plus de 80%. La majorité qu’il soutient au Conseil Général n’a eu de cesse d’augmenter la fiscalité. Comme Député de la majorité, il a, de fait, validé les hausses d’impôts et la hausse de la dépense publique. Il est donc un expert de la hausse de la fiscalité ! 

Avec cette mesure du bus gratuit, les habitants des communes de PMCA subiront une hausse de la fiscalité! Dans toutes les communes, voter pour un élu local socialiste, c’est accepter de subir une nouvelle hausse d’impôt et une diminution de votre pouvoir d’achat.

L’AGAUREPS-Prométhée met en débat la question du travail du dimanche

L’AGAUREPS-Prométhée (Association pour la Gauche Républicaine et Sociale – Prométhée) organise une conférence/débat sur le thème du travail du dimanche jeudi 27 février à Perpignan (salle des Libertés, 3 rue Bartissol, 20 heures 30). L’intitulé du débat est « le travail du dimanche contre la République sociale ? ».

Matthieu SAINTOUL

Matthieu SAINTOUL

Matthieu SAINTOUL, syndicaliste et membre de l’AGAUREPS-Prométhée, présentera en effet l’ensemble des enjeux de la question portés par le travail du dimanche. Bien informé puisqu’il participe aux négociations nationales qui se sont engagés suite à la parution du décret du 31 décembre 2013, il effectuera un état des lieux des négociations.

D’autres questionnements seront posés au cours de ce moment d’échange. Quelles sont les racines historiques du travail du dimanche ? Quels peuvent être les impacts de son extension ? Le repos du dimanche est-il en péril ? Quelles perspectives de résistance pour s’opposer à cette régression ?

Jeudi 27 février 2014 à 20h30, salle des libertés à Perpignan (3 rue Bartissol).

Entrée libre
Contact : Francis DASPE agaureps-promethee@orange.fr ou 06 07 34 33 81

Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée

Tél : 06 07 34 33 81

Communiqué du Front National

La liste de la candidate Irina Kortánek (FN) a été déposée vendredi en Préfecture de Perpignan

Madame

Irina Kortánek

Irina Kortánek

, tête de liste FN/RBM à Bompas a le plaisir de vous annoncer que sa liste a été déposée ce jour (vendredi – NDR) en Préfecture de Perpignan.

Les noms de mes colistières et colistiers vous seront dévoilés d’ici la fin du mois. Je peux toutefois vous informer d’ores et déjà que notre liste comprend des personnes de tous horizons, âges et professions les plus diverses. Il s’agit de personnes qui vivent et travaillent avec leurs concitoyens ou qui partagent leur inquiétude face à l’avenir et subissent un chômage impitoyable.

A entendre certains élus, pour être conseiller municipal ou maire, il faudrait déjà avoir rempli ces fonctions.

Voilà des propos que nos jeunes entendent chaque jour lorsqu’ils recherchent désespérément le moindre emploi: « Désolés, nous ne pouvons pas vous embaucher, vous n’avez pas d’expérience ».

Est-ce à dire qu’à l’instar d’Obélix, il faut être tombé dans le chaudron en étant petit? Que l’expérience et la connaissance de la gestion d’une commune forment l’apanage d’un cercle bien fermé d’initiés?

Mes colistières et colistiers ont le sens de l’intérêt général. Ils s’attachent à rechercher des solutions pour leurs concitoyens et à se pencher sur leurs préoccupations. Nous allons porter la voix du bon sens dans notre commune et rendre la parole aux Bompassencqs par le biais d’une démocratie directe retrouvée.

Derrière les rythmes scolaires, des enjeux politiques

Chantal Dubon et Francis Daspe

Chantal Dubon et Francis Daspe

Cette conférence-débat de mardi 18 février à Céret sur les rythmes scolaires était organisée par un collectif composé de partis politiques (PCF, PG, MRC) et d’associations (FCPE 66, AGAUREPS-Prométhée). C’est au nom de ce collectif que Chantal Dubon, co-secrétaire du comité du Vallespir du Parti de Gauche, présentait l’actualité de la question et le conférencier. Francis Daspe préside la commission nationale éducation du Parti de Gauche ; il est également co-auteur d’un livre intitulé « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation ».

Il débutait son exposé par la description du contexte dans lequel se fait cette réforme des rythmes scolaires : une politique d’austérité accentuée par le désengagement de l’état, l’acte III de la décentralisation, la loi de refondation de l’école de la République aux ambitions nettement revues à la baisse. « C’est de là que découlent les enjeux politiques et idéologiques majeurs de la réforme. Et le ministre Vincent Peillon a commis l’erreur de les masquer de manière volontaire », estimait Francis Daspe. Et de citer à titre d’exemple les attaques contre le cadre national de l’école, la remise en cause de la gratuité, le développement de la précarité, les entorses faites au principe de laïcité, les inégalités territoriales accentuées, la mise en danger des écoles rurales. « Cette réforme sera au final financée par les familles, soit une participation directe demandée aux familles, soit par une augmentation des impôts locaux qui sont les plus injustes », ajoutait-il pour enfoncer le clou.

Il poursuivait en estimant que cette réforme mal pensée se traduisait au final par une accumulation de mécontentements. Pour les élèves, une fatigue accrue et une perte des repères avec la multiplication des intervenants ; pour les parents, des temps scolaires de moins en moins en accord avec les temps sociaux et familiaux ; pour les enseignants, une dégradation de leurs conditions de travail ; pour les intervenants du périscolaire le quotidien d’une précarité renforcée ; pour les municipalités, des coûts en hausse ; pour les associations une perte de fréquentation.

« Le décret doit être retiré, car son application crée et créera trop de désagréments pour l’ensemble de acteurs », tranchait Francis Daspe. Des propositions étaient formulées, comme la création d’un service public national pour les intervenants du périscolaire, une relocalisation de l’activité afin de mettre davantage en adéquation les temps sociaux, familiaux et scolaires, le respect sourcilleux des valeurs républicaines de laïcité, gratuité et égalité. Pour Chantal Dubon qui concluait un débat particulièrement fourni, « ces mesures dessinent quelques uns des traits d’une VI° République plus que jamais nécessaire ».

ST CYPRIEN : communiqué de Claudette Guiraud

Inauguration du local de campagne de « Ensemble pour St Cyprien »

Local campagneSamedi 8 février 2014, Claudette Guiraud, candidate Divers Droite aux élections Municipales et communautaires des 23 et 30 mars prochains à Saint-Cyprien, a inauguré son local de campagne.

Ce ne sont pas moins de 250 personnes qui assistaient à cet évènement en présence de plusieurs personnalités locales venues la soutenir dont Rolande Siré, l’épouse du député UMP de la 2ème circonscription… Jordi Vera (président du CDC) et Jean-Michel SERVE (Président de DLR), ainsi que d’autres candidats aux élections municipales dans le département : Véronique Pastoureau (Le Barcarès), Francis Cau (Pia) ou encore Clotilde Ripoull (Perpignan), présidente de l’association des élus locaux d’opposition (AELO) .

Claudette Guiraud a ainsi présenté, dans une ambiance conviviale, une liste composée de 33 personnes recrutées pour leur humanisme, leur intégrité, leurs compétences et pour leur attachement à la commune dont le Docteur Henri Luce (médecin généraliste en exercice) et Bernard Beaucourt, lui-même candidat tête de liste et concurrent à l’occasion des élections Municipales de 2009.

Cette inauguration a également permis à la liste « Ensemble pour Saint-Cyprien » d’annoncer les principaux engagements de son programme d’alternance placé sous le signe du rassemblement, de la proximité et de l’écoute et surtout du redressement des finances de la commune. Sécurité, Solidarité, Environnement et développement économique sont également au cœur de son programme. 

Communiqué de DENIS MAYDAT tête de liste « TORREILLES POUR TOUS »

La plage de TORREILLES, c’est une infrastructure à améliorer, des habitants à respecter !

Des projets grandioses, des études coûteuses, des décisions contestables et mal coordonnées, ont fait du quartier de la plage ce que nous en connaissons aujourd’hui, autour d’une une artère mal calibrée et très (trop) passante pendant les deux mois d’été, un ensemble sans âme et sans logique de circulation.
Pompeusement baptisée boulevard de la plage cette voie n’a en fait de boulevard que l’appellation, en effet sa largeur est des plus modeste, son profil est inadapté à la desserte des nombreux campings et résidences privées et constitue un véritable goulet d’étranglement.
Un espace trop étroit de circulation à double sens, qui augmente les risques d’incidents ou d’accidents, des trottoirs pas toujours aménagés, des végétaux qui sont laissés à l’abandon (au moins sur sa partie finale), par exemple les pins qui se meurent, minés qu’ils sont par la chenille processionnaire, sont en passe de devenir des fantômes squelettiques et décharnés, offrant au visiteur une vue misérable et peu engageante.

Le quartier de la plage ne serait-il intéressant uniquement que grâce aux touristes et a leur pouvoir d’achat (taxe de séjour) en juillet et en août ? Il existe pourtant toute une population industrieuse se levant tôt, pour travailler et qui dés septembre révolu retombe dans un anonymat inexplicable. Plus de distributeur de billets, plus de boulangerie, le centre commercial fermé, la gendarmerie aussi, plus de, …plus de,…

Les 800 personnes vivant dans ce quartier, deviennent transparentes, inutiles voire même de trop. Cette situation durera 8 mois jusqu’en juin, l’hiver Torreillan est bien long !
Nous voulons, nous, revitaliser ce quartier, donner à sa population des gages d’un investissement déterminé dans l’aménagement du cadre de vie collectif, dans la recherche du bien vivre ensemble.

Il s’agit là d’une volonté forte, en raison d’un besoin criant et trop longtemps ignoré. Toute la population de Torreilles doit pouvoir participer à l’évolution de la commune et de ses deux pôles le village et la plage en ayant la certitude qu’elle sera écoutée.

Il s’agit bien là, de Torreilles pour tous !

Marine Le Pen en visite à Perpignan

« La France n’a plus les moyens d’accueillir tant de monde… »
Vive la Suisse !

Après Louis Aliot, Marine Le Pen ne se prive pas pour délivrer un message fort

Après Louis Aliot, Marine Le Pen ne se prive pas pour délivrer un message fort

Une entrée d’artiste sur fond musical moderne, la vedette a beaucoup de mal à se frayer un chemin vers la scène, pourtant très sécurisé par le service d’ordre du FN. Une Rock Star ? Simplement la Présidente du Parti, ce Front National tant vilipendé par ses adversaires et dont le combat n’est visiblement pas partagé par les quelques 1800 sympathisants ou militants venus acclamer leur leader. Marine Le Pen, puisqu’il s’agit d’elle, fait recette ! On a beau chercher les hordes de skin head supposés être l’arrière-garde, on ne voit que des crânes rasés par une calvitie involontaire, des cheveux bleutés par la teinture ou encore des trentenaires cravatés très BCBG. Les temps ont changé c’est sûr, le public aussi, et « la Divine », comme la surnomment les Guignols, a réussi en peu de temps le pari de dédiaboliser le mouvement, naguère parfois mal fréquenté. Ca c’est la forme.

Environ 1800 adhérents ou sympathisants ont fait le déplacement pour écouter la leader frontiste sur leur terre catalane

Environ 1800 adhérents ou sympathisants ont fait le déplacement pour écouter la leader frontiste sur leur terre catalane

Sur le fond, les idées nationalistes et anti-européennes sont restées, la Présidente du Front s’emploie à convaincre les électeurs de la pertinence de ses idées, et c’est précisément à Perpignan qu’elle faisait escale samedi dernier, l’un des villes « laboratoire » du FN. « Elle est maintenant un peu chez elle dans le département », plus précisément à Millas, rappelait Louis Aliot dans le discours qui précédait l’arrivée de celle qui est aussi sa compagne à la ville.

LA SUISSE ET L’IMMIGRATION : Son fromage, ses montres, son chocolat, son taux de chômage le plus bas d’Europe et… ses votations !
« MIRACLE, la votation suisse de dimanche dernier a ouvert les yeux de beaucoup de personnes en Europe et en France ». C’est bien sur le thème de l’immigration que Marine Le Pen a choisi de développer tout au long de son intervention. « Un peuple a pu s’exprimer librement en Europe pour contrer l’immigration de masse. Miracle, mi-RA-cle, dans un continent majoritairement soumis à l’injonction de ne pas penser, de ne pas dire son opinion, de ne pas pouvoir décider pour lui-même, surtout s’il s’agit d’immigration ! Miracle qui ne pouvait venir que de Suisse, ce pays qui chérit la Démocratie et qui n’a pas peur de tirer les conséquences de ses principes. Sur tous les sujets, le peuple suisse a son mot à dire, il peut s’emparer de tous les problèmes, et sur tous les sujets le peuple suisse est souverain, le seul souverain de son destin. En France, le referendum est soumis à la bonne volonté de Présidents qui en ont peur, qui le fuient comme la peste tant ils ont la crainte d’être désavoués… » Et de citer Nicolas Sarkozy qui s’est empressé de contredire les français en faisant voter par le Congrès le projet de traité constitutionnel, dans une version à peine modifiée, avec d’ailleurs la complicité du PS. Un affront à la Démocratie qui a concouru à sa perte et a apporté de l’eau au moulin de ses adversaires qui n’ont toujours pas digéré le gag ! « Sinistre traité de Lisbonne, sinistre copie de la sinistre constitution européenne pourtant violemment rejetée par le peuple trois ans plus tôt. Il faut se souvenir que dans le cadre de la révision constitutionnelle, l’UMPS n’a pas hésité à supprimer le referendum obligatoire pour tout élargissement de l’Union européenne. Ben voyons ! » Retour en Suisse où, pour la leader frontiste, l’immigration de masse pose aussi un problème, où il n’est plus question de laisser entrer autant d’étrangers sur leur territoire. « Les discours de nos amis suisses sont très clairs et ressemblent beaucoup au nôtre. Pressions sur les salaires, difficultés d’assimilation pour les populations extra-communautaires, raréfaction des logements, saturation des écoles ou incapacité du système de santé de faire face à l’importante augmentation de la population, des problèmes qui peuvent parfois devenir in-gé-rables ! Ce que nous demandons INS-TA-MMENT au gouvernement, c’est de faire trancher par referendum le problème de l’immigration. Comme en Suisse ! »

La foule est déchaînée

La foule est déchaînée

LES FRONTIERES « Nous disons que la France pourrait raisonnablement reprendre le contrôle de ses frontières, aujourd’hui abandonnées à une Europe totalement passive. C’est-à-dire tout simplement comme la plupart des Nations du monde, décider de qui entre et qui reste sur notre territoire. Il ne s’agit pas de construire un mur comme aux Etats-Unis ou en Israël, mais bien du contrôle de nos frontières, c’est l’application du bon sens, comme dans la vie privée, on est libre de décider qui on veut accueillir ou pas chez soi ! Ce sont les mêmes qui veulent ouvrir les frontières qui mettent des serrures trois points dans leur très beaux appartements du 16ème arrondissement de Paris… »

LES MULTINATIONALES RESPONSABLES : « Il faut cesser de faire plaisir aux multinationales ou à des entreprises peu scrupuleuses qui veulent à tout prix, eux, faire augmenter l’immigration, tant que cela peut leur permettre de faire baisser les salaires et de faire pression sur les salariés français. Un chômage élevé, ça les arrange, parce que ça leur permet de tenir les salariés par le cou, de tuer dans l’œuf toutes les revendications salariales, tant chacun a peur de venir grossir les rangs déjà fournis de Pôle Emploi. Même légale, l’immigration fait jouer le marché du travail à la baisse au détriment des salariés. Pourquoi payer un français un Smic et demi si des immigrés acceptent de faire le même travail pour le Smic ? Pourquoi embaucher un français, quand un travailleur détaché coûte en charges 30 à 70% de moins ? D’ailleurs, les syndicats allemands ne s’y sont pas trompés, qui, à la différence des français ne sont ni complices du système ni corrompus par les organisations patronales, dixit l’affaire totalement étouffée des valises de l’UIMM ! Eux sont montés au créneau pour refuser l’immigration exigée par le grand patronat. Quant à l’immigration clandestine avec ses filières honteuses, ces filières qui jouent de la misère humaine au profit d’exploitants qui ne sont que très rarement poursuivis, elle sert, elle aussi à désorganiser le marché du travail ».

DSC00777LE MODELE SOCIAL « L’immigration, légale ou illégale, pèse aussi considérablement sur notre modèle social. La France n’a plus les moyens, si tant est qu’elle les ait eus un jour dans les trente dernières années d’accueillir, tant de monde et de prendre en charge leur santé, l’éducation de leurs enfants, leurs logements et de leur accorder des aides sociales en tous genres. Et comme les Suisses, nous voulons réserver notre droit à la priorité nationale ! »

LES FILIERES MAFIEUSES « L’immigration non maîtrisée c’est aussi l’augmentation des filières mafieuses, celles du cambriolage, ou pire du crime organisé. Je ne vois pas comment on peut surveiller les frontières quand il n’y en a plus ! C’est aussi la montée des mafias islamistes, et plus généralement de ses communautarismes, de ses pressions politico-religieuses de plus en plus nombreuses sur des territoires où il ne fait pas bon enfreindre des règles locales ! Ces règles qui méprisent la loi de la République française, ces interdits de quelques leaders locaux fous de leur idéologie qui croient pouvoir imposer leur mode de vie au détriment du nôtre, qui menacent tous ceux, y compris musulmans, qui souhaitent vivre comme des français en France et pas comme des saoudiens ou des qataris ! Ces fondamentalistes, qui n’ont que haine pour ce que nous sommes, nos mœurs, nos valeurs, nos lois, notre civilisation, notre culture, ont entamé une entreprise de dé-assimilation de population qui avaient pourtant choisi ce chemin ! En les laissant faire, la République y participe largement. Ces pressions s’exercent aussi dans ces lieux de cultes dont la mission principale est dévoyée. Je pense à ces jeunes, même pas majeurs parfois, qui partent combattre avec ces djihadistes. Ces enfants perdus sont ceux des inconscients qui ont dirigé la France ». !

Quelques bises aux futurs électeurs en fin de discours

Quelques bises aux futurs électeurs en fin de discours

« L’IMMIGRATION DE MASSE n’est pas un sujet dont on peut parler au risque d’être taxés de xénophobes, de peur de l’ouverture au monde. Et pas un sujet qu’on pourrait soumettre au verdict du peuple. Même Daniel Cohn Bendit a dû admettre que si, comme en Suisse, on organisait un referendum en France, la majorité serait beaucoup plus large.

L’une des solutions en matière d’immigration est de tenir un langage clair à ceux qui veulent venir : la France n’a plus les moyens aujourd’hui de vous accueillir correctement. NON, il n’est pas possible de maintenir l’Aide Médicale d’Etat à l’heure où tant de français n’arrivent plus à se soigner correctement. NON, il n’est plus possible de délivrer à chaque demandeur d’asile un logement, à l’heure où des millions de nos compatriotes attendent un logement social. NON, on ne peut plus verser d’allocations journalières à l’heure où le pouvoir d’achat des français s’effondre et où les impôts et l’austérité frappent les catégories modestes et moyennes, au moment où neuf millions de français vivent sous le seuil de pauvreté. NON, on ne peut plus s’engager à éduquer leurs enfants dans des établissements scolaires saturés. NON, on ne peut plus maintenir un droit du sol et continuer des naturalisations massives, qui accordent la précieuse nationalité Française sans aucun critères. Et c’est bien un sujet où ne vous demandera pas votre avis ! On marche sur la tête dans notre pays !
Partout en Europe, monte le sentiment qu’il n’est plus possible de continuer ainsi. Les français ne sont pas seuls de vouloir la fin de Schengen et des frontières qu’ils veulent maîtriser, partout en Europe cette aspiration est en train de monter. Les élections européennes de mai prochain le montreront ».

Une Marseillaise présence des "Gars de la Marine"

Une Marseillaise présence des « Gars de la Marine »

Et de citer en exemple « ces étrangers devenus des fils ou filles de France, arrivés dans notre pays il y a longtemps parfois, de divers continents ou de diverses origines d’Europe ou d’ailleurs, qui ont voulu vraiment devenir français. Ces origines, ils ne les ont pas reniées mais ils les ont dépassées par leur identité française. Oui la France les a fait Français, citoyens à part entière de notre nation, c’est un honneur que beaucoup ont mesuré. Loin de chercher je ne sais quelle vengeance, ils sont fiers d’être Français. Ils sont les premiers à condamner ceux qui arrivent et qui voudraient vivre comme chez eux, et voudraient demain que nous vivions chez nous… comme chez eux ! ».

A l’échelon Municipal, Marine Le Pen s’engage à demander aux maires « patriotes » élus en mars prochain de respecter certains engagements : « Je ne demanderai à aucun maire élus sous nos couleurs d’aller au-delà des compétences Municipales, mais je leur rappellerai certains engagements que je prends devant vous. Sait-on combien l’immigration clandestine pèse sur les contribuables ? Sait-on quelles sommes sont engagées dans les budgets communaux pour l’instruction des enfants issus de l’immigration clandestine ? Nous ne pouvons négliger que les mairies doivent fournir les personnels d’entretien, les locaux. Sait-on combien l’immigration clandestine pèse sur les comptes sociaux d’une ville, aide sociale bien souvent non transparente ? Il faudra que nos Maires pratiquent la transparence et qu’ils évaluent les coûts liés à cette immigration clandestine et fassent pression sur l’état UMPS en demandant des compensations financières égales au coût avéré de l’immigration clandestine. (…) Et lui faire prendre conscience de cette politique néfaste. Voilà une proposition de bon sens pour nos élus ».

Marine Le Pen radieuse deevant cette foule qui l'acclame

Marine Le Pen radieuse deevant cette foule qui l’acclame

Des thèses, des amalgames aussi parfois, qui, à l’avant-veille des élections européennes, rassureront sans doute la clientèle historique du mouvement et séduiront les néo-frontistes !

Sur un plan économique, certains à l’UMP s’étonnent que François Hollande conduise à présent une politique de droite, « ça devient difficile pour moi » déclarait publiquement très récemment le Maire UMP de Canet Bernard Dupont. Un sentiment d’ailleurs de plus en plus partagé, à droite comme à gauche. Que des Sociaux Démocrates conduisent la même politique que des Démocrates Sociaux, y-a-t-il là de quoi s’étonner ? Comment s’étonner que les leaders frontistes les agrègent et fusionnent leurs patronymes en « UMPS » ? Tels Carrefour et Auchan qui proposent les mêmes conserves, que seuls la présentation, les vendeurs et parfois les prix différencient, l’UMP et le PS vendent cette Europe à tous les étages, Europe qui impose la ligne directrice des politiques nationales à mener sous peine de lourdes sanctions.

Pas facile de quitter la scène. Il faut en passer par un copieux bain de foule qui inquiète le service d'ordre !

Pas facile de quitter la scène. Il faut en passer par un copieux bain de foule qui inquiète le service d’ordre !

Plus d’Europe, moins d’Europe ou plus d’Europe du tout, la véritable fracture idéologique est là et pas ailleurs. Le Front National, et dans une autre mesure le Front de Gauche, sont les seuls à proposer une autre politique. Risquée ? Peut-être ou probable, mais où donc la politique menée par la droite comme par la gauche tout au long des quarante honteuses a mené la France ? A la faillite programmée et à 2000 Milliards de dettes bientôt dépassés… Belle réussite en effet dont leurs responsables ne rougissent même pas ! Et si les donneurs de leçons politiques ou journalistiques faisaient preuve d’un peu d’humilité ? Une équation à plusieurs inconnues à résoudre d’urgence !
DSC00686

ELECTIONS MUNICIPALES – LE SOLER POUR TOUS

François CALVET, tête de liste « Le Soler pour Tous » organise une réunion d’information sur les équipements publics au Soler : Bilan et projets.

Cette réunion aura lieu jeudi 20 février de 19h00 à 20h00 à la permanence 9, place de la République au Soler

Intervention de Louis Aliot en introduction au meeting de Marine Le Pen

CA COGNE FORT !
« Pour changer la Ville, il faut changer de Maire »

Ils étaient environ 1800 militants ou sympathisants à assister à cette grand'messe pré-électorale

Ils étaient environ 1800 militants ou sympathisants à assister à cette grand’messe pré-électorale

Même si sur la forme la rhétorique n’est pas violente, sur le fond ça cogne fort ! Le bourreau ? Louis Aliot, le Vice-Président du Front National et candidat aux Municipales de Perpignan. La victime ? Le candidat à sa propre succession J.Marc Pujol, le Maire de Perpignan, et sa politique jugée inadéquat. Le lieu du délit présumé ? Le Palais des expositions, à l’occasion du grand meeting donné par Marine Le Pen samedi dernier. Les témoins ? Quelques-uns… 1500 chaises et entre 2 et 300 debout. Voilà pour le décor.

Une « plaidoirie » soigneusement préparée et découpée en plusieurs thèmes et dont nous avons choisi de citer de très larges extraits : de la fiscalité à la sécurité en passant par le logement, et même une évocation subliminale de la vie privée…« Bravo d’être venu braver les coups bas, les clichés partisans, les diffamations de nos adversaires, les discours d’exclusion de tous ceux qui auraient bien voulu que vous ne puissiez venir aussi nombreux. Notre seul tort est d’exister, il va falloir qu’ils s’habituent à nous parce que ça ne fait que commencer ! A Perpignan nous les connaissons bien ces professionnels du mensonge, du clientélisme, du communautarisme, soit-disant défenseurs d’une République utilisée à des fins partisanes ». Le ton est donné ! Et un ton qui soulève des torrents d’applaudissements d’une salle chauffée à blanc. « En démarrant la campagne très tardivement, le candidat-Maire UMP-UDI Pujol a tenté de s’affranchir du débat sur son bilan, pour ne se concentrer sur des promesses dont on sait déjà, au cas où il serait élu, qu’elles ne seront jamais tenues ! J.Marc Pujol est élu à Perpignan depuis 1989, 25 ans de mandat où il aura cumulé toutes les fonctions. En 2009, après l’invalidation due à la triste affaire des chaussettes, ils ont trompé les perpignanais, J.Paul Alduy s’est démené pour être réélu et sans prévenir personne, il a abandonné son poste de Maire pour nommer son 1er Adjoint alors que les gens n’avaient pas voté pour lui ». Tromperie, vol de leur vote, un Maire pas choisi, l’argument est récurrent mais pas seulement au sein du Front National. Certains sympathisants de l’UMP avaient également mal vécus la manœuvre.

Louis Aliot qui se présente à la Magistrature Municipale a cogné pendant plus de 30 minutes

Louis Aliot qui se présente à la Magistrature Municipale a cogné pendant plus de 30 minutes

LA FISCALITE ET LA GESTION de la Ville est également pointée du doigt, l’une des dix grandes villes les plus endettées de France selon Louis Aliot, celles où les impôts locaux ont le plus augmenté. Et puis l’Agglo. PMCA qui en prend pour son grade, qualifiée « pour une bonne part responsable de cette dérive financière ». La dette de Perpignan, selon le leader frontiste, qui reprend un récent article du Figaro en théorie favorable à l’actuelle Municipalité, serait le double de la moyenne nationale, avec un montant cumulé entre la Ville et l’Agglo. qui s’élèverait à 4000 €uros par perpignanais.

LES INVESTISSEMENTS sont également qualifiés de « hasardeux », le théâtre de l’Archipel avec son coût de 42 M€, sans demander l’aval de la population par référendum. Le personnel Municipal ? Mal géré, démotivé et surtout sujets à « d’ignobles pressions pour le seul fait de soutenir notre équipe » s’insurge le candidat, une Mairie UMP qui utilise la même méthode que les mairies socialistes ou communistes selon lui. « Lorsque nous arriverons à la Mairie, il n’y aura pas de chasse aux sorcières » promet-il formellement. « Nous redonnerons une chance à tous ceux qui travaillent honnêtement qui ne servent pas les causes d’un clan quelques-fois inavouables ».

A gauche, le candidat Julien Sanchez à Beaucaire dans le Gard, venu soutenir "la Patronne"

A gauche, le candidat Julien Sanchez à Beaucaire dans le Gard, venu soutenir « la Patronne »

LE TGV : Quant au « CENTRE DU MONDE » moqué par toute l’opposition et que le Maire de Cabestany Jean Vila appelle tendrement « LA FIN DU MONDE », Louis Aliot n’est pas en reste : « La fameuse gare où le TGV français n’arrive toujours pas et qui aura coûté à la ville en aménagements 30 M€, et au promoteur catalan 115 M€, est en proie à un désastre commercial. Ce n’est plus un CENTRE, c’est un TROU ! Et l’on sait par la bouche du Ministre des transports que la véritable gare TGV ne pas être au Centre du Monde mais construite à l’extérieur de la ville… Un TGV ça va vite, certains s’arrêteront mais d’autres passeront à côté en direction de Barcelone. Nous verrons bien que cet investissement hasardeux n’a été fait que pour flatter l’ego de celui qui se voulait un bâtisseur et qui vient de prendre sa retraite politique ». Ca c’est pour J.Paul Alduy.

LE LOGEMENT : les 330 M€ d’investissements, en particulier dans les quartiers dits difficiles, provoquent le courroux de Louis Aliot « Selon un rapport tenu secret du Préfet, cet argent a été mal investi au point qu’on se demande où a-t-il été investi ! Des exemples ? Des maisons qui s’effondrent, mis à part Perpignan, connaissez-vous une seule ville en France où ce genre d’accident arrive ? A partir de combien de maisons tombées va-t-on commencer à s’occuper de ces problèmes ? Rien ne sert jamais de leçon à ce petit monde de la Loge ! Entre les émeutes, l’insalubrité, les trafics, les populations qui souffrent, il serait temps de s’en préoccuper un peu ! La réhabilitation de St Jacques sera une priorité de notre politique, tant il est vrai qu’il cumule en son sein tout ce que les perpignanais ne veulent plus voir. On ne peut plus se taire, il faut évoquer la situation désastreuse de certains quartiers ». Et de prendre pour exemple la cité Transit et celle des Pins, récemment visitées par le candidat : « Je n’en suis toujours pas revenu de ce que nous avons vu et entendu dans une cité délabrée, avec une jeunesse livrée à elle-même en manque de tout, d’équipements sportifs ou simplement de toute association. Ces jeunes et ces anciens abandonnés par les collectivités, et, tenez-vous bien, encerclés par des tranchées et des talus de 3 mètres de haut afin que les beaux quartiers d’à côté ne les voient pas ! Ce n’est pas des favelas de Colombie, ce sont des quartiers de Perpignan ! Cachez donc cette misère que je ne saurais voir, telle est donc la politique Municipale… J’exagère ? Les habitants vous montreront l’état de ces quartiers ! Il y a pourtant des gens qui veulent s’en sortir et qui savent ce que c’est que le travail et la dignité et qui refusent cette lente descente aux enfers. Ils sont français, comme nous, ils nous interpellent sur leurs problèmes et sur les petites magouilles entre initiés des pouvoirs politiques locaux, pour obtenir du travail ou simplement un logement. Nous voulons mettre fin aux trafics, encadrer l’activité professionnelle, créer des chantiers d’insertion qui permettront de rendre leur dignité à ces gens. Si j’étais Maire de Perpignan, je ne fanfa            ronnerais pas dans les médias, j’aurais honte ! »

Point commun entre le FN et l'UMP : la Marseilleise en fin de meeting

Point commun entre le FN et l’UMP : la Marseilleise en fin de meeting

LE CENTRE VILLE, » jamais celui-ci ne s’est aussi mal porté, plus de  100 commerces ont baissé leurs rideaux, aucun projet, aucune dynamique, la Ville est sourde aux attentes des commerçants ! » Quant au Tribunal, le candidat s’engage à le maintenir au centre, prenant la direction opposée à celle de J.Paul Alduy qui voudrait le déplacer près de la gare TGV.

UN BILAN DE LA MUNICIPALITE jugé « accablant, le Maire tente de faire peur aux gens en nous pointant comme l’ennemi N°1. C’est vrai Monsieur le Maire, nous sommes l’ennemi N°1 pour vos places, pour vos privilèges et tout ce que vous avez mis en place depuis 30 ans, car nous voulons créer du neuf avec des gens honnêtes, des gens droits. Mais qui fait peur ? Une équipe que vous avez là ouverte, plurielle, renouvelée, ou une équipe qui accumule les échecs et qui a donné une image catastrophique de notre ville, d’affrontements communautaires liés à une politique clientéliste éhontée ? ».

L’INSECURITE : « Le Maire est en train d’en nier l’existence, il n’y a pas d’insécurité à Perpignan, tout au plus dit-il quelques incivilité : le bruit des scooters, le tapage nocturne et un problème très grave… ceux qui grillent les feux rouges ! Des policiers qui font leur travail dans des conditions difficiles, des centres sociaux qui brûlent, des gens qui se font tirer dessus, des gendarmes qui se battent la nuit avec des employés communaux qui ont des casiers judiciaires longs comme le bras. Des chiffres donnés par le Procureur qui sont à la hausse, des cambriolages, des violences à personnes, mais le Maire, lui, est à la Loge et on se demande s’il vit encore dans la ville qu’il croit encore diriger !

LE JUMELAGE avec la ville FLN de Mostaganem en Algérie suscite la désapprobation de Louis Aliot, qui croit y voir une manœuvre opaque, « discrète et presque secrète, avec des photos du Maire et des ministres de l’Algérie qui nous crachent dessus en permanence. Pour des gens qui ont fait profession de défendre la mémoire du pays où ils sont nés et de gérer les pieds-noirs ou les harkis comme de la clientèle électorale, là aussi j’aurais honte ! »

LA LISTE de J.Marc Pujol, de large ouverture vers la gauche avec la présence du neveu de Jacqueline Amiel-Donat est largement prise à partie, qui déclarait récemment selon Louis Aliot « avoir le même objectif : porter une parole de gauche ». « Tout est dit » conclut-il : « La liste de J.Marc Pujol est une liste UMPS, elle n’est pas une liste de droite ! La responsable Centriste (Chistine Espert du MoDem – NDR) l’a brocardé et qualifié de « marchand de chameaux » ! Personne se sait pourquoi cette dame a dit cela, moi j’émets une hypothèse, serait-ce que parce que Monsieur Pujol, en dehors des périodes électorales passe le plus clair de son temps dans son Ryad au Maroc… ?

"280.000 €uros pour ce cadran solaire planté au milieu d'un rond-point !"

« 280.000 €uros pour ce cadran solaire planté au milieu d’un rond-point ! »

DES GASPILLAGES dénoncés par le candidat qualifiés de scandaleux, avec en exemple ce projet de futur rond-point au Nord de la Ville voté à l’unanimité par le dernier Conseil d’Agglo. « Une œuvre d’art, un cadran solaire de 30 mètres de long et qui coûterait qui va nous coûter quand même 280.000 €uros au bas mot ! » avec quelques huées désapprobatrices de l’assistance, il est vrai toute acquise au leader frontiste. « Dites-moi s’il n’y avait pas d’autres secteurs à privilégier plutôt que de se faire plaisir ou de faire plaisir à un ami ? » ajoute-t-il.

L’EMPLOI « Nous donnerons la priorité à l’emploi local et réserverons les marchés publics aux entreprises du département qui souffrent d’une concurrence déloyale liée à une politique européenne suicidaire ». Pas faux mais une mesure inapplicable et illégale tant que la France ne sortira pas du carcan européen dans lequel elle s’est enfermée. « Nous relancerons la construction à l’échelle de l’Agglo. et libèrerons des terrains constructibles et choisirons des entreprises qui embauchent de la main-d’œuvre locale » ajoute-t-il. Et d’évoquer ce grand projet qui est le sien de « quartier des arts du savoir-faire du terroir pour relancer le cœur de ville de Perpignan qui est aujourd’hui un désert et nous soutiendrons les projets d’insertion des handicapés trop souvent oubliés dans notre cité ».

Petit instant de complicité avec "la Patronne"...

Petit instant de complicité avec « la Patronne »…

LA JEUNESSE  n’est pas oubliée, avec le projet de créations « de terrains de sports qui manquent, une patinoire à étudier ou une salle de sports urbains alternatifs, parce qu’il est vrai qu’à Perpignan on manque un peu d’équipements ».

LA DEMOCRATIE MUNICIPALE « Enfin, nous redonnerons à Perpignan un visage Démocratique. Nous intègrerons l’opposition aux commissions Municipales, comme celles de l’attribution des logements sociaux qui navigue dans une opacité totale ou celles des marché publics où on voit des choses extravagantes et des priorités données à des entreprises extérieures alors que nos entreprises sont en train de licencier et de crever la bouche ouverte ».

« Nous changerons l’image de Perpignan, plus la ville sera sûre, dynamique et innovante, plus les investisseurs seront rassurés pour développer leurs activités ».

Trente-cinq minutes d’intervention très « punchie », on le voit n’épargnant personne parmi le personnel politique local !

Aux Municipales de Perpignan, la voix du Parti de Gauche pour ouvrir une autre voie à gauche

Communiqué du Parti de Gauche

Le Parti de Gauche 66 réaffirme sa stratégie pour les Municipales définie nationalement : l’autonomie conquérante. Elle signifie la constitution de listes indépendantes du Parti socialiste. Mais cela ne peut s’accompagner ni de confusions ni d’instrumentalisations. Confusions quant aux alliances et à la stratégie de second tour. Instrumentalisations relatives à des règlements de comptes personnels qui doivent rester étrangers à l’action du PG.
Rien ne doit donner à croire que le Parti de Gauche puisse manquer de sens des responsabilités ou se tromper dans la hiérarchie de ses priorités.  L’autonomie conquérante, sans ambiguïtés et avec conviction,  est la seule boussole du PG.
C’est à cet effet que le PG 66 appelle à une réunion le 21 février 2014 à la salle des Libertés à Perpignan à 20 heures pour explorer la possibilité de la réaliser véritablement, quelles qu’en soient la formes qui seront retenues.
Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

Mauricette FABRE (UMP/Parti Radical) répond à Marie-Thérèse FESENBECK

Mauricette FABRE au centre, entre le Député-Maire Fernand Siré et François Lietta, le responsable des jeunes POPS UMP66 qui la soutiennent.

Mauricette FABRE au centre, entre le Député-Maire Fernand Siré et François Lietta, le responsable des jeunes POPS UMP66 qui la soutiennent.

Face à l’attaque du FN et de Marie-Thérèse FESENBECK à son encontre et que nous avons publié hier, Mauricette FABRE a tenu à user de son droit de réponse par un bref communiqué avec demande d’insertion :

« Confrontée à la lecture de propos injurieux et mensongers à mon encontre de la part de Madame FESENBECK, secrétaire départementale du FN 66, je ne peux que m’interroger sur la violence de tels propos a mon égard et à quel dessein ?

Sur ses accusations, je lui concède, à la rigueur, la couleur identique du support papier… Mais que je sache, la couleur bleue n’est pas l’exclusivité du FN.

Pour le reste, j’encourage cette Dame à relire attentivement mon engagement politique pour la commune d’ALENYA.

L’éviction « MANU MILITARI » d’une personne, selon ses dires, ne fait pas partie de mes pratiques car j’ai trop de respect pour les FEMMES et les HOMMES qui s’engagent dans le combat politique, même s’ils ne partagent pas exactement les mêmes valeurs que moi.. »

Mauricette Fabre affirme n’avoir jamais eu la moindre relation avec Marie-Thérèse FESENBECK et se dit très surprise par cette attaque, inattendue pour elle.

Elle y voit « un FN qui met à jour ses dérives  outrancières ou qui se projette dans l’avenir avec la mise en place de manoeuvres politiciennes pour les élections à venir, cantonales ou régionales ».

Rappelons que Mauricette Fabre est Conseillère Régionale du Canton de St Cyprien et qu’elle se présente aux élections Municipales comme tête de liste dans son village d’Alenya.

Marie-Thérèse Fesenbeck est quant à elle Conseillère Régionale du Languedoc-Roussillon.

Communiqué de Louis Aliot, tête de liste FN à Perpignan

INSECURITE A PERPIGNAN : toujours plus !

Le candidat-maire qui refuse de voir la réalité de l’insécurité à Perpignan est rattrapé par une brutale réalité. Après l’incendie des voitures dans la cour de l’église Saint-François d’Assise, l’incendie du centre social Vernet-Salanque, aujourd’hui c’est au tour d’une mairie annexe de faire les frais du laxisme ambiant.

En effet, ce week-end, l’annexe de la mairie du Bas-Vernet, avenue Joffre, a été cambriolée, avec un portail arraché par un véhicule, un vol de coffre-fort avec à l’intérieur des dizaines de passeports, une « Marianne » (tampon officiel) et des centaines d’€uros…!

Il est grand temps de se préoccuper de ces problèmes et de remettre de l’ordre dans notre ville. Les perpignanais doivent ouvrir les yeux sur la fausse autorité d’une Municipalité vieillissante qui accumule les échecs en matière de sécurité, d’emploi et de pauvreté !

Nous sommes les seuls capables de remettre de l’ordre dans notre cité dans le strict respect des lois républicaines, d’ordre, de justice et de laïcité !

09.83.60.72.12 – www.perpignan-ensemble.fr

Communiqué de François Calvet, Maire sortant du Soler

Une liste renouvelée à 50%

Dimanche à 11 heures, j’ai présenté ma nouvelle liste pour les élections municipales. Elle est renouvelée à 50%, composée de femmes et d’hommes aux parcours différents, aux sensibilités différentes, aux âges différents, aux passions différentes, aux connaissances différentes.

La liste est une d’une moyenne d’âge de 50 ans, le plus âgé a 77 ans, le plus jeune a 19 ans.
PHOTO EQUIPE LISTE LE SOLER POUR TOUS

 PRESENTATION :

François CALVET, Maire sortant, Sénateur des Pyrénées-Orientales, Avocat, Docteur en Droit

Véronique OLIER, Assistante de Direction,
Michel TIXADOR, Médecin,
Armelle REVEL, Conseiller Clientèle Professionnelle,
Henri CASTANET,  Professeur,
Catherine GADAVE, Secrétaire de Direction,
Olivier COLPAERT, Chef de Cuisine restaurant scolaire,
Sandrine ROCA, Cadre Agricole,
Robert ROIG, Cadre Travaux,
Jacqueline DURAND, Retraitée Education Nationale,
Robert RAYNAUD, Cadre Retraité C.A.F.Pyrénées-Orientales,
Francine DIAZ,  Retraitée du Commerce,
Stéphane MAROSELLI,  Fonctionnaire Territorial Acheteur Public,
Sandrine PEJOUAN, Mère au Foyer,
Alain CAMBILLAU, Retraité Fonction Publique Territoriale,
Dominique SOUCAS,  Cadre Supérieur C.P.A.M.,
Jean-Claude BAUZIL, Retraité de la Gendarmerie,
Gilberte CLAUDEL,  Retraitée Directrice d’Agence Bancaire,
Philippe TALAIRACH, Responsable Service Vente,
Dorsphine TOUPIN,  Auxiliaire de Vie,
André L’HOMME,  Retraité du Commerce,
Marie-Laure BAILLS, Infirmière,
Arnaud PORRA, Etudiant en Master Transfrontalier
Nathalie MARCHIONI, Vendeuse,
Simon JIMENEZ,  Etudiant en Master II Finances,
Corinne DELCAMBRE,  Préparatrice en Pharmacie,
Kévin TRABE, Etudiant en Droit,
Coralie CORDERO, Employée en Maison de Retraite,
Mamadou DIOP, Chef d’Entreprise.
PHOTO EQUIPE LISTE LE SOLER POUR TOUS

« Manque d’imagination ou prise les doigts dans la confiture ? »

Marie-Thérèse Fesenbeck, Secrétaire départementale du FN66 et Conseillère régionale du Languedoc-Roussillon communique :

Marie-Thérèse Fesenbeck, Secrétaire départementale du FN66 et Conseillère régionale du LR

Marie-Thérèse Fesenbeck, Secrétaire départementale du FN66 et Conseillère régionale du LR

« Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’une Conseillère générale de l’UMP et candidate aux municipales 2014 sur la commune d’Alénya s’est inspirée de la Charte Municipale du Front national, comme vous pouvez le constater.

Il faut vous préciser que l’un de ses colistiers en 2008 a été « sorti » de sa liste 2014 manu militari pour avoir, dans l’intervalle, adhéré à notre mouvement politique et lui avoir présenté cette Charte pour qu’elle y adhère… horreur suprême pour l’UMPS !!

En fait, notre Charte a tellement plu à cette dame qu’elle s’en inspire très fortement pour sa propre campagne électorale, mais sans inclure de membres du Front National parmi ses colistiers !

A-t-elle puisé dans ses souvenirs d’enfance pour faire ce copier-coller ? Vous savez, lorsque le regard d’un mauvais élève s’égare – par le plus pur des hasards – sur la copie du voisin ? Cela fait peur de voir qu’une candidate briguant la magistrature municipale n’est pas capable d’avoir ses propres idées et donc d’élaborer un vrai projet communal !

Il faut, Madame, que les électeurs sympathisants du mouvement politique du FN soient mis au courant de vos méthodes aussi puériles que malhonnêtes ».

Il faut préciser que « cette dame », c’est Mauricette FABRE, Conseillère Générale UMP  du Canton de St Cyprien et tête de liste-candidate à la mairie de St Cyprien (NDR).

Bernard DUPONT, l’actuel Maire de Canet et candidat à sa succession dévoile son équipe 2014

La liste « Canet Tous Ensemble » :

Bernard DUPONT,
Catherine GAY, Francis CLIQUE, Gisèle GAYRAUD, René ROUDIERES, Armande BARRERE, Michel SAUT, Catherine WANSCHOOR, Jean SERRE, Viviane SALLARES, Pierre MERICO, Marguerite ARENAS, Jean-Marie PORTES, Christine BONET, David BRET, Alexandra MAILLOCHAUD, Bruno CANET, Emmanuelle GARBANI DELACVIVIER, Marc BENASSIS, Brigitte QUESADA, Cédric LAURENS, Carole CHAIX, Jean-Luc HUBERT, Carole FREU, Serge ALBERNY, Patricia BADET, Max TIBAC, Johana GENG, Jean-Charles BOISSONT, Silvia PEREIRA, Jean FLORENCE, Karine PIERSON et Bernard PRIM.
Photo équipe

Une équipe reconduite dans sa majorité, mais à noter tout de même plusieurs départs par rapport au cru 2010. Deux poids lourds la quittent, J.Marc Tixador et Yvonne Pastor, OUF pour l’un et hélas pour l’autre ; Ludovic Lobjois semble quant à lui avoir déplu par différentes attitudes et positions non conformes à celles décidées par la majorité. La porte, qu’on se le dise ! Une arrivée remarquée mais annoncée depuis plusieurs mois par notre journal, que l’intéressé appelait « mon devin », celle de Max Tibac, transfuge et rescapé de l’équipe d’opposition d’Henri Valls. Une bonne recrue et une compétence qui sera utile à cette équipe.  Et puis toujours un ou deux sparadraps qui s’accrochent et sont reconduits, on ne sait trop pourquoi. Les voies du Seigneur Dupont sont impénétrables…

Pour ce qui est du seul poste d’Adjoint laissé vacant par le départ salvateur et bienvenu, il devrait échoir à Michel Saut, ancien CRS dans une autre vie et qui était responsable jusqu’alors de la politique de stationnement et de la réglementation, compétence qui devrait être étendue à la sécurité dans son ensemble. Un incontestable progrès pour les canétois par rapport à son illustre prédécesseur, qui depuis plusieurs années ronchonnait plus qu’il n’agissait.

Les canétois peuvent prendre connaissance du trombinoscope sur le site « canettousensemble.fr« , par ailleurs disponible à la permanence du candidat,1 avenue Herriot à Canet-Plage.

INCENDIE du centre social de Vernet-Salanques : Louis Aliot réagit

PUJOL SE MOQUE DU MONDE ET NIE L’INSECURITE A PERPIGNAN

Ce matin vers 5 heures le centre social de Vernet-Salanques a brûlé…

Ce centre social de Vernet-Salanque venait d’être rénové à neuf et bénéficiait d’une politique sociale intense depuis 1996. Cet incendie signe l’échec total de la politique du candidat-maire.

Les actions menées dans le cadre d’une politique d’intégration manquée, communautariste et antirépublicaine ne profitent qu’a une minorité et démontrent que le Maire ne maîtrise plus la paix civile et l’harmonie sociale dans ces quartiers. Cette politique a un coût financier et humain qui fait désordre pour une équipe qui dirige la ville depuis plus de vingt ans.

Dans un article récent (Le Nouvel Obs.) le maire ose nier la réalité et se moque du monde en déclarant qu’il n’y a pas d’insécurité à Perpignan « tout au plus des incivilités ». Et il énumère « le non-respect des feux, le bruit des scooters et ceux qui ne dorment pas la nuit ! »

Un comble alors que récemment encore le procureur donnait les chiffres accablant en matière de cambriolages, de violences et d’agressions !

Les Perpignanais doivent ouvrir les yeux sur la fausse autorité d’un maire-candidat  qui en matière de sécurité, d’emploi et de pauvreté accumule les échecs !

Nous sommes les seuls capables de juguler ce fléau dans le strict respect des lois républicaines, d’ordre, de justice et de laïcité !

Communiqué du Front de Gauche 66

Conférence / débat sur les rythmes scolaires à Céret

Daspe Ecole 1 (3)A l’initiative de Chantal Dubon, co-secrétaire du comité du Vallespir du Parti de Gauche, le Front de Gauche (PCF, PG) et le MRC organisent une conférence/débat sur les rythmes scolaires à Céret. L’AGAUREPS-Prométhée et la FCPE 66 s’associent à cette initiative et apportent leur soutien. Elle aura lieu mardi 18 février 2014, à partir de 18 heures 30 au cinéma de Céret, avenue Clémenceau.

Francis Daspe, président de la commission nationale Education du Parti de Gauche et co-auteur du livre « L’école du peuple. Pour l’égalité et l’émancipation », sera convié à exposer les enjeux de la réforme portés par les projets de nouvel aménagement du temps scolaire.

Quelles en seront les conséquences sur l’éducation de nos enfants ? Quel impact sur l’Ecole républicaine et l’égalité sur tout le territoire ? Sur qui va reposer le financement de la réforme ? Autant de questionnements à l’actualité immédiate qui seront largement débattus à cette occasion.

Mardi 18 février, 18 heures 30, cinéma de Céret, avenue Clémenceau.
Entrée libre.  Contact : Chantal Dubon chantal.dubon@yahoo.fr

Pour le PG 66, Francis DASPE
Tél : 06 07 34 33 81

Communiqué de soutien à la liste « Vivre autrement à Lansac » conduite par Jocelyne FRANC

Dans les villages de nos cantons, nous œuvrons et soutenons partout,  pour les élections municipales de mars 2014,  les listes progressistes  de gauche défendant la justice et l’humain.

Pour Lansac, sans hésitation, le choix est clair. C’est la liste « Vivre autrement à Lansac» conduite par Jocelyne FRANC qui porte ces valeurs.

Je vous appelle donc à votez et à faire voter les 23 et 30 mars prochains, à Lansac, pour la liste conduite par Jocelyne FRANC. Je vous invite également à rejoindre cette liste et à vous y investir.

 Dominique POIROT
Secrétaire de la section Agly-Fenouillèdes du PCF

Communiqué de François LIETTA, Président des Jeunes POPS UMP66

« Il faut que la peur change de camp ! »
Soutenons nos forces de l’ordre

Nous avons appris avec désolation qu’un fonctionnaire de police avait été blessé dans l’exercice de ses fonctions. Ce n’est malheureusement qu’une triste répétition d’événements qui ont marqué le quotidien des forces de l’ordre. Les Jeunes Populaires tiennent à adresser un soutien sincère aux forces de l’ordre qui agissent au quotidien pour la sécurité des citoyens honnêtes de Perpignan.

Nous comprenons qu’ils soient « dépités », selon les termes employés par l’un de leurs représentants, face à la remise en liberté de l’agresseur de l’un des leurs. Nous comprenons très mal la politique judiciaire de la Ministre de la Justice, Christiane TAUBIRA qui est validée par les parlementaires socialistes du département. Cette politique judiciaire est de moins en moins répressive et semble de plus en plus être favorable aux délinquants.

Cette situation n’a que trop duré et il est temps de changer radicalement de politique pénale, pour offrir aux forces de l’ordre les moyens nécessaires dans la conduite de leurs missions.

Communiqué de Marie-Pierre SADOURNY-GOMEZ, tête de liste PS à St CYPRIEN

MPS

Ateliers du Projet

Dans le cadre de la campagne électorale pour les élections municipales à Saint-Cyprien les 23 et 30 mars, nous vous proposons de mettre en place des ateliers thématiques intergénérationnels qui serviront à la coproduction de notre projet de ville.

Nous souhaitons associer les citoyens à nos travaux, mais également le monde associatif, sportif, culturel, les syndicats professionnels, les syndicats de salariés, etc.

Les thèmes retenus :
Ces ateliers seront animés par :

  •   Mercredi 12 février – Culture – Vie Associative  – 17h30

Responsables : Anne-Marie Pegar-Boix –  Thierry Drugeon – Anna Bonneau – Marie-Dominique Jaillet

  •        Vendredi 14 février – Les Sécurités – 17h30

Responsables : Jean-Marie Claude – Yves Martin – Dominique Bonfiglioli – Marie-Dominique Jaillet – Anne-Marie Pegar-Boix

  •   Samedi 15 février – Sports – Vie Associative – 16h00

Responsables : Brigitte Trecourt – Marie-Pierre Sadourny                           

  •   Mardi 18 février – Aménagement – Urbanisme – Architecture  et  Cadre de  vie – 18h00

Responsables : Jean Paul Artal – Franck Antoine

  •   Mercredi 19 février – Santé – Prévention – Handicap – 17h30

Responsables : Gilou Giner – Alain Massé – Christophe Meynard

  •  Jeudi 20 février – Développement économique – Emploi  – Tourisme – Commerce – artisanat – 17h30

Responsables: Thierry Drugeon – Dominique Jaillet – Franck Antoine- Dany Dewever – Eric Ragot –Geneviève Debare

    . Samedi 22 février – Transport – Déplacement – Environnement  – Propreté –  15h00

Responsables : Didier Cauchois – Jean Paul Artal – Dany Dewever

  •  Mercredi 26 février –  Enfance- Education – Jeunesse –  17h30

Responsables : Brigitte Trécourt – Gilou Giner – Marie-Pierre Sadourny – Anne-Marie Pegar-Boix

 

CABESTANY : à l’occasion de la présentation de la liste de Jean Vila cuvée 2014

A l’Agglo., plus on mutualise les choses plus c’est cher, il y a une mauvaise gestion !

Sur L'agglo., Jean Vila est intarissable ! Ca va faire plaisir au Président J.Paul Alduy...

Sur L’agglo., Jean Vila est intarissable ! Ca va faire plaisir au Président J.Paul Alduy…

A l’image des Etats européens qui transfèrent leur compétence et pouvoir de décision à Bruxelles, Jean Vila a bien compris que les communes transfèrent petit à petit les leurs aux Communautés de communes, pour ce qui est de Cabestany à l’Agglo. PMCA. Une agglo. qui va d’ailleurs bientôt se transformer en Communauté Urbaine, avec Perpignan comme « Ville centre » et ses adhérents des satellites, qui n’auront pas plus d’autonomie que des arrondissements de grandes villes, et les maires voir leur influence réduite d’autant. Un bien ou un mal, c’est selon les religions et les doctrines, le Maire de Cabestany ne semble pas en penser le plus grand bien. Etre « contre » est même son cheval de bataille et il porte presque systématiquement la contestation lors des Conseils Communautaires qui se tiennent chaque mois à l’hôtel d’Agglo. « Il faudra gérer autrement et s’impliquer, non seulement dans la commune, mais également à l’Agglo. » disait-il lors de la présentation à la presse de sa liste « La passion de Cabestany » samedi au centre culturel Jean Ferrat. L’Agglo. nous soucie beaucoup parce que l’esprit de Démocratie, c’est pas eux qui l’on inventé ! Le peu qu’il y avait de Démocratie, ils sont en train de le saborder. L’Agglo., on y est rentrés, pas par mariage d’amour, mais parce que le Préfet nous y a obligés. Mais on se rend compte que l’Agglo. pourrait est une forme de coopération communale bien, si on pouvait participer, mutualiser. A l’Agglo., plus on mutualise les choses, plus c’est cher ! Les Gens du voyage, quand on le gérait, on avait un bénéfice. Eux le prennent, il y a une perte. La collecte des ordures ménagères, on équilibrait, avec un des taux les plus bas. Eux le prennent, il y a un déficit de 3 ou 400.000 €uros. L’Agglo., il y a une mauvaise gestion. J’ai été interviewé quand on a appris que le Président partait, on m’a demandé quel bilan on retiendra de l’Agglo. ? Il y a eu un blanc, je n’ai pas trouvé de bilan ! A par le Centre du monde qui est plus la Fin de monde et qui est un échec que tout le monde connaît ! Le Théâtre de l’Archipel qui est une décision de la Ville de Perpignan, aujourd’hui on participe au financement, c’est scandaleux ! Le sport n’est pas une compétence de l’Agglo. et on doit financer l’USAP ! Quand il y avait la taxe professionnelle, les revenus pour la Ville de Cabestany étaient de 3,4 M€ en 2010. La taxe qui l’a remplacée est gelée à tout jamais à cette somme de 3,4 M€. On nous reverse sur cette base sachant que cette taxe progresse à Cabestany de 10 ou 12%, la progression de cette richesse sert exclusivement l’Agglo. Après on nous fait un cinéma pour l’entretien des zones d’activités mais ils ont l’argent pour l’entretenir ! Ils voudraient l’argent et ne pas entretenir ce qui est de leur compétence. Aujourd’hui Cabestany est une commune contributive alors que les autres y vont plus pour encaisser ! On est six communes contributives : Perpignan, Canet, Rivesaltes, St Estève, Calces et Cabestany ».

On le voit, ça promet des nuits blanches au prochain Président de la Communauté d’Agglo., avec en prime, et en raison du scrutin proportionnel, l’entrée plus que probable de conseillers venus des extrêmes qui vont sans nul doute lui mener la vie dure. Pour succéder à J.Paul Alduy, trois noms sont sur les lèvres : Bernard Dupont, François Calvet et Romain Grau, dans n’importe quel ordre, chacun ayant ses atouts et ses handicaps. Même un Bernard Dupont qui, à Canet, a réussi à réconcilier sa majorité avec l’opposition, d’ailleurs toute relative, aurait fort à faire avec la future Assemblée en général et avec Jean Vila en particulier, qui ne semble pas être disposé à « lâcher l’affaire » !

Cabestany : Jean Vila présente la cuvée 2014

Une liste de progressistes avec de fortes attaches à gauche. 

Jean Vila présentait samededi matin sa liste "La passion de Cabestany" avec 13 nouveaux et qui sera sur les écrans à partir de mars prochain.

Jean Vila présentait samededi matin sa liste « La passion de Cabestany » avec 13 nouveaux et qui sera sur les écrans à partir de mars prochain.

C’est dans la bonne humeur que Jean Vila présentait à la presse samedi matin la liste qu’il conduira en mars prochain, avec laquelle il demandera aux Cabestanyencs de lui renouveler leur confiance pour six nouvelles années, après déjà 37 ans de mandat ininterrompus ! Une liste un peu « dissipée » qui fera plaisanter le Maire « quand vous arrêterez de papoter je pourrai continuer… Les journalistes vont l’écrire, ils vont dire « ils sont très indisciplinés cette liste, il ne font que rire »… »  Voilà c’est fait !

Une équipe presqu’au complet autour du charismatique leader, avec 13 nouveaux entrants sur 29. Un tiers selon le Maire qui s’aperçoit vite qu’il compte mal ! Sans gravité tant qu’il ne s’agit pas de Millions d’€uros au moment de les verser à l’Agglo. !
Trois ont démissionné : Jacques Cresta devenu Député et tête de liste à Perpignan, le deuxième qui brigue la 3ème place sur la liste Cresta et le troisième pour des raisons personnelles.

Une liste constituée sans difficulté « on aurait pu en faire deux » commente Jean Vila, liste qui a été ratifiée par les instances politiques fin janvier et donc désormais définitive. Une liste de « large union et de progressistes, composée de membres du parti Socialiste, du parti Communiste et de gens issus de la société civiles qui ne sont encartés nulle part et qui partagent sur le fond les orientations de cette Municipalité, avec de fortes attaches à gauche ». Un choix malgré tout difficile pour Jean Vila qui a dû trancher, « tout le monde était d’accord pour repartir », avec le souci de représenter les différents métiers et couches de la population, avec des gens qui peuvent s’engager et beaucoup de disponibilité. « Egalement le souci de promouvoir la jeune génération, il y en a plusieurs sur cette nouvelle liste » insiste Jean Vila. A noter, le retour d’un agriculteur employé à la cave coopérative qui représentera la corporation.

Un programme Municipal dans le prolongement des précédents, « on ne va pas changer les habitudes qui satisfont les gens de Cabestany. On va l’affiner avec la participation de chacun. D’abord essayer de garder ce qu’on a, le maintenir et ce n’est pas évident. Les budgets, on ne les fait pas aussi facilement qu’on les faisait il y a 25 ans, on a moins de dotation de l’état, après… on a l’Agglo. qui nous prend les sous ! Ils ne veulent pas l’entendre mais ça représente entre 800.000 € et 1 M€ par an, plus que la dette de la commune ! Rien que la progression de l’activité économique nous payait toute la dette. Il faudra gérer autrement. »

L’Agglo., la bête noire du Maire qui a combattu pour ne pas y entrer et qui y a été contraint par décision de l’état, une commune ne pouvant être enclavée entre deux communautés de communes. Malgré le résultat du référendum de 2001, une large majorité de Cabestanyencs avait refusé l’intégration de force dans l’Agglo. Perpignan, avec 89% d’opposition, et malgré la démission en bloc de la Municipalité, Cabestany a intégré PMCA le 1er janvier 2011.

Maintien du cap dans le domaine social, « des tarifs accessibles à tous, que ce soit au centre culturel, dans les écoles avec les fournitures, les crèches et garderies gratuites. Ce caractère social, nous allons le garder, s’opposer aux expulsions et aux coupures de courant ou d’eau. Pour les sportifs, de nouveaux vestiaires, le réaménagement du stade de Coubertin avec des espaces nouveaux. Mais comme à l’habitude, on aura l’honnêteté de dire ce qu’on peut faire et ce qu’on ne peut pas faire parce qu’on gère en fonction de nos moyens. Si on veille à quelque-chose, c’est aussi de ne pas massacrer les gens avec les impôts, on a voté le budget de la commune cette semaine et pour la vingtième année consécutive, les impôts n’augmenteront pas à Cabestany, pour la part qui nous concerne. Sachant que le niveau des impôts est le moins cher des communes de notre strate. Quand on voit à côté Saleilles, Canet, Perpignan, à certains endroits c’est le double. On ne va pas alourdir la fiscalité, répondre aux besoins essentiels, s’engager fortement et se battre pour obtenir des ouvertures de postes, garder la perception ». La gauche.

Sur L'agglo., Jean Vila est intarissable ! Ca va faire plaisir au Président J.Paul Alduy...

Sur L’agglo., Jean Vila est intarissable ! Ca va faire plaisir au Président J.Paul Alduy…

Communiqué du Parti de Gauche 66

Pour faire entendre une autre voix à gauche  

Lors de l’Assemblée Général du Parti de Gauche 66 en juin 2013, nous avions déclaré vouloir tout faire pour construire à Perpignan une liste autonome du Front de Gauche aux élections municipales.

Nous déplorons la décision des communistes perpignanais de rejoindre la liste Cresta au moment où la politique du gouvernement ne cesse de tourner le dos aux promesses du changement, où le président de la République s’enfonce toujours plus dans l’austérité et dans un sinistre pas de deux avec le Medef.

Nous ne la comprenons pas alors que cette politique a de fortes conséquences sur les politiques municipales en organisant l’étranglement financier des collectivités locales et leur incapacité à répondre aux défis de notre temps.

A Perpignan, comme partout dans le pays, ceux-ci sont immenses. La situation sociale de notre ville est désastreuse. Le climat politique y est pourri par le clientélisme. Les ambitions individuelles ont pris le pas sur l’intérêt général. L’abstention guette et le Front National se tient en embuscade, prêt à profiter de la résignation et du repli sur soi qui font leur chemin. Pourtant, notre ville a de nombreux atouts !

C’est pourquoi nous avons œuvré dans les derniers mois à la construction d’une liste unitaire pour les élections municipales : une liste dans le sillage de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, une liste clairement anti-austérité, une liste de la gauche sans casserole, au service des perpignanaises et des perpignanais. Des discussions ont eues lieues avec le Nouveau Parti Anticapitaliste, puis avec le groupe de militants socialistes conduits par Jacqueline Amiel-Donat. Elles n’ont pu aboutir : citoyens engagés dans la construction d’une alternative à gauche, nous ne pouvions accepter ni de renoncer à la volonté de gouverner autrement, ni de participer à une quelconque collusion avec la droite !

Nous n’acceptons pas cette situation. Plus que jamais, nous mesurons la responsabilité qui est la notre. Faire entendre une autre voie à gauche.

C’est pourquoi nous nous adressons aujourd’hui à tout-e-s les citoyen-ne-s, militant-e-s syndicaux, politiques, associatifs, qui ne se résignent pas à voir la gauche de résistance absente des élections municipales à Perpignan.  Nous lançons un appel à toutes celles et tout ceux qui veulent se mobiliser pour la défense des services publics, l’accès au logement pour tous, le retour dans la sphère publique des biens communs, qui veulent s’attaquer pour de bon à la précarité, qui veulent œuvrer à la vie douce pour le plus grand nombre. Nous interpellons toutes celles et tout ceux qui savent que la sauvegarde de l’écosystème qui rend possible la vie humaine doit être organisée à l’échelle municipale, comme à l’échelle nationale. Nous en appelons à celles et ceux qui veulent voir se développer une véritable opposition de gauche à la politique gouvernementale, candidate au pouvoir pour organiser la rupture avec le capitalisme et le productivisme.

A toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cet appel, nous vous proposons de nous retrouver salle des Libertés le vendredi 21 février à 20h pour en discuter et envisager ensemble les moyens de la présence de cette gauche qui ne se résigne pas lors de la campagne municipale à Perpignan.

En espérant vous voir nombreuses et nombreux,

Pour le PG 66, Dany BENQUET, co-secrétaire départementale

LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
décembre 2019
D L Ma Me J V S
« nov    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031