DirectSud.eu
L'actualité locale sans concession
TELEPHONE ROUGE... Vous êtes témoins d'un événement exceptionnel ?
Contactez notre téléphone rouge au 06.51.32.89.63 ou transmettez-nous votre article + photo à redaction@directsud.eu

…/… CONSULTEZ NOTRE PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/DirectSudActu/ ET NOTRE COMPTE TWITTER  https://www.twitter.com/DirectSudActu/ …/…

 

ESPACE PUBLICITAIRE
à partir de 15 € par mois

banniere-direct-sud-bis-190
PUB réduite DirectSud 190
LOGO IFA 2016 190 jpg
LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE 1ère de couv 190
1ère couv 190
pub-les-insurges-190
Couverture Daspe Révolution citoyenne 190
Salaud d'élu
COUV 190
parler-a-dieu-190
couv-charles-consigny-190
Bandeau conseils incendie 190
LE TEST STEPHANE ALLIX 190
L'air du Mas 190 bis
1ère de couv. 190
En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique
Lettre ouverte aux fidèles... - Alain de la Morandais avril 2014 - 1ère couv. réduite
PUB Marc Pierre STEHLIN 1ère couv. réduite
DRAPEAU FRANCAIS
LES TAGS

LES ARTICLES ARCHIVES

LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS

juin 2019
D L Ma Me J V S
« mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

No posts could be found that matched the specified criteria.

No posts could be found that matched the specified criteria.

Grégory CHAVANNES

PERPIGNAN – AFFAIRE EAS : « UN SAUVETAGE DIFFICILE, UNE SITUATION DÉLICATE ET BEAUCOUP DE QUESTIONS… »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Par Louis Aliot
Député de la 2ème circonscription des Pyrénées-Orientales

RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES 2016 et 2017
EN FIN D’ARTICLE

LA portrait 650La Société de maintenance aéronautique EAS, entreprise présente sur le territoire de ma circonscription, a connu depuis déjà longtemps des difficultés. Le député que je suis ne s’en est jamais désintéressé même si les acteurs sociaux, économiques ou patronaux ont mis un soin particulièrement démocratique à m’éviter, ou m’informer. Heureusement que des salariés plus éclairés m’ont informé de l’ensemble des soubresauts internes.
Cette société basée sur notre aéroport vient donc d’être reprise par Sabena Technics. Aujourd’hui propriété de TAT Group, Sabena Technics (2 500 salariés sur 14 sites dans le monde, 400 M€ de chiffre d’affaires) pourrait changer de propriétaire d’ici la fin de l’année. Les fonds Sagard, Bpifrance et TowerBrook, sont entrés en négociation exclusives avec le propriétaire afin de reprendre la majorité des parts de l’entreprise qui, en Occitanie, exploite historiquement deux sites à Toulouse et Nîmes (source Les Echos).
Placée en redressement judiciaire, New EAS (238 salariés) aura donc connu un troisième propriétaire en 18 mois. En difficulté chronique, l’entreprise était depuis juillet 2017 dirigée par un propriétaire auvergnat après avoir été gérée par l’actuel député LaREM (du 5/11/2014 au 14/07/2017), ancien 1er adjoint à la mairie de Perpignan, énarque et ami d’Emmanuel Macron, qui avait mené l’entreprise dans des conditions difficiles que d’aucuns jugeront opaques comme en témoignent les rapports des commissaires aux comptes sur les exercices 2015 et 2016 (ci-joints).
Malheureusement et comme toujours, ce sont les salariés qui vont payer les erreurs de ces gestions hasardeuses successives puisque la reprise par Sabena ne se fera pas sans casse. Si 165 salariés resteront à Perpignan et que 30 propositions de reclassement seront faites dans d’autres établissements de Sabena Technics, 35 autres postes seront supprimés. Les syndicats prévoient plus de licenciements, sans compter l’impact pour le territoire de la communauté urbaine, pour les sous-traitants ou les stagiaires de l’AFPA. Le tribunal de commerce a néanmoins jugé l’offre la plus équilibrée et la moins vulnérante pour préserver ce qui pouvait l’être.
Cependant, à la lecture des documents financiers et comptables, les rapports des Commissaires aux comptes pour les années 2015/2016 mentionnent des éléments graves de gestion qui nécessitent des explications au regard du droit et de la situation actuelle de l’entreprise qui frappe durement des ouvriers et salariés.
On peut y lire en conclusion « en raison des faits exposés, nous ne sommes pas en mesure de certifier que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de votre société à la fin de cet exercice. »
En tant que député et élu de la Communauté Urbaine, je viens d’écrire au ministre de l’Économie et au Président de l’AMF pour lui signifier mon inquiétude sur l’avenir, l’informer de la situation passée et m’étonner que ces carences de gestion et les doutes exprimés par les commissaires aux comptes n’aient fait l’objet d’aucune enquête des services de l’État, de la justice ou autre, cette entreprise ayant bénéficié qui plus est, de l’aide publique par l’intermédiaire du CICE.
Sans parler du silence assourdissant de la presse locale qui en matière d’investigation est plus prompte à voir la paille dans l’œil des opposants au président Macron que la poutre qui aveugle celle de certains proches du pouvoir…
Si on peut légitimement attendre le meilleur de cette reprise par un grand groupe de maintenance aéronautique pour l’emploi et le territoire, on peut aussi se poser un certain nombre de questions sur la gestion, le respect du droit et le silence qui accompagnent cette affaire.
Au moment où la transparence s’impose partout, les salariés, les élus, les citoyens et les contribuables doivent pouvoir savoir.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

RAPPORT Commissaire Compte EAS 2016 01RAPPORT Commissaire Compte EAS 2016 02RAPPORT Commissaire Compte EAS 2017 01RAPPORT Commissaire Compte EAS 2017 02RAPPORT Commissaire Compte EAS 2017 03

RÉGION : DES ÉLUS INSOUMIS COMBATIFS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Par Mickaël IDRAC
Logo France insoumise« Le service après vote », c’est la manière des élus Insoumis du Conseil régional Occitanie d’être fidèles à leurs engagements de campagne. Myriam MARTIN, Jean-Christophe SELLIN et Guilhem SERIEYS font actuellement une tournée dans les 13 départements de la région Occitanie pour rendre compte de leur mandat de conseillers régionaux. Ce mercredi 12 décembre, c’était l’étape des Pyrénées-Orientales à la salle des Libertés à Perpignan. Ils étaient accueillis par le comité d’appui de Perpignan et son animateur Mickaël IDRAC. « Lors de la campagne des régionales de décembre 2015, les candidats de la liste « Nouveau monde en commun » avaient signé une charte éthique et démocratique pour rester fidèles à leurs engagements programmatiques et favoriser l’implication citoyenne. Le fait d’être ici aujourd’hui, avec ce bilan, montre qu’eux n’ont pas renié leurs convictions », indiquait Mickaël IDRAC en introduction.
Les élus régionaux Insoumis et Mickaël Idrac, animateur de la réunion
Jean-Christophe SELLIN commençait par tracer le cadre global de leur activité. Ce cadre est défini par l’application des politiques d’austérité aux collectivités territoriales avec la baisse des dotations budgétaires, de Sarkozy à Macron en passant par Hollande. « Nous sommes des élus de combat au service de l’intérêt général. Nous ne versons pas dans des formes réductrices de régionalisme, nous ne bradons pas les services publics », expliquait l’élu toulousain.
Pour sa part, Myriam MARTIN listait une série d’avancées pour lesquelles les élus Insoumis sont à l’initiative. « Nous avons réussi à généraliser la gratuité des livres aux lycéens aux départements de l’ancienne région Midi-Pyrénées. Ce sont des vœux déposés par les Insoumis qui ont permis de déclarer la région Occitanie hors TAFTA ou d’exprimer l’opposition du Conseil régional au projet de Gazoduc qui vise à acheminer le gaz algérien à travers les Pyrénées-Orientales et l’Aude », citait-elle à titre d’exemples.
Guilhem SERIEYS était chargé d’évoquer les aspects négatifs contre lesquels ils n’ont malheureusement pas pu inverser la tendance. « Nous avons dénoncé l’augmentation du temps de travail des agents des lycées sans augmentation de salaire, nous avons mis en lumière la hausse exorbitante de certains tarifs ferroviaires, nous nous sommes insurgés contre les aides allouées sans conditionnalité à des grandes entreprises qui n’en avaient pas besoin, nous avons contesté en vain les financements versés au mépris de la laïcité aux lycées privés au-delà de ce que la loi impose ».
Les échanges avec l’assistance permettaient d’approfondir certains sujets et d’en aborder d’autres, comme les questions des transports, de la formation professionnelle, le service public d’orientation en passe d’être amoindri par sa régionalisation, la solidarité internationaliste avec les réfugiés et le Rojava kurde etc.
Aux questions portant sur les mesquines manœuvres politiciennes visant à les priver de moyens humains et matériels pour les réduire au silence, les élus Insoumis répondirent en estimant que « la majorité socialiste autour de la socialiste Carole DELGA, qui va des macroniens aux communistes en passant par des radicaux aux écologistes ou aux régionalistes, a fait de la région Occitanie un angle mort démocratique sur bien des aspects ». Mais ils s’accordaient aussi sur le fait qu’il en faudrait bien davantage pour les faire taire. Question de volonté et de convictions… 

https://lafranceinsoumise.fr/

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN : LES INSOUMIS DÉNONCENT LE PROJET DE CHÂTEAU-ROUSSILLON

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Logo France insoumisePar Françoise BOSMAN (Canet-en-Roussillon), Catherine DAVID (Céret), Mickaël IDRAC (Perpignan), Francis DASPE (Perpignan), animateurs de groupes d’action de La France Insoumise dans les Pyrénées-Orientales
Des groupes d’action de La France Insoumise expriment leur opposition résolue au projet touristique de « parc à thème » de Château Roussillon à Perpignan. La réalisation de ce projet essentiellement financier porte atteinte à la préservation de 14 hectares de terres viticoles AOC sur le plateau du mas Llaro-Château Roussillon. Il met en danger la pérennité des exploitations proches en raison de conflits d’usages et de risques accrus de spéculation foncière, accentuant la dépossession de l’outil de travail du paysan au profit d’aménageurs et de spéculateurs de tout poil.
Ce projet, par ses aménagements induits, aggrave en outre la pression sur la ressource eau dans un département déjà fragilisé. Les emplois promis seront en définitive précaires, saisonniers et mal payés, renforçant de la sorte les difficultés sociales au lieu de contribuer à les résorber.
Ce projet ne répond pas à des critères d’intérêt général. La préservation des terres agricoles est une priorité pour assurer la souveraineté alimentaire des générations futures.
Les Insoumis dénoncent également la duplicité et la complicité d’élus locaux qui, au prétexte fallacieux de pourvoir à d’hypothétiques emplois au nom de  « l’intérêt général », n’hésitent pas à massacrer l’identité de leur territoire pour engranger des taxes foncières dans une perspective de court terme inconséquente. 

LOGO L'AVENIR EN COMMUN

https://lafranceinsoumise.fr/

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

PERPIGNAN – 5 DÉCEMBRE : UNE COMMÉMORATION SOUS L’ÉGIDE DES CLIVAGES

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Par Damien Albanell, Secrétaire Départemental DLF, et Ludovic Bonnet, délégué à la Communication 
01Debout La France Pays Catalan était ce 5 décembre 2018 au monument aux morts de Perpignan lors de la journée nationale d’hommage aux morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.
Initialement prévu, Nicolas Dupont-Aignan n’aura pu participer à cette commémoration. Un calendrier chargé, essentiellement dû à l’actualité, aura eu raison de sa participation. La Fédération DLF66 l’aura représenté respectueusement, même si le dépôt de gerbe aura pu être réalisé après le protocole, la municipalité nous ayant demandé de nous mettre à l’écart durant ce dernier.
Par respect pour les morts, leurs familles et leurs frères d’armes, il était indéniable qu’il ne s’agissait ni du moment, ni de l’endroit pour créer une potentielle polémique. Nous souhaitons cependant aujourd’hui rappeler à Mr Pujol, maire de Perpignan, mais aussi à Suzy Simon-Niçaise élue en charge des anciens combattants et rapatriés, que cette journée de commémoration du 5 décembre a été instaurée par Jacques Chirac en 2003, alors qu’elle est sans lien avec des évènements historiques. Une journée que l’on pourrait signifier de « neutre », laissant une place à tous ceux qui souhaitent communier aux côtés de ceux qui ont souffert, ou qui souhaitent simplement faire leur devoir de mémoire.

Reprenant les mots de notre président NICOLAS DUPONT-AIGNAN :

« Mon gaullisme est une espérance, pas une nostalgie ». 

SUR LES PHOTOS :
Les cadres présents lors de cette commémoration,
– Damien Albanell (SD 66)
– Patricia Roget (Conseil National, Délégué 3ème Circonscription)
– Solange Rodier (Délégué 2ème Circonscription)
– Henry Jean-Puig (adhérent)

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

020304050607

PERPIGNAN – POLICE MUNICIPALE : « À QUOI JOUE » LE MAIRE J.MARC PUJOL ?

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement

Tribune libre de Xavier Baudry,
Conseiller Régional RN d’Occitanie/Roussillon,
Conseiller Municipal et Communautaire de Perpignan

Photo XBAlors que notre pays a été le théâtre de violences inacceptables, conséquences du silence gouvernemental face à une colère légitime s’exprimant à de nombreux niveaux, sous le symbole du gilet jaune, les opérations de maintien de l’ordre républicain sur le territoire de Perpignan sont sujet à de nombreuses interrogations, notamment quant à l’emploi des effectifs de notre Police Municipale.
En effet, plusieurs signalements et prises de vues, pendant les manifestations lycéennes de fin novembre ou encore lors d’opérations contre les blocages de gilets jaunes, témoignent du fait que des effectifs de notre Police Municipale de Perpignan, casqués, boucliers et bâtons de défense en mains, se sont retrouvés engagés, dans des missions qui pourraient s’apparenter à du Maintien de l’Ordre …
Avec une question immédiate : sur « ordre de qui » et « avec quelles consignes » ?
Face à cette dérive, il nous appartient de rappeler au Maire Jean-Marc Pujol, que les missions de maintien de l’ordre ne font pas partie des prérogatives d’une Police Municipale, ni de ses compétences… (Même si de nombreux anciens fonctionnaires de Police Nationale ou de Gendarmerie servent dans ses rangs).  
Dans le cadre légal, les opérations de sécurisation de manifestations déclarées en Préfecture et le maintien de l’ordre public sont strictement du ressort des services de l’État, comme le rappelle l’annexe du Décret n° 2012-2 du 2 janvier 2012 relatif aux « conventions types » de coordination en matière de police municipale, cette dernière précisant, qu’en aucun cas « il ne peut être confié à la police municipale des missions de maintien de l’ordre », le Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) cantonnant donc les compétences et prérogatives de la Police Municipale « à la prévention, à la tranquillité, ainsi qu’à la salubrité publiques ».
Face à ce constat et à la gravité de la situation, on peut se demander « à quoi joue » le Maire Jean-Marc Pujol ?! Pourquoi faire prendre tant de risques à notre Police Municipale ? Que serait-il advenu, si un fonctionnaire de notre Police Municipale avait été gravement blessé suite à ces opérations ?
En effet, ce n’est pas en donnant continuellement des gages au Préfet, et en engageant systématiquement notre Police Municipale pour palier aux carences de l’État, que nous obtiendrons les effectifs de Police Nationale supplémentaires dont notre ville à tant besoin, alors même que plusieurs de ses quartiers sont classés « Zone de Sécurité Prioritaire » (ZSP) !
Enfin, on ne peut que féliciter le sang-froid de nos fonctionnaires de la PM qui malgré une des grilles salariales la plus basse de France, se retrouvent confrontés à des missions quotidiennes de plus en plus difficiles…
Qu’ils sachent que les élus du Rassemblement National seront toujours à leurs côtés pour les soutenir !

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

POLITIQUE : RETOUR SUR LES RENCONTRES NATIONALES DES QUARTIERS POPULAIRES

Par Mickaël Idrac 

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne a répondu à l’appel de France Insoumise lors des premières Rencontres Nationales des Quartiers Populaires le week-end du 17 et 18 novembre. En soutien de cet évènement, nos camarades se sont mobilisés sur le terrain toute la journée du samedi, de 9 h à 17 h et sont allés à la rencontre des habitants de la Cité des Baléares, de la Cité Diaz, du Bas-Vernet et du Champ de Mars.

OCVQ

Il est intéressant de voir que, d’un quartier à l’autre, le ressenti des habitants et leurs revendications sont les mêmes face au mépris que leur oppose la municipalité. Les demandes et revendications ? Elles sont simples. Ils veulent de la propreté, de l’hygiène, ils en ont marre de nettoyer eux-mêmes leurs trottoirs puisque les services de la mairie ne passent plus. Est-ce que les habitants des quartiers que nous avons visités sont des citoyens de seconde zone pour Monsieur Pujol et ses équipes ?
La liste est longue ; nous la ferons lorsqu’il sera temps de faire les comptes. Mais les discussions particulièrement denses que nous avons eues révèlent quelque chose qui va bien au-delà de questions matérielles. Les gens veulent du respect et de la considération. Ne pouvons-nous pas leur accorder un peu de dignité ? En commençant par leur proposer les mêmes services que dans tous les autres quartiers peut-être…

Pour l’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne

Rejoignez-nous :
mickael.idrac@live.com
https://lafranceinsoumise.fr/

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

POLITIQUE – CAMPAGNE D’ACTION SUR LES RETRAITES : UNE BATAILLE POUR RENVERSER LA TABLE !

Par Francis DASPE
Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée
 

LOGO AGAUREPS

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
Dans le cadre des « Assises itinérantes de la Table renversée » qu’elle a lancées depuis le mois de mai 2018, l’AGAUREPS-Prométhée organise dans les Pyrénées-Orientales une campagne d’action. L’année 2019 sera celle du combat pour les retraites. L’AGAUREPS-Prométhée, qui en fait une ardente priorité, lance dès à présent un travail d’alerte. La majorité du Président Macron envisage en effet une réforme qui constituerait une nouvelle étape dans le processus de démantèlement du pacte républicain et social en cassant encore davantage le système solidaire de retraite par répartition.
Logo Assises itinérantes Table renverséeLa visée ultime est bien sûr d’arriver à un système par capitalisation. Pour y parvenir, le gouvernement va donc biaiser et enfumer, utilisant des étapes intermédiaires qui remettront en cause la logique par répartition, tout en se défendant d’utiliser le mot capitalisation. Il s’agira de détruire les garanties collectives, pour les remplacer par une logique d’individualisation. Le but est de livrer au marché et à la spéculation les sommes gigantesques des cotisations qui y échappent pour l’instant, car affectées immédiatement au paiement des pensions.
Dans ce combat collectif, l’AGAUREPS-Prométhée prendra toute sa part, notamment dans le cadre des « Assises itinérantes de la Table renversée« .
Fidèle à son travail de pédagogie et d’anticipation, sa dernière Lettre du mois est un numéro spécial entièrement consacré.
Fidèle à son activité militante de terrain, une série de réunions publiques seront organisées dans les Pyrénées-Orientales : Perpignan mercredi 28 novembre (salle des Libertés), Thuir mercredi 19 décembre (MJC), Argelès-sur-Mer vendredi 18 janvier (Foyer), Canet-en-Roussillon jeudi 24 janvier (Capitainerie), Ille-sur-Têt jeudi 7 février (Henri Demay La Catalane), en Cerdagne mercredi 13 février, à Prades (à définir). Elles seront intitulées « Retraites : un combat politique pour un enjeu de civilisation« .
Fidèle à sa mission d’intellectuel collectif, un diaporama sera mis à disposition de celles et ceux qui voudront défendre les retraites.
Fidèle à son travail de diffusion des causes d’intérêt général, une pétition sur Internet exigeant la retraite à 60 ans à taux plein pour tous pourra être signée.
https://www.change.org/p/emmanuel-macron-p%C3%A9tition-pour-une-retraite-%C3%A0-taux-plein-%C3%A0-60-ans?fbclid=IwAR1GFK4Iu6p8-eRKqYGFCbeYDvBo7pDeVegZnuJUN1viVZLVSG7W-Cspqlw

Francis DASPE, Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée
Tél : 06 07 34 33 81

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

RÉGION : CAROLE DELGA VEUT FAIRE DE L’OCCITANIE LE 1er TERRITOIRE FRANÇAIS D’EXPÉRIMENTATION DE TRAINS À HYDROGÈNE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 
01 450Alors qu’elle visitaitle site d’Alstom à Séméac (65), Carole Delga, présidente de la Région Occitanie a annoncé l’acquisition de 16 nouvelles rames « Régiolis » dont 3 hydrogène. L’occasion pour la présidente de la Région Occitanie de présenter son ambition pour devenir le 1er territoire français d’expérimentation de trains à hydrogène.
« En Occitanie, un tiers de l’offre kilométrique ferroviaire régionale est réalisé en mode diesel. Dans ce contexte, et parce que nous savons que nous devons agir pour diminuer nos émissions de polluants et réduire nos coûts de maintenance, je veux que la Région Occitanie devienne le terrain privilégié de l’expérimentation de trains à hydrogène en grandeur nature. Comme nous l’avons été sur l’hybride, je veux que nous soyons précurseurs sur le train à hydrogène. J’en ai d’ailleurs fait part au Premier ministre dans un courrier que je lui ai adressé ce jour » a notamment déclaré Carole Delga.
« Nous prévoyons d’acquérir 3 rames hydrogène. Je viens d’avoir la confirmation que la ligne Montréjeau-Luchon sera prioritaire pour une phase-test en Occitanie et nous sommes en train d’identifier avec SNCF 2 ou 3 autres lignes dans la région. Au-delà, l’utilisation de trains à hydrogène pourra bien entendu être étendue à d’autres lignes non électrifiées de notre région » a détaillé la présidente de Région aux côtés de Jean-Baptiste Eyméoud, président d’Alstom France.
Saluant l’excellence des cadres managers présents à l’occasion de sa visite, Carole Delga a également annoncé que la Région accompagnera à travers ses dispositifs de soutien à l’innovation le développement de ces technologies hydrogène autour du centre d’excellence mondial de la traction ferroviaire du constructeur Alstom à Tarbes. « Comme vous, nous souhaitons que l’Occitanie joue le rôle de traction pour que la France se lance dans le défi de l’hydrogène et nous accompagnerons le groupe Alstom dans ses projets de R&D pour permettre l’émergence d’une filière compétitive autour du train à hydrogène, dont pourra profiter tout le tissu industriel régional ».
« La mobilisation d’envergure que je porte répond concrètement à la stratégie énergétique présentée hier par le président de la République. C’est un gage indéniable pour faire circuler en Occitanie, d’ici 2022, un train à pile à combustible, précurseur d’une nouvelle génération de trains à hydrogène. La Région est prête à porter ce projet ambitieux, appuyée par un partenariat entre autorités organisatrices régionales dans lequel l’Etat est attendu, à l’instar du projet allemand de train à hydrogène i-Lint qui a bénéficié d’un appui de l’état fédéral » a conclu la présidente de la Région Occitanie.

Courrier EP

www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

RÉGION – CAROLE DELGA : « ÉOLIEN EN MER FLOTTANT : LE GOUVERNEMENT A TOUT FAUX ET DOIT REVOIR SA COPIE »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
Réaction de la Présidente de la Région Occitanie à l’annonce du Gouvernement sur la feuille de route énergétique
Éoliennes offshore 02 450« Par le calendrier et les volumes annoncés aujourd’hui par le Ministre de la Transition écologique et solidaire François De Rugy – 500 MW, dont 250 MW lancés en Bretagne en 2021 et 250 MW en Méditerranée en 2022 – le gouvernement tourne le dos à la filière éolienne en mer flottante qui est pourtant stratégique pour l’avenir énergétique et l’économie verte de notre pays.
Si ce schéma et ce calendrier se confirment, la France s’exclut définitivement de la dynamique internationale de l’éolien en mer pour laquelle de très nombreux groupes industriels français et PME sont déjà mobilisés, particulièrement en Occitanie.
Il est certain que ce choix hypothèquerait la création de centaines d’emplois sur nos territoires annoncés par 500 chefs d’entreprises, chercheurs ou encore universitaires réunis à mes côtés le 15 novembre dernier à Narbonne. Le développement économique se ferait alors au bénéfice de pays étrangers, et le savoir-faire acquis, qui fait aujourd’hui de la France le leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, serait considérablement mis à mal.
Je ne peux m’y résoudre pour l’Occitanie, pour la Méditerranée et pour mon pays. Je demande donc à l’Etat de revoir sa copie à l’occasion de la concertation qui va être lancée et d’être à la hauteur des enjeux environnementaux et économiques auxquels nous devons faire face.
Le Président de la République Emmanuel Macron doit répondre à l’appel des industriels et des présidents de Région, et entendre nos concitoyens. Il est nécessaire d’assurer et d’accélérer le développement de l’éolien en mer, première source d’électricité renouvelable en devenir pour notre région et notre pays ».
Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Christelle Morençais, Présidente de la Région Pays de la Loire, Renaud Muselier, Président de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, Olivier Perot, Président de France Energie Eolienne (FEE), Jean-Louis Bal, Président du Syndicat des énergies renouvelables (SER) et Frédéric Moncany de Saint-Aignan, Président du Cluster maritime français.
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

SI JÉSUS NAISSAIT DE NOS JOURS… À LA UNE DES JOURNAUX TÉLÉVISÉS :

« LE 25 DÉCEMBRE, UN NOUVEAU-NÉ A ÉTÉ TROUVÉ DANS UNE ÉTABLE. LA POLICE S’EST RENDUE IMMÉDIATEMENT SUR LES LIEUX ET A FAIT APPEL AU SAMU »

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Crèche 450Un charpentier et une mineure, vraisemblablement la mèr, ont été placés en garde à vue.
Ce matin très tôt, les autorités ont été avisées par un citoyen de la banlieue de Bethléem, qu’une famille de S.D.F s’était installée dans son étable.
À son arrivée sur les lieux, la police a découvert un nouveau-né enveloppé dans des morceaux de tissu sans précaution d’hygiène et dormant sur une litière de paille. Le charpentier, identifié plus tard, Joseph (de Nazareth), s’est opposé à ce que les autorités emmènent l’enfant afin de le mettre en lieu sûr. Il était aidé de plusieurs bergers ainsi que de trois étrangers sans papiers.
Ces trois étrangers, se présentant comme mages, ont été arrêtés. Ils sont passibles de reconstitution de secte dissoute.
Le ministère de l’Intérieur s’interroge sur l’origine de ces trois hommes probablement en route vers Calais.
Le préfet a confirmé qu’ils n’avaient pas de papiers d’identité mais qu’ils détenaient de l’or ainsi que des produits suspects et illicites.
Ils prétendent que Dieu leur a dit de ne pas répondre aux questions… 
Les produits suspects ont été envoyés en laboratoire pour analyse.
Le lieu où le nouveau-né se trouve actuellement n’a pas été communiqué. 
D’après le service social en charge de l’affaire, le père avoisinerait la cinquantaine tandis que la mère n’est certainement pas majeure.
On vérifie pour le moment la relation entre les deux. Mais à défaut de soupçon de pédophilie, le détournement de mineure est très suspecté…
La mère se trouve pour l’instant à l’hôpital universitaire de Bethléem pour des examens médicaux et psychiatriques.
Elle prétend être encore vierge et affirme que le bébé vient de Dieu. Si son état mental le permet, elle sera mise en examen pour non-assistance à personne en danger.
La consommation de stupéfiants, probablement amenés par les trois étrangers, doit sans doute être prise en compte dans cette affaire.
Des prélèvements et des prises de sang ont d’ailleurs été faits en vue de retrouver les empreintes d’ADN nécessaires à l’enquête
Aux dernières nouvelles on apprend que les bergers présents sur les lieux affirment avoir vu un grand homme, tout de blanc vêtu, qui leur a ordonné de se rendre à l’étable, avant de s’envoler mystérieusement.
Aucune hypothèse n’est écartée, comme celle d’embarquement à bord d’un OVNI qui n’est pas à exclure…
L’opposition s’est indignée que le gouvernement ne mettent pas en place les moyens de protection suffisante pour éviter que n’importe quel OVNI puisse survoler notre espace aérien. Ils demandent une enquête parlementaire
LES VERTS rappellent que faire un feu de bois dans une étable est source de pollution…
Le parti de la Marine LE PEN dénonce l’absence de contrôles aux frontières qui permettent aux étrangers de venir accoucher en France pour bénéficier des allocations familiales.
La Gauche de J.Luc MÉLENCHON dénonce ce capitalisme sauvage qui augmente les loyers et empêche les familles modestes d’avoir un logement décent.
Le président Emmanuel MACRON déclare que, depuis son élection, le gouvernement a ouvert de nombreuses nouvelles places d’accueil pour éviter de laisser des familles à la rue, alors que son prédécesseur en avait supprimé.
Une cellule de crise a été installée sous la direction du préfet HÉRODE, l’autorité craignant un complot dont les rumeurs avaient persisté ces derniers temps.
On pourra également suivre les images en direct sur BFM télé…
et à 17h30 « C’est à vous » organisera un débat sur le thème : « Peut encore accoucher dans une étable de nos jours ? », en présence de plusieurs invités : notre confrère de libération auteur d’une enquête sur « la rue pour toute vie », d’un sociologue enseignant à l’Institut d’Etude Politique, spécialiste de la précarité sociale, de l’écrivain VICTOR HUGO qui a écrit « les Misérables » et de PONCE PILATE représentant le gouvernement.
Après examen médical, la fille mineure ayant effectivement été reconnue vierge, le couple a été placé en garde à vue pour rapt d’enfant… 
Grégory CHAVANNES
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

RÉGION CONVENTION ENGIE

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Carole Delga :
« Nous relevons le défi de la croissance verte pour stimuler notre économie et créer les emplois de demain »

Carole Delga et Isabelle Kocher
Carole Delga et Isabelle Kocher
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Isabelle Kocher, Directrice Générale d’ENGIE, ont signé ce mardi 5 décembre, à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, une convention de partenariat autour de la transition énergétique et de l’innovation territoriale en Occitanie.
« Avec ce nouveau partenariat, nous posons une nouvelle pierre pour atteindre l’objectif que j’ai fixé dès le début de mon mandat : faire d’Occitanie la 1ère Région à énergie positive d’Europe d’ici 2050.  Cet objectif implique de diviser par 2 la consommation énergétique par habitant et de multiplier par 3 la production d’énergies renouvelables », a rappelé à cette occasion Carole Delga.
Trois priorités ont été identifiées et constituent la colonne vertébrale de la convention signée aujourd’hui : l’emploi,  l’innovation et la transition énergétique. Sur les 5 ans à venir, la Région et ENGIE mettront en place des collaborations spécifiques autour de la mobilité durable, de la production d’énergies renouvelables locales ou encore de la rénovation des bâtiments.
« L’expertise et les savoir-faire d’ENGIE vont nous permettre de développer les potentiels de notre territoire. Je pense notamment à l’éolien flottant et à l’hydrogène, deux domaines dans lesquels nous sommes en pointe. Dans la lancée du projet Hyport, nous allons travailler à la structuration d’une filière complète et promouvoir une nouvelle mobilité fondée sur l’hydrogène. La transition énergétique, c’est aussi la mutation des métiers et la création d’emplois nouveaux ! Nos efforts porteront donc également sur l’adaptation de l’offre de formation pour répondre aux besoins en compétences des entreprises. Ensemble nous relevons le défi de la croissance verte pour stimuler le développement économique de nos territoires et créer les emplois de demain », a également déclaré la présidente de Région.
Crédit photo : Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée – Jean-Jacques Ader 
Grégory CHAVANNES
www.directsud.eu
https://www.facebook.com/DirectSudActu/
redaction@directsud.eu

L’ÉOLIEN OFF-SHORE AU LARGE PORT-LA-NOUVELLE ET LEUCATE : LÀ OÙ LES ENJEUX FINANCIERS COMMENCENT POUR LES UNS, LE BON SENS S’ARRÊTE POUR LES AUTRES !

Communiqué de Laure-Emmanuelle PHILIPPE, Conseillère régionale d’Occitanie et conseillère municipale de Leucate FN (11)

Lire également sur
https://www.facebook.com/DirectSudActu
à partager largement
 

Pendant que la justice retoque justement le Schéma Régional Eolien terrestre en ex.Languedoc-Roussillon, la Région s’attaque maintenant à la méditerranée et impose son projet d’éolien offshore au large de Port-La-Nouvelle.
Ce n’est d’ailleurs pas faute d’avoir régulièrement dénoncé l’absence d’études sérieuses préalables ou préconisé un recul suffisant sur l’édification de telles infrastructures. Où est l’écologie quand il faudra dépenser des tonnes d’énergies fossiles pour construire et installer, à 16 km des côtes, ces immenses édifices flottants dont la durée de vie n’est estimée qu’à 20 ans seulement ?
Où est l’écologie quand il faudra lancer des centrales thermiques pour pallier l’absence de vent ?
Comment prendre au sérieux la conception d’un tel projet quand le 1er vice-président de la Région, M. Codorniou, et l’ensemble des élus régionaux de droite comme de gauche, font fi du facteur « catastrophes naturelles » sur ce secteur et remettent en cause la légitimité du CENALT (centre d’observation et d’alertes aux tsunamis & autres aléas maritimes préoccupants) réalisé par leur camarade, le sénateur Roland Courteau ?
De plus, l’installation de cet ensemble éolien impactera et réduira les zones de pêches. Est-il bien nécessaire de créer de nouvelles contraintes à cette filière, déjà en grande difficulté ? La navigation sera, elle aussi, plus compliquée. Celle de plaisance fuira le bassin, le fret maritime, lui se détournera de ce port industriel. La Région et donc nous, contribuables, pourrons toujours déverser des millions d’euros pour son extension et son développement…
Enfin, le coût prévisionnel de ces 4 éoliennes est de 212 millions d’€uros, financé à 80% par le contribuable. Double peine pour nos concitoyens puisque le prix de l’électricité issu de l’éolien offshore est quatre fois supérieur à l’électricité nucléaire.
Le Front National, par ma voix, joue son rôle de lanceur d’alerte. Les élus régionaux du groupe FNRBM s’opposent à ce projet controversé, antisocial, aux conséquences plus négatives que bénéfiques et dont les risques ne sont pas anticipés.
L’énergie est trop importante pour être le jouet des idéologues et des multinationales. Nous demandons un moratoire sur l’éolien.
LES ARTICLES ARCHIVES
LES ARTICLES DES DEUX DERNIERS MOIS…
juin 2019
D L Ma Me J V S
« mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30